Archive pour le Tag 'Télé'

Page 4 sur 4

Hollande -Télé- TF1 : rétropédalage et enfumage

Hollande Télé TF1 : rétropédalage et enfumage

 

Deux sujets majeurs abordés par Hollande la Syrie et la fiscalité ; rétropédalage sur la Syrie et enfumage sur la pause fiscale ; Sur la Syrie, Hollande a assuré que la France qui était seule à vouloir des frappes ciblées, était toujours prête à attaquer, même si il se félicite d’un accord Russie-Etats-Unis dont en faiat il a été écarté. Une sorte d’autojustification de l’isolement de la France qui masque mal une posture aventureuse refusée par la plupart des grandes puissances y compris Obama pas mécontent de se sortir de ce bourbier politico-militaire. Ne parlons pas de l’Europe (et notamment de l’Allemagne) qui ont tout fait pour discréditer la position de Hollande. Second thème la fiscalité ou le flou comme habitude a dominé. En gros, il n’y aura pas dimpôts nouveaux hormis ceux qui ont été décidés et ceux qui le seront (exemple la transition énergétique avec augmentation des énergies y compris du  carburant, la sécu ou encore l’assurance chômage) ; bref du Hollande pur sucre peut-être adapté dans le cadre des synthèses d’un conseil général ou du PS mais pas de quoi rassurer sur les perspectives économiques et sociales. L’exercice n’était pas facile puisque d’après les sondages 60% des français sont contre la politique développée jusqu’ici en Syrie et que 80%  expriment un ralbol fiscal.

Hollande –Télé : rétropédalage sur la Syrie et flou sur le reste

Hollande –Télé : rétropédalage sur la Syrie et flou sur le reste

 

Pas grand-chose à attendre de l’Intervention de Hollande sur TFI ; sans doute un long développement en forme de rétropédalage sur la Syrie où de faiat la France a été exclue des négociations alors que Hollande était le seul à vouloir des frappes ; Sans doute aussi une fausse promesse de pause fiscale, des approximations sur la reprise et le rappel des « grandes réformes ». Bref une  intervention sans grand intérêt. Et  qui sera sans doute peu suivie. Le président de la République répondra pendant une demi-heure environ aux questions de Claire Chazal, depuis l’Hôtel Marigny, une dépendance de l’Elysée.  La journaliste l’interrogera « sur les principales préoccupations des Français en matière d’économie, d’emploi, de sécurité, mais aussi sur les questions internationales, en particulier la situation en Syrie », a indiqué TF1.  Sans avoir le caractère solennel d’une déclaration aux Français, qu’il avait annoncée le 7 septembre, cette intervention doit lui permettre de préciser la position de la France dans le dossier syrien.  Aux avant-postes lorsque des frappes « punitives » contre le régime de Bachar al-Assad semblaient imminentes, la France est restée en marge des négociations américano-russes à Genève entre John Kerry et Sergueï Lavrov, qui ont abouti samedi à un accord sur un plan d’élimination des armes chimiques syriennes.  Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, a vu samedi « une avancée importante » dans ce plan qui donne une semaine à Damas pour présenter la liste de ces armes avec pour objectif leur élimination d’ici la mi-2014 et prévoit l’adoption d’une résolution de l’ONU se référant à la menace de recours à la force.  Dans l’opinion, François Hollande est loin d’obtenir le même assentiment sur ce dossier que sur l’intervention au Mali. Dans un récent sondage BVA, 60% des Français se disent ainsi insatisfaits de la gestion de la crise syrienne par le chef de l’Etat. « Il y a nécessité de donner des informations, des explications et un éclairage sur un sujet qui préoccupe les Français », « de rappeler les tenants et les aboutissants de la position française », reconnaît-on dans l’entourage du président.  Lundi, Paris devrait reprendre un peu la main avec un déjeuner qui réunira avec Laurent Fabius et ses homologues anglais et américains, William Hague et John Kerry.  Sur le front intérieur, le chef de l’Etat, qui fait sa rentrée sur fond de sondages stables voire en légère hausse mais toujours moroses, sera sans doute interrogé sur le cafouillage gouvernemental autour de la taxation du diesel.  Le torchon brûle avec les écologistes qui menacent de ne pas voter le budget si le gouvernement ne tranche pas en faveur d’un alourdissement des taxes sur ce carburant.  Samedi le patron d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Pascal Durand, a même lancé un ultimatum au président de la République lui donnant « six jours » pour s’engager concrètement dans la transition énergétique. Les critiques pleuvent à droite, mais aussi dans les rangs de la majorité, contre la politique fiscale de l’exécutif, marquée par une série d’augmentations de taxes, en contradiction avec la « pause » fiscale promise par le chef de l’Etat pour 2014.   »La méthode est mauvaise, l’accumulation de taxes est mauvaise, le renforcement de la fiscalité, ce n’est pas un bon signe pour la relance économique », a asséné jeudi l’ex-candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal.  La réforme des retraites, au menu du prochain Conseil des ministres, et l’inversion de la courbe du chômage promise par François Hollande avant la fin de l’année devrait aussi être au menu de cette intervention.  Autre sujet chaud sur lequel François Hollande devrait également s’exprimer à six mois des municipales, le Front national et le changement de cap à son égard de l’ex-Premier ministre UMP François Fillon.  Du point de vue de l’opinion, la position de François Hollande n’est pas bonne, il reste globalement impopulaire », estime le politologue Gaël Sliman (BVA) mais « l’horizon pourrait se déboucher un petit peu pour lui » explique-t-il, notant dans les dernières enquêtes « un fort rebond » du moral économique des Français et des chefs d’entreprise, même s’il reste bas. « Globalement, c’est une rentrée maussade mais l’automne ne sera peut-être pas aussi sombre que son début d’année », résume-t-il.

 

Télé réalité : « la vérité sur le patrimoine »

Télé réalité :  « la vérité sur le patrimoine »

Après la malheureuse affaire de Kho Lanta, il fallait trouver une nouvelle émission de téléréalité, c’est fait avec «  la vérité sur mon patrimoine ». Premier candidat Fillon  qui l’a dévoilé sur France 2. D’autres l’ont fait seulement par écrit mais pas de doute que nombreux sont ceux qui vont se livrer à cet exercice de voyeurisme truqué. On découvre déjà certains de nos élus sont pratiquement pauvres, qu’ils roulent avec des voitures de plus de dix ans, qu’ils ont des appartements ridiculement petit au regard de l’évaluation annoncée, il y a même un PEA à 120 euros, la misère ! Un détail, cette déclaration ne concerne que les biens au nom de l’intéressé en France, rien sur les biens au nom des enfants, des femmes, des copains (genre SCI) ou encore des biens et valeurs à l’étranger. D’ailleurs aucune vérification n’est prévue. Ni des services fiscaux (qui ne savent d’ailleurs pas tout), ni de la Cour des comptes.   »Les déclarations de patrimoine de tous les membres du gouvernement seront publiées d’ici le 15 avril, à l’instar des déclarations d’intérêts qui sont déjà disponibles sur le site internet du gouvernement », ont indiqué les services du Premier ministre dans un communiqué.  Marie-Arlette Carlotti a été la première ministre (déléguée aux personnes handicapées et à l’exclusion), à publier lundi sa déclaration, sur son blog. En fin d’après-midi, les deux ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, ainsi que les trois présidents de groupes parlementaires EELV (Jean-Vincent Placé au Sénat, François de Rugy et Barbara Pompili à l’Assemblée nationale) ont fait de même sur le site internet de EELV.  A droite, François Fillon a dévoilé son patrimoine lundi au journal télévisé de 20h00 sur France 2. Il a jugé cependant qu’ »a priori » il n’y avait « pas besoin d’un projet de loi pour moraliser la vie politique ».  L’ancien ministre et député UMP Laurent Wauquiez avait fait le même choix de transparence dimanche, dans Le JDD, en publiant le montant de son patrimoine.  Xavier Bertrand, lui aussi ancien ministre et député UMP de l’Aisne, s’est déclaré lundi « totalement favorable » à la transparence, même s’il n’a pas abordé la question sur un terrain personnel.  Parmi les députés socialistes, Christophe Castaner a été l’un des premiers à ouvrir le bal.   »Personne ne doit pouvoir croire que l’on s’enrichit en étant élu. Parce que nous devons être exemplaires, j’ai fait le choix d’assumer cette transparence », écrit ainsi cet élu des Alpes-de-Haute-Provence sur son blog qui détaille, par le menu, le montant de son IRFM (indemnité de représentation de frais de mandat) attribuée mensuellement à chaque député, ainsi que son patrimoine.  De même, Vincent Feltesse, député PS de Gironde et président de la communauté urbaine de Bordeaux, a décidé de « rendre des comptes » sur ses indemnités et son patrimoine, tout au long de la semaine, sur sa page Facebook.  A l’instar de leurs ministres et chefs de files, l’ensemble des parlementaires écologistes devraient publier leurs déclarations, certains, comme la députée du Val-de-Marne Laurence Abeille, l’ayant déjà fait lundi.  L’un d’entre eux pourtant, Noël Mamère, s’est déclaré lundi « pas d’accord avec cette course à la vertu ».   »Attention à ce prurit de transparence », a-t-il dit, « ce n’est pas avec des initiatives individuelles que l’on va répondre » au problème de l’affaire Cahuzac. « On est dans un Etat de droit et le président de la République a deux outils sous la main: le rapport Sauvé (ndlr: Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’Etat qui avait remis un rapport au chef de l’Etat en janvier 2011 sur les conflits d’intérêts) et les prescriptions de Lionel Jospin », a souligné M. Mamère.

 

Economie, politique, société: pages les plus regardées 30 mars 2013

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Hollande à la télé : un bricoleur, pas un stratège

Hollande à la télé : un bricoleur, pas un stratège

 

Peu  de médias ont souligné l’aspect complètement déstructuré de l’intervention de Hollande. Une mise en bouche toutefois :»On ne croyait pas que la crise allait durer» ; puis plus rien, on passe aux fiches ( de Hollande et de l’ animateur), un inventaire à la Prévert, emploi d’avenir, contrat de génération, BPI, pacte compétitivité, dématérialisation des procédures, formation, TVA, regroupement des achats des administrations, retraites, allocations familiales ; Assedic  etc.  Pas d’analyse globale, pas de perspectives, pas de stratégie, pas de vrai bouclage financier (le lendemain on apprend que dette et déficit filent encore  !). Du vrai bricolage. On aurait attendu une analyse un peu globale et pertinente des facteurs explicatifs de la crise, de leurs interactions, de leur durée, de leurs dimensions spatiales ; aussi une vision ; une perspective, un projet. Hollande n’est pas un stratège, c’est un bricoleur pragmatique, il bouche les trous quand il les aperçoit (trop tard souvent). Pendant quelques mois on a eu une présidence socialiste (en fait étatiste) avec des décisions de dépenses, maintenant on passe à la phase opposée, même pas social démocrate ou social libérale mais bricoleuse. Les français sitôt interrogés ont jugé sévèrement cette prestation 66% l’ont jugé négative. 22% seulement considèrent que Hollande a l’étoffe d un vrai président. Ce qui est certain au delà des ces aspects politiques c’est que l’économie va dans le mur avec au moins 300 000 chômeurs en plus en 2013. C’est la seule priorité : le chômage. On voit mal comment les 100 000 emplois créés (à vérifier)  par les contrats de génération et les  emplois dits d’avenir vont inverser la courbe du chômage. 100 000 emplois seront détruits faute de croissance, il y aura au mois 300 000 chômeurs en plus  et on voudrait combler tout cela avec les emplois d’avenir et les contrats de générations. Il faudrait que Hollande mette enfin les pieds à la cour des comptes pour apprendre à faire des additions. Du vrai bricolage qui sera remis en cause avant six mois mais à un moment où Hollande ne pourra plus rien imposer tellement sa popularité sera hypothéquée. Le séisme politique se prépare.

Sondage – Hollande: intervention télé ratée pour 66%

Sondage - Hollande: intervention télé ratée pour 66%

 

Selon un sondage BVA pour iTélé publié vendredi, 66% des Français qui ont vu ou entendu parler de l’interview de François Hollande jeudi soir à la télévision ne l’ont pas trouvé convaincant. A titre de comparaison, elles avaient été 52% à estimer que François Hollande n’avait pas été convaincant au cours de sa conférence de presse du 13 novembre.

Hollande-télé : où sont les économies de l’Etat

Hollande-télé : où sont les économies de l’Etat

 

Pour le moins Hollande a été très vague sur les économies du train de vie de l’Etat. Résumons, le  regroupements des achats des ministères soit 2 milliards qui restent à prouver car les ministères ont des structures de dépenses assez différentes dans ce domaine ; ensuite quelques centaines de millions pour la dématérialisation des formalités administratives. Pour le reste, il faudra attendre, on est loin des 10 milliards d’économies prévues. En cause, le refus de s’attaquer à la structure de l’Etat ou même des collectivités en général. Conclusion, c’est surtout la TVA qui fera la soudure, aussi  la hausse du barème de l’impôt, la diminution des pensions, des allocations familiales, de l’Unedic. Comme la dotation des collectivités locales va diminuer, il faut s’attendre à une hausse de la fiscalité locale. En fait, comme en 2012, le pouvoir d’achat sera surtout amputé par les hausses d’impôts et la réduction des revenus.

Le CSA veut limiter les images de guerre à la télé

Le CSA veut limiter les images de guerre à la télé

« Le Conseil a décidé d’ouvrir une consultation dont le but est de parvenir à une recommandation à l’ensemble des services de télévision et de radio du type de celle diffusée le 18 mars 2003 ‘relative au conflit du Moyen-Orient’ », selon le communiqué diffusé par le CSA. Un réunion s’est tenue avec des membres du CSA et des responsables de France Télévisions après la mise en garde adressée au groupe audiovisuel consécutive à la diffusion d’un reportage dans Envoyé spécial du 7 février intitulé « Exactions au Mali ? » France Télévisions avait ensuite demandé au CSA de revenir sur cette sanction, mais mardi le CSA a confirmé « le caractère difficilement soutenable, notamment pour des jeunes téléspectateurs âgés de 10 ans ou plus, d’images présentant, de manière appuyée et à plusieurs reprises, des restes de cadavres humains ». « Pour autant, le Conseil donne acte à France Télévisions de son souci d’attirer l’attention des téléspectateurs, dans le cadre d’une émission d’investigation, sur des événements tragiques et l’identification de leurs auteurs », écrit le CSA. En mars 2003, face à l’imminence de la guerre en Irak, le CSA avait notamment recommandé aux chaînes « de veiller à ce qu’il ne soit pas fait une exploitation complaisante de documents difficilement supportables » et aussi « de traiter avec la pondération et la rigueur indispensables les sujets susceptibles d’alimenter des tensions et des antagonismes au sein de la population ».

 

Télé : les émissions qui rapportent sont celles où les vedettes ne sont pas payées

Télé : les émissions qui rapportent sont celles où les vedettes ne sont pas payées

 

En définitive, le principe est simple quand les vraies vedettes du spectacle ne sont pas payées, c’est mieux pour la rentabilité. Quelles sont les émissions les plus puissantes et les plus rentables à la télévision ? Alors que The Voice, l’un des programmes phares de TF1 a repris, samedi 2 février, et que Top Chef, l’un des cartons de M6 redémarre ce lundi 4 février, BFM Business et Vivaki dévoilent aujourd’hui en exclusivité les revenus publicitaires 2012 des principales émissions de télé-réalité à la télévision française (pour une saison de diffusion et hors émissions spéciales ou exceptionnelles). The Voice c’est le carton télé du moment : la dernière saison a rapporté plus de 21 millions d’euros de recettes publicitaires nettes à TF1, selon les estimations de Vivaki basées sur des données brutes de Kantar. Le télé crochet prend la première place de notre classement devant MasterChef (17,3 millions d’euros) et Koh Lanta (12,7 millions d’euros), deux autres programmes signés TF1. M6 a aussi sa locomotive : l’Amour est dans le pré, quatrième de notre classement, avec près de 12 millions d’euros de revenus publicitaires. Parmi les autres programmes les plus rémunérateurs en 2012, citons Danse avec les stars (11,1 millions d’euros), suivi de Top Chef (8,8 millions d’euros), Pékin Express (8,52 millions d’euros) et La France a un incroyable talent (8,5 millions d’euros).

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol