Archive pour le Tag 'syriens'

10 000 réfugiés syriens pour les États-Unis : c’est bien peu

10 000 réfugiés syriens pour les États-Unis : c’est bien peu

Le moins que l’on puisse dire c’est que les États-Unis n’ont pas manifesté un enthousiasme excessif pour accueillir les migrants : ce n’est que très récemment que Obama s’est décidé à accepter 10 000 réfugiés d’ici la fin 2016. Des réticences qui sont liées à des questions de sécurité qu’on peut comprendre mais aussi à des considérations géopolitiques assez hésitantes de la part d’Obama concernant le proche et Moyen-Orient. Or même si Obama n’est pas le seul responsable il n’empêche que ce sont les États-Unis qui ont commencé à déstabiliser le proche et le Moyen-Orient  en  commençant par l’Irak. Le chiffre de 10 000 réfugiés qui seront accueillis aux États-Unis paraient par ailleurs assez ridicule au regard des chiffres attendus en Europe (160 000 réfugiés officiellement attendus en deux ans mais en réalité près d’un million de migrants !). À l’évidence Obama s’intéresse peu aux questions internationales et la décision de lui octroyer de manière prématurée le prix Nobel de la paix a plutôt constitué un handicap pour lui. D’une certaine manière il se trouve coincé entre cette étiquette  de paix et la nécessité pour un pays leader comme les États-Unis d’assumer sa responsabilité dans le maintien de la stabilité mondiale. De toute manière ces réfugiés ne sont pas prêts de fouler le sol des États-Unis puisqu’il faut environ deux ans de procédure. L’annonce de l’Europe vis-à-vis des réfugiés était déjà insignifiante au regard de la réalité des flux mais l’annonce des États-Unis elle est carrément ridicule. En effet une fois que le dossier d’un demandeur syrien atterrit sur le bureau du département d’État, il est transmis à des ONG dans les pays du Proche-Orient pour une présélection. Des premiers examens de santé sont pratiqués. Dans la région, les États-Unis disposent de bureaux et centres relais pour les demandeurs d’asile au Caire, à Bagdad, à Istanbul et à Beyrouth.  En matière de sécurité, pour éviter que des « menteurs, criminels ou terroristes » ne passent entre les mailles du filet, des fonctionnaires du département de la Sécurité intérieure vont régulièrement interviewer les candidats à l’exil, rappelle un diplomate américain.  Chaque cas est ensuite examiné à la loupe par des ministères et agences gouvernementales, comme le FBI, le département de la Sécurité intérieure ou le Pentagone. « Les réfugiés sont soumis aux niveaux de sécurité les plus élevés de toutes les catégories de candidats à l’entrée aux États-Unis », reconnaît le haut fonctionnaire du département d’État. De fait, depuis les attentats du 11-Septembre, l’Amérique a érigé sa « sécurité nationale » en « priorité numéro 1″. Mais depuis la crise des migrants en Europe, des voix diplomatiques et humanitaires reprochent aux Américains de ne pas en faire assez pour les Syriens et d’imposer un processus administratif d’admission bien trop lent: de neuf mois à un an par le passé, les autorités ont dorénavant besoin de 18 mois à deux ans entre le premier dépôt d’une demande d’asile et l’exil vers les États-Unis. Dès l’annonce de l’accueil d’au moins 10.000 Syriens, des critiques ont souligné qu’aucun d’entre eux ne foulerait le territoire des Etats-Unis avant le départ de la Maison Blanche du président Obama en janvier 2017. Mais le département d’Etat assure que des milliers de dossiers sont déjà bien avancés et qu’ils font tous partie des 18.000 cas recommandés par le HCR. S’il est vrai, a reconnu le haut fonctionnaire américain, qu’ »un petit nombre de réfugiés syriens a été réinstallé depuis 2011, le HCR a commencé en juin 2014 à référer beaucoup plus de dossiers, au rythme de 500 à 1.000 par mois ». « Le département d’Etat a déjà préparé les cas de plus de 10.000 personnes », a assuré ce cadre du ministère.

Migrants : des millions de Syriens en Europe

Migrants : des millions de Syriens en Europe

 

Il est clair que le plan pourtant laborieusement négocié par l’Europe concernant les migrants sera rapidement obsolète. Ce plan prévoit en effet l’accueil de 160 000 réfugiés pour les deux ans alors qu’on prévoit l’arrivée d’environ 1 million de personnes. En outre si le conflit s’éternise ce sont plusieurs millions de personnes qui pourraient être concernées. Au-delà de l’urgence humanitaire l’union européenne doit sérieusement remettre en cause une politique internationale indigente vis-à-vis des conflits au Proche et Moyen-Orient. De ce point de vue l’Allemagne généreuse pour l’accueil des réfugiés ne se montre guère impliquée pour participer au règlement des conflits notamment en Syrie. Cette absence de politique internationale commune va largement contribuer à augmenter le flux des migrants notamment de Syrie. Plusieurs millions de réfugiés syriens pourraient tenter de trouver l’asile en Europe s’il n’est pas mis fin à la guerre en Syrie, a estimé vendredi le directeur régional de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. « Il pourrait y avoir des millions et des millions de réfugiés supplémentaires quittant la Syrie pour rejoindre l’UE voire aller au-delà », a dit Peter Salama. Sans compter les déplacements de population à l’intérieur des frontières, plus de 4 millions de Syriens, sur une population initiale de 22 millions d’habitants, se sont réfugiés hors de Syrie, principalement en Turquie et au Liban depuis le début de la crise syrienne, en mars 2011, qui s’est muée en guerre civile. Plusieurs centaines de milliers ont poursuivi leur exode vers l’Europe à un rythme inédit depuis la Deuxième Guerre mondiale. D’après des données publiées vendredi par l’Organisation internationale des migrations (OIM), 432.761 migrants et réfugiés ont traversé la mer Méditerranée en direction de l’Europe depuis le début de l’année, soit plus du double des chiffres enregistrés sur l’ensemble de l’année 2014. Ils avaient alors été 197.940. Dans le détail, la Grèce avec 309.356 arrivées et l’Italie avec 121.139 arrivées sont les deux principaux pays d’entrée sur le sol européen. La Hongrie estime par ailleurs à plus de 170.000 les arrivées depuis le début de l’année, dont un grand nombre ont traversé la Grèce, la Macédoine et la Serbie avant d’entrer sur son territoire. De son côté, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui estime que 850.000 personnes seront arrivées en Europe sur les années 2015 et 2016, a salué les propositions du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, visant à répartir au moyen de quotas les dizaines de milliers de réfugiés arrivés ces derniers mois en Italie, en Grèce et en Hongrie. « Nos premières estimations montrent des besoins supérieurs mais la priorité doit maintenant être de s’assurer que tous les Etats membres participent à cette initiative et qu’elle est mise en oeuvre immédiatement », a souligné le HCR, qui prône aussi la création immédiate de centres d’accueil de taille suffisante en Italie, en Grèce et en Hongrie.

Paris et Londres : livraison d’armes aux rebelles syriens

Paris et Londres : livraison d’armes aux rebelles syriens

Paris et Londres vont demander d’avancer la prochaine réunion de l’Union européenne sur l’embargo sur les armes pour la Syrie. Et s’il n’y a pas d’accord, ils décideront d’en livrer à titre national aux rebelles, a annoncé ce jeudi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol