Archive pour le Tag 'surtout'

VL 110km-h: le pour et le contre et surtout quelle transition

VL 110km-h: le pour et le contre et surtout quelle transition

 

 

On sait que plusieurs sondages ont démontré que 90 % des français sont actuellement contre la limitation à 110 km/h de la vitesse des voitures sur autoroute. Pour autant le, JDD s’efforce de faire l’inventaire des avantages et des inconvénients de cette éventuelle mesure  pour limiter les gaz à effet de serre.

« Sur les 149 propositions formulées par la Convention citoyenne pour le climat, c’est celle qui a fait le plus polémique. Les 150 Français tirés au sort l’été dernier pour définir des mesures permettant de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 ont proposé dimanche un abaissement de la vitesse maximale sur l’autoroute. Cette réduction de la vitesse, de 130 km/h à 110km/h, n’a été adoptée qu’à 60% des voix, contre environ 90% pour le reste des autres mesures.

Déjà évoquée lors du Grenelle de l’environnement en 2007 mais jamais retenue, la limitation de la vitesse sur l’autoroute agite à nouveau les débats. Si pour certains, à l’image du député européen EELV Yannick Jadot, elle permet « d’avoir un impact substantiel, significatif, sur les émissions de gaz à effet de serre », d’autres, comme l’association 40 Millions d’automobilistes, dénoncent une « proposition malvenue et purement idéologique ». Coûts, effets sur la mortalité routière, pollution : voici les avantages et les inconvénients de la mesure.

En France, les transports sont le secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre (GES). Ils représentaient en 2017 29,4% de l’ensemble des émissions de GES du pays. Plus que les poids lourds, les voitures particulières sont responsables de 53% des émissions du secteur et 16% des émissions totales de l’Hexagone. Or, d’après la majorité des chercheurs, plus la vitesse d’une voiture est importante, plus elle émet de gaz à effet de serre. Les membres de la Convention citoyenne pour le climat avancent qu’une réduction de 20 km/h pourrait réduire de 20% en moyenne les émissions de GES sur l’autoroute. 75% des études recensées par l’Ademe (l’Agence de la transition énergétique) affirment que « la limitation de vitesse sur les routes et les autoroutes entraîne une diminution des émissions et/ou des concentrations de polluants ».

La pollution de l’air provoque chaque année 48.000 décès dans le pays. Un abaissement de la vitesse maximale autorisée sur l’autoroute permettrait d’améliorer la qualité de l’air grâce à une baisse des émissions de particules fines et d’ozone, et donc de réduire le nombre de décès prématurés.

Autre argument en faveur du passage aux 110km/h mais qui ne relève pas de l’écologie : la baisse de la mortalité routière. Selon une étude du Commissariat général au développement durable (sous l’égide du ministère de la Transition écologique et solidaire) réalisée en mars 2018, sa mise en place permettrait d’éviter 22 morts, 198 blessés graves hospitalisés et 1.852 blessés légers par an sur l’autoroute.

Si l’on tient compte du report de certains automobilistes sur les routes secondaires, lié à cette baisse de la limitation de vitesse, et du nombre d’accidents supplémentaires sur celles-ci, la mesure empêcherait 13 personnes de mourir chaque année sur les routes. Ce qui représente un bénéfice économique de 149 millions d’euros par an, selon l’étude. Un impact qui demeure cependant limité car le taux d’accidents mortels est déjà très faible sur les autoroutes.

Rouler plus lentement, c’est aussi consommer moins. D’après les conventionnaires, la limitation de la vitesse sur l’autoroute permettrait « d’économiser 1,40 euros par 100 km » sur le coût du carburant. Toujours selon le Commissariat général au développement durable, 20 km/h en moins sur l’autoroute représentent une économie totale de 360 millions d’euros, mais aussi une baisse de 5,12% de la consommation de carburant, soit 1,45 million de tonnes de CO2 en moins par an. Pas non plus de quoi révolutionner le secteur, qui en rejette environ 135 millions par an.

Un abaissement de la vitesse permettrait de fluidifier le trafic autoroutier, ce qui éviterait des surémissions de polluants provoquées par des bouchons. Par ailleurs, selon le rapport de l’Adema, les nuisances sonores seraient moins importantes si la proposition venait à être appliquée.

Si les membres de la Convention citoyenne pour le climat jugent leur préconisation « relativement aisée à appliquer » puisqu’elle consiste essentiellement à modifier le Code de la route, celle-ci entraînerait des dépenses significatives pour changer la signalétique. En considérant qu’un nouveau panneau vaut 200 euros et qu’en placer 20 par jour représente 1.200 euros de coût salarial, le Commissariat général au développement durable estime le montant du remplacement à 1,6 million d’euros sur dix ans. La Convention, elle, table plutôt sur une installation « d’au moins un an, pour une application début 2021″. Le report d’une partie du trafic vers les routes départementales et nationales se solderait lui par une perte de 76 millions d’euros pour les concessionnaires d’autoroutes.

 

Inévitablement, le passage à 110km/h augmenterait les temps de trajets des automobilistes. Selon la Convention citoyenne pour le climat, ces derniers ne perdraient qu’entre 4 à 8 minutes par heure. Un laps de temps qui paraît insignifiant à première vue, mais qui a en réalité un véritable coût économique et social, notamment pour les personnes empruntant l’autoroute pour rejoindre leur lieu de travail.

 

Le Commissariat général au développement durable évalue même cette perte à près de 1,15 milliard d’euros. Selon lui, les recettes induites par la mesure (moindre accidentalité, moindre pollution, gain de carburant) seraient bien inférieures aux coûts, avec un bilan négatif de 554 millions d’euros. Le rapport conclut donc que la réduction de la vitesse sur l’autoroute a « peu d’intérêt à être mis[e] en œuvre (ou a minima pas de manière globale au niveau national) ».

Alors même qu’elle a été instituée par Emmanuel Macron à la fin du grand débat post-Gilets jaunes, une crise en partie déclenchée par l’abaissement à 80 km/h, la Convention citoyenne pour le climat s’attaque elle aussi à l’épineux sujet des limitations de vitesse. Elle reconnaît d’ailleurs qu’une telle mesure sera « complexe à mettre en place » du point de vue de son « acceptabilité ». Pour preuve, la pétition lancée par l’association 40 Millions d’automobilistes, qui revendique déjà plus de 400.000 signataires.

D’après la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, qui s’est dit favorable à la mesure « à titre personnel », le gouvernement est « conscient de la sensibilité du sujet ». Elle a par ailleurs indiqué mercredi que l’Ademe est en train de réaliser un « bilan global » des conséquences d’une limitation à 110 km/h sur l’autoroute.

 

Dans ce bilan il faudra sans doute distinguer le volume de circulation sur autoroute urbaine où se déroule l’essentiel du trafic d’autoroutes. On sait en effet que 80 % de la population environ est maintenant concentrée auprès des grandes zones urbaines et le trafic aussi ( NDLR). Le débat tout cas est ouvert et il est loin d’être refermé pour des questions écologiques bien sûr mais aussi technologiques et économiques .L’urbanisme conditionne aussi une grande partie de la mobilité 

 

Coronavirus États-Unis : une deuxième vague en cours surtout dans le sud

Coronavirus États-Unis : une deuxième vague en cours surtout dans le sud

La situation devient catastrophique dans certains Etats surtout du Sud dont certains d’ailleurs ont décidé  de confinements prématurés «Nous avons un problème grave dans certaines zones», a averti le docteur Fauci, l’expert le plus écouté du gouvernement américain sur la pandémie. Cette évolution inquiétante des chiffres en hausse nourrit aussi des inquiétudes maintenant en Europe compte tenu de la très grande mobilité des biens et des personnes entre la zone américaine et l’Europe. L’Europe qui pensait avoir maîtrisé l’essentiel de la crise et qui désormais ne peut écarter l’hypothèse d’une seconde vague pour l’essentiel importé d’Amérique notamment des États-Unis. Les mauvaises nouvelles américaines émanent du Sud, là où nombre de gouverneurs avaient suivi l’appel du président Donald Trump à rouvrir l’économie. D’une certaine manière les États-Unis sont confrontés maintenant à une double crise une crise économique avec conséquences des vagues de licenciements dans plusieurs secteurs mais aussi une crise sanitaire incontrôlée, les deux aspects interagissant entre eux. Il est clair que la politique irresponsable du président américain a largement influencé le laxisme de la politique sanitaire américaine. D’abord parce que le risque lui-même à été contesté par le président américain. Ensuite il n’a pas voulu impulser le confinement qui aurait limité l’expansion de la maladie enfin parce que préoccupé par le tassement économique il a voulu réouvrir prématurément toutes les activités, les activités économiques bien sûres mais aussi sociales et plus généralement sociétale. Une erreur qui pourrait lui coûter très cher leur de la prochaine élection américaine. Concentrés au Texas, en Oklahoma, Floride, Georgie, Caroline du Sud et Alabama, 36.880 nouveaux cas positifs au coronavirus ont été recensés mercredi, essentiellement des jeunes contaminés dans les bars et lors de rassemblements publics sur les plages ou en discothèque. À Houston, Texas, une ville pourtant richement pourvue en établissements médicaux, les services hospitaliers fonctionnaient à 97 % d’occupation des lits équipés de respirateurs et courent le risque d’être submergés dans les tout prochains jours.

Cruelle ironie, les États «parias» au début de la propagation du virus, New York et le New Jersey, sont aujourd’hui ceux qui ont décidé d’imposer une quarantaine à l’encontre des voyageurs originaires des États touchés à leur tour. Les résidents de neuf États en particulier, ainsi que les New-Yorkais rentrant chez eux après un long exil de trois mois à la campagne, sont visés par cette obligation, annoncée mercredi par le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, encadré par ses homologues du New Jersey et du Connecticut. Tous trois tablent sur les déclarations de foi et l’honnêteté des voyageurs concernés, les dénonciations des réfractaires et des amendes substantielles pouvant s’élever à 2000, voire 10.000 dollars, pour faire appliquer une telle quarantaine.

L’«Empire State», qui a subi la pire hécatombe du pays avec plus de 25.000 morts (pour un total de 121.000 dans tout le pays), fait partie des trois seuls États à l’heure actuelle qui semblent avoir réussi à contrôler la pandémie. Trois mois auparavant, lorsque New York en état de siège, affrontait un nouveau «Pearl Harbor», la Floride et le petit État de Rhode Island (nord-est) avaient imposé des restrictions similaires aux New-Yorkais fuyant la métropole pour se réfugier dans leurs résidences secondaires.

 

«  ce n’est vraiment pas le moment de relâcher notre vigilance en matière de tests, a déclaré le sénateur du Texas John Cornyn, un fidèle de Trump. Je pense qu’il nous faut élargir ce soutien fédéral pour le Texas, du moins tant que nous n’aurons pas dompté cette envolée des cas positifs».

En Floride, où 5508 nouveaux cas ont été recensés mercredi, les sénateurs républicains Rick Scott et Marco Rubio ont eux aussi pris le contre-pied du chef l’État, intimant à leurs administrés de porter un masque en permanence et rappelant qu’une telle mesure est exclusivement sanitaire, et non politique. Le «Sunshine State» mais aussi le Texas ont annoncé vendredi la fermeture des bars et débits de boisson pour tenter d’enrayer la propagation du virus.

Cette embardée ne touche pas que les imprudents États «rouges» (conservateurs) du Sud. La Californie enregistre, elle aussi, une recrudescence notable des cas de coronavirus et pourrait être ajoutée à la liste des États justifiant une mise en quarantaine à New York et dans ses environs. Selon le gouverneur Gavin Newsom, le nombre de patients hospitalisés en lien avec une infection au Covid-19 a bondi de 32% au cours des deux dernières semaines, pour atteindre 4.240 personnes. Mercredi, le parc d’attractions Disneyland, situé à Anaheim près de Los Angeles, a annoncé que sa réouverture initialement envisagée le 17 juillet, était reportée sine die. Gavin Newson a demandé -mais pas ordonné- vendredi au comté d’Imperial, à la frontière mexicaine, d’imposer de nouveau un confinement à ses 175.000 habitants («stay at home order»), alors qu’il est apparu que le taux de contamination de sa population est de 23%, contre 5,7% à l’échelle nationale.

Cité en exemple pour sa gestion de la pandémie au début de la crise sanitaire, le «Golden State» doit désormais faire face à une préoccupante recrudescence de cas de Covid-19, notamment chez les jeunes. Premier Etat à avoir ordonné un confinement général fin mars, la Californie a aussi mis le paquet sur sa capacité à tester les malades potentiels, élément clef pour juguler l’épidémie. Les causes probables de cette rechute sont difficiles à pointer précisément du doigt, mais les regards convergent vers un relâchement des comportements, en particulier chez les plus jeunes. «Nous ne pouvons pas continuer comme nous l’avons fait ces dernières semaines», a averti le gouverneur Newsom, qui a rendu le port du masque obligatoire dans tout l’Etat depuis la semaine dernière.

Officiellement, les consignes interdisent toujours aux membres de différents foyers de se retrouver dans un même espace clos. Mais avec la réouverture progressive de l’économie, restaurants et salles de sports inclus, les Californiens ont depuis longtemps recommencé à se retrouver pour des anniversaires, des barbecues ou des sorties à la plage. «Je ne suis pas naïf, les gens se mélangent et cela accroît la propagation de ce virus», a lancé Gavin Newsom. «Il nous faut reconnaître que ce sont nos comportements qui aboutissent à ces chiffres et que nous mettons des vies en danger», a-t-il insisté.

Les patients infectés sont «de plus en plus jeunes», s’est inquiété le gouverneur, qui s’est adressé directement à eux: «Vous êtes jeunes, donc vous vous sentez un peu invincibles. Mais avec tout le respect que je vous dois, cet état d’esprit est souvent égoïste.»«Même s’ils ne sont pas les plus à risque pour des formes graves de la maladie, ils sont les plus à risque pour la propager», a mis en garde le Dr Barbara Ferrer, responsable de la santé pour le comté de Los Angeles, principal foyer de Covid-19 en Californie.

Autre élément pouvant expliquer l’augmentation de la diffusion du virus: les manifestations anti-racistes dénonçant la mort de George Floyd sous le genou d’un policier fin mai, qui ont réuni des dizaines de milliers de personnes pendant de longues heures, souvent sans distanciation physique. Même s’il est difficile de l’assurer, «je veux dire qu’il est très probable, étant donné la hausse que nous voyons, qu’il s’agisse de gens qui ont pu se trouver dans une foule durant l’une des manifestations», a déclaré le Dr Ferrer.

«Je ne pense pas que l’Etat de Californie fasse quelque chose de mal, ça a à voir avec la réaction des gens au processus de réouverture», a déclaré récemment le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses. «Si vous ne gardez pas vos distances, que vous ne portez pas de masque, que vous rouvrez trop tôt, vous allez assister à un pic du nombre de cas, ça n’a rien de sorcier», renchérit le Pr Anne Rimoin, épidémiologiste et spécialiste en santé publique de l’université UCLA à Los Angeles. «La réalité, c’est que nous allons avoir bien plus de cas et beaucoup plus de morts si nous ne faisons pas tous attention», résume cette spécialiste du virus Ebola.

Achat de véhicules propres : surtout le remplacement de petits véhicules

Achat de  véhicules propres : surtout le remplacement de petits véhicules

Le plan automobile a le mérite de poser la problématique des moteurs électriques et  hybrides mais pour l’essentiel il va surtout servir à amortir les énormes stocks de voitures non vendues. Une vente qui va surtout bénéficier aux petits véhicules dont d’ailleurs la plupart sont construits à l’étranger. Des véhicules qui peut-être consommeront 1 l de moins en 100 km mais guère plus

Le décret publié dimanche au Journal officiel institue d’abord, jusqu’à la fin de l’année, une hausse du bonus écologique pour acheter un véhicule neuf hybride, qui passe de 6000 à 7000 euros pour les particuliers et de 3000 à 5000 euros pour les entreprises et les collectivités. Il crée par ailleurs un bonus écologique de 2000 euros pour l’achat d’un véhicule hybride (essence électrique) rechargeable et fait passer la prime à la conversion jusqu’à 3000 euros pour un véhicule thermique et jusqu’à 5000 euros pour un véhicule électrique ou hybride rechargeable.

Par ailleurs, le plafond de revenu fiscal permettant de bénéficier de primes plus importantes est relevé à 18.000 euros. Enfin, la prime à la casse pour le remplacement d’un véhicule par un autre moins polluant est élargie aux véhicules essence immatriculés avant 2006 et aux diesels d’avant 2011. D’autres mesures resteront en place l’an prochain, comme le doublement, dans la limite de 1000 euros, de la bonification de la prime à la conversion pour les personnes habitant ou travaillant dans des zones à faibles émissions.

L’ensemble des mesures visant à soutenir la demande et à aider les constructeurs représente un effort de 1 milliard d’euros, sur un plan de soutien à la filière supérieur à 8 milliards d’euros qui inclut notamment les prêts garantis et les mesures de chômage partiel.

 

 

Coronavirus : « surtout la discipline » ( urgentiste)

Coronavirus : « surtout la discipline » ( urgentiste)

Réglementation sans doute, mais surtout du civisme ce que recommande  sur d’Europe 1, Raphaël Pitti, médecin anesthésiste et réanimateur en renfort au CHU de Metz; depuis le début de la crise sanitaire, il exhorte les Français à la discipline et au civisme, après la découverte d’un nouveau foyer de contamination en Dordogne. « C’est dans cette discipline que nous pourrons limiter le nombre de victimes du coronavirus », a-t-il insisté.

« Chacun de nous est responsable de lui-même et des autres », rappelle le professeur Raphaël Pitti, médecin urgentiste humanitaire, anesthésiste et réanimateur en renfort au CHU de Metz (Lorraine). Invité d’Europe 1, samedi soir, celui-ci a réagi à la découverte d’un nouveau foyer de contamination en Dordogne, implorant les Français à « être vigilants chacun pour soi et chacun pour tous.

 

Selon lui, le virus ne demande qu’à se propager. Dans ces conditions, le relâchement du confinement est du pain béni pour le Covid-19  »qui se sert de nous pour se déplacer ». Si, comme le rappelle le docteur Raphaël Pitti, le virus « a réussi à faire le tour de la Terre en 18 jours », il n’est pas étonnant qu’il se soit propagé de personne en personne lors de funérailles ayant rassemblé des dizaines de personnes dont plusieurs arrivaient du Portugal et de Suisse. « Il nous faut apprendre à nous discipliner aussi fortement que savent le faire les Japonais ou les Sud-Coréens », déclare-t-il encore.

 

 

Coronavirus Chine : 30 nouveaux cas surtout  » importés de l’étranger « 

Coronavirus Chine : 30 nouveaux cas surtout  » importés de l’étranger « 

Il  y a sans doute de quoi s’interroger sérieusement sur les chiffres fournis par la Chine et ses commentaires concernant la progression du Coronavirus. Il paraît de plus en plus clair que les statistiques chinoises ont été complètement faussées. En effet, la Chine n’a retenu que 4500 morts pour une population d’un milliard 500 millions .

À comparer évidemment aux presque 100 000 morts de l’Europe pour autour de 400 millions d’habitants. Une deuxième vague de contamination semble être en cours en Chine. Les chiffres annoncés sont tout aussi ridicules.

Parmi ces nouveaux cas, 23 ont été importés, une hausse de 11 cas comparé à la veille. Par ailleurs, les autorités sanitaires ont aussi recensé une hausse des cas asymptomatiques qui passent de 37 à 42.

Au total, le coronavirus a contaminé 82.788 personnes et causé 4.632 décès en Chine continentale, selon les données officielles. Des chiffres sans doute multipliaient par 10 par 100 qui posent un sérieux problème de coopération avec la dictature chinoise.

Gouvernement: des réformes surtout inégalitaires

Gouvernement: des réformes surtout  inégalitaires

Macron aura évidemment des difficultés à se défaire  de cette étiquette de président des riches d’abord parce que son premier geste a été de supprimer l’impôt sur la fortune mais aussi parce que l’ensemble des mesures prises depuis son arrivée favorise surtout les plus aisés en tout cas les moins défavorisés. Pas tellement étonnant que les électeurs de gauche qui ont permis son élection  se soient éloignés  du parti la république en marche. Un parti qui n’est plus soutenu que par des électeurs de sensibilité de droite au point d’ailleurs de ce substituer en grande partie à l’ancien parti de Sarkozy, les républicains .En analysant les mesures socio-fiscales mises en place depuis 2018, l’OFCE  constate que sur les 17 milliards d’euros distribués aux ménages français, 4,5 milliards concerneraient les 5% des personnes les plus riches du pays.

Cette politique inégalitaire et le plus en plus rejetée par une majorité de Français. Le rejet d’Emmanuel Macron et de sa politique se confirme dans le nouveau sondage Elabe de février . Ainsi, 61% des personnes interrogées estiment que le président de la République devrait prendre en compte la contestation de la réforme des retraites et retirer le projet. En outre, 69% des Français pensent que le chef de l’État ne sera pas réélu en 2022.

 

LOFCE  affirme que les 5% les plus pauvres devraient perdre en moyenne 240 euros par an. La réforme de l’assurance chômage et des allocations logement seraient des causes majeures de cette perte significative. Le gouvernement réfute ces chiffres, mettant en avant le plan pauvreté qui n’aurait pas été assez pris en compte.

 

Les 5% des Français les plus riches gagneraient chaque année 2 905 euros en moyenne. Cela s’explique notamment par la suppression de l’impôt sur la fortune ou de l’arrivée de la « flat tax », une taxe sur les revenus du capital qui s’avèrent davantage favorables dans certains cas.

 

Selon un sondage Odoxa  , près de deux Français sur trois (64%) jugent qu’Emmanuel Macron est un « mauvais président », selon un sondage Odoxa à l’occasion des « 1000 jours » de son entrée en fonction, publié jeudi. Un tiers des personnes interrogées (32%) le considère même comme « un très mauvais président ». Inversement, il est perçu par 36% comme un « bon » chef de l’État.

Ceux qui ont une mauvaise opinion de lui le considèrent à 62% (-7 par rapport à une enquête de juillet 2019) mauvais en raison « de ses actions et de la politique qu’il a menée ». Et pour 37% (+7) à cause « de son attitude, son ton et sa communication », selon cette enquête avec Dentsu Consulting, Le Figaro et France Info.

 

 

Contrats courts: surtout dans les TPE

Contrats courts: surtout dans les TPE

Selon la dernière étude du ministère du Travail publiée ce jeudi 6 février, la proportion de salariés à temps partiel était de 27,5% à la fin de l’année 2018. Si ce chiffre est en légère baisse depuis 2012 (28,9%), le recours à ce type de contrat reste bien plus fréquent dans les plus petits établissements. Dans les entreprises ayant plus de 10 salariés, le taux moyen descend à 17,6%. Derrière cette moyenne pour les TPE, des disparités importantes subsistent en fonction des secteurs. Environ 11% des salariés dans la construction sont dans cette situation contre 52% dans « l’enseignement privé, la santé et l’action sociale ».

La légère diminution du recours aux contrats courts et au temps partiel ces dernières années peut s’expliquer par une amélioration de la conjoncture. Le ralentissement de l’activité et une hausse du chômage peuvent inciter les entreprises à proposer ce type de contrat.

Si le temps partiel est parfois choisi, de nombreuses catégories de personnes peuvent subir ce type de proposition. C’est particulièrement le cas des femmes. Elles sont 40% à connaître des contrats de travail à temps limité contre seulement 15% chez les hommes dans les TPE. Cette différence est particulièrement marquée dans la construction et l’industrie. Ces écarts sont encore plus criants dans l’économie en général. Les chiffres communiqués par le service statistique du ministère du Travail indiquent que les femmes (29,8%) sont en proportion quatre fois plus à temps partiel que les hommes (7,9%). Les interruptions de carrière liées à la grossesse, les discriminations peuvent en partie expliquer de telles inégalités.

Le poids des CDD dans les très petites entreprises (13,8%) est supérieur à celui mesuré dans les entreprises de plus de 10 salariés. « À titre de comparaison, dans les entreprises de 10 à 19 salariés, 9,9 % des salariés sont en CDD au 31 décembre 2018. Fin 2018, 24,3 % des TPE – soit plus de 280.000 entreprises – emploient des salariés en CDD. Les femmes sont moins employées en contrat court que les hommes (12,2 % contre 14,1 %) » explique l’organisme de statistique. La proportion de contrats courts est plus importante dans l’industrie (14,9%) que dans la construction (13,2%) ou les services (13%). Dans le tertiaire, le recours au CDD peut être massif, notamment dans les arts et spectacles (20,2%).

Impôts : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

Impôts : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

 

L’écart en pourcentage est faible concernant l’augmentation du pouvoir d’achat des plus riches (, 1,4% ), par rapport aux plus pauvres),( 1.1%) mais la différence est de taille en valeur absolue. Une progression de 180 € en moyenne pour les plus pauvres après les mesures fiscales de 2018 et de plus de 800 € pour les plus riches. Bref de la redistribution mais à l’envers. Pour parler clair Macron a récompensé surtout ceux qui avait voté pour lui sans parler des cadeaux spécifiques aux grandes entreprises qui ont financé sa campagne. Depuis son accession à la présidence en 2017, Emmanuel Macron a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune par un impôt sur la fortune immobilière et mis en place un prélèvement forfaitaire unique (“flat tax”) de 30% sur les revenus du capital.

Sous son impulsion, le gouvernement d’Edouard Philippe a également réduit la taxe d’habitation et transféré une partie des cotisations sociales vers la CSG (contribution sociale généralisée), une bascule qui a pénalisé les retraités, relève l’Insee.

L’effet consolidé de ces mesures a conduit à une hausse globale du niveau de vie de 1,1%, note l’Institut national de la statistique, mais cette augmentation s’est élevée à 1,4% pour les 10% de Français les plus aisés.

“Les mesures socio-fiscales mises en oeuvre en 2018 font augmenter le niveau de vie beaucoup plus fortement sur cette catégorie (+790 euros par an en moyenne), que pour le reste de la population (+130 euros à +230 euros en moyenne par an)”, souligne l’Insee.

Destinées en théorie à encourager l’investissement, la croissance et l’emploi, les réformes fiscales d’Emmanuel Macron ont également nourri son image de “président des riches” et alimenté la contestation des “Gilets jaunes”.

Fiscalité : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

Fiscalité : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

 

L’écart en pourcentage est faible concernant l’augmentation du pouvoir d’achat des plus riches (, 1,4% ), par rapport aux plus pauvres),( 1.1%) mais la différence est de taille en valeur absolue. Une progression de 180 € en moyenne pour les plus pauvres après les mesures fiscales de 2018 et de plus de 800 € pour les plus riches. Bref de la redistribution mais à l’envers. Pour parler clair Macron a récompensé surtout ceux qui avait voté pour lui sans parler des cadeaux spécifiques aux grandes entreprises qui ont financé sa campagne. Depuis son accession à la présidence en 2017, Emmanuel Macron a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune par un impôt sur la fortune immobilière et mis en place un prélèvement forfaitaire unique (“flat tax”) de 30% sur les revenus du capital.

Sous son impulsion, le gouvernement d’Edouard Philippe a également réduit la taxe d’habitation et transféré une partie des cotisations sociales vers la CSG (contribution sociale généralisée), une bascule qui a pénalisé les retraités, relève l’Insee.

L’effet consolidé de ces mesures a conduit à une hausse globale du niveau de vie de 1,1%, note l’Institut national de la statistique, mais cette augmentation s’est élevée à 1,4% pour les 10% de Français les plus aisés.

“Les mesures socio-fiscales mises en oeuvre en 2018 font augmenter le niveau de vie beaucoup plus fortement sur cette catégorie (+790 euros par an en moyenne), que pour le reste de la population (+130 euros à +230 euros en moyenne par an)”, souligne l’Insee.

Destinées en théorie à encourager l’investissement, la croissance et l’emploi, les réformes fiscales d’Emmanuel Macron ont également nourri son image de “président des riches” et alimenté la contestation des “Gilets jaunes”.

Retraites: une réforme surtout pour le régime général ?

Retraites: une réforme surtout pour le régime général ?

 

 A entendre les reculs successifs du gouvernement concernant le dossier explosif des retraites , il se pourrait bien que la réforme cerne essentiellement et en premier le régime général. En effet, dans un premier temps, le premier ministre avait affirmé que les régimes spéciaux prendraient tout leur temps pour intégrer  la réforme. Par ailleurs, Macron laisse entendre maintenant que la mise en œuvre pour les régimes spéciaux pourrait ne concerner  que les nouveaux entrants. En clair, la réforme pourrait ne s’achever avant 2065 ou 2070. À l’inverse pour le régime général,  les modifications prendraient effet en 2030 et peut-être même en 2025 pour des motifs financiers. En clair, le fameux système par points concernerait surtout en premier le privé aussi bien concernant les modalités de la réforme que la question centrale du montant des retraites.

Le passage à un système par points hérisse notamment Yves Veyrier, le secrétaire général de Force ouvrière. « On brandit chaque fois la question des régimes spéciaux, mais là, ce qui disparaît, c’est le régime général, pour l’ensemble des salariés. Et avec lui les 25 meilleures dernières années » dans le calcul des pensions, a-t-il expliqué lundi sur Europe 1.

« Du côté du gouvernement, on commence à percevoir que cette réforme ne passe pas comme ils le croyaient. La réforme n’apparaît pas plus simple, pas forcément plus juste », veut croire le syndicaliste. De son côté la CFDT a mis en garde le gouvernement si les principes de la réforme reposent exclusivement sur des considérations financières lesquelles s’appliqueraient essentiellement au privé soit en 2035 soient en 2025. Il est clair que pour le gouvernement l’enjeu est  financier du fait en particulier de l’accentuation des déséquilibres démographiques. Le gouvernement marche cependant sur des œufs dans la mesure où  le début de la mise en œuvre de la réforme ne prendra effet qu’à la fin d’un éventuel deuxième mandat de Macron . En fait, les premiers bénéfices de la réforme seront pour le successeur de Macron en termes politiques.

CICE : profitable surtout aux grandes entreprises mais pas forcément à l’emploi

CICE : profitable surtout aux grandes entreprises mais pas forcément à l’emploi

 

C’est le bilan de l’institut des politiques publiques (IPP). Ce CICE (23 milliards !) était destiné à baisser le coût du travail pour faciliter l’embauche, doper l’investissement et redresser les marges des entreprises. En fait, il a surtout profité aux grandes entreprises et peu aux entreprise moyennes et petites qui sont pourtant celles qui embauchent le plus. Le problème est que cette réduction de charges a été mal ciblée, il a même été destinée a des entreprises non soumises à la concurrence internationale ou même à la Poste ! L’efficacité de cette politique de l’offre reste toujours aussi floue malgré la multiplication des évaluations. Depuis le premier janvier 2019, le CICE a été transformé en baisse pérenne de cotisations patronales. Et là encore, des travaux des économistes de l’institut des politiques publiques (IPP) ont montré que son impact « sur la compétitivité et l’emploi est incertain » à moyen ou long terme.

L es mesures générales de baisse du coût du travail concernent un ensemble de dispositifs très disparate. Sur les 55 milliards d’euros, le CICE représente près de la moitié de l’enveloppe (23 milliards d’euros).

Les auteurs du rapport montraient que le taux de non-recours pour les micro-entreprises (10,9%), les petites et moyennes entreprises (4,8%) ou les entreprises de taille intermédiaire (6,3%) était très élevé au regard de celui des grandes entreprises. En effet, les grands établissements affichaient à l’époque un taux de non-recours de 0%.

Suppression de l’ISF : le profit surtout aux 5% les plus riches

Suppression de l’ISF : le profit surtout aux 5% les plus riches

En fait ce sont surtout les plus riches,  c’est-à-dire environ 5 % de la population qui ont bénéficié du cadeau fiscal constitué notamment par la suppression de l’impôt sur la fortune. Une réforme qui avait été vendue par Macron pour prouver que c es cadeaux fiscaux permettraient aux capitaux de s’orienter vers l’investissement productif, qu’ils viendraient donc soutenir la croissance et l’emploi. Rien  de tout cela n’a pu être constaté même si l’évaluation de ce genre de dispositif est toujours difficile à effectuer. Ce qu’on a constaté par contre c’est   une  forte hausse des dividendes versés aux ménages fortunés. En revanche, la réforme n’aurait pas fait revenir les exilés fiscaux, mais elle aurait tout de même permis d’éviter certains départs. Les effets sur la croissance et sur l’emploi ne sont pas mesurables. De nouveaux travaux de recherche vont être menés, dont les résultats sont attendus pour 2021.

 

Réforme de la Constitution : une urgence surtout électorale

Réforme de la Constitution : une urgence surtout électorale

Le projet de réforme de la constitution a surtout une visée électorale. D’abord, il s’agit de satisfaire les revendications populistes en diminuant d’un quart  le nombre de parlementaires. Ensuite, on  en profitera pour donner un bon coup de peinture verte à cette constitution en affirmant l’importance de l’environnement et de la biodiversité. Autant de mesures qui ne mangent pas de pain mais qui seront sans grands effets sur la démocratie et sur les orientations de la politique écologique. En fait, face  aux doutes et à la contestation de 65 à 70 % des citoyens vis-à-vis de la politique de Macron, on a surtout cherché des révolutions constitutionnelles susceptibles d’être largement approuvées. Pour la forme, on a aussi introduit une évolution concernant le référendum. Son champ sera étendu mais il sera encore davantage cadenassé, de sorte qu’il  sera pratiquement impossible à utiliser. Évidemment il y a bien d’autres urgences que celle de la réforme de la constitution mais la seule préoccupation du gouvernement et de Macron est d’obtenir coûte que coûte un fort  pourcentage d’adhésion quelque soit en la question posée.

L’écologie devrait intégrer le premier article. « (La République française) agit pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre les changements climatiques», devrait mentionner la loi fondamentale.

Le champ du référendum devrait être élargi aux «réformes relatives aux questions de société»,

le nouveau RIP sera toutefois plus encadré: il ne pourra pas viser l’abrogation d’une disposition promulguée «depuis moins de trois ans», ni d’«une disposition en cours de discussion au Parlement». Sur la forme, le RIP doit intégrer un titre à part entière de la Constitution, consacré à la «participation citoyenne».

Le CESE devrait devenir le Conseil de la participation citoyenne (CPC).

Développement de l’Afrique : surtout avec les femmes

Développement de l’Afrique : surtout avec  les femmes

Rima Le Coguic, directrice Afrique de l’Agence française de développement fort courageusement mais le doigt sur la question centrale des femmes dans le développement de l’Afrique (tribune du Monde). Un papier intéressant et très lucide  qui pourrait être encore plus radical dans la mesure où bien souvent malheureusement dans les familles c’est souvent la seule femme qui travaille et  subvient aux besoins de la famille. D’où sans doute aussi une capacité de gestion financière des femmes bien supérieure à celle des hommes. Mais il s’agit là d’une sorte de tabou, dommage car c’est sans doute une des conditions centrales du développement. Le problème c’est que la plupart des plans de développement sont essentiellement discuté avec des hommes !

 

 

« Aujourd’hui, l’Afrique est le continent où les femmes sont les plus actives sur le plan économique. C’est le continent où la participation des femmes au marché du travail est la plus élevée (plus de 60%, supérieure aux taux des pays européens et occidentaux) et où l’entrepreneuriat féminin est le plus développé (24% d’entre elles ont créé leur entreprise, contre 6% en Asie et 12% en Amérique). Porteuses d’un véritable dynamisme économique, elles sont en particulier présentes dans les secteurs de l’agriculture et de l’éducation, et se tournent davantage vers les nouvelles technologies et le digital.

Cette réalité parfois méconnue n’empêche pas que les femmes en Afrique font face à des obstacles encore plus grands qu’ailleurs. Elles ont un accès plus limité que les hommes au crédit bancaire et autres outils de financement. Selon la Banque africaine de Développement (BAD), elles sont propriétaires de 48% des entreprises en Afrique mais elles ne représentent que 20% de la population ayant accès à un compte bancaire. En définitive, l’organisation estime que les besoins en financement non couverts pour les femmes entrepreneures s’élèvent à 42 milliards de dollars.

Par ailleurs, les conditions de travail des femmes, notamment dans le secteur informel, sont moins bonnes que pour les hommes. Ainsi, les femmes en Afrique perçoivent des revenus inférieurs à celui des hommes -jusqu’à 30% de moins dans le seul secteur agricole où elles sont très présentes. À ces activités économiques nécessaires à leur autonomie financière et pour subvenir aux besoins de leur famille, s’ajoute la lourde charge des tâches domestiques qu’elles assurent en grande partie. Ainsi, l’Afrique est le continent où les femmes passent le plus de temps à s’occuper de tâches domestiques non rémunérées. Un écart constaté dès leur plus jeune âge et qui alimente largement le décrochage scolaire.

Le président Emmanuel Macron l’a clairement exprimé dans son discours à Ouagadougou en novembre 2017 et l’a réaffirmé lors de la conférence G7 Développement & Éducation en juillet dernier : l’égalité femmes-hommes est la grande cause de son quinquennat, en France et à l’international.

L’Agence française de développement (AFD) s’engage ainsi sur le terrain pour améliorer le quotidien des femmes entrepreneures en finançant des lignes de crédit à des institutions locales, comme l’Agence de Développement des Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MSMEDA) en Egypte ou l’Industrial Development Corporation(IDC) en Afrique du Sud.

Dans les deux cas, l’objectif est le même : encourager les institutions locales à proposer davantage de financements aux femmes entrepreneures tout en les accompagnant dans leurs démarches de financements.

L’accompagnement des femmes issues des quartiers défavorisés est un autre levier pour les aider dans leurs projets. Au Tchad, 350 porteuses de projets sont déjà accompagnées par l’AFD. En Egypte, un nouveau projet vise à amener 1.500 femmes de Louxor et du Grand Caire vers l’emploi salarié ou entrepreneurial, alors que l’Afrique du Nord se distingue du reste du continent en matière d’accès à l’emploi des femmes.

La réduction des inégalités de genre est ainsi un enjeu prioritaire dans l’objectif d’éradiquer la pauvreté et de réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030. Selon l’OIT, réduire les inégalités de genre permettrait d’augmenter le PIB du continent de plus de 4% d’ici 2025. C’est aussi un enjeu social majeur car les femmes utilisent la quasi-totalité de leurs revenus pour leurs enfants, soutenant ainsi le développement des communautés. Convaincue qu’il est vain de penser le développement sur le continent sans miser sur les femmes, l’AFD prévoit que 50% de ses engagements annuels soient dédiés à des projets liés aux questions de genre d’ici 2022 en Afrique.

En s’affirmant comme des agents du développement économique et social à part entière, les femmes africaines travaillent autant à leur autonomisation qu’elles contribuent au développement inclusif de l’Afrique. »

G7 : un sommet pour surtout valoriser Macron

G7 : un sommet pour surtout valoriser Macron  

Avec le temps et dès les jours prochains, les médias prendront le recul nécessaire pour relativiser l’importance du G7 qui aura surtout permis à Macron de se valoriser. Ainsi il aura essayé de compenser par sa posture internationale son manque de crédit au plan national. Le G7 aura surtout été une grosse opération de communication pour Macron. Le président de la république en a profité occuper tous les jours la télévision et les autres médias. Pour le reste les orientations du G7 constituent de très vagues promesses. Pour compenser l’absence du sujet environnement au cours de ce G7, Macron s’est polarisée sur la situation de l’Amazonie en critiquant à juste titre beaucoup le président brésilien qui par ailleurs a refusé l’aide décidée par le G7. Notons cependant une orientation nouvelle vis-à-vis du projet d’accord commercial avec le Brésil (aussi avec l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay).

Négocié depuis 20 ans, le vaste traité de libre-échange entre l’Union européenne et plusieurs pays d’Amérique du Sud (Mercosur) ne sera pas avalisé «en l’état» par la France, a assuré Emmanuel Macron, alors qu’il le jugeait encore «bon» à la fin du mois de juin. «En l’état, je ne signerai pas le Mercosur», a-t-il souligné, en invoquant des inflexions du président brésilien sur l’Accord de Paris sur le climat. Selon Emmanuel Macron, Jair Bolsonaro a, depuis son élection en octobre dernier, «envoyé plusieurs messages disant clairement qu’il sortirait de fait» de l’Accord de Paris. Or, «je veux que l’Accord de Paris soit respecté par tous ceux qui signent», a répété le président. Pour le reste, le traité pose des «conditions inédites» sur le plan des contrôles et de l’écologie, a-t-il garanti, alors que le texte inquiète des éleveurs européens comme des écologistes.

Mais le coup médiatique aura été, la venue du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif,. «Ce n’est pas un coup de poker», a assuré le chef de l’État sur France 2. «C’est je crois, le rôle que la France doit jouer.» Convaincu qu’«on n’a pas tout réglé» sur le sujet, Emmanuel Macron a mis en avant les deux points sur lesquels les membres du G7 sont «d’accord»: «on ne veut pas que les Iraniens puissent avoir la bombe nucléaire, et on ne veut pas qu’il y ait d’escalade pour créer la guerre». Face aux sanctions américaines contre l’Iran et devant le «risque d’embrasement», le président s’est aussi félicité que Donald Trump ait jugé réaliste une rencontre avec le président iranien dans les semaines à venir. «On a baissé la pression», a-t-il résumé. Preuve que le G7 aura surtout servi de moyens de communication et de promotion pour Macron, lors  de son intervention de lundi soir à la télé il a parlé de l’évolution de la réforme des retraites

Dans la perspective de la réforme des retraites prévue pour le début de l’année prochaine, Emmanuel Macron a indiqué sa préférence: un calcul des droits à la retraite lié à la durée de cotisation plutôt qu’à l’âge de départ. Pour «que ce soit juste en termes de cotisations (…), je préfère qu’on trouve un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge, car si vous avez un accord sur la durée, si vous commencez plus tard, vous finissez plus tard, et quand vous commencez plus tôt vous partez plus tôt». «Je veux que cette réforme incarne un changement de méthode», a-t-il poursuivi. Pour le changement de méthode il ne faut sans doute pas s’attendre à grand chose de nouveau par contre ce concept de durée de cotisation au lieu de l’’âge mérite intérêt.

 

Santé alimentaire-Fruits et légumes: surtout de la flotte et des produits chimiques

Santé  alimentaire-Fruits et légumes: surtout de la flotte et des produits chimiques

Un peu moins de la moitié des principaux fruits et légumes sont importés. Souvent des productions au goût de flotte et pleines de produits chimiques et d’eau. C’est le cas en particulier des tomates élevées hors-sol ou encore des fraises. Des produits de plus en plus en provenance de pays comme le Maroc ou l’Espagne où sont installées de véritables usines à légumes et à fruits. Le comité  interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL) identifiait 4 fruits et légumes particulièrement impactés par les importations étrangères: la fraise, la tomate, la pêche-nectarine et le melon. Pour ces denrées, la part de l’«origine France» décline au profit des importations, même si on assiste à un léger regain pour les fraises. La plupart de ces produits non seulement n’ont pas de goût mais ont perdu la plus grande partie de leurs nutriments, ils peuvent être dangereux pour la santé. Selon une étude menée par l’ONG Générations futures, 89% des raisins et 88,5% des clémentines et mandarines non-bios qu’on trouve dans le commerce contiennent des résidus de pesticides.

En ce qui concerne les 33 légumes passés au crible dans cette étude de Générations futures, le plus contaminé est le céleri-branche: 84% des échantillons testés présentent des résidus de pesticides. Sur les autres marches du podium, on trouve les herbes fraîches (74,5%) et l’endive (73%). À l’opposé, l’asperge (3%) et le maïs (1,9%) sont les légumes dans lesquels on retrouve le moins de traces de pesticides.

 

Concernant les fruits, les raisins (89%), les mandarines (88,4%) et les cerises (87,7%) sont les plus pollués. Dans le haut du tableau on trouve aussi les pamplemousses, les fraises et les nectarines. Les prunes, les kiwis et les avocats sont les fruits qui contiennent le moins de résidus. On constate cependant des taux inquiétants avec respectivement 34,8% pour les mirabelles, 27,1% pour les kiwis et 23,1% pour les avocats. L’étude montre aussi que certains fruits dépassent largement les limites maximales autorisées en Europe concernant les pesticides.

Les pesticides pénètrent dans les plantes, fruits et légumes qu’ils traitent. C’est donc en mangeant des aliments traités que les consommateurs se retrouvent exposés aux pesticides. Pour le moment, difficile d’avoir une idée claire sur les risques encourus par le consommateur. En effet, les études sont peu nombreuses sur le sujet. Mais sur le site de Générations futures on peut lire que les pesticides «présentent un risque toxique pour certains organismes qu’ils ne ciblent pas. Les effets, même de faibles quantités de ces toxiques, en mélange et/ou sur de longues périodes peuvent poser de graves problèmes sanitaires: troubles neurologiques ou du comportement, du développement, certains cancers, troubles de la fertilité ou de la reproduction…». Le plus inquiétant, c’est l’effet cocktail c’est-à-dire la consommation  de différents légumes et fruits produits à coups de substances  chimiques notamment d’engrais et de pesticides.

Fruits et légumes: surtout de la flotte et les produits chimiques

Fruits et légumes: surtout de la flotte et les produits chimiques

Un peu moins de la moitié des principaux fruits et légumes sont importés. Souvent des productions au goût de flotte et pleines de produits chimiques et d’eau. C’est le cas en particulier des tomates élevées hors-sol ou encore des fraises. Des produits de plus en plus en provenance de pays comme le Maroc ou l’Espagne où sont installées de véritables usines à légumes et à fruits. Le comité  interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL) identifiait 4 fruits et légumes particulièrement impactés par les importations étrangères: la fraise, la tomate, la pêche-nectarine et le melon. Pour ces denrées, la part de l’«origine France» décline au profit des importations, même si on assiste à un léger regain pour les fraises. La plupart de ces produits non seulement n’ont pas de goût mais ont perdu la plus grande partie de leurs nutriments, ils peuvent être dangereux pour la santé. Selon une étude menée par l’ONG Générations futures, 89% des raisins et 88,5% des clémentines et mandarines non-bios qu’on trouve dans le commerce contiennent des résidus de pesticides.

En ce qui concerne les 33 légumes passés au crible dans cette étude de Générations futures, le plus contaminé est le céleri-branche: 84% des échantillons testés présentent des résidus de pesticides. Sur les autres marches du podium, on trouve les herbes fraîches (74,5%) et l’endive (73%). À l’opposé, l’asperge (3%) et le maïs (1,9%) sont les légumes dans lesquels on retrouve le moins de traces de pesticides.

 

Concernant les fruits, les raisins (89%), les mandarines (88,4%) et les cerises (87,7%) sont les plus pollués. Dans le haut du tableau on trouve aussi les pamplemousses, les fraises et les nectarines. Les prunes, les kiwis et les avocats sont les fruits qui contiennent le moins de résidus. On constate cependant des taux inquiétants avec respectivement 34,8% pour les mirabelles, 27,1% pour les kiwis et 23,1% pour les avocats. L’étude montre aussi que certains fruits dépassent largement les limites maximales autorisées en Europe concernant les pesticides.

Les pesticides pénètrent dans les plantes, fruits et légumes qu’ils traitent. C’est donc en mangeant des aliments traités que les consommateurs se retrouvent exposés aux pesticides. Pour le moment, difficile d’avoir une idée claire sur les risques encourus par le consommateur. En effet, les études sont peu nombreuses sur le sujet. Mais sur le site de Générations futures on peut lire que les pesticides «présentent un risque toxique pour certains organismes qu’ils ne ciblent pas. Les effets, même de faibles quantités de ces toxiques, en mélange et/ou sur de longues périodes peuvent poser de graves problèmes sanitaires: troubles neurologiques ou du comportement, du développement, certains cancers, troubles de la fertilité ou de la reproduction…». Le plus inquiétant, c’est l’effet cocktail c’est-à-dire la consommation  de différents légumes et fruits produits à coups de substances  chimiques notamment d’engrais et de pesticides.

 

Les pommes –surtout bio –bonnes pour la santé

Les pommes –surtout bio –bonnes pour la santé

 

 

Pourquoi ? En raison de son rôle bénéfique sur le microbiote.  (Article sciences avenir)

Selon une étude autrichienne, une pomme contient des millions de bactéries, qu’elle soit bio ou pas. Mais les pommes bio ont une plus grande variété de bactéries, ce qui pourrait avoir des effets positifs sur notre santé.

 

En plus de ses vitamines, sa pectine et son phosphore, un autre composant des pommes est aussi très bénéfique pour la santé… ce sont ses microbes ! « Les pommes sont une grande source de bactéries, et avec les bactéries, plus il y en a, mieux c’est », lance Birgit Wasserman, doctorante à l’Institut de biotechnologie environnementale de l’Université de technologie de Graz (Autriche). Dans une étude publiée dans le journal scientifique Frontiers in Microbiology en juillet 2019, elle a mis en évidence le fait qu’une pomme contient environ 100 millions de bactéries et que la composition bactérienne des pommes est très différente entre les pommes bio et celles cultivées conventionnellement.

« La peau des pommes est l’endroit contenant le moins de bactéries« . Birgit Wasserman nous révèle que contrairement aux idées reçues, la plupart des microbes dans une pomme ne sont pas dans la peau mais dans la pulpe et les pépins. En mesurant le matériel génétique bactérien dans les différentes parties des pommes, la chercheuse a trouvé que la pulpe contient plus de 30 millions de bactéries, alors que la peau en contient dix fois moins (environ 3 millions).

SPONSORISE

Ensuite, elle a comparé des pommes issues de l’agriculture conventionnelle et d’autres issues de l’agriculture biologique. Alors que la quantité totale de bactéries était similaire, les pommes bio affichaient une plus grande diversité bactérienne : « Les pommes conventionnelles ont moins de diversité au niveau des bactéries, probablement à cause des produits comme les pesticides qui rendent la terre moins riche, explique la chercheuse. Les bactéries viennent du sol, et si ce dernier est affecté, les fruits le seront aussi. »

Cette diversité bactérienne peut avoir un impact sur notre santé. « Les fruits et les légumes nous apportent des microbes qui aident à avoir un microbiote plus varié et plus protecteur« , affirme Birgit Wasserman. « Les pommes bio ont un microbiote plus équilibré, ce qui nous aide nous aussi à avoir un microbiote équilibré », poursuit la chercheuse.

 

MICROBIOTE. Le microbiote désigne l’ensemble des microbes qui vivent dans notre corps, notamment dans nos intestins, et qui jouent un rôle très important dans notre protection immunitaire en nous protégeant des « mauvais » microbes.

En plus de leur manque de diversité microbienne, les pommes conventionnelles ont plus de bactéries potentiellement nuisibles, comme les enterobacterialis, qui peuvent causer des gastro-entérites. Une information à laquelle vous penserez (peut-être) la prochaine fois que vous vous rendrez au rayon « fruits et légumes ».

Foot : Neymar peut partir du PSG, mais où et surtout à quel prix ?

Foot : Neymar peut partir du PSG, mais où et surtout à quel prix ?

 

Il y a déjà un moment que le torchon brûle entre la direction du Paris-Saint-Germain et la star brésilienne, Neymar. La crise s’est accentuée depuis que Léonardo est revenu dans le club parisien assurer les fonctions de directeur sportif. Le club est fortement déçu par les prestations d’un joueur, certes exceptionnellement talentueux mais qui joue un peu quand il en a envie, ne se soumet pas forcément à la discipline imposée aux athlètes du football et qui n’a pas apporté à Paris-Saint-Germain ce qu’on n’en attendait. En particulier, pour la ligue des champions. En plus Neymar accumule les blessures et son  indisponibilité handicape le club. Des blessures dont  certaines viennent peut-être d’un manque de condition physique aussi de son attitude un peu trop fréquente à provoquer ses adversaires balle aux pieds. Alors que Neymar démontre que son physique n’est pas à la hauteur  de son potentiel technique. Officiellement donc la direction du PSG envisage le départ de  la vedette brésilienne. Il se pourrait aussi que l’intéressé ait envie de changer d’air car les résultats du club ne sont pas non plus à la hauteur de ses espérances. Le problème de son transfert, c’est surtout à quel prix. On se souvient en effet que Neymar avait été transféré au PSG pour la somme record de 222 millions. Il n’est pas sûr qu’aujourd’hui un club européen ait envie de payer ce prix pour un joueur aussi souvent blessé, un peu aussi trop fantasque. Et Leonardo de résumer la situation : «Neymar peut quitter le PSG, s’il y a une offre qui convient à tout le monde. Mais à ce jour, on ne sait ni si quelqu’un veut l’acheter ni à quel prix. Tout cela ne se fait pas en un jour, c’est sûr…» et d’indiquer que «le PSG veut compter sur des joueurs qui ont envie de rester et de construire quelque chose de grand. Nous n’avons pas besoin de joueurs qui feraient une faveur au club en restant ici.» A priori, ce n’est pas le portrait-robot de Neymar.

 

Pollution: l’Etat fait surtout du bla-bla

Pollution: l’Etat fait surtout du bla-bla

D’une manière générale l’État fait surtout du bla-bla vis-à-vis de la lutte contre la pollution. Certes on ne manque pas de discours, voir par l’abondance de déclarations concernant les conséquences de la canicule. La ministre de la santé par exemple recommande de donner à boire aux gens  qui vivent dans la rue. C’est peut-être moins de boissons que d’abris dont souffrent ces personnes. Notons par ailleurs qu’en dépit des déclarations et autres engagements, le taux de pollution ne diminue pas. Eté la situation set particulièrement critique pendant les pics.  Le tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a mis en cause mardi la responsabilité de l’Etat dans la gestion de pics de pollution atmosphérique en Ile-de-France en 2012-2016, une première même si elle n’est pas assortie d’une indemnisation des victimes. Merde/Gonzalo FuentesLe tribunal statuait sur une requête d’une habitante de Seine-Saint-Denis et de sa fille, la première souffrant de bronchites et la seconde d’asthme. Dans sa décision, il souligne que les seuils de concentration de gaz polluants fixés par le Code de l’environnement ont été dépassés de manière récurrente entre 2012 et 2016 en Ile-de-France. Eu égard à ces dépassements, le plan de protection de l’atmosphère pour l’Ile-de-France du 7 juillet 2006 et ses conditions de mise en œuvre “doivent être regardés comme insuffisants”, lit-

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol