Archive pour le Tag 'surtaxe'

Surtaxe : Crédit Agricole, BPCE et Crédit Mutuel crient au loup !

Surtaxe : Crédit Agricole, BPCE et Crédit Mutuel crient au loup !

 

Le crédit agricole et d’autres banques « mutualistes » crient  au loup à propos de la taxe destinée à remplacer la taxe sur les dividendes annulée par le Conseil d’Etat. Et avec des arguments qui prêtent à rire ou plutôt à pleurer : « En réalité c’est un transfert injustifié, au bénéfice des groupes qui préfèrent investir à l’étranger et au détriment des entreprises qui opèrent en France, y investissent, y créent des emplois et y font des bénéfices », critique notamment  Dominique Lefebvre, le président de la Fédération nationale du Crédit Agricole. Or le Crédit agricole est devenu une  banque internationale comme les autres et il y a longtemps que les agriculteurs ont été dessaisis de leur pouvoir sur un organisme qui a été détourné de son objet au profit d’oligarques agricoles.     . Cette « contribution exceptionnelle » doit rapporter 5,4 milliards d’euros afin de compenser (partiellement) l’annulation par le Conseil constitutionnel de la taxe sur les dividendes que l’Etat devra rembourser aux grandes entreprises (soit 10 milliards) : 320 groupes réalisant plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires seront concernés et verront leur taux d’impôt sur les sociétés passer de 33,3% à 38,3% et même à 43,3% pour la moitié d’entre eux, dont les facturations dépassent les 3 milliards d’euros. Notamment les banques. Si les patrons des banques mutualistes se dépeignent en acteurs finançant « l’économie réelle« , soutenant « de multiples actions associatives et solidaires », la récente enquête de « 60 Millions de consommateurs » et l’Unaf sur les frais bancaires pour incidents a révélé que les banques coopératives n’étaient pas les plus clémentes en matière d’agios et de commissions en tous genres…Notons le caractère « mutualiste douteux. . Le Crédit agricole est aujourd’hui la première banque française avait très avec près de 30 % de parts de marché. À l’origine vers la fin du XIXe siècle de crédit agricole a été créé dans un but mutualiste pour aider les entreprises agricoles françaises à caractère familial. De proche en proche la structure juridique s’est transformée pour s’éloigner de plus en plus de son objet social initial et devenir une banque internationale dont certaines activités sont très éloignées de la problématique agricole française. Théoriquement le crédit agricole est encore sous le contrôle des caisses régionales  et des agriculteurs mais il y a longtemps que la superstructure a pris le pouvoir. Notons que le développement assez extraordinaire de cette banque a surtout été permis par le soutien financier public notamment pendant longtemps grâce au soutien de la Banque de France et aux  prêt à taux bonifiés ( financés en fait par l’Etat). La diversification des activités leur extension au plan international a amené le crédit agricole à s’engager dans des opérations parfois douteuses sanctionnées notamment par les autorités américaines.

 

Résidences secondaires : une surtaxe, pourquoi ?

Résidences secondaires : une surtaxe, pourquoi ?

 

Encore une taxe, une surtaxe sur les résidences secondaires, en zone tendues pour commencer. Simplement pour boucher les énormes rois du budget. Pourquoi en zones « tendues » ? sans doute pour trouver une motif quelconque et ensuite l’étendre à d’autres zones et à l’ensemble du territoire L’exécutif devrait bientôt proposer d’alourdir de 20% la taxe d’habitation pour certaines résidence secondaires situées dans des zones dites « tendues », rapporte ce lundi 3 novembre Les Echos sur son site internet. « L’exécutif entend permettre aux communes qui le souhaitent de soumettre à une surtaxe équivalente à 20% de la taxe d’habitation les résidences secondaires dans ces zones », indique plus précisément le site du quotidien. Les maires auront donc le choix d’appliquer ou d’ignorer cette surtaxe. Cette surtaxe doit rapporter 150 millions d’euros aux communes où elle sera appliquée. Elle devrait figurer dans le projet de loi de Finances rectificative pour 2014, un texte qui sera présenté le 12 novembre prochain en Conseil des ministres. Toutes les résidences secondaires situées dans ces zones « tendues », soit une trentaine de grandes agglomérations, seraient concernées, mais certaines d’entre elles comme les résidences détenues pour raisons professionnelles ou celles possédées par une personne modeste vivant en maison de retraite, auront droit à un dégrèvement, indique encore le quotidien. Ce ne serait pas la première fois qu’une telle surtaxe est envisagée par l’exécutif. Fin 2012, un amendement gouvernemental avait proposé une augmentation des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les zones tendues mais l’idée avait finalement été abandonnée. Reste à savoir donc si cette nouvelle version de cette surtaxe d’habitation recueillera davantage de suffrages au Parlement. Déjà à l’époque, le gouvernement avait envisagé d’augmenter de 20% la taxe d’habitation.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol