Archive pour le Tag 'sur'

Page 31 sur 38

Jean-Claude Trichet : « Chaque Français a 700 euros de risque sur la Grèce ! »et sur la France ?

Jean-Claude Trichet : « Chaque Français a 700 euros de risque sur la Grèce ! »et sur la France ?

 

Le problème avec les vieux gâteux c’est qu’ on ne peut les empêcher de parler, c’est existentiel chez eux. Trichet qui n’a jamais brillé par sa compétence e( et pour cause il n’a jamais été formé à l’économie) mais par sa compétence à répéter bêtement ce qui disaient les allemands. Trichet a en effet  rappelé hypocritement que la dette grecque représente 700 euros pour chaque français. Ce n’est pas faux mais Trichet est largement impliqué dans le processus d’endettement. C’est évidemment du populisme ( qui ne dédouane pas pour autant la mauvaise gestion des Grecs) mais Trichet pourrait rappeler en même temps que grâce à sa gestion calamiteuse ( à la Banque de France et à la BCE ), à celle de nos gouvernants chaque Français doit environ 350 000 euros pour la dette française ! Les veiux gâteux qui ont échoué gagnerait en dignité à se taire et à se faire oublier.  L’ancien président de la Banque centrale européenne veut croire à un accord entre la Grèce et ses partenaires. Mais pour l’instant, les négociations sont bloquées. A Bruxelles, lundi soir, la Grèce et ses partenaires n’ont pas trouvé d’accord sur la dette du pays. Le nouveau gouvernement veut en finir avec l’austérité. Les autres pays de la zone euro, eux, demandent à la Grèce de respecter ses engagements. Ils donnent à Athènes jusqu’à la fin de la semaine pour changer de position, et accepter une prolongation du programme en cours. Pour Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque centrale européenne, qui défend l’attitude de la BCE, le plus important, « c’est que la Grèce continue à être crédible aux yeux de ses partenaires, de ses amis européens« . Le même propos que celui entendu dans mon bistrot favori ce matin !

Législatives Doubs : un électeur UMP sur deux a voté FN

Législatives Doubs : un électeur UMP sur deux a voté FN

La fin du front républicain pourrait bien changer  la donne politique. La porosité UMP-FN est de plus en plus grande mais aussi gauche –FN ( dans une moindre mesure). En fait le reflexe républicain fonctionne moins bien parce que les partis traditionnels de gouvernement sont largement discrédités, ensuite parce que le FN constitue une offre politique de protestation contre le système. Pas vraiment un vote d’adhésion puisque au moins 65% des francais estiment que le FN n’est pas compétent comme parti de gouvernement. Bref c’est la jacquerie politique, addition de protestations contradictoires mais qui veut faire entendre son ralbol. D’abord nombre d’électeurs de gauche vote désormais pour le FN au premier  tour et La moitié des électeurs qui avaient voté pour l’UMP au premier tour ont ensuite voté pour le FN au second tour, lors de la législative partielle dans le Doubs dimanche dernier, affirme le chercheur Joël Gombin dans une analyse publiée vendredi. Selon le modèle qu’il a pu établir, publié et expliqué sur le site slate.fr, M. Gombin, chercheur au CURAPP-université de Picardie-Jules-Verne, affirme que « la moitié environ des électeurs ayant choisi l’UMP au premier tour se sont portés sur la candidate frontiste au second tour. Un quart ont choisi le candidat socialiste; le dernier quart s’est abstenu ou a voté blanc ou nul », écrit-il. Dès lors, on ne peut « guère parler de succès du rassemblement républicain », souligne-t-il, mais plutôt constater « la fusion, relative certes mais néanmoins bien avancée, des électorats de l’UMP et du FN ». Autre enseignement: « Le FN n’aurait guère mobilisé de nouveaux électeurs entre les deux tours: à peine plus de 4% des abstentionnistes du premier tour », selon son modèle. Le chercheur souligne au passage que « la progression de 16 points enregistrée entre les deux tours par la candidate frontiste n’a rien d’exceptionnel », ayant « observé des progressions du même ordre, souvent même supérieures, à peu près chaque fois que le FN s’est retrouvé en duel au second tour d’une élection législative en 2012 et depuis, et ce quel que soit son adversaire ». Toujours d’après le modèle qu’il a établi, M. Gombin affirme que « la victoire du candidat socialiste » Frédéric Barbier « devrait beaucoup à sa capacité à mobiliser de nouveaux électeurs: pas moins de 17% des abstentionnistes du premier tour auraient voté en sa faveur au second tour. Si ce modèle est exact, ces nouveaux électeurs (environ 6.800) auraient même été plus nombreux que ceux qui ont voté pour le candidat socialiste aux deux tours (5.200)! Les électeurs de Charles Demouge (UMP) ayant choisi Barbier au second tour ne seraient eux que quelques 1.750″ (26%), ajoute-t-il. A noter aussi que, selon son modèle, 17% des électeurs au premier tour de M. Barbier ont voté pour le FN au second tour. « Le Front républicain, entendu comme coalition des partis ‘républicains’ contre le Front national, n’existe pas (parce que l’UMP refuse d’appeler à voter en faveur du PS, et parce que les électeurs de l’UMP se portent majoritairement sur le FN », affirme-t-il dans ses conclusions. « En revanche, la perspective de voir un candidat frontiste élu député permet une mobilisation réelle d’électeurs par ailleurs peu politisés et mobilisés, ou en tout cas abstentionnistes au premier tour », poursuit-il.
 

Le service civique universel non obligatoire pour tous sur la base de volontariat (SCUNOPTSBV) !!!!!

Le service civique universel non obligatoire pour tous sur la base de volontariat (SCUNOPTSBV) !!!!!

 

Difficile de définir ce machin tellement il est inconsistant et ce n’est pas Hollande qui a permis d’éclairer  ce fameux service dont on ne sait pas à qui il est destiné, pour quoi faire et comment ; Bref, les français voulait à une énorme majorité rétablir le service militaire obligatoire pour restructurer certains marginaux et permettre le brassage social et à la place on leur sort cet ersatz de service national. Sur le site officiel du service civique quelques exemples des missions possibles !

 

« Accompagnement socio éducatif des enfants au sein des structures d’accueil

  Où ?

Finistère (Bretagne)

Quand ?

6 février 2015 (11 mois)

Intervenir auprès du service Accès aux droits qui vise une population en situation de précarité financière

Où ?

Ille-et-Vilaine (Bretagne)

Quand ?

6 février 2015 (9 mois)

Accompagner les habitants dans leur consommation quotidienne

Où ?

Nord (Nord-Pas-de-Calais) »

 

Trois exemples magnifiques qui peuvent témoigner du coté structurant de ce service d’opérette certes socialement éventuellement utile mais pas du tout adaptée pour inculquer discipline, autorité et effort à des populations complètement largués sur le plan social, économique et culturel.  Ces technos qui veulent étendre ce service sont de dangereux angéliques pourquoi pas aussi par exemple «  participait et animer la chorale de la paroisse en milieu rural ». Peu importe presque tous les commentaires sont élogieux, Hollande a incarné la fonction présidentielle. Comprendre  : il a été moins nul que d’ordinaire. Sur le plan économique rien strictement rien et sur le plan de la sécurité et du terrorisme des gadgets : un projet de loi (un de plus), une agence, un comité interministériel. Il manque une chose : une commission ou un groupe de travail  ou une mission à un expert pour enterrer la question.

 

Mais les grands médias sont contents, c’est l’essentiel !

Etats-Unis : taxe sur les multinationales

 

Obama s’attaque aux bénéfices à l’étranger des  multinationales avec une taxe exceptionnelle de 14% qui passera ensuite à 19%, de quoi fiancer des infrastructures. Une proposition cependant qui pourrait demeurer virtuelle (et bien tardive)  puisque Obama n’a pas la majorité au congrès. L’administration Obama veut s’attaquer au trésor de guerre amassé par les multinationales américaines à l’étranger en proposant une taxe exceptionnelle de 14% qui a braqué aussi bien les milieux d’affaires que les ONG.  Mesure-choc du budget 2016 présenté lundi, ce prélèvement « exceptionnel » cible une pratique légale mais hautement controversée: la possibilité pour les entreprises américaines de stocker indéfiniment une partie de leurs bénéfices à l’étranger, hors de portée du fisc des Etats-Unis.  Des grands noms de l’industrie américaine (Apple, Google, Microsoft, General Electric, Pfizer…) se sont engouffrés en masse dans cette brèche pour échapper à l’impôt sur les sociétés aux Etats-Unis, le plus élevé parmi les pays industrialisés avec un taux de 35%.  Au fil des années, ces grands groupes ont constitué une montagne de cash de quelque 2.100 milliards de dollars, soit à peine moins… que le produit intérieur brut de la France, selon les estimations du cabinet Audit Analytics.  Lorgnant ces milliards de dollars, l’administration Obama propose dans son budget un « deal » en deux parties, qui a toutefois de très maigres chances de voir le jour dans un Congrès dominé par les républicains. Dans un premier temps, une taxe « exceptionnelle » de transition de 14% serait prélevée sur l’ensemble de ces fonds qui pourraient alors être rapatriés en toute légalité aux Etats-Unis.  Les caisses de l’Etat verraient ainsi arriver 238 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires qui serviraient à financer un plan d’investissement dans les infrastructures (routes, ponts, etc..).  Par la suite, les entreprises devront chaque année payer « au moins » 19% sur leurs bénéfices à l’étranger « au moment où ils sont engrangés » et n’auront donc plus la possibilité de différer le paiement de leurs taxes, selon le projet de budget. L’administration cherche ainsi à clore un débat de plus en plus pressant aux Etats-Unis où certaines entreprises ont été, en outre, accusées d’utiliser ces fonds « offshore » pour racheter des rivales et se domicilier à l’étranger pour échapper définitivement au fisc américain.  Le président Barack Obama avait en septembre fustigé ces transactions baptisées « tax inversion » qui laissaient, selon lui, « la classe moyenne régler l’addition ». Il passe cette fois à la vitesse supérieure en proposant une solution plus pérenne, qui s’accompagne d’un abaissement de l’impôt sur les bénéfices à 28%.  Clin d’oeil en direction des classes moyennes, cette taxe « exceptionnelle » n’a pas suscité beaucoup de commentaires côté républicain mais elle a été fraîchement accueillie par les milieux d’affaires. « Plus de dépenses, plus de taxes, plus de dette », a fustigé dans un communiqué la Chambre de commerce américaine, qui affirme représenter 3 millions d’entreprises. Le puissant lobby patronal Business Roundtable a, lui, estimé que cette nouvelle mesure allait « porter atteinte à la compétitivité » des entreprises américaines surtout celles « actives à l’échelle mondiale ».  Souvent critique à l’égard de la Maison Blanche, l’organisation lui a toutefois décerné quelques bons points, en « saluant » sa volonté d’abaisser l’impôt sur les sociétés et de favoriser le retour aux Etats-Unis de fonds stockés à l’étranger.

 

Vers un service civique universel obligatoire sur la base du volontariat !!

Vers un  service civique universel obligatoire sur la base  du volontariat !!

 

Voilà une formule qui pourrait être retenue pour qualifier la proposition que devra bientôt faire Hollande pour réconcilier certains jeunes avec les valeurs républicaines. En fait on hésite beaucoup au sein du gouvernement qui craint une réaction du jeune type CPE. En fait aujourd’hui ce sont seulement quelques dizaine de milliers de jeunes qui effectuent le service civique. Autant dire à peu près pas grand-chose  car une clase  d’âge représente 800 000 jeunes. En faiat comme pour le reste (l’école par exemple) on va aboutir à un ersatz de service civique destiné en clair surtout aux pauvres qui le souhaiteront. Bien entendu ce n’est pas le service national qui va réconcilier nombre de  marginaux des banlieues avec les valeurs républicaines mais c’est un élément symbolique de la politique à mettre en œuvre pour lutter contre le terrorisme et le communautarisme. Il faudrait que le gouvernement notamment prenne le temps pour analyser les facteurs explicatifs du mépris de certains jeunes vis-à-vis des règles dans une démocratie. L’abandon de toute autorité par des parents, la crise, l’absence de qualification, le chômage, la déliquescence de l’éducation nationale, le discrédit du système politique, la banalisation de la violence partout, l’insuffisance des moyens de la police et de la justice, l’individualisme exacerbé sont autant de facteurs qui ont permis la création de zones de non droit où la drogue et le fondamentalisme font office de régulation des rapports sociaux et culturels. Quel était l’intérêt du service militaire ? D’abord de favoriser le brassage social qui enrichit les uns comme les autres et permet de mieux se comprendre ; ensuite inculquer par le bais des classes les valeurs de l’effort, de la discipline, de l’autorité ; enfin donner une partie de son temps au pays et gratuitement pour témoigner de son attachement à la nation. Beaucoup de jeunes sortaient de là davantage structurés socialement. On met en avant le coût d’un tel service (5 milliards)  mais sans se préoccuper des coûts sociaux indirects de la marginalisation actuelle de certaines populations (coût du chômage, des aides sociales, de la délinquance, etc.) une somme annuelle qui certainement va  bien au-delà des 5 milliards cités. Sur cette question symbolique va se juger la crédibilité du plan anti terrisse de Hollande qui risque vraisemblablement come  d’habitude de privilégier un compromis batard.

Le drapeau bleu blanc rouge uniquement sur les produits vraiment français

Le drapeau bleu blanc rouge uniquement sur les produits vraiment français

Une grande victoire, le drapeau français sur les produits sera réservé aux produits français !  une décision de l’assemblée nationale (il faut bien qu’ils servent à quelque chose ils sont 577 députés  !). Reste à avoir comment on va déterminer ce qui est français ou pas. Exemple des animaux élevés en partie en France en partie à l’étranger, des produits transformés en partie en France, en partie à étranger. Une voiture française fabriquée en grande partie à l’étranger est-elle française ? A l’inverse une voiture étrangère fabriquée essentiellement en France sera-t-elle exclu du nouveau label. De toute manière avec la mondialisation et l’internationalisation des processus de production, il est pratiquement impossible affirmer avec certitude qu’un produit est français( on se fonde sur la valeur ajoutée, ce qui n’a aucun sens  car il suffit augmenter le prix du produit( exemple sur un niveau de maçon, une entreprise française -qui précédemment fabriquait la totalité du produit- ne fait plus que visser la bulle en France ! et magie le produit devient français).  L’Assemblée nationale a décidé vendredi à l’unanimité d’interdire l’utilisation du drapeau français sur les produits vendus en France qui ne bénéficieraient pas d’une garantie d’origine française, dans le cadre de l’examen du projet de loi Macron.  L’amendement UDI adopté prévoit d’ajouter à la liste des pratiques commerciales réputées trompeuses le fait d’apposer ou faire apparaître « un drapeau bleu blanc rouge sur un produit vendu en France qui ne bénéficie pas d’une appellation d’origine, d’une indication géographique ou qui n’a pas fait l’objet d’un processus de certification attestant son origine française ». Le centriste Yves Jégo, initiateur du label « Origine France Garantie », a défendu une mesure au service des consommateurs, qui « ne coûte pas un sou » et « peut être un levier intéressant » notamment pour l’emploi en France. Alors que sa proposition avait été rejetée en commission, elle a recueilli vendredi en séance un avis favorable du gouvernement et du rapporteur, et a été adoptée à l’unanimité.  Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a souligné que le Code de la consommation permettait déjà de sanctionner une utilisation trompeuse du drapeau français, mais jugé que la disposition proposée était « un signal fort envoyé à tous nos producteurs » et marquait « le signal d’initiatives » pour aider à la compétitivité des entreprises. Il a souligné au passage le travail sur le Made in France de son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Un référendum sur le service civique ?

Un référendum sur le service civique ?

 

 

On sait que Hollande et la classe politique en général n’est pas favorable à un service civique obligatoire mais plutôt à une espèce d’ersatz de service national. Coincé entre son immobilisme habituel et l’opinion des Français, Hollande pourrait bien s’en sortir en envisageant un referendum (Près de 80 % de la population sont favorables à ce service national obligatoire). Ce pourrait même être une bonne opération politique pour Hollande clairement menacé en 2017 par Valls. De quoi remonter un peu la pente des intentions de vote en sa faveur qui en dépit des évènements tragiques n’a guère bougé (à ne pas confondre avec sa cote de popularité qui elle s’est nettement redressée).   ».  L’idée d’un service civique obligatoire est donc bel et bien sur la table et du coup, l’Elysée examine très sérieusement l’hypothèse d’un référendum. « Ce serait nécessaire, juridiquement et politiquement, dit un conseiller. Si on choisit de contraindre de jeunes adultes, il faut une adhésion du peuple. » François Hollande hésite encore ; il ne veut pas d’une mesure « gadget », qui serait perçue négativement par les jeunes.  Si on choisit de contraindre de jeunes adultes, il faut une adhésion du peuple. Mais il y a une fenêtre de tir. Beaucoup d’élus, à commencer par les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, sont favorables à cette idée. Le groupe socialiste va déposer une proposition en ce sens et toutes les remontées de terrain depuis les attentats de janvier le montrent : les Français attendent des mesures fortes en matière de cohésion nationale. « Or, fait remarquer un conseiller ministériel, symboliquement, il n’y a rien de plus fort que le service civique obligatoire. »

Russie : menace sur les banques

Russie : menace sur les banques

La Russie ne finit pas d’accumuler les mauvaises nouvelles. Déjà avant es évènements  en Ukraine la croissance était déjà atone mais désormais c’est la récession qui est annoncée pour 2015 (-3% d’après le FMI)°. Il Ya eu aussi la chute du rouble, partiellement endigué. La baisse du prix du pétrole alors que cette manière première fournit environ 40% du budget.  Du coup ont assisté à une fuite des capitaux d’oligarques inquiets de la situation politique et économique (environ 150 milliards). Maintenant c’est la crise bancaire. Du coup l’Etat est contrainte recapitaliser nombre de banques. Le plan de recapitalisation annoncé fin décembre par l’Etat russe pour renflouer le secteur bancaire, fragilisé par l’effondrement du rouble, devrait t bénéficier à près de 30 banques, a annoncé mardi 20 janvier le ministre des Finances, Anton Silouanov. Ce plan prévoit au total le déblocage par les pouvoirs publics de 1.000 milliards de roubles (13,3 milliards d’euros) et ses bénéficiaires doivent être rendus publics dans les jours à venir. « Près de 30 banques seront recapitalisées », a indiqué M. Silouanov, cité par les agences russes. En décembre dernier, la Banque centrale russe avait annoncé une aide publique de 562 millions d’euros pour renforcer le capital de Gazprombank, la troisième banque du pays. L’institution avait également mis sous tutelle la banque Trust, 29ème banque du pays, mais 15éme en termes de dépôts de particuliers, sur 800 banques. Elle avait consacré 492 millions d’euros pour renflouer l’établissement. Le secteur bancaire russe est mis sous pression depuis le début de l’année 2014 alors que les sanctions occidentales tirent le rouble vers le bas. En décembre, un krach monétaire avait provoqué l’effondrement de la devise russe par rapport à l’euro et au dollar à des niveaux historiques. La  forte baisse des cours du pétrole entamée en juin 2014 et qui atteint aujourd’hui les 60%, a également contribué à fragiliser l’économie russe.

Retraites : deux Français sur trois inquiets

Retraites : deux Français sur trois inquiets

D’après une  étude internationale d’HSBC, les actifs sont en grande majorité inquiets pour leur retraite. En moyenne, 69% des personnes interrogées par HSBC craignent ainsi de se retrouver à court d’argent, une fois arrivée à la retraite.  Cette inquiétude globale n’épargne évidemment pas l’Hexagone. Voici ainsi six chiffres qui montrent et analysent les craintes des Français. 67% des Français ont peur de ne pouvoir jouir d’une retraite confortable. Il faut dire que, en parallèle, 41% des retraités interrogés jugent, eux, que leur niveau de vie est moins bon que lors de leur vie active.  Les Françaises sont encore plus inquiètes que les Français. Il faut dire qu’elles épargnent moins pour leur retraite que leurs homologues masculins (63 euros par mois contre 110 euros pour les hommes, selon une étude HSBC de décembre). Une différence qui s’explique notamment par des revenus plus faibles (19,3% en moyenne selon l’Insee) et une carrière plus inégale. La majorité des Français (52%) a décidé de réduire leur épargne en invoquant la crise comme motif, un chiffre supérieur à la moyenne mondiale (40%). 23% des Français expliquent, par ailleurs, que la crise économique comme un des éléments qui a eu un impact significatif sur leur capacité à épargner.  En outre, HSBC souligne que près d’un Français sur deux n’épargne pas pour sa retraite. Pourtant les Français semblent plus conscients des réalités qui les attendent: 54% d’entre eux s’attendent à une baisse de leur niveau de vie à la retraite, alors que la moyenne mondiale n’est que de 23%.  Alors que l’inflation est au plus bas, l’étude d’HSBC montre que les deux-tiers des Français considèrent néanmoins que le coût de la vie augmente plus vite que leurs revenus. Ce qui tend à diminuer le revenu qu’ils leur reste pour épargner. Or, les Français épargnent beaucoup (15,1% de leur revenu disponible en 2013, selon l’Insee, contre 10,8%, en moyenne dans l’Union européenne, selon l‘Observatoire de l’épargne national).  Ce n’est un secret pour personne: les Français sont les champions du pessimisme. Ils sont ainsi 2 sur 5 à ne pas avoir confiance dans leur avenir financier, et donc dans leur capacité à épargner pour la retraite, contre 1 pour 5 dans la moyenne mondiale.

Menace sur la croissance chinoise

Menace sur la croissance chinoise

Les résultats tant de la production, des investissements  que de la consommation ne sont pas bons, ils affectent la croissance qui pourrait se situer autour de 7% en 2015. Un taux en apparence satisfaisant comparé notamment à ceux des pays occidentaux mais qu’il faut relativiser en le rapportant à la population. Pendant une trentaine d’années la Chine a connu des taux supérieurs à 10% par an, il semble bien qu’elles doivent se contenter désormais de croissance plus modérée. En cause évidemment l’environnement international mais aussi une crise de la demande notamment provoquée par des risques d’endettement ( en particulier sur le marché immobilier). Le produit intérieur brut de la première puissance du monde (en termes de pouvoir d’achat) a augmenté de 7,4% sur l’ensemble de 2014. Jusqu’en 2010, la croissance s’était maintenue au-dessus de 10% pendant trois décennies. En 2012 et 2013, elle était de 7,7%. La croissance chinoise est tombée à son plus bas niveau depuis un quart de siècle en 2014. Selon des données publiées mardi par le Bureau national des statistiques, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 7,4% sur l’ensemble de 2014, en dessous de l’objectif de 7,5% fixé par le gouvernement. Le rythme de croissance de l’économie chinoise, devenue en 2014 la première puissance mondiale devant les États-Unis, a atteint son niveau le plus bas depuis 1990. La République populaire était alors confrontée à des sanctions internationales à la suite de la sanglante répression Place Tiananmen de juin 1989. Jusqu’en 2010, la croissance s’était maintenue au-dessus de 10% pendant trois décennies. En 2012 et 2013, elle était de 7,7%. Les experts s’attendent à ce que Pékin ramène son objectif de croissance pour 2015 à environ 7%. Le Fonds monétaire international (FMI) se montre encore plus pessimiste en tablant désormais, à l’occasion de l’actualisation de ses perspectives économiques globales publiées mardi, sur un PIB en hausse de 6,8% cette année puis sur une croissance de 6,3% en 2016, contre 7,1% et 6,8% escompté précédemment. Attendu au Forum économique de Davos, mercredi, le premier ministre chinois, Li Keqiang, devra rassurer les investisseurs quant aux perspectives de l’économie chinoise. Le président chinois, Xi Jinping, a suscité l’inquiétude des économistes, récemment, lorsqu’il a décrit la «nouvelle norme» de l’économie chinoise: une croissance située en dessous de 7% dans les années à venir au lieu de la progression à deux chiffres connue au cours des trente dernières années.

Sondage : 9 Français sur 10 fiers de leur pays

Sondage :   9 Français sur 10 fiers de leur pays

 

Après les mobilisations massives (entre 3,7 et 4 millions de personnes se sont rassemblées en France) qui ont suivi les attentats ayant entraîné la mort de 17 personnes, 87% des sondés se déclarent « fiers d’être Français », dans une enquête Odoxa publiée mercredi 14 janvier par Le Parisien. Plus d’une personne interrogée sur dix (11%) a répondu par la négative et 2% ne se prononcent pas. Par ailleurs, le Président de la République semble bel et bien avoir le vent en poupe. Alors qu’un récent sondage Opinionway faisait état d’une cote de popularité en hausse de quatre points, dans cette étude Odoxa, 29% des Français estiment que François Hollande est « un bon président de la République » contre 21% en décembre. Une hausse de sa cote de popularité de 8 points qui profite également au chef du gouvernement. Manuel Valls est ainsi jugé comme étant un « bon Premier ministre » par 53% des Français contre 45% en décembre. Et ce alors que le sondage a été réalisé avant son discours à l’Assemblée prononcé mardi après-midi, après que les députés ont entonné la Marseillaise pour la première fois depuis le 11 novembre 1918.  Le Premier ministre fait aussi six fois mieux que le chef de l’Etat auprès des sympathisants de droite (45% de jugements positifs) et il est également nettement plus populaire auprès de ceux de gauche (70% contre 58%). En revanche, seuls 27% des sondés se disent « plus confiants dans l’avenir » contre 71% qui avouent éprouver le sentiment inverse et 2% qui ne se prononcent pas. 

Le sondage a été réalisé par internet le 13 janvier auprès d’un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus établi selon la méthode des quotas.

Taxes sur l’apprentissage : le grand gâchis

Taxes  sur l’apprentissage : le grand gâchis

Il en est des taxes destinées à l’apprentissage comme des taxes relatives à la formation permanente, c’est le grand gâchis financier. Patrons, syndicats, superstructures se partagent ce fromage de plus de 30 milliards par an (notons que 3% seulement sont consacrés aux chômeurs !!) ;  dans une note du  Conseil d’Analyse Economique, organisme indépendant chargé de conseiller directement le Premier ministre, on apprend qu’environ 40% des taxes ne servent as ‘ apprentissage. Ce document, auquel a contribué Jean Tirole avant de décrocher son prix Nobel d’Economie, et piloté par deux spécialistes de l’emploi en France – Pierre Cahuc et Marc Ferracci – démonte le système français d’apprentissage dans son financement, sa gestion et son offre de formations. En clair : notre système ne répond pas aux besoins des jeunes et des entreprises !  Les auteurs de la note parlent d’une gouvernance opaque : trop d’intervenants aux actions mal coordonnées. Ils constatent que la taxe d’apprentissage ne finance pas que l’apprentissage. En 2010, 38 % de la taxe d’apprentissage ont été affectés à l’enseignement professionnel et technologique hors apprentissage , à travers le système du « hors quota ». Les entreprises peuvent en effet allouer certains fonds à des organismes de leur choix sans véritable contrôle… de l’argent part vers les syndicats pour des tâches qui mériteraient d’être bien identifiées… enfin, en dépit du quasi-doublement des effectifs d’apprentis en France depuis 1992 et de la forte progression des moyens financiers (+50% entre 2000 et 2012 ; environ 30 milliards d’euros par an avec la formation professionnelle), ce sont les diplômés de l’enseignement supérieur qui en profitent le plus. Refondre l’intégralité du système pour le rendre plus simple et plus transparent, afin d’inciter les différents acteurs à développer l’apprentissage pour les jeunes peu ou pas qualifiés, dont la proportion ne cesse de croître dans les chiffres du chômage. Ils proposent de moduler les aides selon les niveaux de formation et constatent que le rôle central joué par l’Education nationale bloque l’évolution du système

Coup de froid sur l’économie mondiale

Coup de froid sur l’économie mondiale

 

Les bourses qui dévissent, le baril de pétrole sous  les 60 dollars, l’industrie manufacturière en croissance zéro en Europe (et même encore en baisse en France en décembre), en recul auusi en Chine, le rouble qui perd 45%de sa valeur en an, la déflation au Japon qui menace  autant de mauvaises nouvelles pour l’économie. D’autant que les pays émergents ne prennent pas le relai ; seuls les Etats-Unis résistent bien pour le moment, bien soutenus par la FED. En Europe, on tergiverse ;  en faiat Draghi (BCE) est paralysé par l’Allemagne qui s’oppose toujours à des rachats d’obligations souveraines qui viendraient alléger les contraintes budgétaires. Du coup c’est l’attentisme général. Obama avait déjà prévenu (comme le FMI), les Etats Unis ne peuvent à eux seuls soutenir la croissance mondiale. Concernant les bourses, i faut bien étendu prendre en considération que la période est à la prise de bénéfices, pour autant l’attentisme risque d’être encore de rigueur comte tenu des interrogations sur la croissance de 2015. En France ce n’est plus seulement l’attentisme mais la paralysie et pour de longs mois. D’une certaine manière le quinquennat de Hollande est terminé. Ce dernier oriente d’ailleurs ses discours  sur le terrain des valeurs délaissant l’économie. On est déjà entré dans la problématique des élections de 2017. En attendant, il faudra digérer le succès du FN aux élections départementales (le FN est prévu nettement en tête). Pas de quoi remobiliser le gouvernement  autour de la relance et des réformes  par peur des rections corporatistes, peur  aussi de Bruxelles qui menace toujours de sanction pour non respect de règle budgétaires. La croissance mondiale est handicapée par une méfiance de ceux qui manquent de pouvoir d’achat mais tout autant par ceux qui pourraient consommer davantage mais qui ne le font pas par crainte  de l’avenir. Cela vaut pour les ménages (consommation) comme pour les entreprises (investissements).

France : pas de taxe sur les géants de l’internet

France : pas de taxe sur les géants de l’internet

Finalement très discrètement la France a renoncé à imposer les géants de l’internet en se réfugiant derrière des arguments techniques ; Au pays de l’ingénierie fiscale on a donc reculé  en décidant d’agir au sein de l’OCDE dont les conclusions et les propositions ne sont pas prêtes d’aboutir.  En fait ce qui est en cause c’est l’optimisation fiscale  qui concerne certes les géants d’internet mais aussi nombre d’entreprises y compris françaises localisées dans se paradis fiscaux (dernier exemple en date : EDF !!). . Et cette optimisation fiscale a encore de beaux jours devant elle. Google, Amazon, Apple, mais aussi Starbucks, Microsoft ou eBay… Fin 2012, le sujet défraie la chronique. Comment éviter que les multinationales du Web et certaines grandes entreprises américaines, profitant des failles de la fiscalité internationale, paient aussi peu d’impôts ? En Europe et aux Etats-Unis, des missions parlementaires sont lancées, à la fois pour mesurer le phénomène et réfléchir à ce qui permettrait de lutter contre ce que les spécialistes appellent «l’optimisation fiscale agressive» des grands groupes. Dans la foulée, l’OCDE pose la première pierre de son ambitieux projet « BEPS ». Mot d’ordre : faire évoluer les principes de la fiscalité internationale, qui sont déclinés dans la plupart des conventions fiscales, pour les adapter à l’économie du XXIe siècle. La France n’est alors pas absente du débat. Tandis que la presse raconte, par le menu, les descentes de la police fiscale dans les locaux de plusieurs grandes entreprises du Web, le rapport « Colin et Collin », du nom de deux hauts fonctionnaires chargés de faire des propositions sur la fiscalité du numérique, est publié en janvier 2013. Il préconise d’agir au niveau de l’OCDE, mais aussi au niveau national. Comment ? En taxant les données, qui sont le principal actif des géants du Web, mais de façon « incitative». L’idée n’est pas de dégager de l’argent mais de favoriser les entreprises transparentes, qui respectent la protection des données personnelles. A la pointe de la réflexion sur le sujet, Bercy promet alors de décliner les pistes du rapport dans le budget à venir. Et mandate le Conseil national du numérique pour faire des propositions. Plusieurs pistes sont évoquées : taxe sur la bande passante, taxe au nombre de clics, taxe sur les données… Le champ est aussi complexe qu’inexploré. Mais rapidement, l’exécutif se heurte à des difficultés. « Chacun des scénarios, même le plus simple, comme celui de la bande passante, se heurte à des obstacles techniques», affirme-t-on alors à Bercy. Il apparaît, dès lors, plus simple d’attendre les conclusions des travaux de l’OCDE, un an plus tard, et de porter le sujet au niveau européen.

 

Effets 35 heures sur l’emploi : un rapport très approximatif et politique

Effets 35 heures sur l’emploi  : un rapport très approximatif et politique  

Le rapport de la députée socialiste Barbara Romagnan conclut que les 35 heures ont été bénéfiques à l’emploi.  Cette députée (membre des frondeurs) a certainement de grande compétences économiques puisqu’elle est enseignante (en philo !) ; une manière sans doute d’utiliser les compétences au PS ! On a jamais autant crée d’emploi que pendant la période 1997 -2002 affirme-t-elle. Pas étonnant la croissance n’a jamais été auusi forte ; L’INSEE avait indiqué  que 350 000 emplois auraient  été créés. Elle reprend donc ce chiffre. Or méthodologiquement tout chiffrage est plus que discutable ; Pourquoi ? Parce qu’il faudrait comparer la période avec 35 heures avec une période sans 35 heures dans le même environnement économique. En outre, la réduction du temps de travail a pu peut-être favoriser certaines embauches au moment de ma mise en oeuvre des 35 heures mais combien en ont –elles détruit ensuite du fait de la perte de compétitivité ? Tant que l’assemblée ne pourra pas s’appuyer sur les travaux d’un institut d’études indépendant on pourra toujours fortement douter de ce type de rapport très politique. Manuel Valls a prévenu dimanche: il est hors de question de remettre en cause les 35 heures. Pour apporter de l’eau à son moulin, le Premier ministre va bientôt pouvoir s’appuyer sur les conclusions d’un rapport parlementaire mené par la députée socialiste Barbara Romagnan, qui appartient au groupe des « frondeurs ». Ce rapport, qui conclut les travaux de la commission d’enquête sur le sujet, ne doit être publié que la semaine prochaine. Mais la députée PS en a déjà révélé les grandes lignes. Barbara Romagnan  a ainsi indiqué à l’AFP que son rapport juge que les 35 heures ont été « efficaces » pour lutter contre le chômage, et que le texte a été approuvé à 12 voix contre 4 au sein de la commission ( vote qui scientifiquement n’apporte strictement rien !)

Nouvelle taxe sur le gaz

Nouvelle taxe sur le Gaz

 

 

Le gaz aurait dû baisser mais il augmente, c’est les résultats d’une taxe augmentée le premier janvier. Le gouvernement a bien mis en place une nouvelle formule de calcul des prix qui tient mieux compte des prix des marchés mais lorsque les prix baissent il en profite pour rajouter des taxes. Le prix du gaz va augmenter de 1,8% au mois de janvier. Une hausse due au doublement à cette date d’une taxe sur la consommation de gaz naturel. Les tarifs règlementés du gaz vont augmenter de 1,8% au premier janvier. France Info a eu confirmation par une source proche du dossier des informations dévoilées par Le Figaro. Cette hausse est motivée par le doublement de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TIGCN) qui contrebalance une diminution du coût de fourniture. Cette TICGN, qui vise les sept millions de ménages se chauffant au gaz depuis le 1er avril, passera de 1,41 euro par mégawatheure cette année à 2,93 euros en 2015 puis à 4,45 euros en 2016. Selon Le Figaro, la stricte application de la formule de calcul de ces tarifs régulés aurait dû aboutir à une baisse des tarifs de 0,6%. Mais elle a été modifiée cet été. Selon les informations de France Info, en 2014, le tarif du gaz a baissé de 2,1% sur l’année 2014 soit une vingtaine d’euros d’économie en moyenne pour les usagers

 

vVntes automobiles : petites voitures, un achat sur deux

Automobiles : petites voitures, un achat sur deux

 

 La voiture est devenue un véritable gouffre financier, 3300 euros en moyenne par an. Du coup avec la crise les Français se rabattent sur les petites voitures, les véhicules pas cher et sur l’occasion. Ce sont surtout les frais d’entretien qui ont augmenté. En France, la part des toutes petites voitures représente désormais plus d’un achat sur deux. 84% des ventes concernent non seulement des citadines, mais également des berlines bas de gamme. Selon les chiffres divulgués lundi 1er décembre par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), les immatriculations de voitures neuves ont reculé de 2,3% le mois dernier, à 135.070 unités contre 138.279 en novembre 2013. La part des toutes petites voitures a encore augmenté dans notre pays. Elles représentent désormais plus d’une voiture sur deux vendues dans l’hexagone. Au final, 84% des ventes concernent non seulement des citadines, mais également des berlines pas très chères, contre 70% il y a encore sept ans. Pour preuve : le succès phénoménal de Dacia dans notre pays, désormais cinquième marque en France. Le constructeur à bas coûts était à l’origine prévu pour d’autres pays moins riches. Tout cela fait dire aux professionnels que le marché français se paupérise et possède désormais toutes les caractéristiques d’un pays en voie de développement. On peut aussi le mesurer avec l’âge moyen de notre parc, qui ne cesse de vieillir et qui dépasse allègrement les huit ans. On note aussi le succès du marché de l’occasion, avec 5 millions d’exemplaires échangés par an (c’est deux fois et demi celui du neuf). Cette situation s’explique par une baisse du pouvoir d’achat, ou plus précisément par une multiplication des dépenses.  Selon des chiffres cités par le site Auto-Actu, sur trente ans les sommes des ménages consacrées à l’automobile ont augmenté de 160%, soit deux fois et demi plus vite que l’achat de véhicules neufs. Comment l’expliquer ? Ce sont les autres composantes de la dépense automobile qui ont gagné. Exemple : le carburant a grimpé de 140% : l’entretien et la réparation, de 235% ; les péages, parking et assurances, de presque  400%.

 

Internet : payer pour supprimer la pub sur Google

Internet : payer pour supprimer la pub sur Google

 

Il faudra peut-être payer pour supprimer la pub sur Google. L’expérimentation est en cours chez Google ‘Google Contributor). Plutôt que de financer les sites grâce aux publicités proposées via AdSense, Google teste comme alternative  de supprimer  les annonceurs. «Aujourd’hui, Internet est surtout financé grâce à la publicité en ligne», peut-on lire sur la page dédiée à Google Contributor. «Mais que feriez-vous s’il existait un moyen de soutenir directement les créateurs des sites que vous visitez tous les jours?» Si un internaute choisit de participer au programme, des messages de remerciement s’affichent à la place des publicités. À chaque visite sur un site partenaire, un peu de l’argent issu de cet abonnement est versé à l’éditeur du contenu consulté. Les transactions se font via leur compte AdSense, reçues au même titre que les revenus publicitaires. Google perçoit par ailleurs un petit pourcentage sur la somme versée chaque mois par les internautes. Avec ce projet, Google espère surtout séduire les internautes récalcitrants de la publicité en ligne. Il répond aussi aux inquiétudes des sites Internet qui doivent faire face à la popularité croissante des logiciels permettant de bloquer la réclame, les privant d’une source importante de revenus. Certains testent différentes options pour endiguer le phénomène: des formules d’abonnement ou des messages de remontrance affichés à la place des publicités bloquées. Sans grand succès. Or, le rejet de la publicité en ligne pose aussi problème à Google, qui vit largement de la vente d’espaces publicitaires et de mots clés. Avec Contributor, Google tente de responsabiliser les internautes et joue la carte de la simplicité: il propose un abonnement valable pour une dizaine de sites à la fois, plutôt que pour un seul. Google Contributor est aussi symptomatique de la progression de la culture du don sur Internet. Outre le succès des plateformes de financement participatif, comme Kickstarter ou Ulule, d’autres projets pour récompenser les créateurs en ligne ont vu le jour ces dernières années. YouTube, propriété de Google, a annoncé au début de l’année une option permettant aux internautes de faire des dons financiers à des auteurs de vidéos. Un principe similaire à celui du site français Tipeee, qui récompense les créateurs sous forme de pourboires numériques.

 

Foot-Transfert de Gignac : menace sur l’existence de l’OM

Foot-Transfert de Gignac : menace sur l’existence de l’OM

Ce pourrait être un coup dur pour l’OM avec cette affaire de dessous de table notamment pour le transfert de Gignac. Une sale affaire qui va ternir l’image d’un club déjà financièrement fragilisé et dont la propriétaire madame Dreyfus cherche depuis longtemps à se débarrasser. La question est de savoir  qui aurait envie de racheter un club dont limage est  trop sulfureuse alors que paradoxalement les résultats sont excellents cette année. En fait ceste u peu la folie du foot qui est en cause avec des salaires démentiels et nombre d’intermédiaires qui se gavent. En attendant  l’OM: Vincent Labrune, Jean-Claude Dassier et Pape Diouf sont en garde à vue L’information tombe mal alors qu’André-Pierre Gignac devenait  être titularisé par Didier Deschamps pour le match amical France-Suède ce soir au Vélodrome. Selon des informations révélées par lepoint.fr et itélé, Vincent Labrune, actuel président de l’OM, et Jean-Claude Dassier, son prédécesseur, auraient été interpellés et placés en garde à vue mardi matin pour répondre de la gestion du club sur certains transferts, notamment celui de Gignac en provenance de Toulouse à l’été 2010. Acheté 18 millions d’euros, l’attaquant de l’équipe de France avait vu son salaire passer à 300.000 euros bruts. Selon Le Parisien, l’enquête menée par les juges d’instruction marseillais Thierry Azéma et Christophe Perruaux depuis 2011 s’intéresse à la personnalité de Christophe d’Amico, premier agent de Gignac qui «servirait de passerelle entre des individus connus du banditisme corso-marseillais et le monde du football». 

 

Les Etats-Unis lancent une alerte sur l’état de l’économie en Europe.

Les Etats-Unis lancent une alerte sur l’état de l’économie en Europe.

 

 Ils suggèrent que l’Europe articule politique monétaire, politique budgétaire et réformes structurelles. « Le monde ne peut pas se permettre une décennie perdue en Europe (…). Des actions déterminées des autorités nationales et des autres institutions européennes sont nécessaires pour réduire le risque que la région ne s’enfonce dans un déclin plus profond », a déclaré . secrétaire américain au Trésor Jacob Lew. A quelques jours d’un sommet des grandes puissances du G20 en Australie, M. Lew estime que le « statu quo en Europe » n’a pas permis d’atteindre les objectifs de croissance « forte » et « durable » définis par la communauté internationale début 2014. En février, les pays industrialisés et émergents du G20 s’étaient fixé l’objectif de doper la richesse mondiale de 2% dans les cinq prochaines années. Alors que l’Europe montre de nouveaux signes de ralentissement, le secrétaire au Trésor américain estime que la Banque centrale européenne (BCE) ne peut « à elle seule » garantir le retour à une croissance robuste. « Ainsi que le suggèrent les récentes données économiques, (l’action de la BCE, ndlr) à elle seule a montré qu’elle ne suffisait pas à assurer le retour à une croissance saine », a déclaré M. Lew dans un discours prononcé à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis). Il souligne qu’en zone euro, la demande intérieure demeure inférieure de 4 points de pourcentage à son niveau d’avant la crise financière de 2008-2009. Le responsable américain prône en Europe « une approche globale » conjuguant le soutien de politiques monétaire mais aussi budgétaire et structurelle. « Dans des pays comme l’Italie, qui est structurellement moins compétitive, et la France, dont les rigidités du marché de l’emploi entre autres restreignent la croissance, les politiques doivent accélérer les réformes structurelles », a affirmé M. Lew. Plus généralement, il regrette le poids de « l’austérité » budgétaire en Europe. Parallèlement, les Etats-Unis ne peuvent pas « compenser » la faible croissance dans les principales puissances économiques, en Europe mais également au Japon, a-t-il mis en garde. « L’économie mondiale (…) ne peut attendre des Etats-Unis qu’ils progressent suffisamment pour compenser la faible croissance dans les principales économies mondiales », a encore dit M. Lew signalant que les Etats-Unis ont créé davantage d’emplois depuis la crise financière « que l’Europe et le Japon réunis ». Evoquant les politiques de change et sans nommer précisément de pays, M. Lew a appelé à ne pas utiliser les monnaies pour doper la demande extérieure et la croissance. « Les pays doivent tenir leurs engagements réalisés dans le cadre de groupes multilatéraux comme le FMI ou le G20 » quant à l’évolution de leur taux de change, a-t-il insisté. La Chine est souvent accusée par Washington de sous-évaluer artificiellement sa monnaie pour améliorer la compétitivité de ses exportations. Enfin, M. Lew a appelé le Congrès américain, qui bloque la réforme des quote-parts et de la gouvernance du Fonds monétaire international (FMI) depuis deux ans, à voter ce texte au plus tôt. « Il est urgent que le Congrès agisse dans les semaines qui viennent », a-t-il déclaré. (source AFP)

1...2930313233...38



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol