Archive pour le Tag 'sulfureuse'

Une sulfureuse rencontre entre un conseiller de Macron et Marion Maréchal-Le Pen

Une sulfureuse rencontre  entre un conseiller de Macron et Marion Maréchal-Le Pen

On se demande bien quel était  la finalité politique de la rencontre entre Bruno Roger-Petit, conseiller du chef de l’État et Marion Maréchal Le Pen. Un déjeuner,-organisé à l’initiative du conseiller de l’Élysée,-qui sent un peu la tambouille politique. Cela d’autant plus que Marion Maréchal Le Pen représente effectivement un courant mais pour l’instant sans parti et sans intention de se présenter en 2022. Par contre elle peut nuire à Marine Le Pen.

La nouvelle de leur rencontre a aussitôt suscité de nombreuses réactions.

«Bruno Roger-Petit est passé par un ami pour me proposer de me rencontrer», explique au Monde l’ex-députée du Vaucluse, qui se dit intriguée par cette entrevue. «J’ai accepté : je ne refuse jamais de discuter par principe. Surtout que j’étais assez curieuse de connaître celui qui s’amusait à me traiter de nazie toutes les deux semaines quand j’étais députée», ajoute Marion Maréchal-Le Pen.

 

Également contacté, Bruno Roger-Petit n’a pas nié avoir rencontré Marion Maréchal, mais souligne que ce rendez-vous n’a eu lieu qu’«à titre personnel» : «Je voulais savoir ce qu’elle avait à dire et si elle était en résonance avec l’état de l’opinion – ce qui n’est pas le cas. J’ai dû constater que nous étions en désaccord», a précisé le conseiller. On a de la peine à croire qu’il ne le savait pas avant !

 «Il y a des gens qu’on ne  »sonde » pas  »à titre personnel », on les combat à titre collectif. Marion Maréchal et toute sa clique en font clairement partie» a par exemple réagi Astrid Panosyan, co-fondatrice du mouvement En Marche! sur Twitter.

 

 «Le prétendu  »nouveau » monde est en train de basculer vers du très très rance» s’est émue Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture de François Hollande.

Le « progressisme » de Macron : une idéologie sulfureuse.

Le « progressisme » de Macron : une idéologie sulfureuse.

 

 

On a du mal à théoriser l’idéologie de Macon tellement ses propos sont confus et contradictoires. La philosophie politique du président de la république ressemble à une sorte de cocktail mélange d’ultra libéralisme, d’étatisme qui prône l’individualisme sur fond de socialisme désuet et très rose pâle. Sur les chaînes info continue, l’ancien conseiller très proche de Macron Ismaël Émélien est venu vendre son livre et défendre en même temps la stratégie du président de la république.

 

Le maître mot de l’idéologie est  progressisme, un concept très vaseux qui essaye de récupérer les oripeaux des idées sociales ou marxistes d’il y a 50 ans avec l’individualisme et l’ultralibéralisme. En fait, un curieux breuvage idéologique très sulfureux et qui démontre surtout l’absence de vision et les grandes faiblesses d’analyse du macronisme. Hier sur la chaîne d’information continue, celui qui est considéré comme l’alter ego de Macron affirmait que l’analyse de la société par le président de la république était pertinente, que le cap était bon mais que les résultats étaient pratiquement nuls. Et cette absence de résultats ne semblait créer aucun doute quant à la pertinence de l’analyse pas plus que sur les perspectives. Finalement pas tellement étonnant car Ismaël Émilien comme la plupart des proches de Macron n’est pas vraiment un intellectuel. Le seul intellectuel toléré à l’Élysée par le chef de l’État, c’est Macron lui-même ! Or Ismaël Émilien est très représentatif de la sociologie de l’entourage de Macron composée essentiellement de responsables formés aux idées  superficielles  de Sciences-po. Une école où on traite de tous et en même temps de rien tellement l’enseignement est indigent voire surréaliste. À l’Élysée, au gouvernement, au Parlement, les enfants de Sciences-po ont noyauté le pouvoir enivrant le pays de poncifs, de contradictions et d’approximations. Le plus grand danger c’est que les adhérents de cette secte se prennent pour des intellectuels alors qu’ils ne sont que les moines serviles d’une sorte d’évangélisme politique creux, abstrait et d’une nullité confondante. Ce ne sont ni des intellectuels, ni des techniciens mais des bonimenteurs qui se font une spécialité de parler de ce qu’ils ne connaissent pas à savoir les réalités socioéconomiques voir sociétales et qu’ils encore moins capable de théoriser.  On serait évidemment intéressé par la liste des ouvrages théoriques qu’on produit ses intellos de café du commerce.

 

L’alliance sulfureuse de Macron et Sarkozy !

L’alliance sulfureuse de  Macron et Sarkozy !

 

 

 

 

On pourrait s’étonner un peu naïvement des bonnes relations qu’entretient Sarkozy avec Macron. Pourtant il ne faut sans doute pas chercher midi à 14 heures car Sarkozy empêtré dans nombre d’affaires judiciaires a sérieusement besoin du soutien politique pour influencer la justice « indépendante » du pays. L’entente est tellement parfaite que Macron, pas mécontent de semer la zizanie chez les Républicains, a demandé à Sarkozy de le représenter lors de la cérémonie d’investiture du chef de l’État en Géorgie ! Une manière en quelque sorte de renvoyer l’ascenseur à Sarkozy particulièrement bienveillant vis-à-vis de la politique actuelle  alors que Laurent Wauquiez, lui, ne cesse de taper sur la politique du  pouvoir. Et Sarkozy d’en rajouter en se félicitant qu’on demande «l’avis des gens dans la rue ». De quoi sourire évidemment si ce n’était pas pathétique. Notons aussi que Le 7 décembre, à la veille de l’acte IV des gilets jaunes, Emmanuel Macron a reçu Nicolas Sarkozy dans le cadre des consultations qu’il menait pour préparer son allocution télévisée. Un déjeuner très discret, sur lequel aucun des deux hommes n’a voulu communiquer. Si l’ancien chef de l’État se gardait déjà bien de critiquer le président de la République, estimant que ce dernier était déjà “bien servi en la matière”, il arbore depuis cette rencontre une attitude particulièrement bienveillante à l’égard d’Emmanuel Macron. Dans une interview pour le quotidien régional Midi Libre, il a estimé qu’Emmanuel Macron faisait “ce qu’il pouvait”. “Je veux aider mon pays, je ne critiquerai nullement”, a tranché Nicolas Sarkozy. Au sujet du grand débat national voulu par le président pour calmer la grogne des gilets jaunes, ce dernier rejoint dit tout haut ce que pense Macron tout bas. »Nous sommes à l’arrêt. Le monde accélère à une vitesse stupéfiante et nous, non seulement nous sommes à l’arrêt, mais nous reculons. Là, on va discuter, on va demander l’avis aux gens dans la rue pour faire quelque chose. Avec ça, vous ne ferez plus rien! Si pour faire quelque chose tout le monde doit être d’accord, restez couchés, parce que personne n’est jamais d’accord”, a regretté l’ancien chef de l’Etat. Il faut espérer qu’avec un tel plaidoyer pour la politique de Macron, la justice « indépendante » montrera quelque bienveillance pour les casseroles de Sarkozy.

 

Foot–fric–FIFA : la sulfureuse commission d’éthique qui va juger Platini

Foot–fric–FIFA : la sulfureuse commission d’éthique qui va juger Platini

Platini a sans doute été un peu naïf et imprudent dans l’affaire qui le concerne ; pour autant, il semble bien d’après des documents que s’est procuré le JDD qu’existait  bien un contrat entre la FIFA et Platini pour justifier de son salaire. Dès lors on peut s’interroger à propos de la sévérité de la chambre d’instruction du comité d’éthique de la FIFA qui n’envisage rien de moins que la radiation à vie de l’intéressé. Mais pour comprendre une telle sévérité il faut savoir que cette commission d’éthique dans le passé comme aujourd’hui s’est livré à deux nombreuses manœuvres à caractère frauduleux. En outre et surtout figurent  dans cette commission d’éthique des membres qui clairement se positionnent pour des candidatures opposées à celles de Platini même qui veulent se présenter eux- même ;  bref,  une commission d’éthique véritable panier de crabes et de vipères dans une organisation qui ressemble à la mafia. Mais Les défenseurs de Michel Platini se sont déclarés optimistes après la publication par le Journal du dimanche d’un document datant de 1998 et accréditant la réalité d’un contrat entre Sepp Blatter, le patron de la FIFA, et leur client, pour un montant d’un million de francs suisses. Le Journal du dimanche fait état d’un rapport de 23 pages qui montre que le salaire suspect reproché à Platini a été en partie évoqué dès 1998 dans un document présenté lors d’une réunion à Stockholm du comité exécutif de la FIFA. « A partir du moment où nous avons la preuve d’un accord entre la FIFA et M. Platini et que cet accord était connu de plusieurs responsables de la FIFA, l’enquête du comité d’éthique n’a plus de raison d’être », a dit à Reuters l’un des avocats de Michel Platini, Thomas Clay. « Pour nous, il s’agit d’une preuve que M. Platini a toujours dit la vérité », a-t-il ajouté. « Cela montre que le contrat n’avait rien de secret et que plusieurs personnes, au sein de l’UEFA et de la FIFA, étaient au courant dès 1998




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol