Archive pour le Tag 'suivie'

Grève SNCF : toujours suivie

Grève  SNCF : toujours suivie

Si dimanche le nombre de grévistes a diminué par contre la mobilisation est toujours forte ce lundi. Avec notamment des taux de participation de plus de 40% chez les conducteurs. (Ce qui représente 80% de grévistes en tenant compte des repos, maladie et congés).   »Si on compare avec la dernière journée comparable, c’est-à-dire le mercredi 4 avril, (…). Ces chiffres sont toutefois en baisse pour les contrôleurs « puisqu’on passe de 73% à 67% » et « en baisse aussi plus nettes pour les aiguilleurs puisqu’on passe de 46% à 30% », selon Alain Krakovitch, patron de la SNCF banlieue.  La direction prévoit la circulation d’un TER et d’un Transilien sur trois, d’un Intercité sur six et d’un TGV sur cinq. Trois trains sur quatre devraient rouler pour les trains internationaux (Eurostar et Thalys). Avant la première phase de la grève intermittente des cheminots, mardi et mercredi derniers, la compagnie avait anticipé un taux de 48%. Le taux de grévistes prévu pour ce dimanche, première journée de la deuxième série de grèves, était de 35%. Il ne permet cependant pas de déduire « un affaiblissement ou un affaissement ou de la mobilisation », puisqu’il s’agit d’un jour de week-end, avait dit Le directeur adjoint de la compagnie ferroviaire, Mathias Vicherat, samedi. La grève de deux jours par tranche de cinq jours lancée par les quatre syndicats représentatifs de la SNCF a débuté le 3 avril et a été annoncée jusqu’au 28 juin.

Grève dans les hôpitaux de Paris : grève non justifiée et non suivie

Grève dans les hôpitaux de Paris : grève non justifiée et non suivie

 

La mobilisation dans les hôpitaux de Paris pour protester contre l’évolution du temps de travail a fait flop. La mobilisation a été insignifiante et pour cause il y a longtemps que dans la plupart des hôpitaux de province cette réforme a été réalisée. Une nécessité car la réduction du temps de travail initiale avait créé une pagaille totale dans le fonctionnement hospitalier. D’où l’impérative nécessité d’adapter les effectifs en fonction des niveaux d’activité et de la nature des services. En effet si on peut déplorer un manque d’effectif criant dans certains secteurs, c’est loin d’être le cas dans tous. En outre certains établissements hospitaliers de grande dimension exigent une gestion plus pointue car dans les conditions actuelles ces établissements sont devenus d’énormes  organisations ingérables. Plusieurs dizaines d’agents de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont une nouvelle fois manifesté mardi devant le siège de l’institution contre la réforme du temps de travail, à l’appel d’une intersyndicale. L’Usap-CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC et l’Unsa avaient appelé les agents des 39 hôpitaux à se rassembler à 10h ce matin.«Nous espérons toujours que cette réforme ne passe pas. Si c’est le cas ce sera dramatique pour nos conditions de travail», peste Fanny Rigaud, jeune aide-soignante à l’hôpital Saint-Louis, venue manifester bruyamment sa colère sous les fenêtres du siège de l’AP-HP dans le 4e arrondissement. Les agents étaient aussi appelés à cesser le travail alors que les premières mesures, comme la suppression des journées extraréglementaires (Fête des mères…) doivent entrer en vigueur dans quelques jours. Selon la direction de l’AP-HP, la mobilisation était à la mi-journée de 1,18%. «Hirsch vole les repos des héros» proclamait une bannière tendue devant l’établissement où se tenait un CHSCT central (Comité d’hygiène et de sécurité) au cours duquel le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, doit présenter pour avis les nouveaux ajustements de sa réorganisation du temps de travail. La réforme qui vise les 75.000 agents (hors médecins) de l’institution repose sur une modification des temps de travail et des suppressions de RTT. Elle prévoit le passage de 7h36 de travail à auxquelles sont soumis actuellement 50% des agents, à 7h30, synonyme de 15 RTT au lieu de 18. Le texte prévoit également la suppression au 1er septembre du régime horaire en 7h50 (16% des agents) pour le remplacer par celui en 7h36 avec un passage 20 à 18 RTT. Selon un audit, la direction de l’AP-HP a évalué à 48,4 millions d’euros brut les économies générées par la réforme entre 2016 et 2019, et à 41,1 millions les gains réalisés en termes de remplacement (intérim, remplacement, heures supplémentaires). Mais cet audit a mis en exergue une désorganisation des services liée à un absentéisme «préoccupant» et une «surcharge de travail». Martin Hirsch doit annoncer la mise en place d’ici l’été d’un plan de lutte contre ce phénomène. La direction fait valoir en outre que l’intégration de la pause repas dans le temps de travail pouvait être considérée «implicitement» comme une «compensation» aux dépassements horaires.

 

Italie : un non à cette Europe qui sera suivie d’autres dans d’autres pays

Italie : un non à cette Europe qui sera suivie d’autres dans d’autres pays

 

Réactions irrationnelles, mouvement de colère, populisme, comment qualifier les réactions des italiens ? C’est sans doute clairement un nom à cette Europe là et un nom aussi à la classe politique traditionnelle. Pour la première fois l’Europe a été au centre de la campagne, et le candidat de cette Europe, premier ministre sortant, encensé à Bruxelles comme le sage d’entre les sages, présenté comme un exemple, a été brutalement rejeté par son peuple. Il plafonne à 10%. Pier Luigi Bersani, candidat d’une coalition de gauche regroupé autour du Parti démocrate, et gagnant très relatif, considère que la rigueur n’est pas une panacée. Ce qu’a dit l’europhile Italie, hier soir, c’est un Non à l’Europe telle qu’on la dicte depuis Bruxelles, ses troïkas, ses plans d’austérité, ses techniciens, ses professeurs, ses statistiques, et ses économistes qui viennent dire à la télévision, sur le ton de l’évidence exaspérée, qu’il faut se couper les pattes pour se remettre sur pied.    Que va faire l’Italie avec sa majorité socialiste à l’assemblée, et minoritaire au sénat ? Qui pourra gouverner, et avec quelle alliance ? Mais comment va réagir Bruxelles à ce message monté de Rome ? C’est une immense question, de portée continentale.  L’Europe pourra se dire qu’elle était folle, aussi folle au fond que Beppe Grillo, d’avoir pensé que la potion de Mario Monti serait supportée après avoir plongé son pays dans la récession, baissé les pensions, fermé 104 000 entreprises, mis huit millions de personnes sous le seuil de la pauvreté, et fait monter le taux de chômage des jeunes à 37%.   L’Europe pourra aussi s’en tenir au diagnostic du ministre allemand des affaires étrangères, Guido Westerwelle : « l’important est que la ligne pro-européenne et les réformes continuent ». Dans ce cas tout continuera effectivement, comme si de rien n’était, le vote d’hier sera présenté comme une curiosité locale, on tentera de l’escamoter comme le Non de 2005, mais des Grillo et des Berlusconi apparaitront partout pas seulement en Italie, ailleurs. Cette Europe de la seule austérité, sans véritable stratégie de redressement de la croissance, sans vrai projet politique autre que le libre échange connaitra le même sort dans nombre de pays condamné au chômage, à la pauvreté et au désespoir.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol