Archive pour le Tag 'Suez'

Suez: Bertrand Camus débarqué

Suez: Bertrand Camus débarqué

 

Officiellement le président actuel de Suez a décidé lui-même de partir : « J’ai beaucoup réfléchi et j’ai décidé de ne pas faire partie de l’aventure du nouveau Suez », a déclaré dans un entretien au quotidien « Le Figaro » publié mardi soir l’actuel directeur général du groupe, Bertrand Camus.

 

En fait il a été débarqué puisque le président de Veolia qui a fait éclater chaises ne souhaitait pas que Bertrand Camus demeure à son poste.  Suez faite de l’action de Veolia est désormais cantonnée pratiquement à l’Hexagone.

le groupe pèsera 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires – contre 17,2 milliards en 2020 -, après l’acquisition par son assaillant de la plupart des activités internationales.

 

Bertrand Camus restera cependant jusqu’à la fin des deux opérations en cours que sont l’OPA de Veolia et le rachat d’actifs de Suez par le consortium Meridiam-GIP-CDC. « Celles-ci doivent se finaliser entre mi-novembre et mi-décembre, afin que leur mise en oeuvre se fasse dans le respect de toutes les parties prenantes », a-t-il précisé. Reste aussi à connaître la position définitive de Bruxelles qui pourrait bien mettre son grain de sel pour excès de position dominante de Veolia. Dans ce cas, il conviendrait de ce débarrasser de certaines activités y comprises en les cédant à des entreprises étrangères.

Veolia et Suez : accord voté par les conseils d’administration avant la consultation des salariés

Veolia et Suez : accord voté par les conseils d’administration avant la consultation des salariés

 

 

 

Comme dans d’autres entreprises en France Veolia ont d’abord fait approuver le plan de restructuration avant la consultation des salariés. Une curieuse pratique de la concertation sociale en France. On voit mal ce que pourrait remettre en cause cette  consultation sociale. De toute manière, elle n’a qu’un avis consultatif.

 

Raison supplémentaire pour qu’elle précède la décision finale. Du coup dans la plupart des cas, ces consultations ne sont que formelles et démontrent à l’évidence le peu d’intérêt comporte à la gestion des relations sociales.

 

Pendant un mois, jusqu’au 14 juin, s’ouvre chez Suez la période d’information-consultation des instances représentatives du personnel (IRP). Après cette procédure obligatoire et l’émission d’une attestation d’équité par l’expert indépendant Finexsi, le conseil d’administration de Suez émettra avant le 29 juin un avis favorable à une OPA de Veolia à 20,50 euros l’action.

Bref la consultation demeure toujours très formelle en France contrairement par exemple à ce qui se passe en Allemagne qui pratique, elle,  la cogestion sans affecter sa compétitivité, bien au contraire.

Veolia et Suez : un traité de paix sous conditions européennes

Veolia et Suez : un traité de paix sous conditions européennes

Théoriquement les deux groupes ont passé un traité de paix qui doit encore être adopté par les conseils d’administration respectifs de Veolia et de Suez. En gros, Veolia prendra la plupart des activités internationales de Suez surtout confiné désormais dans l’Hexagone.

L’activité de Suez sera divisée par deux environs. Et l’emploi doit être théoriquement assuré pendant quatre ans. Reste surtout maintenant à obtenir l’aval des autorités européennes qui vont examiner les nouvelles conditions de concurrence et pourraient être amenées  à demander des aménagements  notamment le transfert de certaines activités à d’autres opérateurs.

Un Allemand candidat au rachat de Suez ?

Un Allemand candidat au rachat de Suez ?

Sans doute une conséquence qui n’avait pas été prévue par certains acteurs dans l’affaire Suez Veolia à savoir la reprise possible d’une société par des capitaux étrangers. En effet, le spécialiste allemand du recyclage Remondis, actionnaire de Transdev, est à nouveau candidat pour acquérir « jusqu’à 40% » du nouveau Suez, le futur groupe prévu par l’accord sur le rachat d’une partie de Suez par Veolia, selon une information samedi de la Lettre A. Le groupe allemand deviendrait alors actionnaire de référence.

Suez : nouveau départ et nouvel actionnariat ?

Suez : nouveau départ et nouvel actionnariat ?

 

C’est évidemment un Suez plus réduit après l’absorption d’une partie par Veolia qui réfléchit à son développement ainsi que son actionnariat..

 

L’accord entre Veolia et Suez prévoit le maintien d’un Suez indépendant représentant près de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit moins de la moitié du groupe actuel, avec des activités surtout concentrées sur la France.

La solution GIP-Meridiam-CDC reste « la base de travail » pour constituer l’actionnariat du futur Suez, alors que l’allemand Remondis s’est dit également intéressé, a indiqué jeudi le directeur général de Suez Bertrand Camus.

«  »Cela confirme qu’il n’y avait aucun souci pour trouver des investisseurs pour accompagner Suez, au niveau global ou sur les différents actifs de Suez », a relevé le dirigeant. Précédemment « beaucoup d’investisseurs se sont retirés de par le côté inamical (de l’OPA lancée par Veolia, ndlr). A partir du moment où il y a accord entre les parties, à conclure, et que cet accord prévoit l’émergence d’une nouvelle entité, sur la base du périmètre négocié le week-end du 11 avril, énormément d’investisseurs remanifestent leur intérêt, et Remondis en fait partie », a-t-il observé,

Accord Veolia Suez : un géant aux pieds d’argile

 Accord Veolia Suez : un géant aux pieds d’argile

 

Le président de Veolia et la pensée financière dominante se félicitent de l’accord entre Veolia et Suez qui doit permettre de créer un super géant mondial. En fait, ce mécano capitalistique ne résulte nullement d’une stratégie de la part de Veolia mais plutôt d’un hasard lié à la très mauvaise gestion d’Engie  qui a dû se débarrasser en hâte des 30 % qu’il possédait dans Suez. Une opportunité alors  s’est ouverte pour Veolia de museler son concurrent français.

 

La question qui se pose est de savoir si cela va réellement renforcer les capacités de l’opérateur au plan national et surtout international. L’une des premières conséquences pourrait être l’obligation faite par l’Europe de se débarrasser d’un certain nombre d’actifs concernant l’eau en France comme à l’étranger ainsi que certains services associés.

 

Le deuxième inconvénient c’est de diminuer le nombre d’opérateurs français susceptibles de répondre aux appels de internationaux. En fait, la place laissée par Suez dans les appels d’offres internationaux ne sera pas occupée totalement par Veolia mais par d’autres opérateurs internationaux.

 

La troisième conséquence néfaste pourrait être la réduction d’effectifs du fait des doubles emplois qui inévitablement va se poser. En clair Veolia devra se débarrasser de certains effectifs de Suez non seulement parce qu’ils font double emploi avec ceux de Veolia mais parce qu’il aura fallu aussi vendre certains actifs dont certains passeront d’ailleurs dans les mains de son d’investissement y compris étrangers un premier bilan méritera d’être fait dans six mois ou un an..

 

Suez rappelé à l’ordre par l’autorité des marchés

Suez rappelé à l’ordre par l’autorité des marchés

 

Un rappel à l’ordre de l’autorité des marchés qui demande davantage de transparence de la part de Suez. Mais un rappel à l’ordre sans valeur juridique mais qui remet quand même en cause la mesure de protection prise par Suez pour mettre son activité eau à l’abri.

On peut supposer que les opérateurs intéressés exercent une pression énorme sur l’autorité des marchés financiers pour qu’elle clarifie sa position. Ce qu’elle tarde visiblement à faire. De la même manière que les pouvoirs publics qui s’en tiennent à leur souhait d’une négociation entre Suez et Veolia.

Cette invraisemblable bataille risque de se traduire dans tous les cas par la vente d’activités de l’eau et de services à des fonds spéculatifs étrangers ! Bref à des ventes par appartements.. Au total ,un affaiblissement général d’un secteur d’activité très important pour la France. Tellement important qu’il pourrait poser la question d’une nationalisation temporaire compte tenu de la pagaille actuelle est de l’intérêt général de plus en plus stratégique de la gestion de l’eau. Une occasion aussi de mieux réguler  l’activité

Veolia dit encore non à une négociation avec Suez

Veolia dit encore non à une négociation avec Suez

Pour résumer le patron de Veolia dit non à la proposition de Suez alliée au fond Ardian qui permettrait de démanteler le groupe. Notons que Veolia propose de vendre les actifs de Suez au fond Méridien. Dans les deux cas Suez serait dépecé. En outre ,Veolia refuse de payer l’action à 20 € au lieu des 18 proposés. Bref la confusion persiste et même simplifie et le risque c’est de porter une atteinte dommageable tant à  Suez qu’à Veolia notamment au plan international. On voit mal en effet des opérateurs confier leurs activités à des sociétés prêtes à vendre leurs actifs notamment à des fonds plus ou moins spéculatifs.

« Suez nous demande de racheter le groupe avec un prix très élevé, et de revendre plus de la moitié des activités à deux fonds d’investissement court-termistes, des actifs partout dans le monde et parmi les plus rentables. Re-céder la moitié des actifs de Suez, ce n’est pas compatible avec mon projet industriel de création d’un grand champion, qui implique de rassembler le maximum d’activités et d’équipes », a déclaré Antoine Frérot.

« Quand on nous propose de discuter en nous mettant un pistolet sur la tempe, avec l’activation d’une fondation hollandaise pour empêcher la mise en place des remèdes que prendra l’anti-trust sur l’eau, c’est ce que j’appelle une négociation sous un chantage. Non, il n’y a pas une volonté d’entamer une véritable discussion avec la proposition qui a été faite », a-t-il ajouté.

Suez a mis en place, au début de cette bataille, une fondation de droit néerlandais destinée à empêcher la cession de ses actifs sur l’eau, cœur de son métier. Il a aussi obtenu une offre ferme d’Ardian-GIP au prix de 20 euros par action, contre 18 euros proposés par Veolia. Le consortium reprendrait la France, mais aussi les activités « Eau et Technologie »  à l’international.

Faute d’accord à l’amiable, il reviendrait aux actionnaires de Suez d’arbitrer, à l’occasion de leur prochaine assemblée générale, attendue d’ici la fin juin.

Un dépeçage partiel de Suez par Ardian et un fonds américain

La folle entreprise de vente par appartement de Suez au profit de  Veolia n’aura peut-être pas lieu mais le dépeçage de Suez  risque de se produire quand même avec la vente de l’activité internationale de l’eau de Suez à Ardian et à un fonds américain! .
s Mathias Burghardt fait valoir que l’offre d’Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait « Suez France et plusieurs activités à l’international encore à définir », aurait pour effet de « rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l’opération »
Mathias Burghardt, patron du fonds Ardian Infrastructure qui, avec le fonds GIP, propose de reprendre les activités France et « Eau et Technologie » à l’international de Suez pour 11,9 milliards d’euros, se dit « assez confiant » pour obtenir « un compromis » avec Veolia.

Le patron du fonds Ardian Infrastructure, Mathias Burghardt, se dit « assez confiant » sur« un compromis » dans la bataille entre les groupes de traitement de l’eau et des déchets, Veolia et Suez, dans un entretien avec le Journal du Dimanche. « Je suis assez confiant. Je crois qu’il y aura un compromis », déclare Mathias Burghardt qui propose d’acheter une partie de Suez – une offre soutenue par la direction de Suez mais rejetée par Veolia qui veut de son côté s’offrir l’intégralité de son grand concurrent français.

« On aura tout tenté pour trouver une solution », assure-t-il, jugeant que « ce serait un énorme gâchis pour les salariés et le tissu industriel français si on ne trouvait pas un compromis ». Mathias Burghardt fait valoir que l’offre d’Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait « Suez France et plusieurs activités à l’international encore à définir », aurait pour effet de « rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l’opération ». Il assure aussi que cette offre apporterait à Veolia « une solution à ses problèmes de concurrence auprès des autorités qui pourraient être saisies »« Et nous préservons l’emploi », ajoute-t-il.

Malgré le rejet rapide par Veolia de cette solution, le dirigeant d’Ardian considère qu’ils sont « un peu revenus là-dessus, ce qui prouve qu’ils commencent à voir l’avantage de notre offre »« Notre projet est compatible avec le leur et acceptable », poursuit-il, ajoutant que « la solution qui est aujourd’hui envisagée permet de maintenir deux champions français ».

Le consortium Ardian-GIP a proposé de reprendre les activités France et « Eau et Technologie » à l’international de Suez pour 11,9 milliards d’euros. Ce projet, soutenu par Suez, a été rejeté par Veolia qui a lancé une OPA sur son concurrent après avoir acquis 29,9% de Suez auprès d’Engie.

 

Veolia–Suez : demande d’arbitrage par l’Éta

Veolia–Suez : demande d’arbitrage par l’État

 

 

L’intersyndicale s’est adressée au président de la république pour lui demander son arbitrage vis-à-vis de l’opération suicide dirigée par Veolia pour liquider Suez :

 

«Monsieur le président de la République, parce que le règlement effectif de l’OPA ne s’achèvera qu’en mai 2022, et que nous souhaitons éviter un conflit social dur, nous nous en remettons à vous en tant qu’arbitre, capable de trouver le chemin qui rassurera les salariés et aboutira à une solution par le haut pour l’ensemble des parties prenantes», écrit l’intersyndicale dans un courrier remis par porteur à Emmanuel Macron le 15 mars.

Les syndicalistes du géant du traitement de l’eau et des déchets lui «réitèrent» également leur demande pour le rencontrer le plus rapidement possible. «Nous vous sollicitons comme l’ultime recours pour mettre fin à ce conflit de destruction de valeur, pour travailler à une sortie de conflit», poursuivent-ils.

Les salariés de Suez, «à qui vous avez rendu un vibrant hommage, sont devenus aujourd’hui les variables d’ajustement d’une opération de casse sociale et de destruction de valeur sans précédent, malheureusement sous le regard passif et fuyant de l’État», regrette encore l’intersyndicale.

«Le projet de Veolia est funeste en ce qu’il ne porte aucun projet industriel solide et durable pour Suez en France et à l’international», estiment encore les organisations syndicales en vantant une concurrence «saine et stimulante» pour l’innovation plutôt que la «course à la taille».

«Notre mobilisation sociale contre cette OPA continuera le temps qu’il faudra, car nous ne nous résignerons pas à voir supprimer 4.000 à 5.000 emplois en France, et au moins autant à l’échelle mondiale», préviennent-elles.

Nationaliser provisoirement Veolia et Suez

Nationaliser provisoirement Veolia et Suez

 

Il est clair que les fantasmes de bricolage capitalistique engagés par le patron de Veolia portent un grave préjudice à toutes la filière française non seulement sur les marchés en France mais aussi internationaux. Comment en effet faire confiance à des entreprises françaises si demain elles se voient contraintes de liquider une partie de leurs activités à des fonds plus ou moins spéculatifs qui ne connaissent pas grand-chose à l’activité.

L’enjeu de la bataille actuelle va bien au-delà de l’avenir de Veolia et de Suez, il concerne la politique de gestion de l’eau et de services associés. Jusque-là,  le gouvernement a tergiversé en demandant que les deux sociétés discutent et parviennent à une solution commune. Une perspective rejetée régulièrement par Veolia.

Du coup, se pose la question de savoir s’il ne conviendrait pas de procéder rapidement à la nationalisation du secteur de l’eau fondamentalement une ressource d’intérêt général vital qui ne peut être abandonné aux humeurs d’apprentis sorciers en mécano capitalistique. Cette nationalisation provisoire pourrait aussi être l’occasion d’une redéfinition du statut de l’eau menacée par le climat et la pollution. En même temps on pourrait redéfinir les modes de régulation.

 

La folie de Veolia continue avec un recours judiciaire contre les administrateurs de Suez

La folie de Veolia continue avec un recours judiciaire contre les administrateurs de Suez

La folie de Veolia continue pour discréditer non seulement Suez que Veolia ambitionne de liquider mais aussi toute la filière au eau  et services associés. En effet l’entreprise de démolition conduite par Veolia ne peut plonger les donneurs d’ordres nationaux comme internationaux que dans l’incertitude la plus profonde quant aux activités qui seront maintenues tant par Veolia que par Suez.

Veolia a rejeté dimanche une proposition de Suez d’engager des négociations via une offre de des fonds Ardian et Global Infrastructure Partners (GIP), demande en référé la suspension des effets de l’activation de la fondation néerlandaise sur les activités eau de Suez en France, indiquent lundi Les Echos.

Selon le quotidien, Veolia va déclencher une action en responsabilité contre les administrateurs de Suez ayant voté en faveur de l’activation de cette fondation pour leur réclamer le paiement solidaire de 300 millions d’euros, en réparation du préjudice financier que Veolia estime subir du fait de l’irréversibilité de la fondation.

L’activation de cette fondation bloque l’OPA que vise Veolia.

Philippe Varin , Suez : arrêtons le massacre !

Philippe Varin , Suez : arrêtons le massacre !

 

À juste titre le président de Suez demande qu’on arrête le massacre de son entreprise par son concurrent Veolia. La finalité de l’opération capitalistique de Veolia vise en effet le dépeçage complet de Suez y compris il y a le transfert à des fonds spéculatifs étrangers. En outre cette bataille entre les deux grands acteurs de l’eau et autre services porte un grave préjudice à l’image des deux sociétés à l’international surtout mais en France aussi. Il y aurait sans doute intérêt à ce que les entreprises intéressées et Veolia en particulier met un peu en veilleuse leurs velléités de mécano capitalistique car pourrait alors remonter la problématique du prix de l’eau et autre services qui dégage une rentabilité excessive sur le dos des usagers.

Récemment Philippe Varin , président du conseil d’administration de Suez a transmis un projet de compromis avait Véolia mais qu’il a immédiatement rejeté. Le président de Suez a exprimé ses regrets au Figaro 

« Depuis six mois, deux entreprises françaises, deux géants mondiaux s’affrontent et se déchirent, à cause de l’offensive hostile de Veolia. C’est une situation inédite, d’une agressivité inouïe. Nous sommes dans une impasse pour trois raisons : le prix de 18 euros par action offert par Veolia est bien trop faible. Ensuite, les décisions des 22 autorités de concurrence aboutiront à un démantèlement de Suez. Enfin, nous jugeons les garanties sociales insuffisantes. »

Veolia propose un nouveau plan de dépeçage de Suez

Veolia propose un nouveau plan de dépeçage de Suez

La folie de dépeçage de Suez voulue par Veolia continue. Ainsi le mécano capitalistique de Veolia vis-à-vis de Suez propose maintenant de séparer l’international du national. Et en plus de confier l’activité de l’eau au fond Méridian . Sur le fond, c’est toujours la même volonté de Veolia de dépecer Suez pour vendre des actifs réduisant en même temps la concurrence nationale. Un plan évidemment démoniaque, irrationnel et irresponsable qui à terme pourrait porter d’ailleurs un grave préjudice aux deux sociétés dont l’image devient de plus en plus trouble à l’étranger mais y compris à l’intérieur du pays.

Il s’agit évidemment d’une énième manipulation du patron de Veolia qui en fait une affaire personnelle. Le pire c’est que le patron de Veolia assure qu’il maintiendrait la totalité de l’emploi chez Suez qu’il veut vendre à d’autres. Comme si ce genre de promesse avait été une fois tenue dans le milieu économique et financier.. Veolia propose en effet à Suez le maintien de l’ensemble de ses activités en France au sein d’un même groupe, qui serait repris par le fonds Meridiam.

Ce dernier, qui avait déjà accepté dès le mois d’août de reprendre Suez Eau France, ajouterait donc à son acquisition les activités de Suez dans les déchets, que Veolia, dans son projet initial, comptait acquérir, mais dont une bonne moitié aurait dû être cédée à des tiers pour respecter les exigences antitrust de la fusion. Le périmètre ainsi repris par Meridiam correspondrait donc à à des effectifs de plus de 25.000 salariés, ainsi qu’à un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros: presqu’un tiers du chiffre d’affaires total du groupe, de 17 milliards en 2020, souligne Antoine Frérot.

Il serait temps que le gouvernement siffle la fin d’une partie complètement irresponsable car ce qui est en cause c’est un marché public entièrement financé par l’usager. Un marché qui pourrait être déstabilisé tant sur le plan de la qualité que des prix.

Les conditions de Suez pour un dialogue avec Veolia

Les conditions de Suez pour un dialogue avec Veolia

Comme le gouvernement a souhaité un dialogue entre Veolia et Suez, cette dernière société fait preuve de bonne volonté mais en posant des conditions qui ne seront pas forcément du goût de Veolia. Bref quelque chose comme je t’aime moi non plus à commencer par le prix proposé par Veolia pour l’action de Suez, aussi des assurances que Veolia sera bien en peine de tenir.

 

Dans un entretien au Figaro publié sur le site internet du quotidien, Philippe Varin explique que le conseil d’administration de Suez serait prêt à rencontrer Antoine Frérot, le PDG de Veolia, à condition notamment que Veolia remonte le prix de son offre actuellement à 18 euros par action Suez.

Philippe Varin demande aussi à ce que les engagements sociaux pris par Veolia portent sur une durée de quatre ans et concernent aussi les salariés de Suez hors de France.

Le président de Suez exige également que Suez puisse exposer sa réaction au projet devant les administrateurs de Veolia.

« Le conseil de Suez pourrait accepter à sa demande de le recevoir pour parler de cette proposition, à plusieurs conditions », déclare au Figaro Philippe Varin à propos d’une rencontre entre Antoine Frérot et le conseil de Suez.

« Veolia doit offrir un prix bien supérieur à 18 euros par action Suez », dit-il.

Fin février, le conseil d’administration de Suez a rejeté l’offre de rachat de son concurrent Veolia, jugeant entre autres le prix proposé de 18 euros insuffisant.

Suez tente depuis l’été dernier d’échapper à un projet de rachat par son grand rival français, devenu son premier actionnaire après le rachat d’un bloc de 29,9% détenu par Engie.

Chantage de Veolia sur les administrateurs de Suez

Chantage de Veolia sur les administrateurs de Suez

 

La lutte fratricide et dévastatrice continue entre Veolia et Suez. Cette fois c’est avec de  gros sabots de Veolia qui menace personnellement les administrateurs de Suez qui pourrait être amené à voter la cession de certains actifs notamment dans les déchets en Australie et en Grande-Bretagne.

 

On pourrait comprendre à la limite que Veolia attaque globalement Suez sur le plan juridique mais la menace pesant individuellement sur les administrateurs constituent un chantage. En fait Veolia reproche à Suez de faire ce qu’il envisagera lors  fusion à savoir la vente d’actifs pour dépecer Suez.

 

«Veolia annonce étudier toutes les voies de droit pour bloquer ces cessions et, si elles devaient avoir lieu, engager la responsabilité individuelle de ceux qui les auraient autorisées», a indiqué dans une déclaration à l’AFP le groupe, engagé dans une OPA sur son rival. «Suez ne commente pas les rumeurs», a déclaré de son côté ce dernier, alors que des informations circulent dans la presse financière sur le sort de ses actifs dans les déchets en Australie et en Grande-Bretagne.

Pour Antoine Frérot, le PDG de Veolia, de telles ventes seraient «un appauvrissement considérable de l’entreprise Suez. Une opération de découpe de l’entreprise, c’est le travail d’un fonds d’investissement, pas d’un industriel. C’est saborder leur propre groupe». «Un actionnaire comme Veolia considérerait qu’un conseil d’administration qui, pour se maintenir en place, vide l’entreprise de cette manière, c’est inadmissible. Dans ce cas-là, nous n’hésiterons pas à engager la responsabilité individuelle de ceux des administrateurs qui autoriseraient cette liquidation», a dit le PDG à l’AFP, invoquant la défense de l’intérêt des parties prenantes du groupe.

Justice : Suez gagne contre Veolia

Justice : Suez gagne contre Veolia

La bataille juridique sera sans doute très longue et aussi rude que la bataille économique et financière. En attendant, Suez vient de remporter une victoire contre Veolia car la justice a autorisé Suez à rendre inaliénable la filiale EAU France  même en cas de contrôle du groupe. En cas de contrôle du groupe par Veolia, cette dernière société devrait aussi se séparer de sa propre activité eau .

Une  fondation avait été créée par Suez le 23 septembre afin de rendre inaliénable la filiale Suez Eau France, en cas de changement de contrôle du groupe. Ainsi, même en cas de succès d’une OPA de Veolia, une fusion des deux groupes serait bloquée par l’incapacité de procéder aux cessions exigées par l’antitrust. Sauf à ce que Veolia vende sa propre activité eau France, ce qu’il exclut.

Suez dit encore non à Veolia

Suez dit encore non à Veolia

La bataille judiciaire, financière et politique continue entre Veolia et Suez. Dernier épisode le rejet unanime du conseil d’administration de Suez de répondre favorablement à l’OPA lancée par Veolia sur l’ensemble du capital. « (…) le projet industriel et l’offre à 18 euros de Veolia ne sont pas acceptables », déclare Suez dans un communiqué.

 

Une guerre finalement fratricide et destructive de certains technocrates grisés par la drogue libérale et qui joue au mécano capitaliste. Nombre d’experts ont démontré que l’alliance Suez Veolia n’apporterait strictement rien sinon le dépeçage de Suez au profit de groupes internationaux concurrents. Au total c’est l’image de marque des deux sociétés qui se trouvent mises en cause notamment au plan international.

 

La stratégie de Veolia est claire, il s’agit moins de favoriser les synergies que de procéder au dépeçage de Suez en vendant y compris à l’étranger des actifs stratégiques comme l’activité de l’eau.

Le groupe Suez, qui, ce même jour, publie ses résultats pour l’année 2020, estime en effet que « l’intérêt social de Suez n’est pas préservé dans une opération qui implique son démantèlement », alors que la poursuite du plan stratégique de Suez à l’horizon 2030 permettrait de créer davantage de valeur.

« La course à la taille n’apporte pas de bénéfice déterminant dans les métiers des services essentiels. Elle ne conforte ni le développement technologique, ni la qualité de service, ni l’agilité qui sont aujourd’hui les points forts du groupe Suez (…) », explique le communiqué.

Veolia doit suspendre son OPA sur Suez

Veolia doit suspendre son OPA sur Suez

Bruno Le Maire annonce la saisie de l’Autorité des marchés financiers et appelle les deux groupes à revenir à la table des discussions.

Saisi dimanche 7 février au soir par Suez, le tribunal de commerce de Nanterre a ordonné à Veolia de suspendre le lancement de toute OPA contre son concurrent, dans l’attente d’un débat au fond sur ses précédents engagements d’amicalité. Dans la foulée, ce lundi matin sur Europe 1, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé la saisie de l’Autorité des marchés financiers. Il évoque «des questions de transparence».

Visiblement agacé par la tournure que prennent les événements, le ministre de l’Économie a renouvelé son appel au calme. «Je vais répéter une nouvelle fois qu’une opération de cette ampleur, entre deux champions industriels, ne peut réussir que si elle est amicale», a-t-il affirmé. «On ne peut pas réussir contre les salariés, le conseil d’administration, les usagers. Cette offre n’est pas amicale et cela contrevient aux engagements pris par Veolia. Elle est précipitée», a ajouté le ministre, énumérant des «risques» sur «l’emploi, sur l’empreinte industrielle». Bruno Le Maire appelle les deux groupes à «retrouver le chemin de la raison et du dialogue» mais aussi «un peu de sagesse et le sens de l’intérêt général». «Je veux que chacun comprenne que dans le contexte actuel, le capitalisme Français ne peut pas être la guerre de tous contre tous (…) Est-ce qu’il ne serait pas infiniment préférable que cette opération se fasse dans un dialogue apaisé ?», s’interroge-t-il.

 

En attendant, le tribunal ordonne donc à Veolia «de ne pas rendre l’Autorité des marchés financiers destinataire d’un projet d’offre public ni d’initier d’offre publique sur les titres de Suez non préalablement approuvée par le conseil d’administration de Suez», indique la décision en référé.

OPA hostile sur Suez : Veolia persiste dans son opération suicidaire

OPA hostile sur Suez : Veolia persiste dans son opération suicidaire

 

 

 

Il paraît de plus en plus clair que Veolia est engagée dans une opération suicidaire pour l’avenir aussi bien de Suez que Veolia. En effet l’acharnement de Veolia risque de déstabiliser les deux entreprises.  La logique obsessionnelle du patron de Veolia s’oppose en effet à toute rationalité économique dans la mesure où un éventuel regroupement des sociétés conduirait à l’abandon d’un certain nombre d’actifs à la demande de la commission européenne. Parmi ces actifs, on compterait notamment l’abandon de l’activité EAU qui constitue un atout stratégique pour s’implanter durablement chez les clients potentiels. On imagine évidemment le désarroi des donneurs d’ordres qui prennent connaissance des agitations capitalistiques de Veolia.

 

De toute manière le regroupement les amènera forcément dans certains cas à solliciter d’autres entreprises que les sociétés françaises trop oligopolistiques en cas de regroupement. Ce secteur vital a besoin de stabilité eue égard aux énormes investissements nécessaires aujourd’hui et qui le seront encore davantage demain pour des motifs environnementaux.

L’entêtement du président de Veolia pourrait porter un grave préjudice à l’image et à la situation des deux sociétés.

Le groupe dirigé par le patron de Suez, Bertrand Camus , a jugé dimanche soir le dépôt de cette OPA « irrégulier et illégal »«Veolia est dans l’impossibilité juridique de déposer une OPA», a souligné une porte-parole de Suez, dénonçant une «rupture de l’engagement d’amicalité» pris par Veolia. «Nous ne laisserons pas faire Veolia dans son entreprise de destruction», a déclaré de son côté l’intersyndicale de Suez (CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC) dénonçant une «OPA hostile contre Suez et ses salariés», synonyme de «déclaration de guerre sans retour». Cette offensive hostile risque de fortement déplaire à Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, qui a plusieurs fois appelé les protagonistes à se parler pour trouver un accord.

 

D’une certaine manière, cette affaire illustre aussi la conversion d’anciens fonctionnaires à l’ultralibéralisme parvenus un peu par hasard à la tête d’entreprises privées  où ils n’ont même pas apporté un seul euro. Bref le capitalisme technocratique à la française.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol