Archive pour le Tag 'sucre'

FDJ -Comme déjà Richard Ferrand, Gilles Legendre le patron des députés LREM se sucre !

FDJ -Comme déjà Richard Ferrand, Gilles Legendre le patron des députés LREM se sucre !

 

 

 

C’est peut-être une tradition à la république en marche de se sucrer en utilisant sa compagne. L’ancien patron des députés de la république en marche Richard Ferrand avait déjà utilisé sa position pour permettre à sa compagne de réaliser une substantielle plus-value de l’ordre  de 800 000 € dans les mutuelles des Bretagne. Cette fois, c’est le très rigoureux donneur de leçons Gilles Legendre qui a succédé à Ferrand comme patron des députés de la république en marche qui fait entrer son épouse comme directrice de la communication à la Française des jeux. Un poste qui évidemment n’est pas rémunéré au niveau du SMIC quand on connaît les énormes profits de la FDJ  par ailleurs doit être privatisé par Macron. Gilles Legendre comme a tendance à confondre l’intérêt général avec son intérêt particulier. Pour Ferrand il s’agissait du bien immobilier acquis par sa compagne et loué aux Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général. La plainte porte sur des faits présumés de « prise illégale d’intérêts », et recel et complicité de ce délit.  Le parquet de Brest avait annoncé le 13 octobre le classement de l’enquête, au regard notamment de la prescription de cette éventuelle infraction. « Nous attendons l’ouverture d’une instruction, pour qu’il y ait un procès, car nous ne sommes pas d’accord avec l’analyse du procureur de la République de Brest », a déclaré Jean-Christophe Picard, président de l’association. Après le classement sans suite, Anticor s’est tourné vers le pôle financier de Paris en raison de sa compétence nationale sur les affaires « d’une grande complexité ». Dans un des volets de l’affaire, un possible délit de prise illégale d’intérêts, le procureur de Brest Jean-Philippe Récappé reconnaissait que le parquet « aurait pu envisager l’ouverture d’une information judiciaire ». Mais il s’est avéré que « l’infraction éventuelle » était « prescrite » depuis le 19 juin 2015, selon les règles de prescription (trois ans) alors en vigueur, avait-il expliqué. Richard Ferrand, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, s’est toujours défendu de tout conflit d’intérêts. Dans l’affaire en question, révélée par le Canard enchaîné, Richard Ferrand, 55 ans, est soupçonné d’avoir profité de sa fonction pour favoriser sa compagne, l’avocate Sandrine Doucen, à l’époque où il était directeur général (1998-2012) des Mutuelles de Bretagne et élu local PS. En 2011, cet organisme à but non lucratif, qui cherchait à louer des locaux pour installer un centre de soins à Brest, avait choisi la proposition d’une société civile immobilière (SCI) appartenant à 99 % à Sandrine Doucen, parmi trois offres. Un bien acquis pour un prix de 375 000 euros, « financé » par les loyers versés par les Mutuelles de Bretagne, selon la plainte d’Anticor. Un petit boni de l’ordre de 800 000 euros pour la compagne de Ferrand.  Cette semaine, des personnalités politiques de tout bord ont publiquement exprimé leur mécontentement après à la nomination de l’épouse du chef de file des députés LREM, Gilles Le Gendre, comme directrice de la communication de la Française des jeux (FDJ). Pour les élus, Raphaële Rabatel est nommée dans un contexte jugé incongru, puisqu’elle intervient au moment de l’adoption définitive ce jeudi le projet de la loi Pacte du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui prévoit le transfert au privé de la majorité du capital de l’entreprise.

 

Le capital de la FDJ est actuellement détenu à 72% par l’État, celui-ci devant conserver «au minimum» 20% des parts. À l’instar de la privatisation d’Aéroports de Paris, le projet est également contesté par de nombreux députés.

La sénatrice PS Marie-Pierre de la Gontrie a exprimé son mécontentement sur les réseaux sociaux. «L’épouse du président du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, nommée directrice de la communication de la Française des jeux en voie de privatisation …. #benvoyons», a-t-elle tweeté mercredi .

Taxe soda : Coca-Cola se sucre !

Taxe soda : Coca-Cola se sucre !

 

 

 Une combine qui n’est pas nouvelle : diminuer la quantité de produits et même en augmenter le prix. Ce qu’a fait Coca Cola qui en quelque sorte se sucre sur le dos de la taxe soda et surtout sur le dos des consommateurs. (Info du)Figaro :

Quelques centilitres qui font la différence. Pour lutter contre la perte de revenus qu’entraîne la taxe soda, Coca-Cola a progressivement remplacé dans les grandes surfaces les bouteilles de 2 litres par de nouvelles de 1,75 litre. Celles de 1,5 litre passant à 1,25 litre. Ce n’est pas pour autant que la firme américaine a diminué ses prix. Pire, dans certains cas les tarifs ont même augmenté: la bouteille de 2 litres vendue en moyenne 1,71 € est remplacée par une bouteille de 1,75 litre au prix de 1,76 €. Celle de 1,5 à 1,42 € est passée à un contenant de 1,25 litre et coûte désormais 1,48 €, détaille BFMTV.  Une ruse qui répond à la nouvelle mouture de la taxe soda, créée en 2012, et mise en place au mois de juillet pour lutter contre les boissons trop sucrées. Si elle était auparavant fixe, elle est désormais indexée sur le taux de sucre contenu dans les boissons gazeuses. Pour y faire face, Coca-Cola a donc eu recours à une pratique marketing appelée downsizing qui consiste à diminuer la quantité de produit dans le packaging habituel, pour rendre moins visible une augmentation de prix. Interrogée par BFMTV, l’entreprise explique toutefois que les prix de revente de ses produits sont fixés par les supermarchés, et que le changement de taille des bouteilles répond à «l’évolution des attentes des consommateurs».

Yaourts : des additifs et du sucre…..et du lait

Yaourts : des additifs et du sucre…..et du lait

 

Des yaourts bourrés ingrédients, d’additifs, de sucres ou d’édulcorants présumés cancérigènes. Ils contiennent aussi du lait mais jusqu’à 30% d’ajouts divers et variés. D’après une étude faite auprès d’internautes, en moyenne, les yaourts contiennent  3,8 additifs. Ce sont les yaourts aromatisés (au moins jusqu’à 4 fois plus chers évidemment) qui sont visés. Théoriquement les additifs sont interdits dans la production française de yaourts, mais un décret de 1988 autorise l’ajout d’arômes au lait fermenté et, dans la limite de 30% du produit fini, de « sucres et autres denrées alimentaires conférant une saveur spécifique ».  En particulier, certains produits destinés aux enfants se révèlent bourrés d’acidifiants, d’épaississants et autres colorants. Ainsi, les M&M’s Mix de Danone contiennent pas moins de 16 additifs différents. Méfiance également sur les produits minceur: ils recourent aux édulcorants pour remplacer le sucre. Les yaourts aux fruits à 0% de matières grasses de JanJac utilisent ainsi 16 additifs dans leur composition, dont de l’aspartame et de l’acésuflame. Ce dernier est classé comme « probablement cancérigène » par l’Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (ARTAC). L’acésuflame est présent dans près de 5% des yaourts de notre échantillon. A noter l’acide carminique, issu de chenilles, un allergène notable. Les laitages sont pleins de bonnes bactéries, mais attention aux sucres. À l’exception des yaourts natures, les yaourts aux fruits ou aromatisés sont remplis de sucres ajoutés. Ils représentent entre 4% et 11% du produit fini des yaourts de notre échantillon. Par exemple, les 268 yaourts aromatisés recensés sur le site comptent en moyenne 14,6g de sucre pour un pot classique de 125g. Cela revient à avaler deux morceaux de sucre et demi par dessert. Pour rappel, l’OMS recommande de limiter l’apport en sucres à moins de 5% de la ration énergétique totale, soit à 25 grammes. Prendre des yaourts diététiques sans matières grasses ne garantit pas non plus l’absence de sucres ajoutés. Les 133 produits de cette catégorie affichent neuf grammes de sucre par pot en moyenne, l’équivalent d’un morceau de sucre et demi. Pour éviter de manger trop sucré, il faut donc privilégier les yaourts natures.

Guerre du Nutella : pourtant surtout du sucre et de l’huile de palme

Guerre du  Nutella : pourtant  surtout du sucre et de l’huile de palme

La promo exceptionnelle qui a déclenché une guerre chez les consommateurs faute d’approvisionnement suffisant est d’autant plus surprenante que ce produit composé à 80% de sucre et huile n’est pas fameux pour la santé des enfants.  C’est même un vrai cocktail explosif sur le plan nutritif.( et  potentiellement cancérigène pour l’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA)   Dans un post publié le 2 novembre sur Facebook, un organisme allemand de défense des consommateurs, Verbraucherzentrale Hamburg, indiquait avoir constaté que la teinte de la célèbre pâte à tartiner a été modifiée. En effet, celle-ci est plus claire qu’auparavant.  Verbraucherzentrale Hamburg – L’association Verbraucherzentrale Hamburg a comparé les étiquettes de deux pots de Nutella, achetés à des dates différentes. Les valeurs nutritives du produit ont légèrement  évolué. Selon l’étiquette examinée, la teneur en sucre a augmenté pour atteindre 56,3%, contre 55,9% précédemment tandis que la teneur en graisse a légèrement chuté pour s’établir à 30,9% contre 31,8% avant le changement de recette. Conclusion Nutella c’est surtout du sucre et de l’huile de palme. Selon Reuters, Ferrero utilise 185.000 tonnes d’huile de palme chaque année pour fabriquer son Nutella. Remplacer cet ingrédient pourrait coûter entre 8 et 22 millions de dollars par an en plus aux prix actuels du marché. Effectivement ce produit est largement utilisé dans l’alimentation dans l’industrie alimentaire ;  il entre dans la composition de nombreux aliments industriels tels que chips, biscuits, mayonnaise, chocolat, glaces, etc. L’huile de palme, extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile, est accusée d’avoir des effets nocifs sur la santé et d’être l’une des responsables de la déforestation. Le problème, c’est que ce produit est massivement utilisé par l’industrie agroalimentaire précisément en raison de son faible coût.  : La France en consomme 126.000 tonnes par an, soit deux kilos par habitant chaque année. Les palmeraies d’où est issue l’huile de palme utilisée dans les produits alimentaires se trouvent principalement en Indonésie et en Malaisie, producteurs de 80% des stocks, on en trouve également en Amérique latine et en Afrique de l’Ouest. La France est un petit importateur d’huile de palme (150.000 tonnes sur une production mondiale de 62 millions de tonnes), mais les pays producteurs craignent une contagion à d’autres pays consommateurs. Les écologistes voulaient  une  surtaxation par les «effets dévastateurs de la culture industrielle du palmier à huile sur la biodiversité», pointant notamment les d’huile de palme. Autre argument: l’huile de palme fait aujourd’hui partie des huiles végétales les moins taxées en France, des taxes qui varient du simple au double !

 

Nouveau Nutella : surtout du sucre et de l’huile de palme

Nouveau Nutella : surtout du sucre et de l’huile de palme

 

 

Encore davantage de sucre dans le Nutella avec force huile de palme et sans doute un peu moins de cacao.  Dans un post publié le 2 novembre sur Facebook, un organisme allemand de défense des consommateurs, Verbraucherzentrale Hamburg, indiquait avoir constaté que la teinte de la célèbre pâte à tartiner a été modifiée. En effet, celle-ci est plus claire qu’auparavant.  Verbraucherzentrale Hamburg – L’association Verbraucherzentrale Hamburg a comparé les étiquettes de deux pots de Nutella, achetés à des dates différentes. Les valeurs nutritives du produit ont légèrement  évolué. Selon l’étiquette examinée, la teneur en sucre a augmenté pour atteindre 56,3%, contre 55,9% précédemment tandis que la teneur en graisse a légèrement chuté pour s’établir à 30,9% contre 31,8% avant le changement de recette. Conclusion Nutella c’est surtout du sucre et de huile de palme. Selon Reuters, Ferrero utilise 185.000 tonnes d’huile de palme chaque année pour fabriquer son Nutella. Remplacer cet ingrédient pourrait coûter entre 8 et 22 millions de dollars par an en plus aux prix actuels du marché. Effectivement ce produit est largement utilisé dans l’alimentation dans l’industrie alimentaire ;  il entre dans la composition de nombreux aliments industriels tels que chips, biscuits, mayonnaise, chocolat, glaces, etc. L’huile de palme, extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile, est accusée d’avoir des effets nocifs sur la santé et d’être l’une des responsables de la déforestation. Le problème, c’est que ce produit est massivement utilisé par l’industrie agroalimentaire précisément en raison de son faible coût.  : La France en consomme 126.000 tonnes par an, soit deux kilos par habitant chaque année. Les palmeraies d’où est issue l’huile de palme utilisée dans les produits alimentaires se trouvent principalement en Indonésie et en Malaisie, producteurs de 80% des stocks, on en trouve également en Amérique latine et en Afrique de l’Ouest. La France est un petit importateur d’huile de palme (150.000 tonnes sur une production mondiale de 62 millions de tonnes), mais les pays producteurs craignent une contagion à d’autres pays consommateurs. Les écologistes voulaient  une  surtaxation par les «effets dévastateurs de la culture industrielle du palmier à huile sur la biodiversité», pointant notamment les d’huile de palme. Autre argument: l’huile de palme fait aujourd’hui partie des huiles végétales les moins taxées en France, des taxes qui varient du simple au double !

Sodas : moins de sucre mais hausse des prix !

 Sodas : moins  d e sucre mais  hausse des prix !

 

D’une  certaine manière le gouvernement se sucre sur le dos des sodas. Officiellement il s’agit de lutter pour des raisons de santé contre l’excès de sucre dans les boissons de type sodas. Officieusement,  il s’agit tout simplement d’un résultat de l’ingénierie fiscale qui par parenthèse a déjà puni les boissons sucrées dans le passé. Notons d’ailleurs que les boissons édulcorées ont subi la même punition fiscale ! De toute manière sucrée ou pas les boissons concernées seront taxées. Dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 octobre, les députés ont voté, dans un large consensus, une modulation de la «taxe soda». Sous la houlette du député LREM de l’Isère Olivier Véran, rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale ayant rédigé le nouveau texte, les boissons les plus sucrées seront, dès 2019, davantage taxées afin, selon lui, de mieux lutter contre l’obésité. La taxation se déclenchera à partir de 1 gramme de sucre pour 100 ml et progressera jusqu’à une vingtaine d’euros par hectolitre pour un produit dépassant 11 grammes de sucres ajoutés pour 100 ml. La fiscalité des eaux aromatisées sera elle allégée. Les industriels du secteur, représentés par Boissons rafraîchissantes de France et sa nouvelle directrice générale Agathe Cury, ne voient pas les choses d’un bon œil. Et pour cause, en 2012 deux taxes ont été instaurées, une sur les boissons sucrées de 7,53 euros par hectolitre et une autre d’exactement le même montant sur les boissons édulcorées, les industriels choisissant de réduire le taux de sucre de leurs boissons en rajoutant de l’édulcorant ne payait qu’une des deux taxes, désormais, selon Agathe Cury, «il faudra payer les deux taxes pour une seule et même boisson», celle sur les produits édulcorés sera toutefois réduite à 3,5 euros par hectolitre. Les produits sans sucres et très peu sucrés resteront également taxés. Une triple peine pour les industriels. Mais une peine qui sera surtout supportée par les consommateurs avec l’augmentation des prix

Sucre : spéculation sur les prix

Sucre : spéculation sur les prix

La Fédération des industries d’aliments conservés (Fiac) s’inquiète d’une forte hausse des prix à venir pour ces produits. La faute à une année 2015 « année extrêmement difficile pour notre industrie fragilisée qui représente 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires et près de 7000 emplois », selon le directeur général Vincent Truelle. Plusieurs facteurs expliqueraient ce mauvais bilan. Les vagues de chaleur qui ont touché la France, mais aussi des pays producteurs de fruits jaunes comme l’Espagne, ont notamment leur part de responsabilité. Les plantations ont donc délivré de mauvaises récoltes en termes de volume. La framboise symbolise ce phénomène puisque leur rendement a chuté de 65% tandis que leur prix a grimpé d’au moins 25%. De plus, les produits comme les pommes françaises sont devenues plus chères en France, une conséquence directe de la bonne santé de ce fruit à l’exportation. À cela s’ajoutent les spéculations autour du sucre. Jusqu’à la fin août, son cours ne cessait de chuter au point que la livre coûtait 11,28 dollars contre 16,38 en novembre 2014. Depuis, la courbe est remontée à 14,28 dollars (au 23 octobre 2015). Mais en cinq ans, cela équivaut à une valeur quasiment divisée par 3, selon les relevés de Bloomberg. Pour ne rien arranger, la production de sucre devrait être inférieure à la consommation, indique Le Monde. Les stocks de sucre devraient ainsi se réduire, à l’instar des stocks de confiture des consommateurs si cette hausse des prix se confirme.

EDF : Proglio se sucre !

EDF : Proglio se sucre !

 

Le PDG d’EDF se sucre, enfin pas lui, son épouse qui ne manque pas ‘d’humour ! ils ont raison les grands patrons, il faut piquer dans la caisse, ce qu’ils font de manière plus au moins habiles. C’est autorisé, voire encouragé depuis qu’Hollande qui faisait de la finance son ennemi a retourné sa veste. Le parquet de Paris a donc ouvert une enquête préliminaire pour « trafic d’influence » à l’encontre du PDG d’EDF, Henri Proglio, a-t-on confirmé dimanche de source judiciaire. L’enquête, révélée par Le Point.fr, a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), créé en octobre 2013 à la suite de l’affaire Cahuzac. Selon l’hebdomadaire, Henri Proglio est soupçonné d’avoir « sponsorisé » son épouse, l’humoriste Rachida Khalil, sur les fonds d’EDF. L’Office central de lutte contre la corruption « cherche à éclaircir des flux financiers qui mènent jusqu’au Liban, avec des détours par le Luxembourg et la Suisse », selon Le Point.fr.Bof, tout cela finira en eau de boudin, au nom de l’indépendance de la justice !

Surendettement : la banque se sucre

Surendettement : la banque se sucre

 

Une femme en situation de surendettement a  remporté une première manche contre sa banque.  Emmanuelle, une juriste de quarante ans, s’est en effet engagée dans une procédure judiciaire contre sa banque alors que cette dernière l’avait privée de tous ses vivres pour rembourser ses frais bancaires, avance RTL. Pour recouvrer un découvert de près de 4000 euros, la banque avait décidé de se servir sur le compte de la femme qui s’est alors retrouvée privée de ses minimas sociaux, RSA et APL notamment. « J’ai eu beau leur demander qu’ils me restituent mes allocations, ils ont toujours refusé. Je n’avais plus rien pour vivre », confie Emmanuelle à RTL. Après 5 mois, la CAF lui versera ses allocations sur un autre compte. Mais Emmanuelle ne compte pas en rester là et décide de saisir la justice. Elle obtient gain de cause en première instance mais la banque a fait appel et rien n’est encore acquis. Et si le jugement était confirmé, d’autres cas pourraient suivre. De fait, selon l’association française des usagers des banques, qui lutte pour changer le système bancaire actuel, il y aurait entre cinq et dix cas similaires en France, chaque semaine.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol