Archive pour le Tag 'Stream 2'

 » Nord Stream 2 devrait se faire quand même « 

 » Nord Stream 2 devrait se faire quand même « 

 

D’après , Thierry Bros  professeur à Sciences Po, spécialiste de la géopolitique de l’énergie (interview)

 

 

 

La Russie a imposé l’interdiction d’entrée sur son territoire à huit responsables européens, dont le président du Parlement européen, David Sassoli, et la vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourová, vendredi 30 avril. Ces mesures font suite aux sanctions européennes mises en place en mars contre la Russie dans le cadre de l’affaire Navalny et face aux persécutions russes en Tchétchénie. Les ministres des Affaires étrangères européens doivent se pencher ce lundi sur la réponse à apporter aux sanctions russes.

Pourquoi le gazoduc Nord Stream 2, qui doit relier la Russie et l’Allemagne, provoque-t-il autant de controverse ?

Pour bien le comprendre, il faut remonter un peu dans le temps. L’Europe est dépendante de longue date du gaz russe, qui représente aujourd’hui 40% de son approvisionnement. Après la chute de l’URSS, la Russie envoie son gaz par des pipes terrestres qui traversent des pays devenus tiers. Pour chaque pays traversé par ses gazoducs, la Russie doit payer annuellement une somme importante. Au début des années 2000, des conflits en Ukraine provoquent plusieurs ruptures d’approvisionnement, ce qui finit de convaincre les Russes de changer leur fusil d’épaule. Ils se lancent ainsi dans la construction de Nord Stream 1, un gazoduc sous-marin de 1200 km ralliant directement l’Allemagne, ce qui représente une prouesse technologique pour l’époque. Ce projet, fonctionnel à partir de 2011, est soutenu par les Européens, qui y voient un moyen de diversifier les routes d’approvisionnement.

L’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 est toutefois venue rebattre les cartes…

Oui, l’Union européenne prend alors fait et cause pour l’Ukraine et s’oppose au second projet de gazoduc sous-marin visant à contourner celle-ci : South Stream, qui devait relier la Russie et la Bulgarie, et est rerouté vers la Turquie. Pour contester le projet, la Commission européenne utilise un raisonnement juridique innovant : la nécessité d’une séparation patrimoniale entre le producteur et le propriétaire du gazoduc. Cet argument peut aussi s’appliquer à Nord Stream 2, qui doit appartenir et être alimenté exclusivement par [le géant des hydrocarbures russe parapublic] Gazprom. Mais cette fois-ci, le leader de l’UE qu’est l’Allemagne est partie intégrante du projet et s’oppose à la Commission. Voilà tout le problème.

Pourquoi l’Allemagne s’accroche-t-elle à ce projet, contre vents et marées ?

Nord Stream 2 doit renforcer la sécurité d’approvisionnement gazier de l’Allemagne, ce qui est pour elle d’une importance capitale dans la mesure où elle a décidé d’abandonner le nucléaire et doit aussi sortir du charbon. Si les Russes venaient à réduire leurs volumes de gaz, l’Allemagne resterait servie en premier. Ce gazoduc représente aussi pour le pays la promesse d’une manne financière très importante, dans la mesure où il permettra une augmentation du transport de gaz depuis l’Allemagne vers le reste de l’Europe, au détriment de la Pologne et de l’Ukraine.

Au-delà de Bruxelles, l’opposition la plus saillante au projet vient de Washington, qui met en place des sanctions extraterritoriales. Quel est leur impact ?

Les Etats-Unis, qui veulent à tout prix empêcher l’accroissement de la dépendance énergétique de l’UE envers la Russie, et accessoirement vendre leur propre gaz aux Européens, font en effet peser la menace très dissuasive d’une interdiction des transactions en dollar. Ce sont des mesures très fermes, qui ont déjà conduit au retrait de plusieurs entreprises européennes participant à la construction de Nord Stream 2. Cela met en péril l’achèvement du gazoduc, qui est pourtant construit à 94%. Mais si les Etats-Unis peuvent se permettre une telle ingérence, c’est avant tout parce que les Européens sont désunis sur ce projet.

Vu ces pressions, le projet pourrait-il avorter ?

Je ne crois pas : le coût de Nord Stream 2 s’élève à presque 10 milliards d’euros, dont la moitié est payée par Gazprom et le reste par cinq compagnies gazières européennes. Une fois une telle somme investie, vous ne pouvez pas vous permettre de ne rien faire. Pour faire face aux pressions, une solution de temporisation s’offre aux Russes, car ce pipe-là n’est pas nécessaire à court terme. En effet, en 2019, face au retard pris par la construction du gazoduc, la Russie a signé un contrat de transit terrestre en Ukraine pour cinq ans. Même si Nord Stream 2 devenait opérationnel, les Russes devraient quand même payer 1,3 milliard de dollars à l’Ukraine tous les ans jusqu’en 2024. Je pense donc que Nord Stream 2 ne sera pas mis en service d’ici là. A l’horizon 2024, suivant l’agenda extrêmement ambitieux de la Commission européenne sur la transition énergétique, ce pipe gazier pourrait se transformer en pipe d’approvisionnement d’hydrogène produit en Russie. Le projet deviendrait alors plus consensuel pour les Européens, ce qui limiterait le pouvoir de nuisance des Etats-Unis.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol