Archive pour le Tag 'Stable'

Page 3 sur 4

Consommation ménages : stable en septembre

Consommation ménages : stable en septembre

La consommation des ménages français en biens est ressortie stable en septembre et en hausse de 0,7% sur l’ensemble du troisième trimestre, selon les données publiées vendredi par l’Insee. L’Insee prévoit 0,2% de croissance du PIB au troisième trimestre puis 0,4% au quatrième. La consommation des ménages demeure le principal moteur de l’économie française, contribuant pour un peu plus de 50% au PIB, et son léger repli au deuxième trimestre avait accompagné la stagnation de l’ensemble de l’activité. L’Insee a révisé en outre l’évolution des dépenses de consommation pour août à +0,1%, après l’avoir annoncée stable. Les 13 économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,2% en septembre. En septembre, la consommation a été portée par les achats de bien durables (+1,4%), en particulier ceux d’automobiles (+2,3%) et malgré un repli des dépenses en biens d’équipement du logement (-0,3%). Sur le trimestre, la dépense en biens durables ressort en hausse de 1,0%. Les dépenses en textile, habillement et cuir ont reculé en septembre (-0,4%) après avoir été stables en août, mais affichent une forte hausse sur le trimestre (+2,0%). a consommation de produits alimentaires recule pour le troisième mois d’affilée, à -0,6% en septembre et -0,2% sur le trimestre. Les premiers résultats de la croissance du troisième trimestre seront publiés le 13 novembre.

Sondage : Macron en Hausse, Hollande stable

Sondage : Macron en Hausse, Hollande stable

 

Dans le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique, Macron fait  une nouvelle percée. Sa popularité progresse de 5 points, 44 % des Français disant avoir de lui « plutôt une image positive ». Jamais il n’avait atteint un tel niveau. En trois mois, il a gagné 10 points. Et pas moins de 17 depuis son entrée au gouvernement, il y a un an. Les opinions négatives à son égard ont certes progressé de 11 points depuis lors, mais Emmanuel Macron se retrouve à la deuxième place du classement, derrière Alain Juppé. Il est la personnalité de gauche la plus populaire, devant Bernard Cazeneuve, Martine Aubry et Ségolène Royal. François Hollande reste à  une cote de ­confiance de 27 % dans le baromètre CSA pour « Les Echos ». Le chef de l’Etat reste stable sur un mois, mais il est 8 points au-dessus de son niveau de ­septembre 2014. Il reprend quelques couleurs auprès des ouvriers (+ 9 points, à 33 % de bonnes opinions), « probablement en raison des annonces sur les baisses d’impôts », selon CSA. A la faveur de son implication sur la COP 21, la conférence climat qui se déroulera en décembre à Paris, il gagne aussi 16 points parmi les sympathisants écologistes. Il recule en revanche de 5 points, à 65 %, chez les sympathisants du PS.

Chômage : stable au deuxième trimestre (INSEE)

Chômage : stable au deuxième trimestre (INSEE)

Contrairement à ce qu’a indiqué le gouvernement le chômage ne s’est pas amélioré au deuxième trimestre d’après l’INSEE. On aurait en effet été surpris du contraire puisque la croissance a été nulle. Seul un bricolage méthodologique de Pôle emploi fait apparaître une amélioration.  Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) est resté stable en moyenne au deuxième trimestre en France métropolitaine, à 10%, soit une hausse de 0,3 point sur un an, selon les chiffres de l’Insee publiés jeudi 3 septembre. En incluant les départements d’Outre-mer, le taux est également stable, à 10,3%. Calculé selon la méthode BIT, qui permet les comparaisons internationales, le nombre de chômeurs atteignait 2,852 millions en France métropolitaine fin juin, soit 1.000 de moins que fin mars, mais 62.000 de plus qu’au deuxième trimestre 2014. Ce total se compare avec celui du nombre d’inscrits à Pôle emploi de catégorie A, qui s’élevait à 3.553.500 fin juin. Au deuxième trimestre, le taux de chômage des personnes âgées de 15 à 24 ans a baissé de 0,6 point, à 23,4%, celui des 25-49 ans a reculé de 0,2 point, à 9,3%, et celui des 50 ans et plus a augmenté de 0,6 point, à 7%. Le taux d’emploi des 15-64 ans est resté stable au deuxième trimestre, à 64,2%, en baisse de 0,1 point sur un an. L’institut compte d’autre part 1,5 million de personnes souhaitant un emploi qui ne sont pas comptées dans la population au chômage au sens du BIT. Ce nombre, qualifié de « halo » autour du chômage, a baissé de 12.000 sur le trimestre et augmenté de 126.000 sur un an.

 

Confiance des ménages: stable mais bas niveau

Confiance des ménages stable mais bas niveau

L’indicateur qui synthétise cette confiance reste stable pour le troisième mois consécutif à 94, le chiffre du mois d’avril ayant été révisé en hausse d’un point.  néanmoins toujours sensiblement inférieur à sa moyenne de long terme (100). Les 10 économistes interrogés par Reuters s’attendaient en moyenne à un indice de 93. En juin, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée est stable et celle sur leur situation financière future progresse très légèrement (+1 point), les deux soldes demeurant sous leur moyenne de longue période. Les ménages sont à nouveau plus nombreux à estimer opportun de faire des achats importants (+2 points) L’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne actuelle est quasi stable (+1 point) et celle sur leur capacité d’épargne future est stable, les deux soldes étant nettement au-dessus de leur moyenne de long terme. La proportion des ménages jugeant opportun d’épargner progresse de 7 points après avoir fortement baissé en mai, mais reste inférieure à sa moyenne de long terme. L’opinion des ménages sur leur niveau de vie passé est également quasi stable (+1 point) de même que celle sur leur niveau de vie futur (-1 point).Les craintes sur le chômage sont en légère baisse (-2 points) mais avait enregistré une très forte hausse entre mars et avril (+14 points) et demeurent largement au-dessus de la moyenne de long terme. La proportion des ménages considérant que les prix ont augmenté est quasi stable (+1 point) alors que le solde correspondant avait atteint en mai son plus bas niveau depuis l’origine de la série statistique en 1972. Les ménages sont de nouveau plus nombreux à anticiper une augmentation des prix, le solde correspondant s’élève de 3 points et a augmenté de 9 points depuis mars.

 

Taux de chômage reste stable en France ?

Taux de chômage reste stable en France ?

Comprenne qui pourra mais l’INSEE observe que le taux de chômage a été stable au second trimestre alors que le nombre de chômeurs a augmenté. Le taux de chômage serait  resté stable au 2e trimestre en France métropolitaine, touchant 9,7% de la population active, et a légèrement augmenté en incluant l’Outre-mer (+0,1 point, à 10,2%), selon les chiffres publiés par l’Insee. Sur un an, le taux de chômage, mesuré par l’Institut national de la statistique selon les normes du Bureau international du travail (BIT), baisse de 0,2 point dans l’Hexagone, et de 0,1 point en incluant l’Outre-mer. A l’opposé, le deuxième « thermomètre du chômage », le nombre d’inscrits à Pôle emploi, a lui continué à grimper. Donc on voit mal comment le taux de chômage pourrait diminuer sauf si on ne prend pas en compte certains actifs potentiels. De toute manière le nombre de chômeurs constaté est déjà très discutable car nombre de chômeurs en sont même pas inscrits (certains RSA, les découragés qui ne touchent strictement rien , certains bénéficiaires de l’allocation handicapé) ; par ailleurs la population globale a tendance à augmenter, c’est donc un miracle statistique d’observer une stabilisation du taux de chômage. Si comme le souhaite Rebsamen, il faut rayer des chômeurs, Hollande pourra bientôt déclarer que l’inversion de la courbe du chômage est atteinte !

SONDAGE popularité : recul de Valls et Sarkozy, Hollande stable mais très bas

SONDAGE popularité : recul de Valls et Sarkozy, Hollande stable mais très bas  

François Hollande a stagné à 21% de bonnes opinions en mai comparé au mois précédent, tandis que Manuel Valls a reculé de trois points à 49%, selon l’Observatoire de la politique nationale BVA-Orange pour « L’Express », la presse régionale et France Inter publié lundi 2 juin. Interrogés sur leur opinion de François Hollande en tant que président de la République, 2% des sondés ont répondu « très bonne », 19% « plutôt bonne », 33% « plutôt mauvaise » et 45% « très mauvaise ». 1% ne s’est pas prononcé dans cette enquête réalisée après les élections européennes. Quant à Manuel Valls  comme Premier ministre, ce sondage montre un déclin de sa popularité, même si elle reste deux fois plus élevée que celle du chef de l’Etat. Dans les personnes interrogées, 5% ont exprimé une « très bonne » opinion, 44% une « plutôt bonne », contre 35% une « plutôt mauvaise » et 15% une « très mauvaise ». 1% ne s’est pas prononcé. Priés de dire si la politique menée par François Hollande  et le gouvernement est juste, près des trois quarts des Français (74% globalement en additionnant « non, pas du tout » et « non, pas vraiment ») ont répondu par la négative (-2 points en un mois) et un quart par l’affirmative (+2 points). Seuls 11% des Français globalement l’ont considérée comme efficace, niveau stable, contre 88% convaincus du contraire (+2 points en un mois). 1% ne s’est pas prononcé. Pour la cote d’influence des personnalités auprès de l’ensemble des sondés, Alain Juppé est resté en tête du classement, stable à 56%, devant François Bayrou  (+5 points en un mois), François Baroin (+1 point), François Fillon (+3 point), Laurent Wauquiez (-2 points), Martine Aubry (stable). En sixième position, Nicolas Sarkozy a nettement reculé (-6 points à 31%). Dernier du classement, le président démissionnaire de l’UMP Jean-François Copé a lui chuté (-8 points à 8%). Dans les personnalités de gauche dont les sympathisants de gauche souhaiteraient qu’elles aient davantage d’influence, Martine Aubry est demeurée numéro un en mai (stable à 66%), devant Najat Vallaud-Belkacem (stable à 60%), Christiane Taubira (+1 point à 57%), Anne Hidalgo (+2 points à 54%), Arnaud Montebourg (-3 points à 53%). Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis est dernier au classement, mais en hausse (+3 points à 32%). Auprès des militants de droite, Alain Juppé, toujours premier, a nettement baissé (-8 points à 69%), tandis que Nicolas Sarkozy , deuxième, a chuté (-12 points sur un mois à 58%). Quatrième au classement, François Fillon a progressé (+5 points à 54%).  En cinquième place, la présidente du FN Marine Le Pen a connu la plus forte hausse (+7 points à 49%). Là aussi dernier, Jean-François Copé a dégringolé (-14 points à 16%). Enquête réalisée par internet les 27 et 28 mai auprès d’un échantillon de 1.093 personnes recrutées par téléphone, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

//

Déficit budget ; stable en janvier grâce à l’augmentation de l’impôt sur le revenu

Déficit budget ; stable en janvier grâce à l’augmentation de  l’impôt sur le revenu

 

 

Le déficit du budget de l’Etat français s’est légèrement contracté à 12,7 milliards d’euros en janvier, contre 12,8 milliards pour le même mois de 2013, selon les données publiées vendredi par le ministère du Budget. Dans un communiqué, le ministère indique que ce montant inclut 1,3 milliard d’euros de décaissement au titre du nouveau programme « d’investissement d’avenir ». Au 31 janvier, les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 32,6 milliards d’euros, contre 32,1 milliards un an plus tôt. Elles sont donc en retrait de 0,8 milliard hors investissement d’avenir.  Les recettes s’élèvent dans le même temps à 23,2 milliards, contre 21,9 milliards en janvier 2013. Les seules recettes fiscales nettes augmentent de 5,4% grâce à un bond de 18% des rentrées d’impôt sur le revenu alors que celles d’impôt sur les sociétés ont reculé de 18,9%. Les recettes de TVA, dont les taux ont augmenté au 1er janvier, progressent de 2,9% à 14,8 milliards. Le ministère du Budget souligne que l’évolution positive des recettes est « encore peu significative en ce tout début de gestion » alors que celle des dépenses est conforme, selon lui, aux prévisions de la loi de finances. Celle-ci prévoit un déficit de 82,6 milliards d’euros, y compris 11 milliards au titre des investissements d’avenir, contre 74,9 milliards en 2013.

 

Immatriculations automobiles : stable en janvier

Immatriculations automobiles : stable en janvier

 

Les immatriculations de voitures neuves en France ont augmenté de 0,5% en janvier, débutant 2014 sur une note stable après quatre années consécutives de baisse. Le marché automobile français, comme le marché européen, cesse de se dégrader depuis plusieurs mois, mais à un niveau très faible. Sur l’ensemble de 2013, il a encore baissé de 5% à 6% pour se retrouver à son plus bas niveau depuis vingt ans. « On est encore loin de pouvoir parler d’une dynamique de reprise car en janvier, on part de comparatifs déjà historiquement très faibles », dit Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile. Il s’est immatriculé le mois dernier 125.477 voitures neuves, selon les chiffres publiés lundi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Janvier 2014 ayant compté le même nombre de jours ouvrables que janvier 2013, la hausse est identique en données brutes et en données corrigées des jours ouvrables. Le CCFA se dit conforté dans sa prévision d’un marché étale ou en légère hausse sur l’ensemble de l’année. « Ces chiffres caractérisent une année qui s’annonce très stable », ajoute François Roudier, porte-parole du CCFA. « Mais l’activité économique en France reste très incertaine, les immatriculations de véhicules utilitaires (-7,7%) constituent un bon baromètre de cette incertitude », dit-il à Reuters. Bernard Cambier, directeur commercial de Renault France, juge pour sa part le recul du marché des fourgons et fourgonnettes « plus préoccupant qu’inquiétant » car il y voit le contrecoup d’un mois de décembre particulièrement vigoureux

 

Zone euro : chômage stable à 19 millions de chômeurs

Zone euro : chômage stable à 19 19 millions de chômeurs

Si la situation économique semble frémir,  par contre rien ne change encore en matière d’emploi en zone euro.. Au mois de novembre, le chômage  est resté quasiment stable avec 4.000 demandeurs d’emploi supplémentaires par rapport à octobre, a annoncé l’office européen de statistiques Eurostat,.  Le taux de chômage s’élève toujours à 12,1% de la population active, un chiffre qui n’a pas évolué depuis avril. Au total, 19,241 millions de personnes étaient au chômage dans la zone euro en novembre, soit 452.000 de plus qu’un an plus tôt, a précisé Eurostat.  Dans l’ensemble de l’Union, le taux de chômage était de 10,9% en novembre, stable depuis mai. Au total, 26,553 millions de personnes étaient au chômage en novembre dans l’ensemble des 28. Le taux de chômage était de 26,7% en Espagne, et de 27,4% en Grèce, pays pour lequel les dernières données disponibles remontent à septembre. A l’autre extrémité du spectre, les taux les plus faibles ont été observés en Autriche (4,8%), en Allemagne (5,2%) et au Luxembourg (6,1%). En France, il s’élève à 10,8%. Le chômage des jeunes, quant à lui, reste toujours aussi préoccupant dans la zone euro: en novembre, il s’est élevé à 24,2% de la population active des moins de 25 ans. Ce qui correspond à 3,575 millions de personnes. Il atteint des niveaux record en Espagne (57,7%) et en Grèce (54,8% en septembre).

Automobile : rebond en décembre et stable en 2014

Automobile : rebond en décembre et stable en 2014  

Le marché automobile français a rebondi en décembre, soutenu par de bonnes performances des marques françaises qui ont permis de terminer un peu mieux que prévu une année 2013 difficile, selon le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), qui s’attend à une stabilisation en 2014 mais à un niveau bas. En 2013, les immatriculations de voitures neuves ont diminué de 5,7% en données brutes, alors qu’elles étaient attendues en recul de 6%, à la faveur d’un rebond de 9,4% en décembre sous l’effet d’un calendrier favorable et de la perspective, au 1er janvier, d’un durcissement des malus et de la hausse de la TVA. « Les groupes français, qui ont fait beaucoup de volumes en décembre, ont tiré le marché vers le haut et permis de remonter la pente très déclinante de 2013″, a déclaré à Reuters François Roudier, porte-parole du CCFA. Les immatriculations du groupe Renault ont ainsi augmenté de 37,9% en décembre (en données brutes) et celles de PSA Peugeot Citroën de 10,6%. Elles ont en revanche baissé de 1,1% pour les marques étrangères, Volkswagen et Ford s’illustrant cependant avec des progressions de 9,9% et 12,9% respectivement. La hausse du taux normal de TVA, portée le 1er janvier de 19,6% à 20%, a participé à l’accélération des commandes en décembre, a déclaré Xavier Duchemin, directeur de Peugeot France, lors d’une conférence téléphonique, tout en ajoutant: « C’est un impact certes important mais pas totalement déterminant. » Au final, 2013 est la quatrième année consécutive de baisse du marché en France et constitue un point bas de 20 ans avec, pour la deuxième année de suite, moins de deux millions de voitures particulières immatriculées (1.790.473 immatriculations). « On est encore dans un marché très bas, et on pense qu’en 2014 le marché devrait être stable à un niveau bas. On y verra plus clair à la fin du premier trimestre 2014″, a dit le porte-parole du CCFA.

 

Sondage Hollande : stable mais baisse à gauche

Sondage Hollande : stable mais baisse à gauche

 

Selon un sondage LH2 (1) pour Le Nouvel Observateur publié, ce mardi 10 décembre, la popularité de François Hollande et Jean-Marc Ayrault reste stable en décembre, à 24% et 28% respectivement d’opinions favorables. 69% des personnes interrogées ont une opinion négative du président de la République (70% en novembre). 7% ne se prononcent pas.
 Le Premier ministre perd un point de jugements positifs en un mois, passant de 28 à 27%. 62% des personnes interrogées ont une opinion négative de lui (63% en novembre). 11% ne se prononcent pas. La cote de popularité du couple exécutif perd néanmoins des points parmi les sympathisants de gauche : moins 2 pour François Hollande, à 49% de jugements favorables, moins 4 pour Jean-Marc Ayrault à 48%. Mais ils en gagnent une poignée parmi les sympathisants de droite : le président passe de 3 à 6% d’opinions positives, le Premier ministre de 10 à 14%. Selon un sondage Ipsos publié ce lundi, la cote de popularité de François Hollande et Jean-Marc Ayrault est aussi restée à un bas niveau en décembre, chacun regagnant cependant deux points, avec 23% d’avis favorables.

Sondage popularité Hollande : stable à un très bas niveau

Sondage popularité Hollande : stable à un très bas niveau

 

 Le chef de l’Etat gagne 3 points ce mois-ci dans le baromètre CSA pour « Les Echos », effaçant très exactement ce qu’il avait perdu le mois précédent : 31 % des Français - contre 65 % - disent lui faire « confiance pour affronter efficacement les principaux problèmes qui se posent au pays ». Dans son sillage, Jean-Marc Ayrault gagne 4 points à 29 % de bonnes opinions. La popularité de tous les ministres progresse, elle aussi. En particulier celles de Christiane Taubira, qui fait un bond de 6 points à 38 %, et de Manuel Valls, toujours en tête du classement (4 points de plus, à 50 %). Ce retour de balancier favorable à François Hollande en juillet a, selon CSA, deux explications principales. D’abord « le sentiment d’un apaisement après le mariage pour tous », note Bernard Sananès, le président de l’institut. Ensuite « une amélioration de la gouvernance » qui se traduit, aux yeux des Français, par « une meilleure perception des priorités gouvernementales ». Cela permet au chef de l’Etat de récupérer 7 points chez les jeunes et les 25-34 ans, 6 points chez les professions intermédiaires et autant dans les catégories populaires (à 29 %, contre 44 % parmi les cadres et professions libérales). L’impact de l’éviction de Delphine Batho est plus incertain. François Hollande recule de 4 points, à 44 %, parmi les sympathisants écologistes. Mais Bernard Sananès assure que les relevés effectués après le départ de la ministre de l’Ecologie, mardi soir, ont « limité » son rebond. Le sondage, sur le terrain, a été réalisé mardi et mercredi.  Si la décrue est stoppée, l’Elysée ne se fait aucune illusion sur les chances de redresser la cote du président à court terme. Impossible, expliquent ses proches, tant que les Français n’auront pas le sentiment que la situation s’améliore avec, notamment, une diminution du chômage. Pour l’heure, depuis mai 2012, les précédentes hausses mensuelles (trois seulement) du chef de l’Etat dans notre baromètre ont toutes été suivies d’une baisse, toujours plus prononcée. A 31 %, le locataire de l’Elysée est d’ailleurs à un niveau qualifié de « très bas » par l’institut de sondage. Plus bas que ceux de ses prédécesseurs au même moment de leur mandat. La cote de confiance de Jacques Chirac était de 43 % en juillet 1996 et de 54 % en juillet 2003. Au mois de juillet 2008, Nicolas Sarkozy était, lui, à 36 %.

Sondage popularité : Hollande stable

Sondage popularité : Hollande stable

 

Les Français sont un peu moins critiques avec François Hollande. Selon un sondage BVA pour I>TELE, CQFD et Le Parisien Aujourd’hui en France, l’érosion de son image dans l’opinion est “stoppée”. Interrogés sur cinq qualificatifs s’appliquant au président de la République, les sondés, même s’ils restent majoritairement critiques, le sont un peu moins depuis deux mois. Ainsi, à savoir si François Hollande est « compétent », 37% des sondés acquiescent, contre 36% en avril. La chute brutale depuis septembre s’achève 34% (+1 point par rapport à avril) pensent qu’il est « capable de prendre les décisions qui s’imposent, 30% (+3 points) qu’il « explique bien son action », 29% (+2 points) qu’il est « rassembleur » et enfin 22% (+3 points) qu’il est « dynamique ». « Si l’on excepte la parenthèse malienne, le chef de l’Etat avait connu une chute brutale entre septembre 2012 et avril 2013 sur certains critères comme le dynamisme (-8 points) ou l’explication de son action (-5 points) », rappelle BVA pour qui « cette érosion est stoppée ». François Hollande regagne des points « en particulier sur l’explication de son action et son dynamisme ». « La vision des Français sur François Hollande évolue donc positivement ces deux derniers mois, le cap choisi et explicité, s’il déplaît à une partie de la population (en particulier les catégories populaires — ouvriers et employés), lui permet de retrouver un peu d’oxygène », poursuit l’institut de sondage. « Mais il faudra toutefois attendre les prochains mois pour voir s’il s’agit d’un simple sursaut ou d’un mouvement de fond », avertit-il. Quant à la « volonté plus grande » de François Hollande et du gouvernement de réformer le pays, 43% des sondés le leur reconnaissent contre 55% pas, soit un écart de 12 points, à mettre en regard avec un écart de 33 points il y a trois mois. »Malgré les mauvaises nouvelles sur le front économique, il semble que les dernières positions du chef de l’Etat (dette, réforme des retraites, discours aux obsèques de Pierre Mauroy) et son cap de plus en plus assumé de social-démocrate voire social-libéral portent leurs fruits », analyse BVA. En revanche, sur le « sentiment de voir François Hollande mieux exercer sa fonction présidentielle », les Français restent toujours très critiques: 28% répondent oui contre 68% qui répondent négativement.

 

Moral des ménages : stable mais bas

Moral des ménages : stable mais bas

Le moral des ménages français est resté stable en février par rapport aux deux mois précédents mais demeure à un niveau bas, a annoncé mercredi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). L’indicateur qui synthétise la confiance des ménages s’est établi à 86 points comme en décembre ( 100 étant le niveau normal).

.

 

Moral des ménages : stable à un bas niveau

Moral des ménages : stable à un bas niveau

La confiance des ménages en France s’est stabilisée en janvier à son niveau de décembre, a annoncé mardi l’Insee. L’indicateur synthétique ressort à 86 points, tout comme le mois précédent, et reste nettement inférieur à sa moyenne de longue période calée à 100.  Quinze économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un indice à 86, leurs estimations allant de 84 à 87.  L’opinion des ménages sur leur situation financière est restée stable pour ce qui est de son évolution passée et quasi stable sur ses perspectives d’évolution (-1 point).  Les ménages sont moins nombreux à estimer opportun d’épargner, le solde perdant deux points, à +36, après avoir progressé de 14 points entre juillet et décembre pour se situer largement au-dessus de sa moyenne de longue période. Mais l’opinion des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants cède également deux points.  Leur opinion sur le niveau de vie passé évolue peu (+1 point) mais recule légèrement pour ce qui est de l’avenir (-2 points). Ces deux soldes restent nettement inférieurs à leur moyenne de longue période.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol