Archive pour le Tag 'souveraineté'

Souveraineté numérique : L’Europe, trop dépendante

Souveraineté numérique :  L’Europe, trop dépendante

 

Un accord passé le 25 mars entre Bruxelles et Washington met à mal la politique de « souveraineté numérique » proclamée pourtant par l’Europe, regrette le chef d’entreprise , Alain Garnier, dans une tribune au « Monde ».

 

Notons cependant depuis quelques semaines le virage amorcé par l’Europe (et la France) pour tenter avec retard d’éviter la domination des GAFAM.  Malheureusement un revirement peut-être un peu tardif. NDLR

 

Au début du conflit ukrainien, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président des Etats-Unis, Joe Biden, ont annoncé, le 25 mars, qu’ils étaient parvenus à un accord portant sur un nouveau cadre pour le transfert des données personnelles entre les deux continents. Cette annonce, passée relativement inaperçue, pourrait néanmoins ruiner des années d’efforts pour instaurer une souveraineté numérique européenne.

Le transfert de données personnelles entre l’Europe et les Etats-Unis n’a jamais vraiment été une évidence. Les règles négociées entre l’Union européenne et le département du commerce américain entre 1998 et 2000, dites « Safe Harbor » (« sphère de sécurité »), l’autorisaient, considérant que les Américains offraient des garanties suffisantes quant à la protection de la vie privée. Invalidé par un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) en 2015, cet accord renaissait tel le phénix un an plus tard sous le nom de « Privacy Shield » (« bouclier de protection de la vie privée »). Mais, nouveau coup de tonnerre en 2020, ce dernier est à son tour invalidé par la CJUE, car incompatible avec l’article 5 du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Ces revirements successifs font écho à la politique américaine qui n’a cessé d’assouplir ses lois sur la surveillance des données personnelles depuis vingt ans. Chaque évolution – Patriot Act en 2001, amendements au Foreign Intelligence Surveillance Act en 2008, Cloud Act en 2018 – a eu pour conséquence de donner toujours plus de nouveaux pouvoirs aux instances juridiques et gouvernementales sur les données personnelles hébergées par les entreprises américaines, que leurs serveurs soient situés dans le pays ou ailleurs dans le monde. Une vision incompatible avec les règles européennes en matière de protection des données.

La fin du Privacy Shield avait durement secoué les géants du numérique américains. Ses premiers effets commençaient à se faire sentir. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) avait ainsi appelé, en 2021, le gouvernement à écarter le choix de Microsoft Azure pour l’hébergement des données de santé du Health Data Hub, plate-forme centralisée des données médicales des Français. Plus récemment, la CNIL mettait en garde les établissements d’enseignement supérieur quant à l’utilisation des suites collaboratives proposées par les éditeurs américains. Enfin, début février, elle a mis en demeure un éditeur de site Web utilisant Google Analytics, considérant le transfert de ces données vers les Etats-Unis comme illégal.

Assurer la souveraineté alimentaire

Assurer la souveraineté alimentaire 

 

Avec la guerre en Ukraine et l’avènement de nouvelles conflictualités géopolitiques, l’Europe doit développer une politique diplomatique cohérente et assurer sa puissance agricole, estiment, dans une tribune au « Monde », Marion Pariset et Matthieu Hocque, membres du think tank Le Millénaire.

 

La Russie, l’Ukraine et la Turquie sont récemment [le 22 juillet] parvenues à la signature d’un accord qui garantit pour les quatre prochains mois les exportations céréalières ukrainiennes en mer Noire. Alors que les belligérants pèsent plus de 30 % de la production mondiale de blé (12 % pour l’Ukraine), la guerre en Ukraine a aggravé le risque de famine.

En 2021, l’ONU enregistrait déjà 40 millions de personnes supplémentaires en détresse alimentaire, et potentiellement plus de 200 millions à la fin de l’année 2022. Cette situation doit conduire l’Union européenne (UE) à mener une politique extérieure cohérente et assurer sa souveraineté alimentaire pour éviter de nouvelles crises.

Le conflit ukrainien a fortement perturbé les marchés agricoles par le blocage des exportations céréalières ukrainiennes.

D’une part, une partie des champs de blé ukrainiens ont été détruits par les combats. Les exploitants agricoles ukrainiens ont éprouvé des difficultés pour accéder aux fertilisants et aux autres intrants.

D’autre part, les ports ukrainiens ont été paralysés par le blocus imposé par la Russie et ont été en partie détruits par les bombardements. Ainsi, plus de 20 millions de tonnes de céréales (soit environ 1 % de la consommation mondiale) ne peuvent être exportées.

Si les effets sur les volumes d’exportations seront limités, il s’agit, pour l’Ukraine, d’un accord symbolique pour reprendre les échanges commerciaux avec le reste du monde. Pour compenser cette victoire ukrainienne, la Russie obtient en échange des garanties sur ses propres exportations agricoles, ainsi que la fin des blocages indirects concernant le transport maritime, imposés par les pays occidentaux.

Retrouver une souveraineté alimentaire

Retrouver  une souveraineté alimentaire 

 

La « généralisation des dérèglements mondiaux est un symptôme de la crise systémique du modèle néolibéral », préviennent les socialistes Eric Andrieu (député européen) et Christophe Clergeau ( Comité des régions) dans une tribune au « Monde ». Ils appellent à des réformes profondes « pour plus de régulation et de souveraineté », en particulier dans le domaine alimentaire.

 

L’Europe se mobilise et innove pour affronter les crises. Elle le fait d’ailleurs plutôt bien en mettant en application le nouveau mantra bruxellois : l’autonomie stratégique. Néanmoins, elle peine à mettre en avant les logiques de résilience et de prévention, car, face aux crises, perfectionner les outils de gestion de crise ne suffit pas.

La généralisation des dérèglements mondiaux est un symptôme de la crise systémique du modèle néolibéral, qui appelle des réformes profondes pour plus de régulation, de solidarité, de souveraineté. C’est notamment vrai pour notre alimentation et l’organisation de la production et des marchés agricoles.

 

L’idée dominante de la Commission européenne est qu’il suffit de favoriser le développement de la production et la fluidité du commerce alimentaire international pour permettre de répondre aux besoins des populations, à l’échelle mondiale comme au sein de l’Union.

Pour la relocalisation des productions alimentaires

La Commission continue ainsi à minorer la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement alimentaires soumises aux aléas climatiques comme aux instabilités géopolitiques et aux crises de surproduction. Une chaîne rompt toujours par son maillon le plus faible ; les prix agricoles trop bas de la décennie passée ont fragilisé nos agriculteurs et émoussé notre potentiel productif.

Tout système de spécialisation agricole qui conforte l’éloignement entre production et consommation renforce les vulnérabilités et affecte la sécurité alimentaire. La connexion avec des marchés internationaux ultra-volatils, à la hausse comme à la baisse, se traduit nécessairement par des chocs de prix dont sont d’abord victimes, en Europe, les populations les plus fragiles et, à l’échelle mondiale, les pays les plus pauvres et les plus dépendants.

Nous plaidons pour une autre approche. Les politiques publiques doivent favoriser la relocalisation des productions alimentaires à travers un prix adapté du carbone, la réduction des impacts environnementaux des modes de production, le renforcement des aides publiques centrées sur l’emploi agricole et les services rendus à l’environnement ainsi qu’une plus grande implication des collectivités territoriales dans la planification de l’approvisionnement alimentaire.

Il faut revoir les règles de la PAC et de l’OMC

La stabilité des prix alimentaires doit retrouver une place centrale dans les politiques européennes. C’est une protection pour les paysans, qui ont besoin de visibilité pour s’engager dans la transition écologique et investir. C’est une protection pour les consommateurs, leur pouvoir d’achat et leur accès à l’alimentation. Un des outils de régulation des marchés est la constitution de stocks qui doivent désormais viser aussi bien la stabilisation des marchés que la constitution de stocks stratégiques permettant de prévenir les crises alimentaires.

Cloud et Gafam : La souveraineté en cause ?

Cloud et Gafam : La souveraineté en cause ?

 

David Chassan, le directeur de la stratégie chez le fournisseur de cloud 3DS Outscale, filiale de Dassault Systèmes, ne décolère pas contre la stratégie Cloud de confiance lancée par l’Etat en 2021, et contre Bleu, la future alliance d’Orange et de Capgemini avec Microsoft, qui sera disponible en 2024. Pour lui, les deux industriels français acceptent, avec le blanc-seing de l’Etat, d’être les faire-valoir des Gafam en France et de mépriser les solutions françaises existantes. Il appelle les décideurs, notamment les entreprises stratégiques et les administrations, à ne pas être « naïfs » et à ne pas attendre 2024 et l’arrivée de Bleu pour accélérer leur transformation numérique dans le cloud.( La Tribune)

 Plus d’un an après l’annonce de leur projet, Orange et Capgemini ont révélé mercredi 22 juin que leur plateforme commune Bleu, qui commercialisera les solutions cloud de Microsoft, sera disponible en 2024. Vous avez immédiatement dénoncé une annonce qui, selon vous, vise à geler le marché. Pourquoi ?

DAVID CHASSAN - Si Bleu est bien opérationnel en 2024 comme Orange et Capgemini l’ont affirmé mercredi, il se sera passé trois ans entre l’annonce du projet et sa concrétisation. Trois ans pendant lesquels les opérateurs d’importance vitale (OIV), de services essentiels (OSE) et les administrations publiques, auront été invités à ne rien faire, puisque la stratégie Cloud de confiance, dans laquelle s’inscrit Bleu, vise à donner un blanc seing aux solutions des Gafam (Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Cloud), qui dominent déjà 70% du marché français.

En lançant cette stratégie en mai 2021, l’Etat a dit aux entreprises stratégiques : « ne vous inquiétez pas de l’imbroglio juridique autour des transferts de données aux Etats-Unis, vous pourrez continuer à utiliser les Gafam parce que nous allons créer un montage qui les rend souverains, donc ne changez rien« . C’est dramatique pour l’écosystème français. Une semaine plus tard – le timing est déconcertant -, Orange et Capgemini annonçaient le projet Bleu, dont le but est de commercialiser sous licence les technologies de Microsoft.

Il y a eu beaucoup de choses très gênantes dans la communication autour de Bleu et de la nouvelle stratégie du gouvernement. La principale est que l’Etat, Orange et Capgemini diffusent l’idée aberrante qu’il n’y a pas de solution de cloud de confiance et qu’il faut attendre l’arrivée de Bleu pour qu’il y en ait enfin une. L’annonce de mercredi en est une nouvelle illustration : c’est en fait une manière d’occuper le terrain, un appel à patienter jusqu’en 2024 et à ne surtout rien changer. In fine, l’Etat, Orange et Capgemini jouent le jeu des Gafam et pénalisent les solutions françaises et européennes, qui sont ignorées et méprisées. Les DSI [directions des services informatiques, ndlr] des entreprises et des services publics savent que le changement est compliqué. S’ils sont déjà chez un Gafam, cette communication envoie le signal qu’il n’est pas nécessaire de mettre en place une stratégie du changement, puisque le recours à leurs services sera « souverain » dans le futur, grâce à des alliances avec des entreprises françaises qui les distribueront. Or, la volonté du marché est d’accélérer rapidement sa transformation numérique, et cela doit se passer maintenant.


Y’a-t-il actuellement sur le marché des solutions cloud capables de répondre aux exigences de la stratégie Cloud de confiance ?

Oui. Des acteurs français proposent depuis des années des solutions de confiance, conformes aux besoins et aux attentes du marché, à commencer par celles de 3DS Outscale. Les ignorer est très dénigrant. Il existe des alternatives françaises et européennes, naturellement souveraines, à tous les services qui seront commercialisés par Bleu, c’est-à-dire Microsoft Azure et Office 365. Je pense à OVHCloud ou Scaleway pour l’hébergement, Jamespot et Netframe pour les outils collaboratifs, et bien d’autres. Il aurait été possible de demander à l’écosystème de s’allier et de travailler à des solutions certifiées SecNumCloud, plutôt que de partir de zéro avec Bleu et faire appel à Microsoft.

À qui profite cette stratégie ? Essentiellement à Microsoft et à Google qui auraient eu des problèmes de conformité en raison du droit extraterritorial américain, et qui se voient offrir une bouée de sauvetage avec cette stratégie taillée sur mesure grâce aux alliances avec Orange et Capgemini d’un côté, Thales de l’autre, qui acceptent d’être les faire-valoir des Gafam.

3DS Outscale, qui est la filiale cloud de Dassault Systèmes, a été le premier provider [fournisseur, ndlr] labellisé SecNumCloud, dès décembre 2019. À titre de comparaison, Bleu n’est même pas encore créé donc la certification SecNumCloud est encore loin. C’est un label très exigeant, nous avons eu besoin de plus d’un an pour l’obtenir et pourtant nous sommes rompus aux certifications. Il est extrêmement prétentieux de la part d’Orange et de Capgemini d’annoncer d’ores et déjà que Bleu va être labellisé d’ici à 2024. C’est presque un manque de respect envers le degré d’exigence que représente SecNumCloud.


Que fait 3DS Outscale dans le cloud ?

3DS Outscale est né en 2010 en pleins débats sur le cloud souverain. À l’époque, l’Etat avait choisi de financer deux projets concurrents confiés à des industriels français, Cloudwatt et Numergy. Le premier était piloté par Orange et Thales, le deuxième par Bull et SFR. Dassault Systèmes devait en être à la base mais n’était pas d’accord avec ce projet. C’est pourquoi nous avons créé 3DS Ouscale, un cloud industriel préservant la souveraineté des données dans les pays dans lesquels nous sommes implantés : France, Europe, Etats-Unis et Japon, avec des entités indépendantes pour les deux derniers. Nous sommes donc depuis 10 ans dans une démarche similaire à la stratégie Cloud de confiance lancée l’an dernier. Notre chiffre d’affaires en 2021 s’établissait autour de 45 millions d’euros. Aujourd’hui, Cloudwatt et Numergy ont disparu et il est d’ailleurs ironique de voir réapparaître Orange et Thales, qui avaient échoué dans le cloud souverain, dans la stratégie Cloud de confiance.

3DOutscale propose trois grands services de cloud : l’infrastructure, le stockage et les machines virtuelles pour traiter de grands volumes de données. Sur le stockage, nous sommes les seuls à proposer les certifications SecNumCloud et HDS [la certification pour les données de santé, Ndlr]. Nous avons notre propre système d’exploitation, Tina OS, pour opérer nos services cloud.

Nous ciblons particulièrement les administrations et les entreprises stratégiques, c’est-à-dire les acteurs pour lesquels la stratégie Cloud de confiance a été mise en place. Nous sommes aussi capables de proposer sur nos machines virtuelles des GPU pour permettre des traitements de calculs intensifs avec l’intelligence artificielle, ou encore du rendu 3D car nous venons de Dassault Systèmes.

Estimez-vous que les acteurs français peuvent cohabiter avec les futures offres Cloud de confiance ?

L’écosystème du cloud en Europe et surtout en France est foisonnant – il y a une quarantaine d’acteurs – et les perspectives de croissance du marché sont énormes. Le problème de cette stratégie, c’est le boulevard offert à Microsoft et Google qui sont déjà dominants, donc c’est mépriser ce que peut représenter l’écosystème français et européen. Il est dénigrant de voir Orange et Capgemini choisir de travailler avec Microsoft alors qu’on est là.

Pourquoi faut-il absolument permettre aux Gafam d’entrer dans cette conformité de confiance, alors qu’on aurait pu saisir cette opportunité pour propulser des Français ? Bleu avec Microsoft, Thales avec Google, c’est le choix de la facilité, car il est indéniable qu’il est plus facile de recourir à un seul acteur qui propose tous les services, plutôt que de construire quelque chose avec des acteurs différents.

Mais le combat n’est pas perdu. Bleu, je demande à voir car rien ne s’improvise dans le cloud. L’échec du cloud souverain du début des années 2010 aurait dû servir de leçon. Intégrer les services de Microsoft ou de Google via une autre plateforme représente un vrai défi technique, ce qui explique peut-être le délai de trois ans entre l’annonce de Bleu en 2021 et son lancement prévu en 2024. De plus, il ne faut pas oublier que le cloud est un secteur très concurrentiel. 3DS Outscale a réussi à s’aligner sur les prix d’Amazon Web Services, le leader du marché. Or, revendre du Microsoft Azure et du Office 365 en les requalifiant en matière de sécurité, ça a forcément un coût. Cette complexité technique pourra-t-elle permettre à Bleu d’être un service compétitif au niveau de son prix ?

Contrairement à beaucoup d’acteurs français du cloud, vous semblez ne pas dire que le recours aux solutions des Gafam est incompatible en soi avec la souveraineté numérique. Utiliser des technologies américaines ne vous pose pas de problème ?

Pas en soi si l’offre respecte les meilleurs standards de sécurité et est compatible avec la réglementation. Cela dépend aussi de la sensibilité des données. À mon avis il faut déplacer le curseur de la souveraineté chez le client. Les fournisseurs de cloud doivent être transparents pour que les clients puissent choisir leurs offres en responsabilité. Une entreprise qui choisira Bleu saura qu’elle utilise les technologies de Microsoft, à elle de juger si ce choix est compatible avec la protection de ses données. Les lois FISA et Cloud Act existent, à chacun d’estimer le risque. Si mes bases de données ne sont pas sensibles, je peux faire le choix d’Amazon Web Services ou d’un autre provider américain. Par contre si mes bases de données sont sensibles, alors je peux estimer que Bleu et Google/Thales ne répondent pas à mes besoins.

Je m’interroge toutefois sur la sécurité juridique d’un tel choix. On a vu avec Huawei que l’Etat américain peut exercer de fortes pressions sur une entreprise étrangère. Que se passe-t-il demain si Microsoft subit des pressions de la part du pouvoir américain ? Les clients risquent d’être pris en otage. Les décideurs ne doivent pas être naïfs.

Une souveraineté minérale en France, c’est possible

Une  souveraineté minérale en France, c’est possible

La transition énergétique à l’œuvre aujourd’hui est certainement le chantier majeur des cinquante prochaines années. La sortie du « tout-pétrole » actée par l’Union européenne représente en elle-même une formidable opportunité, qui ne sera pas sans conséquences tant nos habitudes de consommation, de déplacement vont être bouleversées dans les années à venir. Par Eugène Daronnat, consultant en énergie ( dans la Tribune)

 

Alors que nous pensions basculer dans un monde toujours plus virtuel, il apparait en réalité que notre dépendance aux matières premières et aux ressources minérales va s’accroitre de manière exponentielle. Si nous sortons à terme d’une dépendance au pétrole, nous rentrons de manière certaine dans une dépendance aux métaux stratégiques, indispensables à la transition énergétique et numérique. Le rapport Varin remis au mois de Janvier 2022 sur les enjeux « d’approvisionnement en matières minérales » pose de manière claire les enjeux.

La priorité « écologique » est évidemment de pérenniser le parc nucléaire existant (en optimisant notamment le facteur de charge de nos centrales nucléaires, aujourd’hui pour moitié à l’arrêt) tout en lançant le chantier de nouveaux EPR (15 au minimum pour répondre aux besoins croissants en électricité). Mais les combats écologiques de demain porteront aussi sur les métaux stratégiques. La France devra être à l’avant-garde de ce combat, et ce pour deux raisons.

Premièrement, pour sécuriser les approvisionnements Européens et Français en métaux stratégiques, alors que la dépendance aux matières premières est en train de devenir l’enjeu n°1. Un embargo de la Chine sur les métaux rares comme nous l’avons connu en 2010 serait dramatique pour nos économies. Nous devons accélérer fortement les investissements en la matière à travers le lancement du « fonds d’investissement dans les métaux stratégiques », qui doit être doté de plusieurs milliards d’euros, pour répondre à l’enjeu.

Par ailleurs, la refonte du code minier et la relance de la filière minière doivent être érigées en priorité, pour que nous ne connaissions pas une situation analogue à celle de la filière nucléaire, qui a connu depuis plusieurs dizaines d’années une perte de compétences que nous payons cher aujourd’hui.

Deuxièmement, pour des raisons écologiques, parce que l’exploitation des métaux stratégiques dans des conditions écologiques désastreuses, en Chine ou en Afrique notamment, va devenir dans les mois et les années à venir un sujet porté à la connaissance de l’opinion publique. Les Français, et notamment les jeunes générations ne nous pardonneraient pas de ne pas avoir pris les devants, en cautionnant cette délocalisation de pollution dans des pays moins soucieux de l’environnement.

Concrètement, la France pourrait diligenter une recherche approfondie de la présence de métaux précieux sur son sol et dans ses océans pour s’assurer que les éléments en notre possession sont à jour, et lancer ensuite rapidement sous le quinquennat une expérimentation d’exploration. Dans le même temps, il est essentiel d’accélérer sur la thématique du recyclage de ces métaux précieux.

La culture minière faisant partie de l’histoire de notre pays, de nombreuses régions pourraient être sensibles à de telles initiatives, par ailleurs pourvoyeuse d’emplois dans le moyen-terme, à travers la relance de la filière. Et si la souveraineté minérale était la réponse française au défi de la transition énergétique ?

Pour une souveraineté minérale

Pour une souveraineté minérale

La transition énergétique à l’œuvre aujourd’hui est certainement le chantier majeur des cinquante prochaines années. La sortie du « tout-pétrole » actée par l’Union européenne représente en elle-même une formidable opportunité, qui ne sera pas sans conséquences tant nos habitudes de consommation, de déplacement vont être bouleversées dans les années à venir. Par Eugène Daronnat, consultant en énergie ( dans la Tribune)

 

Alors que nous pensions basculer dans un monde toujours plus virtuel, il apparait en réalité que notre dépendance aux matières premières et aux ressources minérales va s’accroitre de manière exponentielle. Si nous sortons à terme d’une dépendance au pétrole, nous rentrons de manière certaine dans une dépendance aux métaux stratégiques, indispensables à la transition énergétique et numérique. Le rapport Varin remis au mois de Janvier 2022 sur les enjeux « d’approvisionnement en matières minérales » pose de manière claire les enjeux.

La priorité « écologique » est évidemment de pérenniser le parc nucléaire existant (en optimisant notamment le facteur de charge de nos centrales nucléaires, aujourd’hui pour moitié à l’arrêt) tout en lançant le chantier de nouveaux EPR (15 au minimum pour répondre aux besoins croissants en électricité). Mais les combats écologiques de demain porteront aussi sur les métaux stratégiques. La France devra être à l’avant-garde de ce combat, et ce pour deux raisons.

Premièrement, pour sécuriser les approvisionnements Européens et Français en métaux stratégiques, alors que la dépendance aux matières premières est en train de devenir l’enjeu n°1. Un embargo de la Chine sur les métaux rares comme nous l’avons connu en 2010 serait dramatique pour nos économies. Nous devons accélérer fortement les investissements en la matière à travers le lancement du « fonds d’investissement dans les métaux stratégiques », qui doit être doté de plusieurs milliards d’euros, pour répondre à l’enjeu.

Par ailleurs, la refonte du code minier et la relance de la filière minière doivent être érigées en priorité, pour que nous ne connaissions pas une situation analogue à celle de la filière nucléaire, qui a connu depuis plusieurs dizaines d’années une perte de compétences que nous payons cher aujourd’hui.

Deuxièmement, pour des raisons écologiques, parce que l’exploitation des métaux stratégiques dans des conditions écologiques désastreuses, en Chine ou en Afrique notamment, va devenir dans les mois et les années à venir un sujet porté à la connaissance de l’opinion publique. Les Français, et notamment les jeunes générations ne nous pardonneraient pas de ne pas avoir pris les devants, en cautionnant cette délocalisation de pollution dans des pays moins soucieux de l’environnement.

Concrètement, la France pourrait diligenter une recherche approfondie de la présence de métaux précieux sur son sol et dans ses océans pour s’assurer que les éléments en notre possession sont à jour, et lancer ensuite rapidement sous le quinquennat une expérimentation d’exploration. Dans le même temps, il est essentiel d’accélérer sur la thématique du recyclage de ces métaux précieux.

La culture minière faisant partie de l’histoire de notre pays, de nombreuses régions pourraient être sensibles à de telles initiatives, par ailleurs pourvoyeuse d’emplois dans le moyen-terme, à travers la relance de la filière. Et si la souveraineté minérale était la réponse française au défi de la transition énergétique ?

De la souveraineté numérique ( Bruno Sportisse, Inria)

De la souveraineté numérique ( Bruno Sportisse, Inria)

 

Une interview de Bruno Sportisse,PDG de l’ Inria dans la Tribune

 

Bras armé de la souveraineté numérique de la France, l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) monte en puissance depuis 2018 et l’arrivée à sa tête de son actuel PDG, Bruno Sportisse. Très soutenu par l’argent public -notamment via France 2030- et au cœur des outils numériques de gestion de la crise Covid -notamment le très controversé TousAntiCovid-, l’Inria multiplie aussi les partenariats avec le secteur privé (Atos, La Poste, OVHCloud, TotalEnergies, Orange, Dassault Systèmes…) et ambitionne de générer 100 startups par an issues de sa recherche, contre une quarantaine actuellement. Une vraie « rupture de positionnement », qui crée des tensions en interne, mais que Bruno Sportisse justifie par la nécessité de renforcer la « jambe industrielle » de l’Inria, renouant ainsi avec son ADN historique. L’enjeu : maîtriser les infrastructures technologiques, créer les standards numériques de demain, notamment dans le logiciel, pour sortir de la dépendance aux Gafam américains.

 

 Concrètement, que fait l’Inria et quelle place occupe-t-il dans l’écosystème de la recherche et de l’innovation en France ?

BRUNO SPORTISSE - L’Inria est le bras armé de la souveraineté numérique de la France via la recherche et l’innovation. L’Inria, c’est 3.500 chercheurs et ingénieurs, dont 3.000 payées par l’Inria et 500 par nos différents partenaires publics et privés. 1.000 scientifiques entrent et sortent chaque année, donc c’est un institut dynamique. Pour comprendre qui on est, il faut un peu remonter l’histoire. L’Inria a été créé en 1967, lors du lancement du Plan Calcul qui voulait doter la France d’une souveraineté dans l’informatique. L’institut était alors sous la tutelle du ministère de la Recherche et de l’Industrie. Tout est dit : les deux jambes de l’Inria sont la recherche de très haut niveau et l’impact industriel.

Dans le détail, l’Inria gère 250 projets d’une durée moyenne de quatre ans. Quinze à vingt scientifiques sont alloués à chaque projet. Je considère que l’Inria est un institut-plateforme, dans le sens où nous fonctionnons en écosystème via des partenariats noués avec une multitude d’acteurs : des universités, d’autres centres de recherche et des entreprises privées. Leur objectif est de faire progresser la recherche dans chacune des verticales du numérique comme la cybersécurité, le cloud, l’intelligence artificielle, le calcul quantique… À chaque fois que nous lançons un projet dans une thématique, par exemple dans la santé connectée, c’est en partenariat avec d’autres experts, à l’image de l’Institut national pour la santé et la recherche médicale (Inserm) et des CHU.

Comment les projets sont-ils choisis ?

Depuis trois ans, l’Inria s’est restructuré autour de huit thèmes qui sont tous aux interfaces du numérique, et qui ont tous donné lieu à des pans du plan de relance. Il s’agit de l’intelligence artificielle, la cybersécurité, le cloud, les technologies quantiques, l’agriculture numérique, la transformation de l’éducation, la santé numérique et la mobilité numérique. Cela ne signifie pas qu’on ne travaille pas sur d’autres sujets, mais c’est dans ces huit domaines que nous concentrons l’essentiel de nos moyens. Il y a aussi, et heureusement, de la place pour des projets spontanés, issus des découvertes scientifiques de nos chercheurs. Par exemple, en 1990 le mot « web » n’apparaissait pas dans les missions de l’Inria, mais cinq ans plus tard, 20% des projets portaient sur le web parce que nos chercheurs avaient décidé de s’emparer de ce sujet.

Le but de l’Inria, c’est d’avoir de l’impact. Nous visons trois types d’impact : scientifique, technologique et industriel. L’impact scientifique, c’est produire les connaissances et « craquer » les verrous technologiques actuels, et ils sont nombreux dans le cloud, le quantique ou l’IA par exemple. L’Inria a d’ailleurs généré en dix ans 80 lauréats de bourses de l’European Research Council, ce qui est un record qui montre l’excellence de notre système

Souveraineté : ne pas opposer la dimension européenne à la dimension na

Souveraineté : ne pas opposer la dimension européenne à la dimension nationale

Dans une tribune au « Monde » initiée par Hélène Gaudin et Vincent Couronne, un collectif de soixante-dix chercheurs en droit estime qu’après la décision du tribunal constitutionnel polonais remettant en cause les principes européens, rester dans l’Union pour profiter de celle-ci et lui nuire, sans considération de la volonté du peuple polonais comme des peuples des autres Etats membres, est inacceptable.

 

Tribune. 

 

Prendre en exemple la décision du tribunal constitutionnel polonais pour célébrer la remise en question de la primauté du droit de l’Union européenne sur le droit national au nom de la souveraineté n’est pas le plus heureux des choix fait par certains de nos politiques.

On ne peut se réjouir de la décision rendue par le tribunal constitutionnel polonais le 7 octobre non seulement sur la primauté de la Constitution sur les traités européens mais aussi au fond. Elle remet en effet en cause des principes européens, comme l’indépendance de la justice, que l’on pensait communs. On n’oubliera pas, au surplus, que cette décision a été rendue par des juges dont l’indépendance a été bien malmenée par le pouvoir polonais et peut être aujourd’hui contestée.

Ainsi, pour ses détracteurs, la primauté du droit européen sur le droit national porterait atteinte à la souveraineté du peuple.

Commençons par rappeler des choses, qui sont connues des Etats depuis les années 1960, et qui n’ont jamais été dissimulées aux Etats candidats et nouveaux membres, ni à leur gouvernement, ni à leur peuple.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés « L’Union européenne n’est pas une simple alliance entre Etats souverains »

La primauté du droit européen affirmée par la Cour de justice des communautés européennes dès 1964 a été acceptée par tous les Etats membres au point qu’elle est dorénavant inscrite dans une déclaration annexée au traité de Lisbonne qui régit l’Union européenne : « … Les traités et le droit adopté par l’Union sur la base des traités priment le droit des Etats membres… ».

Rester ou sortir

Dès lors qu’un Etat entend ne plus respecter la primauté, il entend de ce fait indiscutablement violer le traité qu’il a ratifié, comme les principes et mécanismes que ce traité prévoit. S’il s’agit là d’un programme politique, ses partisans devraient l’assumer et demander un retrait de leur Etat de l’Union européenne selon leurs règles constitutionnelles respectives, à l’instar de la démarche démocratique du Royaume-Uni.

Trancher la question s’avère nécessaire : rester dans l’Union ou sortir de l’Union est le seul choix possible

Rappel salutaire aussi : les règles européennes ne viennent pas d’ailleurs, elles sont l’expression des choix des Etats et du Parlement européen agissant de concert, exprimant la double légitimité de l’Etat et des peuples. La primauté est donc l’assurance que la volonté des citoyens européens et des Etats sera respectée par tous.

S’appuyer sur une décision d’un juge, serait-il constitutionnel, pour revenir sur un principe démocratique, c’est aussi violer la démocratie. Trancher la question s’avère nécessaire : rester dans l’Union ou sortir de l’Union est le seul choix possible. Mais rester dans l’Union pour profiter de celle-ci et lui nuire, sans considération de la volonté du peuple polonais comme des peuples des autres Etats membres est tout simplement inacceptable.

Pour une souveraineté alimentaire qui intègre social et environnement

Pour une   souveraineté alimentaire qui intègre  social et environnement 

 

Dans son rapport intitulé « La souveraineté alimentaire : perspectives nationales, européennes et internationales », la députée Sandrine le Feur formule des recommandations pour une meilleure mise en oeuvre des politiques publiques visant à renforcer la souveraineté alimentaire. Intreview dans l’Opinion.

La crise Covid a remis sur le devant de la scène la nécessité de la souveraineté alimentaire. Vous insistez pour qu’on en revienne à la définition originelle. Quelle est-elle ?

La définition mise en avant en France ces derniers mois n’est pas celle faite par le mouvement paysan Via Campesina dans les années 1990. Celle-ci comprend trois axes : le droit à l’alimentation pour les consommateurs et le droit à la production pour les paysans, ce qui implique la rémunération correcte de leur travail ; l’accès au foncier et le droit pour les paysans de choisir leurs productions et leurs semences ; le respect des droits sociaux et environnementaux dans les échanges. Cela ne s’applique pas à la seule échelle d’un pays : ce n’est pas une vision hostile aux échanges, ce n’est pas synonyme d’autarcie. Mais il y a une notion centrale de respect des autres agricultures dans le commerce mondial.

Quel état des lieux dressez-vous de la souveraineté alimentaire et européenne ?

La crise Covid a accentué la prise de conscience et suscité une envie d’autonomie. A l’échelle d’une exploitation, une autonomie accrue, ce sont aussi des revenus meilleurs et dans ce sens, je me retrouve dans l’ambition du Plan protéines. Mais l’autonomie n’est qu’une partie de la restauration de la souveraineté alimentaire. L’autre volet, capital, c’est le respect dans les échanges, des effets sociaux et environnementaux — qui conditionne la souveraineté des autres acteurs. Et cela n’est pas pris en compte. Je pose par exemple la question : doit-on produire pour les autres ? De mon point de vue, on a voulu exporter notre modèle qui a détruit une agriculture vivrière. Les exportations subventionnées par la PAC créent des concurrences déloyales et nous devons y réfléchir.

« La première chose, selon moi, c’est de promouvoir une exception agricole et alimentaire dans les accords commerciaux internationaux, comme pour la culture »

Ce débat sur la souveraineté alimentaire porte aussi sur la main-d’œuvre…

Oui, et je le vois sur le terrain : nous peinons à trouver des bras pour le ramassages des échalotes, des pommes de terre, des tomates… Nous demandons régulièrement la régularisation de migrants qui veulent travailler dans les champs. Cela pose question : pourquoi est-il si difficile de ramener la main-d’œuvre locale vers la terre ? Est-ce que ces travaux ne sont pas assez payé au regard de leur dureté — et est-ce que les consommateurs ont conscience de ce que cela implique pour eux ? Comment revaloriser la fonction nourricière, qui est noble ?

Quels sont les pistes principales que vous explorez pour améliorer la souveraineté alimentaire ?

La première chose, selon moi, c’est de promouvoir une exception agricole et alimentaire dans les accords commerciaux internationaux, comme pour la culture. La nourriture ne doit plus servir de monnaie d’échange. La deuxième piste est d’intégrer à la rémunération des externalités positives de l’agriculture. La société et les consommateurs demandent toujours plus aux agriculteurs — respecter la biodiversité, adopter de meilleures pratiques — sans vouloir en payer le prix final lors de l’achat des produits. L’agriculture biologique, par exemple, aimerait plus d’aides de la PAC, mais l’idéal est quand même de vivre de la production. Les politiques publiques doivent faire plus en ce sens, ce n’est jamais clairement dit. Enfin, je préconise la création d’un service public universel de l’alimentation sur le modèle de la Sécurité sociale, avec le remboursement d’une liste de produits à déterminer pour orienter la consommation vers plus de vertu : locaux, bio ou pas, d’ailleurs. Mais cela doit se faire à l’échelle européenne.

Souveraineté et-ou compétitivité

Souveraineté et-ou compétitivité

La souveraineté nationale sur le plan économique est souvent réduite au seul problème des relocalisations. Certes, on comprend mal que certains produits à très faible valeur ajoutée puissent être fabriqués  à des milliers de kilomètres avec évidemment des conséquences environnementales considérables : le coût social indirect dépasse et de loin le prix du produit.

 

La relocalisation peut aussi se comprendre pour permettre de faire face dans de meilleures conditions à des situations de crise pour des produits de première nécessité  (  énergie, alimentation, santé notamment).

 

Mais on ne peut réduire la souveraineté à la seule question de la relocalisation. Le vrai problème pour la France, c’est surtout de retrouver une compétitivité dans ses exportations que pour le marché intérieur. Au regard des grands équilibres économiques.

 

la France souffre d’un manque de compétitivité d’environ  25 % par rapport à l’Allemagne. En clair par exemple, l’une des conséquences si la France devait se doter de sa propre monnaie serait une dévaluation d’autant.

 

En moyenne sur longue période de la France présente un déficit commercial- véritable baromètre de la compétitivité–d’environ 50 à 60 milliards par an, à l’inverse l’Allemagne, voisin le plus comparable, dégage un équilibre d’environ 200 milliards. Si par hypothèse très théorique on devait fermer toutes les frontières et consommer essentiellement des produits fabriqués en France, il faudrait s’attendre à une augmentation générale des prix de la consommation de 30 à 40 %. En effet il faudrait aussi financer les énormes efforts d’investissement indispensables compte tenu de l’état de désindustrialisation du pays.

 

L’enjeu de la souveraineté passe donc par un énorme effort de compétitivité. Dans l’intérêt des grands équilibres financiers mais aussi du pouvoir d’achat des Français. C’est en effet grâce à des filières d’excellence à l’exportation que la France peut encore demeurer compétitive : exemple en transport avec l’aérien ou le TGV, dans l’énergie ou l’industrie agroalimentaire.

Sondage : La souveraineté économique, oui, mais pas plus chère !

Sondage : La souveraineté économique oui mais pas plus chère !

87 % des Français approuvent  la souveraineté économique de la France mais On trouve évidemment les limites des relations des Français d’une part à la souveraineté économique d’autre part au prix des produits. Globalement, une très large majorité approuve évidemment le faite de produire davantage en France mais peu sont prêts à payer sauf s’il était avéré que les produits importés subissent aussi les mêmes charges, ce qui permettrait de lisser les différences.

Mais des différences sociales, environnementales et même sociétales difficiles à combler. Notons que l’enquête on ne pose pas la question de l’utilité sociale des produits dont certains sont évidemment utiles sinon indispensables et d’autres complètement futiles.

Beaucoup ne sont pas prêts à payer plus cher que les prix des produits aujourd’hui importés d’après  le baromètre OpinionWay réalisé dans le cadre du Printemps de l’économie.

Si une large partie de l’opinion publique est d’accord pour réindustrialiser l’Europe, seulement 4 Français sur dix sont prêts à payer plus cher pour des produits importés. Toutefois, 51% des répondants indiquent qu’ils veulent bien payer  plus cher ces produits importés pour que leur prix reflète le coût qu’il font peser sur l’environnement dans les pays où ils sont produits (émissions de carbone, pollutions, atteintes à la biodiversité). Quant à la fiscalité écologique,  51% affirment que c’est un mauvais outil. Témoin, la récente hausse des prix de l’énergie.

À noter la coupure sociologique à propos de l’intérêt de la fiscalité écologique. En effet, si 60% des catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) pensent que la fiscalité environnementale est un instrument efficace, 40% des classes inférieures estiment que c’est un mauvais levier.(Il est vrai que les catégories socioprofessionnelles inférieures sont plus directement impactées par l’augmentation de l’énergie.

La conclusion de cette enquête c’est sans doute qu’une transition écologique ne pourra être que progressive et géré de manière partagée.

(*) Méthode : Echantillon de 1.011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle, de taille de commune et de région de résidence, secteur d’activité, taille d’entreprise. L’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne les 8 et 9 septembre 2021.

Données personnelles, un enjeu de souveraineté.

Données personnelles, un enjeu de souveraineté. 

L’enjeu des données qui transitent chaque jour vers les Etats-Unis et la Chine au détriment de l’Europe est infiniment plus grand que la production de masques en tissu sur le territoire national », mettent en garde Robin Reda et Jean-François Husson  , le député de l’Essonne et le sénateur de Meurthe-et-Moselle

Tribune dans l’Opinion

Chaque jour, 80% des données émises par les Français sur les plateformes numériques, sur nos smartphones, ou par nos objets connectés sont captées par les Etats-Unis et la Chine parce que les logiciels source y sont résidents. A l’heure où le gouvernement s’interroge sur le tracking des malades infectés du Covid-19 par le biais d’une application smartphone, il y a fort à parier que les géants du web étrangers sont déjà capables d’établir une cartographie de l’épidémie en Europe à partir de nos conversations personnelles sur les réseaux sociaux, de rendez-vous médicaux conclus sur les applications médicales ou des écarts au confinement à domicile qui échappent aux autorités mais dont le trajet reste en mémoire dans les serveurs de Waze.

Si les données personnelles renseignent par définition sur un individu, elles sont surtout des données communes : ainsi le répertoire d’un téléphone portable renseigne sur les liens qu’entretient une personne avec un nombre considérable d’autres personnes. L’ensemble de ces données constitue un véritable patrimoine national. Or celui-ci ne fait l’objet d’aucun contrôle, est ouvert à tous les vents, commercialisable sans limite alors même qu’il constitue une part de nos vies privées, de nos intimités.

La crise actuelle nous invite à repenser notre souveraineté. Relocaliser la production d‘industries comme celle du médicament ou des masques en France est une nécessité. Mais celle-ci doit impérativement s’accompagner d’une nouvelle souveraineté sur nos données : une véritable souveraineté numérique. La valeur ajoutée de la quantité des données qui transitent chaque jour vers les deux grandes puissances mondiales en passe de réactiver des guerres commerciales au détriment de l’Europe est infiniment plus grande que la production de masques en tissu sur le territoire national sur fond de rhétorique industrielle martiale.

Pour maîtriser notre destin, il est temps de comprendre le basculement du monde dans l’économie de la donnée. Si ce patrimoine numérique qui renseigne sur chacun d’entre nous, n’est pas stocké et protégé en France, il continuera d’alimenter des bases de données extraterritoriales qui asphyxient définitivement tout espoir de « produire en France » en nous privant de la principale matière première d’expertise de l’industrie du futur.

Pire, sans souveraineté retrouvée, nous risquons demain la mise en confinement numérique totale. Que deviendrait l’économie sans les logiciels et sans les données fournis et actualisés chaque jour par les Etats-Unis ? Nous le savons, ce monde ne relève plus de la science-fiction. L’Europe souffrira tôt ou tard d’avoir laissé la main à de véritables cyber-empires. Notre nation s’inclinera face à des géants sans frontières et sans droit qui ont dépassé de loin la puissance des Etats.

Dans le fameux « monde d’après », stoppons l’épidémie de l’impuissance digitale. Mais mettre fin à l’hémorragie des données produites en France, en ne les transférant qu’en échange de protocoles souverainement définis, nécessitera du courage. Notre Constitution pourrait consacrer ce patrimoine national numérique, enjeu parmi d’autres dans la reconquête de notre liberté et de notre compétitivité.

Robin Reda est député de l’Essonne et vice-président de Libres. Jean-François Husson est sénateur de Meurthe-et-Moselle.

Cryptomonnaies: aussi un enjeu de souveraineté

Cryptomonnaies:  aussi un enjeu de souveraineté

Etudiées par les banques centrales, les monnaies numériques pourraient permettre de renforcer la lutte antiblanchiment, mais elles risquent aussi de bouleverser le fonctionnement du système financier. Un article de dans le Monde deMarie Charrel.

 

Les Allemands ont beau être farouchement attachés aux bons vieux billets, leur ministre des finances, Olaf Scholz, l’affirme haut et fort : « Une Europe souveraine a besoin de solutions de paiement innovantes et compétitives. » A ce titre, elle doit être aux « avant-postes sur la question des monnaies numériques de banque centrale et doit activement la faire progresser », a-t-il déclaré vendredi 16 avril.

Deux jours plutôt, la Banque centrale européenne (BCE) présentait une vaste enquête menée auprès d’un panel d’Européens, dont la plupart se disent favorables à la création d’un euro numérique. L’institution doit décider cet été si elle se lancera, ou non, dans un tel projet. La Réserve fédérale (Fed) se montre prudente, mais elle y réfléchit également avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT), tandis que, lundi 19 avril, la Banque d’Angleterre (BOE) et le Trésor britannique ont instauré un groupe de travail sur la question. Mais ce n’est rien à côté de la Chine, qui depuis un an, expérimente déjà un « e-yuan » dans quatre grandes villes.


Depuis quelques mois, la plupart des banques centrales intensifient leurs travaux sur les monnaies numériques, en s’inspirant de la technologie sur laquelle repose la cryptomonnaie bitcoin, née en 2008 : la blockchain, ou « chaîne de blocs », qui permet de crypter, répertorier et sécuriser les transactions. Le déclin des paiements en espèce, accéléré par la pandémie de Covid-19, les a convaincues de se tenir sérieusement à la page sur le sujet. Tout comme l’essor du bitcoin et de ses petits frères (Ether, Ripple, Litecoin…), ainsi que la multiplication des projets d’e-monnaies privées, comme celle de Facebook (le Diem, toujours dans les cartons).

A première vue, ces monnaies numériques de banque centrale – dites « MNBC » – ne changeront pas grand-chose au quotidien des particuliers et des entreprises, puisque la majorité des paiements sont déjà dématérialisés. La différence est pourtant fondamentale : l’essentiel des euros que nous détenons aujourd’hui sur nos comptes et livrets d’épargne sont créés par les banques commerciales, par le jeu du crédit. Les MNBC, elles, seraient l’équivalent des billets directement imprimés par les instituts monétaires. En outre, elles pourraient être détenues directement par ces derniers, sans passer par les banques. Et cela changerait beaucoup de choses.

 

Dans les pays émergents où une partie de la population ne dispose pas de compte bancaire, ces MNBC pourraient ainsi favoriser l’inclusion financière, en permettant les paiements et transferts par téléphone portable. Elles pourraient également faciliter les virements transfrontaliers et les rendre moins coûteux. Au profit, notamment, des immigrés envoyant de l’argent à leur famille dans leurs pays d’origine. Plus faciles à tracer que les billets, elles pourraient en outre simplifier la lutte contre la fraude et le blanchiment.

Economie : la reconquête de la souveraineté

 Economie : la reconquête de la souveraineté

 

En réponse à la pandémie de Covid-19, l’économiste Emmanuel Combe explique dans une tribune au « Monde » qu’il existe pour l’Europe une voie étroite pour une politique de souveraineté qui soit à la fois raisonnable et opérationnelle à court terme. L’idée est d’être le meilleur dans quelques technologies de rupture.

Tribune. 

 

A l’occasion de la crise due au Covid-19, qui a révélé notre forte dépendance vis-à-vis du reste du monde – que ce soit en termes de masques hier ou de vaccins aujourd’hui –, le mot « souveraineté » a fait son entrée dans le vocabulaire économique. Disons-le d’emblée : cette notion n’appartient pas au registre usuel de l’économiste. Elle relève plutôt du vocabulaire politique : est souverain celui qui exerce son pouvoir sur un territoire sans aucune contrainte extérieure.

Si l’on transpose cette notion telle quelle à l’économie, on aboutit à une vision que l’on peut qualifier de « souverainisme » : un pays serait économiquement souverain s’il parvient à être indépendant des autres et à produire tout lui-même. Cette vision conduit à préconiser une forme de protectionnisme généralisé ou, dans une acception moins radicale, une fermeture aux importations.

Reposant sur le « mythe du potager », cette approche mène clairement à une impasse : aucun pays ne dispose de toutes les matières premières, de toutes les compétences pour tout faire lui-même.

 

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « L’Europe a besoin d’un budget qui reconnaisse l’importance vitale de la recherche et de l’innovation » 

Qui plus est, une telle stratégie serait inefficace économiquement : elle casserait les chaînes de valeur qui permettent de tirer parti des avantages comparatifs de chaque pays et des économies d’échelle.

Interventionnisme temporaire et ciblé

Enfin, se priver d’importations à bas prix risque de handicaper ses propres exportations, qui incorporent des composants importés.

A l’opposé de cette première vision maximaliste, nous trouvons une vision minimaliste qui assimile la souveraineté à la seule richesse d’un pays : est souverain le pays qui dispose d’un fort pouvoir d’achat, lui permettant d’acheter aux autres tout ce qu’il ne produit pas lui-même. Cette vision conduit à préconiser une politique de croissance fondée sur l’ouverture à l’exportation de biens à forte valeur ajoutée, qui permettront en retour d’acheter des importations à faible valeur ajoutée.

Cette souveraineté n’exclut pas la dépendance aux autres mais se nourrit plutôt d’une forte asymétrie de taille et de richesse entre les pays. Toutefois, face à la Chine et aux Etats-Unis, une telle politique de puissance économique ne se décrète pas en un jour.

Entre ces deux visions polaires, il existe une voie étroite pour une politique de souveraineté qui soit à la fois raisonnable et opérationnelle à court terme. Elle mise sur un interventionnisme temporaire et ciblé sur quelques productions. Elle peut consister tout d’abord à combler notre retard dans certains secteurs pour rééquilibrer le pouvoir de négociation avec les autres pays, en menant une politique industrielle de rattrapage technologique.

Chine: un objectif surtout de plus grande souveraineté

Chine: un objectif surtout de plus grande souveraineté

 

Croissance, technologies, environnement: le 14e Plan quinquennal chinois suscite des déceptions dans les domaines où il était le plus attendu à l’ère post-Covid ( chronique de david Bévérez, investisseur français à Hong Kong dans l’Opinion)

 

 

 

De manière surprenante, la publication pourtant tant attendue du 14e Plan quinquennal chinois a eu droit à peu de fanfares et trompettes. Alors que l’on s’apprêtait à assister à la consécration de la Chine comme grande gagnante de la crise de la Covid, les annonces ont plutôt déçu sur les trois principales attentes des observateurs. Elles confirment en fait que la perspective d’une « Chine Prospère » est bien repoussée à l’après 2035, les quinze prochaines années passant par l’étape intermédiaire, plus douloureuse, de la construction d’une « Chine Moderne ».

D’abord, en matière de croissance, l’annonce pour 2021 d’une progression d’« au moins 6 % » reste en-deça du consensus de +8-9 %. De manière positive, il faut y voir l’influence de la très sérieuse banque centrale chinoise, la PBOC, bien décidée à siffler la fin de l’emballement de l’endettement et à promouvoir la relance principalement par les investissements productifs. En complète opposition au laxisme monétaire occidental, notamment des Etats-Unis.

En ressortent cependant les limites des velléités de rééquilibrer la croissance chinoise par l’accélération de la consommation intérieure, puisqu’on voit bien qu’en Chine, c’est la croissance du PNB qui tirera la reprise de la consommation, et non l’inverse comme en Occident. Ce d’autant plus à court terme, compte tenu du retard pris dans la vaccination de la population.

Ensuite, l’objectif affiché de souveraineté technologique prévoit, certes, une progression de +7 % par an des dépenses de R&D. Mais il manque cruellement de précisions quant aux deux talons d’Achille de la tech chinoise. D’une part, les semi-conducteurs, où les 250 milliards de dollars de gabegie cumulée, illustrée encore récemment par les déboires du projet de 18 milliards de dollars de Wuhan Hongxin Semiconductor Manufacturing, laissent toujours la Chine dépendante du reste du globe. D’autre part, l’industrie des logiciels – notamment les systèmes d’exploitation – où la Chine, avec seulement 3 % des dépenses mondiales, reste non-crédible au plan mondial.

Le gouvernement chinois gagnerait sans doute à observer en France les conséquences néfastes de la politique du «en même temps»

Mais c’est sur le plan environnemental que les déceptions se sont sans doute le plus cristallisées : pas seulement compte tenu de l’absence des mesures concrètes attendues, mais surtout par le rappel des freins internes régionaux à la révolution du mix énergétique promu par le gouvernement central. A l’image de la remise en cause par l’Agence nationale de l’énergie du remboursement des 60 milliards de dollars de subventions restées impayées aux acteurs des énergies renouvelables.

De manière plus structurante, ces contradictions renvoient ouvertement à l’opposition qui fait actuellement rage à Pékin entre deux camps : d’une part, les partisans du renfermement de la Chine sur elle-même, forte de sa maitrise de la Covid, de sa consommation intérieure et de sa volonté d’en découdre avec Taiwan rapidement ; de l’autre, ceux favorables au contraire à la prolongation de l’ouverture vers l’extérieur, soulignant notamment les faiblesses chinoises dans les différents secteurs identifiés dans le récent « Accord global sur les investissements » avec l’Europe : services financiers, santé, logiciels du cloud, intelligence environnementale…

Le gouvernement chinois gagnerait sans doute à observer en France les conséquences néfastes de la politique du « en même temps », pour éviter que la « circulation duale » ne mène en réalité qu’au seul dangereux repli sur soi-même.

David Baverez est investisseur, installé à Hong Kong depuis 2011. Il est l’auteur de Paris-Pékin Express (Editions François Bourin, 2017).

Bitcoin: la souveraineté des Etats en cause

Bitcoin: la souveraineté des Etats en cause

 

 

André Loesekrug-Pietri, président de la Joint European Disruptive Initiative (JEDI), la Darpa européenne, décrypte dans le JDD les enjeux de légitimé et d’autonomie d’action des Etats derrière le bitcoin et les cryptomonnaies.

 

 

 Tribune :  »En achetant pour 1,5 milliard de dollars de bitcoins, Tesla ne rehausse pas seulement le crédit des cryptomonnaies : elle légitime la désintermédiation des transferts financiers et, au-delà, une logique post-nationale qui mine la capacité d’action des États sur les leviers fondamentaux de leur souveraineté.

Elon Musk s’inscrit dans l’histoire longue de l’ »idéologie californienne », fondée sur le solutionnisme technologique, l’aversion pour l’intervention des Etats dans la sphère économique et privée, tout en vivant en grande partie des subsides de l’Etat fédéral – les contrats passés par Tesla avec la Nasa en témoignent.

Pour autant, est-ce à dire que le bitcoin, en lui-même, est un instrument d’abrasion de l’autorité des Etats, censés être les seuls acteurs légitimes pour battre monnaie? La question appelle une réponse nuancée. Dans les faits, nombre d’Etats n’ont pas ce monopole. L’Europe s’est construite, avec le traité de Maastricht, sur la délégation de cette fonction régalienne à la Banque centrale européenne, qui partage cette prérogative avec les banques privées, dès qu’elles concèdent, par exemple, un prêt à une entreprise ou que la BCE leur rachète des bons du Trésor.

La technologie qui sous-tend le bitcoin, la blockchain, lance effectivement un défi à l’autorité politique des Etats

Reste que la technologie qui sous-tend le bitcoin, la blockchain, lance effectivement un défi à l’autorité politique des Etats. Certaines initiatives affichent clairement leur ambition de les dépasser. C’est le cas, par exemple, de Bitnation. Cette start-up, animée par des « hacktivistes » (activistes hackers) libertariens, se présente comme une plateforme de gouvernance collaborative et open source, fondée sur un idéal techniciste d’autorégulation opposé au modèle de l’Etat-nation.

Au total, faut-il interdire le bitcoin, les cryptomonnaies et, finalement, toutes les initiatives fondées sur la technologie blockchain? Non, bien entendu. En revanche, le fait que des acteurs dotés d’une telle force de frappe financière, comme Tesla, prennent une part active dans le développement de ces outils doit attirer l’attention des décideurs publics, à l’heure où les technologies émergentes entament plus que jamais la légitimité et l’autonomie d’action des Etats.

Bitcoin: la souveraineté des Etats en cause

Bitcoin: la souveraineté des Etats en cause

 

 

André Loesekrug-Pietri, président de la Joint European Disruptive Initiative (JEDI), la Darpa européenne, décrypte dans le JDD les enjeux de légitimé et d’autonomie d’action des Etats derrière le bitcoin et les cryptomonnaies.

 

 

 tribune :  »En achetant pour 1,5 milliard de dollars de bitcoins, Tesla ne rehausse pas seulement le crédit des cryptomonnaies : elle légitime la désintermédiation des transferts financiers et, au-delà, une logique post-nationale qui mine la capacité d’action des États sur les leviers fondamentaux de leur souveraineté.

Elon Musk s’inscrit dans l’histoire longue de l’ »idéologie californienne », fondée sur le solutionnisme technologique, l’aversion pour l’intervention des Etats dans la sphère économique et privée, tout en vivant en grande partie des subsides de l’Etat fédéral – les contrats passés par Tesla avec la Nasa en témoignent.

Pour autant, est-ce à dire que le bitcoin, en lui-même, est un instrument d’abrasion de l’autorité des Etats, censés être les seuls acteurs légitimes pour battre monnaie? La question appelle une réponse nuancée. Dans les faits, nombre d’Etats n’ont pas ce monopole. L’Europe s’est construite, avec le traité de Maastricht, sur la délégation de cette fonction régalienne à la Banque centrale européenne, qui partage cette prérogative avec les banques privées, dès qu’elles concèdent, par exemple, un prêt à une entreprise ou que la BCE leur rachète des bons du Trésor.

La technologie qui sous-tend le bitcoin, la blockchain, lance effectivement un défi à l’autorité politique des Etats

Reste que la technologie qui sous-tend le bitcoin, la blockchain, lance effectivement un défi à l’autorité politique des Etats. Certaines initiatives affichent clairement leur ambition de les dépasser. C’est le cas, par exemple, de Bitnation. Cette start-up, animée par des « hacktivistes » (activistes hackers) libertariens, se présente comme une plateforme de gouvernance collaborative et open source, fondée sur un idéal techniciste d’autorégulation opposé au modèle de l’Etat-nation.

Au total, faut-il interdire le bitcoin, les cryptomonnaies et, finalement, toutes les initiatives fondées sur la technologie blockchain? Non, bien entendu. En revanche, le fait que des acteurs dotés d’une telle force de frappe financière, comme Tesla, prennent une part active dans le développement de ces outils doit attirer l’attention des décideurs publics, à l’heure où les technologies émergentes entament plus que jamais la légitimité et l’autonomie d’action des Etats.

La souveraineté des Etats menacés par les GAFA

La souveraineté des Etats menacés par les GAFA 

 

Pascal Boniface, directeur de l’Iris (Institut de relations internationales et stratégiques) explique en quoi la souveraineté des Etats est clairement menacée par les GAFA

Pascal Boniface qui vient de publier une Géopolitique de l’intelligence artificielle (Editions Eyrolles, 2021).

Vous avez toujours été sceptique face aux thèses décrivant l’obsolescence de l’Etat dans les relations internationales. Vous semblez pris d’un doute, face à l’émergence des géants du numérique, estimant qu’ils pourraient être « la menace la plus sérieuse n’ayant jamais existé » pour les Etats. Expliquez-nous.

Je n’ai en effet jamais été sensible aux thèses sur l’obsolescence inéluctable des Etats, thèses selon lesquelles ils seraient condamnés à rejoindre le rouet et la hache de pierre au musée de l’histoire du fait de la globalisation. Certes, les Etats n’ont plus, depuis longtemps d’ailleurs, le monopole de l’action internationale, mais ils restent les acteurs pivots de la scène internationale. On a d’ailleurs bien vu avec la crise de la Covid-19 que les thèses sur la fin des territoires ou des frontières étaient pour le moins battues en brèche. C’est vers l’Etat que chacun s’est retourné pour obtenir une aide, une solution, une perspective. Les Etats sont bousculés par la multiplication de nouveaux acteurs internationaux, mais ils restent solidement au gouvernail du navire planétaire.

Mais en effet, les Gafam – ou plus largement les entreprises digitales – représentent une menace pour la pérennité des Etats plus conséquente que celles auxquelles ils ont été confrontés dans le passé. En termes de population, de puissance économique, de services quotidiens rendus, et même de fonctions régaliennes, ces géants sont en train d’empiéter sur le domaine des Etats. La fortune personnelle du patron d’Amazon, Jeff Bezos, le met au niveau du PIB du Qatar ; Bill Gates, lui, peut se comparer au Koweït et Elon Musk à la Nouvelle-Zélande. Et ils ont bâti leurs empires en un temps record, la quasi-totalité de leurs entreprises ayant été créées au cours du siècle. Rien qu’en 2020, la fortune de Jeff Bezos s’est accrue de 80 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Ethiopie ou d’Oman. C’est faramineux ! Facebook, avec WhatsApp et Instagram, a plus d’usagers que l’Inde et la Chine n’ont de populations réunies. On voit que la Nasa doit recourir aux services de SpaceX et Elon Musk veut coloniser Mars ; Bill Gates s’est substitué aux Etats-Unis de Donald Trump pour financer l’OMS et Mark Zuckerberg a songé à créer sa propre monnaie. Bref, les géants du digital veulent occuper des fonctions régaliennes.

Comment avez-vous réagi à la censure de Donald Trump par Twitter ?

Avec des sentiments mêlés. Le fait de l’empêcher de mentir et d’hystériser le débat public aux Etats-Unis est bien sûr une bonne chose. La protection absolue de la liberté d’expression aux Etats-Unis ne permet pas d’élever les barrières qui existent en France et en Europe sur l’usage abusif des réseaux sociaux permettant la condamnation de propos diffamatoires ou racistes. Cependant, j’ai toujours un problème avec la censure et je crois – peut-être naïvement – que sur le long terme, la contre-argumentation est toujours plus efficace que la censure. A terme, celle-ci vient nourrir le complotisme qu’elle veut combattre. D’ailleurs, la décision de Twitter a permis à Donald Trump de se présenter en victime de la censure et contribue à radicaliser une frange de ses partisans. Il y a d’ailleurs un paradoxe : Twitter est une compagnie privée qui a ses propres règles et qui est sur ce point libre ou non d’accepter quelqu’un, de même que tout média est libre ou non de donner la parole. Aucune télé ou aucun journal en France ou ailleurs n’est tenu d’inviter tout le monde et a le droit de sélectionner ceux à qui elle donne la parole. Twitter a pris une telle importance que l’on a réagi comme s’il s’agissait d’un service public auquel chacun avait droit !

Les Gafam pourraient-ils vraiment « rendre obsolètes » les Etats en fournissant des services indispensables de manière plus efficace que l’Etat, par exemple dans le cadre de la crise sanitaire actuelle ?

Les empires digitaux ont des capacités de réactivité, de mobilisation, de moyens sans commune mesure avec les procédures étatiques qui restent par comparaison plus lourdes. Ceci étant, c’est quand même l’Etat qui doit définir l’intérêt public alors que ces sociétés ont, ne l’oublions pas, comme but premier la recherche du profit. En tant que tel, ce n’est pas répréhensible, mais il faut bien voir qu’une régulation est nécessaire. Les questions de santé publique doivent demeurer définies par les pouvoirs régaliens quitte à ce que les opérateurs privés y jouent un rôle. Il peut y avoir une coopération, mais la décision doit rester au niveau national, il ne faut pas inverser les priorités. Je pense que les Gafam apportent des services essentiels. Ils sont devenus indispensables. Ils doivent cependant rester à notre service, pas nous diriger.

Ces groupes empiètent déjà sur le domaine régalien, dans l’espace, la santé ou la monnaie. Peut-on imaginer qu’un jour, ils investissent dans la sécurité, voire la défense ?

Le scénario extrême, c’est que ces grandes fortunes s’établissent dans des zones hors de la souveraineté des Etats – et les projets existent déjà – en créant des îles artificielles dans le Pacifique ou pourquoi pas en allant sur Mars, et échappent ainsi encore plus qu’elles ne le font à l’impôt. Ces milliardaires pourraient s’offrir une sécurité privée pour échapper à la colère de tous ceux qui, privés d’emploi par les progrès technologiques, et d’assistance par l’appauvrissement des Etats, voudraient exprimer leur ressentiment à leur égard. Par ailleurs, le phénomène de société militaire privée n’est pas nouveau. Et on peut tout à fait imaginer que, forts de leurs technologies, y compris pour ce qui concerne l’intelligence artificielle adaptée au secteur de l’armement, les géants du digital créent des armées privées en proposant de façon commerciale leur service aux Etats.

Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’émergence de géants du numérique en Europe, contrairement aux Etats-Unis et à la Chine ?

Il y a plusieurs raisons à cela. La première c’est qu’aussi bien en Chine qu’aux Etats-Unis, l’Etat et notamment par le biais du complexe militaro-industriel, via la Darpa aux Etats-Unis, a fortement aidé les entreprises numériques à innover en leur fournissant des crédits plantureux et en fermant les yeux, aux Etats-Unis sur l’évasion fiscale, en Chine sur l’enrichissement personnel de leurs patrons. En 2002, les Européens avaient décidé au Sommet de Lisbonne de développer les autoroutes de l’information. On est ensuite passé à autre chose et rien n’a été fait.

Pourtant, le marché intérieur européen est tout à fait comparable et même supérieur, en termes de pouvoir d’achat disponible, au marché chinois ou américain. Nos scientifiques sont excellents, mais ce qui est dramatique, c’est qu’il y a un phénomène massif de brain drain au profit des géants du numérique américains, et désormais chinois, par le biais des filiales qu’ils créent en Europe. Mais l’Europe a longtemps privilégié les consommateurs sur les producteurs et a plutôt empêché la constitution de géants européens au nom de la protection de la libre concurrence. Résultat : ce sont les géants américains qui se sont imposés en Europe.

Fort heureusement, il y a un réveil et la nouvelle Commission semble bien déterminée à faire front contre les Gafam et à organiser le rattrapage du retard en matière d’intelligence artificielle. Pour les données personnelles, on ne rattrapera pas nos concurrents chinois ou américains. L’Europe fait cependant office d’exemple s’agissant de la protection des données des utilisateurs. Pour les données industrielles, la partie reste ouverte.

Vous décrivez des systèmes fiscaux « pris en défaut » par les Gafam avec, dans l’UE, une évasion fiscale annuelle de l’ordre du plan de relance. Que peuvent faire les Européens et le gouvernement français pour y remédier ?

Le problème est que l’Union européenne accepte d’avoir en son sein des paradis fiscaux. Lors de la crise de 2008, il a été irresponsable de ne pas faire dépendre de l’aide accordée à l’Irlande d’une modification de son système fiscal pour qu’il soit plus compatible avec le reste des pays européens. Lorsqu’Apple a été condamné à 13 milliards d’euros d’amendes pour avoir opéré une évasion fiscale à partir de l’Irlande, Dublin s’est battu pour ne pas toucher cette somme. C’est hallucinant. Je pense que la nouvelle Commission se veut plus offensive. Elle veut affirmer son rôle géopolitique, il y a là pour elle un chantier essentiel.

Quelle souveraineté économique ?

Quelle souveraineté économique ?

L’affaire Carrefour-Couche-Tard risque de réveiller les démons du populisme ainsi que ceux du simplisme et du nationalisme économiques, écrivent, dans une tribune au « Monde, les économistes Emmanuel Combe et Sarah Guillou. Mais selon eux, en matière d’économie, la souveraineté ne consiste pas au repli sur soi.

Tribune. L’affaire Carrefour-Couche-Tard illustre les ambiguïtés d’une politique de souveraineté économique dont la doctrine et les contours n’ont jamais été clairement explicités. Ce faisant, elles l’exposent à plusieurs démons.

Le premier d’entre eux, c’est le démon du populisme. La souveraineté économique est actuellement très en vogue dans l’opinion, surtout lorsqu’on agite le spectre d’une hypothétique menace sur notre « sécurité alimentaire ». Elle rassure l’électeur, en mal de certitudes sur la provenance des biens qu’il consomme. Mais elle le conforte également dans l’idée trop simple selon laquelle la mondialisation serait la cause première de tous nos maux, en étant d’abord source de dépendance et de contraintes.

La pandémie de Covid-19 a été à cet égard propice à l’usage politique de cette notion, en ravivant un discours sur notre dépendance envers certains produits « essentiels ». Nombre de Français ont en effet conclu que la pénurie observée de masques ou de respirateurs résultait de l’absence de production sur le territoire national, ce qui est erroné. En réalité, la pénurie vient principalement d’un défaut d’ajustement de l’offre mondiale à la demande ; elle ne résulte pas de la localisation de la production, ni de la distance entre les lieux de consommation et de production, ni encore de ce que le propriétaire de l’entreprise soit français ou non.

Le « mythe du potager »

Le second démon, c’est celui du simplisme économique. Le risque est ici de réhabiliter les vieilles thèses sur les vertus supposées de l’autarcie et du mercantilisme. L’autarcie repose sur le « mythe du potager » selon lequel tout produire chez soi rendrait indépendant. Paradoxalement, non : si vous faites tout vous-même, vous ne pouvez plus compter que sur vous-même, ce qui peut être problématique si le pays connaît un choc. Diversifier ses approvisionnements à l’étranger peut être un choix plus sécurisant.


Par ailleurs, tout faire soi-même est impossible aujourd’hui et entraînerait un coût exorbitant pour le pays. Quant au mercantilisme, qui stigmatise les importations, il repose sur un contresens économique majeur. Importer n’est pas en soi un problème et présente même de multiples avantages : cela permet par exemple de tirer parti des chaînes de valeur mondiales. De même, importer conditionne directement les performances à l’exportation de nos entreprises. Acheter à l’étranger permet enfin d’exercer le privilège de l’acheteur, c’est-à-dire celui de pouvoir choisir ses fournisseurs.

Carrefour soldé à 20 milliards met en cause la souveraineté nationale

Carrefour soldé à 20 milliards met en cause la souveraineté nationale

 

La question de la fusion de Carrefour avec un groupe canadien n’est pas simplement qu’une opération financière, elle met aussi en cause la souveraineté du pays en matière de stratégie alimentaire. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a donc déclaré à Reuters que le gouvernement voulait préserver la sécurité alimentaire et la souveraineté du pays.

«Le rachat de Carrefour par une entreprise étrangère serait une difficulté majeure pour nous tous», a déclaré Le Maire dans une interview à la conférence Reuters Next.

«La sécurité alimentaire est au cœur des défis stratégiques de tous les pays développés», a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Économie de la province canadienne du Québec, où Couche-Tard est basé, a parlé des avantages de la transaction telle qu’elle se présentait sur des bases incertaines.

Avec d’autres détaillants, Carrefour, avec environ un cinquième du marché de l’épicerie en France, a joué un rôle majeur pour assurer un approvisionnement alimentaire régulier lors de la pandémie de COVID-19.

Mais l’offre de 20 euros par action de l’opérateur de supérette Alimentation Couche-Tard pour Carrefour – le plus grand distributeur d’Europe continentale – soulève également d’autres considérations politiques, le groupe étant l’un des plus gros employeurs de France.

Les actions de Carrefour ont chuté de 2,5% jeudi alors que le gouvernement français a souligné son opposition à un accord, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, se disant également contre.

Les actions de Couche-Tard ont reculé de 2,7%, ajoutant à la baisse de 10% de mercredi.

Le pays a depuis resserré les règles des OPA pour protéger les entreprises françaises jugées stratégiques, notamment sous la présidence d’Emmanuel Macron, qui devra faire face à une élection présidentielle en 2022.

Pendant la pandémie, Macron a intensifié ses appels à la protection de la souveraineté française dans des domaines tels que la santé et l’industrie, bien que l’ancien banquier d’investissement ait tenté de trouver un équilibre avec une approche favorable aux entreprises.

Couche-Tard a fait une offre sans engagement mercredi pour le groupe d’épicerie français, en grande partie en espèces.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol