Archive pour le Tag 'souverain'

Un cloud pas très souverain

Un cloud pas très souverain 

 

 

De très fortes critiques des professionnels vis-à-vis du caractère souverain du cloud . Le ministre a en effet annoncé à la filière 1,8 milliard d’euros d’investissements publics et privés, dont 667 millions d’euros de fonds piochés dans les enveloppes du Programme d’Investissement Avenir (PIA 4) et du plan France Relance. « Si le gouvernement fait ces investissements, c’est parce que nous croyons que la bataille du cloud n’est pas perdue« , a-t-il déclaré. Pourtant ce n’est pas ce que pensent des professionnels.

 

Les petits poucets français du logiciel d’entreprise Atolia, Jalios, Jamespot, Netframe, Talkspirit, Twake, Whaller et Wimi, se regroupent dans un collectif pour affirmer qu’il est possible, notamment pour les administrations, de créer un « cloud de confiance » tout en se passant d’acteurs américains, et notamment de la suite bureautique toute-puissante de Microsoft. L’objectif : casser la perception – largement entretenue par le lobbying des Gafam, mais aussi, indirectement, par le gouvernement – que l’écosystème français du cloud n’est pas à la hauteur des enjeux de numérisation de l’économie.

Concurrentes mais solidaires face à Microsoft, leader du marché des solutions bureautiques, ces huit pépites françaises du SaaS (software as a service, Ndlr) proposent des alternatives françaises dans les domaines de la messagerie, du traitement de texte, du tchat, de la visioconférence ou encore du stockage de documents. « Nous sommes en mesure de proposer dès aujourd’hui une alternative crédible à la suite logicielle Microsoft 365, anciennement Office 365 », revendiquent-elles dans un communiqué commun. De quoi contredire Emmanuel Macron, qui estimait lors de la présentation du plan France 2030, la semaine dernière, qu’il « est faux de se dire que nous aurons un cloud totalement souverain dans cinq ans, parce qu’on a pris beaucoup de retard« .

 

Cloud souverain très insuffisant

Cloud souverain très insuffisant

 

De très fortes critiques des professionnels vis-à-vis du caractère souverain du cloud . Le ministre a en effet annoncé à la filière 1,8 milliard d’euros d’investissements publics et privés, dont 667 millions d’euros de fonds piochés dans les enveloppes du Programme d’Investissement Avenir (PIA 4) et du plan France Relance. « Si le gouvernement fait ces investissements, c’est parce que nous croyons que la bataille du cloud n’est pas perdue« , a-t-il déclaré. Pourtant ce n’est pas ce que pense les professionnels.

 

Les petits poucets français du logiciel d’entreprise Atolia, Jalios, Jamespot, Netframe, Talkspirit, Twake, Whaller et Wimi, se regroupent dans un collectif pour affirmer qu’il est possible, notamment pour les administrations, de créer un « cloud de confiance » tout en se passant d’acteurs américains, et notamment de la suite bureautique toute-puissante de Microsoft. L’objectif : casser la perception – largement entretenue par le lobbying des Gafam, mais aussi, indirectement, par le gouvernement – que l’écosystème français du cloud n’est pas à la hauteur des enjeux de numérisation de l’économie.

Concurrentes mais solidaires face à Microsoft, leader du marché des solutions bureautiques, ces huit pépites françaises du SaaS (software as a service, Ndlr) proposent des alternatives françaises dans les domaines de la messagerie, du traitement de texte, du tchat, de la visioconférence ou encore du stockage de documents. « Nous sommes en mesure de proposer dès aujourd’hui une alternative crédible à la suite logicielle Microsoft 365, anciennement Office 365 », revendiquent-elles dans un communiqué commun. De quoi contredire Emmanuel Macron, qui estimait lors de la présentation du plan France 2030, la semaine dernière, qu’il « est faux de se dire que nous aurons un cloud totalement souverain dans cinq ans, parce qu’on a pris beaucoup de retard« .

 

En attendant, 421 millions d’euros financent d’ores et déjà 23 projets de R&D publics et privés sélectionnés par le gouvernement.

Cloud souverain : Ne pas se lier les mains avec les grands de la tech américaine

Cloud souverain : Ne pas se lier les mains avec les grands de la tech américaine

Les petits poucets français du logiciel d’entreprise Atolia, Jalios, Jamespot, Netframe, Talkspirit, Twake, Whaller et Wimi, se regroupent dans un collectif pour affirmer qu’il est possible, notamment pour les administrations, de créer un « cloud de confiance » tout en se passant d’acteurs américains, et notamment de la suite bureautique toute-puissante de Microsoft. L’objectif : casser la perception – largement entretenue par le lobbying des Gafam, mais aussi, indirectement, par le gouvernement – que l’écosystème français du cloud n’est pas à la hauteur des enjeux de numérisation de l’économie. ( dans la Tribune)

Décidément, la pilule du « cloud du confiance » -la stratégie nationale qui ouvre grand la porte aux Gafam américains pour équiper les entreprises stratégiques et administrations françaises en solutions cloud- ne passe pas. Huit acteurs tricolores du logiciel -Atolia, Jalios, Jamespot, Netframe, Talkspirit, Twake, Whaller et Wimi- ont annoncé le 18 octobre la création d’un collectif qui les regroupe en une sorte d’équipe de France des solutions cloud souveraines. Concurrentes mais solidaires face à Microsoft, leader du marché des solutions bureautiques, ces huit pépites du SaaS (software as a service, Ndlr) proposent des alternatives françaises dans les domaines de la messagerie, du traitement de texte, du tchat, de la visioconférence ou encore du stockage de documents. « Nous sommes en mesure de proposer dès aujourd’hui une alternative crédible à la suite logicielle Microsoft 365, anciennement Office 365 », revendiquent-elles dans un communiqué commun. De quoi contredire Emmanuel Macron, qui estimait lors de la présentation du plan France 2030, la semaine dernière, qu’il « est faux de se dire que nous aurons un cloud totalement souverain dans cinq ans, parce qu’on a pris beaucoup de retard« .

Quid du cloud souverain ?

 

Par Arno Pons, délégué général du think-tank Digital New Deal (*) ( dans la Tribune, extrait)

 

Les annonces gouvernementales en début d’année sur le « Cloud souverain » semblaient pourtant frappées du bon sens, et ont été d’ailleurs globalement bien accueillies. À un détail près peut-être, mais pas des moindres : la question des licences aux GAFAM. Beaucoup en effet considèrent que c’était ouvrir la porte en grand aux Big techs dont ils étaient supposés nous protéger. Les fervents défenseurs de notre indépendance technologique, économique et géopolitique, dont notre think-tank Digital New Deal fait partie, sont en droit de s’interroger. Pour y répondre, posons-nous les bonnes questions, et tentons d’y répondre le plus franchement possible :

  • Pouvons-nous attendre d’accélérer sur le Cloud pour construire l’Europe du numérique ? La réponse est clairement NON. Pas de marché unique de la data, et donc d’IA, sans Cloud.
  • Notre objectif est-il de numériser l’Europe via la technologie ou d’européaniser le numérique via nos valeurs ? OUI aux deux. A l’instar du RGPD, l’ambition est de sécuriser notre propre marché mais aussi d’imposer nos standards aux grands ensembles géopolitiques, qu’ils soient publics ou privés.
  • Notre écosystème est-il suffisamment fort pour imaginer être au niveau des hyperscalers ? Nous pouvons répondre un grand OUI. Grâce aux offres ultra compétitives des OVH, Orange, Scaleway, Docaposte, Outscale, et le dynamisme de la FrenchTech, nous pouvons et devons viser la création d’une offre alternative aux Américains et aux Chinois.
  • Notre offre est-elle aujourd’hui au même niveau que les GAFAM pour couvrir les demandes des grands groupes présents à l’international ? La réponse à date est NON. Il ne faut pas se raconter d’histoires, notre dépendance est telle aujourd’hui que se couper d’eux du jour au lendemain serait fatal. On ne se met pas soi-même sous embargo. Un Renault ou un L’Oréal ont encore besoin de ces solutions en Asie, en Amérique, pour couvrir les besoins internationaux et pour respecter la souveraineté de ces pays…

La question est donc : comment pouvons-nous atteindre ce niveau ?
Tout d’abord en structurant une offre à la bonne échelle, c’est-à-dire européenne. GAIA-X est là précisément pour pousser le marché à se structurer en faisant le pari de la coopération.
Ensuite en facilitant le multi-cloud. En utilisant les capacités techniques des acteurs dominants à des fins de transferts de technologie vers des solutions européennes, le multi-cloud est de fait la seule opportunité commerciale concrète pour pénétrer le marché et ensuite y faire sa place. Les licences américaines — à l’instar d’un Microsoft territorialisé pour Bleu — sont donc un choix pragmatique pour accompagner cette nécessaire transition pour nos acteurs et espérer gagner des parts de marché.

C’est une vision assez Gaullienne finalement, selon laquelle l’alliance n’empêche pas l’autonomie. En matière technologique comme en matière militaire, nous devons viser la souveraineté politique tout en s’inscrivant dans une logique de coopération opérationnelle. La France doit porter ce combat pour l’Europe, elle qui défend le principe d’autonomie stratégique depuis des décennies face à ses amis allemands qui jusqu’ici se contentaient très bien de la protection américaine. Mais la décennie précédente a été jalonnée d’événements (Snowden, Cloud Act,…), qui par accumulation, ont jeté la lumière sur un impensé européen, recouvrant une dépendance généralisée non seulement aux géants du numérique, mais aussi au droit des puissances étrangères, fussent-elles alliées.

 

 

_______

(*) Arno Pons, délégué général du think-tank Digital New Deal, co-auteur du livre blanc  »Cloud de confiance, un enjeu d’autonomie stratégique pour l’Europe »

Pourquoi la France veut créer un « cloud souverain »

Pourquoi la France veut créer un « cloud souverain »

. Pour tenter de mieux protéger les données hébergées en France dans, le gouvernement souhaite créer un cloud  souverain mais devra recourir sous licence aux technologies des acteurs de Microsoft, Google et d’autres acteurs américains.

« La donnée est une information sensible, mais aussi un moyen de valoriser son entreprise. Nous devons donc garantir l’accès aux meilleurs services mondiaux », justifie Bruno Le Maire. Or, « les meilleures entreprises sont américaines aujourd’hui », a poursuivi le ministre.

C’est pourquoi les entreprises américaines pourront licencier « toute ou partie » de leurs technologies à des entreprises françaises. « L’objectif est de conjuguer protection et valorisation maximale des données », précise Bruno Le Maire.

« J’entends déjà les cris d’orfraie, affirmant que la souveraineté française ne sera pas respectée », a anticipé le ministre, avant de faire un parallèle avec le développement de l’industrie nucléaire française dans les années 60, sur la base de technologies sous licence américaine. « Cela n’a pas empêché l’indépendance totale du système nucléaire français. Ce que nous avons fait avec le nucléaire dans les année 60 (…) nous le faisons en 2021 sur les données. »

Brexit: le retour à un pays souverain… mais pauvre !

Brexit: le retour à un pays souverain… mais pauvre !

En refusant de se soumettre aux exigences européennes sur certaines questions de législation et de politique, le gouvernement de Boris Johnson a réaffirmé que la démocratie n’a pas de sens sans la souveraineté, estime l’historien britannique Robert Tombs dans une tribune au « Monde ». Un historien qui fait cependant l’impasse sur la dégradation économique, sociale et sanitaire du pays. Certes le Royaume-Uni redevient un pays souverain mais il a les plus grandes chances de devenir aussi un pays plus pauvre.(Tribune dans le Monde)

Tribune.

 

 Depuis le début des relations entre le Royaume-Uni et les Communautés européennes, dans les années 1960, toutes les tensions ont tourné autour de la souveraineté. Ceux qui, à l’époque, étaient favorables à l’adhésion du Royaume-Uni à la Communauté économique européenne (CEE) et ceux qui, aujourd’hui, regrettent son départ de l’Union européenne (UE) rejettent la souveraineté comme une notion dépassée dans un monde d’interconnexion. Les événements des quatre dernières années, et peut-être même plus encore, ceux de ces derniers mois, auraient dû les faire réfléchir à nouveau.

La question de la pêche a eu le mérite de rendre la souveraineté concrète et compréhensible. C’est pourquoi elle est devenue soudainement si cruciale. On peut décider de donner ou de prêter certains droits ou pouvoirs à d’autres. Mais qui prend cette décision ? Qui a le pouvoir de l’exécuter ? Qui peut la changer ? Voilà la souveraineté, aussi fondamentale aujourd’hui que jamais.

Respecter la décision des électeurs

Lorsque les Britanniques ont voté au référendum de 2016 pour quitter l’UE, il n’était pas évident de déterminer si le Royaume-Uni était toujours réellement un pays souverain. Son Parlement et ses lois étaient subordonnés à l’autorité législative et judiciaire de l’UE. Certes, le vote lui-même était un acte de souveraineté. Cependant, la véritable question n’était pas celle de la théorie constitutionnelle, mais celle de la volonté politique : la décision de l’électorat serait-elle effectivement respectée et appliquée ?

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Brexit : « Le Royaume-Uni et l’Union européenne vont devoir trouver un équilibre entre compétition et coopération »

Si le Royaume-Uni avait cédé aux pressions et voté à nouveau pour revenir sur sa décision – comme l’Irlande (en 2001 et 2008) et la Grèce (en 2015) –, il aurait cessé pour un avenir indéfini d’être en réalité un Etat souverain. La souveraineté qui ne peut être exercée est une souveraineté perdue. Selon ce critère, les Etats membres de l’UE, où les votes populaires ont été annulés ou ignorés, ont certainement mis leur souveraineté en doute. Un « Etat membre » est autre chose qu’un Etat souverain. Le président Macron parle souvent d’une « Europe souveraine ». Il a peut-être raison. Le président de la Cour de justice de l’UE, Koen Lenaerts, a écrit il y a trente ans qu’« il n’y a tout simplement pas un noyau de souveraineté que les Etats membres peuvent invoquer, en tant que tel, contre la Communauté ».

Arabie saoudite : un fonds souverain de 1.000 milliards

Arabie saoudite : un  fonds souverain de  1.000 milliards

L’Arabie Saoudite dans la perspective de sa reconversion vise un montant de 1000 milliards en 2025 % font souverains. À comparer à environ 100 milliards que détient le fonds souverain français BPI. L’attractivité des investisseurs directs étrangers de long terme, et en particulier des fonds souverains, représente un enjeu majeur en termes de compétitivité .

Regroupant certains des acteurs les plus importants et les plus dynamiques de l’économie mondiale, les fonds souverains représentent des partenaires incontournables, passés en moins de vingt ans de 1500 à 8000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Bpifrance est le fonds souverain français dédié aux investissements directs et indirects, notamment en partenariat avec les fonds souverains et les grands investisseurs institutionnels internationaux.
En reprenant les activités de CDC International Capital, Bpifrance est devenu signataire d’accords d’investissement direct et indirect avec six partenaires étrangers.

  • Qatar Investment Authority (QIA), le fonds souverain de l’Etat du Qatar
  • Mubadala, 2ème fonds souverain d’Abou Dhabi
  • Russian Direct Investment Fund, le fonds souverain de la fédération de Russie
  • China Investment Corporation, fonds souverain chinois
  • Korea Investment Corporation, fonds souverain de la Républque de Corée
  • Kingdom Holding Company, Holding de participation cotée en Arabie Saoudite

Ces partenariats ont vocation à investir principalement en France, mais la possibilité avec certains partenaires, d’investir à l’étranger (Moyen-Orient, Afrique, Asie, Russie notamment) en accompagnement des entreprises et des projets français.

Le fonds souverain saoudien , le Public Investment Fund (PIF), veut continuer de croître malgré la crise sanitaire et économique mondiale. Ce fonds de 400 milliards de dollars ambitionne de gérer 1.070 milliards de dollars d’ici à fin 2025, et veut donner la priorité au développement économique du royaume dans le cadre du projet Vision 2030 du prince héritier Mohammed ben Salmane. La part des investissements réalisés dans le pays va ainsi remonter de 70 % à 80 % du total de ses capitaux dans les 5 prochaines années. Treize secteurs prioritaires ont été définis : santé, tourisme, télécoms, alimentation, loisir, défense, infrastructures… Le fonds s’engage à investir 40 milliards de dollars localement par an d’ici à 2025 et à créer 1,8 million d’emplois.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol