Archive pour le Tag 'soutien'

Soutien aux villes sous-préfecture : pour quoi faire ?

Soutien aux villes sous-préfecture : pour quoi faire ?

S’il est clair que la métropolisation nourrit la désertification y compris des petites villes, la question se pose s’il faut réanimer les villes sièges de sous-préfecture. Des sous-préfectures qui ne servent à peu près plus à rien sinon qu’à enregistrer les associations et à représenter le préfet dans des manifestations marginales. Ce n’est pas en rajoutant ou en réveillant une étagère administrative et politique qu’on pourra redynamiser l’économie et redéfinir l’aménagement du territoire plus harmonieux. Pourtant Les membres de l’Association « Mouvement pour le développement des villes sous-préfectures » sont pour une dotation globale de fonctionnement de l’État fortement bonifiée !
( dans la Tribune).

Dans nos territoires, des plus ruraux aux proches banlieues des grandes villes, les 235 villes sous-préfectures agissent tels des phares de la République pour des habitants souvent trop éloignés de la représentation de l’État. Ce sont les terminaisons nerveuses de la République : ville sous-préfecture & sous-préfecture (ensemble).

L’organisation de cette représentation dans nos villes n’est pas le fruit du hasard, mais du besoin, identifié dès l’aube du XIXe siècle, de relais efficaces de nos politiques publiques. Les 235 villes sous-préfectures (avec leurs intercommunalités) jouent désormais un rôle de pivot nécessaire à la décentralisation qui n’a fait que se renforcer depuis la fin du XXe siècle. Pour autant ces villes n’ont pas bénéficié d’une prise en compte suffisante des fortes charges supplémentaires qu’elles supportent (routes, écoles/collèges/lycées, sécurité, lieux culturels, complexes sportifs, etc.).

Le Gouvernement, par l’intermédiaire de Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales qui nous a reçu, a entendu nos signaux d’alerte et nos Villes lui en sont reconnaissantes. Nous demandons désormais que l’écoute active se transforme en réponse concrète.

Faire le portrait des villes sous-préfectures, c’est mieux percevoir la France dans ce qu’elle a de plus territoriale, au sens premier du terme : Lesparre-Médoc, Châteaudun, Le Raincy, Neufchâteau, Calvi, Saint-Pierre (Martinique), Nogent-sur-Seine, etc., sont autant de noms de ces villes, parfois moins connus par les Français, mais toujours identifiés par les locaux.

Elles représentent aujourd’hui 235 sous-préfectures et pôles de centralité où tous les maux de notre temps s’expriment crument : baisse du pouvoir d’achat, montée des extrêmes, difficultés d’accès aux services. Elles sont aussi le lieu des qualités que tant d’urbains recherchent depuis la fin de la pandémie : espace, sécurité, temps.

Nous demandons un plan d’action rapide, efficient, concret. Le gouvernement a fait le choix de la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF). Cette décision a créé dans nos 35 000 communes des difficultés importantes d’adaptation.

Cependant, les villes sous-préfectures peinent davantage encore à faire face aux charges dites de centralité(1) qui représentent près de 25% du budget communal (parfois 30 %). Il s’agit de l’entretien des voies, de l’impact des pôles éducatifs, de la police municipale, de la sécurité routière, des transports… de dépenses induites, inévitables du fait de la position de petit, moyen ou grand pôle de centralité.

Notre association se crée aujourd’hui pour rappeler, s’il en est besoin, que nous sommes le cœur battant de la République et le maillon clé de la promotion territoriale.

Ce Mouvement vise à développer cette dimension de centralité, avec ses nombreux atouts et ses coûts. Nous savons que L’État, les partenaires institutionnels, l’Union européenne, les Régions, les Départements, les intercommunalités s’appuient sur notre niveau pour promouvoir le développement territorial (industriel, éducatif, culturel, etc.). Il convient en effet de soutenir et développer les 235 villes Sous-préfectures et les pôles de centralité de France. Sur le plan industriel, plusieurs dizaines d’hectares constructibles dans chaque ville sous-préfecture (et leur intercommunalité) est nécessaire pour (re)développer ces piliers de notre République.

Les pôles de centralité irriguent par définition un ensemble de communes, un bassin de vie plus large, un espace social et politique, qui permet à la République de vivre. Nous en sommes fiers et souhaitons en faire un atout, pour cela nous aurons besoin de l’engagement de tous ces acteurs à nos côtés.

Ainsi, nous proposons à l’État une dotation globale de fonctionnement bonifiée(2) pour les 235 villes sous-préfectures, c’est-à-dire les petits, moyens, grands pôles de centralité. Cette forte bonification est essentielle pour assurer nos missions actuelles et futures. La non-sécession territoriale est à cette condition. La maîtrise de la montée des extrêmes également.

(1) Les charges de centralités sont les dépenses particulières que sont conduites à engager les structures territoriales qui ont pour caractéristiques de contenir des équipements uniques dont les autres structures territoriales, périphériques, dispersées, ne disposent pas. Quand une personne décède dans une ville centre, le plus souvent elle n’habite pas la ville centre mais c’est le service de l’état civil de la ville centre qui enregistre le décès. Ce qui oblige la ville centre à rémunérer du personnel. Il s’agit d’une charge de centralité. Source : Le Courrier des Maires.

(2) Une dotation globale de fonctionnement (DGF) bonifiée doit être mise en œuvre pour les pôles de centralité. À l’instar des petites communes balnéaires qui voient leur population fortement croître par 10, voire 20, pendant seulement deux mois par an ! Les villes Sous-préfectures gèrent cette centralité et ces coûts de centralité cela 365 jours par an.

______

(*) Signataires :

Bernard GUIRAUD, Maire de Lesparre-Médoc (Gironde, 33), Secrétaire de l’Association « Mouvement pour le développement des villes Sous-préfectures »
Patrice BERARD, Adjoint au Maire de Neufchâteau (Vosges, 88), Trésorier adjoint de l’Association « Mouvement pour le développement des villes Sous-préfectures »
François DIETSCH, Maire de Val de Briey, Chef-lieu de l’arrondissement de Val de Briey (Meurthe-et-Moselle, 54)
Jean-Luc DUPONT, Maire de Chinon (Indre-et-Loire, 37)
Jérôme GUILLEM, Maire de Langon (Gironde, 33)
Bernard LIPERINI, Maire de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence, 04)
Pascale LOISELEUR, Maire de Senlis (Oise, 60)
Antoine SCHWOERER, Ancien conseiller ministériel, Secrétaire adjoint de l’Association « Mouvement pour le développement des villes Sous-préfectures »
Jean-Michel GENESTIER, Maire du Raincy (Seine-Saint-Denis, 93)
Guillaume SYLVESTRE, Chercheur et expert en social data intelligence, Trésorier de l’Association « Mouvement pour le développement des villes Sous-préfectures »
Philippe ROLLET, Maire de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie, 73)
Fabien VERDIER, Maire de Châteaudun (Eure-et-Loir, 28), Président de l’Association « Mouvement pour le développement des villes Sous-préfectures »
Catherine PAILLARD, Maire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle, 54)
Chantal Marie MALUS, Maire de Château-Chinon (Nièvre, 58)
Nadine GRELET CERTENAIS, Maire de La Flèche (Sarthe, 72)
Emmanuel RIOTTE, Maire Saint-Amand-Montrond (Cher, 18)
Franck MARLIN, Maire d’Etampes (Essonne, 91), Député honoraire

Gaza : soutien prudent au Hamas du Hezbollah

Gaza : soutien prudent au Hamas du Hezbollah


La dialectique guerrière du Hezbollah a pris à nouveau comme cible Israël et les États-Unis. D’une certaine manière Hezbollah, proche de l’Iran, a fait le minimum syndical en montant d’un ton sa menace de guerre contre les États-Unis mais sans s’engager franchement pour l’instant.

« Vous, les Américains, savez très bien que si une guerre se produisait dans la région, ni votre flotte, ni les combats aériens ne vous seront utiles », a averti Hassan Nasrallah.
« Vous, les Américains, savez très bien que si une guerre se produisait dans la région, ni votre flotte, ni les combats aériens ne vous seront utiles », a averti Hassan Nasrallah.
Des affrontements sporadiques ont lieu actuellement entre le Hezbollah et Israël au sud mais la guerre n’est pas franchement déclarée.

En cause, le fait que le Hezbollah est associé à la gestion du Liban et que le pays est déjà particulièrement affaibli. Une nouvelle guerre serait même capable de détruire complètement le pays.

Du fait de l’incurie des gouvernements, le Liban est déjà dans une situation de très grande fragilité économiquement, socialement et politiquement.

Le risque pour le Hezbollah serait de perdre le conflit avec Israël et de se trouver ensuite écarter du pouvoir. Le chef du Hezbollah a déclaré cependant que « toutes les options » pour riposter plus largement face à l’Etat dirigé par Benjamin Netanyahou. C’est la menace proférée par le chef de cette organisation islamiste Hassan Nasrallah ce vendredi.

« Vous, les Américains, savez très bien que si une guerre se produisait dans la région, ni votre flotte, ni les combats aériens ne vous seront utiles », a-t-il averti.

« Vos intérêts, vos soldats et votre flotte seront les victimes et les plus grands perdants (…) La possibilité que ce front connaisse une escalade additionnelle ou une guerre totale (…) est réaliste, et peut arriver, et l’ennemi doit s’y préparer », a encore dit Hassan Nasrallah.

Le chef du Hezbollah a fixé sa ligne rouge. « Nous disons à l’ennemi qui peut songer à attaquer le Liban ou à mener une opération préventive que ce serait la plus grande bêtise de son existence », a déclaré le chef du Hezbollah qui a donc adopté plutôt une attitude défensive malgré l’emphase du discours.

Ce vendredi, Hassan Nasrallah a donc pointé du doigt Israël qu’il accuse d’avoir « commis des massacres » en reprenant le contrôle des kibboutz (villages agricoles collectivistes) et localités proches de Gaza que le Hamas avait attaquées. Saluant la bataille « héroïque » du Hamas à Gaza, Hassan Nasrallah a affirmé que le mouvement islamiste palestinien, son allié, avait pris seul la décision de déclencher la guerre contre Israël, et n’en avait pas informé le Hezbollah ou l’Iran.

Israël n’est « qu’un instrument » d’exécution, selon le Hezbollah mais le véritable ennemi n’est autre que les Etats-Unis pour la milice libanaise affiliée à l’Iran. Il a fait assumer aux Etats-Unis « l’entière responsabilité » de la guerre à Gaza, affirmant qu’Israël n’était « qu’un instrument » d’exécution. « L’Amérique empêche le cessez-le-feu et l’arrêt de l’agression » à Gaza, a-t-il encore dit, dans son discours télévisé retransmis à des dizaines de milliers de ses partisans dans la banlieue sud de Beyrouth et d’autres régions libanaises.

« Ce front est un front pour soutenir Gaza (..) et il mobilise le tiers de l’armée israélienne », a-t-il affirmé. Le Hezbollah, qui dispose d’un important arsenal, a annoncé avoir perdu 54 combattants depuis dans des affrontements avec l’armée israélienne dans les zones frontalières.

Le chef du Hezbollah a souligné que les alliés de l’Iran s’étaient également mobilisés à travers la région pour soutenir le Hamas, saluant les formations irakiennes et yéménites « entrées dans cette bataille bénie » en revendiquant des tirs sur Israël.

Les palestiniens seraient unanimes dans leur soutien au Hamas !

Les palestiniens seraient unanimes dans leur soutien au Hamas !

Leila Seurat, politiste affirme dans le Monde que : « A Gaza comme en Cisjordanie, les Palestiniens sont unanimes dans leur soutien au Hamas ». Une affirmation un peu rapide et pas très pertinente. Pour preuve d’abord en Cisjordanie, la mobilisation des palestiniens en faveur du Hamas est finalement modeste. Les palestiniens vivants en Israël ont plutôt tendance à condamner la brutalité du Hamas. Même à Gaza, le soutien au Hamas est très discuté eu égard à la corruption du Hamas et son incapacité à gérer la zone.

L’injonction au qualificatif du Hamas comme terroriste est désormais un préalable à toute discussion. Proportionnelle à la déstabilisation que connaît Israël, cette mise à l’agenda politico-médiatique ne permet toutefois pas de saisir la nature protéiforme de cet acteur politique (tout à la fois mouvement social, groupe armé et acteur gouvernemental), ni les raisons de son irrésistible ascension. Depuis 2013, le Hamas est parvenu à produire une réflexion sur l’évolution de la lutte armée et de son rôle en Palestine. Perçu comme l’incarnation même de la résistance qui, pour les Palestiniens, est une composante centrale de leur identité, ce mouvement ne saurait donc être considéré comme un groupe sectaire exogène à sa société.

Ouvrant une période de grandes difficultés diplomatiques et économiques, le coup d’Etat du maréchal Al-Sissi, en Egypte, en juillet 2013, favorise la réévaluation stratégique du mouvement. La priorité pour le Hamas est l’établissement de bonnes relations avec ce pays, qui dispose d’une frontière avec la bande de Gaza. Pourtant à la tête de l’axe anti-Frères musulmans, aux côtés de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis, Le Caire trouve son intérêt à coopérer avec le Hamas pour assurer la sécurité du Sinaï. Ces relations de relatif bon voisinage amènent les autorités égyptiennes à supprimer le Hamas de sa liste des organisations terroristes. Ultime concession à l’Egypte, le Hamas ne fait plus mention de son affiliation aux Frères musulmans dans son « Document de principes et de politique générale » publié en 2017.

L’autre évolution qui caractérise l’après-2013 est la volonté du Hamas de se détacher des institutions officielles palestiniennes. Dès l’accord de réconciliation d’Al-Shati conclu avec son rival du Fatah au printemps 2014, le Hamas avait laissé à ce dernier la responsabilité de former à lui seul le gouvernement. Si l’existence de divisions internes au Hamas avait à l’époque empêché la mise en œuvre de cet accord, l’arrivée au pouvoir de Yahya Sinwar en 2017 ne permet plus l’expression de voix dissidentes. Profondément opposé à l’établissement d’un mini-Etat à Gaza, le nouvel homme fort de l’enclave impose la signature d’une nouvelle réconciliation. Par cet accord signé au Caire à l’automne 2017, le Hamas réitère son souhait de se désengager des structures de l’Autorité palestinienne. La légitimation du mouvement ne peut plus passer par ces institutions largement discréditées.

Un soutien à la politique de lutte contre l’inflation aux États-Unis

Un soutien à la politique de lutte contre l’inflation aux États-Unis


Historiquement, pour casser une spirale inflationniste ancrée dans l’économie comme cela commence à être le cas aujourd’hui aux Etats-Unis, il faut provoquer, a minima, un fort ralentissement de l’économie et, la plupart du temps, une récession. La crise inflationniste des années 1970-1980 s’est ainsi terminée quand l’ancien président de la Réserve fédérale, Paul Volker, a maintenu des taux directeurs élevés pour briser la spirale de hausse des prix, entraînant une récession en 1982. Cette stratégie a été adoptée en suivant les recommandations de l’économiste américain Milton Friedman, ce dernier rappelant que l’inflation est avant tout un phénomène politique.

par François Rimeu est stratégiste senior à La Française AM dans l’Opinion

Une analyse intéressante mais caractérisée par une approche assez classique de la régulation de l’inflation ( et qui se discute) NDLR

Nous sommes aujourd’hui dans une situation similaire. L’inflation sévissant aux Etats-Unis et ailleurs provient avant tout de décisions politiques. Dans son ampleur, la relance budgétaire décidée par le gouvernement américain depuis la crise de la Covid connaît peu d’équivalents dans l’histoire moderne, la période d’après-guerre étant sans doute ce qui s’en rapproche le plus. Ces dernières années, le déficit budgétaire américain a successivement été de -15,2 % en 2020, -10,5 % en 2021, -5,4 % en 2022 et devrait avoisiner les -6 % cette année (selon Bloomberg). C’est colossal !

L’équilibre entre la politique budgétaire et la politique monétaire décidera in fine du devenir de l’inflation : tant que le gouvernement américain continuera de mener une politique budgétaire expansionniste, la FED n’aura d’autre choix que de poursuivre sa politique monétaire restrictive pour éviter une surchauffe de l’économie et donc une poursuite de l’inflation.

Effets de base. L’inflation américaine est à fin septembre de 3,7 % après avoir atteint plus de 9 % en juin 2022, avec beaucoup de disparités entre les différents secteurs d’activité. La baisse des matières premières et les effets de base expliquent la grande majorité de ce mouvement, mais ce n’est pas le seul facteur. La fin du choc d’offre lié à la crise de la Covid a aussi permis à l’inflation sur les biens de fortement ralentir, celle-ci étant aujourd’hui proche de 0 sur les douze derniers mois. Là aussi, la baisse des matières premières énergétiques a aidé à contenir la hausse des prix via les effets de second rang. Il faut d’ailleurs noter que les effets de base vont maintenant jouer de manière positive sur l’inflation, ce qui devrait entraîner une hausse de l’inflation liée à l’énergie et aux biens.

La FED a raison d’essayer de juguler l’inflation via une modération de l’inflation salariale, mais les décisions politiques seront aussi, et sans doute plus, importantes.

Le pan de l’économie qui pose encore des problèmes est celui des services avec des hausses de prix encore élevées, à 5,7% au cours de l’année écoulée. Cela s’explique par la composante « OER » (« owner equivalent rent », l’équivalent loyer des propriétaires) dont les variations suivent avec retard celles constatées sur le marché immobilier. Toutefois, ce n’est pas le seul facteur explicatif. Si le secteur des services demande, en effet, beaucoup moins de transformations de produits que celui des biens et dépend donc moins des variations des prix des matières premières, il est, en revanche, beaucoup plus consommateur d’emplois. L’inflation salariale et l’inflation constatée dans le secteur des services sont donc intrinsèquement liées ; ce qui s’observe historiquement.

Il est donc logique pour la FED de vouloir rééquilibrer la demande et l’offre d’emploi, condition nécessaire au retour à une inflation proche des 2 %. Mais la politique de la FED n’a que peu d’impact sur l’offre d’emploi, qui elle dépend des politiques migratoires, de la démographie et des préférences de chacune des catégories des demandeurs d’emploi. Le seul levier de la FED est donc d’essayer de jouer sur la demande d’emploi, et c’est ce qu’elle tente de faire en poursuivant une politique monétaire de plus en plus restrictive afin de ralentir l’économie.

Modération. La FED a donc raison d’essayer de juguler l’inflation via une modération de l’inflation salariale, mais les décisions politiques seront aussi, et sans doute plus, importantes, que ça soit via des décisions visant à augmenter ou non l’offre d’emploi ou via des politiques budgétaires plus ou moins expansionnistes.

Concernant l’offre, après l’arrêt des flux migratoires durant la Covid, on voit que ceux-ci ont repris de manière assez vigoureuse, ce qui devrait aider à rééquilibrer le marché dans les mois à venir. De la même façon, la hausse du taux de participation constatée depuis quelques mois, en particulier chez la population des 55 ans et plus, pousse également l’offre d’emploi à la hausse. De ce côté, cela devrait donc aider la FED, même s’il reste encore du chemin à parcourir.

En ce qui concerne les politiques budgétaires, il est en revanche difficile d’être optimiste dans la mesure où il est électoralement risqué de mener des politiques restrictives (hausse d’impôts, baisse des aides, etc..), a fortiori dans une année électorale comme 2024. Si l’histoire est un guide, on peut aussi noter que les périodes d’instabilité géopolitique, comme celle que nous vivons actuellement, vont souvent de pair avec des déficits budgétaires importants.

François Rimeu est stratégiste senior à La Française AM.

Guerre en Ukraine : un soutien relatif des Russes

Guerre en Ukraine : un soutien relatif des Russes

Difficile de se faire une idée pertinente de la position des Russes vis-à-vis de la guerre en Ukraine tellement la peur est installée par le régime. Le Kremlin affirme que la quasi-totalité de la population soutient pleinement son action en Ukraine. Une assertion qu’il convient de sérieusement nuancer.

Par Vera Grantseva, Sciences Po
Vera Grantseva


Cet extrait est tiré de « Les Russes veulent-ils la guerre ? », qui vient de paraître aux Éditions du Cerf.

« Les Russes veulent-ils la guerre ? » Depuis le 24 février 2022, le monde entier se pose souvent cette question, tentant de comprendre – au vu de sondages effectués dans un contexte de contrôle et de suspicion qui rend très complexe l’analyse de leurs résultats – si la société russe soutient réellement Vladimir Poutine dans son invasion de l’Ukraine.

Vera Grantseva, politologue russe installée en France depuis 2021, a donné ce titre, emprunté à un célèbre poème d’Evguéni Evtouchenko, à l’ouvrage qu’elle vient de publier aux Éditions du Cerf. Il peut sembler, à première vue, que, aujourd’hui, les Russes n’ont rien contre la guerre qui ravage l’Ukraine. Pourtant, l’analyse fine que propose Vera Grantseva, sur la base de l’examen de nombreuses enquêtes quantitatives et qualitatives et de divers autres éléments (émigration, résistance passive, repli sur des communautés Internet sécurisées) remet en cause cette idée reçue. Nous vous proposons ici un extrait du chapitre « Un soutien de façade au conflit ».

Il est important de comprendre combien l’attitude de la société vis-à-vis des opérations militaires en Ukraine a changé tout au long de la première année du conflit. Au cours de la période allant de mars 2022 à février 2023, plusieurs phases correspondant aux chocs externes et aux problèmes internes accumulés peuvent être identifiées. On en retiendra quatre : (1) le choc, du 24 février 2022 à fin mars 2022 ; (2) la polarisation, d’avril à septembre 2022 ; (3) la mobilisation, de septembre à novembre 2022 ; (4) la normalisation, de décembre 2022 à l’été 2023.

Commençons par le choc qu’a constitué, pour l’ensemble des Russes, la déclaration de guerre du 24 février 2022. La plupart des gens ne pouvaient pas croire que Vladimir Poutine, malgré la montée des tensions au cours des mois précédents, oserait envoyer des troupes dans un pays voisin. Dans les premiers jours, beaucoup ont refusé de croire à la réalité des combats, que des chars avaient traversé la frontière et attaquaient des villes et des villages en Ukraine, qu’il s’agissait d’une véritable guerre. D’ailleurs, Poutine a présenté tout ce qui se passait comme une « opération militaire spéciale », qui devrait être achevée à la vitesse de l’éclair et presque sans effusion de sang. C’est le discours qu’ont tenu les médias russes, dont la plupart sont contrôlés par le gouvernement, sur la base de rapports militaires.

Le choc initial a paralysé la plupart des Russes, mais il a aussi incité certains à s’exprimer ouvertement. Ce sont ces personnes qui ont commencé à descendre dans les rues des grandes villes pour exprimer leur désaccord. Certes, ils étaient une minorité, quelques milliers seulement. Mais compte tenu de la répression à laquelle ils s’exposaient, leur démarche prend une importance tout autre. Ces quelques milliers de citoyens qui se sont rassemblés les premiers jours ont montré que malgré tous les efforts des autorités et de la propagande, il y avait dans le pays des gens capables non seulement de critiquer les autorités, mais d’aller jusqu’à risquer leur vie pour le dire lorsque le pouvoir franchit une ligne rouge.

Assez rapidement, le choc a laissé place à une polarisation renforcée. Fin mars, la législation criminalisant l’opposition à la guerre sous toutes ses formes était venue à bout des voix discordantes dans l’espace public. Les dissidents se sont montrés plus prudents et les discussions politiques se sont déplacées dans les cuisines, comme c’était le cas à l’époque soviétique. Il est rapidement devenu clair que toute position médiane, que toute nuance, que tout compromis était intenable s’agissant d’un sujet comme la guerre en Ukraine.

Nombreuses furent les familles à se déchirer, la fracture générationnelle entre les jeunes et leurs parents ou leurs grands-parents étant la situation la plus fréquente. Pour les uns, la Russie commettait un crime de guerre, pour les autres, la SVO [sigle russe signifiant « Opération militaire russe »] était la condition de son salut. L’option consistant à quitter le pays s’invitant parfois dans les conversations. Une étude de Chronicles a montré que 26 % des personnes interrogées ont cessé de communiquer avec des amis proches et des parents pour des raisons telles que des opinions divergentes sur la politique et la guerre, et la perte de contact avec ceux qui ont quitté le pays ou sont partis pour le front.

Dès lors, deux ordres de réalité se faisaient face, recoupant eux-mêmes un accès différencié à l’information. De nombreux partisans de la guerre ont sciemment choisi des sources d’information unilatérales, principalement gouvernementales, qui leur ont montré une image éloignée de la réalité, mais leur permettaient de maintenir leur propre confort psychologique. Il leur était relativement facile de rester patriotes, de ne pas critiquer les autorités et de ne pas résister à la guerre : après tout, dans leur monde, il n’y avait pas de bombardements de zones résidentielles, il n’y avait pas de tortures ou de violences perpétrées sur les habitants des territoires occupés, aucune ville ni aucun village n’a été rasé et, après tout, aucun crime de guerre n’a été découvert à Bucha et Irpin après le retrait de l’armée russe des faubourgs de Kiev : « Nos soldats n’ont pas pu faire cela, cela ne peut pas être vrai. » Cette barrière psychologique n’a pas été imposée à ces gens ; il faut reconnaître la part du choix personnel leur permettant de vivre comme avant sans avoir à se confronter à la réalité des combats.

À l’inverse, une partie de la population a refusé de fermer les yeux et de se renseigner sur les horreurs du conflit. Ces personnes se trouvent le plus souvent isolées.

[...]

À l’été 2022, l’intensité de la polarisation dans la société russe a commencé à diminuer : l’enthousiasme des partisans du conflit s’estompait tandis que la non – résistance de la majorité de la population se faisait plus pessimiste. Les premiers ont été déçus que la Russie ne remporte pas une victoire rapide sur une nation dont ils niaient la capacité à résister et jusqu’à l’existence même. Quant aux autres, la perspective d’une paix retrouvée et avec elle du retour à la vie normale semble de plus en plus lointaine. De plus, les conséquences économiques de l’aventure militaire se font sentir : l’inflation des biens de consommation courante bat tous les records (atteignant 40 à 50 % pour certains produits), la qualité de vie décline rapidement avec le départ des entreprises occidentales du pays.

[...]

La mobilisation
Le 21 septembre, malgré sa promesse de ne pas utiliser de réservistes civils, le président Poutine a décrété la mobilisation partielle, provoquant un séisme dans le pays. À ce moment-là, les Russes ont enfin compris qu’il serait impossible de se soustraire à la guerre et que tout le monde finirait par y prendre part. C’était le coup d’envoi de la deuxième plus grande vague d’émigration après celle ayant suivi le 24 février 2022. Cette fois, ce sont les jeunes hommes qui sont partis. Beaucoup d’entre eux ont pris une décision à la hâte, ont fait leurs valises et, dès le lendemain, ont gagné la Géorgie, l’Arménie, le Kazakhstan.

La plupart n’avaient pas de plan, pas de scénario préparé, de connexions, de moyens. Cette vague de départs, contrairement à la première, n’a pas touché que la classe moyenne : les représentants des classes les plus pauvres, même des régions reculées, ont également fui la mobilisation forcée. Ainsi, fin septembre, environ 7 000 personnes ont quitté la Russie pour la Mongolie, principalement depuis les régions voisines de Bouriatie et Touva.

À ce moment-là, le reste de la population russe a commencé à recevoir massivement des citations à comparaître : des jeunes hommes ont été mobilisés directement dans le métro, à l’entrée du travail, et même surveillés jusqu’à l’entrée des immeubles résidentiels le soir. Beaucoup d’hommes sont passés à la clandestinité : ils ont arrêté d’utiliser les transports en commun, ont déménagé temporairement pour vivre à une autre adresse et n’ont pas répondu aux appels. Fin septembre 2022, le niveau d’anxiété avait presque doublé par rapport à début mars, passant de 43 à 70 %.

De nombreux experts s’attendaient à ce que la mobilisation marque un tournant en matière de politique intérieure, poussant la société russe à résister activement à la guerre. Il n’en a rien été.

Malgré le choc initial provoqué par le décret de mobilisation, ceux qui ne pouvaient ou ne voulaient pas partir se sont adaptés aux nouvelles réalités, choisissant entre deux stratégies : se cacher ou laisser le hasard agir. Grâce à des lois répressives et à une propagande écrasante, certains Russes, ne ressentant aucun enthousiasme pour la guerre déclenchée par Poutine dans un pays voisin, ont progressivement accepté la mobilisation comme une chose normale. Le gouvernement russe a su jouer sur la peur autant que sur la honte pesant sur celui qui refuse d’être un « défenseur de la patrie » et de se battre « comme nos grands-pères ont combattu » – les parallèles avec la Grande Guerre patriotique de 1941-1945 ont largement été mobilisés. Et nombreux furent les jeunes Russes à se rendre finalement, avec fatalisme, au bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire pour partir au front.

La normalisation
En septembre-octobre 2022, tandis que Kiev multipliait les discours triomphalistes, le soutien à la guerre s’est durci sur fond de recul de l’armée russe dans la région de Kherson et d’augmentation du nombre de victimes militaires. À l’origine de ce nouvel état d’esprit ? La peur.

52 % des personnes interrogées à l’automne pensaient que l’Ukraine envahirait la Russie si les troupes du Kremlin se retiraient aux « frontières de février ». Ainsi se révélaient non seulement la peur de la défaite, mais aussi la peur croissante des représailles pour les crimes de guerre commis. De là un double mouvement : d’une part, la diffusion croissante d’une peur réelle que l’armée russe soit défaite, et de l’autre, une acceptation grandissante au sein de la majorité de la population de la nécessité de la mobilisation, perçue comme une « nouvelle normalité » et reconfigurée sous l’angle de la responsabilité civique et de la solidarité sociale. L’anxiété produite par la perspective de l’enrôlement massif des jeunes hommes s’est finalement estompée fin octobre : l’ampleur de la mobilisation s’est avérée moins importante que prévu.

Ainsi, depuis décembre 2022, la société russe est entrée dans une phase de « normalisation » de la guerre ou, comme le suggèrent les chercheurs du projet Chronicles, d’« immersion dans la guerre ». Pour eux, la dimension la plus frappante des changements de l’hiver et du printemps 2023 a été l’adaptation des attentes du public à la réalité d’une guerre longue. En dépit du risque d’être appelé, la plupart des Russes pouvaient continuer à vivre leur vie normalement malgré la mobilisation partielle. Des études sociologiques ont montré que la proportion de Russes anticipant une guerre prolongée est passée de 34 % en mars 2022 à 50 % en février 2023. Les experts de Chronicles décrivent ainsi une société « immergée » dans la guerre, devenue pour beaucoup le cadre d’une nouvelle existence.

L’historien britannique Nicholas Stargardt distingue quatre phases par lesquelles est passée la société allemande pendant la Seconde Guerre mondiale au cours des quatre années de conflit sur le front de l’Est :

« Nous avons gagné ; nous allons gagner ! ; nous devons gagner ! ; nous ne pouvons pas perdre. »

On peut supposer qu’à partir du printemps 2023, la société russe a atteint le troisième stade : « Nous devons gagner ! » Entre autres différences significatives, quoiqu’immergée dans la guerre, la population russe n’en présente pas moins un potentiel de démobilisation non négligeable – et nombreux sont ceux qui aspirent à une paix rapide. En dépit des efforts de la propagande, le soutien idéologique à la guerre demeure faible et, pour un soldat, les objectifs fixés peinent à justifier l’idée de sacrifier sa vie.

_____
Par Vera Grantseva, Professeur associé de la Haute école des études économiques (Russie). Enseignante en relations internationales à Sciences Po.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Soutien au Hamas de footballeurs: bête, ridicule et indécent

Soutien au Hamas de footballeurs: bête, ridicule et indécent


Dans un pays où l’autorité intellectuelle ne vaut pas mieux que l’autorité des stars de télé réalité, il n’est pas étonnant que quelques footballeurs s’autorisent à donner leur avis sur le problème complexe de la Palestine. De toute évidence, on confond dans des médias une célébrité avec un intellectuel. Et quand tout se vaut rien ne vaut. Quelques footballeurs professionnels s’expriment en effet publiquement pour apporter un soutien au Hamas. Depuis quelque temps, ces sportif s’autorisent à prendre position sur des sujets hautement complexes et politiquement délicats. Le problème, c’est que les footballeurs professionnels en général ne font pas preuve d’une grande compétence sur les sujets sociétaux eu égard à leur niveau de culture générale.

Beaucoup de ces professionnels du foot ont arrêté leurs études en CM2 et encore; et ce n’est pas l’environnement du football qui permet un enrichissement intellectuel. Heureusement certains font exception mais sur la masse, ils sont rares.

Quelques Footballeurs professionnels s’autorisent cependant- comme d’ailleurs dans le showbiz -à se prononcer sur le terrain politique ou sociétal. Le fait d’avoir gagné des millions et des millions ne confèrent pas forcément une compétence particulière comme expert sur les questions sociétales et d’une façon plus globale dans d’autres champs.

Plusieurs footballeurs ont donc pris position ces derniers jours, alors que le conflit entre Israël et le Hamas a fait des centaines de morts.

Un soutien ridicule et surtout indécent quand les multimillionnaires soutiennent la pauvreté internationale en se remplissant les poches avec le capitalisme du football.

Société-Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule et indécent

Société-Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule et indécent


Quelques footballeurs professionnels s’expriment publiquement pour apporter un soutien au Hamas. Depuis quelque temps, ces sportif s’autorisent à prendre position sur des sujets hautement complexes et politiquement délicats. Le problème, c’est que les footballeurs professionnels en général ne font pas preuve d’une grande compétence sur les sujets sociétaux eu égard à leur niveau de culture générale.

Beaucoup de ces professionnels du foot ont arrêté leurs études en CM2 et encore; et ce n’est pas l’environnement du football qui permet un enrichissement intellectuel. Heureusement certains font exception mais sur la masse, ils sont rares.

Quelques Footballeurs professionnels s’autorisent cependant- comme d’ailleurs dans le showbiz -à se prononcer sur le terrain politique ou sociétal. Le fait d’avoir gagné des millions et des millions ne confèrent pas forcément une compétence particulière comme expert sur les questions sociétales et d’une façon plus globale dans d’autres champs.

Plusieurs footballeurs ont donc pris position ces derniers jours, alors que le conflit entre Israël et le Hamas a fait des centaines de morts.

Un soutien ridicule et surtout indécent quand les multimillionnaires soutiennent la pauvreté internationale en se remplissant les poches avec le capitalisme du football.

Société: Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule

Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule et indécent


Quelques footballeurs professionnels s’expriment publiquement pour apporter un soutien au Hamas. Depuis quelque temps, ces sportif s’autorisent à prendre position sur des sujets hautement complexes et politiquement délicats. Le problème, c’est que les footballeurs professionnels en général ne font pas preuve d’une grande compétence sur les sujets sociétaux eu égard à leur niveau de culture générale.

Beaucoup de ces professionnels du foot ont arrêté leurs études en CM2 et encore; et ce n’est pas l’environnement du football qui permet un enrichissement intellectuel. Heureusement certains font exception mais sur la masse, ils sont rares.

Quelques Footballeurs professionnels s’autorisent cependant- comme d’ailleurs dans le showbiz -à se prononcer sur le terrain politique ou sociétal. Le fait d’avoir gagné des millions et des millions ne confèrent pas forcément une compétence particulière comme expert sur les questions sociétales et d’une façon plus globale dans d’autres champs.

Plusieurs footballeurs ont donc pris position ces derniers jours, alors que le conflit entre Israël et le Hamas a fait des centaines de morts.

Un soutien ridicule et surtout indécent quand les multimillionnaires soutiennent la pauvreté internationale en se remplissant les poches avec le capitalisme du football.

Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule

Le Soutien au Hamas des footballeurs est ridicule


Quelques footballeurs professionnels s’expriment publiquement pour apporter un soutien au Hamas. Depuis quelque temps, ces sportif s’autorisent à prendre position sur des sujets hautement complexes et politiquement délicats. Le problème, c’est que les footballeurs professionnels en général ne font pas preuve d’une grande compétence sur les sujets sociétaux eu égard à leur niveau de culture générale.

Beaucoup de ces professionnels du foot ont arrêté leurs études en CM2 et encore; et ce n’est pas l’environnement du football qui permet un enrichissement intellectuel. Heureusement certains font exception mais sur la masse, ils sont rares.

Quelques Footballeurs professionnels s’autorisent cependant- comme d’ailleurs dans le showbiz -à se prononcer sur le terrain politique ou sociétal. Le fait d’avoir gagné des millions et des millions ne confèrent pas forcément une compétence particulière comme expert sur les questions sociétales et d’une façon plus globale dans d’autres champs.

Plusieurs footballeurs ont donc pris position ces derniers jours, alors que le conflit entre Israël et le Hamas a fait des centaines de mort. Et parmi eux en France le bavard Cantona ou encore Benzema.

Horreurs du Hamas: Des manifestations de soutien à Israël en France

Horreurs du Hamas: Des manifestations de soutien à Israël en France

Des manifestations de soutien à Israël ont été organisé dans plusieurs villes notamment à Paris. Selon la préfecture de police de Paris, 16 000 personnes ont répondu à l’appel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), lundi 9 octobre en fin de journée, pour faire part de leur solidarité à Israël, trois jours après l’attaque du Hamas. Le cortège a marché de la place Victor-Hugo en direction du Trocadéro, dans le 16e arrondissement de la capitale.

>> Suivez dans notre direct l’évolution de la situation, trois jours après le début de l’offensive menée par le Hamas en Israël depuis Gaza

De nombreuses personnalités ont défilé dans les rues de la capitale .

Des rassemblements ont aussi eu lieu dans d’autres villes françaises. A Nice, plusieurs centaines de personnes se sont réunies en début d’après-midi devant l’hôtel de ville orné d’un grand drapeau israélien. Rassemblement aussi sur le parvis de la grande synagogue à Bordeaux, à Strasbourg, Nancy, Tours, Lille, Montpellier, ou encore Marseille.

Soutien au rail :100 milliards pour le rail , avec quel argent ?

Soutien au rail :100 milliards pour le rail , avec quel argent ?

C’est la question que pose un papier de l’Opinion. En effet si la réanimation du ferroviaire exige 100 milliards d’euros c’est autant qu’il serait nécessaire de faire pour la révolution écologique, pour la construction des centrales nucléaires, pour la réindustrialisation, pour la défense et d’une façon générale pour la modernisation des services publics. Contradiction supplémentaire, c’est au moment où la première ministre annonce un plan de soutien de 100 milliards pour le ferroviaire que le ministre des transports, lui, est contraint d’envisager la fin du transport de fret à la SNCF !

Les faits – La Première ministre, Élisabeth Borne, a tracé le 24 février les grandes lignes du plan d’avenir pour les transports, tenant compte des recommandations du Conseil d’orientation des infrastructures (COI) pour réussir la transition écologique du rail. Elle a aussi pris en compte les besoins listés par le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou. Dans son « scénario de transition écologique du rail », 100 milliards d’euros doivent être investis dans le développement du train d’ici à 2040. Une promesse vertueuse, mais qui n’est pas encore concrètement incarnée… Et pas encore financée.

Un chiffre choc : 100 milliards d’euros d’investissement dans le ferroviaire, à l’horizon 2040. C’est ce qu’avait mis sur la table Elisabeth Borne en février dernier pour faire du rail la « colonne vertébrale des mobilités ». « Un investissement historique », s’était réjoui le ministre des Transports Clément Beaune. « C’est ce qu’il faut pour accélérer les reports modaux des voyageurs et surtout du fret, afin de rattraper le retard de la décarbonation du transport de marchandises », détaille aujourd’hui son cabinet. De fait, le transport de marchandises est encore routier à plus de 85%. Pour en finir avec les camions, il faut régénérer en urgence un réseau qui, avec 30 ans d’âge moyen et des points de saturation, est à bout de souffle. A la SNCF, on s’estime écouté avec la perspective de 1,5 milliard d’euros d’investissements supplémentaires par an à l’horizon 2027.

Sondage immigration : soutien des Français à la proposition des « Républicains »

Sondage immigration : soutien des Français à la proposition des « Républicains »


Nombre de propositions formulées par le parti des « républicains » reçoivent le soutien d’une grande partie des Français selon le dernier sondage Odoxa Backbone consulting réalisé pour Le Figaro. 70 à 80 % des sondés apportent leur soutien aux principales propositions comme l’obligation pour les demandeurs d’asile de formuler leur requête avant d’être sur le territoire français (79%), des quotas fixés chaque année par le Parlement (74%) ou de la possibilité de soumettre la politique migratoire à référendum (72%).

Les Français veulent également rendre le pays moins attractif socialement (68%), inscrire dans la Constitution le principe d’assimilation (66%) et même déroger aux traités européens (62%). Le soutien se retrouve du côté des sympathisants LR, mais aussi de ceux de la majorité présidentielle, Renaissance. Les personnes interrogées sont à l’inverse très critiques envers l’exécutif – 72% d’entre eux ayant une mauvaise opinion de l’action en la matière, à l’exception des sympathisants macronistes.

Les propositions des LR apparaissent également en cohérence avec le jugement des citoyens, de plus en plus sévères à l’égard de l’immigration. 74% d’entre eux considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France – onze points de plus en cinq ans -, et seuls 55% estiment que le pays doit accueillir les réfugiés qui demandent l’asile parce qu’ils sont persécutés dans leur pays (-10 points). Un constat que l’on retrouve chez les sympathisants du Rassemblement national (97%), ceux des Républicains (91%), de Renaissance (68%) et même des socialistes (52%) et des écologistes (51%). Seuls les sympathisants de La France insoumise demeurent encore minoritaires (44%).

L’opinion diverge en revanche avec l’analyse des Républicains sur un point. Les mesures gouvernementales consacrées à l’intégration des immigrés déjà présents rencontrent un certain succès, à l’instar de la possibilité donnée aux demandeurs d’asile de travailler dès le dépôt de la demande de régularisation (59%) et de la création d’un titre de séjour pour les travailleurs sans-papiers dans les métiers en tension (58%). Cette dernière proposition est depuis plusieurs mois ardemment défendue par le ministre du Travail, Olivier Dussopt, mais aussi présentée comme une «ligne rouge» par le parti d’Éric Ciotti.

«Sur l’immigration, la pensée des Français est finalement ‘complexe’, en quelque sorte un ‘en même temps’ : réduire le nombre d’arrivées mais nous montrer plus inclusifs pour les immigrés déjà sur notre territoire», en conclut Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa.

Soutien au Ferroviaire :100 milliards pour le rail , avec quel argent ?

Soutien au Ferroviaire :100 milliards pour le rail , avec quel argent ?

C’est la question que pose un papier de l’Opinion. En effet si la réanimation du ferroviaire exige 100 milliards d’euros c’est autant qu’il serait nécessaire de faire pour la révolution écologique, pour la construction des centrales nucléaires, pour la réindustrialisation, pour la défense et d’une façon générale pour la modernisation des services publics. Contradiction supplémentaire, c’est au moment où la première ministre annonce un plan de soutien de 100 milliards pour le ferroviaire que le ministre des transports, lui, est contraint d’envisager la fin du transport de fret à la SNCF !

Les faits – La Première ministre, Élisabeth Borne, a tracé le 24 février les grandes lignes du plan d’avenir pour les transports, tenant compte des recommandations du Conseil d’orientation des infrastructures (COI) pour réussir la transition écologique du rail. Elle a aussi pris en compte les besoins listés par le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou. Dans son « scénario de transition écologique du rail », 100 milliards d’euros doivent être investis dans le développement du train d’ici à 2040. Une promesse vertueuse, mais qui n’est pas encore concrètement incarnée… Et pas encore financée.

Un chiffre choc : 100 milliards d’euros d’investissement dans le ferroviaire, à l’horizon 2040. C’est ce qu’avait mis sur la table Elisabeth Borne en février dernier pour faire du rail la « colonne vertébrale des mobilités ». « Un investissement historique », s’était réjoui le ministre des Transports Clément Beaune. « C’est ce qu’il faut pour accélérer les reports modaux des voyageurs et surtout du fret, afin de rattraper le retard de la décarbonation du transport de marchandises », détaille aujourd’hui son cabinet. De fait, le transport de marchandises est encore routier à plus de 85%. Pour en finir avec les camions, il faut régénérer en urgence un réseau qui, avec 30 ans d’âge moyen et des points de saturation, est à bout de souffle. A la SNCF, on s’estime écouté avec la perspective de 1,5 milliard d’euros d’investissements supplémentaires par an à l’horizon 2027.

Politique et Corruption: Macron apporte son soutien au délit de favoritisme d’ Olivier Dussopt !

Politique et Corruption: Macron apporte son soutien au délit de favoritisme d’ Olivier Dussopt !

Il est clair que cette majorité entretient des relations sulfureuses avec les affaires. Dernière affaire en date, celle du ministre du travail en charge de la réforme des retraites accusé surtout de ne pas avoir respecté le code des marchés publics et d’avoir obtenu en échange de l’entreprise choisie des avantages politiques et matériels.

Logiquement, ce ministre aurait dû démissionner mais en pleine bataille des retraites Macron n’hésite pas à lui apporter son soutien. Une posture qui s’explique car Marcon lui-même a été impliqué dans plusieurs affaires vite enterrées par la justice. Lors du Conseil des ministres de ce mercredi, Emmanuel Macron a donc apporté son « soutien entier et total » à son ministre du Travail, d’après les informations du Parisien. Pour rappel, Olivier Dussopt est soupçonné par la justice de « favoritisme » dans une affaire portant sur un marché public.

Et comble d’hypocrisie Macron a déclaré « On a la chance d’avoir un ministre courageux et compétent », alors qu’Olivier Dussopt défend avec ses collègues de l’exécutif le projet de réforme des retraites, dont l’examen a débuté cette semaine à l’Assemblée nationale.

Un article de Mediapart paru le 3 février a révélé que le parquet national financier a retenu contre l’actuel ministre du Travail l’infraction de « favoritisme », dans le cadre d’une enquête sur un contrat de marché public conclu en 2009 avec la Saur, une entreprise de gestion de l’eau. Olivier Dussopt était alors député-maire d’Annonay, en Ardèche. L’information a été confirmée par le ministre du Travail le lendemain de la parution de l’article.

Emmanuel Macron est par ailleurs revenu lors de ce Conseil des ministres sur le timing de la publication de cet article par Mediapart, dont les révélations fragilisent un ministre du Travail et, plus largement, un gouvernement en première ligne pour défendre sa réforme des retraites. « Je ne crois pas au hasard » ( et sans doute pas à l’intégrité NDLR !) , a ainsi lancé le chef de l’Etat, toujours selon les informations du Parisien.

« Soutien Politique » : Édouard Philippe défend la réforme des retraites …..en enfonçant le gouvernement

« Soutien Politique » : Édouard Philippe défend la réforme des retraites …..en enfonçant le gouvernement

On a bien senti qu’Édouard Philippe intervenait un peu contraint et forcé pour davantage appuyer la réforme sur les retraites voulue par le gouvernement. Pour preuve, même s’il a affirmé sa solidarité de principe avec la nécessité de rééquilibrer les comptes, il a surtout noté que la réforme présentée par Élisabeth borne était beaucoup moins ambitieuse que celle qu’il avait proposée. quand il était Premier ministre.

Une manière habile d’affirmer sa solidarité avec le gouvernement et en même temps de l’enfoncer. Mais au-delà des retraites Édouard Philippe peaufine son image pour se préparer à l’échéance 2027. Et c’est pourquoi il ne veut pas se lier totalement les mains avec la politique de Macron dont le bilan sera forcément très critiqué.

Édouard Philippe a été aussi très évasif sur l’attitude des députés de son groupe parlementaire « Horizons ». Interrogé à plusieurs reprises si les parlementaires de ce groupe voteront ou non la réforme présentée, l’ancien Premier ministre s’est réfugié derrière le fait qu’il fallait attendre le texte définitif laissant en réalité ouvert la possibilité d’un refus de certains de ses membres.

«Je ne crois pas qu’il y ait des réfractaires», a tenté de minimiser Édouard Philippe. «Il y a des députés qui posent des questions, et ils ont bien raison.» Le président d’Horizons a défendu le droit de ses troupes à «améliorer» le texte lors d’un débat qu’il espère sans «obstruction» à l’Assemblée nationale – le texte doit arriver lundi en séance publique après avoir été débattu en commission.

Édouard Philippe gêné par ses députés frondeurs

S’il reconnaît une «forte opposition des Français» à la réforme après deux journées de mobilisation, il fixe toutefois une ligne rouge : en essayant de «faire en sorte que la réforme soit mieux acceptée», avec «quelques mesures de justice indispensables», il ne faut pas «perdre de vue l’impératif de l’équilibre du système». Un avertissement lancé au gouvernement, qui pourrait être tenté de faire quelques concessions aux oppositions comme à sa majorité.

Accusé de se montrer trop discret, l’ex-premier ministre a cependant réaffirmé jeudi sur BFMTV son soutien «sans ambiguïté» au projet, en appelant à ne pas «perdre de vue l’impératif de l’équilibre du système». Une sorte de  » même temps » la mode d’Édouard Philippe.

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol