Archive pour le Tag 'sont'

Les nationalisations de l’économie par la « nouvelle union populaire » sont-elles vraiment crédibles ?

Les nationalisations de l’économie par la nouvelle union populaire sont-elles vraiment crédibles ?

 

La Nouvelle union populaire de la gauche qui se construit autour de la France Insoumise – avec EELV, le PC et le PS – préconise un virage économique radical. A 180 degrés. Avec au menu, notamment, d’importantes nationalisations comme les banques, Engie, EDF etc … Si dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon, l’opération semble simple, elle est complexe à mettre en oeuvre. Les interrogations dans un papier de la Tribune

 

 

L’union populaire menée par Jean-Luc Mélenchon prône une importante série de nationalisations. C’est l’un des principaux axes du programme de l’alliance qui se crée actuellement à gauche autour de Jean-Luc Mélenchon : la nationalisation d’une partie de l’économie.

Ainsi, le leader de la France Insoumise, aujourd’hui chef de file de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes), propose-t-il de remettre dans le giron de l’Etat, les banques généralistes, les autoroutes, les aéroports, mais aussi certaines grandes entreprises comme Engie ou EDF – dont certaines ont déjà une part de leur capital gérée par la puissance publique – .

Pour la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale, ces nationalisations sont stratégiques. Il s’agit d’assurer que l’Etat français aura bien la main sur ces actifs essentiels de notre économie, afin qu’ils échappent au profit. Ce serait aussi, selon cette nouvelle formation politique, une garantie pour une meilleure redistribution et une meilleure lutte contre les inégalités.

Une nationalisation revient à une expropriation, à la reprise d’un bien. Il y a des questions juridiques qui se poseront mais une telle opération  implique aussi un dédommagement à verser aux actionnaires. Ainsi, il faut racheter l’actif à un niveau bien supérieur à sa valeur boursière. Pour les banques, – il faut d’abord préciser ce que veut dire « banque généraliste », car la Nupes l’évoque sous ce vocable – mais on imagine sans mal que ce serait les grands établissements comme la Société Générale, ou la BNP.

L’an dernier, ces établissements ont enregistré des profits records – 9 milliards d’euros de bénéfices en 2021, par exemple pour la BNP, ou encore 5,6 milliards pour la Société Générale – .Si l’Etat rachetait ces actifs, il faudrait donc prévoir des dizaines et des dizaines de milliards d’euros.

Reste à voir aussi, jusqu’ à quel niveau l’Etat rentrerait au capital, interroge par exemple l’économiste Christian de Boissieu. Prendra-t-il 100% ou limitera-t-il son contrôle à 51% ? … Et Christian de Boissieu de souligner qu’il « faudrait alors appliquer le pourcentage de contrôle ou bien réactualiser la facture de la nationalisation des banques de 1982-83 en tenant compte de la croissance des établissements bancaires depuis cette date et de l’évolution des prix également depuis cette date… Compliqué ! ».

Il y a des chances que la Nouvelle Union Populaire de la gauche éviterait la nationalisation à 100% comme ce fut le cas en 1981, dans les années Mitterrand.

Pour les sociétés d’autoroutes, on dispose d’estimations chiffrées. Ainsi, cet hiver Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie assurait qu’il faudrait payer entre 45 et 50 milliards d’euros aux concessionnaires si l’Etat reprenait dans son giron les sociétés avant la date de la fin de contrat, dont la plupart courent encore jusqu’à 2030. Et pour cause, il faudrait dédommager les sociétés. Ces opérations ne seraient donc pas neutres économiquement.

Si ces entreprises venaient ou revenaient sous la coupe de l’Etat, il faudrait que l’Agence française des participations de l’Etat, l’APE, rattachée au ministère de l’Economie et des Finances suive leur évolution et leur gestion. L’objectif étant d’optimiser leur rendement, de réaliser les meilleurs investissements, d’accompagner leur développement etc. « Or, comment faire avec si peu de moyens ? Aujourd’hui, l’APE comporte à peine une cinquantaine de personnes… alors que nous devrions pour être de bons gestionnaires en avoir au moins 10 fois plus », confie un fin connaisseur de Bercy. Si le portefeuille de l’Etat se densifiait, il faudrait  donc prévoir un important renforcement d’effectifs.

Enfin, même avec des moyens supplémentaires, l’Etat ferait-il mieux que le privé. Selon certains économistes, comme Jean-Marc Daniel, on peut en douter étant donné les résultats de sociétés comme la SNCF, EDF, ou Renault…

Enfin, quel serait le comportement des investisseurs, des milieux d’affaires ? Le programme des nationalisations proposé par Jean-Luc Mélenchon peut rappeler celui de 1981. Dans le monde économique, cette période reste un traumatisme. De nombreux entrepreneurs voient là le risque d’ une spoliation de leur travail.

Rappelons qu’entre 1997 et 2002, quand il revient au pouvoir, le gouvernement socialiste mené par Lionel Jospin avait alors procédé à une vague importante de privatisations – France télécom, Air France, les banques comme le Crédit lyonnais, les assureurs comme le Gan etc. Au total, Lionel Jospin avait ainsi reinjecté 30 milliards d’euros dans les caisses de l’Etat.

 

Si les hauts fonctionnaires sont nuls pourquoi les embaucher ?

Si les hauts fonctionnaires sont nuls pourquoi les embaucher ?

 

Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre pose la question dans l’Opinion  : «On fait comme si les hauts fonctionnaires étaient nuls. Mais alors, pourquoi continuer à les embaucher? Les rapports de l’Inspection des finances, de l’IGAS, de la Cour des comptes sont-ils voués à rester lettre morte?»

 

Créée en novembre 2021 au Sénat, la Commission d’enquête sur « l’influence des cabinets de conseil sur la conduite des politiques publiques » auditionne ce mercredi les responsables de la SNCF, d’EDF et de La Poste après avoir entendu les dirigeants de plusieurs structures comme McKinsey ou le Boston Consulting Group. Le livre-enquête Les Infiltrés dénonce la montée en puissance des consultants au cœur du pouvoir qui, selon ses auteurs, dépossède l’administration de compétences essentielles.

Les cabinets de conseil, tels McKinsey, Boston Consulting Group ou Bain, sont dans le collimateur depuis la crise sanitaire. Quel a été le montant de leurs interventions ?

Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre : L’enveloppe globale s’élève à 24,6 millions pour les seuls dix-huit premiers mois de la crise, soit 47 contrats signés avec 7 entreprises de consulting. McKinsey a perçu la plus grosse part (10,7 millions). Dès mars 2020, la problématique des masques était au cœur de ces demandes avec l’évaluation des stocks, les questions de logistique, à raison d’un contrat toutes les deux ou trois semaines. Ont suivi des marchés sur les tests, l’approvisionnement en réactifs, puis sur la stratégie vaccinale.

En 2015, la Cour des comptes estimait le coût du recours aux cabinets de conseil à environ 150 millions d’euros par an entre 2011 et 2013. Vous évoquez aujourd’hui une fourchette globale dix à vingt fois supérieure : entre 1,5 et 3 milliards d’euros. Comment êtes-vous arrivés à un tel montant ?

M. A. :La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, reconnaît elle-même que l’Etat ne sait pas combien il dépense. Cela pose un vrai problème. Notre estimation repose sur les données des organisations professionnelles qui évoquent une fourchette entre 730 et 820 millions d’euros pour 2019. Les dépenses suivant une trajectoire ascendante, nous sommes probablement très largement au-dessus

Les économistes sont dans un monde imaginaire

 Les économistes sont dans un monde  imaginaire 

 

L’économiste Gilles Rotillon s’étonne, dans une tribune au « Monde », du procès en surdité adressé par ses collègues aux politiques, qui ne suivraient pas leurs prescriptions théoriques.

Une réflexion rare qui contrarie un certain corporatisme et surtout met le doigt sur un aspect essentiel le décalage entre le monde des experts et les réalités socio- économiques de terrain. NDLR

Tribune. 

 

L’économie est aujourd’hui considérée d’abord comme un réseau de contraintes imposé à toutes les actions humaines, définissant le cadre où elles se déroulent. Le président des Etats-Unis Bill Clinton le résumait d’une formule lapidaire : « C’est l’économie, stupide ! », pour signifier à ses opposants qu’il ne fallait pas prendre ses désirs pour des réalités.

Par une formidable inversion, ce ne seraient donc plus les lois naturelles de la physique, de la chimie ou de la biologie qui borneraient la liberté des humains, mais celles de l’économie, qui, bien que n’étant que des constructions sociales évoluant historiquement, sont pour ainsi dire « naturalisées ».

La reconnaissance de ce rôle essentiel que joueraient les « lois de l’économie » conduit logiquement à se tourner vers les économistes qui ont fait profession de les étudier et de les comprendre. De fait, il existe dans tous les grands pays développés des « conseils économiques » censés aider les politiques à définir des politiques publiques « réalistes », c’est-à-dire prenant en compte ces fameuses « lois ».

Pourtant, certains économistes regrettent de ne pas être écoutés par les politiques et cherchent à comprendre les raisons d’une telle surdité. Parmi celles qui sont couramment avancées, on trouve la manière de raisonner des uns et des autres. A la rigueur formelle, basée sur l’abstraction et les données statistiques des économistes, s’opposerait le discours politique qui joue avec les faits (manière euphémisée de parler de mensonge), pour emporter l’adhésion d’une clientèle électorale.

Une autre explication, plus fondamentale et souvent répétée, serait l’adoption d’horizons de réflexion différents. Le long terme pour les économistes, qui est le temps logique pour l’aboutissement des ajustements de marchés après un choc politique initial, et le court terme politique des échéances électorales, qui empêche de prendre en compte les défis majeurs de l’avenir identifiés par les économistes (comme ils avaient si bien su le faire avant la crise de 2008…).

Une dernière explication serait le déficit de culture économique, dont par définition ne souffrent pas les économistes, ou encore la déréglementation du marché de l’information, qui met sur le même plan les idées qui relèvent du consensus scientifique et les élucubrations farfelues.

Pour bien faire comprendre à quel point la culture économique est nécessaire, on prend souvent l’exemple du chômage. Ceux qui n’ont jamais fait d’économie auraient une vision statique du monde qui leur ferait croire que l’emploi est un gâteau de taille fixe, ce qui justifierait la réduction du temps de travail pour réduire le chômage. A l’opposé, les économistes sûrs de leur savoir expliquent que nous sommes dans un système dynamique, les innovations engendrant de la croissance et donc de nouveaux emplois.

 

Les algorithmes sont neutres ? ( Aurélie Jean)

Les algorithmes sont neutres ? ( Aurélie Jean)

 

 

D‘une certaine manière, la scientifique Aurélie Jean considère que les algorithmes sont n à l’image de ceux qui les construisent. Un peu la même problématique que l’énergie atomique qui peut être utilisée à des fins de paix ou de guerre. La question ne serait pas celle de l’existence des technologies mais de leurs conditions d’utilisation. Cette appréciation n’évacue pas cependant les questions de transparence démocratique et de régulation si nécessaire. Sans parler des problèmes d’éthique qui peuvent se poser pour certaines technologies. NDLR

En France, Aurélie Jean s’est imposée comme la meilleure des vulgarisatrices de la science algorithmique. De livres à succès en interventions remarquées, cette experte de la morphologie mathématique ne cesse de ferrailler contre les idées reçues sur les algorithmes, trop souvent assimilés aux seules dérives des réseaux sociaux comme Facebook. Dans son dernier ouvrage, la scientifique rappelle qu’ils ne sont responsables de rien, n’étant pas une personnalité juridique. Ne redoutez donc pas une société qui serait contrôlée par des intelligences artificielles. Mais intéressez-vous aux concepteurs des programmes. Pour poursuivre son entreprise de démystification, l’Opinion a soumis au commentaire de la scientifique des assertions sur les algorithmes.

Les algorithmes sont des coupables idéaux…

Le procès contre un algorithme est impossible, même si j’ai souvent l’impression de jouer leur avocate [rires…] ! Les algorithmesn’ont aucune personnalité juridique, qu’elle soit physique ou morale. Derrière chaque algorithme en fonctionnement, il y a des hommes et des femmes qui ont pensé, développé, testé, vendu et utilisé cet algorithme. Des décisions bien humaines ont été prises tout au long du processus, sur la formulation du problème à résoudre, l’algorithme lui-même, des hypothèses, les données sur lesquelles le calibrer ou l’entraîner, ou encore des scénarios d’utilisation.

Ces décisions peuvent potentiellement être biaisées ou faussées, et mener à des discriminations technologiques – quand une catégorie de la population est écartée du fonctionnement de l’algorithme – ou à des erreurs. Un exemple de discrimination technologique tristement connu sont les premiers algorithmes de reconnaissance faciale qui ne reconnaissaient pas les personnes de couleur. Le jeu de données sur lequel l’algorithme avait été entraîné, était constitué majoritairement – voire uniquement – d’individus à peaux claires. L’algorithme était alors dans l’impossibilité de reconnaître la présence d’un visage à peau noire.

Les salaires sont insuffisants pour vivre (Aurélien Purière)

Les salaires sont insuffisants pour vivre  (Aurélien Purière)

 

Alors qu’une revalorisation du smic reconnaîtrait le travailleur comme « producteur de valeur économique », la prime d’activité ou la récente indemnité inflation ont en commun d’envisager les travailleurs seulement comme des êtres de besoins, estime l’ancien sous-directeur à la Sécurité sociale Aurélien Purière, dans une tribune au « Monde ».

 

Une analyse sociale pertinente mais qui fait l’impasse sur la compétitivité.  NDLR

 

Tribune.

 

 Marx l’avait noté dans Le Capital : « A la fin du XVIIIe siècle et pendant les vingt premières années du XIXe, les fermiers et les landlords [propriétaires terriens] anglais rivalisèrent d’efforts pour faire descendre le salaire à son minimum absolu. A cet effet, on payait moins que le minimum sous forme de salaire et on compensait le déficit par l’assistance paroissiale » (Livre I, les Editions sociales, 2016 [1867], p. 583-584). De nos jours, le gouvernement imagine régulièrement de nouveaux dispositifs pour compenser les salaires trop bas : hier la « prime d’activité », aujourd’hui l’« indemnité inflation ». De ce fait, il entretient cette situation de salaires aux montants insuffisants pour vivre. L’importance de ces efforts pour éviter toute augmentation significative des salaires est à lire au regard d’un débat vieux de vingt ans.

En 2001, une discussion a lieu au sein du gouvernement de Lionel Jospin entre les partisans d’une hausse du salaire minimum et les partisans d’une prime destinée aux bas salaires. Le premier ministre tranche en faveur de la prime. La « prime pour l’emploi » est alors versée en une fois aux travailleurs qui perçoivent entre 0,3 et 1,4 fois le smic, sous la forme d’une réduction d’impôt ou d’une allocation annuelle en cas de non-imposition. Dans les années qui suivent, son montant fait l’objet de plusieurs augmentations, l’une des plus importantes étant celle de Dominique de Villepin qui la présente en 2006 comme une mesure-phare en faveur du pouvoir d’achat. Elle deviendra ensuite une prime mensuelle et sera nommée prime d’activité.

La question du pouvoir du travail

En décembre 2018, le mouvement des « gilets jaunes » est à son pic et Emmanuel Macron annonce l’augmentation du montant maximal de la prime d’activité de 100 euros. La prime est effectivement augmentée, et le public bénéficiaire élargi. La prime d’activité complète aujourd’hui les revenus des travailleurs percevant un salaire compris entre 0,5 et 1,5 smic, dans le cas simple d’une personne seule sans enfants. Au niveau du smic, de l’ordre de 1 240 euros net, la prime est de 230 euros. Le plafond à ne pas dépasser et le montant versé varient en fonction de la composition familiale et des ressources du foyer.

En octobre 2021, dans un autre contexte économique mais pour répondre aux mêmes difficultés des travailleurs, le gouvernement annonce la création d’une « indemnité inflation » de 100 euros. Elle sera versée en une fois, en fin d’année ou au début de l’année prochaine selon le statut du bénéficiaire. Aucune demande ne sera nécessaire. Pour les salariés, l’indemnité sera versée par les employeurs, une somme que l’Etat compensera.

Dépenses budgétaires : Macron lâche tout alors que les caisses sont vides

Dépenses budgétaires : Macron lâche tout alors que les caisses sont vides

 

La campagne électorale du chéquier par Macron est de plus en plus critiquée par l’opposition. Ainsi la vice-présidente des Républicains, députée du Doubs et vice-présidente de l’Assemblée nationale, estime que le chef de l’État poursuit la politique du «quoi qu’il en coûte» à des fins électorales.

 » - Nous allons observer sérieusement les lignes et voir comment celles-ci sont financées. Ce sera un travail d’opposition et de propositions, mais nous dénoncerons avec force tout ce qui apparaîtra comme une instrumentalisation des finances à des fins électorales.

 

Dépenser n’est pas réformer. Par exemple, augmenter les dépenses de santé n’est pas réformer le système de santé. Emmanuel Macron et sa majorité placent cette rentrée parlementaire sous le signe d’une monumentale hypocrisie! Il promet des lois, des plans, des mesures… dont une large part ne verra jamais le jour. Et il le sait, car soit le temps parlementaire »

Économie :«Où sont les demandeurs d’emploi ?» (David Butet)

Économie :«Où sont les demandeurs d’emploi ?» (David Butet)

 

Paradoxalement, les pénuries de main-d’œuvre interviennent alors que la situation du chômage s’est dégradée. La France a enregistré une hausse de 8 % du nombre de demandeurs d’emploi l’an dernier, soit 270 000 chômeurs de plus. (Par David Butet, président du Medef Côte d’Or, président du CDVA Conseils Group); dans l’OPINION  (Extrait)

 

La crise de la Covid 19 que nous venons de traverser ne ressemble décidément à aucune autre : le couvercle du confinement à peine levé, les économies repartent, et il n’est déjà plus question que de pénuries. Celle des matières premières, comme le manque de semi-conducteurs qui stoppent la production notamment de voitures un peu partout dans le monde, ou celles des matériaux, comme le bois ou l’acier, qui font flamber le prix des constructions de bâtiments et décaler presque tous les chantiers.

Mais une autre pénurie est déjà sur toutes les lèvres : le manque de main-d’œuvre. La restauration cherche désespérément 100 000 serveurs, commis et/ou chefs de rang. Des tensions sont à noter dans l’artisanat, chez les couvreurs, les menuisiers, les charpentiers, les tuyauteurs. Le bâtiment souffre d’un manque de bras également. Sans même parler de l’industrie qui souffrait déjà de la pénurie avant la crise, ou les aides à domicile qui se font rares.

Paradoxalement, ces pénuries interviennent alors que la situation du chômage s’est dégradée. La France a enregistré une hausse de 8 % du nombre de demandeurs d’emploi l’an dernier, soit 270 000 chômeurs de plus.

Alors, je pose la question : où sont les demandeurs d’emploi ?

Si la pénurie de main-d’œuvre est présente à peu près partout dans les pays de l’OCDE, notamment en raison du redémarrage rapide et puissant post-confinements provoquant un décalage entre la demande et l’offre, il y a quelques spécificités françaises :

– Nous sommes le pays de l’OCDE où les habitants déménagent le moins pour trouver un emploi ;

– De très nombreux salariés ont décidé pendant les confinements de changer de métier et/ou de rythme, voire de lieu, de vie ;

– La France est le seul pays de l’OCDE où le chômage structurel se situe entre 7 et 8 % : c’est un handicap majeur pour notre croissance potentielle !

 En France, au 1er semestre 2021, le taux d’emploi a été de 66 % contre 76 % en Allemagne. Cet indicateur est en réalité bien plus important que celui du taux de chômage : en terme simple, cela veut dire que l’Allemagne a 10 points en plus de sa population en âge de travailler qui travaille, donc qui crée de la richesse et qui paye des impôts

Mais des solutions existent, et nous devons, le plus vite possible, en collectif (Etat, collectivités territoriales, syndicats patronaux, Chambres consulaires…) agir. Je propose les quelques pistes suivantes : d’abord, il faut revoir la formation initiale en dirigeant nos jeunes vers les filières en tension. En complément, il faut accompagner les reconversions pour ceux qui sont dans la vie active, là aussi en les dirigeant vers les filières et métiers en tension.

Ensuite, il faut renforcer les dispositifs incitant à reprendre un emploi, en réformant notamment dès que possible l’assurance chômage. Par ailleurs, de nombreuses branches professionnelles sont prêtes à revoir leurs grilles de salaire, sous réserve évidemment que l’ensemble de la filière participe à la prise en charge de ces hausses. Enfin, les entreprises et entrepreneurs, au sortir de la crise, travaillent quotidiennement à leur raison d’être, cette « quête de sens » demandée par l’ensemble des parties prenantes dans les organisations : c’est un levier indispensable aux réflexions et actions pour générer des « marques employeurs » fortes et attractives.

C’est un travail de longue haleine qui nécessite des moyens financiers considérables et une détermination sans faille. Mais après la crise que nous avons vécue, nous devons collectivement faire ces efforts. Dans notre pays, qui cumule chômage de masse (3,8 millions de chômeurs) et pénuries de main-d’œuvre, il est impératif de ne pas baisser les bras et d’oser tout tenter pour gagner cette bataille de l’emploi.

 Mais cela passera forcément par une redéfinition collective de la valeur du travail. En effet, nous devons nous projeter dans une société qui réintègre le travail comme une valeur, qui répond à des droits mais aussi à des devoirs, et il me semble urgent que cela soit réintroduit dans les écoles et les formations, afin de faire coïncider au mieux les attentes des chômeurs pour qu’ils soient réellement des demandeurs d’emploi et non des professionnels du sans-emploi. J’en profite pour ajouter qu’il devient essentiel que la culture économique soit assurée dès l’école primaire.

Retrouvons collectivement notre bon sens. C’est notre quotidien à nous, entrepreneurs, de nous adapter à toutes les situations. Mais c’est à l’ensemble des collaborateurs de raisonner avec et pour leurs entreprises. Nous avons la chance de vivre dans un des pays où la qualité de vie est presque la meilleure au monde, où notre système social est l’un des plus avancé et protecteur de la planète. Soyons en fiers et faisons-le progresser pour que chacun puisse vivre convenablement mais sur la base que tout travail, j’ajouterai bien fait, mérite salaire mais qu’à l’inverse sans travail pas de rémunération.

David Butet est président du Medef Côte d’Or, président de CDVA Conseils Group.

À Bruxelles 20 % des lobbys sont américains

À Bruxelles 20 % des lobbys sont américains

D’après une étude, à Bruxelles il y a environ 600 entreprises de lobbying et 20 % sont américaines. Au total elles auraient dépensé de l’ordre de 100 millions sur un an. L’objectif évidemment est de s’immiscer dans les procédures de décision et d’influencer les décideurs européens.

 

Google domine ainsi le classement des dépenses de lobbying avec 5,75 millions d’euros investis, suivi par Facebook (5,5 millions), Microsoft (5,25 millions), Apple (3,5 millions), selon l’étude menée par l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO) publiée mardi 31 août. L’autre fait notable est cette année la cinquième place du Chinois Huawei, avec 3 millions d’euros dépensés.

En 6e position se trouve Amazon avec 2,75 millions d’euros, suivi par IBM, Intel, Qualcomm et Vodafone Belgium (ayant dépensé 1,8 million d’euros chacun). Au total, 20% des entreprises pratiquants le lobbying à Bruxelles sont basées aux Etats-Unis, selon cette étude qui précise que les firmes se regroupent parfois sous le statut d’autres entités, telles des associations, pour porter leurs intérêts auprès des décideurs.

Tous les Afghans sont menacés

Tous les Afghans sont menacés

 

Le statut « prima facie », qui permet aux réfugiés de bénéficier d’une protection internationale avant un examen individuel, doit être accordé de manière collective sans attente pour tous les Afghans menacés de mort, expliquent les chercheurs Nassim Majidi et Hervé Nicolle dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune. 

 

Avec le départ des forces américaines va s’amplifier la traque, porte à porte, pour tous ceux qui figurent sur les listes des talibans. Ces listes se créent depuis des semaines. Elles incluent toutes celles et ceux qu’animait le désir du dialogue, après quarante ans de guerre. Ils y ont cru et ils y croiront toujours.

Et pour l’avoir exprimé haut et fort, en tant qu’artistes par leur musique, en tant que professeurs et chercheurs par leurs travaux, en tant que journalistes, étudiants, représentantes de la société civile, citoyens se rendant aux urnes, ces femmes et ces hommes sont aujourd’hui des cibles listées. Déjà, de nouvelles listes élargissent le spectre à l’ethnie, au genre, à l’identité confessionnelle.

Symétriquement, des listes ont été créées à l’aéroport de Kaboul. Plus de 10 000 Afghans entourent l’aéroport, pour certains munis d’une lettre de recommandation, d’un laissez-passer, prêts à tout pour intégrer les listes et les sous-listes des ambassades, des agences des Nations unies, des ONG, des médias, des compagnies privées, qui leur permettront peut-être, encore pendant quelques jours, de passer les deux cordons de sécurité talibans.

Chaque pays a sa liste et sa contre-liste, et les transactions s’enchaînent. Chacun a « ses » afghans. Mais que deviennent « les » Afghans, qui ont des droits en tant que groupe objectivement menacé par le nouveau régime en place ? Que devient le droit au cœur du chaos ?

Présents depuis quatorze ans en Afghanistan en tant que chercheurs, nous pouvons témoigner du fait qu’une très large majorité d’Afghanes et Afghans – en particulier parmi les nouvelles générations – croient en l’égalité entre hommes et femmes, en la liberté d’expression, aux acquis de la démocratisation, au dialogue entre ethnies rivales, et ne veulent pas des talibans au pouvoir.

Les vingt dernières années ont laissé entrevoir une possibilité de vie autre à une nouvelle génération de jeunes Afghanes et Afghans : 70 % de la population a aujourd’hui moins de 30 ans, pour un âge médian de 18 ans. Filles et fils d’un peuple qui s’est construit dans la mobilité et le déplacement forcé, en raison de guerres importées et de conflits nationaux, régionaux, tous les Afghans sont aujourd’hui virtuellement condamnés à l’immobilité et à la réclusion.

Après l’accord fiscal , d’autres accords sont nécessaires au plan mondial dans de nombreux domaines

 Après l’accord fiscal , d’autres accords sont nécessaires au plan mondial  dans de nombreux domaines

 

 

L’accord de juillet réformant la fiscalité internationale sur les entreprises doit ouvrir la voie à d’autres actions multilatérales sur l’accès aux vaccins, le climat, la sécurité des données ou les normes technologiques, soulignent, dans une tribune au « Monde », Josep Borrell, vice-président de la Commission européenne, et Paolo Gentiloni, commissaire européen à l’économie.(Extrait)

 

Tribune. 

 

Au cours des dernières années, le multilatéralisme a été placé sur la défensive. Dans un contexte mondial devenu plus multipolaire que multilatéral, la concurrence entre Etats semble l’emporter désormais sur la coopération. L’accord mondial, conclu récemment pour réformer la fiscalité internationale sur les entreprises, montre cependant que le multilatéralisme n’est pas mort.

On ne peut toutefois pas dire non plus qu’il se porte bien. Si la mondialisation s’est poursuivie pendant la pandémie de Covid-19, bien que de manière plus inégale qu’auparavant et malgré un sentiment d’isolement accru au sein des populations, les interdépendances sont devenues plus conflictuelles que jamais. Même le « soft power », la « puissance douce », est utilisé désormais comme une arme : les vaccins, les données et les normes technologiques deviennent à leur tour des instruments de concurrence politique.

Démocratie menacée

Le monde devient également moins libre. La démocratie elle-même est menacée, dans le contexte d’une bataille de communication pour déterminer quels systèmes politiques et économiques sont les mieux à même de produire des résultats pour leurs citoyens.

L’Union européenne (UE) continue, pour sa part, de croire en un monde prévisible fondé sur un multilatéralisme basé sur des règles, sur des marchés ouverts, sur des échanges à somme positive et sur la justice sociale et la solidarité, et elle continuera d’œuvrer à sa mise en place.


Nous demeurons convaincus que seule une coopération mondiale permettra de relever les principaux défis auxquels nous sommes confrontés actuellement, qu’il s’agisse de combattre les pandémies ou de lutter contre le changement climatique. L’UE continuera par conséquent de jouer un rôle moteur pour relancer le multilatéralisme afin de montrer à nos citoyens les avantages concrets d’un concept qui peut sembler aride et technocratique.

En effet, l’alternative à une telle action multilatérale, à savoir faire cavalier seul, aurait pour effet un accès réduit aux vaccins, une action climatique insuffisante, des crises sécuritaires qui s’aggravent, une régulation inadéquate de la mondialisation ainsi qu’un accroissement des inégalités à l’échelle mondiale. Aucun pays, même le plus grand, ne peut réussir seul. C’est pour toutes ces raisons que l’Italie, à juste titre, a placé le multilatéralisme au premier rang des priorités du programme de sa présidence actuelle du G20.

 

Cependant, l’UE ne peut pas se contenter de faire valoir ses antécédents en matière de multilatéralisme. L’Europe doit démontrer qu’une action multilatérale peut produire des résultats pour tous si chaque pays s’investit dans cette action. C’est précisément ce que permet le nouvel accord fiscal mondial.

SONDAGE: 59% des Français sont prêts à payer des produits locaux plus cher pour relancer l’économie

SONDAGE: 59% des Français sont prêts à payer des produits locaux plus cher pour relancer l’économie

Dans une enquête diffusée par le JDD ,  les Français sont prêts, à 59%, à payer plus cher les produits locaux.. Selon le sondage Ifop*, 35% accepteraient de voir la facture s’alourdir jusqu’à 5% pour des produits français, mais seuls 4% paieraient entre 10% et 20% plus cher. Signe de la prise de conscience écologique, les plus jeunes affichent un net penchant pour le local, davantage encore que pour le national : 24% des moins de 35 ans accepteraient de payer entre 5 et 10% plus cher pour un produit fabriqué près de chez eux, et 9% paieraient même entre 10% et 20% plus cher.

 

Plus on est aisé et plus on est diplômé, et plus on est enclin à mettre la main au ­portefeuille pour des produits locaux. En revanche, parce qu’il a aussi un coût et que les sympathisants du Rassemblement national sont plus souvent issus des classes populaires, ce sont paradoxalement les moins enclins à soutenir concrètement le patriotisme économique : 51% sont prêts à payer plus cher pour du made in France, contre 69% des sympathisants LFI, 71% des EELV, 76% des LR et 78 % des LREM. En faite il n’y a pas de paradoxe car il y a forcément une élasticité différente entre préoccupations budgétaires des ménages et préoccupations environnementales.

 

Avec la sortie de crise annoncée, les Français se montrent optimistes. En tout cas pour eux-mêmes : 70% voient en rose leur avenir personnel et celui de leur entreprise. Mais nettement moins pour la France : 69% sont pessimistes concernant la situation ­économique. Pour autant, ils font majoritairement confiance à ­l’exécutif pour soutenir les entreprises en difficulté. Une approbation qui ne se dément guère sur ce terrain depuis mars 2020, même si elle fléchit de trois points depuis la mi-mai, à 51%. Signe, peut-être, que les ménages s’inquiètent de la fin du « quoi qu’il en coûte ».

 

* Sondage Ifop pour le JDD, réalisé les 3 et 4 juin 2021 auprès d’un échantillon représentatif de 1.015 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas). Les interviews ont eu lieu par questionnaire autoadministré en ligne.

Les droits de douane sont responsables de l’inflation ?

Les droits de douane sont responsables de l’inflation ?

Un article deYuka Hayashi et Josh Zumbrun dans leWall Street Journal qui considère que les droits de douane pèsent de façon défavorable sur l’inflation. Certains économistes affirment au contraire que supprimer les taxes douanières sur le métal et le bois de charpente ne changera pas grand-chose aux prix pour les consommateurs

Economistes et législateurs débattent pour savoir si les dépenses de relance et les politiques monétaires accommodantes alimentent l’inflation. Mais pour de nombreuses entreprises, la liste des coupables ne s’arrête pas là : les droits de douane ont eux aussi leur part de responsabilité.

L’administration Trump a imposé des tarifs douaniers sur des produits comme le bois de charpente, l’acier et les semi-conducteurs afin de protéger les entreprises américaines d’un excès de produits importés de Chine ou d’ailleurs.

Ces droits de douane ont longtemps été vus d’un mauvais œil par les entreprises américaines qui importent ces produits et paient ces taxes. Celles-ci font de nouveau pression sur l’administration Biden pour qu’ils soient levés, en avançant qu’ils accentuent l’augmentation des prix et aggravent la pénurie de produits qui accompagnent la reprise post-pandémie.

« Mon principal fournisseur d’acier m’a infligé 15 augmentations de prix depuis septembre » déplore Scott Buehrer, président de B. Walter & Co., fabricant de produits métalliques de Wabash, dans l’Indiana. « Qu’est-ce qui justifie ces tarifs douaniers alors que les prix de l’acier sont au plus haut ? »

Certains économistes affirment que ces droits de douane n’ont eu que très peu d’effets sur les prix et que leur retrait ne va pas beaucoup contribuer à alléger la tension inflationniste.

L’entreprise de M. Buehrer fait partie des plus de 300 fabricants qui ont écrit à M. Biden le 6 mai pour lui demander la suppression immédiate des droits de douane de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium. L’administration Biden a répondu que la politique douanière était en cours d’étude mais qu’une levée immédiate des droits de douane n’était pas au programme.

Les industriels se plaignent que ces taxes rendent leurs entreprises moins compétitives à une époque où les acheteurs américains, confrontés à une demande intérieure bouillonnante, paient certains produits en acier 40 % plus cher que leurs homologues européens.

M. Buehrer explique qu’il a réduit ses effectifs de 10 % pour réduire ses coûts car les prix de l’acier laminé ont quasiment triplé depuis l’automne dernier. Pourtant, de leur côté les syndicats et le secteur de l’acier exhortent M. Biden à laisser les tarifs douaniers en place, indiquant dans une lettre adressée le 19 mai dernier que cette politique avait permis au secteur « de faire repartir des usines à l’arrêt, de réembaucher des ouvriers au chômage et d’investir dans l’avenir. »

« Les droits de douane sont en place depuis 2018 et il n’y a pas eu de pression inflationniste depuis » avance Roy Houseman, directeur législatif du syndicat United Steelworkers. « Les Etats-Unis ont injecté des billions de dollars dans l’économie pour la relancer. Ça, par contre, ça va forcément exercer une pression inflationniste. »

Les industriels se plaignent que ces taxes rendent leurs entreprises moins compétitives à une époque où les acheteurs américains, confrontés à une demande intérieure bouillonnante, paient certains produits en acier 40 % plus cher que leurs homologues européens

Autre secteur aux prises avec la flambée des prix : la construction de logements.

En mai, les contrats à terme sur les bois de charpente ont dépassé 1 600 $ par mille pieds-planche — ce qui est plus de quatre fois le prix normal pour cette période de l’année. Selon la National Association of Home Builders (NAHB), l’augmentation du prix du bois a ajouté 36 000 $ au coût d’une maison individuelle moyenne.

« Il n’y a aucune logique économique à taxer des biens alors que l’offre nationale n’est pas suffisante » s’agace Robert Dietz, économiste en chef de NAHB. « Les appareils pour la maison, les lave-linge, littéralement la matière première qui sert à construire une maison —les vis et les clous — sont soumis à certains droits de douane sur le métal. »

Les constructeurs immobiliers et les législateurs ont demandé à M. Biden d’éliminer les droits de douane imposés en 2017 sur le bois de sciage résineux du Canada, pomme de discorde entre les producteurs de bois de charpente américains et canadiens depuis plusieurs dizaines d’années.

Au lieu de supprimer les frais de douane, le 21 mai dernier le département du Commerce a annoncé une décision préliminaire de doubler cette taxe en la hissant à 18 %, en se basant sur la conclusion que le bois canadien était fortement subventionné. Les droits de douane resteront au niveau actuel de 9 % jusqu’à ce qu’une décision finale puisse être prise d’ici novembre sur la proposition d’augmentation, a affirmé un représentant du département du Commerce.

Afin d’alléger les tarifs douaniers de l’époque Trump sur un plus vaste éventail d’importations chinoises, en avril, un groupe bipartisan de 40 sénateurs américains a demandé à l’administration Biden de relancer une procédure visant à exempter les importateurs de taxes sur plus de 2 000 produits allant des oreillers aux équipements automobiles. Cette procédure d’exemption, introduite par l’administration Trump, a expiré en décembre et n’a pas été renouvelée.

Lorsque les droits de douane ont été mis en place par l’administration Trump, certains économistes ont averti qu’ils pourraient aiguillonner l’inflation. Il semble qu’ils soient d’accord pour dire que finalement, l’impact a été contenu.

« Comme les tarifs douaniers n’ont pas eu un gros impact sur les prix de vente au départ, je ne crois pas que leur retrait conduira à une pression conséquente à la baisse non plus » explique Andrew Hunter, économiste pour le cabinet de conseil en de recherches économiques Capital Economics.

L’impact modéré s’explique en partie parce que les droits de douane n’affectent que les importations, qui ne constituent généralement qu’une fraction relativement réduite du marché intérieur. Pour l’acier, les importations représentent à peu près un tiers de la demande totale aux Etats-Unis. Et la part des importations taxées est encore plus réduite étant donné que les plus gros exportateurs vers les Etats-Unis — le Canada, le Brésil et le Mexique — en sont exemptés.

Lorsque les droits de douane ont été mis en place par l’administration Trump, certains économistes ont averti qu’ils pourraient aiguillonner l’inflation. Il semble qu’ils soient d’accord pour dire que finalement, l’impact a été contenu

Les prix des biens importés soumis aux droits de douane ont en effet augmenté au départ. Mais de nombreux importateurs ont absorbé une grande partie de cette augmentation plutôt que de la répercuter totalement sur les consommateurs. Parallèlement, les prix de nombreux produits qui n’étaient pas soumis à ces taxes douanières ont baissé, ce qui a contribué à garder le taux d’inflation globale à un niveau plutôt bas.

Pour David Weinstein, économiste à Columbia University, les droits de douane peuvent en réalité faire baisser les prix à long terme.

M. Weinstein et ses collègues ont étudié les variations des attentes inflationnistes des marchés financiers en se basant sur les rendements des marchés obligataires au moment de l’annonce de 11 nouveaux tarifs douaniers par les Etats-Unis et la Chine entre 2018 et 2019.

A leur grande surprise, ils affirment avoir découvert que ces initiatives faisaient baisser les anticipations inflationnistes et que le marché s’attendait à ce que les prix soient environ 1 point de pourcentage inférieur à cinq ans, et 1,3 point plus bas à 10 ans. Les cours des actions ont également baissé.

« Ce que les marchés prédisent, et que nos données suggèrent, c’est que la guerre commerciale aura un impact négatif sur la productivité » dit-il, en faisant référence au coup porté par les tarifs douaniers au fonctionnement des entreprises. « Quand vous freinez la productivité, vous pouvez vous attendre à des impacts conséquents par la suite sur le succès de votre économie, et sur les prix aussi. »

Le Bureau du représentant au commerce des Etats-Unis, qui se livre actuellement à une étude des politiques américaines en matière de taxes douanières, est en train d’analyser l’éventuel impact d’un allègement des tarifs douaniers, entre autres facteurs, sur la pénurie de bois de charpente et d’autres produits, a expliqué Cecilia Rouse, présidente du Conseil économique de la Maison Blanche lors d’un briefing organisé le 18 mai.

Elle a cependant ajouté que la politique commerciale « dépassait largement » le cadre des fluctuations du marché sur le court terme et qu’elle devait s’inscrire dans le contexte plus vaste de la politique globale de Washington.

Traduit à partir de la version originale en anglais par Bérengère Viennot

Covid: les données épidémiologiques sont erronées

Covid: les données épidémiologiques sont erronées

 

«Le variant croît désormais à peine plus vite que la souche historique», explique dans le Figaro Philippe Lemoine. doctorant en philosophie des sciences.

Philippe Lemoine est doctorant à l’université Cornell (États-Unis) et chargé de recherche au Center for the Study of Partisanship and Ideology.

Cela fait désormais plus de quatre mois que l’ensemble de la population française est soumise à un couvre-feu, ce qui après le confinement du printemps 2020 constitue la restriction des libertés individuelles la plus importante en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais cette mesure n’a pourtant jamais fait l’objet d’un véritable débat.

Une étude de l’Inserm parue il y a quelques jours, et dont les résultats avaient préalablement été présentés lors d’une conférence de presse du gouvernement, a conclu que l’avancement du couvre-feu à 18 heures en janvier avait permis de retarder l’augmentation du nombre de cas résultant de l’expansion de B.1.1.7, le variant anglais de SARS-CoV-2, à la seconde moitié de mars. Cette étude est brandie par les partisans du couvre-feu comme la preuve de son efficacité, mais elle ne démontre pourtant rien du tout, car la conclusion était déjà contenue dans les hypothèses du modèle.

Pour comprendre ce point, il convient d’expliquer rapidement comment cette étude a conclu à l’efficacité du couvre-feu. Le modèle suppose d’abord que B.1.1.7 est 59 % plus transmissible que la souche historique. Cette estimation vient d’une étude de l’Institut Pasteur qui a estimé la surtransmissibilité de ce variant à partir de sa progression d’après les deux enquêtes flash réalisées par Santé publique France en janvier.

 Le problème est que cette estimation est extrêmement sensible aux hypothèses faites sur divers paramètres épidémiques, notamment sur le temps de génération (c’est-à-dire le temps qui s’écoule entre le moment où quelqu’un est infecté et le moment où il infecte quelqu’un d’autre), sur lesquels il existe une grande incertitude qui n’a pas été correctement prise en compte par cette étude. On obtiendrait donc une surtransmissibilité très différente en faisant des hypothèses différentes mais tout aussi voire plus plausibles.

 

Mais ce qui est plus problématique encore, c’est que les données de Santé publique France montrent très clairement que, depuis le début de l’année (quand les données utilisées pour conclure à une surtransmissibilité de 59 % ont été collectées), l’avantage de transmissibilité de B.1.1.7 s’est complètement effondré et, d’après les données les plus récentes, le variant croît désormais à peine plus vite que la souche historique.

L’hypothèse qui est faite dans l’étude de l’Inserm sur l’impact du couvre-feu est donc complètement fausse pour l’essentiel de la période couverte par l’étude. Or, si cette étude a conclu que le couvre-feu avait eu un effet très important, c’est précisément parce que le modèle partait du principe que B.1.1.7 a un avantage de transmissibilité constant de 59 %, alors qu’en réalité cet avantage s’est effondré et il est désormais à peine supérieur à 10 %.

En effet, la méthodologie de l’étude consiste en gros à dire au modèle qu’un variant 59 % plus transmissible que la souche historique avait été introduit dans la population, que seuls l’avancement du couvre-feu à 18 heures en janvier et les vacances scolaires en février avaient eu un effet sur la transmission, puis à lui demander d’estimer cet effet sous ces hypothèses.

Comme l’hypothèse selon laquelle B.1.1.7 plus transmissible implique que, à moins que quelque chose ne réduise la transmission pour compenser l’effet de l’expansion du variant, le nombre de reproduction (aussi connu sous le nom de R) et donc le nombre de cas va exploser et que ce n’est pas arrivé, le modèle va mécaniquement attribuer un effet très important au couvre-feu et aux vacances scolaires pour coller aux données.

Mais ça ne prouve rien du tout puisque le modèle est ainsi fait qu’il ne pouvait attribuer cet effet à rien d’autre qu’au couvre-feu et aux vacances scolaires et que, dès lors qu’on fait l’hypothèse que B.1.1.7 est 59 % plus transmissible, il était inévitable que sa conclusion soit que le couvre-feu et les vacances scolaires ont eu un effet très important sur la transmission.

Les chercheurs de l’Inserm qui ont publié cette étude nous présentent comme un résultat empirique quelque chose qui n’est en réalité rien d’autre qu’une pétition de principe, puisque compte tenu de la trajectoire de l’épidémie leur conclusion n’est que la conséquence logique de l’hypothèse qu’ils ont faite sur la surtransmissibilité de B.1.1.7. Encore une fois, ce postulat repose sur des données de janvier et il est clairement infirmé par les données les plus récentes.

Mais plutôt que de reconnaître que cette hypothèse ne tient plus debout et revoir leur modèle, ils prétendent que l’augmentation du nombre de cas en mars leur a donné raison, alors qu’ils savent pertinemment que, si leur modèle était correct, l’incidence aurait augmenté beaucoup plus fortement. En effet, leur modèle prédisait qu’il y aurait plus de 20.000 nouvelles hospitalisations en semaine 13, alors qu’en réalité il y en a eu moins de 14.000. En semaine 14, le modèle prédisait près de 30.000 nouvelles hospitalisations, il y en a eu environ 14.000, comme la semaine précédente.

Bien sûr, les auteurs de cette étude pourront toujours dire que, si leurs prédictions ne se sont pas réalisées, c’est grâce aux mesures entrées en vigueur d’abord à Paris et dans 15 autres départements le 20 mars, puis au confinement étendu à l’ensemble du pays en avril. Ils pourront même «démontrer» cela de la même façon qu’ils ont «démontré» l’efficacité du couvre-feu : il suffira de dire à un modèle que B.1.1.7 est extrêmement transmissible et de supposer que seules ces mesures ont pu avoir un effet sur la transmission.

Ainsi, ils pourront continuer à entretenir la fiction que leurs modèles décrivaient correctement ce qui se serait passé si le gouvernement n’avait rien fait, mais que fort heureusement celui-ci avait écouté leurs conseils et pris des mesures qui nous ont permis d’éviter un désastre.

C’est la vision héroïque du rôle des épidémiologistes dans la gestion de la pandémie. En réalité, leurs modèles reposent sur des hypothèses fausses et leurs conclusions ne sont que des conséquences logiques de ces hypothèses, qui aboutissent à une surestimation systématique de la croissance de l’épidémie qui met le gouvernement sous pression pour prendre des mesures qui ont un coût économique et humain gigantesque, alors que rien ne démontre leur efficacité et certainement pas ce genre d’études semi-tautologiques.

Avec ce genre de travaux, les épidémiologistes donnent une fausse caution scientifique à des mesures auxquelles ils sont favorables pour des raisons qui n’ont rien de scientifique mais tiennent à leurs convictions personnelles. Elles seraient parfaitement légitimes s’ils n’essayaient pas de les faire passer pour des résultats scientifiques et d’influencer la politique du gouvernement. Rappelons-le: ils n’ont aucune légitimité démocratique.

Où sont les 750 milliards d’euros de relance de l’Europe ?

Où sont les 750 milliards d’euros de relance de l’Europe ?

 

Alors que les États-Unis ont déjà déversé concrètement des milliers et des milliers de milliers de dollars (environ 2000 milliard de soutiens économiques et sociaux et encore autant pour le développement des équipements.), l’union économique ,elle, est encore embourbée dans les procédures administratives et politiques pour son plan de 750 milliards qui n’a encore évidemment aucun effet concret et aucune réalité.

 

Pour être opérationnel le plan européen doit être approuvé par chacun des Etats , or  nombre d’états mettent de la mauvaise volonté pour approuver les orientations européennes dans semaine.
Parmi les pays retardataires pour la ratification, on trouve l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, les Pays Bas, la Lituanie, l’Estonie, la Finlande, la Roumanie et l’Irlande. Parmi eux, certains renâclent toujours pour des raisons de fond, comme le premier ministre hongrois Viktor Orban qui n’est pas d’accord avec la Commission sur l’utilisation des 16 milliards qui lui seront versés.

Par comparaison aux États-Unis on a injecté 2 000 milliards de dollars dans l’économie américaine (dont 274 milliards consacrés à la seule lutte contre le covid et 377 milliards en subventions et aides directes aux entreprises). Ce plan extraordinaire fut complété dès juillet par un plan de 1100 milliards de dollars, dont 111 milliards entièrement consacrés à la recherche, aux traitements, aux tests et aux médicaments

Par ailleurs les États-Unis ont lancé un nôtre plan pour l’emploi et les infrastructures américaines de 2290 milliards de dollars qui doit s’étaler sur huit ans. Un quart de cet argent ira aux transports (véhicules électriques, routes, ponts…), un autre au logement, aux écoles, aux connexions internet, le reste sera dévolu à la santé, aux personnages âgées, à la recherche, à l’industrie, et à la transition énergétique. Cela, alors que les Etats-Unis ont confirmé cette semaine leur retour dans le concert de l’Accord de Paris sur le Climat et relevé à 50% d’ici à 2030 leurs engagements de réduction des émissions de C02.

Une des conséquences sera une reprise rapide aux États-Unis qui va annuler le creux créé par la situation sanitaire alors  que dans l’union européenne il faudra attendre sans doute 2023. L’OCDE prévoit ainsi une croissance du PIB des Etats-Unis de 6,5% cette année, contre une précédente prévision de 3,2% en décembre.

Pour la zone euro, la croissance économique est attendue à 3,9% en 2021 (contre une précédente prévision de 3,6%) puis à 3,8% en 2022 (+3,3% précédemment), cependant la troisième vague unitaire en Europe pourrait compromettre cet objectif de 3,9 % d’augmentation du PIB en 2021.

 

Une plus grande transparences pour savoir qui sont les actionnaires des entreprises

Une plus grande transparences pour savoir qui sont les actionnaires des entreprises

 

Un papier du Wall Street Journal traite de la question de transparence pour savoir qui sont les actionnaires d’une entreprise

Fin mars, quand les actions ViacomCBS et Discovery ont dévissé et qu’Archegos Capital Management, family office de Bill Hwang, s’est effondré, bon nombre d’investisseurs et de banques ont été pris de court. Mais il s’avère que d’autres entreprises se demandent aussi pourquoi leurs titres ont soudainement été pris de spasmes.

Les dirigeants de LendingClub et de fuboTV ne savent toujours pas si les variations brutales des titres de leurs entreprises proviennent d’un désinvestissement massif lié à Archegos ou d’un événement sans aucun lien avec le sort du fonds d’investissement, ont rapporté des sources proches du dossier.

S’ils se posent la question, c’est parce que le fonds leur avait dit qu’il était un actionnaire important de la société de prêts en ligne et du service de streaming, ont précisé les sources. Mais, en l’absence de déclarations de franchissement de seuil (que remplissent généralement les fonds quand ils prennent une participation significative), impossible de savoir si ce sentiment est justifié.

S’il peut sembler étrange qu’une société ne soit pas capable de savoir pourquoi son action baisse brutalement, l’effondrement d’Archegos montre qu’il est parfois difficile, pour les entreprises, de savoir qui compose leur capital et pour quelle raison ces actionnaires sont là.

Entreprises et groupes de défense sont nombreux à demander aux régulateurs de revoir les règles d’information financière, notamment celles qui s’appliquent aux family offices comme Archegos et à l’utilisation de produits dérivés, qui permettent aux investisseurs de parier sur les cours des actions plutôt que sur les actions elles-mêmes.

« Les Etats-Unis, qui excellaient dans la rapidité de l’information, sont désormais à la traîne au niveau mondial », déplore Leo Strine Jr., ancien président de la Cour suprême du Delaware désormais avocat chez Wachtell, Lipton, Rosen & Katz.

« Pire encore, ils n’arrivent pas à gérer la question des dérivés et des autres instruments qui portent préjudice aux entreprises ciblées, poursuit-il. Notre réglementation date du milieu des années 1970, il est plus que temps qu’elle soit adaptée à l’économie du XXIe siècle. »

« Il n’y a pas de raison que de grands investisseurs, dont les décisions peuvent avoir un impact significatif sur le reste des actionnaires et les entreprises, ne soient pas soumis à la même surveillance que les autres simplement parce qu’ils ont choisi une structure juridique différente »

De fait, les family offices sont très peu réglementés. Adoptée après la crise financière, la loi Dodd-Frank cherche à renforcer la solidité des marchés financiers, mais comporte une exception pour les family offices, dispensés de certaines obligations de transparence applicables aux autres sociétés d’investissement gérant plus de 100 millions de dollars.

Le droit boursier obligeait Archegos à communiquer des éléments sur les actions en sa possession, mais la société semble avoir réussi à le contourner en achetant des total return swaps, des dérivés qui permettent aux banques de réaliser un investissement pour le compte d’un client en échange d’une commission. Grâce à ces dispositifs, personne ne savait si Bill Hwang avait des parts dans telle ou telle entreprise : il est donc impossible de savoir à quelle hauteur il en était actionnaire. Archegos n’a pas souhaité commenter.

Dans un courrier à la SEC, le gendarme de la bourse américaine, l’Americans for Financial Reform demande un durcissement des règles applicables aux sociétés de type Archegos ; le lobby y souligne qu’il existe plus de 10 000 family offices qui gèrent au total près de 6 000 milliards d’actifs.

« Il n’y a pas de raison que de grands investisseurs, dont les décisions peuvent avoir un impact significatif sur le reste des actionnaires et les entreprises, ne soient pas soumis à la même surveillance que les autres simplement parce qu’ils ont choisi une structure juridique différente », déplore le groupe.

L’évolution des actions résulte de très nombreux facteurs liés au marché et à leurs secteurs respectifs ; durcir les règles relatives à l’information financière ne rendrait pas ces éléments plus faciles à comprendre.

D’après des informations publiques, plusieurs banques avec lesquelles Bill Hwang a travaillé (dont Credit Suisse, Nomura, Morgan Stanley et Goldman Sachs) étaient actionnaires majoritaires d’un certain nombre d’entreprises. Mais impossible de savoir si ces établissements ont réalisé cet investissement pour un seul client, plusieurs clients ou pour eux-mêmes.

Archegos possédait une participation importante dans ViacomCBS et quand l’action s’est mise à baisser, les banques ont dû liquider sa position. Ce sont, en réalité, plus de 30 milliards de dollars de positions qu’Archegos avait prises sur ViacomCBS, Discovery et d’autres entreprises qui ont été fermées, provoquant un effondrement des cours et menant le family office à la chute.

L’action LendingClub, elle, a chuté de 11 % le 26 mars, essuyant sa plus forte baisse en une seule séance depuis mai de l’an passé ; le même jour, le titre fuboTV dévissait de 15 %.

D’après une source proche du dossier, Archegos voulait investir l’été dernier dans fuboTV, spécialiste du streaming sportif. Juste avant la conclusion de l’accord, fuboTV a appris qu’Archegos comptait passer par un swap avec Credit Suisse, précise la source. Le 2 juillet, fuboTV a déclaré que Credit Suisse avait acheté pour 20 millions de dollars d’actions, qui étaient en réalité destinées à Archegos, toujours selon cette personne.

A ce moment-là, l’implication de Credit Suisse inspirait plus de confiance que de défiance, puisque tout le monde se disait que la banque avait enquêté sur Archegos, souligne-t-elle.

Pour LendingClub, Bill Hwang a lui-même déclaré à ses associés qu’il avait investi au fil des années, ont indiqué des sources de la société de prêts.

Les dirigeants de LendingClub et fuboTV se sont demandé pourquoi les actions s’étaient effondrées jusqu’à ce qu’ils apprennent qu’Archegos était à l’agonie, ont expliqué des sources.

Si Archegos était toujours actionnaire au moment de sa chute, c’est peut-être la liquidation de ses positions qui a fait trébucher LendingClub et fuboTV. Mais aucune des deux entreprises ne possède de déclaration indiquant si Archegos était toujours au capital, ni à quelle hauteur.

Des salariés de fuboTV qui cherchaient à comprendre ont vu passer un message publié sur un compte Twitter anonyme après la chute du titre le 26 mars, a raconté une source proche du dossier.

Le tweet recensait les positions qu’Archegos détenait par le biais de Nomura, dont les 4,7 millions d’actions fuboTV. Les salariés ont comparé ces informations avec des données FactSet et se sont aperçus que le premier actionnaire de fuboTV était Nomura, avec 4,7 millions d’actions fin 2020.

L’une des autres entreprises sur la liste, Viper Energy Partners (née de la scission du producteur de pétrole Diamondback Energy) a expliqué qu’il n’était pas courant que les filiales de prime brokerage des banques prennent des participations dans les entreprises et qu’au regard de l’actualité récente, cela pourrait indiquer qu’Archegos a été impliqué.

La filiale de prime brokerage de Nomura fait partie des principaux actionnaires de Viper Energy, avec près de 5 % du capital. Il est rare qu’un prime broker possède une participation aussi importante, souligne Kaes Van’t Hof, président de Viper Energy. Son entreprise n’a pas cherché à savoir si Archegos était derrière tout ça, précise-t-il, ajoutant qu’il est de toute façon « difficile de faire dire aux prime brokers qui détient vraiment les actions ». Nomura n’a pas souhaité commenter.

L’action Viper Energy a reculé au moment où Archegos a rencontré des difficultés, perdant près de 10 % entre fin mars et le 9 avril.

« La quantité d’informations que les entreprises cotées et les fonds d’investissement doivent fournir est un peu déséquilibrée », affirme Kaes Van’t Hof.

Depuis fin mars, les titres LendingClub et fuboTV ont continué de perdre du terrain, fuboTV cédant ainsi 30 % depuis début janvier. L’action Viper Energy a en revanche rebondi, et s’adjuge près de 20 % en avril.

Bill Hwang a peut-être aussi investi dans iHuman, créateur chinois d’applications éducatives.

Le titre était à la peine depuis son introduction en Bourse en octobre mais, le 29 mars, jour de la chute d’Archegos, iHuman a dévissé de 13 %, la deuxième plus forte de sa courte histoire boursière.

« Je pense que nous sommes d’accord avec beaucoup d’autres entreprises sur le marché sur le fait qu’il faudrait une plus grande transparence vis-à-vis des positions des fonds »

A l’instar des positions de Bill Hwang qui sont désormais connues, les banques (dont Credit Suisse et Nomura) font partie des principaux actionnaires de iHuman, selon FactSet. Le seul indice d’une implication du family office est une demande de réunion envoyée à iHuman par un analyste junior d’Archegos, selon une source.

Le porte-parole de iHuman a déclaré que l’entreprise était favorable à une révision des règles de déclaration applicables aux sociétés d’investissement.

« Je pense que nous sommes d’accord avec beaucoup d’autres entreprises sur le marché sur le fait qu’il faudrait une plus grande transparence vis-à-vis des positions des fonds, a-t-il écrit dans un e-mail. Nous espérons que la SEC étudiera le dossier et contribuera à une plus grande transparence du marché. »

Mercredi, John Coates, responsable de la SEC en charge de l’information financière des entreprises, a indiqué devant l’American Bar Association qu’à titre personnel, il était favorable à un durcissement des obligations de communication des positions dérivées, qui ne doivent actuellement pas être déclarées.

Au sujet d’Archegos, il a indiqué que la transmission d’informations était « la façon la plus simple de répondre au principal problème ».

Il a précisé qu’il ne savait pas si la SEC souhaitait modifier ses règles. C’est son nouveau président, Gary Gensler, qui tranchera.

Dave Michaels a contribué à cet article

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)

Super ligue de foot : un projet incontournable dès lorsque les clubs sont détenus par des capitaux privés

Super ligue de foot : un projet incontournable dès lorsque les clubs sont détenus par des capitaux privés

 

 

Il n’est pas certain que le projet de super ligue de foot aboutisse rapidement compte tenu des fortes oppositions des superstructures internationales de football mais aussi de certains pays. Reste que le foot, première activité sportive, suivie par les supporters du monde entier a changé de visage quand les capitaux privés ont mis la main sur les clubs. Beaucoup de ces clubs d’ailleurs sont maintenant cotés en bourse.

Dès lors  juridiquement il paraît impossible de s’opposer à la liberté dont disposent des acteurs du secteur privé d’organiser les activités. Certains objecteront qu’il s’agit surtout d’une affaire financière et c’est effectivement aussi le cas même si l’intérêt sportif est également présent.

Comment en effet maintenir le précis des grands clubs condamnés à recruter les meilleurs joueurs et à les payer entre 1 et 2 millions voire davantage par mois. La masse salariale des clubs en général dépasse même la moitié des dépenses globales. En outre, la crise sanitaire a opéré une ponction significative des ressources habituelles du football qu’il faut compenser.

Concernant la France qui semble pour l’instant ne semble pas favorable à cette perspective, elle ne pourra s’opposer longtemps à ce projet. En effet,  le foot national est souvent insipide quant à son niveau et n’est rehaussé que qu’à l’occasion de confrontation internationale soit des clubs soit de l’équipe de France.

Si ce projet devait voir le jour ,la France pourrait tout au mieux être présente dans la super ligue avec 2 clubs à savoir Paris et Lyon. Tous les autres sont loin d’être du niveau européen. De toute manière,  l’organisation du football européen devra sérieusement évoluer dans la mesure où il est démontré que les plus jeunes de 15 à 25 ans s’intéressent beaucoup moins que leurs aînés avec spectacle footballistique souvent trop soporifique.

 

Annulation de dette : Identifier les entreprises viables de celles qui ne le sont pas

Annulation de dette : Identifier les entreprises viables de celles qui ne le sont pas

Le ministre de l’économie a déclaré que certaines dettes de certaines entreprises dans certaines conditions. Reste à préciser ses conditions « On peut étudier des abandons de dette, à condition d’expliquer que c’est tout à fait exceptionnel », estime dans l’Opinion Thierry Millon, directeur des études du cabinet Altares

 

Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, songe à annuler « au cas par cas » une partie de la dette Covid des entreprises. Est-ce indispensable ?

Le ministre a surtout répété qu’il ne fallait pas interrompre brutalement les aides aux entreprises, mais envisager leur retrait progressif. C’est la clé si l’on veut éviter une épidémie soudaine de faillites, doublée d’une crise sociale. Mais cela ne va pas suffire. Il va falloir distinguer les entreprises viables de celles qui ne le sont pas. Et les accompagner, là aussi au cas par cas, davantage qu’on ne le fait aujourd’hui. Parmi les accompagnements, on peut bien évidemment étudier des abandons de dette, à condition d’expliquer que c’est tout à fait exceptionnel. L’Etat ne peut pas accepter l’effacement d’une dette sans justifier le pourquoi du comment.

La dette est le principal problème des entreprises ?

Le premier temps de la pandémie a été celui de l’inquiétude concernant la liquidité. La question a été réglée par les aides diverses et variées. Le deuxième temps – aujourd’hui – est celui du retour de l’activité, et de son ampleur. Le troisième temps sera celui de la dette, une fois la croissance revenue. A ce moment-là, on verra si cette croissance permet de retrouver naturellement les financements nécessaires à l’allègement de la dette. Vouloir la supprimer a priori, sans avoir pu tester les effets positifs du retour de l’activité, n’est pas envisageable. En revanche, il y a bien un mur de la dette qui grandit, il faut s’y préparer. Je rappelle que vous pouvez encore solliciter des PGE jusqu’à la fin du mois de juin, sans parler du nouveau report possible des cotisations sociales.

Selon vos décomptes, 8 entreprises sur 10 se présentant devant un tribunal fin mars, ont été liquidées, c’est affolant !

Oui et cela traduit une détresse financière, morale et psychologique. Il faut aussi apprendre à accompagner financièrement tous ceux qui se sont battus pendant la pandémie, et qui ont perdu. La particularité de cette crise est que le nombre de créations d’entreprises a continué à augmenter en 2020. Il y a aujourd’hui en France davantage d’entrepreneurs qu’en 2019, sur un marché réduit puisque l’économie s’est fortement contractée. Avec plus de monde autour d’un gâteau moins gros, il faut choisir : se partager des parts plus petites, ou bien empêcher que tout le monde puisse s’asseoir autour de la table. Le darwinisme devrait prévaloir, la discrimination se fera naturellement lorsque les aides seront débranchées, même progressivement. Ce qui annonce une autre spécificité de cette crise. En 2009 (subprimes) et en 2014 (crise de la dette en Europe), la France a battu des records de faillites avec 65 000 défaillances chaque fois. Il n’y en a eu « que » 32 000 l’an dernier, et probablement entre 40 000 et 45 000 cette année. En revanche, c’est loin d’être terminé. Il n’y a pas suffisamment de faillites aujourd’hui pour affoler le monde, et c’est tant mieux. Mais elles vont s’étaler sur plusieurs années.

La crise de la Covid a révélé l’existence d’entreprises zombies. Est-ce l’occasion d’un grand ménage ?

Cette crise est effectivement un révélateur. Est qualifiée de « zombie » une entreprise âgée d’au moins dix ans, qui n’a pas pu rembourser sa dette financière avec son exploitation pendant trois ans consécutifs. Dans cette définition très contrainte de l’OCDE, on comptabilise déjà 63 000 entreprises. Sans compter celles, beaucoup plus jeunes et donc structurellement plus fragiles, qui parviennent à traverser la Covid uniquement grâce aux aides ! Depuis des années, l’argent facile a aidé l’émergence de structures non créatrices de valeur, mais qui sont aussi capables d’entraîner leurs partenaires dans leur chute. Une faillite sur 4 est liée à un problème de paiements. Gare à l’effet de ciseau, et à l’effet domino, lors de la reprise. Lorsque les hôtels et les restaurants par exemple, devront sortir de la trésorerie pour se relancer. Les zombies vont être en première ligne, ce qui nous ramène à la question de l’accompagnement social. Je rappelle qu’une défaillance menace quatre emplois.

Relance et marché ne sont pas contradictoires

Relance et marché ne sont pas contradictoires

 

La chercheuse en science politique Ulrike Lepont relativise, dans une tribune au « Monde », le « retour de l’Etat » aux commandes de l’économie, car ni la nécessité de réduire son périmètre ni la priorité donnée au secteur privé pour l’allocation des ressources ne sont remises en cause.

 

 

 

Tribune. 
Après plusieurs décennies où l’Etat avait été assigné à s’en tenir à un rôle de garant du respect des règles de la concurrence et de contrôle de l’inflation par la seule politique monétaire, les plans de relance européens actuels, de par leur ampleur, sont souvent interprétés comme la marque d’un retour de l’Etat dans l’économie. Le recours à la politique budgétaire du « quoi qu’il en coûte », mais aussi à la politique industrielle via des investissements publics dans des secteurs jugés stratégiques pour la croissance future, est à nouveau légitime pour stimuler l’activité économique du pays. Ce phénomène n’est en réalité pas simplement conjoncturel : il s’inscrit dans un processus engagé depuis la crise de 2008, du fait de l’échec de la politique monétaire européenne à relancer la croissance de la zone euro, ainsi que de la montée du patriotisme économique à l’échelle internationale.

Pour autant, cette relégitimation des politiques industrielle et budgétaire est loin de signer le retour de l’Etat keynésien d’après-guerre. Du point de vue de la politique industrielle tout d’abord, les investissements publics sont conçus selon des objectifs et des modalités diamétralement différents. Durant les « trente glorieuses », l’objectif des politiques d’investissement était, pour l’Etat, de structurer des secteurs économiques entiers, parfois directement par des nationalisations, parfois par des subventions qui lui permettaient d’influer sur les choix de développement des entreprises. Il s’agissait ainsi de contrôler le marché, voire, pour certains secteurs comme l’énergie, de s’y substituer.

Les politiques d’investissement actuelles visent au contraire à encourager le développement des acteurs privés et du marché en déterminant des objectifs généraux – comme la transition écologique –, mais sans intervenir dans les stratégies des acteurs économiques. Elles s’appuient, pour ce faire, sur des instruments financiers comme des prêts, des prises de participation sous forme de capital-risque ou des garanties qui sont délivrées en premier lieu par les banques publiques d’investissement – dont l’activité a explosé depuis une décennie.

 Ces financements sont octroyés sur le critère de la rentabilité financière des projets et de la promesse d’un « retour sur investissement » pour l’Etat, mais sans exigence de contrepartie en matière de gouvernance. De plus, quand l’Etat investit par le biais des banques publiques d’investissement au capital d’entreprises, l’objectif est de s’en retirer dès que l’activité est rentable, de manière à réinvestir dans d’autres activités émergentes prometteuses, sur le modèle d’un fonds d’investissement. Enfin, l’Etat n’investit jamais seul, mais en cofinancement avec des acteurs privés, ce qui lui permet de miser sur l’« effet levier », mais qui réduit également sa capacité de contrôle.

Individus surdoués : quels sont les signes ?

Surdoués : quels sont les signes ?

 

Un article intéressant du Figaro évoque ce qui caractérise les surdoués. Pas forcément la capacité de mémoire mais surtout une curiosité qui permet une compréhension anticipée des problématiques.

 

Être surdoué n’est pas une pathologie. Les personnes diagnostiquées (ou non) comme tel possèdent une intelligence supérieure à la moyenne. Mais ce qui les distingue, c’est leur rapport différent avec ce qui les entoure. Cette approche particulière est fréquemment mal appréhendée, aussi bien dans sa définition que dans ses conséquences. S’il est impossible de dresser le portrait-robot d’une personne à haut potentiel, certains signes matérialisent ce fonctionnement si particulier.

● Vous êtes plus curieux

«Ils sont plus désireux d’avoir des éléments de réponse qui permettent d’arriver à une réponse argumentée, aussi juste que possible, dans la mesure où le questionnement a été plus poussé», explique Monique de Kermadec, psychologue clinicienne et psychanalyste spécialisée dans les questions de haut potentiel intellectuel (L’Enfant précoce aujourd’hui, le préparer au monde de demain, 2015, Albin Michel). «Sur un sujet qui peut être très superficiel de base, on va se retrouver à creuser pendant des heures voire des jours», illustre Théo Bertrand, entrepreneur et business développer de 25 ans, diagnostiqué surdoué à 14 ans. Béatrice Millêtre, docteur en psychologie (Petit guide à l’usage des parents qui pensent que leur enfant est doué, 2011, Payot) poursuit: «Ils vont avoir des passions, pas une seule, et l’implication est très forte, plus que la moyenne.» «Ce sont des moulins à questions, ils ont un besoin de tout comprendre», conclut Violaine Carli, psychologue clinicienne, spécialisée dans les thérapies comportementales et cognitives.

● Vous avez une pensée en arborescence

«C’est un peu le bordel parce que tout s’allume un peu en même temps, beaucoup d’infos plus ou moins pertinentes vont arriver, témoigne Théo. Jeune, j’avais une incapacité à maîtriser cette grosse énergie cognitive et les flux d’idées.» «La pensée en arborescence est une façon particulière de penser. Par association et analogie, le questionnement se poursuit et ne s’arrête pas à la première question, à la première idée», explique Monique de Kermadec.

● Vous avez du mal à restituer une idée

«Avec la pensée en arborescence, la pensée va très vite. Souvent ils ont une déduction logicomathématique qui ressemble à une fulgurance. La personne va trouver une solution de manière évidente mais ne saura pas restituer son développement. À partir de la seconde, voire de la troisième, quand on demande aux élèves de développer le cheminement vers le résultat, c’est là que ça peut poser problème», explique Violaine Carli. «Ils peuvent se retrouver en «difficulté», non pas par ce qu’ils n’ont pas saisi, mais parce qu’ils arrivent à une conclusion par un raisonnement qui leur est propre», abonde Monique de Kermadec.

«En français ou en philosophie je m’éclatais car j’écrivais au fil de ma pensée, se souvient Théo. En revanche, en mathématiques, où on nous demande de produire un développement, vu que ça me semblait évident je n’avais pas envie d’écrire mon raisonnement, j’allais droit au but.» «Dans certains cas, on peut parler d’intelligence intuitive ou d’intuition mathématiques. Pour la personne surdouée, le résultat est la première étape consciente du raisonnement. La fin, c’est le début», analyse Béatrice Millêtre.

● Vous apprenez et comprenez plus vite

«La rapidité avec laquelle ils retiennent les choses vient de la rapidité de leur compréhension du sujet. Certaines personnes ont des mémoires phénoménales sans être particulièrement intelligentes. Ce qui fait la différence, c’est le traitement de l’information», explique Monique de Kermadec. «Certains tendance à être plus scolaires donc la mémoire de travail va être plus importante, ils vont pouvoir capter une grande quantité d’informations autant sensorielles qu’informationnelles», précise Violaine Carli.

● Vous vous ennuyez rapidement

«L’éducation n’est pas forcément très souple dans sa façon de faire apprendre. Souvent ça passe par de la répétition pour faire entrer des notions dans la tête des élèves. Un étudiant surdoué va souvent saisir le fond de l’idée dès la première ou la deuxième écoute. Lors des autres répétitions, il tourne en rond, parce qu’il a déjà saisi «le truc». C’était mon cas», témoigne Théo Bertrand. «Et puis, avec cette pensée en arborescence, tu pars dans un faisceau de réflexions périphériques, et tu oublies l’objet de l’attention de base», poursuit-il. «L’ennui est un sujet complexe, car on peut avoir différentes raisons de s’ennuyer: parce qu’on ne comprend rien, parce qu’on nous répète des choses que l’on sait déjà ou encore parce que l’on s’éternise sur une information, décrypte Monique de Kermadec. Or, une fois l’information intégrée par le surdoué, son intérêt est de passer à autre chose. C’est une question de contenu et de temporalité.»

● Vous êtes plus sensible que la moyenne

Violaine Carli aiguille en abordant la notion «d’hypersensibilité». «L’intensité est propre au fonctionnement des surdoués», explique Monique de Kermadec. «Cela est dû à une plus grande intelligence émotionnelle, ils sont plus stimulables, poursuit Béatrice Millêtre. Ils ressentent plus un stimulus auquel les autres ne vont pas prêter attention. Comme ils sont plus stimulables, la réaction émotionnelle est plus grande.» «L’aversion à l’injustice est une chose qui nous est très propre, par exemple. Je me faisais plus sortir de cours car je m’indignais contre ce que je jugeais injuste qu’à cause de mon comportement. Aujourd’hui je sais pourquoi. On est des gens très passionnés. C’est instinctif, et je l’ai compris que quand on m’en a parlé à mes 14/15 ans», assure Théo. «On pourrait parler d’hyper-empathie, analyse Violaine Carli. Une sorte d’éponge émotionnelle.»

● Vous vous sentez parfois incompris

«Ce n’est pas parce qu’on est surdoué qu’on est incompris. C’est propre à chaque parcours, avertit Monique de Kermadec. Si on est entouré par des personnes qui nous font sentir une différence, on peut arriver à la conclusion qu’on a quelque chose qui ne va pas, qu’on est en tort. Cette notion de différence négative est quelque chose qu’on intègre en fonction de l’entourage.» «Ce sentiment se rapporte à des surdoués qui n’iraient pas bien. Celui qui va bien sait qu’il fonctionne différemment et a appris à faire avec. Ce n’est pas inhérent, c’est une conséquence d’une méconnaissance de son fonctionnement par soi et les autres», ajoute Béatrice Millêtre. Et d’enrichir: «Ils ont une plus grande intelligence sociale. Quand ils sont en phase avec eux-mêmes, ils sont très sociables. C’est un cliché, les surdoués qui vont mal. L’environnement (scolaire et familial) est responsable à 70% de la façon dont ils se manifestent aux autres.»

Et dans tout ça, quelle importance revêt le test de Q.I? «Si c’est pour mettre une étiquette c’est vain. Un chiffre n’apporte pas les conseils et les réponses, avertit d’emblée Monique de Kermadec. Ce test est important dans l’optique où l’on cherche le meilleur accompagnement pour la personne concernée. Vouloir connaître et se connaître au mieux est une mission positive.» «Ne pas savoir qui l’on est, se forcer à s’adapter sans savoir pourquoi peut créer un sentiment de décalage et de défaillance. C’est pourquoi il est important de savoir que l’on est à haut potentiel», parachève Violaine Carli.

Santé-Vaccination : pourquoi Sarkozy et Véran sont-ils prioritaires ?

Santé-Vaccination : pourquoi Sarkozy et Véran  sont-ils prioritaires ?

 

Progressivement on apprend que certaines personnalités sont vaccinées alors que visiblement elles sont loin de faire partie des populations prioritaires. Rappelons que pour l’instant la  priorité concerne les plus de 75 ans et les personnes présentant de très graves pathologies. Si l’on en juge par le reportage complaisant sur Véran  qui montre son torse, on ne peut pas dire que le ministre de la santé soit réellement physiquement déficient. Ni qu’il soit prioritaire en tant que de médecin puisqu’il y a longtemps qu’il n’a pas vu un patient. Il en est de même pour Nicolas Sarkozy qui ,lui, a 66 ans et qui a été vacciné. Pour la justifier l’entourage de Sarkozy précise que c’est sur prescription médicale. En fait la même prescription pour être faite à ces millions de Français qui sont réellement prioritaires et qui attendent en vain une date de vaccination car tous les centres ou presque sont aujourd’hui fermés et où ne répondent plus à aucune sollicitation faute de vaccin.

L’entourage de Nicolas Sarkozy n’a pas précisé les raisons de cette prescription, en soulignant que l’ancien président, « comme tout citoyen, a le droit à une vie privée et au secret médical« . Interrogé jeudi sur cette information à l’occasion de la conférence de presse hebdomadaire sur l’évolution de l’épidémie, le ministre de la Santé Olivier Véran avait invoqué « le secret médical ».

« Il en va de Nicolas Sarkozy comme de n’importe quel Français, il a le droit au secret médical, donc je n’ai pas à en connaître s’il a été vacciné avant l’heure. Nous devons tous respecter les règles, nous avons tous des droits et des devoirs. Ils s’imposent à chacun d’entre nous, y compris celui de bénéficier du secret médical. Pas de commentaire donc », a-t-il déclaré. De son côté, Nicolas Sarkozy s’agacerait des lenteurs de la stratégie vaccinale du gouvernement, jugeant qu’il faut accélérer l’arrivée de vaccins pour mettre en place des « vaccinodromes ».

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol