Archive pour le Tag 'sondage'

Page 54 sur 57

Sondage présidentielles : Sarkozy 30% devant Hollande et Le Pen à 22%

Sondage présidentielles : Sarkozy 30%  devant Hollande et Le Pen à 22%

 

. Si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche, Nicolas Sarkozy arriverait en tête avec 30% des suffrages, devant François Hollande et Marine Le Pen, à 22% chacun. C’est le résultat d’un sondage exclusif Ifop-Fiducial pour Europe 1, publié mercredi, portant sur les intentions de vote des Français, sur la base du casting du 22 avril 2012. Il y a un an presque jour pour jour, l’actuel pensionnaire de l’Elysée était arrivé en tête avec 28,6% des suffrages exprimés, devant l’ancien président, à 27,2% et Marine Le Pen, troisième avec un score de 17,9%. Les intentions de vote en avril 2013, qui n’ont de valeur qu’indicative, dessinent un scénario différent.  Voilà bien le principal enseignement de ce premier tour fictif : François Hollande et Marine Le Pen à égalité, à 22% des voix. Et tant la chute de l’actuel président (-6,63%) que la montée de la patronne du FN (+4,1%), sont notables. Dans ce contexte, et si l’on prend en compte les marges d’erreur – de l’ordre de 1,8% en l’occurrence – inhérentes à ce genre d’étude, impossible de savoir qui serait qualifié pour cet hypothétique second tour. Mais le fait même qu’un tel duel existerait est en soi une sensation.

Sondage popularité: UMP et UDI peu crédibles

Sondage popularité: UMP et UDI  peu crédibles

Selon un sondage exclusif Ifop-Fiducial pour Europe 1 publié jeudi, dans l’hypothèse où la droite, à savoir l’UMP et l’UDI alliées, étaient au pouvoir, seules 35% des personnes interrogées estiment qu’elle ferait mieux que l’actuelle équipe dirigeante. 24% des sondés pensent qu’elle agirait moins bien, alors que 41% mettent les deux camps dans le même sac, en répondant que l’opposition « agirait de la même manière ».

 

Sondage : la classe politique corrompue pour 55%

Sondage : la classe politique corrompue pour 55%

Selon un sondage CSA pour BFM TV rendu public, 55% des Français estiment en effet que la plupart des hommes politiques sont corrompus, contre 37% qui estiment que la corruption ne concerne qu’une minorité du personnel politique. La semaine dernière, une étude comparable commandée à OpinionWay par Le Figaro et LCI affichait des scores encore pire. Quelque 77% des personnes interrogées estimaient que les politiques étaient corrompus, signe de l’effet dévastateur de l’affaire Cahuzac. Entre ces deux études, l’exécutif a promis de prendre le taureau par les cornes. Mais alors que le chef de l’Etat a annoncé mercredi de nouvelles mesures pour une meilleure transparence de la vie politique, la défiance semble, elle, générale. Pour preuve, 61% des personnes interrogées n’affichant aucune préférence partisane estiment qu’une majorité de politiques sont corrompus. Un chiffre qui atteint les 70% chez les sympathisants du Front national. Ils sont 53% à la penser du côté des soutiens du Front de gauche. Les chiffres les moins hauts se retrouvent parmi les sympathisants des deux grands partis de gouvernement : « seuls » 48% des supporters de l’UMP valident la thèse de la corruption généralisée, 38% en ce qui concerne les soutiens du Parti socialiste.

Sondage patrimoine politique : 63% pour

Sondage patrimoine politique : 63% pour

 

Plus de six Français sur dix estiment nécessaire la publication du patrimoine des hommes politiques, même si sept sur dix seraient indifférents s’ils apprenaient qu’un ministre ou un député était très riche, selon un sondage* IFOP dans le Journal du Dimanche.Invitées à réagir au futur projet de loi qui, rappelle la question posée, « prévoit pour les ministres, parlementaires et présidents de conseils généraux et régionaux l’obligation de rendre public leur patrimoine », 63% répondent que « c’est une mesure nécessaire pour garantir la transparence dans une démocratie moderne », contre 36% qui jugent que « c’est une dérive malsaine qui ressemble à du voyeurisme » (1% sans opinion). Si les sympathisants de gauche et du FN approuvent cette mesure, 51% de ceux de l’UMP y sont opposés.

 

Sondage : les politiques sont corrompus pour 55%

Sondage : les politiques sont corrompus pour 55%

Une majorité de Français (55%) estime que la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus, selon un sondage CSA pour BFMTV publié jeudi. « 55% des Français estiment que la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus, 37% déclarant à l’inverse que la corruption ne concerne qu’une petite minorité d’entre eux », révèle le sondage. « Seuls 38% des sympathisants du Parti socialiste estiment que la plupart des politiques sont corrompus, alors qu’ils sont 48% parmi les sympathisants de l’UMP, 53% parmi ceux du Front de Gauche, et 70% au Front National. Cette proportion atteint 61% chez les personnes se déclarant sans proximité politique », précise l’institut. Dans le détail, « ce sentiment s’exprime plus fortement parmi les actifs. Alors que 49% des retraités estiment que la plupart des politiques sont corrompus, ils sont 56% parmi les ouvriers et les cadres, 60% chez les employés et 63% parmi les professions intermédiaires. »

 

Sondage popularité Hollande : la descente aux enfers s’accélère

Sondage popularité  Hollande :  la descente aux enfers s’accélère

 

 

Nous indiquions que l’affaire Cahuzac coûterait sans doute de l’ordre de 5 points à Hollande déjà au plus bas. C’est fait,  François Hollande perd cinq points en un mois et franchit le seuil symbolique de 70% d’opinions négatives, contre 26% de positives, selon le baromètre Ipsos-Le Point diffusé lundi. Pour l’hebdomadaire, cette chute du président de la République est l’effet direct du choc provoqué par l’affaire Cahuzac, le sondage ayant été effectué les 5 et 6 avril, trois jours après les aveux de l’ancien ministre du Budget. Le chef de l’Etat est particulièrement en chute libre chez les électeurs qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle il y a un an (- 10,2% d’opinions favorables). Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, souffre d’un désaveu moins cinglant, perdant trois points d’opinions favorables, à 28%, soit deux points de plus que le locataire de l’Elysée. Sur les 38 personnalités testées, 34 voient leur taux d’opinions défavorables augmenter, signe d’un rejet généralisé de la classe politique, estime Le Point. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, conserve la tête du classement, avec 52% d’opinions favorables, mais lui aussi voit les opinions défavorables monter de huit points, à 33%. Dans cette enquête, l’affaire Cahuzac semble profiter à la marge aux extrêmes, le président du Parti de gauche et la chef de file du Front national continuant à se tenir dans un mouchoir, respectivement 17e et 18e. Jean-Luc Mélenchon obtient 35% d’opinions favorables (+1) et Marine Le Pen 33% (+2).

 

Sondage : les élus sont corrompus pour 77%

Sondage : les élus sont corrompus pour 77%

 Selon un sondage OpinionWay pour LCI et Le Figaro, 36% des Français éprouvent du dégoût et 32% de la méfiance envers leurs élus. Pire : ils ne sont plus que 1% à ressentir du respect pour eux. Et pour cause : près de huit Français sur dix (77 %) pensent que leurs représentants sont corrompus, seuls 22% les trouvent honnêtes. «C’est la confirmation d’une image désastreuse. Sans doute, cette proportion va diminuer quand l’affaire sera close. Mais il restera des traces», prédit Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d’OpinionWay. En trois ans, le sentiment de dégoût a progressé de 13 points mais la méfiance, elle, est tombée de 39 à 32%. Logiquement, l’intérêt pour la politique est donc passé de 18% en octobre 2011 à 9% ce mois-ci. « C’est la première fois que le dégoût est le sentiment qui arrive en tête chez les Français quand ils pensent à la politique », assure Bruno Jeanbart. Pour Bruno Jeanbart, « on y voit clairement l’effet Cahuzac depuis décembre. En trois mois, le dégoût gagne 10 points. Les Français ont franchi une nouvelle étape. Le risque est désormais de passer de la défiance teintée de désintérêt à la défiance marquant une opposition tranchée contre la majorité. »

Sondage popularité Hollande : la chute à 27% et ce n’est pas fini

Sondage popularité Hollande : la chute à 27% et ce n’est pas fini

 

Chute vertigineuse pour Hollande après moins d’un an de pouvoir ; ne n’est pas fini car le sondage a été réalisé avant la révélation du l’affaire Cahuzac qui devrait lui coûter encore environ au moins 5 points. Selon le baromètre TNS Sofres, la cote de popularité de François Hollande continue de plonger : elle s’établit à 27% d’opinions favorables – c’est trois points de moins qu’en mars. Jean-Marc Ayrault est à 25% – trois points de moins également. 25%, c’est à peine mieux que Dominique de Villepin en 2006 (24%) ou Edith Cresson en 1992 avant sa démission (22%). Qui arrive en tête des personnalités politiques ? Manuel Valls (40%), Nicolas Sarkozy (37%), François Fillon (35%), Martine Aubry (33%), Christine Lagarde (33%), et ex-aequo à 32% Marine Le Pen, François Bayrou et Jean-Louis Borloo.

 

 

Sondage popularité Hollande : la descente aux enfers, en dessous de 30%

Sondage popularité Hollande : la descente aux enfers, en dessous de 30%

 

C’est à se demander où s’arrêtera la chute. La cote de confiance de François Hollande n’est plus qu’à 29% en avril dans le baromètre CSA pour « Les Echos ». En baisse de 4 points sur un mois. C’est la première fois qu’il tombe sous la barre des 30%. Onze mois seulement après être arrivé au pouvoir, le chef de l’Etat bat le record de Nicolas Sarkozy, à 30% en mars 2011. Et il n’est plus qu’à quelques encablures du record détenu, dans les deux dernières décennies, par Jacques Chirac avec 26% en 2006, à la fin de son second mandat. Dans le même temps, le nombre de Français qui disent ne pas faire confiance à l’actuel locataire de l’Elysée pour « affronter efficacement les principaux problèmes » s’accroit fortement, de 5 points, à 67%. Même tendance pour Jean-Marc Ayrault. Plus bas encore que le président, le Premier ministre ne recueille que 26% d’opinion favorables pour 66% de mauvaises. François Hollande fait évidemment les frais de l’affaire Cahuzac. Mais pas seulement. L’électrochoc provoqué par l’aveu de l’ancien ministre du Budget « a radicalisé, accéléré, un mouvement de baisse déjà sensible », note Jérôme Sainte-Marie, le directeur du département politique-opinion de CSA. La moitié des personnes interrogées par l’institut sur le terrain l’a été avant que cette bombe politique n’éclate . La dégradation de la cote du président trouve toujours sa principale source dans la détérioration de la situation économique et des doutes sur sa politique. Son intervention sur France 2 , en fin de semaine dernière, n’a pas permis d’enrayer sa descente aux enfers. En deux mois, le chef de l’Etat a perdu 9 points. Sur le seul mois d’avril, il recule de 10 points chez les employés, à 26% d’opinions favorables, et de 5 chez les ouvriers, à 27%, particulièrement frappés par le chômage et la baisse du pouvoir d’achat. Chez les cadres et professions libérales, moins menacés, il régresse de 13 points à 31%, « moins à cause de la politique suivie qu’en raison des problèmes de gouvernance et de leadership », analyse Jérôme Sainte-Marie. Selon lui, François Hollande « en est aujourd’hui réduit à sa base politique ». Une base qui s’effrite. En baisse de 6 points, sa cote de confiance atteint 70% chez les sympathisants PS, contre 91% au début du quinquennat. Elle n’est plus que de 44 % chez les écologistes. A droite, elle ne dépasse pas les 6 % et atteint même 4% parmi les sympathisants UMP. Les Français sans proximité partisane ne sont guère plus tendre, avec 17% d’opinions positives. Le pire, pour le chef de l’Etat, est qu’il n’a probablement pas touché le fond. Quelle que soit l’issue de l’affaire Cahuzac, l’année 2013 sera compliquée à gérer. Le « redressement » n’est pas annoncé avant 2014 au mieux. « Un an, c’est long », soupire un de ses proches, redoutant qu’ une confiance « durablement sous les 30 % » ne complique les réformes.

 

Sondage moral des français : encore en baisse 77% non confiants

Sondage moral des français : encore en baisse 77% non confiants

 

 Le niveau de 77% de Français (+2 points) défiants en l’avenir constitue « un nouveau record de pessimisme depuis l’élection de Français Hollande », relève le sondage. A l’inverse 21% des disent « plutôt plus confiants » dans l’avenir de la situation économique française. L’indice de confiance s’établit ainsi à -56 (contre -52 en mars). « Le Président n’a pas réussi à inverser cette tendance à la morosité », observe Gaël Sliman, directeur général adjoint de BVA, cité dans un communiqué.   »Il ne parvient pas non plus à convaincre les Français qu’il tiendra d’ici la fin de l’année 2013 ses engagements réitérés d’inverser la courbe du chômage (seulement 7% le croient) et de ne plus augmenter les impôts pour les classes moyennes et populaires (18%) », poursuit M. Sliman

Sondage popularité : Hollande un bon président pour 22% seulement !

Sondage : Hollande un bon président pour 22% seulement !

 

Seuls 22% des Français estiment que François Hollande est un bon Président de la République, contre une majorité absolue, 51%, qui considèrent qu’il est un mauvais Président, 27% n’ayant pas souhaité se prononcer, selon un sondage CSA pour BFM-TV. Selon cette enquête, diffusée le jour d’une intervention télévisée du chef de l’Etat pour rassurer les Français, les cadres (63%), les personnes travaillant à leur compte (59%), et les retraités (55%), sont particulièrement sévères quant à sa capacité à remplir sa fonction. François Hollande est considéré comme un bon président de la République par 60% de ses électeurs de premier tour, proportion qui n’est que de 48% parmi ceux qui l’ont choisi au second tour, le 6 mai dernier. Ce sondage a été effectué les 26 et 27 mars auprès d’un échantillon national représentatif de 961 personnes âgées de 18 ans et plus. Selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur diffusé mercredi, moins d’un an après son élection à la présidence de la République, seuls 27% des Français sont satisfaits de François Hollande alors que 68% se déclarent déçus.

 

Sondage – Hollande: intervention télé ratée pour 66%

Sondage - Hollande: intervention télé ratée pour 66%

 

Selon un sondage BVA pour iTélé publié vendredi, 66% des Français qui ont vu ou entendu parler de l’interview de François Hollande jeudi soir à la télévision ne l’ont pas trouvé convaincant. A titre de comparaison, elles avaient été 52% à estimer que François Hollande n’avait pas été convaincant au cours de sa conférence de presse du 13 novembre.

Sondage : Hollande un bon président pour 22% seulement !

Sondage : Hollande un bon président pour 22% seulement !

 

Seuls 22% des Français estiment que François Hollande est un bon Président de la République, contre une majorité absolue, 51%, qui considèrent qu’il est un mauvais Président, 27% n’ayant pas souhaité se prononcer, selon un sondage CSA pour BFM-TV. Selon cette enquête, diffusée le jour d’une intervention télévisée du chef de l’Etat pour rassurer les Français, les cadres (63%), les personnes travaillant à leur compte (59%), et les retraités (55%), sont particulièrement sévères quant à sa capacité à remplir sa fonction. François Hollande est considéré comme un bon président de la République par 60% de ses électeurs de premier tour, proportion qui n’est que de 48% parmi ceux qui l’ont choisi au second tour, le 6 mai dernier. Ce sondage a été effectué les 26 et 27 mars auprès d’un échantillon national représentatif de 961 personnes âgées de 18 ans et plus. Selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur diffusé mercredi, moins d’un an après son élection à la présidence de la République, seuls 27% des Français sont satisfaits de François Hollande alors que 68% se déclarent déçus.

 

Sondage – taxe comptes bancaires : 4 Français sur 10 la jugent possible

Sondage – taxe comptes bancaires :  4 Français sur 10 la  jugent possible

Cette enquête d’opinion a été réalisée les 21 et 22 mars, alors qu’une taxation directe des comptes bancaires est envisagée à Chypre, en contrepartie d’un plan de sauvetage de son système bancaire impliquant la Banque centrale européenne (BCE).  Elle a été réalisée auprès de 1.005 adultes dont 41% pensent que cette taxe « pourrait être mise en place » et parmi eux, 13% estiment que cette situation se produira de manière « certaine ». Ils sont cependant encore 59% à considérer que c’est « improbable ».  Selon l’analyse qui en est faite par l’Ifop, « cela reflète également une forme de méfiance vis-à-vis de la situation de notre économie et les contraintes que pourraient fixer les instances internationales ».  Ces réponses démontrent « en quelque sorte que le précédent chypriote a fait tomber, pour quatre Français sur dix, le tabou de l’inviolabilité des dépôts bancaires », estime l’institut.  Cette perception, note-t-on encore, ne semble pas faire l’objet de clivages importants au sein de la population, bien que les professions libérales et cadres supérieurs soient moins nombreux (35%) à envisager cette possibilité.  Ils sont en revanche légèrement plus enclins à y croire parmi les sympathisants du Front de gauche (44%) et du Front national (41%).

 

Sondage- moral français : encore en baisse

Sondage- moral  français : encore en baisse

 

Les Français sont davantage pessimistes en mars qu’en février sur l’avenir de la société française (68%, +8 points), une baisse du moral qui s’explique par les difficultés économiques et sociales, selon un sondage mensuel de l’institut CSA pour BFMTV, publié samedi. Cette forte baisse du niveau d’optimisme des Français sur l’avenir de la société s’observe dans toutes les catégories de population hormis auprès des sympathisants Europe Ecologie-Les verts (46%, +3), précise le sondage. Ce mois-ci, la part des Français se déclarant optimistes pour leur avenir personnel recule par ailleurs de 3 points : 57% des personnes interrogées se disent optimistes pour leur avenir, contre 39% qui se déclarent pessimistes (+2 pts). Pour expliquer ce regain de pessimisme, les personnes interrogées invoquent principalement, dans le cadre d’une question ouverte, les enjeux sociaux et économiques du pays, faisant référence au chômage élevé et à la baisse de leur pouvoir d’achat, précise l’étude. Des critiques sur la forme émergent également de manière spontanée à l’encontre du gouvernement, dont l’action semble parfois renforcer l’anxiété des Français pour l’avenir.

Sondage-popularité : Hollande s’écroule à 35%

Sondage-popularité : Hollande s’écroule  à 35%

 

Hollande s’écroule  au mois de mars, perdant huit points par rapport à février, soit 35% de bonnes opinions pour 64% de mauvaises, selon le baromètre BVA-Orange pour L’Express, la Presse régionale et France Inter.  Celle du Jean-Marc Ayrault est aussi à la baisse, mais toutefois moins fortement (-4). Le Premier ministre recueille 34% de bonnes opinions et 64% de mauvaises, soit une impopularité égale à celle du président. Dans le détail, 30% des personnes interrogées ont « plutôt une bonne opinion » de François Hollande et 5% « une très bonne opinion ». 34% ont une opinion « plutôt mauvaise » du chef de l’Etat et 30% une opinion « très mauvaise ». 1% ne se prononce pas.  Concernant Jean-Marc Ayrault, 31% ont une opinion « plutôt bonne » et 3% une opinion « très bonne ». 37% ont de lui une opinion « plutôt mauvaise », 27% une « très mauvaise opinion ». 2% n’ont pas d’avis.  D’autre part, 35% seulement des sondés estiment que la politique gouvernementale est « juste », soit cinq points de moins qu’en février et sept de moins qu’en janvier.  Ils ne sont que 18% à trouver que cette politique est « efficace », soit sept points de moins que les deux mois précédents.  L’intervention militaire française au Mali reste approuvée par deux Français sur trois (67%), une érosion de huit points par rapport à janvier.  Par ailleurs, la cote d’influence de la quasi-totalité des 30 personnalités testées est à la baisse. Font exception les ministres des Affaires étrangères Laurent Fabius et de la Défense Jean-Yves Le Drian (+ 4 points chacun, le premier à 27%, le second à 24%), ainsi que Marine Le Pen (29%) et la directrice générale du FMI Christine Lagarde, qui gagnent chacune 3 points.  La cote de Nicolas Sarkozy frémit à peine, 38% (+ 1) souhaitant qu’il exerce davantage d’influence dans la politique française. Manuel Valls reste en tête de ce palmarès mais le ministre accuse un recul de six points à 50%, devant Alain Juppé (43%, – 4) et François Fillon (39%, – 1).  La chute la plus forte atteint Christine Taubira (29%, – 10) qui avait fortement progressé au moment du débat à l’Assemblée nationale sur le mariage des personnes de même sexe en janvier-février.  L’UMP est le parti le moins impopulaire (39% de bonnes opinions), talonné par le PS (38%). Au 7e rang, le Front national recueille 25% de bonnes opinions, suivi du PCF à 24%.

 

Sondage-Politique économique Hollande : 80% des français contre

Sondage-Politique économique Hollande : 80% des français contre

 

Une nouvelle fois, les sondages sont mauvais pour l’exécutif. Celui rendu public ce lundi par BVA marque une accentuation du mécontentement des Français face à la politique du chef de l’Etat.  L’augmentation de 160% de la taxe sur la bière, la fin des exonérations des heures supplémentaires, le gel du point d’indice du salaire des fonctionnaires… Ce début de quinquennat de François Hollande a été marqué par nombre de mesures impopulaires. Conséquence : 64% des Français jugent aujourd’hui que sa politique n’est pas juste, selon un sondage BVA rendu public ce 18 mars. Pire, outre des mesures mal perçues, c’est l’utilité même de son action qui est remise en cause onze mois après son élection : 80% des sondés jugent en effet que la politique du gouvernement n’est pas efficace. Un coup dur pour François Hollande, qui avait notamment bâti sa campagne électorale sur un objectif de justice fiscale. La part des sondés qui considèrent que la politique menée par le Président de la république est juste ne cesse de diminuer, particulièrement ce dernier mois (elle passe de 40% à 35% entre février et mars). La part de ceux qui la jugent efficace a elle aussi particulièrement chuté en un mois : passant de 25% à 18%. Pour la première fois depuis au moins septembre 2012, l’UMP est légèrement plus populaire que le PS : 39% contre 38% de « bonne » opinions.

 

Sondage : les français veulent un remaniement ministériel

 

Sondage : les français veulent un remaniement ministériel

 

 

Dans le baromètre OpinionWay pour Métro et LCI  (publié ce lundi)  les sondés interrogés sur leur souhait « d’un remaniement gouvernemental dans les semaines qui viennent » répondent à 61% oui tandis que 38% disent non.  En fait, c’est le constat que le gouvernement est impuissant dans nombre de domaines notamment en matière économique et sociale ; un gouvernement  oscillant entre austérité et soutien à l’économie sans véritable direction. A cela s’ajoute évidemment l’incompétence de nombre de ministres choisis pour des raisons politiciennes (Montebourg, Hamon, Cahuzac, Ayrault  etc.) et non en fonction de leurs expériences et de leur formation. Le prochain gouvernement comprendra sans doute des ministres plus expérimentés et moins nombreux. Pas sûr cependant qu’il tienne très longtemps car ce qui est en cause c’est l’absence de doctrine du PS (dénoncée par Collomb le maire PS de Lyon et d’autres) et surtout la sociologie du PS composé essentiellement de fonctionnaires qui ne comprennent strictement rien aux réalités économiques et sociales.

Sondage popularité : Hollande s’écroule, remaniement en vue

Sondage popularité : Hollande s’écroule, remaniement en vue

 

Avec cette chute vertigineuse de Hollande et du gouvernement, le séisme politique se prépare ; Comme nous l’annonçons depuis longtemps, il y aura d’abord un remaniement puis sans doute après quelques mois un exécutif de sauvetage. Hollande sera renvoyé à un rôle de président de la quatrième république. La cote de popularité du président François Hollande a en effet fortement chuté en mars: 67% des Français sont mécontents de son action (+10 points par rapport à février) contre seulement 31 % de satisfaits (-8 points), selon le baromètre OpinionWay pour Métro et LCI à paraître lundi.  Ce sont les sympathisants de gauche (PS, Front de gauche, écolos) qui sont plus nombreux à manifester leur insatisfaction avec 13% en moins de satisfaits suivis du MoDem (-12% de satisfaits) puis de la droite UMP-UDI (-5% de satisfaits).  Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a également reculé avec 62% de mécontents (+8 points) et 31% de satisfaits (-5 points). Là aussi c’est la gauche qui est moins satisfaite par rapport à février (- 9), suivie du MoDem (-6) et de la droite (-4).  67% des Français interrogés estiment que « les choses ne changent pas » contre 33% qui trouvent qu’elles changent.  Au sein du gouvernement, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls est toujours en tête mais perd 2 points par rapport à février avec 58% de satisfaits, talonné par le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian qui gagne 4 points à 52%. La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem fait une percée avec +7 à 51%, entrant dans le trio de tête de la popularité des ministres au détriment du chef de la diplomatie Laurent Fabius qui perd 6 points avec 47% de satisfaits. Le mois dernier, celui-ci avait fait un bond de 10 points. La garde des Sceaux Christiane Taubira gagne 2 points (46%) et la ministre de la Culture Aurélie Filippetti 5 points à 45% de satisfaits.  Tous les dirigeants de droite voient leur cote de popularité augmenter, ainsi Alain Juppé (UMP) (+1 à 47%), François Fillon (UMP) (+4 à 42%), Jean-Louis Borloo (UDI) (+3 à 40%), Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) (+4 à 36%). Marine Le Pen (FN) gagne 3 points à 32% de satisfaits. Le dirigeant du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, gagne 4 points à 36% de satisfaits.

Sondage : Cameron out ! 9%

Sondage : Cameron out  ! 9%

Le parti britannique anti-européen UKIP atteint un record de 17% d’opinions favorables en Grande-Bretagne alors que le parti conservateur du Premier ministre David Cameron continue de régresser derrière le parti travailliste, selon les résultats d’un sondage publié dimanche par l’Independent on Sunday et le Sunday Mirror. Selon cette enquête réalisée par l’institut ComRes, la cote du parti travailliste s’établit à 37%, loin devant le parti conservateur au pouvoir crédité de 28% et ses alliés libéraux-démocrates au gouvernement qui recueillent seulement 9% d’opinions favorables. David Cameron a affirmé début mars ne pas vouloir prendre de « virage à droite » après le camouflet infligé par la formation anti-européenne et anti-immigration UKIP à son parti, relégué en troisième position lors d’une législative partielle à Eastleigh (sud). Il s’est cependant engagé mi-janvier, sous la pression des eurosceptiques, à organiser d’ici la fin 2017 un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE s’il remportait les prochaines élections législatives.

 

1...525354555657



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol