Archive pour le Tag 'Sondage Municipales'

Sondage Municipales à Paris : Anne Hidalgo devant Dati et Buzyn

Sondage Municipales à Paris : Anne Hidalgo devant Dati et Buzyn

Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, est en tête des intentions de vote pour le premier tour des municipales de Paris avec 24% des intentions de vote, selon un sondage* Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo publié jeudi 20 février.

 

La candidate LR Rachida Dati est créditée de 20% des voix, juste devant Agnès Buzyn (19%), désignée dimanche dernier comme candidate LREM après le retrait de Benjamin Griveaux.

La liste du candidat EELV David Belliard est en quatrième position avec 13% d’intentions de vote. Cédric Villani, exclu de LREM, recueille quant à lui 9%. La candidate de La France insoumise (LFI) Danielle Simonnet arrive en sixième position avec 5% d’intentions de vote. Derrière, la liste de Serge Federbusch, soutenue par le RN, est créditée de 4%. Gaspard Gantzer obtient 1,5% et Marcel Campion 1%.

Concernant la notoriété des candidats, 96% des personnes interrogées connaissent Anne Hidalgo et 46% d’entre elles ont une bonne opinion de la maire de Paris (50% une mauvaise). 94% connaissent Rachida Dati avec 41% de bonne opinion et 53% de mauvaise). Cédric Villani tout comme Agnès Buzyn sont connus par 87% des personnes interrogées qui ont, à 53%, une bonne opinion de Cédric Villani (34% une mauvaise). Agnès Buzyn jouit elle de 49% de bonne opinion et de 38% de mauvaise.

*Ce sondage a été réalisé du 18 au 19 février auprès de 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales de Paris, constituant un échantillon représentatif des habitants de Paris âgés de 18 ans et plus.

Sondage municipales 2014 : une majorité pour un nouveau parti

Sondage municipales 2014 : une majorité pour un nouveau parti

Une majorité (52%) de personnes seraient prêtes à voter pour un « nouveau parti politique qui viendrait de se créer » aux municipales et européennes de 2014, selon un sondage BVA pour iTélé.  A la question « diriez-vous qu’avec les partis politiques existants, un électeur dispose aujourd’hui d’une offre politique assez variée et satisfaisante? », 49% des sondés répondent par l’affirmative (15% « oui tout à fait », 34% « oui plutôt »). Mais un nombre identique de personnes répond négativement (« non pas du tout » 19%, « non plutôt pas » 30%). Interrogés sur l’éventualité d’un vote pour « un nouveau parti qui viendrait de se créer » ou « pour un parti traditionnel existant depuis longtemps », 52% des sondés assurent qu’ils pourraient « très bien voter » pour le premier. A l’inverse, 45% des personnes interrogées jugent qu’elles auraient « probablement tendance à voter » pour le second. Les sympathisants de gauche sont moins enclins à voter pour un nouveau parti (39%) que les sympathisants de droite (46%). Mais ce sont les personnes qui se disent « sans proximité partisane » qui sont le plus largement susceptibles de voter pour une nouvelle formation (76%). Cette enquête a été réalisée par internet les 5 et 6 décembre auprès d’un échantillon de 991 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 

Sondage Municipales : vote sanction pour 26%

Sondage Municipales : vote sanction pour 26%

Si le sondage est confirmé, nombre de municipalités pourraient basculer ; en effet  à six mois des élections municipales, le spectre d’un vote-sanction plane sur François Hollande et son gouvernement. Les résultats de l’enquête Ifop pour le Jdd sonnent déjà comme un avertissement pour l’exécutif. Si 61% des Français se prononceront les 23 et 30 mars prochains principalement en fonction des enjeux locaux, 26% annoncent qu’ils iront voter pour sanctionner la politique du chef de l’Etat. Seuls 10% iront voter pour le soutenir. Un Français sur quatre qui envisagent un vote-sanction à six mois du scrutin, c’est dix points de plus qu’en janvier 2008. La suite est connue. Nicolas Sarkozy et sa majorité subirent à l’époque une déculottée en perdant une trentaine de villes de plus de 30.000 habitants. Six ans plus tard, la situation politique est différente et rien ne dit que l’UMP réussira son pari de « vague bleue ». La progression du Front national constatée dans plusieurs sondages indiquent que les listes des représentants de Marine Le Pen auront sans doute  les moyens de se maintenir au second tour et de provoquer des triangulaires dans de nombreuses villes. En attendant, un autre indice risque de plonger l’exécutif et les candidats socialistes aux municipales dans le doute. Quand on demande aux Français quels sont les thèmes qui vont motiver leur vote, ils répondent dans l’ordre la fiscalité, la sécurité et l’emploi. Trois des sujets de la rentrée politique du gouvernement en proie notamment au « ras-le-bol fiscal ». Les préoccupations locales arrivent beaucoup plus loin.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol