Archive pour le Tag 'sondage'

Page 4 sur 75

Présidentielle : le JDD souligne la remontée de Zemmour

Présidentielle : le JDD souligne la remontée de Zemmour 

 

Ce n’est sans doute pas un hasard si le JDD souligne la remontée de Zemmour  et titre même que ces derniers talonne la candidate des Républicains.

Le  JDD se fonde sur la moyenne de sondages ce qui méthodologiquement est très approximatif et en tout cas non pertinent d’un point de vue statistique. La vérité c’est que si Macron est toujours en tête, la plupart des sondages pas trop manipulés montrent que Marine Le Pen devance très légèrement Valérie Pécresse et que Éric Zemmour se trouve plus loin.

Cette analyse du JDD n’est pas étonnante, elle est nettement orientée comme la plupart des médias désormais sous la tutelle de Bolloré principal soutien de Zemmour.  A gauche, Jean-Luc Mélenchon reste nettement en tête à 9,7 %. Suivent, sous la barre des 5%, l’écologiste Yannick Jadot (4,7 %), Christiane Taubira (4 %), le communiste Fabien Roussel qui poursuit son ascension (3,7 %, soit une hausse de plus d’un point en une semaine) et la socialiste Anne Hidalgo (2,4 %). Curieusement on parle peu des abstentions qui risquent d’atteindre un chiffre record content tenu du niveau actuel de la campagne électorale ( sans doute au moins 35 % d’abstention).

Une abstention record au premier tour de l’élection présidentielle, de toute l’histoire de la Vème république. C’est ce que révèle un sondage Odoxa – Backbone Consulting réalisé pour Le Figaro sur «Les Français et l’abstention à l’élection présidentielle de 2022»*. Selon cette étude, près de 3 Français sur 10 ne s’intéressent pas à cette élection présidentielle, et 2 sur 3 (65%) anticipent une abstention plus importante à cette élection qu’aux précédentes.

 

* Ifop, Ipsos, Elabe, Harris Interactive, BVA, OpinionWay et Odoxa. S’agissant des rollings quotidiens de l’Ifop et d’OpinionWay, nous ne retenons pas chacune de leur « vague » mais celles réalisées sur une période de temps différente, après renouvellement en intégralité de leur échantillon. 

Sondage 2022 : des moyennes de moyennes !

 

Le Figaro y compris se livre à l’exercice de moyennes de moyenne de sondages qui n’a guère de signification en tout cas qui méthodologiquement est très critiquable. Il n’est guère pertinent de faire des moyennes sur des moyennes mais cela permet d’alimenter la chronique en même temps que les critiques. Bref des chiffres à prendre vraiment avec des pincettes en tout cas à resituer dans des marges d’erreur de 3 à 5 %.

 

 

Exemple en tenant compte des marges d’erreur, les intentions de vote pour Yannick Jadot oscillent entre 2.97% et 9.91%

Emmanuel Macron

24.3%24.3%

Marine Le Pen

17.1%17.1%

Valérie Pécresse

16.0%16.0%

Eric Zemmour

13.8%13.8%

Jean-Luc Mélenchon

9.7%9.7%

Yannick Jadot

5.0%5.0%

Christiane Taubira

4.4%4.4%

Fabien Roussel

3.3%3.3%

Anne Hidalgo

2.9%2.9%

Nicolas Dupont-Aignan

1.7%1.7%

Source : NspPolls

Dernière mise à jour le 09/02/2022

Bonus malus fiscal écologique de Jadot : piège pour les pauvres et catastrophique pour le budget

Bonus malus fiscal écologique de Jadot : piège pour les pauvres et catastrophique pour le budget

Jadot s’explique   dans les Échos sur son projet de bonus malus fiscal écologique. Un projet plein de bonnes intentions mais qui en fait  risque de défavoriser les plus pauvres qui par nécessité choisissent les produits les moins chers provenant de l’étranger et qui ignorent le plus souvent des contraintes environnementales européennes et françaises  (Cas notamment des marchandises qui subiraient l’ajustement fiscal frontières européennes dont la consommation en France serait particulièrement victime compte tenu de son déficit commercial). Un programme qui prévoit de nombreuses dépenses supplémentaires est caractérisé par un très grand flou sur le plan du financement

 

Vous prônez un bonus-malus écologique sur certains impôts (ISF, IS). Mais comment faire en sorte que ce système ne se transforme pas en usine à gaz ?

Dès que l’on parle d’écologie, on nous ressort l’usine à gaz ! Je ne dis pas que ce sera totalement simple, mais c’était la même chose quand on parlait du nutri-score ou de la performance énergétique des bâtiments. Pourtant sur le sujet des émissions de CO2, les grandes entreprises sont déjà censées pouvoir faire le décompte, preuve que ce n’est pas impossible. De toute façon, c’est un impératif absolu pour éviter un chaos climatique qui déstabiliserait l’économie.

 

Avec ce bonus-malus, une entreprise de BTP française sera toujours plus taxée qu’une entreprise de services ou même un des Gafa…

Nous serons attentifs aux engagements pris. Prenons l’exemple d’une entreprise du BTP : si celle-ci s’engage sur une trajectoire de baisse rapide de l’utilisation du béton carboné, elle ne sera pas pénalisée. Nous voulons accompagner les transitions.

Est-ce que ce sera suffisant pour convaincre un groupe comme Total par exemple ?

Ce groupe doit sortir du paradigme qui est le sien, et qui dit, au fond, que la dernière goutte de pétrole exploitée rapportera toujours plus qu’un panneau solaire. Mais si Total continue d’explorer et d’exploiter des gisements d’énergie fossile, nous verrouillerons tous les outils de soutien public.

Votre programme ne prévoit pas de hausse de la taxe carbone, sauf si les prix de l’énergie venaient à baisser. Pourquoi se passer de cet outil plébiscité par les économistes ?

Au regard de la hausse des prix de l’énergie, je ne souhaite pas aujourd’hui relancer une trajectoire à la hausse de la fiscalité carbone. La priorité doit aller sur les politiques publiques qui décarbonent. Concernant le signal prix pour le carbone, il doit être donné à travers le système européen de quotas carbone (ETS) qui a été dévoyé à cause des quotas gratuits que nous voulons supprimer. J’ai porté au Parlement européen un mécanisme ambitieux d’ ajustement carbone aux frontières de l’Europe pour nous protéger du dumping climatique.

Votre programme prévoit de nombreuses nouvelles dépenses, du chèque énergie porté à 400 euros au recrutement de fonctionnaires en passant par le dégel du point d’indice. Quel est le coût du programme Jadot ?

Ces quatre derniers mois, l’Etat a dépensé 15 à 20 milliards d’euros pour réduire les effets de la hausse des prix de l’énergie, beaucoup plus qu’il n’a dépensé durant tout le quinquennat pour la rénovation thermique. Aujourd’hui, on paye très cher la non-anticipation sur les enjeux de la transition énergétique. Nous allons donc réinvestir.

J’assume totalement le grand retour des services publics avec 200.000 embauches de fonctionnaires, dont la moitié à l’hôpital public. Je veux aussi investir dans l’éducation car il n’y a pas de société innovante, épanouie et démocratique sans cela. Au total, je prévois donc 70 milliards d’euros de dépenses nouvelles, auxquelles il faut rajouter le plan d’investissements de 25 milliards d’euros.

Comment financer de telles dépenses ?

Nous avons déjà annoncé plusieurs mesures. L’ISF climatique doit rapporter 15 milliards, auxquels il faut ajouter la suppression de la baisse des impôts de production (10 milliards) . La hausse de la fiscalité sur l’héritage et de l’impôt sur le revenu pour les plus riches doit rapporter 8 milliards, et la fin de la flat tax générera 7 milliards. Enfin, la réorientation des aides aux entreprises en faveur des activités favorables au climat doit nous faire économiser 18 milliards.

Au final, les dépenses pour les services publics et la justice sociale seront payées par une fiscalité plus juste. Là où j’assume l’emprunt, c’est pour mon plan d’investissement de 25 milliards d’euros par an.

La dette n’est pas un problème ?

La dette qu’on ne peut plus accumuler , elle est climatique. Je veux que la question du grand réchauffement, portée par la science, remplace dans le débat public de cette campagne le grand remplacement qui est une théorie nauséabonde.

Le Pacte de stabilité européen est-il caduc à vos yeux ?

Il n’est pas question pour moi que les dépenses d’investissement pour le climat entrent dans les critères budgétaires. Qu’il y ait au niveau européen une nécessité de maîtrise des budgets, je ne le conteste pas. Mais cela ne doit pas se construire sur un objectif chiffré identique pour tout le monde. Quand j’entends le gouvernement actuel nous promettre le retour du déficit sous 3 % à la fin du prochain quinquennat, c’est une folie d’austérité.

 

Est-ce que vous prévoyez malgré tout des économies pour l’Etat ?

J’ai déjà mentionné les 18 milliards d’aides qui participent au dérèglement climatique – comme la niche fiscale en faveur du kérosène – que nous supprimerons. D’autres économies sont sans doute possibles, par exemple les strates administratives au-dessus de l’hôpital.

Au-delà, il y a aussi des recettes qu’il faut aller chercher. On a sous-investi dans la lutte contre l’évasion fiscale, et je pense que cela peut générer 10 milliards de recettes en plus par an.

Pourquoi privilégier la sortie du nucléaire, alors que c’est la voie la plus coûteuse selon RTE, le régulateur du secteur ?

Permettez-moi de prendre avec beaucoup de recul ces évaluations de RTE sur le prix du nucléaire. L’EPR de Flamanville, c’est 17 milliards de surcoûts par rapport à ce qui était annoncé, pour quelque chose qui n’est pas près de tourner !

Ma priorité reste donc de déployer massivement les énergies renouvelables, comme le font nos voisins, et de réduire progressivement notre parc nucléaire en fonction de ce déploiement. Nous sommes sur la fermeture d’une dizaine de réacteurs d’ici à 2035, c’est dans la loi. Mais ma stratégie n’est pas de fixer le nombre de réacteurs à fermer, elle est de faire des économies d’énergie, de développer les énergies renouvelables et, dès aujourd’hui, de renforcer les compétences dans le nucléaire.

 

De quelle manière ?

Les arrêts pour maintenance ont fortement augmenté et une grande partie est liée à des carences humaines, pas uniquement au vieillissement des centrales. Il y a aussi potentiellement des problèmes génériques sur les réacteurs les plus récents. Les personnels sont de moins en moins formés, or, à partir du moment où on va mettre vingt, vingt-cinq ans pour sortir du nucléaire, il faut des ingénieurs, des ouvriers, qui restent les meilleurs du monde. Il faudra donc investir.

Je suis responsable, je ne mettrai pas en danger notre économie ni la fourniture d’électricité.

En quoi le rachat complet d’EDF par l’Etat est nécessaire ?

Je veux faire d’EDF le bras armé d’une transition écologique très forte. Renationaliser EDF, c’est se financer à meilleur prix – un EPIC coûte moins cher qu’une société anonyme -, mais c’est également pouvoir conserver les barrages sous contrôle public. Enfin, quand nous fermerons un réacteur nucléaire, cela évitera de verser des centaines de millions à des actionnaires qui n’ont pas payé pour ces réacteurs. C’est ce qui s’est passé à Fessenheim.

 

Allez-vous maintenir les aides pour l’achat de voitures électriques ou la priorité doit être de réduire le nombre de voitures ?

Nous doublerons les sommes consacrées à l’achat de véhicules électriques, à 1 milliard d’euros. Les études démontrent qu’entre 2025 et 2027, la voiture électrique sera à parité en termes de prix à l’achat avec une voiture thermique. Une rupture sur les coûts est en train d’avoir lieu, nos constructeurs devraient l’anticiper et non pas y résister .

Mais il est vrai qu’il y aura moins de voitures pour les Français. Ce sera une conséquence : quand les transports collectifs sont plus accessibles, le covoiturage développé, les pistes cyclables sécurisées, etc., une famille pourra passer de deux à une voiture par exemple.

 

Je ne veux pas faire évoluer les gens par la contrainte ou la culpabilisation. Au contraire, c’est en donnant plus de confort, de santé et de pouvoir d’achat qu’on fera évoluer la société. C’est la même chose pour les maisons individuelles : plutôt que d’interdire la construction de nouveaux lotissements, il faut inciter ou aider les bourgs et les villages à se repeupler.

Et vôtre  réduction du temps de travail à 4 jours ?

Je maintiens le cap d’une réduction du temps de travail, c’est le sens de l’histoire. En revanche, je ne réitérerai pas la façon dont les 35 heures ont été mises en oeuvre en France. Je veux donc lancer une Convention citoyenne sur les temps de travail.

La solution peut être différente selon les entreprises. Certaines pourront vouloir passer aux 32 heures en quatre jours, y compris pour améliorer leur productivité. On peut imaginer aussi d’autres systèmes, en prévoyant une coupure de six mois après cinq ans de travail, ou un an au bout de dix ans. La mise en place d’une banque du temps peut aussi permettre à une personne de plus de 50 ans de travailler à mi-temps.

L’écologie est la meilleure alliée du pouvoir d’achat


Les coûts associés à la transition environnementale ne font-ils pas peser une menace sur le pouvoir d’achat des Français ?

Absolument pas, l’écologie est la meilleure alliée du pouvoir d’achat. La force de notre projet est qu’il est le seul à s’attaquer aux dépenses contraintes. Les 10 milliards consacrés à la rénovation thermique permettront de diminuer la facture des ménages intéressés de 600 à 700 euros par an.

Autre exemple : le forfait mobilités durables qui devrait prendre en compte le covoiturage gratuit. Quand vous faites 30 km par jour entre votre domicile et votre travail, vous économisez 1.000 euros par an. C’est le « 13e mois écolo », il n’est pas payé, il est économisé.

Il faut ajouter à cela le SMIC à 1.500 euros que je veux imposer d’ici à 2027, les négociations sur les bas salaires ou le revenu citoyen qui éradiquera la grande pauvreté dans ce pays. Le pouvoir d’achat, cela doit se traduire par la maîtrise de nos vies, pas simplement un pouvoir d’acheter.

Sondage popularité Macron : en baisse

Sondage popularité Macron : en baisse

Selon une étude Ifop pour Paris Match, LCI et Sud Radio qui questionne les Français sur leurs pronostics de victoire à 66 jours du scrutin, Emmanuel Macron chute de 6 points à 21% en l’espace d’une semaine.Il reste cependant encore largement le favori pour l’élection présidentielle ( Un score supérieur à 20 %)

 

Souvent donnée qualifiée au second tour, la candidate du RN Marine Le Pen ne peut l’emporter que pour 14% (=) des Français. Un chiffre qui tombe à 11% pour son concurrent direct Éric Zemmour, mais qui est en hausse de 4 points depuis le 28 janvier dernier – date de la dernière vague. Accumulant les ralliements en quelques jours, le leader de Reconquête a probablement convaincu certains électeurs qu’il pouvait constituer une petite équipe pour conquérir le pouvoir. Enfin, la prétendante de la droite Valérie Pécresse ne persuade de sa victoire que 10% de Français.

Du côté de la gauche enfin, le tableau est encore moins réjouissant. Si 8% (+2) des sondés croient en l’accession de Jean-Luc Mélenchon à l’Élysée, 4% misent sur celle de Christiane Taubira – en baisse de 1 point malgré sa récente victoire à la Primaire populaire la semaine dernière. Un chiffre équivalent pour l’écologiste Yannick Jadot, en hausse, lui, de 1 point. Dernière du classement: Anne Hidalgo. La socialiste n’est vue gagnante que par 1% (-1) des Français.

Si ces données sont une première indication de l’état de l’opinion à un instant T, elles sont à prendre avec des pincettes. 9% des citoyens font le pari d’une victoire d’un autre prétendant et 18% ne se prononcent pas. Des incertitudes qui sont en partie liées au non-choix d’un bon tiers de l’électorat entre tous les impétrants. Autre élément à prendre en compte dans le sondage Ifop: 68% des Français se déclarent intéressés par la campagne. Un intérêt qui monte à 86% chez ceux d’Éric Zemmour et à 80% pour Jean-Luc Mélenchon. En d’autres termes, ceux qui sont les plus radicaux.

Sondage présidentielle : Marine Le Pen et Éric Zemmour à égalité ?

Sondage présidentielle : Marine Le Pen et Éric Zemmour à égalité ?

 

Les sondages sont actuellement très contradictoires concernant la qualification au second tour. Beaucoup mettent Marine le Pen en tête des challengers de Macron, d’autres désignent Valérie Pécresse. Et récemment un sondage Ipsos-Sopra Steria pour le Parisien indiquerait que Marine Le Pen et Éric Seymour seraient à peu près à égalité avec 14 %.

 

Bref les sondages se contredisent nettement et une partie des différences pourrait s’expliquer par le fait que certains sondages commandés par des grands médias au service des intérêts financiers  veulent  pousser tel ou tel candidat. Soit pour favoriser au final Macron, cas le plus général, soit pour favoriser la sélection de Valérie Pécresse au second tour, soit pour nuire à Marine Le Pen  ou à Zemmour. Une combinaison des préoccupations complique encore les raisons de ces sondages très discutables.

La plus grande critique qu’on peut leur adresser c’est de confondre l’avis des Français un moment donné avec des intentions de vote qui ne sont nullement figés. Cela d’autant plus que le taux de participation pourrait être assez faible avec une abstention sans doute au moins 40 %.

Sans parler des problèmes méthodologiques relatifsaux échantillons de quelques centaines de personnes questionnées  à la hâte via Internet.

De ce point de vue les explications du sondage Ipsos paraissent assez vaseuses:

 

En un mois, Marine Le Pen a chuté de 3 points d’intention de vote. Le sondage Ipsos-Sopra Steria souligne également que seuls 55% de ceux qui ont voté pour elle au premier tour de la présidentielle en 2017 souhaitent recommencer, alors qu’ils étaient 62% lors du dernier sondage. De fait, toujours d’après le sondage, il semblerait l’essayiste puisse bénéficier du vote de près d’un tiers de l’électorat Le Pen en 2017 (32%).

D’autres sondages expliquent exactement le contraire en indiquant que Zemmour ne bénéficie plus de dynamique depuis quelques semaines et que Marine le Pen au contraire progresse.

Sondage sécurité : un mauvais bilan de Macron pour 62 % des Français

Sondage sécurité : un mauvais bilan de Macron pour 62 % des Français

 

La sécurité est de loin le champ d’action qui mécontente le plus l’opinion publique. Macron est très sévèrement jugé sur cette question. D’après le baromètre Fiducial-Odoxa pour Le Figaro  62 % des Français considèrent comme «mauvais» le bilan de son quinquennat.

Déçus, ils jugent que son action n’a pas été à la hauteur en particulier en matière de lutte contre la délinquance (74 %) contre laquelle, pourtant, avait été déployée la «police de sécurité du quotidien» au début de la mandature. Considérée comme un «marqueur» pour lutter contre les délits et les incivilités pourrissant la vie des administrés, cette réforme est ressentie comme un échec total.

En cause sans doute le manque de moyens notamment de policiers sur le terrain mais aussi le laxisme de la justice.

Sondage: l’ hôpital est malade pour 65 % des Français

Sondage: l’ hôpital est malade pour 65 % des Français

 

Un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions*, publié jeudi 3 février par France Info souligne que pour 65% Français l’hôpital est malade.

En élargissant au « système de santé » dans une question qui mentionne les « qualité des soins, accès aux soins, niveaux de remboursements », l’avis des personnes interrogées est cette fois majoritairement positif : 56% des sondés jugent la situation du système de santé « bonne » et 12% considèrent même qu’elle est « très bonne ». « Ce résultat montre l’attachement des Français au système de santé, commente Pierre Latrille, auteur de l’étude pour l’institut Ipsos. Le système de santé est plutôt bien perçu, parce qu’il permet d’avoir des soins de qualité et à des prix accessibles. »Toutefois, tous les candidats n’ont pas encore publié leur programme, « donc les personnes interrogées ne savent pas forcément quoi penser », remarque Pierre Latrille, qui souligne la bonne performance d’Emmanuel Macron. « Après deux ans de gestion de la pandémie, c’est plutôt une bonne chose pour lui qu’il ait un tel taux de confiance. » Avant de nuancer : « Cela veut dire qu’il y a quand même deux tiers qui ne savent pas quoi en penser ou n’ont pas confiance en lui. »

* Méthodologie : étude réalisée selon la méthode des quotas à partir d’un questionnaire en ligne. 989 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, ont été interrogées, le 28 janvier 2022. Pour cette étude, Ipsos-Sopra Steria affiche un intervalle de confiance de 95%.

Sondage Présidentielle : les Français veulent un débat avec Macron avant le premier tour

Sondage Présidentielle : les Français veulent un débat avec Macron avant le premier tour

 

 62% des Français condamnent  l’absence de débat avec Macron avant le premier tour selon un sondage YouGov pour Le HuffPost . De ce point de vue la posture quasi monarchique de Macron est de plus en plus critiquée

Dans le détail, ce pourcentage bondit à gauche, chez les sympathisants Insoumis (81%) et socialistes (83%). Les sondés proches de La République en marche, eux, sont 50% à regretter qu’Emmanuel Macron ne descende pas dans l’arène. À droite, ils sont 67% chez les sympathisants Les Républicains et 67% chez les proches du Rassemblement National.

Dans un récent sondage Ipsos paru la semaine dernière, sept Français sur dix déclaraient être «intéressés par la prochaine élection Présidentielle de 2022». Cette tendance ne change pas. Le sondage YouGov indique que 68% des sondés sont «intéressés par la campagne présidentielle». Près d’un Français sur deux pense d’ailleurs qu’Emmanuel Macron doit se déclarer candidat rapidement, une position très largement répandue chez les sympathisants LREM (96%).

 

 

Sondage présidentielle : Macron Déjà vainqueur pour BFM !

Sondage présidentielle : Macron déjà vainqueur pour BFM !

 

 Selon un sondage Opinion 2022, réalisé par Elabe pour BFMTV et L’Express SFR et publié ce mercredi, Macron serait déjà vainqueur au second tour face à Pécresse  Et encore davantage face à Le Pen.

Le sous-titre du site BFM qui rend compte de cette étude est évocateur :

« Macron donné gagnant au second tour »

Des groupes financiers et économiques ont à nouveau décidé d’apporter leur soutien à Macon et vont continuer d’assommer l’opinion publique de sondage les persuadant que de toute façon Macron gagnera au second tour. Ces sondages comportent évidemment de nombreux biais méthodologiques sans parler des arrière-pensées politiques visant à perpétuer la politique de Macron relativement favorable à certains intérêts financiers.Des sondages à prendre en conséquence avec des pincettes surtout quand plus de 40 % des électeurs ne sont pas sûrs de leur vote et que 50 % du corps électoral risquent de s’abstenir.

Selon cette enquête d’opinion, Emmanuel Macron est crédité de 25% des intentions de vote au premier tour du scrutin. Viennent ensuite, toujours dans un mouchoir de poche, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen (16,5%) et celle des Républicains (LR) Valérie Pécresse (16%). Éric Zemmour (Reconquête!) arrive en quatrième position avec 12,5% d’intentions de vote, devant le représentant de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon (9,5%).

 Ainsi, une deuxième manche opposant Emmanuel Macron à Valérie Pécresse pourrait voir l’actuel locataire de l’Élysée rempiler avec 55,5% des voix, contre 44,5% pour la candidate

En cas de second tour face à Marine Le Pen, le président de la République pourrait l’emporter avec 56% des voix contre 44% pour son adversaire du Rassemblement national. En 2017, déjà opposés l’un à l’autre au second tour, Emmanuel Macron avait remporté le scrutin avec 66,1% des voix contre 33,9% pour Marine Le Pen. La présente donnée du sondage constituerait donc une forte poussée du vote RN.

La troisième hypothèse testée est celle d’un second tour entre Emmanuel Macron et Éric Zemmour. Bien que peu probable, elle pourrait conduire à une victoire confortable d’Emmanuel Macron, qui obtiendrait, selon notre sondage, 64,5% des voix contre 35,5% pour le candidat de Reconquête!.Gare toutefois à la volatilité de l’électorat. Selon les travaux d’Elabe, seuls 62% des électeurs, toutes sensibilités politiques confondues, se disent certains de leur choix. Les plus affermis dans leur conviction sont ceux de Marine Le Pen (75%), suivis par Emmanuel Macron (72%) puis Jean-Luc Mélenchon (70%).

Dans le détail, le bilan d’Emmanuel Macron est vu d’un meilleur oeil aux plans de l’international, de l’emploi et de l’économie. C’est sur le régalien, le pouvoir d’achat et le social que le bât blesse.

Seuls 13% des personnes interrogées jugent que le chef de l’État a « transformé le pays en profondeur », contre 50% qui estiment qu’il en a « modifié quelques aspects seulement » et 37% qu’il « n’a pas changé le pays ».

Sondage présidentielle : Pécresse et Le Pen ensemble à 17 %

Sondage présidentielle : Pécresse et Le Pen ensemble à 17 %

Des sondages à prendre évidemment avec des pincettes dans la mesure où certains grands groupes économiques et financiers soutiennent tel ou tel candidat (avec les sondages qui vont avec).

Dans un nouveau sondage BVA réalisé pour Orange et RTL, le paysage politique connaît de très légères évolutions. Le chef de l’État, crédité de 24% des intentions de vote pour la présidentielle, conserve une solide avance sur ses concurrents, tandis que Marine Le Pen et Valérie Pécresse restent au coude-à-coude pour accéder au second tour.

Derrière, Marine Le Pen distance légèrement la candidate des Républicains (16%), tout en restant dans la marge d’erreur. Les deux candidates tournent autour de 17 %.

L’ancien polémiste et désormais quatrième homme dans les sondages, Éric Zemmour, est crédité de 12,5% des intentions de vote, avec 19 à 23% des sympathisants du RN et des électeurs de Marine Le Pen il y a cinq ans.

Sondage politique 2022: Édouard Philippe devant Macron

Sondage politique 2022: Édouard Philippe devant Macron

Selon un sondage, Édouard Philippe ferait un meilleur candidat que Macron. Édouard Philippe, ancien premier ministre d’Emmanuel Macron et président du parti de droite Horizons, est jugé «compétent», «convaincant» et «sympathique» par plus de 60% des Français, selon un baromètre Odoxa-Mascaret pour LCP, Public Sénat et la presse régionale.

De précieuses qualités pour être un bon président de la République. Plus de six Français sur dix estiment en effet qu’Édouard Philippe «va revenir sur le devant de la scène politique», et ils sont 65% à penser qu’il «serait un meilleur président qu’Emmanuel Macron». Des résultats qui interviennent alors que la popularité d’Emmanuel Macron commence à baisser. Selon ce sondage, seuls 39% des Français estiment aujourd’hui qu’Emmanuel Macron est un bon président de la République, soit 5% de moins qu’en décembre.

Politique-Sondage Macron : forte baisse

Politique-Sondage Macron : forte baisse

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD paru ce samedi soir, 37% des Français se disent satisfaits de son action, contre 41% il y a un mois.

Il s’agit ainsi de la plus grosse baisse depuis mars 2021. « C’est un tournant », déclare à l’hebdomadaire Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, pointant également que le président était jusqu’alors épargné en raison de la pandémie de Covid-19. Les chutes les plus importantes se situent chez les ouvriers et les 18-24 ans, puisque le président sortant perd respectivement 11 et 7 points dans ces catégories.

 Parmi les raisons avancées, l’on retrouve notamment la phrase polémique sur la volonté d’ »emmerder » les non-vaccinés. Le pouvoir d’achat est également cité comme critique.

Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa propre succession, pourra cependant se rassurer en regardant les autres enquêtes d’opinion. Selon notre baromètre des sondages présidentiels Élyséemètre, il est ainsi crédité de 25,3% des intentions de vote. Un chiffre relativement stable depuis le début de la campagne. Ses deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen, sont, elles, toutes les deux aux alentours des 17%.

Sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD entre le 14 et le 20 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1952 personnes âgées de 18 ans et plus en respectant la méthode des quotas. Les interrogations ont eu lieu par téléphone et sur Internet. La marge d’erreur est située entre 1 et 2,3 points.

Sondage popularité Macron : forte baisse

Sondage popularité Macron : forte baisse

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD paru ce samedi soir, 37% des Français se disent satisfaits de son action, contre 41% il y a un mois.

Il s’agit ainsi de la plus grosse baisse depuis mars 2021. « C’est un tournant », déclare à l’hebdomadaire Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, pointant également que le président était jusqu’alors épargné en raison de la pandémie de Covid-19. Les chutes les plus importantes se situent chez les ouvriers et les 18-24 ans, puisque le président sortant perd respectivement 11 et 7 points dans ces catégories.

 Parmi les raisons avancées, l’on retrouve notamment la phrase polémique sur la volonté d’ »emmerder » les non-vaccinés. Le pouvoir d’achat est également cité comme critique.

Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa propre succession, pourra cependant se rassurer en regardant les autres enquêtes d’opinion. Selon notre baromètre des sondages présidentiels Élyséemètre, il est ainsi crédité de 25,3% des intentions de vote. Un chiffre relativement stable depuis le début de la campagne. Ses deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen, sont, elles, toutes les deux aux alentours des 17%.

Sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD entre le 14 et le 20 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1952 personnes âgées de 18 ans et plus en respectant la méthode des quotas. Les interrogations ont eu lieu par téléphone et sur Internet. La marge d’erreur est située entre 1 et 2,3 points.

Sondage Présidentielle : la gauche de plus en plus minoritaire en milieu populaire

Sondage Présidentielle : la gauche de plus en plus minoritaire  en milieu populaire

D’après une étude de l’IFOP, les intentions de vote pour les divers candidats de gauche à la prochaine présidentielle ne dépassent pas 36% dans les quartiers populaires. Un score relativement bas si on le compare à 2012 où plus de la moitié des électeurs habitant dans les quartiers populaires avaient voté à gauche.

.Les électeurs résidant dans des quartiers populaires seraient 35% à diriger leur vote vers Marine Le Pen , Eric Zemmour ou encore Nicolas Dupont-Aignan contre 28,4% en 2017 et à peine 21,9% en 2012, selon cette même étude.

Une  partie des habitants des quartiers populaires « se retrouvent dans ce discours » national populiste. « Dans ces quartiers, il y a une population issue de l’immigration souvent assez nombreuse. Une partie de l’électorat cède à ces représentations très négatives sur les gens issus de l’immigration, sur leur rôle supposé dans la délinquance, dans le déclin de la nation ou leur peu de respect ou d’amour pour la France… Ce sont des discours qui reviennent souvent dans les rangs de Marine Le Pen », explique l’étude

Selon l’étude, le discours de l’écologiste Yannick Jadot peut également être inaudible dans les quartiers populaires où les enjeux sociaux sont prédominants. « Les  électeurs se disent également préoccupés par des besoins matériels : le pouvoir d’achat, la hausse des salaires et la lutte contre le chômage. La précarité et l’éducation sont aussi prégnants à la différence des questions de sociétés (lutte contre le sexisme, le racisme et la haine contre les LGBT) qui mobilisent beaucoup moins.

Mais en troisième position arrive un thème de campagne cher à la droite et à l’extrême droite : l’insécurité. Plus de 74% des sondés se disent concernés par le sujet.

Etude Ifop pour Ecran de Veille réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 16 décembre 2021 auprès d’un échantillon de 1 003 personnes, représentatif de la population adulte résidant dans les 10% des « banlieues les plus pauvres » de France métropolitaine.

Sondage Passe vaccinal : les Français pour mais provisoirement

Sondage Passe vaccinal : les Français pour mais provisoirement

Selon un sondage Odoxa Backbone-Consulting réalisé pour Le Figaro, ils sont en effet 62% à approuver le dispositif qui doit entrer en vigueur ce lundi, selon les récentes annonces gouvernementales.

Dans le détail, le dispositif est particulièrement apprécié par les plus de 35 ans (57%), mais surtout les seniors (80%) et les Français les plus aisés (69%). Tandis que les catégories populaires (50%), les jeunes de 25 à 34 ans (57%) et les Français les plus modestes (49%) le désapprouvent davantage.

 

Pour une partie de l’opinion publique (61%), il serait même acceptable d’aller plus loin et d’étendre l’obligation vaccinale à tous les Français. Une part encore plus importante (76%) souhaite porter cette obligation sur les personnes âgées ou fragiles.

 

Cependant 71% des Français souhaitent ainsi que l’outil soit «automatiquement suspendu» dès que la situation sanitaire s’améliorera. Or pour l’instant, l’exécutif n’a pas souhaité apporter de précisions sur les conditions qui permettraient de lever le passe vaccinal.

SONDAGE 2022: Pécresse stagne

SONDAGE 2022: Pécresse stagne

La candidate LR ne devance plus Marine Le Pen dans les intentions de vote à la présidentielle, même si elle est au coude à coude avec elle.  un léger tassement, dans les sondages : elle ne devance plus Marine Le Pen, même si elles sont au coude à coude pour la qualification pour le second tour. Dans notre baromètre quotidien OpinionWay-Kéapartners , elles sont à égalité avec 18% des intentions de vote.

Sa cote de popularité dans l’opinion repart, elle aussi, à la baisse. Alors qu’elle s’était envolée de 12 points dans la foulée de son investiture, la patronne de la région Ile-de-France recule de 5 points sur un mois dans le dernier baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique. A trois mois du premier tour de la présidentielle, 31 % des Français ont d’elle une « image positive ». Cela reste son deuxième point le plus haut du quinquennat mais elle est à égalité avec sa rivale du RN (laquelle est au plus haut depuis 2017).

Dans le détail, la candidate éprouve encore des difficultés à sortir de ses « deux zones de forces » : l’agglomération parisienne et les retraités. Un élu membre de son équipe de campagne le concède : « Elle doit reprendre en main l’agenda médiatique, comme elle a tenté de le faire avec le Kärcher. Le mois de janvier est toujours délicat mais la dynamique doit se réenclencher. »

L’image des services publics renforcés par la crise sanitaire ( sondage)

L’image des services publics renforcés par la crise sanitaire ( sondage)

 

D’après lebaromètre annuel réalisé par Kantar pour l’Institut Delouvrier, publié en exclusivité par « Les Echos  75 % des sondés estiment que les services publics ont fait le nécessaire pour « assurer la continuité du service » (+13 points). Pour 69 %, ils ont su « répondre aux besoins nouveaux générés par l’épidémie et ses conséquences », contre une sur deux en 2020. Tous les services publics ont vu leur score progresser, la palme revenant aux impôts, en hausse de 11 points à 74 %, la santé publique ne progressant a contrario que d’un petit point, mais avec 75 % d’opinions positives.

A noter la montée d’une « inquiétude par rapport à la proximité et l’accessibilité », ajoute Guillaume Caline, directeur Enjeux publics et opinion chez Kantar Public, qui résonne avec l’alerte de la Défenseuse des droits sur les risques d’inégalités d’accès aux services publics avec la dématérialisation.

Attentes fortes
La hiérarchie des priorités de l’action publique pour les Français est quant à elle restée très marquée par le Covid en 2021, avec toujours la santé publique en tête de liste, citée par 48 % des personnes interrogées mais en baisse. La police et la gendarmerie ainsi que l’éducation nationale, sur laquelle l’opinion s’est dégradée en 2021 après plusieurs années d’amélioration, viennent ensuite, évoquées par 35 % des répondants.

L’emploi, lui, est relégué en cinquième place, derrière la justice, le service public qui pâtit de la plus mauvaise opinion (exprimée par près de deux tiers des Français). « Il y a un problème avec la justice », souligne Matthieu Delouvrier, qui rappelle qu’auparavant c’est la politique de l’emploi qui arrivait bonne dernière.

Si l’attachement des Français à leurs services publics et leurs attentes fortes que montre le baromètre pèseront à n’en pas douter sur le scrutin présidentiel , les Français apparaissent plus que jamais partagés sur leur avenir. 46 % des répondants au sondage Kantar pour l’Institut Paul Delouvrier se déclarent partisans de « diminuer le niveau des impôts et des prélèvements, quitte à réduire les prestations fournies par les services publics » et 49 % souhaitent « améliorer les prestations fournies par les services publics quitte à augmenter [leur] niveau ».

 

SONDAGE « POLITIQUE » de BFM -: Un Français sur deux prévoit la victoire de Macron !

SONDAGE « POLITIQUE » de BFM  -: Un Français sur deux prévoit la victoire de Macron !

 

 

Un sondage d’une nouvelle nature. On connaissait déjà les très discutables enquêtes sur les intentions de vote méthodologiquement  et politiquement très critiquable. Maintenant on passe à l’idée que se font les Français du résultat du vote. Un sondage encore davantage ésotérique surtout quand on sait que plus de la moitié des Français n’ont pas son instant l’intention d’aller voter. Ainsi Emmanuel Macron resterait  le grand favori puisque près d’un Français sur deux pronostique une victoire du président sortant, Emmanuel Macron, selon  Elabe Opinion 2022 pour BFMTV. Aucun autre candidat ne s’approche de ce score.

Ainsi, 14% des interrogés seulement voient une victoire à venir de Valérie Pécresse, invitée ce mardi soir de l’émission La France dans les yeux sur BFMTV. Marine Le Pen obtient le même score. Derrière, 6% des Français voient une victoire d’Éric Zemmour, et 5% imaginent Jean-Luc Mélenchon s’imposer. Tous les autres candidats sont sous la barre des 3%.

Si les sympathisants de LaREM et du Modem croient à 91% en une victoire d’Emmanuel Macron, et que ceux du RN sont 65% à être confiants dans la victoire de leur camp, les autres partis se montrent partagés. Ainsi, 52% des proches des Républicains voient une victoire de leur candidate Valérie Pécresse. Une faible confiance également perçue chez Reconquête (54%).

À gauche, l’espoir semble plus que jamais avoir quitté les rangs. Les sympathisants de La France Insoumise ne croient qu’à 39% dans la victoire de Jean-Luc Mélenchon. Un chiffre qui tombe à 16% pour les électeurs socialistes en ce qui concerne Anne Hidalgo ou Christiane Taubira. Enfin, 11% seulement des écologistes croient en une victoire de Yannick Jadot, pourtant mieux classé dans les sondages que la maire de Paris ou l’ancienne garde des Sceaux.

Présidentielle 2022 : encore un sondage contradictoire

Présidentielle 2022 : encore un sondage contradictoire

Les sondages multiplient et les contradictions aussi. Ainsi par exemple dans certains sondages Valérie Pécresse serait à égalité avec Macron au second toujours et pourrait même l’emporter. Dans d’autres au contraire Macron  domine assez largement. De toute manière il y a de vrais problèmes méthodologiques relatifs aux   » intentions de vote »  surtout quand 50 % ne sont pas certains d’aller voter. Sans parler des manipulations en fonction des intérêts des arts et des autres.

 

Concernant le match entre Marine Payne et Zemmour seuls 40% des Français considèrent désormais la candidate du Rassemblement national comme étant la «représentante d’une extrême droite nationaliste et xénophobe» (soit 9 points de moins qu’en février 2019), contre 64% pour Éric Zemmour. C’est ce que révèle le baromètre annuel de l’image du Rassemblement national, réalisé par Kantar Public pour Franceinfo et Le Monde , publié ce lundi 17 janvier.

Inspirant moins de rejet que son concurrent, la candidate du RN est également vue comme plus à même d’accéder à l’Élysée en avril. 29% des personnes interrogées jugent en effet probable que Marine Le Pen soit élue présidente de la République, alors que seules 10% croient pour l’instant en la victoire d’Éric Zemmour.

Covid: Baisse de la confiance dans le gouvernement (sondage)

Dans un sondage IFOP diffusé par le JDD, les sondés ne sont plus que 40 % environ à faire confiance au gouvernement pour modèle la lutte contre la pandémie. La baisse est générale y compris pour le soutien aux passe vaccinale et pour la vaccination. En cause sans doute notamment cette pagaille à l’école et le maquis des mesures restrictives

Alors que le passage du passe sanitaire au passe vaccinal devrait être définitivement voté dimanche par le Parlement, 58% des Français s’y disent favorables, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche. Un chiffre en baisse de 5 points par rapport à une précédente enquête menée par l’institut pour LCI début janvier (63%). Dans le détail, et sans surprise, les sympathisants de La République en marche soutiennent sa mise en place à 93%, suivi par ceux du Parti socialiste (76%), des Républicains (72%) et d’Europe Ecologie-Les Verts (62%). Les sondés se déclarant politiquement proches de La France insoumise et du Rassemblement national sont, eux, majoritairement opposés au passe vaccinal, respectivement à 55% et 53%.

Les hommes y adhèrent davantage que les femmes, à 62% contre 54%. L’adhésion au passe vaccinal décroît en fonction de l’âge des Français : c’est donc chez les 65 ans et plus qu’il est le plus accepté (71% de favorables) et chez seulement 48% des 18-24 ans.

Le Sénat doit achever l’examen du texte sur le passe vaccinal ce week-end et, « selon qu’il y aura ou non saisine du Conseil constitutionnel », l’entrée en vigueur se fera avec « quelques jours de retard » sur le calendrier prévu, soit d’ici une semaine à dix jours, a commenté vendredi soir le Premier ministre, Jean Castex, dans un entretien à Nice-Matin.

59% pour la vaccination obligatoire dès 18 ans

Le sondage de l’Ifop interroge également les Français sur la vaccination obligatoire pour les 18 et plus : 59% des sondés s’y disent favorables. Un chiffre là encore en baisse, puisqu’ils étaient 68% à la soutenir en novembre, selon une précédente enquête de l’institut pour le JDD.

Toujours dans ce même sondage, 53% des Français font confiance au gouvernement pour « aider les entreprises en difficulté en raison du coronavirus » ; 50% pour « mener à bien la campagne de vaccination » ; et 41% pour « faire face efficacement au coronavirus ».

123456...75



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol