Archive pour le Tag 'sondage'

Page 4 sur 72

Sondage : les craintes de guerre avec la Chine et la Russie

  1. L’éclatement du multilatéralisme et la perte d’efficience des organismes de régulation (ONU, OMC etc) font monter les craintes d’une guerre -pour l’instant froide- avec la Chine et la Russie.

Il faut noter qu’il y a une différence d’appréciation chez les sondés entre les craintes globales vis-à-vis d’une guerre froide et l’implication du du pays d’origine. Bref globalement un pourcentage non négligeable considèrent que les risques de guerre sont réels mais ne concerneront pas leur propre pays en tout cas moins. Une curieuse vision qui consiste à considérer que le risque est pour les autres. Pas étonnant qu’en Europe en particulier on éprouve les pires difficultés à envisager une politique de défense un peu efficace.

Un sondage du Conseil européen des relations internationales (ECFR) commandé par Lena, l’alliance des principaux quotidiens européens 59 % des sondés craigne une guerre froide avec la Chine et autant avec la Russie.

  1. , Vis à vis  de la Russie 25% y sont seulement 25 % à penser à une guerre impliquant leur pays ,une minorité donc à l’exception de la Pologne (44%), la plus inquiète, et de la France (35%) .
  2. Vis à vis  de la Chine 31% des interrogés pensent que la guerre froide entre l’Union européenne et la Chine est d’actualité, ils sont seulement 15% en moyenne à penser que c’est le cas entre leur propre pays et la dictature communiste.

Sondage 2022 : Zemmour prend surtout des voix à Le Pen (Dominique Reynié, professeur à Sciences Po )

Sondage 2022 : Zemmour prend surtout des voix à Le Pen (Dominique Reynié, professeur à Sciences Po )

Les chiffres sont sans appel d’après le dernier sondage, Zemmour progresse de 5 % qu’il prend à peu près totalement à Marine Le Pen qui ,elle, perd 5 %.

 

Les écarts se resserrent nettement. Eric Zemmour atteint les 13% en se rapprochant dangereusement de Marine Le Pen, selon Harris Interactive pour Challenges. « Cette enquête est pleine d’intérêt, estime dans l’Opinion le directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, Dominique Reynié. Elle annonce une configuration problématique. On observe que la baisse de Le Pen profite à Zemmour et pas aux Républicains. Il y a un transfert de l’électorat de Le Pen vers Zemmour. »

Pour expliquer cette dynamique, Dominique Reynié ajoute : « Zemmour offre à une droite dure orpheline de chef, un chef. Et du côté du Rassemblement national, il offre le retour du visage d’une extrême droite classique, celle de Jean-Marie Le Pen, que les électeurs historiques n’arrivent pas à oublier. »

Désigné sur le fil face à Sandrine Rousseau lors de la primaire des écologistes, Yannick Jadot, quant à lui, va devoir rassembler. « C’est une victoire assez serrée, au terme d’un débat déraisonnable, confirme Dominique Reynié. Yannick JadoLes chiffres sont sans appel, d’après le dernier sondage Zemmour atteint 15 % des voix, il gagne 5 % qu’il prend à Le Pen qui en perd autant.t s’est laissé enfermer dans la radicalité de Sandrine Rousseau. Il peut servir de point d’arrivée d’électeurs socialistes déçus par la candidature d’Anne Hidalgo mais il aura du mal à tenir un discours cohérent. »

Du côté des Républicains, il faudra attendre le 4 décembre pour connaître le candidat de la droite. Un retard à l’allumage qui pourrait porter préjudice au parti de Christian Jacob : « Il y a une somme d’erreurs importantes commises par Les Républicains, ajoute Dominique Reynié, comme ce processus de désignation interminable ou encore l’exclusion des centristes. La droite se retrouve obligée de regarder passer le train car elle n’a pas de leader, pas même d’accord clair sur la procédure de désignation. Et même ceux entrés dans la compétition ne font pas entendre de propositions nouvelles, puissantes, pour peser sur le débat ! »

Sondage Zemmour : le moins aimé

Sondage Zemmour : le moins aimé

D’après étude Odoxa Dentsu-Consulting parue ce mardi à  six mois de la présidentielle, Emmanuel Macron reste apprécié et soutenu par 42% des Français qui voient en lui un «bon président». Selon Gaël Sliman, président de l’institut, c’est même «un score de popularité bien meilleur que ceux qu’enregistraient ses deux derniers prédécesseurs à pareille distance de l’élection».

Ceci étant une cote de popularité à sept mois des élections n’a pas forcément beaucoup de signification quant à ta son rapport au futur résultat de 2022

Le polémiste Éric Zemmour est en revanche au bas du classement. Classé treizième parmi les personnalités politiques qui suscitent le plus d’adhésion (19%), il est aussi l’une des figures les plus décriées. Quelque 59% des sondés déclarent ainsi éprouver du «rejet» à son égard. Davantage que Jean-Luc Mélenchon (54%) et Marine Le Pen (52%).

Sondage éolienne : 63 % pour ?

 

 

Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting, réalisé pour Le Figaro, approuverait les éoliennes. La plupart cependant souhaite que ces installations soient éloignées de leur domicile. De ce point de vue les populations urbaines soutiennent les éoliennes en majorité car ces éoliennes sont installées loin de chez eux en milieu rural..En deux ans, ce sont 17 points d’opinion positive qui ont été perdus par l’éolien tandis que parallèlement le nucléaire a gagné 17 points. Pour la première fois, une majorité de Français (51 %) a une vision positive du nucléaire.

Sondage Présidentielle 2022 : la politique du chéquier de Macron paye, plus 6 % !

Sondage Présidentielle 2022 : la politique du chéquier de Macron paye, plus 6 % !

 

Le président de la république distribue un peu prés chaque jour un chèque pour telle ou telle catégorie sociale et apparemment cela influence de manière favorable les sondages.

Il aurait ainsi gagné 6 % de code de confiance Le chef de l’État progresse dans toutes les catégories de la population, même dans celles qui lui sont traditionnellement plus défavorables comme les employés et les ouvriers (40%, +7 points). Il reste également très bien positionné dans les catégories sociales aisées : 52% de ces Français ont une bonne opinion de lui.

Sondage 2022: Zemmour à 11%, Le Pen à 18 %

Sondage 2022: Zemmour à 11%, Le Pen à 18 %

Emmanuel Macron et Marine Le Pen arriveraient en tête au premier tour de la présidentielle, le président sortant (23%) devançant la présidente du RN (18%), tandis que le polémiste Eric Zemmour recueillerait 11%, selon un sondage Harris Interactive pour Challenges publié mardi.

Les chiffres pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen, stables sur une semaine, sont les mêmes quel que soit le candidat de droite (Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse) ou écologiste (Yannick Jadot ou Sandrine Rousseau) testés, hormis dans une configuration Jadot/Pécresse où Marine Le Pen monterait à 19%, selon la 14e vague de ce sondage. Eric Zemmour – testé dans tous les cas de figure, alors qu’il n’a pas encore annoncé sa candidature – gagne de son côté un point sur une semaine, à 11%. À droite, Xavier Bertrand recueillerait 14% (stable par rapport à la semaine précédente) si Yannick Jadot est le candidat des Verts (15% si c’est Sandrine Rousseau).

Yannick Jadot serait à 6% et Sandrine Rousseau à 2%. Valérie Pécresse obtiendrait, elle, 12% (-1 point). Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) recueillerait 2% quel que soit le scénario. À gauche, Jean-Luc Mélenchon est donné à 11% dans tous les scénarios, Anne Hidalgo à 7% (si Jadot est candidat) ou 8% (si c’est Sandrine Rousseau qui est candidate), Arnaud Montebourg à 2% (si Jadot candidat) ou 4% (si Rousseau candidate), Fabien Roussel (PCF) à 3%. Au second tour, 55% des personnes interrogées voteraient pour Emmanuel Macron, 45% pour Marine Le Pen. Concernant les reports de voix, 39% des électeurs ayant voté pour Xavier Bertrand voteraient pour Emmanuel Macron au second tour, 28% pour Marine Le Pen, et 33% voteraient blanc, nul, ou s’abstiendraient.

Ceux d’Eric Zemmour au premier tour se reporteraient à 62% sur Marine Le Pen tandis que 29% ne s’exprimeraient pas. À gauche et chez les écologistes, les électeurs du premier tour hésiteraient fortement entre voter Emmanuel Macron et s’abstenir: ceux de Yannick Jadot se reporteraient à 37% vers Emmanuel Macron mais 61% s’abstiendraient ou voteraient nul, ceux de Jean-Luc Mélenchon choisiraient Emmanuel Macron à 32% mais s’abstiendraient à 48%, et ceux d’Anne Hidalgo voteraient à 48% pour le président sortant mais 42% s’abstiendraient. Des sondages qui sont cependant à prendre avec une grande prudence car l’échéance électorale présidentielle est encore loin. Les résultats des sondages risquent encore d’évoluer quand les candidats seront effectivement déclarés sans parler d’événements conjoncturels difficilement prévisibles qui pourraient peser sur la campagne.

Sondage Présidentielle: Zemmour à 11%, Le Pen à 18 %

Sondage Présidentielle: Zemmour à 11%, Le Pen à 18 %

Emmanuel Macron et Marine Le Pen arriveraient en tête au premier tour de la présidentielle, le président sortant (23%) devançant la présidente du RN (18%), tandis que le polémiste Eric Zemmour recueillerait 11%, selon un sondage Harris Interactive pour Challenges publié mardi.

Les chiffres pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen, stables sur une semaine, sont les mêmes quel que soit le candidat de droite (Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse) ou écologiste (Yannick Jadot ou Sandrine Rousseau) testés, hormis dans une configuration Jadot/Pécresse où Marine Le Pen monterait à 19%, selon la 14e vague de ce sondage. Eric Zemmour – testé dans tous les cas de figure, alors qu’il n’a pas encore annoncé sa candidature – gagne de son côté un point sur une semaine, à 11%. À droite, Xavier Bertrand recueillerait 14% (stable par rapport à la semaine précédente) si Yannick Jadot est le candidat des Verts (15% si c’est Sandrine Rousseau).

Yannick Jadot serait à 6% et Sandrine Rousseau à 2%. Valérie Pécresse obtiendrait, elle, 12% (-1 point). Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) recueillerait 2% quel que soit le scénario. À gauche, Jean-Luc Mélenchon est donné à 11% dans tous les scénarios, Anne Hidalgo à 7% (si Jadot est candidat) ou 8% (si c’est Sandrine Rousseau qui est candidate), Arnaud Montebourg à 2% (si Jadot candidat) ou 4% (si Rousseau candidate), Fabien Roussel (PCF) à 3%. Au second tour, 55% des personnes interrogées voteraient pour Emmanuel Macron, 45% pour Marine Le Pen. Concernant les reports de voix, 39% des électeurs ayant voté pour Xavier Bertrand voteraient pour Emmanuel Macron au second tour, 28% pour Marine Le Pen, et 33% voteraient blanc, nul, ou s’abstiendraient.

Ceux d’Eric Zemmour au premier tour se reporteraient à 62% sur Marine Le Pen tandis que 29% ne s’exprimeraient pas. À gauche et chez les écologistes, les électeurs du premier tour hésiteraient fortement entre voter Emmanuel Macron et s’abstenir: ceux de Yannick Jadot se reporteraient à 37% vers Emmanuel Macron mais 61% s’abstiendraient ou voteraient nul, ceux de Jean-Luc Mélenchon choisiraient Emmanuel Macron à 32% mais s’abstiendraient à 48%, et ceux d’Anne Hidalgo voteraient à 48% pour le président sortant mais 42% s’abstiendraient. Des sondages qui sont cependant à prendre avec une grande prudence car l’échéance électorale présidentielle est encore loin. Les résultats des sondages risquent encore d’évoluer quand les candidats seront effectivement déclarés sans parler d’événements conjoncturels difficilement prévisibles qui pourraient peser sur la campagne.

Covid-France : toujours le reflux

L’épidémie continue de refluer en France, où 8594 malades sont toujours hospitalisés ce mardi – contre 8845 lundi – dont 503 arrivés depuis la veille. 1744 patients sont également traités en soins intensifs, contre 1805 la veille. La mortalité était toutefois en hausse ce mardi puisque 152 patients sont morts du Covid-19 ce mardi, contre 91 lundi, portant le bilan à 89.407 morts depuis le début de la pandémie dans les hôpitaux français. 7851 nouveaux cas ont également été détectés ce mardi, contre 1515 la veille et 10.327 mardi dernier.

Sur le front des vaccinations, 50.151.392 personnes ont reçu au moins une injection (soit 74,4%% de la population totale) et 47.752.252 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 70,8% de la population totale), depuis le début de la campagne vaccinale en France.

Sondage Pouvoir d’achat : 56 % des Français perdant depuis cinq ans

 

 

56% des sondés estiment qu’il a plutôt diminué depuis cinq ans selon un sondage* OpinionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique.

 Ce sentiment est le plus fort au sein des catégories populaires, des employés et des sympathisants du Rassemblement national comme de La France Insoumise.

A l’inverse, les catégories aisées et les habitants de l’Île-de-France pensent que leur pouvoir d’achat a augmenté.

Dans le détail des mesures phare prises pendant le quinquennat, les aides aux entreprises pendant la crise sont jugées comme une bonne chose pour 87% des sondés. La suppression de la taxe d’habitation est considérée comme une bonne mesure par 80% des sondés. Cette exonération bénéficiera à tous les contribuables sur la résidence principale à partir de 2021.

Même bilan pour le prélèvement à la source. La réforme de l’assurance-chômage est bien perçue par 58% des sondés. Par contre, ils ne sont que 31% à soutenir la suppression de l’ISF, remplacée par l’impôt sur la fortune immobilière en 2018.

 

À propos du bilan économique du quinquennat Macron, les Français le juge négatif pour 58% comme négatif, selon un sondage* OpinionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique.

Rien de surprenant. Emmanuel Macron fait même mieux que ses prédécesseurs puisque le bilan de François Hollande était jugé négatif par 78% des Français, et celui de Nicolas Sarkozy, par 70%. Et ce, malgré la crise sanitaire qui a entraîné une crise économique.

Macron, « président des riches »

Le sondage met en lumière une fracture entre les différentes catégories sociales. Les classes moyennes et populaires sont les plus sévères: elles jugent à 64% et à 56% que les actions économiques du gouvernement ont eu un impact négatif. Les catégories aisées ne sont que 19% à le penser mais sont 50% à considérer qu’elles ont eu un impact positif.

 

Sondage Popularité Macron : baisse de trois points

Sondage Popularité Macron : baisse de trois points

Alors que le JDD dans un récent sondage était à peu près le seul média a enregistrer une hausse de Macron, cette fois le même journal évoque une baisse de quatre. points .  On constate effectivement dans les autres médias une baisse de popularité de Macron de 3 % environ.

En septembre, la cote de popularité d’Emmanuel Macron recule de 3 points dans le sondage du JDD, de 41 à 38% de satisfaits, selon le baromètre Ifop.

Le Premier ministre, Jean Castex, recule pour sa part de 4 points, de 40 à 36%. Il recule en particulier chez les personnes âgées de plus de 65 ans (-8 points, à 43%) tandis qu’il gagne en popularité chez les plus jeunes (+9 points, à 40%).

* Sondage Ifop pour le JDD réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 9 au 16 septembre auprès d’un échantillon de 1.932 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (selon des critères sociodémographiques, socioprofessionnels et géographiques), définis à partir des données de l’Insee.

Brésil : Bolsonaro tombe à 22 % de soutien dans un sondage

Brésil : Bolsonaro tombe à 22 % de soutien dans un sondage

La cote de popularité du président brésilien a baissé à son niveau le plus bas en près de trois ans de mandat, avec seulement 22% d’opinions favorables, selon un sondage de l’institut Datafolha publié jeudi 16 septembre.

Seules 22% des personnes interrogées jugent la gestion du président d’extrême droite « bonne » ou « très bonne », contre 24% en juillet, selon ce premier sondage publié après les grandes manifestations que Jair Bolsonaro avait convoquées le 7 septembre pour galvaniser ses soutiens.

Le pourcentage d’opinions défavorables est passé à 53%, contre 51% en juillet et 45% en mai, pour ce sondage mené par cet institut de référence auprès de 3 667 personnes, du 13 au 15 septembre.La situation économique du Brésil s’est par ailleurs dégradée, avec une inflation galopante et une crise énergétique causée par une sécheresse historique.

SONDAGE 2022: 8% pour Zemmour, Le Pen en baisse

SONDAGE 2022: 8% pour Zemmour, Le Pen en baisse

La  candidate du Rassemblement national est  celle qui aurait le plus à perdre, à en croire les résultats d’un  sondage Elabe pour BFMTV, diffusé mardi.

En l’absence du polémiste, la droite ne parvient pas pour l’heure à perturber le duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui sont crédités respectivement de 26% et 23% des intentions de vote, loin devant le représentant de la droite, qu’il s’agisse de Xavier Bertrand (16%) ou de Valérie Pécresse (14%).

« Compte-tenu des résultats mesurés au premier tour et des marges d’erreur dans l’hypothèse avec Eric Zemmour, une configuration de second tour Emmanuel Macron/Xavier Bertrand est possible bien qu’elle soit actuellement nettement moins probable que la configuration Emmanuel Macron/Marine Le Pen », note Elabe.

Si le duel Emmanuel Macron/Marine Le Pen se confirme malgré tout, l’actuel président de la République l’emporterait largement au second tour, avec 59% des intentions de vote contre 41% pour sa rivale, selon Elabe. Le face-à-face serait plus tendu avec Xavier Bertrand: le chef de l’État n’y est donné gagnant que d’une courte tête (52% contre 48%).

 

Sondage Elabe pour BFMTV réalisé par Internet du 11 au 13 septembre 2021 auprès d’un échantillon de 1334 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1200 inscrits sur les listes électorales. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

2022–Sondage opposition : Xavier Bertrand en tête

2022–Sondage opposition : Xavier Bertrand en tête

 

D’après un sondage IFOP dans le JDD, Xavier Bertrand figure en tête des opposants à Emmanuel Macron pour 2022.( Notons que le JDD dans ce sondage n’a pas testé Macon par rapport à Bertrand, ce qui se comprend car le président de la région Nord l’emporterait  pour le deuxième tour face à l’actuel président de la république). Ce sondage particulier ( le JDD est un soutien indéfectible du pouvoir vise surtout à discréditer Zemmour pour éviter au second tour un duel Macron Bertrand).

Le président de la Région Hauts-de-France est cependant  le plus cité par les Français comme étant la personnalité la plus crédible pour incarner la fonction présidentielle (32%), devant Marine Le Pen (23%). « Ce qui est assez frappant, d’autant que le candidat se présente pour la première fois à cette élection », décrypte Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop. S’agissant de la relance économique comme de la gestion de la crise sanitaire, le nom de Xavier Bertrand est mentionné par 31% des sondés. Pour représenter la France à l’étranger, le candidat arrive également en tête, 28% des sondés lui faisant confiance.

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.502 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 8 au 10 septembre 2021.

Sondage troisième dose moins de 12 ans : 62 % réticents

Sondage troisième dose moins de 12 ans : 62 % réticents

 

 

les Français sont majoritairement (66 %) favorables à la vaccination des 12-17 ans qui a démarré mi-juin,mais  62 % d’entre eux sont réticents à voir les moins de 12 ans recevoir les doses, selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro publié jeudi. Les parents de mineurs s’y opposent encore plus nettement, à 70 %. Rappelons qu’en France, si plus de 66 % des adolescents ont déjà reçu une première dose, la vaccination des moins de 12 ans n’est pas d’actualité: les autorités sanitaires attendent les résultats des essais cliniques en cours avant de se pencher sur la question, qui divise déjà le corps médical.

Sondage 2022: Macron et Le Pen toujours en tête

Sondage 2022: Macron et Le Pen toujours en tête

 

Selon les différentes hypothèses de  la dernière enquête Ifop-Fiducial réalisée pour Le Figaro et LCI, le chef de l’État oscille entre 24 et 29% des intentions de vote, là où la candidate du Rassemblement national se situe entre 24 et 27%.

 

Xavier Bertrand (ex-Les Républicains) domine à droite.  Il mobilise le plus les électeurs de François Fillon en 2017 (59%) et rassemble une grande partie des sympathisants LR (72%). Dans l’éventualité – encore improbable – d’une qualification au second tour, il est aussi le plus à même de battre Marine Le Pen avec 60% des voix, là où Emmanuel Macron en récolte 57.

 

La gauche est très en retard avec Jean-Luc Mélenchon (LFI ; 9-10%), Anne Hidalgo (PS ; 7-9%) et le futur candidat écologiste (8%) , le communiste Fabien Roussel. , (2-2,5%) et l’ancien socialiste Arnaud Montebourg. 3% d’intentions de vote

Enfin, pressenti pour être candidat, Éric Zemmour fait une percée significative avec ses 7% d’intentions de vote ;du  coup, Marine Le Pen perd deux points (22%) et 10% de son électorat. «

Sondage 2022 : Le Pen et Macron toujours ensemble

Sondage 2022 : Le Pen et Macron toujours ensemble

 

D’après un sondage Ipsos-Sopra Steria Macron et Le Pen sont toujours à peu près à égalité au premier tour des élections présidentielles de 2022.

Dans tous les cas de figure, c’est Emmanuel Macron qui se trouve en tête des intentions de vote avec 24 à 26% des voix, devant Marine Le Pen qui recueille de 19 à 23% des intentions de vote au premier tour du scrutin. Et dans chacune des six hypothèses, c’est le candidat de la droite qui remporte la troisième place.

Selon ce sondage, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand remporterait entre 15 et 17% des voix. La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse entre 14 et 16% des voix, et l’ancien ministre Michel Barnier entre 11 et 13%.

Le candidat EELV Yannick Jadot, lui, se trouve en quatrième position des intentions de vote, avec 10 à 11% des voix, devant le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui est crédité de 8% à 8.5% des voix, au même niveau que le polémiste Éric Zemmour en cas de candidature.

La maire de Paris socialiste Anne Hidalgo, elle, remporterait 9% des voix. Quant à Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, il recueillerait entre 2 et 5% des intentions de vote, en fonction de qui sera le candidat de la droite ou d’une potentielle candidature d’Éric Zemmour. L’ancien ministre Arnaud Montebourg, lui, récolterait 2% des voix, devant le communiste Fabien Roussel et ses 1,5% d’intentions de vote.

Enfin, près de 7 Français sur 10 (69%) se disent « certains » ou « presque certains » de se rendre aux urnes, contre 31% d »abstentionnistes probables ou potentiels ».

Sondage réalisé sur un échantillon de 925 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sondage vaccination enseignant : COVID-19: 74% pour

Sondage vaccination enseignant : COVID-19: 74% pour

 

Selon un sondage Elabe, 74% sont favorables à ce que la vaccination devienne obligatoire pour les enseignants.

La  majorité des parents (56%) n’est plutôt pas inquiète à l’idée de laisser ses enfants aller à la crèche et dans les établissements scolaires, même si 44% d’entre eux font preuve d’une certaine inquiètude. Les femmes sont d’ailleurs plus inquiètes (50%) que les hommes (38%) sur ce sujet.

Au contraire à la rentrée de septembre 2020, c’était la majorité des parents d’élèves (60%) qui était inquiète, contre 40% de personnes plutôt sereines, selon l’enquête Elabe pour BFMTV qui avait été réalisée les 25 et 26 août 2020.

Une majorité de parents n’est pas inquiète à l’idée de laisser ses enfants aller à la crèche et dans les établissements scolaires . © BFMTV

Cette année, la rentrée scolaire se fera sous le régime du scénario 2 (sur 4) du protocole sanitaire, qui autorise tous les élèves à être accueillis en présentiel mais impose le port du masque dès l’entrée en CP, dès 6 ans. Selon ces règles, un cas de Covid-19 dans une classe de primaire entraînera sa fermeture; et en cas de contamination dans une classe de collège ou de lycée, les élèves qui seront cas contacts non-vaccinés devront s’isoler une semaine.

Ce nouveau sondage révèle que plus de 7 Français sur 10 (74%) sont désormais favorables à la vaccination obligatoire des enseignants. Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer soulignait d’ailleurs mercredi, dans la perspective de la rentrée, la bonne couverture vaccinale des professeurs des écoles, bien qu’ils ne soient pas soumis au pass sanitaire. Selon une étude Ipsos de jeudi dernier, ils seraient environ 87% à être primo-vaccinés contre le Covid-19.

De la même manière, 75% des personnes sondées adhèrent à la vaccination obligatoire des policiers, et 46% d’entre elles se disent « très favorables » à l’instauration d’une telle mesure pour les fonctionnaires de police.

Par ailleurs, le sondage Elabe révèle que 3 Français sur 4 (78%) sont favorables à la vaccination obligatoire des personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, et autres établissements pour personnes handicapées, âgées ou fragiles. Plus encore, 55% d’entre eux se disent « très favorables » à ce que ces professionnels soient soumis à l’obligation vaccinale.

La vaccination obligatoire pour tous, elle, partage un peu plus les Français. Notre sondage montre qu’ils sont désormais 67% à y adhérer, dont 35% de personnes « très favorables ». Toutefois, l’idée séduit de plus en plus de Français, puisque la part de personnes convaincues par l’idée a gagné 6 points par rapport à la semaine précédente.

Sondage passe sanitaire : 67% des Français pour

Sondage passe sanitaire : 67% des Français pour

Si un sondage Odoxa-Backbone Consulting 67 % des Français sont favorables aux passe sanitaires. 8 adultes sur 10 (79%) sont complètement vaccinés – 85% avec une dose – l’étude précise que la moitié des récalcitrants refuse toujours de recevoir le sérum. D’«irréductibles antivax quoi qu’il arrive», selon l’institut.

Une donnée plus nuancée aux deux bouts de l’échiquier politique : 53% des sympathisants LFI et 45% RN (45%) sont contre. Dans leur ensemble, les Français demandent l’extension du passe dans le temps et dans son extension aux entreprises par exemple.

 

Les Français sont nettement plus partagés sur les politiques sanitaire du gouvernement. 48% considèrent que c’est un succès car «c’est la preuve que son intervention» a fonctionné. Au contraire, 49% des Français estiment que le chef de l’État au contraire «n’a pas réussi à convaincre».

 

 

Sondage 2022: Macron et Le Pen pratiquement à égalité

Sondage 2022:  Macron et Le Pen pratiquement à égalité

Emmanuel Macron et Marine Le Pen arrivent toujours en tête au premier tour de l’élection présidentielle 2022, le président sortant devançant légèrement la cheffe du RN quel que soit le candidat à droite, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ou Éric Ciotti, selon un sondage publié mercredi 1er septembre.

Dans l’hypothèse d’une candidature de Xavier Bertrand comme candidat de la droite, ce dernier obtiendrait 16% des intentions de vote (stable par rapport à la semaine précédente), avec Emmanuel Macron à 24% et Marine Le Pen à 23%, précise ce baromètre Harris Interactive (vague 11) pour Challenges.

Si Valérie Pécresse se lançait, elle obtiendrait 14% (+1 point), avec Emmanuel Macron à 26% et Marine Le Pen à 24%. Testé pour la première fois, Éric Ciotti, candidat surprise à une primaire de la droite, n’obtiendrait que 6% des voix, avec Emmanuel Macron à 30% et Marine Le Pen à 26%. Les autres candidats de la droite, Michel Barnier, Philippe Juvin, et Denis Payre, ne sont pas testés.

Au second tour, le président de la République sortant devancerait toujours la présidente du RN avec 55% des voix contre 45%. Ces niveaux sont stables depuis fin juin. En 2017, le premier avait comptabilisé 66,1% des voix, la seconde 33,9%.

Politique–Sondage 2022 : Le Pen et Macron toujours à peu près à égalité à 25 %

Politique–Sondage 2022 : Le Pen et Macron toujours à peu près à égalité à 25 %

 

Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont toujours à peu près à égalité à 25 % dans les différentes hypothèses des autres candidature pour l’instant.

 

Dans l’hypothèse d’une candidature de Xavier Bertrand comme candidat de la droite, ce dernier obtiendrait 16% des intentions de vote (-1 point par rapport à juillet). Si Valérie Pécresse se lance, elle obtiendrait 13% (+1 et en hausse depuis juin), précise ce baromètre. Si les deux candidats de droite se présentaient simultanément, Xavier Bertrand recueillerait 11% d’intentions de vote et Valérie Pécresse 8%, tandis qu’Emmanuel Macron serait à 21% et Marine Le Pen à 23%.

Au second tour, le président de la République sortant devancerait toujours la présidente du RN avec 55% des voix contre 45%.

À gauche, le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon réunirait 11% des voix quel que soit le scénario, alors que la socialiste Anne Hidalgo se placerait juste devant l’eurodéputé EELV Yannick Jadot (7% pour la maire de Paris contre 6% pour le député européen). Si l’ancien ministre Arnaud Montebourg se présentait à la place d’Anne Hidalgo, il recueillerait 5% des voix, et Yannick Jadot monterait à 8%.

Sur le passe sanitaire, les Français se montrent partagés sur la méthode choisie par Emmanuel Macron pour sa mise en place: 54% estiment qu’elle a été bonne, 45% qu’elle a été mauvaise.

Enquête Harris Interactive pour Challenges, réalisée en ligne du 20 au 23 août auprès d’un échantillon de 1.343 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1.113 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur entre 1,4 et 3,1 points.

Sondage présidentielles: les Français pour des primaires

 Sondage présidentielles: les Français pour des primaires

Selon le sondage Ifop pour le JDD, les Français s’affirment majoritairement favorables à l’organisation de primaires à gauche et à droite en vue de la prochaine présidentielle.

 

Dans le détail,,  les sympathisants de droite majoritairement (58%) souhaitent pouvoir voter dans le cadre d’une primaire pour le candidat qui le représentera à l’élection présidentielle de 2022. Les deux tiers des sympathisants LR s’y déclarent même favorables (66%), selon le sondage Ifop. Ainsi que 73% des sympathisants de La République En Marche et 69% des électeurs d’Emmanuel Macron en 2017.  »

On retrouve la même ­majorité pour une primaire entre les différents prétendants à gauche (59%).

Interrogés par ailleurs sur la capacité d’autres personnalités politiques « à faire mieux ­qu’Emmanuel Macron », les ­Français, pour l’heure, n’en ont pas trouvé. ­Marine Le Pen, certes, recueille 25% de « mieux », un score proche de son socle électoral de premier tour (34% dans les catégories populaires). Mais, dans le même temps, 44% de « moins bien ». ­Xavier Bertrand (19 % de « mieux », 24% de « moins bien) et Valérie Pécresse (15% de « mieux », 28% de « moins bien ») ­progressent.

 

(

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 074 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 26 au 27 août 2021.

123456...72



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol