Archive pour le Tag 'sondage'

Page 2 sur 104

Sondage popularité: recul des membres du gouvernement

Sondage popularité: recul des membres du gouvernement

 

Dans ce  tableau de bord de janvier 2023  des personnalités Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, Edouard Philippe conserve sa première place avec 57% de bonnes opinion (stable). Ce mois-ci encore, le maire du Havre est « la seule personnalité qui a une cote d’opinion majoritaire » ce qui raconte « l’histoire de la défiance française vis-à-vis du politique » selon Frédéric Dabi, alors que 22 personnalités dépassaient cette barre symbolique en septembre 2012.

 

Derrière, François Hollande (44%) et Rachida Dati (43%) reculent tous deux de 3 points, ce qui permet à Bruno Le Maire (46%, +1 pt) de leur ravir la deuxième place. Ainsi, les deux premières places de notre classement sont détenues par des candidats possibles à la succession d’Emmanuel Macron. Vient ensuite François Bayrou à la cinquième place (42%, stable), lequel a récemment déclaré ne pas écarter l’éventualité d’une candidature en 2027.

 

Enfin, Gérald Darmanin, quatrième prétendant macroniste éventuel, se retrouve bien plus loin dans le classement après avoir vu sa popularité chuter de 5 points ce mois-ci (18e place avec 34% de popularité). Ce dernier n’est pas le seul membre de la majorité à voir sa cote de bonnes opinions refluer, probable victime de l’annonce du projet de loi de la nouvelle réforme des retraites.  A la veille de la mobilisation contre le projet dont elle a elle-même énoncé les contours, la Première ministre Elisabeth Borne perd elle 4 point et se retrouve à 37% de popularité. Le président de la République lui-même, Emmanuel Macron, voit également sa part de bonnes opinions se réduire (38%, -3 pts), tout comme plusieurs autres membres du gouvernement tels Olivier Véran (39%, -2 pts) ou Gabriel Attal (38% -2 pts).

 

Côté oppositions, tous ne bénéficient pas nécessairement de cette sévérité accrue envers l’exécutif. Ainsi, la popularité de Marine le Pen patine (37%, -1 pt), de même que celle de son successeur Jordan Bardella (34%, +1 pt). Ce sont même de nets reculs qu’enregistrent Jean-Luc Mélenchon (32%, -3 pts) ou Eric Ciotti (27%, -6 pts), ce dernier apparaissant peut-être comme « complice » de la réforme. Parmi les embellies notables, Fabien Roussel (7e, 41%, +2 pts) et François Ruffin (15e, 36%, +5 pts) semblent eux bénéficier de leurs prises de position contre la réforme des retraites.

 

SONDAGE réforme des retraites : de plus en plus rejetée par l’Opinion

SONDAGE réforme des retraites : de plus en plus rejetée par  l’Opinion

 

Il semble bien que le gouvernement ait perdu la bataille de l’opinion car  la réforme est de plus en plus rejetée par les Français . 66% des Français  dans un sondage Elabe pour BFM déclarent ainsi leur opposition au projet de réforme des retraites. Les opposants  sont en nette hausse en une semaine: avec un bond de sept points. 37% se présentent même comme « très opposés » à cet ensemble de mesures. Cette tendance est majoritaire dans la plupart des segments de la population.

Bien entendu, si on compte tout de même 34% de partisans de la réforme (après un glissando de sept points par conséquent), c’est que celle-ci doit tout de même trouver son public.

Les plus grands opposants au projet sont les professions intermédiaires (82% de détracteurs après une hausse dRetraitese 14 points) et les ouvriers (avec 79% de critiques, en augmentation de huit points). 75% des 35-64 ans rejettent également la perspective proposée par le gouvernement.

En dépit des explications du gouvernement, par ailleurs assez confuse sur certains points, 64 % des Français trouvent la réforme de plus en plus injuste Parmi les raisons les plus fréquemment citées pour justifier leur aversion pour le projet, 45% des opposants maintiennent qu’ »il ne faut pas repousser l’âge de départ à la retraite » et ils sont encore 44% à souligner son caractère « injuste ». Au-delà des seuls opposants revendiqués à la politique de l’exécutif, 64% des Français (en progression de six points) regrettent d’ailleurs « l’injustice » des mesures soumises.

Au coeur de cette analyse: l’idée que ce sont surtout aux actifs les plus modestes que l’on demande de fournir des efforts supplémentaires, partagée par 55% de nos compatriotes.

Dans leur ensemble, les Français décrivent sans ménagement les orientations du gouvernement en la matière. 57% d’entre eux brocardent un projet « inefficace pour assurer la pérennité du système des retraites » – soit là encore une hausse de six points – et 53% ne l’estiment « pas nécessaire ». Et ils sont huit points de plus à penser les choses ainsi en une semaine.

Sondage mobilisation contre la réforme des retraites : les Français approuvent largement

Sondage mobilisation contre la réforme des retraites : les Français approuvent largement

56 % des Français approuve la mobilisation sociale contre la réforme des retraites selon un sondage Elabe  pour BFM.

Toutefois la désapprobation rencontre un écho particulièrement profond chez les retraités – qui sont 50% à disqualifier les manifestations d’avance – mais reste très minoritaire partout ailleurs au sein de la population.

Le paradoxe évidemment,  c’est que les retraités sont très peu touchés par cette réforme !

C’est avant tout au sein des actifs – avec une approbation grimpant à 46% après un saut de huit points – et chez les catégories populaires – 50% d’approbation avec une hausse de huit points – que la dynamique a été la plus spectaculaire au cours des derniers jours.

Ce soutien à la lutte politique contre le projet de réforme des retraites est tel que 55% des Français « comprendra

le  blocage du pays », vu comme « seul moyen » pour que le gouvernement « le retire ou le modifie ».

Ce taux atteint même 63% si on considère les seuls actifs. 44% des Français, en revanche, ne « comprendraient pas » un tel « blocage ».

Échantillon de 1000 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 17 au 18 janvier 2023.

 

SONDAGE Retraites : la réforme de plus en plus rejetée

SONDAGE Retraites : la réforme de plus en plus rejetée

 

Il semble bien que le gouvernement ait perdu la bataille de l’opinion car  la réforme est de plus en plus rejetée par les Français . 66% des Français  dans un sondage Elabe pour BFM déclarent ainsi leur opposition au projet de réforme des retraites. Les opposants  sont en nette hausse en une semaine: avec un bond de sept points. 37% se présentent même comme « très opposés » à cet ensemble de mesures. Cette tendance est majoritaire dans la plupart des segments de la population.

Bien entendu, si on compte tout de même 34% de partisans de la réforme (après un glissando de sept points par conséquent), c’est que celle-ci doit tout de même trouver son public.

Les plus grands opposants au projet sont les professions intermédiaires (82% de détracteurs après une hausse dRetraitese 14 points) et les ouvriers (avec 79% de critiques, en augmentation de huit points). 75% des 35-64 ans rejettent également la perspective proposée par le gouvernement.

En dépit des explications du gouvernement, par ailleurs assez confuse sur certains points, 64 % des Français trouvent la réforme de plus en plus injuste Parmi les raisons les plus fréquemment citées pour justifier leur aversion pour le projet, 45% des opposants maintiennent qu’ »il ne faut pas repousser l’âge de départ à la retraite » et ils sont encore 44% à souligner son caractère « injuste ». Au-delà des seuls opposants revendiqués à la politique de l’exécutif, 64% des Français (en progression de six points) regrettent d’ailleurs « l’injustice » des mesures soumises.

Au coeur de cette analyse: l’idée que ce sont surtout aux actifs les plus modestes que l’on demande de fournir des efforts supplémentaires, partagée par 55% de nos compatriotes.

Dans leur ensemble, les Français décrivent sans ménagement les orientations du gouvernement en la matière. 57% d’entre eux brocardent un projet « inefficace pour assurer la pérennité du système des retraites » – soit là encore une hausse de six points – et 53% ne l’estiment « pas nécessaire ». Et ils sont huit points de plus à penser les choses ainsi en une semaine.

SONDAGE retraites : la réforme de plus en plus rejetée

SONDAGE retraites : la réforme de plus en plus contestée

 

Il semble bien que le gouvernement ait perdu la bataille de l’opinion puisque  la réforme est de plus en plus rejetée par les Français . 66% des Français déclarent ainsi leur opposition au projet de réforme des retraites. Un peloton dont les effectifs sont en nette hausse en une semaine: avec un bond de sept points. 37% se présentent même comme « très opposés » à cet ensemble de mesures. Cette tendance est majoritaire dans la plupart des segments de la population.

Bien entendu, si on compte tout de même 34% de partisans de la réforme (après un glissando de sept points par conséquent), c’est que celle-ci doit tout de même trouver son public.

Les plus grands opposants au projet sont les professions intermédiaires (82% de détracteurs après une hausse de 14 points) et les ouvriers (avec 79% de critiques, en augmentation de huit points). 75% des 35-64 ans rejettent également la perspective proposée par le gouvernement.

Sondage Croissance Internationale: Les patrons européens pessimistes pour 2023

Sondage  Croissance Internationale: Les patrons européens pessimistes pour 2023

 

 

Selon un sondage du cabinet PwC,  les patrons européens sont plus pessimiste que les autres concernant la croissance 2023

Globalement, la grande majorité des 4500 patrons issus de 105 pays qui ont été interrogés par le cabinet PwC voient la croissance mondiale ralentir dans les douze prochains mois. Les patrons européens sont les plus pessimistes et placent l’inflation en tête de leurs inquiétudes. Les Allemands, les Britanniques et les Français estiment même que l’activité décélérera plus vite dans leur pays qu’ailleurs dans le monde. Un résultat logique, le Vieux Continent subissant plus durement la crise énergétique et la guerre en Ukraine.

Cependant, les dirigeants français, qu’ils pilotent une PME ou un grand groupe (l’étude PwC est large), sont plus confiants (93 % de modérément à extrêmement confiants) quant aux perspectives de leur entreprise à trois ans que leurs homologues mondiaux (86 %) et européens (85 %).  Des opinions qui pourrait être largement modifié à échéance de trois ans.

Sondage Réforme retraites: 68 % des Français sont contre

Sondage Réforme retraites:  68 % des Français sont contre 

 

 

Tous les sondages confirment une très large hostilité vis à vis du projet gouvernemental.  dernier en date celui du JDD. 68 % des Français interrogés par l’Ifop pour le JDD sont contre la réforme du gouvernement. Seuls 32 % s’y déclarent favorables. En 2010, quand Nicolas Sarkozy avait entrepris de mettre fin à la retraite à 60 ans, l’adhésion atteignait quasiment 50 %.

 

Chez les actifs, premiers concernés par les mesures d’âge, le « oui » est très timide : à peine 24 % sont pour, deux fois moins que chez les retraités. « On a rarement vu un taux aussi faible, y compris en 1995 au moment de la réforme Juppé, se souvient Frédéric Dabi. La bataille de l’opinion est mal engagée. » Mais pas encore complètement perdue : les contreparties mises sur la table par l’exécutif, à condition d’être enrichies, pourraient atténuer l’hostilité à son projet. Plus de huit Français sur dix saluent ainsi l’intégration des postures pénibles et du port de charges lourdes aux critères de pénibilité permettant de partir plus tôt ; les départs anticipés à 58 ans pour ceux qui ont commencé à travailler avant 16 ans ; ou encore la revalorisation du minimum de pension à 1 200 euros pour une carrière complète au smic. « Il y a du grain à moudre, estime Dabi.  Mais si le récit de la réforme se cristallise sur le départ à 64 ans, il va être très dur pour l’exécutif d’inverser la tendance. »

 

Car tout ce qui relève du « ­travailler plus » déclenche l’hostilité générale : 71 % sont contre le recul de l’âge de départ de deux ans, notamment les moins de 35 ans, les classes populaires et intermédiaires, les chômeurs. Même refus du côté des retraités (56 %) ainsi que des électeurs de Valérie Pécresse à la présidentielle : 54 % n’y sont pas favorables alors que la mesure figurait dans le programme de la candidate LR.

La hausse de la durée de cotisation à 43 ans dès 2027 est jugée moins sévèrement : six Français sur dix sont contre, essentiellement les catégories les plus modestes, les 35-49 ans et les sympathisants de gauche. Même à droite, 45 % s’avouent défavorables à un tel choix.

Politique-SONDAGE réforme des retraites : illégitime

Politique-SONDAGE  réforme des retraites : illégitime

Le pouvoir légitime la réforme des retraites  par le fait que Macron a été élu. Une superbe tartufferie. D’abord macron a été élu par défaut et par une minorité de Français. Et sûrement pas sur une perspective de réforme des retraites . Pour Preuve, 75% des français sont contre.Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

Échantillon de 1005 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 3 au 4 janvier 2023.

Sondage opinion retraites: la réforme largement condamnée

Sondage opinion retraites: la réforme largement condamnée

 

Réforme des retraites :l’opinion condamne largement le projet

Le pouvoir légitime la réforme des retraites  par le fait que Macron a été élu. Une superbe tartufferie. D’abord macron a été élu par défaut et par une minorité de Français. Et sûrement pas sur une perspective de réforme des retraites . Pour Preuve, 75% des français sont contre.Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

Échantillon de 1005 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 3 au 4 janvier 2023.

SONDAGE réforme des retraites : illégitime

SONDAGE  réforme des retraites : illégitime

Le pouvoir légitime la réforme des retraites  par le fait que Macron a été élu. Une superbe tartufferie. D’abord macron a été élu par défaut et par une minorité de Français. Et sûrement pas sur une perspective de réforme des retraites . Pour Preuve, 75% des français sont contre.Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

Échantillon de 1005 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 3 au 4 janvier 2023.

SONDAGE retraites : une réforme illégitime

SONDAGE retraites :une réforme illégitime

Le pouvoir légitime la réforme des retraites  par le fait que Macron a été élu. Une superbe tartufferie. D’abord macron a été élu par défaut et par une minorité de Français. Et sûrement pas sur une perspective de réforme des retraites . Pour Preuve, 75% des français sont contre.Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

Échantillon de 1005 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 3 au 4 janvier 2023.

SONDAGE Réforme des retraites :Le gouvernement très largement discrédité

SONDAGE Réforme des retraites : Le gouvernement très largement discrédité

Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

Échantillon de 1005 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 3 au 4 janvier 2023.

Politique-SONDAGE projet de Réforme des retraites :Le gouvernement très largement condamné

Politique-SONDAGE projet de Réforme des retraites :Le gouvernement très largement condamné

Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

SONDAGE Réforme des retraites : Le gouvernement très largement condamné

SONDAGE Réforme des retraites :Le gouvernement très largement condamné

Selon un nouveau sondage Elabe-BFM, seul un Français sur quatre (27%) estime qu’il faudrait relever l’âge de départ. Dans le détail, seulement 18% des personnes interrogées souhaitent que celui-ci soit porté à 64 ans et 9% à 65 ans.

A contrario, ils sont 47% à estimer que cet âge légal devrait rester à 62 ans et même 25% à estimer qu’il faudrait l’abaisser.

Au sein de la population active, ils sont même 49% à souhaiter un maintien à 62 ans et 31% à vouloir même un abaissement de cet âge. Les retraités sont quant à eux plus partagés: 48% veulent que cet âge légal de départ soit augmenté et 44% ne veulent pas qu’il soit modifié.

Également interrogés sur le système de retraites actuel, les Français sont une majorité (64%) à le qualifier d’injuste et de financièrement fragile (55%). Ils sont aussi nombreux (72%) à pointer le faible taux d’emploi des seniors.

Ils sont seulement 31% à estimer que cette réforme permettra de faire des économies pour pouvoir financer d’autres dépenses publiques de protection sociale. En outre, ils jugent le moment inopportun pour faire une réforme des retraites en pleine crise du pouvoir d’achat (60%).

Pour une majorité de sondés (52%), la priorité de l’exécutif doit être mise sur le pouvoir d’achat. Ils estiment par ailleurs que l’exécutif doit mettre la réforme des retaites (21%) derrière l’écologie (22%) en termes de priorité d’action dans les prochains mois.

Échantillon de 1005 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet du 3 au 4 janvier 2023.

SONDAGE Ukraine : l’opinion partagée

SONDAGE Ukraine : l’opinion partagée

Un sondage de l’Ifop pour le JDD montre une certaine division de l’opinion à l’égard du conflit en Ukraine. Les électeurs écologistes se déclarent inquiets à 96 %, soit plus que la moyenne des Français .

Un sondage toutefois ambigu dans la mesure où il tente de mesurer l’opinion par rapport à une hypothétique victoire totale de l’Ukraine qui ne veut pas dire grand-chose dans la mesure où Poutine n’acceptera jamais la défaite et que de toute manière il ne respectera pas davantage un éventuel et très improbable accord de paix réelle.

Même différence quand il s’agit de savoir s’il faut d’abord parvenir à une solution négociée entre la Russie et l’Ukraine tout en continuant à fournir à l’armée ukrainienne une aide militaire considérable. 69 % des électeurs de Jean-Luc Mélenchon , 77 % de ceux de Marine Le Pen et 88 % de ceux d’Éric Zemmour au premier tour de la présidentielle de 2017, se déclarent en faveur de cette option de la négociation plutôt que de soutenir l’Ukraine jusqu’à ce qu’elle l’emporte militairement face à la Russie.

Ceux qui sont le moins enclins à privilégier la priorité de négocier se retrouvent chez les socialistes (57 %) et chez Renaissance, le parti d’Emmanuel Macron (60 %). « Cette idée que le pays agressé devrait finir à tout prix par battre le pays agresseur n’est visiblement pas majoritaire », commente Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop.
Sur le plan social, il est notable que cette guerre en Ukraine continue d’inquiéter au plus haut point les retraités (92 %), les Français qui n’ont pas fait d’études supérieures (87 %) et les habitants des communes rurales (86 %). Parmi les catégories de la population française qui sont, plus que la moyenne, attachées à prioriser une solution diplomatique plutôt que d’aider l’Ukraine à battre la Russie par les armes, on retrouve les femmes (73 %), les jeunes de 25 à 34 ans (75 %), les salariés du secteur public (73 %) et les résidents en zone rurale (72 %). « L’opinion a largement intériorisé l’idée que cette guerre allait durer et que 2023 serait une année encore tendue sur tous les plans », estime Frédéric Dabi.
Sondage Ifop pour JDD, effectué les 20 et 21 décembre 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1016 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas). Les interviews ont eu lieu en ligne par questionnaire autoadministré. La marge d’erreur est située entre 1,4 et 3,1 points.

12345...104



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol