Archive pour le Tag 'sondage'

Page 2 sur 75

Sondage É. Borne à Matignon: ce n’est pas le changement attendu pour 60 %

Sondage É.  Borne à Matignon: ce n’est pas le changement attendu pour 60 %

 

 

. Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, La nomination d’Élisabeth Borne ne correspond pas, pour 57% des sondés, au virage annoncé par Emmanuel Macron pour son second quinquennat. Il est clair pour les Français que Macron a choisi une première ministre assez transparente pour pouvoir gouverner seul.Seules 41% des personnes interrogées jugent que ce choix est le signe que le président veut diriger le pays différemment que lors de son premier mandat. Les sympathisants du Rassemblement national (78%), Reconquête! (74%) et de la France insoumise sont les plus nombreux à estimer que la nomination de l’ex-ministre de la Transition écologique s’inscrit dans la continuité du premier quinquennat. Sans surprise, 96% des partisans de Renaissance (anciennement LREM) jugent au contraire qu’elle marque un changement.

Sondage gouvernement Borne : déjà 60 % de mécontents

Sondage gouvernement Borne : déjà 60 % de mécontents

 

Selon Elabe pour BFMTV et L’Express en partenariat avec SFR., 58% des répondants se disent mécontents de la composition du nouvel exécutif. Emmanuel Macron avait promis « un renouvellement complet » lors d’un meeting de l’entre-deux-tours à Marseille. Mais les débuts de son nouveau quinquennat se placent plutôt sous le sceau de la continuité. Il a par exemple fait le choix de reconduire ses fidèles comme Gérald Darmanin à l’Intérieur ou Bruno Le Maire à Bercy.

Seule vraie surprise de ce gouvernement: l’arrivée de l’historien spécialiste des États-Unis Pap Ndiaye à l’Éducation nationale, et antithèse de son prédécesseur Jean-Michel Blanquer.

De quoi faire dire à 70% des personnes interrogées dans ce sondage Elabe que le gouvernement n’incarne pas la nouveauté, tout en se félicitant à 38% de la parité homme-femme sur les bancs du Conseil des ministres.

Un gouvernement incompétent face à la hausse des prix

65% des Français pensent que ce nouvel exécutif ne sera pas efficace pour répondre aux problèmes du pays.

Conscient de l’urgence économique alors que les prix de l’alimentaire pourraient augmenter de 5% d’ici l’été dans les supermarchés, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a promis lundi qu’un projet de loi sur le pouvoir d’achat serait présenté avant les législatives. Elle a finalement rétropédalé ce mardi.En fait le projet de loi pourrait n’être adopté qu’après les législatives. Sur plusieurs sujets la nouvelle porte-parole du gouvernement s’est déjà prie les pieds dans le tapis

Quant au choix de nommer deux ministres dédiées à la lutte contre le réchauffement climatique, elle laisse également dubitatif. 68% des personnes interrogées doutent que le gouvernement soit efficace en la matière.Rien d’étonnant à cela puisque les deux énarques nommés n’ont jamais manifesté la moindre compétence et le moindre intérêt à la problématique environnementale

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1001 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgée de 18 ans et plus avec la méthode des quotas. Le recueil des informations s’est fait en ligne du 23 au 24 mai 2022.

Sondage Législatives : la majorité recule

Sondage  Législatives : la majorité recule

 D’après le baromètre OpinionWay-Kéa Partners (1) pour « Les Echos » et Radio classique publiée ce mercredi, l’alliance des partis soutenant Emmanuel Macron perd 1 point, à 26 % d’intentions de vote, et voit ainsi la coalition de gauche marcher sur ses talons.

 « En 2017, la nomination d’Edouard Philippe avait permis à En Marche de progresser dans les sondages avant les législatives en captant des voix à droite, rappelle-t-il. Mais Elisabeth Borne n’est pas perçue comme étant de droite ou de gauche, elle est identifiée comme macroniste. Cela a logiquement moins d’effet sur les électeurs. »

L’avance reste toutefois confortable. Bénéficiant de sa position centrale et de la dispersion des oppositions, La République En marche (LREM) rebaptisée Renaissance, le Modem de François Bayrou et Horizons, le parti d’Edouard Philippe, peuvent espérer obtenir entre 295 et 335 sièges à l’Assemblée nationale, soit au-dessus de la majorité absolue (289).

De son côté, l’alliance de gauche progresse doucement mais sûrement. Au niveau national, la Nouvelle union populaire et sociale (Nupes) gagne 1 point cette semaine, à 25 % d’intentions de vote, à 1 petit point seulement de la majorité présidentielle.

« La gauche surfe encore sur l’annonce de leur alliance, qui a dominé l’actualité politique ces dernières semaines. Il reste à voir si elle arrive à maintenir cette visibilité pour la suite de la campagne », avertit Bruno Jeanbart.

La coalition comportant le PS, EE-LV, LFI et le PCF pourrait remporter entre 155 et 185 sièges à l’Assemblée. Un chiffre largement insuffisant pour décrocher une majorité

Crédités de 11 % d’intentions de vote à l’échelle nationale, Les Républicains se retrouveraient en revanche considérablement affaiblis, avec entre 50 et 70 députés. Quant au Rassemblement national, il perd encore 1 point cette semaine, avec 21 % d’intentions de vote au soir du premier tour. Mais ne bénéficiant pas de réserves de voix, la formation de Marine Le Pen n’obtiendrait qu’entre 14 et 34 sièges, alors que la formation d’un groupe parlementaire nécessite au minimum 15 députés.

Sondage gouvernement Borne : déjà discrédité

Sondage gouvernement Borne : déjà discrédité

 

Elabe pour BFMTV et L’Express en partenariat avec SFR. 58% des répondants se disent mécontents de la composition du nouvel exécutif. Emmanuel Macron avait promis « un renouvellement complet » lors d’un meeting de l’entre-deux-tours à Marseille. Mais les débuts de son nouveau quinquennat se placent plutôt sous le sceau de la continuité. Il a par exemple fait le choix de reconduire ses fidèles comme Gérald Darmanin à l’Intérieur ou Bruno Le Maire à Bercy.

Seule vraie surprise de ce gouvernement: l’arrivée de l’historien spécialiste des États-Unis Pap Ndiaye à l’Éducation nationale, et antithèse de son prédécesseur Jean-Michel Blanquer.

De quoi faire dire à 70% des personnes interrogées dans ce sondage Elabe que le gouvernement n’incarne pas la nouveauté, tout en se félicitant à 38% de la parité homme-femme sur les bancs du Conseil des ministres.

Un gouvernement incompétent face à la hausse des prix

65% des Français pensent que ce nouvel exécutif ne sera pas efficace pour répondre aux problèmes du pays.

Conscient de l’urgence économique alors que les prix de l’alimentaire pourraient augmenter de 5% d’ici l’été dans les supermarchés, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a promis lundi qu’un projet de loi sur le pouvoir d’achat serait présenté avant les législatives. Elle a finalement rétropédalé ce mardi.En fait le projet de loi pourrait n’être adopté qu’après les législatives. Sur plusieurs sujets la nouvelle porte-parole du gouvernement s’est déjà prie les pieds dans le tapis

Quant au choix de nommer deux ministres dédiées à la lutte contre le réchauffement climatique, elle laisse également dubitatif. 68% des personnes interrogées doutent que le gouvernement soit efficace en la matière.Rien d’étonnant à cela puisque les deux énarques nommés n’ont jamais manifesté la moindre compétence et le moindre intérêt à la problématique environnementale

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1001 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgée de 18 ans et plus avec la méthode des quotas. Le recueil des informations s’est fait en ligne du 23 au 24 mai 2022.

Sondage Élisabeth Borne à Matignon: Elle n’incarne pas le changement annoncé par Macron pour 60 %

Sondage Élisabeth Borne à Matignon: Elle n’incarne pas le changement annoncé par Macron pour 60 %

 

 

. Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, La nomination d’Élisabeth Borne ne correspond pas, pour 57% des sondés, au virage annoncé par Emmanuel Macron pour son second quinquennat. Il est clair pour les Français que Macron a choisi une première ministre assez transparente pour pouvoir gouverner seul.Seules 41% des personnes interrogées jugent que ce choix est le signe que le président veut diriger le pays différemment que lors de son premier mandat. Les sympathisants du Rassemblement national (78%), Reconquête! (74%) et de la France insoumise sont les plus nombreux à estimer que la nomination de l’ex-ministre de la Transition écologique s’inscrit dans la continuité du premier quinquennat. Sans surprise, 96% des partisans de Renaissance (anciennement LREM) jugent au contraire qu’elle marque un changement.

 

 

Sondage Burkini : 69% des Français contre

Sondage Burkini : 69% des Français contre 

 

Face aux enjeux majeurs du pays,  les écolos de Grenoble, maire en tête, ont fait de la question du port du Burkini dans les piscines publiques le problème central du pays;  ou la décomposition avancée d’un mouvement politique écolo en pleine démence  idéologique ! Un sondage publié ce mardi par l’Ifop pour le journal Le Point révèle qu’une large majorité de Français (69%) sont opposés à l’autorisation de ce maillot de bain -qui recouvre entièrement le corps à l’exception du visage, des pieds et des mains- dans les piscines publiques. À l’inverse, seulement 28% des Français musulmans s’y déclarent opposés. L’étude aborde aussi la question de l’autorisation pour les femmes de bronzer seins nus dans les piscines publiques, mesure adoptée également par les élus grenoblois ce lundi. Une majorité de Français encore s’y déclarent opposés (60%) tout comme les musulmans français cette fois-ci (67%).

L’institut de sondage a également sondé les répondants en fonction de l’intention de vote aux prochaines élections législatives. Si les électeurs de droite, de l’alliance LR-UDI à Reconquête! en passant par le Rassemblement national sont opposés à plus de 75% à l’autorisation du burkini, une majorité d’électeurs de l‘union de la gauche (Nupes) se déclarent plus étonnamment opposés à une telle mesure (58%). Les électeurs du parti présidentiel Renaissance sont quant à eux 71% à se déclarer contre le burkini.

Sondage Législatives 2022 : 49% de Français veulent un premier ministre de gauche….Mais pas les électeurs !

Sondage Législatives 2022 : 49% de Français veulent un premier ministre de gauche….Mais pas les électeurs !

Selon un sondage Ifop pour Le JDD 49% d’entre eux espèrent ainsi que le prochain locataire de Matignon soit une personnalité de gauche.

 

Dans le détail, ce sont les jeunes, potentiellement ceux ayant le plus voté pour Jean-Luc Mélenchon, qui souhaitent un chef du gouvernement de cette tendance-là. D’autant que le chef de l’Etat lui-même avait dressé après sa victoire un premier portrait-robot : une personne «attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive». Autre élément à prendre en compte, cette même volonté chez les sympathisants du RN et ceux du parti présidentiel. Car si bien évidemment 92% des électeurs de gauche veulent que leurs idées arrivent au pouvoir, un tiers des soutiens d’Emmanuel Macron et 25% des partisans de Marine Le Pen y aspirent également. Une part non négligeable qui s’explique en partie par l’expression des catégories populaires de vouloir bénéficier de mesures plus sociales.

Les électeurs contredisent les Français

Paradoxe, selon un sondage OpinionWay-Kéa Partners, pour  Les Échos et Radio classique , Il y aurait entre 310 et 350 sièges à l’Assemblée à l’issue des législatives des 12 et 19 juin prochain pour la majorité présidentielle. Selon ce sondage, l’union de la gauche pourrait aussi investir entre 135 et 165 députés et devenir, devant la droite, la première force d’opposition du pays. Selon ce même sondage, Les Républicains passeraient de 101 députés actuellement à entre 50 et 70 dans la prochaine législature.Et le Rassemblement national pourrait obtenir entre 20 et 40 sièges et ainsi constituer un groupe parlementaire. C’est une avancée pour le parti, mais un faible score au vu de son nombre de voix récoltées au second tour de la présidentielle.

 

 

Sondage législatives : large majorité pour Macron

 

 

Sondage législatives : large majorité pour Macron

Selon un sondage OpinionWay-Kéa Partners, pour  Les Échos et Radio classique , Il y aurait entre 310 et 350 sièges à l’Assemblée à l’issue des législatives des 12 et 19 juin prochain pour la majorité présidentielle.

Selon ce sondage, l’union de la gauche pourrait aussi investir entre 135 et 165 députés et devenir, devant la droite, la première force d’opposition du pays.

Selon ce même sondage, Les Républicains passeraient de 101 députés actuellement à entre 50 et 70 dans la prochaine législature.

Et le Rassemblement national pourrait obtenir entre 20 et 40 sièges et ainsi constituer un groupe parlementaire. C’est une avancée pour le parti, mais un faible score au vu de son nombre de voix récoltées au second tour de la présidentielle.

Malgré cet avantage manifeste d’Emmanuel Macron lors du scrutin de juin, seuls 36% des Français disent souhaiter qu’il dispose d’une majorité, explique encore ce dernier baromètre. Et ils sont 61 % de l’avis inverse. Une confirmation du peu d’enthousiasme suscité par sa réélection, où le vote utile, le vote contre et l’abstention ont été les grands gagnants.

Sondage OpinionWay-Kéa Partners pour Les Échos et Radio classique réalisé du 5 au 9 mai 2022 sur un échantillon de 3.077 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

 

 

Sondage Législatives : 86 % des électeurs de gauche pour l’union

Sondage Législatives : 86  % des électeurs de gauche pour l’union

Selon l’enquête Odoxa Backbone-Consulting pour Le Figaro, l’alliance aux législatives est plébiscitée par les sympathisants : 86% d’entre eux la souhaitent. Parmi eux, 70% aspirent à une alliance impliquant les Insoumis.Jusque-là, les soutiens du parti de la rose aspiraient à une forme d’hégémonie au sein de la gauche. «À condition que le PS soit le leader, indique Gaël Sliman. Mais quand on fait dix fois moins que son adversaire à la présidentielle, le drame est que les sympathisants socialistes finissent par accepter l’idée qu’on puisse organiser des accords dans lesquels Jean-Luc Mélenchon serait la pierre angulaire du dispositif.»

À droite, en revanche, l’alliance est plus complexe ou plutôt, moins naturelle. Le concept d’«union des droites», qui illustre l’alliance des personnalités politiques des Républicains, du Rassemblement national et de Reconquête!, est rejeté par une majorité des Français (62%) contre 31% des sympathisants de droite. «Le front républicain et la ligne rouge qui existaient autrefois entre le RPR et le FN ont évolué», analyse Gaël Sliman.

Ceci étant dit, les sympathisants LR sont nettement moins favorables à une alliance en vue des législatives (57%) quand une nette majorité des sympathisants RN, eux, le sont (78%). Du côté des soutiens du parti d’Éric Zemmour, plus de 9 sympathisants sur 10 se prononcent pour ce rapprochement. Si les soutiens du parti des Républicains souhaitent une union de leur famille politique avec d’autres partis, c’est d’abord avec La République en Marche (LREM) : 36% d’entre eux souhaitent un rapprochement avec le mouvement d’Emmanuel Macron contre 26% avec les partis situés plus à droite.

Enfin, près d’un Français sur deux est favorable à ce que LREM obtienne une majorité absolue à l’Assemblée nationale. «Chose étonnante, précise Gaël Sliman, seule une minorité (44%) des sympathisants LREM la souhaite. C’est comme s’ils se disaient : le président a remporté la présidentielle avec 31% des inscrits. Si en plus, on se retrouve avec une majorité absolue, la seule opposition qui pourra se faire entendre sera dans la rue. Il vaut mieux une opposition à l’Assemblée.»

SONDAGE RÉÉLECTION DE MACRON : « UNE MAUVAISE CHOSE POUR LE PAYS », SELON 55% DES FRANÇAIS

SONDAGE RÉÉLECTION DE MACRON : « UNE MAUVAISE CHOSE POUR LE PAYS », SELON 55% DES FRANÇAIS

 

Selon un nouveau sondage « Opinion 2022″ réalisé par Elabe pour BFMTV, L’Express , Emmanuel Macron est déjà en butte à la méfiance voire à l’hostilité d’une majorité de Français, en dépit de sa victoire dimanche au second tour de la présidentielle.

La sentence est sans équivoque: pour 55% de nos compatriotes, la réélection du sortant est « une mauvaise chose pour la France ».

Sur ces 55% voyant ce nouveau quinquennat arriver sous de sombres auspices, ils sont même 28% à juger que ce second mandat s’annonce comme une « très mauvaise chose » pour le pays. Cette défiance atteignait toutefois 56% le 2 février dernier. En revanche, 45% de nos concitoyens assurent que cette réélection est une « bonne chose ».

Emmanuel Macron fait le plein auprès de ses électeurs du premier tour, mais les électorats de Marine Le Pen – à hauteur de 89% – et de Jean-Luc Mélenchon – 72% – pensent que la prolongation de son bail à l’Élysée nuira à la nation. Toutes les catégories d’âge allant de 25 à 64 ans partagent cette vision pessimiste (selon des étiages variant de 55% à 62%).

D’un point de vue social, ce sont les classes populaires qui se montrent les plus critiques: parmi elles, ils sont 65% de répondants à pointer la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron comme une « mauvaise chose pour la France ». À l’inverse, les cadres et professions supérieures sont positifs, pour 54% d’entre eux.

 

SONDAGE LÉGISLATIVES: PLUS DE 6 FRANÇAIS SUR 10 souhaitent une Assemblée nationale opposée à Macron

SONDAGE LÉGISLATIVES: PLUS DE 6 FRANÇAIS SUR 10 sune Assemblée nationale opposée à Macron

On peut se demander si les Français ne font pas preuve d’un grand sens de l’équilibre avec un président libéral à l’Élysée et des députés de l’opposition à l’assemblée. Ou alors beaucoup regrettent déjà leur vote pour Macron élu en quelque sorte par défaut est déjà considéré comme incapable de régler les grandes questions structurelles qui se posent au pays. Pour preuve 55 % de l’opinion regrettent déjà l’élection de Macron.Selon le sondage Opinion 2022 d’Elabe réalisé pour BFMTV, L’Express et SFR ,plus de 6 Français sur 10 (61%) souhaitent que soit élue en juin une majorité de députés opposés à Emmanuel Macron, et ainsi ouvrir une période de cohabitation pour le second quinquennat du locataire de l’Élysée. A contrario, 39% des sondés souhaitent une Assemblée nationale avec une majorité favorable au président.

De fortes dichotomies s’observent selon l’électorat. Les électeurs qui ont voté pour Emmanuel Macron dès le premier tour sont sans surprise favorables à 95% à l’instauration d’une majorité favorable. En revanche, ceux de Marine Le Pen (88%) et de Jean-Luc Mélenchon (86%) sont très largement en faveur d’une majorité opposée. Si cette volonté prévaut dans toutes les catégories de population, elle se retrouve particulièrement, à 69%, parmi les catégories populaires.

L’interrogation a eu lieu par Internet les 26 et 27 avril, sur un échantillon de 1002 personnes représentatives des résidents majeurs de France métropolitaine. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas. La marge d’erreur est comprise entre plus ou moins 1,4 à 3,1 points.

Sondage Législatives 2022 : Macron majoritaire

 Sondage Législatives 2022 : Macron majoritaire 

Dans une première projection réalisée par Harris Interactive pour Challenges entre dimanche soir et lundi, la nouvelle Assemblée nationale pourrait bien accorder à Emmanuel Macron une victoire absolue. En cas d’absence d’accord entre les grandes forces politiques, la majorité – composée de LREM, du MoDem et d’Horizons -, obtiendrait entre 328 et 368 sièges. Si le camp présidentiel confirmerait son assise bien au-delà du seuil des 289 députés, les autres familles politiques, elles, verraient leurs rapports de force rebattus.

De 7 députés sortants à l’heure actuelle, le RN – qui a récolté dimanche 41,44% des voix -, pourrait voir ses effectifs grimper de 75 à 105 élus. À l’inverse, la droite, qui a pu compter sur 101 députés tout au long du quinquennat, réduirait ses rangs, entre 35 et 65 élus. À gauche, les tendances présidentielles se confirmeraient sur les bancs de l’Assemblée. Les Insoumis, ayant obtenu 21,95% des suffrages au premier tour avec Jean-Luc Mélenchon, progresseraient de 17 parlementaires à la chambre basse dans une fourchette comprise entre 25 et 45. Les socialistes, eux, pourraient sauvegarder entre 25 et 40 sièges. Les communistes et les écologistes, enfin, ne seraient pas en mesure de constituer un groupe, en dessous de 15 députés.

 

 

 

 

Sondage Débat Macron-Le Pen : Évaluation plus serrée mais toujours aussi nulle

 Sondage Débat Macron-Le Pen : Évaluation plus serrée mais toujours aussi nulle

 

 Indiscutablement d’après la presse des financiers, Macron a remporté sans discussion le débat face à une Le Pen effectivement très insuffisante même si elle est en léger progrès. L’évaluation de ces débats est plus serrée qu’en 2017. Mais il faut tenir compte que seulement 15 millions de personnes ont suivi la confrontation. Autant dire que la grande majorité des Français n’attendait pas grand-chose du débat pas plus d’ailleurs sans doute que de l’élection ; les abstentionnistes et les non-inscrits vont constituer nettement le parti majoritaire en France.

D’après une enquête Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, Emmanuel Macron remporte le duel de l’entre-deux-tours d’une très courte tête : il a convaincu 56% des sondés, contre 72% en 2017.Un sondage qui porte cependant sur une audience assez faible et qui forcément ne tient pas compte de ceux qui n’ont pas regardé la télévision.

Pas de vainqueur par KO. C’est le principal enseignement tiré par l’institut Odoxa et Backbone Consulting après une enquête réalisée pour Le Figaro à l’issue du débat de l’entre-deux-tours. Selon le sondage, Emmanuel Macron est, d’une courte tête, le candidat qui s’est montré le plus convaincant aux yeux des Français mercredi soir. Près d’un tiers d’entre eux partage cet avis (30%) contre 23% pour Marine Le Pen, tandis que près d’un Français sur deux (47%) ne distingue aucun gagnant ou a ignoré le débat. Le président sortant ne devance son adversaire que de 7%, alors que l’écart était de près de 30 points en 2017.

À

Si on se concentre sur les Français ayant choisi entre l’un ou l’autre des deux candidats, 56% estiment que le président candidat a été le plus convaincant, contre 44% pour Marine Le Pen. Il y a cinq ans, le même sondage réalisé à l’issue du débat d’entre-deux-tours donnait le candidat En Marche vainqueur à 72%, contre 28% pour la candidate RN. Dans le détail des treize grands thèmes abordés lors du débat, le match s’avère encore plus serré : en moyenne, 48% des Français jugent qu’Emmanuel Macron a été le plus convaincant, contre 47% qui donnent l’avantage à Marine Le Pen.

 

Les domaines dans lesquels le président sortant a pris le dessus sont la place de la France à l’international (62%), la manière de gouverner et le fonctionnement des institutions (57%), ainsi que la croissance et la compétitivité de l’économie (55%). La candidate RN s’est en revanche montrée meilleure aux yeux des sondés sur les questions liées à l’immigration (57%), la sécurité (57%), les retraites (56%) et le pouvoir d’achat (54%).

 

Sur le fond, c’est Emmanuel Macron qui l’a emporté : 62% des Français qui ont regardé le débat estiment qu’il a montré qu’il maîtrisait le plus ses dossiers, 61% jugent qu’il a le plus montré la stature d’un président et 57% trouvent qu’il a plus montré qu’il savait où il allait. En revanche, sur la forme, c’est Marine Le Pen qui a davantage gardé son sang-froid aux yeux des Français : 57% estiment qu’elle a été la plus calme et qu’elle s’est le mieux maîtrisée.

 

Parmi les électeurs ayant voté pour un autre candidat au premier tour, ceux de Fabien Roussel, Anne Hidalgo, Yannick Jadot ont été les plus convaincus par la performance d’Emmanuel Macron (40% contre 10% pour Marine Le Pen), suivis par les électeurs de Valérie Pécresse (36% contre 16%). Côté Marine Le Pen, 52% des électeurs d’Eric Zemmour ont jugé qu’elle était la plus convaincante. Ils ne sont que 7% à avoir préféré la prestation du président candidat. Les électeurs insoumis, qui disposent d’un rôle clé pour le second tour, sont plus partagés : 29% ont trouvé Emmanuel Macron plus convaincant, contre 21% pour Marine Le Pen.

Les sondés se sont montrés relativement satisfaits de ce débat d’entre-deux-tours. Près de 6 sur 10 estiment qu’il a abordé les principales préoccupations des Français (66%) et l’ont trouvé intéressant (58%). Pour autant, 3 électeurs sur 4 (76%) affirment qu’il ne changera pas l’issue de leur vote.

Sondage : Macron déjà élu ?

Sondage : Macron déjà élu ?

 

Au vu des sondages des grands médias, Macron serait déjà élus avec au moins 13 points d’avance. Sondages évidemment à prendre avec des pincettes car dans la période électorale l’information est largement instrumentalisée.

Emmanuel Macron conserve son avance sur Marine Le Pen, selon notre sondage quotidien Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien-Aujourd’hui en France, publié mercredi 20 avril. À quatre jours du second tour de l’élection présidentielle 2022Emmanuel Macron, candidat à sa réélection, est crédité de 56,5% des intentions de vote au second tour (stable), contre 43,5% pour Marine Le Pen, sa concurrente du Rassemblement national (RN). La marge d’erreur est de 3,2 points.

À quelques heures du très attendu débat entre les deux finalistes du scrutin, l’évolution des reports de voix bénéficie clairement à Emmanuel Macron. Chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon au premier tour, 44% (-1 point) n’expriment toujours pas de choix : cette proportion d’indécis ou de partisans de l’abstention et du vote blanc était montée jusqu’à 56% en fin de semaine dernière. Le candidat pour lequel ils ont le plus de chances de voter au second tour est Emmanuel Macron (39%, stable) devant Marine Le Pen (17%, +1 point).

Chez les électeurs de Yannick Jadot (Europe Ecologie-Les Verts), les non exprimés sont 32% (+1 point). 59% des électeurs du premier tour indiquent que le candidat pour lequel ils ont le plus de chances de voter au second tour est Emmanuel Macron (+1 point), contre 9% pour Marine Le Pen (-2 points).

Chez les électeurs de Valérie Pécresse (Les Républicains) du premier tour, 35% n’expriment pas de choix (+6 points). 40% d’entre eux indiquent que le candidat pour lequel ils ont le plus de chances de voter au second tour est Emmanuel Macron, mais ils sont 25% (+1 point) à envisager de voter Marine Le Pen.

Du côté des électeurs d’Eric Zemmour (Reconquête!), c’est toujours vers Marine Le Pen que l’immense majorité d’entre eux se tournent : 78% (+1 point). Ils étaient 81% le 13 avril. Inversement, 7% envisagent de voter Emmanuel Macron (-1 point). 15% n’expriment pas de choix. Soit parce qu’ils ne souhaitent pas répondre, soit parce qu’ils ont choisi l’abstention ou le vote blanc.À quatre jours du second tour de scrutin, 72% des Français interrogés sont sûrs qu’ils iront voter (fourchette : entre 70 et 74%). Un chiffre légèrement inférieur au taux de participation effectif lors du second tour de l’élection présidentielle de 2017 (74,6%).

Sur ceux qui sont certains d’aller voter, 87% disent avoir fait leur choix et qu’il sera définitif, alors que 13% estiment que leur vote peut encore changer. Les électeurs d’Emmanuel Macron sont de moins en moins nombreux à douter : 93% (stable) affirment que leur choix est définitif, seuls 7% reconnaissent qu’ils peuvent encore changer d’avis. Pour Marine Le Pen, les convaincus sont 91% (+1 point), les indécis sont 9%.

Parmi ceux qui ont l’intention de se déplacer le 24 avril pour voter blanc ou nul, 55% se disent sûrs de leur choix (-3 points), et 45% d’entre eux peuvent encore changer d’avis.

Méthodologie. Ce baromètre est réalisé pour franceinfo et Le Parisien-Aujourd’hui en France jusqu’au second tour de la présidentielle et s’appuie sur la méthodologie du  »rolling poll », ou sondage roulant. Chaque jour, environ 500 personnes inscrites sur les listes électorales sont interrogées. Les résultats publiés au jour le jour font systématiquement état des trois derniers échantillons interrogés, pour obtenir un échantillon reconstitué d’environ 1 500 personnes.

Ce sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien-Aujourd’hui en France publié le 20 avril s’appuie sur un échantillon total de 1 698 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les résultats présentés font état du cumul des interviews réalisées ces trois derniers jours. L’échantillon a été interrogé par internet et a été constitué selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, région).

Sondage – débat: MACRON PLUS CONVAINCANT ?

Sondage – débat: MACRON PLUS CONVAINCANT ?

 

Un sondage de BFM -Elabe  qui montrerait que Macron sort vainqueur du débat télévisé. Un sondage évidemment à prendre avec des pincettes comme la plupart des autres dans la mesure où ils sont commandés par les grands médias à peu près tous partisans de Macron et financiers de sa campagne.

Le candidat Emmanuel Macron a en effet  été jugé plus convaincant que Marine Le Pen par les téléspectateurs à l’issue du débat de l’entre-deux-tours de la présidentielle, comme le révèle notre sondage Opinion 2022 réalisé par l’institut Elabe et diffusé à l’issue de l’émission.

Après ces 2h30 de débat présidentiel, qui ressort gagnant? Le président sortant Emmanuel Macron a été jugé nettement plus convaincant que Marine Le Pen à l’issue du débat de l’entre-deux-tours: 59% des téléspectateurs le désignent comme vainqueur de la joute, contre 39% pour la candidate d’extrême droite, selon notre sondage réalisé par Elabe pour BFMTV et L’Express avec notre partenaire SFR.

Dans le détail, l’enquête d’opinion montre que les téléspectateurs qui ont voté Jean-Luc Mélenchon au premier tour ont jugé Emmanuel Macron plus convaincant que son adversaire, à 61% contre 36% pour Marine Le Pen.

Sans surprise, le chef de l’État bénéficie d’un plébiscite de ses soutiens, avec 97% de ses électeurs qui le voient comme le vainqueur du duel. Les électeurs de Marine Le Pen sont un petit peu plus partagés, puisqu’ils sont 85% à avoir trouvé leur candidate plus convaincante qu’Emmanuel Macron ce mercredi soir.

Macron jugé présidentiable mais « arrogant »

Au terme de ce débat dense et musclé, 53% des télespectateurs interrogés ont considéré que le candidat La République en Marche avait le plus les qualités nécessaires pour être président, contre 29% pour Marine Le Pen. Ils sont 19% à ne pas les départager sur ce critère.

L’enquête montre aussi que pour 36% des téléspectateurs sondés, c’est Emmanuel Macron qui est le plus capable de rassembler les Français. Les 31% autres considèrent que Marine Le Pen s’en sortirait mieux dans ce rôle, tandis que 33% ne sont convaincus ni par l’un, ni par l’autre.

Enfin, Emmanuel Macron est jugé le candidat le plus dynamique par 49% des téléspectateurs (contre 31% pour Marine Le Pen), le plus sincère à 36% (contre 34% pour Marine Le Pen), celui ayant le meilleur projet à 44% (contre 31% pour Marine Le Pen) mais aussi le plus arrogant à 50% (contre 16% pour Marine Le Pen).

Au contraire, les téléspectateurs ont considéré que la candidate RN était la plus inquiétante à 50% (contre 25% pour Emmanuel Macron), la plus proche des préoccupations des Français à 37% (contre 34% pour le candidat LaREM), et comme celle pouvant changer le plus les choses (à 51% contre 29% pour son rival).

Play Video

Enquête réalisée par internet en fin d’émission le 20 avril 2022 auprès d’un échantillon de 650 personnes ayant regardé le débat d’entre-deux tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. L’échantillon de téléspectateurs est issu d’un échantillon national de 3826 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, classe d’âge et profession de la personne interrogée après stratification par la région de résidence et la catégorie d’agglomération.

SONDAGE MACRON ET LE PEN: Un duel serré pas joué d’avance

SONDAGE   MACRON ET LE PEN: Un duel serré pas joué d’avance 

Le président sortant Emmanuel Macron est crédité de 52% des intentions de vote au second tour – en 2017, il l’avait emporté avec 66,10% des voix.
 Vers un duel plus serré qu’il y a cinq ans? Emmanuel Macron remporterait le match retour qui l’opposera à Marine Le Pen lors du second tour de l’élection présidentielle, programmé le dimanche 24 avril: selon notre sondage Elabe pour BFMTV et L’Express avec notre partenaire SFR, le président sortant obtiendrait 52% des suffrages contre 48% pour la candidate du Rassemblement national.

Le président-candidat gagne un petit point par rapport à notre précédente enquête, publiée vendredi, dans laquelle il était crédité de 51% des voix contre 49% pour Marine Le Pen.

 Toutefois, ce nouveau face-à-face entre les deux candidats ne devrait pas avoir les mêmes contours que celui qui a eu lieu il y a cinq ans. En 2017, au second tour, Emmanuel Macron avait largement reproté ce duel avec 66,1% des voix contre 33,9% pour Marine Le Pen.

A peine les résultats tombés, les autres candidats du premier tour ont lancé majoritairement soit un appel à voter Emmanuel Macron, soit à faire barrage à l’extrême-droite. Valérie Pecresse, Yannick Jadot, Anne Hidalgo et même Fabien Roussel se sont positionnés en faveur du président sortant. Même Jean-Luc Mélenchon, critiqué en 2017 pour son positionnement, a répété à « ne pas donner une seule voix à Marine Le Pen ». Seuls Eric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan se sont prononcés pour la candidate du RN.

Dans le détail, selon notre sondage Elabe, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon devraient se partager presque à parts égales entre Emmanuel Macron (35%), Marine Le Pen (34%) et l’abstention (31%). Quasi-égalité aussi chez les soutiens de Valérie Pécresse, partagés à 44% pour Emmanuel Macron et 40% pour Marine Le Pen. Une large partie des électeurs d’Eric Zemmour (86%) devraient se tourner vers la candidate d’extrême droite.

Pour les sondés, Emmanuel Macron incarne celui qui est le plus capable d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale (61% contre 31% pour Marine Le Pen). Idem quand il s’agit de savoir qui des deux candidats qui représenterait le mieux la France à l’étranger ou celui qui a le plus la capacité à gérer les crises. A l’inverse, Marine Le Pen apparaît comme celle qui veut vraiment changer els choses (56% contre 35% pour Emmanuel Macron) ou encore celle qui comprend le mieux les gens.

Enquête réalisée par internet le 10 avril 2022 sur un échantillon de 1509 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1 446 inscrits sur les listes électorales. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Sondage présidentiel : Macron baisse au second tour

Sondage présidentiel : Macron baisse au second tour

  • L’enquête Elabe publiée mercredi montre qu’en cas d’un duel Macron-Le Pen au second tour, il l’emporterait à 52,5% contre 47,5%. Il y a 3 semaines, Emmanuel Macron était crédité de 61 % des suffrages contre 39 % pour Marine Le Pen.
  • Le rolling Ipsos donne Emmanuel Macron à 55 % contre 45 % pour Marine Le Pen, un écart de 10 points. Il était de 20 points le 12 mars (60-40 pour Macron).
  • Le rolling Ifop crédite de le chef de l’Etat de 53,5 % des suffrages (46,5 % pour Marine Le Pen). Il y a 3 semaines, Macron la distançait de 14 points (57 % pour Macron, 43 % pour Marine Le Pen).
  • Le rolling OpinionWay montre également la même dynamique. Emmanuel Macron obtient 55 % des voix contre 59 % le 9 mars. L’écart est donc passé de 18 à 10 points en 3 semaines.

Pour expliquer ce rapproché entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le sondeur Matthieu Gallard de l’Ipsos explique que la candidate du Rassemblement national obtient désormais « de meilleurs reports des électorats Zemmour et Mélenchon. Dans le même temps, les reports des électeurs Pécresse et Jadot sur Macron sont en hausse, mais ça ne compense pas. »

Le chef de l’Etat fait, en effet, face à un problème. S’il améliore, en moyenne, son score de premier tour de 4 points. Ce n’est pas le cas au second tour, où il baisse d’environ 10 points par rapport à la précédente présidentielle. Marine Le Pen a un réservoir de voix supérieur à 2017 grâce notamment à la candidature d’Eric Zemmour. De son côté, le candidat d’En marche a moins de réserves automatiques même s’il bénéficie du report majoritaire de l’électorat de Yannick Jadot et de Valérie Pécresse.

 

 

Sondage Hidalgo : près de 70 % des parisiens mécontents

Sondage Hidalgo : près de 70 % des parisiens mécontents

 

Les sondages sont évidemment catastrophique pour Hidalgo, la gauchiste bobo, dans la perspective de l’élection présidentielle. On ne lui accorde que quelques pour cent. Le problème c’est que le discrédit qui touche la candidate aux présidentielles vise maintenant Anne Hidalgo en tant que maire de Paris. Un sondage tenu interne par le parti socialiste lui-même montrerait que la maire de Paris est contestée par 67 % de l’opinion.Les parisiens regrettent sans doute l’autre mondain Delanoé, aussi inefficace mais tellement brillant quand il parle pour ne rien dire. Et qui va maintenant porter cette parole chez Macron ! Un juste reclassement.

Notons que les parisiens auraient lieu de s’inquiéter également dans la mesure où ils accordent leurs suffrages à la mondaine Rachida Dati qui récolteraient, elle 40 % de bonnes opinions. Changer Hidalgo pour Rachida Dati s’est échangé un cheval borgne pour un âne douteux. Surtout depuis la découverte que Rachid a Dati se faisait discrètement rémunérer par Renault ? On s’interroge sur le type de service !

 Un sondage Opinionway, non publié jusqu’ici, révèle le jugement très sévère des Parisiens à l’endroit de la maire de la capitale. L’entourage d’Anne Hidalgo assure n’avoir jamais eu vent de cette enquête, pourtant commandée par le PS

 

 

Selon une enquête Opinionway réalisée entre les 1er et 4 février, seuls 27% des Parisiens ont une bonne opinion d’Anne Hidalgo et 67% ne sont pas satisfaits de son action. Cela place la maire de Paris loin derrière Rachida Dati, qui récolte 40% de bonnes opinions. Et 62% des sondés souhaitent des changements importants dans l’action municipale.

A

Sondage Programme Macron: Ça ne change rien pour 66 %

Sondage Programme  Macron: Ça ne change rien pour 66 %

 

D’après un nouveau sondage Opinion 2022 réalisé par l’institut Elabe, une majorité de Français jugent négativement le programme de Macron.

 

66% des personnes interrogées jugent ainsi que le programme du président-candidat, présenté jeudi lors d’une longue conférence de presse, n’est ni novateur, ni innovant. 61% d’entre eux – dont 92% d’électeurs d’Eric Zemmour, 78% de Marine Le Pen, 76% de Jean-Luc Mélenchon et 72% de Valérie Pécresse au premier tour – considèrent par ailleurs que les propositions d’Emmanuel Macron ne correspondent pas aux attentes des Français et ne permettront pas d’améliorer leur quotidien. Du côté économique, 56% d’entre eux estiment que son programme n’améliorera pas la situation de la France, et 52% estiment qu’il ne permettra pas de renforcer le pays face à des crises mondiales majeures comme le Covid-19 ou la guerre en Ukraine. 51% des personnes interrogées pensent enfin que son programme n’est pas réaliste.

Quant à l’orientation politique de ses propositions, 50% des Français considèrent que le programme d’Emmanuel Macron n’est « ni de gauche ni de droite ». 43% estiment qu’il est « plus proche des idées de droite ». Seulement 7% des Français estiment qu’Emmanuel Macron est « plus proche des idées de gauche ».

Politique: Sondage programme Macron : pas novateur pour 66 %

Sondage programme Macron : pas novateur pour 66 %

le programme d’Emmanuel Macron, selon un sondage Elabe publié ce mardi n’est pas considéré comme novateur par 66 % des Français. Environ 80 % estiment que Macron mènera la même politique précédemment. dans  le détail, une large majorité de l’opinion soutient les mesures avancées par le président sortant, en particulier celles sur le pouvoir d’achat.Deux tiers des Français (66 %) estiment que son projet 2022 n’est « ni novateur ni innovant ». Une large majorité (61 %) juge qu’il ne correspond pas aux attentes des Français et qu’il ne permettra pas d’améliorer leur quotidien, et 56 % qu’il ne permettra pas d’améliorer la situation économique du pays.

Près de huit Français sur dix (78 %) pensent en effet qu’en cas de réélection, son deuxième mandat serait plutôt dans la continuité du premier . « Ils jugent par ailleurs le programme et le bilan - car ils mélangent un peu les deux - plutôt à droite, poursuit le sondeur, mais avec quelque chose de paradoxal : même avec cette droitisation, Marine Le Pen reste mieux jugée sur le régalien. »

Dans le détail, c’est la proposition de repousser l’âge légal de la retraite à 65 ans qui est jugée le plus négativement : 69 % des Français y sont opposés. Et c’est, sans surprise, la mesure la plus clivante politiquement : les électeurs potentiels de la candidate LR Valérie Pécresse y sont les plus favorables (61 %) - il faut dire qu’ elle l’a inscrite très tôt dans son projet - , suivis de ceux d’Emmanuel Macron (55 %), quand les autres électorats y sont plus nettement opposés.

En revanche, une majorité de Français, parfois très large, juge positivement les autres propositions testées, et en particulier celles sur le pouvoir d’achat . C’est le cas notamment de la hausse du minimum de pension à 1.100 euros pour une carrière complète (88 % favorables), de l’exonération de taxes sur les successions jusqu’à 150.000 euros par enfant (84 %) et de la suppression de la redevance (83 %). La quasi-totalité des Français (92 %) soutiennent la proposition de recruter 50.000 infirmiers et aides-soignants dans les Ehpad.

Quant à la réforme potentiellement explosive du RSA - conditionnée à 15 à 20 heures hebdomadaires d’activité et de formation -, elle est, elle aussi, massivement soutenue (72 %), sauf chez les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon. Même chose avec l’idée d’ augmenter les enseignants en échange de nouvelles missions (63 % favorables), dont la présentation par le candidat jeudi dernier a pu irriter chez les professeurs .

Le versement à la source des prestations sociales est lui aussi soutenu par 67 % des Français à l’exception, cette fois, des électeurs potentiels du candidat Reconquête! Eric Zemmour.

12345...75



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol