Archive pour le Tag 'sondage'

Page 2 sur 72

2022-Sondage moral des Français: 17 % seulement optimistes

2022-Sondage moral des Français: 17 % seulement optimistes

D’après une étude Odoxa BackBone Consulting pour Le Figaro révèle que Seulement 17 % des Français optimistes pour l’année qui vient.

59% des Français anticipent une année 2022 identique à celle qui vient de s’écouler, selon une étude Odoxa BackBone-Consulting pour Le Figaro. 23% d’entre eux craignent même que les prochains mois soient pires. Seuls 17% pensent que l’année qui commence sera meilleure. Un ressenti qui monte à 24% chez les sympathisants LR et RN.
 Sur le registre sanitaire, les Français ne sont pas plus confiants : 85% ne prévoient pas une année sous le signe d’une fin de la pandémie. L’institut relève même une certaine «lassitude» et une «fatigue» face à la situation. Dans cette configuration, six citoyens sur dix considèrent que le pays devrait connaître un vaste mouvement social dans les prochains mois comme celui des «gilets jaunes». 49% d’entre eux prévoient de surcroît une crise économique.

Enfin, sur le plan politique et électoral, une majorité de Français (53%) prédisent une réélection d’Emmanuel Macron, moins d’un tiers (28%) une victoire de Valérie Pécresse, et à peine plus de deux sur dix (22%) celle d’un des deux impétrants de la droite nationaliste – Éric Zemmour ou Marine Le Pen.

Le président de la République sera d’ailleurs, pour 30% des Français, la personnalité politique de 2022. Suivent la présidente de la région francilienne (19%) et Éric Zemmour (17%). Preuve que l’incertitude règne, le scénario d’un duel Macron-Le Pen n’est plus aussi évident qu’auparavant. Avec l’arrivée sur la ligne de départ de Valérie Pécresse, venant talonner Emmanuel Macron dans les sondages depuis sa désignation par LR début décembre, et d’Éric Zemmour qui fait de même avec Marine Le Pen, l’accession au second tour devrait se jouer sur la partie droite de l’échiquier politique.

 La campagne devrait sans aucun doute aborder les préoccupations majeures des électeurs. À savoir, le pouvoir d’achat et la santé (ex aequo à 54%) et l’insécurité (37%). Lesquels se situent devant l’immigration (32%) et l’emploi (29%). Si la priorité sanitaire est avancée en premier par les sympathisants LREM et PS, la lutte contre immigration est celle qui recueille le plus d’adhésions à LR et au RN.

Sondage moral des Français pour 2022: 17 % seulement optimistes

Sondage moral des Français pour 2022: 17 % seulement optimistes

D’après une étude Odoxa BackBone Consulting pour Le Figaro révèle que Seulement 17 % des Français optimistes pour l’année qui vient.

59% des Français anticipent une année 2022 identique à celle qui vient de s’écouler, selon une étude Odoxa BackBone-Consulting pour Le Figaro. 23% d’entre eux craignent même que les prochains mois soient pires. Seuls 17% pensent que l’année qui commence sera meilleure. Un ressenti qui monte à 24% chez les sympathisants LR et RN.

Sur le registre sanitaire, les Français ne sont pas plus confiants : 85% ne prévoient pas une année sous le signe d’une fin de la pandémie. L’institut relève même une certaine «lassitude» et une «fatigue» face à la situation. Dans cette configuration, six citoyens sur dix considèrent que le pays devrait connaître un vaste mouvement social dans les prochains mois comme celui des «gilets jaunes». 49% d’entre eux prévoient de surcroît une crise économique.

Enfin, sur le plan politique et électoral, une majorité de Français (53%) prédisent une réélection d’Emmanuel Macron, moins d’un tiers (28%) une victoire de Valérie Pécresse, et à peine plus de deux sur dix (22%) celle d’un des deux impétrants de la droite nationaliste – Éric Zemmour ou Marine Le Pen.

Le président de la République sera d’ailleurs, pour 30% des Français, la personnalité politique de 2022. Suivent la présidente de la région francilienne (19%) et Éric Zemmour (17%). Preuve que l’incertitude règne, le scénario d’un duel Macron-Le Pen n’est plus aussi évident qu’auparavant. Avec l’arrivée sur la ligne de départ de Valérie Pécresse, venant talonner Emmanuel Macron dans les sondages depuis sa désignation par LR début décembre, et d’Éric Zemmour qui fait de même avec Marine Le Pen, l’accession au second tour devrait se jouer sur la partie droite de l’échiquier politique.

 La campagne devrait sans aucun doute aborder les préoccupations majeures des électeurs. À savoir, le pouvoir d’achat et la santé (ex aequo à 54%) et l’insécurité (37%). Lesquels se situent devant l’immigration (32%) et l’emploi (29%). Si la priorité sanitaire est avancée en premier par les sympathisants LREM et PS, la lutte contre immigration est celle qui recueille le plus d’adhésions à LR et au RN.

Sondage Covid: 61 % des Français davantage sédentaires

Sondage Covid: 61 % des Français davantage sédentaires

 

Dans une enquête l’institut Ipsos, 61% des sondés déclarent dans le JDD avoir un mode de vie plus sédentaire qu’avant la pandémie.

« Ces chiffres sont alarmants », s’inquiète Marilyne Colombo, présidente de la FFEPGV. Car ce manque d’activité pèse lourd : 90% des personnes concernées assurent ressentir au moins un impact négatif de la sédentarité sur leur bien-être physique (61%) ou psychologique (58%) et surtout sur leur vie sociale (63%).

Ce manque d’activité est plus criant encore pour les femmes (66%), qui ont dû davantage jongler avec les tâches domestiques et les couvre-feux que les hommes (56%).

En 2020, les Français avaient pourtant facilement chaussé leurs baskets : 81% d’entre eux déclaraient pratiquer un sport. Explication de Maryline Colombo : « C’était l’une des rares activités autorisées à l’extérieur. » Paradoxalement, alors que 2021 a vu la réouverture progressive des infrastructures sportives, ce taux est retombé à 66%, proche de l’avant-pandémie (64% en 2019). Faire du sport régulièrement est la bonne résolution n° 1 des Français, pour 33% d’entre eux, mais en recul de 4 points par rapport à l’année dernière. Suivent la volonté de passer plus de temps en famille (26%) et celle de se réserver des moments de détente (23%).

Si les Français en général ont moins bougé, les fidèles, eux, ont accéléré..

 

SONDAGE UE : 29% des Français seulement veulent davantage d’Europe

SONDAGE UE : 29% des Français seulement veulent davantage d’Europe

. L’analyse de Guillaume Klossa, fondateur du think tank EuropaNova.(extrait du JDD)

 

Une  EuropaNova-Ifop-JDD publiée simultanément dans le Corriere della sera et le Frankfurter Allgemeine Zeitung met en évidence le peu d’enthousiasme des Français vis-à-vis de l’Europe contrairement par exemple à l’Allemagne ou encore à l’Italie, les deux pays moteurs de l’Europe avec la France

 

 

Comment expliquer ces exceptions françaises? La nature du régime politique est certainement un facteur déterminant. La France est ainsi le seul pays à disposer d’un régime présidentiel fort tandis que les 26 autres états membres de l’Union sont des démocraties parlementaires où les partis doivent faire alliance.  Or un système présidentiel polarise l’opinion. Si le président s’affiche comme pro-européen et monopolise le discours sur l’Europe positive, les oppositions auront tendance à s’opposer à l’Europe de manière générale ou à négliger le sujet. En Italie, comme en Allemagne, la moindre personnalisation du pouvoir et la culture de coalition sont a contrario favorables à un portage politique positif des enjeux européens par l’ensemble des partis de gouvernement et plus largement par la société civile.

Les Français semblent aujourd’hui à contre-courant des citoyens des deux autres principales puissances de l’Union, ce qui est de nature à réduire leur capacité d’entraînement politique au sein de l’Union européenne. Menée dans un cadre trans-partisan, la PFUE (Présidence française de l’union économique)de 2008 avait permis d’entamer un travail de réconciliation des Français avec l’Union européenne, qui avait contribué à retourner une partie importante de la population en faveur de l’Europe. La concomitance des élections présidentielles et de la PFUE de 2022 va plutôt dans le sens d’une polarisation accrue. Il aurait sans doute été préférable de reporter la PUFE après l’élection présidentielle comme le président du Conseil européen Donald Tusk l’avait proposé au président de la République française Emmanuel Macron. »

Guillaume Klossa est fondateur d’EuropaNova et essayiste. Il a été conseiller spécial du Ministre chargé de la présidence française du Conseil de l’Union européenne de 2008.

Société-Sondage personnalités : les plus bavards en tête

Société-Sondage personnalités : les plus bavards en tête

 

Sans surprise ce sont des personnalités les plus connues ( notamment sportives)  et où les plus bavardes qui se retrouvent en tête du classement des « 1000 dans la presse ».(Une exception toutefois le très discret chanteur Goldman).  En 2021, Macron, Castex et Biden ont été les personnalités les plus cités dans les journaux et sites web d’information en France selon les « 1.000 de la presse », classement établi par Tagaday.

Un classement qui en fait ne révèle pas grand-chose d’intéressant sinon que la presse traite  surtout de la surface des choses . Peu de choses en effet concernent la vie économique, la vie sociale, la vie sociétale et même la vie culturelle ( Citons quand même Cyril Hanouna en tête dans le monde « culturel »  qui dans une émission il y a quelques jours centrait sa thématique sur le fait qu’il ‘s’était découvert une troisième couille ! On atteint avec l’intéressé le sommet du ridicule, de la bêtise et de la vulgarité. Et il y a un large public de beaufs pour cela!

C’est sans doute précisément parce que la presse ne parle que de personnalités médiatiques connues mais souvent peu intéressantes que les médias traditionnels sont aujourd’hui si peu suivis et si peu crédibles

Sondage personnalités : les plus bavards en tête

Sondage personnalités : les plus bavards en tête

 

Sans surprise ce sont des personnalités les plus connues ( notamment sportives)  et où les plus bavardes qui se retrouvent en tête du classement des « 1000 dans la presse ». En 2021, Macron, Castex et Biden ont été les personnalités les plus cités dans les journaux et sites web d’information en France selon les « 1.000 de la presse », classement établi par Tagaday.

Un classement qui en fait ne révèle pas grand-chose d’intéressant sinon que la presse traite  surtout de la surface des choses . Peu de choses en effet concernent la vie économique, la vie sociale, la vie sociétale et même la vie culturelle ( Citons quand même Cyril Hanouna en tête dans le monde « culturel »  qui dans une émission il y a quelques jours centrait sa thématique sur le faite qu’il ‘s’était découvert une troisième couille ! On atteint avec l’intéressé le sommet du ridicule, de la bêtise et de la vulgarité. Et il y a un large public de beaufs pour cela!

C’est sans doute précisément parce que la presse ne parle que de personnalités médiatiques connues mais souvent peu intéressantes que les médias traditionnels sont aujourd’hui si peu suivis et si peu crédibles

 

 

Sondage passe vaccinal: 66 % favorables

Sondage passe vaccinal: 66 % favorables

Alors que les députés examineront, début janvier, le projet de loi prévoyant de transformer le passe sanitaire en passe vaccinal, 66% des Français se disent favorables à ce nouveau dispositif, selon un sondage Odoxa, réalisé avec Backbone Consulting pour le Figaro, à l’occasion de Noël (*).

Une fermeté gouvernementale approuvée très majoritairement, donc. Indépendamment des opinions politiques. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont engagés à revenir sur le passe vaccinal s’ils étaient élus à la présidence de la République, mais leurs sympathisants ne les suivent pas. Ceux de la France Insoumise sont 65% à approuver le projet, tandis que les sympathisants du Rassemblement y sont favorables à 59%.

Les plus jeunes, moins vaccinés et davantage concernés par les sorties, sont plus réticents (53% y sont favorables chez les moins de 35 ans, contre 78% chez les plus de 65 ans. Les catégories sociales professionnelles inférieures sont également plus nuancées (59% d’approbation), notamment les ouvriers (48% y sont opposés).

Sondage passe vaccinal: 66 % favorables

 Passe vaccinal:  66% des Français se disent favorables  selon un sondage Odoxa, réalisé avec Backbone Consulting pour le Figaro, à l’occasion de Noël.

Les plus jeunes, moins vaccinés et davantage concernés par les sorties, sont plus réticents (53% y sont favorables chez les moins de 35 ans, contre 78% chez les plus de 65 ans. Les catégories sociales professionnelles inférieures sont également plus nuancées (59% d’approbation), notamment les ouvriers (48% y sont opposés).

Sondage présidentiel : 51 % pour Macon, 49 % pour Pécresse au second tour ?

Sondage présidentiel :  51 % pour Macon,  49 % pour Pécresse au second tour

 

Selon une étude Elabe pour BFMTV et L’Express publié ce mardi, le président de la République enregistre une hausse de +3 points, et obtient 26% d’intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2022. Derrière lui, la percée de Valérie Pécresse, qui avait bénéficié d’un très fort «effet Congrès» début décembre, semble quant à elle marquer le pas.

Donnée à 20% au lendemain de sa désignation comme candidate de la droite, la francilienne plafonne désormais à 17% (-3), dépassant seulement d’un point la prétendante du Rassemblement national, Marine Le Pen (16%), et reléguant le nationaliste Éric Zemmour à 13%.

Même scénario pour le second tour, puisque le chef de l’État est là encore donné gagnant dans tous les cas de figure. Y compris dans l’hypothèse d’un duel face à Valérie Pécresse, où il l’emporterait d’une courte tête, avec 51% des voix contre 49%. Lors de la précédente vague de l’étude, cette dernière apparaissait pourtant en capacité de l’emporter, avec 52% contre 48% au président sortant.

Des sondages toutefois à prendre avec des pincettes dans la mesure où il y a à peine 40 % des Français qui sont décidés à aller voter. En outre la grande presse comme d’habitude va pousser ses candidats témoin d’ailleurs le sondage évoqué par BFM qui indique que ma combattrait nettement Pécresse au second tour alors que le résultat serait de 51 contre 49 ! Des commentaires qui ne sont pas neutres.

Après une semaine mouvementée à gauche, où l’appel d’Anne Hidalgo et d’Arnaud Montebourg à une primaire entre les principaux candidats est resté lettre morte, c’est le chef de file des Insoumis qui semble tirer le plus parti de cette confusion. Il gagne trois points, et se hisse à 11% d’intentions de vote, loin devant l’écologiste Yannick Jadot (5%) et la socialiste Anne Hidalgo (3%).

Alors qu’une très large majorité des sympathisants de gauche souhaite une candidature unique à gauche (85%), quelque 33% d’entre eux estiment que Jean-Luc Mélenchon serait la personnalité la plus à même de l’incarner, contre 21% pour l’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, et seulement 11% pour Yannick Jadot.

 

 

Sondage présidentielle : Pécresse devant Le Pen et Zemmour

Sondage présidentielle : Pécresse devant Le Pen et Zemmour

D’après un sondage IPSOS pour le Monde réalisé du 7 au 13 décembre Valérie Pécresse  avec 17 %passe devant Marine Le Pen et Eric Zemmour, tous deux à 14,5%. Plus loin, l’écologiste Yannick Jadot et le LFI Jean-Luc Mélenchon sont également au coude à coude à 8,5% dans cette troisième étude mensuelle. Dans le détail, la candidate LR gagne 1,5 point aux dépens d’Emmanuel Macron et d’Eric Zemmour, et prend un point chez Marine Le Pen et même un demi-point à gauche, précise l’étude.

Elle confirme également que de nombreuses incertitudes persistent à moins de quatre mois du scrutin du 10 et 24 avril. L’abstention reste ainsi à un niveau très élevé, avec 61% des personnes interrogées qui se disent certaines d’aller voter en avril, soit 9 points de moins qu’en décembre 2016. Le sondage démontre aussi que près d’un tiers des électeurs (30%) ont changé d’avis au cours des deux derniers mois, renforçant la volatilité à l’approche du scrutin, 47% des personnes interrogées estimant que leur choix peut encore changer.

 

Sondage Macron à la télé: Intervention ratée

Macron à la télé:  Intervention ratée

 Une étude Odoxa Backbone Consulting réalisée pour Le Figaro indique que peu de personnes ont regardé l’entretien présidentiel diffusé sur TF1 et LCI.

Sans doute une intervention de trop pour Macron, très peu suivie et en plus raté sur le fond. En effet Selon un sondage Odoxa Backbone Consulting réalisé pour Le Figaro, ils sont seulement 9% à l’avoir suivie en entier, et 16% à l’avoir vue en partie. «Des indicateurs très faibles par rapport aux standards habituels», relève Emile Leclerc, directeur d’études de l’institut.
D’autant plus faibles que les précédentes apparitions du chef de l’État ont suscité un vif intérêt. Le 9 novembre dernier, son allocution présidentielle avait été suivie par 64% des citoyens. Quant à celle du 12 juillet dernier, ils étaient 71% à s’y être arrêtés. Les deux prises de parole étaient toutefois consacrées à la situation sanitaire, et de nouvelles annonces étaient attendues.

« Seuls 37% des Français ont trouvé le locataire de l’Élysée «convaincant», soit «le plus bas niveau enregistré sur toutes ses interventions depuis le début de la crise sanitaire», souligne Odoxa. Sa clarté en a également pris un coup, puisque la moitié des Français seulement estime qu’Emmanuel Macron a montré «qu’il savait où il allait», et 40% l’ont trouvé rassurant.

Finalement, cette interview semble donc avoir produit l’effet inverse de celui recherché. Si le chef de l’État a cherché à valoriser son bilan en défendant ses choix, 6 Français sur 10 estiment que ce dernier est mauvais. Y compris sur des thèmes comme l’immigration (79%), le pouvoir d’achat (76%) ou le chômage (61%). «Dans notre baromètre politique réalisé une semaine auparavant, 44% d’entre eux le qualifiaient de ‘bon président’. Non seulement il n’a pas amélioré la proportion de Français qui le jugent positivement mais il l’a dégradée», analyse Emile Leclerc.

À LIRE AUSSI«Un moulin à paroles égocentré» : l’opposition fustige l’interview d’Emmanuel Macron sur TF1

Le jugement est également sévère sur la posture adoptée par Emmanuel Macron, puisque deux-tiers de l’opinion estiment qu’il s’est «davantage exprimé comme un candidat que comme un président» et qu’il «profite de sa fonction de président pour faire campagne dans les médias en vue de sa réélection».

Que cette interview ait modifié ou non l’avis des Français, le résultat n’est pas bon : 63% d’entre eux ne souhaitent pas qu’Emmanuel Macron se présente en 2022.

Sondage Présidentielle 2022 : Pécresse en forte hausse

Sondage Présidentielle 2022 : Pécresse en forte hausse

Selon le baromètre Odoxa-Mascaret pour LCP-Assemblée nationale, Public Sénat et la presse régionale la dynamique se poursuit.

La cote d’adhésion de l’ancienne ministre du Budget bondit de 12 points en décembre (36%), la propulsant à la deuxième place des personnalités préférées des Français, derrière l’ancien premier ministre Édouard Philippe (45%). Elle effectue une remontée particulièrement forte auprès de l’électorat de droite (hors-RN), où elle gagne 21 points. Ainsi, 78% de ces électeurs déclarent la soutenir ou avoir de la sympathie pour elle.Sa popularité globale progresse également fortement : 50% (+12 points) des Français ont une bonne opinion de la candidate des Républicains. Une majorité de Français la considèrent d’ailleurs «dynamique» et «compétente».

61% des électeurs du président de la République ont à ce jour une bonne opinion d’elle, révèle cette étude.

Sondage–Culture financière des Français : la moyenne

Sondage–Culture financière des Français : la moyenne 

Les Français ont encore des difficultés à comprendre la problématique inflationniste notamment d’après une étude comparant les connaissances financières de différents pays de l’OCDE. Une question pourtant centrale dans la compréhension de la formation des prix et de l’équilibre offre demande. Une étude réalisée par la Banque de France montre des Français dans la moyenne par rapport aux autres pays de l’OCDE, voire en progrès, en matière de connaissances financières. Des notions comme l’inflation et les taux d’intérêt restent toutefois mal maîtrisées.

« Elève moyen, en léger progrès. » Voici le commentaire qui pourrait figurer sur le bulletin de notes des Français en cette fin d’année, pour l’enseignement « culture financière ». Selon une enquête menée par l’institut CSA pour la Banque de France et publiée ce lundi, nos compatriotes possèdent des connaissances en finance « similaires à la moyenne de l’OCDE ».

Ils obtiennent une note de 13/21, à l’issue d’un questionnaire conçu par l’Organisation de coopération et de développement économique , et qui mêle des connaissances purement financières et des sujets relevant des comportements dans la vie quotidienne. Un score inférieur à celui des Allemands (13,9), mais supérieur aux Italiens (11,1). Les champions en la matière demeurent les Hong-kongais et les Chinois (14,8), selon un classement établi par l’OCDE à partir de normes comparables.

Sondage « spécial » JDD: les jeunes pour Macron et l’extrême droite !

 

Sondage très ambigu comme d’habitude de la part du JDD qui titre que les jeunes de 18 à 20 ans se prononceront de manière privilégiée pour Macron, Le Pen et Zemmour mais qui indique en même temps que le taux d’abstention sera majoritaire

à 60 %.
Du coup l’interprétation du sondage de l’IFOP par le JDD doit être prise avec des pincettes.

D’après un sondage Ifop réalisé auprès de 1.000 Français âgés de 18 à 30 ans Environ 60 % comptent s’abstenir . « L’abstention est perçue comme un comportement électoral », analyse Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop. Avant de poursuivre : « C’est une rupture dans la cinquième République. »

 

Cinq ans plus tôt, leur motivation était pourtant intacte : 68% des 18-24 ans comptaient se rendre aux urnes au premier tour de l’élection présidentielle de 2017. Désormais, les primo-votants s’avouent les plus sceptiques : 63% des 18-20 ans envisagent de s’abstenir l’année prochaine. Comme si voter n’était plus si utile… « A quoi bon se déplacer puisque les politiques ne changent pas ma vie? interprète Frédéric Dabi. Cette crise sans fin, avec la reprise épidémique, fait plonger le moral des jeunes. » En un an, leur confiance en l’avenir s’est étiolée. Un sur deux se dit optimiste au regard de sa situation personnelle (62% en octobre 2020). Et un sur deux s’avoue pessimiste (38% en octobre 2020).

 

Le tiercé gagnant Pour le JDD qui ne sait pas qui va voter: Macron (25% des intentions de vote), Marine le Pen (20%). Et Eric Zemmour (12%). Anne Hidalgo (Parti socialiste) ne recueille que 5%, Yannick Jadot (Europe Écologie-Les Verts), 8%.… Avec 10%, Valérie Pécresse (Les Républicains) possède un socle non négligeable, plus important que celui de François Fillon en 2017.

Fut une époque où l’on cherchait à transgresser les penchants électoraux de sa famille. Aujourd’hui, la tendance est à les épouser. « Il y a une perte de singularité du vote jeune, qui s’homogénéise avec celui des autres Français, observe Dabi. Le bloc de droite nationale concentre 32,5% des voix en moyenne, et 34% chez les jeunes. »

 

PRÉSIDENTIELLE: Dynamique confirmée pour PÉCRESSE

SONDAGE PRÉSIDENTIELLE: Dynamique confirmée pour PÉCRESSE

 

 

 

 

La dynamique Pécresse se confirme dans un nouveau sondage, la candidate des Républicains serait à égalité avec la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, au premier tour.

 

Selon une nouvelle enquête réalisée par Ipsos Sopra Steria pour Le Parisien/Aujourd’hui en France et France Info.,  la présidente de la région Île-de-France, avec 16% d’intentions de vote si le scrutin devait avoir lieu dimanche prochain, se retrouverait en deuxième position a égalité avec Marine Le Pen, et donc en situation de se qualifier pour le second tour de l’élection. Dans ses colonnes, Le Parisien souligne que 49% des électeurs ayant voté François Fillon en 2017 seraient enclins à voter pour Valérie Pécresse en 2022. En première position, Emmanuel Macron est, à quatre mois du vote, crédité de 25% des voix.

 

Mercredi, cette dernière était, dans un sondage Elabe pour BFMTV, donnée gagnante au second tour, avec 53% d’intentions de vote, dans un face-à-face avec Emmanuel Macron après être arrivée en deuxième position au premier tour avec 20% des scrutins. « Les sondages, ça va et vient. Mais ce qui est intéressant c’est de sentir qu’il y a une envie d’alternance dans le pays, d’alternance concrète avec des solutions pour le pays », avait-elle déclaré quelques heures plus tard à notre antenne.

 Éric Zemmour est quant à lui crédité de 14% des voix. 

Aucun des candidats de gauche ne dépasserait les 10% au premier tour, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon atteignant péniblement les 8% et Yannick Jadot, candidat écologiste, étant à la têyte de 6% des suffrages.

 

Plus loin, Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg, qui tous deux appelaient ce mercredi à une candidature commune à gauche, sont crédités de respectivement 5 et 2,5% des voix, tandis que Fabien Roussel, Philippe Poutou et Nicolas Dupont-Aignan reçoivent 2, 1,5 et 1,5% des voix.

Sondage réalisé sur 1.500 personnes majeures, représentatives de la population française, qui ont été sondées par Ipsos Sopra Steria par Internet de lundi à ce mercredi matin. Seules celles se disant certaines d’aller voter, soit environ une sur deux, ont ensuite été incluses dans les résultats. Ces scores pourraient donc évoluer au fil de l’avancée de la campagne.

Sondage Présidence française de l’UE , avantage pour Macron pour seulement 32%

Sondage Présidence française de l’UE ,  avantage pour macron pour seulement 32% 

Seulement  (32%) estiment que la présidence française de l’union économique est un atout plutôt qu’un handicap (16%) pour Macron selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro. Une majorité des sondés estiment néanmoins que la PFUE ne sera ni un atout ni un handicap pour le président de la République (52%).

. Les Français interrogés fixent en effet trois priorités quant à l’action européenne du chef de l’État : la lutte contre l’immigration clandestine et la relance de l’économie (48%) ainsi que la lutte contre l’épidémie de Covid et ses conséquences (44%). Mais sont également mises en avant la protection des industries (37%) et la lutte contre les dérèglements climatiques (35%).

Sondage Présidentielle : Pécresse bat Macron au second tour

Sondage Présidentielle 2022 : Macron battu par Pécresse

 

Sondage Présidentielle : Pécresse bat Macron au second tour 

 

 

Un sondage BFM donne Valérie Pécresse comme gagnante contre Macron au second tour. Un sondage qui sera largement commenté tout au long de la semaine  etqui traduit surtout au-delà des chiffres la dynamique de la candidate des républicains.

 

Le vote en faveur de Valérie Pécresse s’alimente de la lassitude vis-à-vis du duo Macro – Le Pen mais aussi du peu de crédibilité des autres candidats.  Péresse avec 20% des intentions de vote, soit une hausse de 11 points, contredit  le duel souvent annoncé entre Marine Le Pen (15%) et Emmanuel Macron (23%, -2 points). La prétendante du Rassemblement national pâtit de son côté d’une baisse de cinq points – par rapport à la dernière étude du 24 novembre -, tandis qu’Éric Zemmour (14%) en prend un, après la tenue de son meeting à Villepinte dimanche dernier.

La gauche s’enfonce de plus en plus le candidat de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, stagne à 8% (-1 point), pareil pour l’écologiste Yannick Jadot à 7% (-1 point). La candidate socialiste, Anne Hidalgo, recule encore et s’effondre de son côté


*Échantillon de 1474 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1 354 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet les 6 et 7 décembre2021. Terrain effectué intégralement après la désignation de Valérie Pécresse et les meetings d’Éric Zemmour et de Jean-Luc Mélenchon.

Sondage Présidentielle : Pécresse progresse à 14 %

Sondage Présidentielle : Pécresse progresse à 14 % 

D’après   un sondage Harris Interactive pour Challenges publié lundi,, la présidente de la région Ile-de-France progresse de 3 points et se situe désormais au même niveau que celui qu’avait atteint Xavier Bertrand avant son élimination au premier tour du vote des militants.

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy obtient 14% des intentions de vote et est désormais à égalité avec Eric Zemmour (14%) mais derrière Marine Le Pen (18%).

Cette progression s’explique notamment par une remobilisation des électeurs fillonistes tentés par un vote pour la candidate du Rassemblement national.

Réalisée sur internet du 3 au 6 décembre 2021, soit en parallèle de l’annonce des résultats du Congrès des Républicains et des meetings d’Eric Zemmour et de Jean-Luc Mélenchon, l’enquête d’opinion n’accorde que 11% des intentions de vote à ce dernier.

Suivent le candidat écologiste Yannick Jadot (7%) et la socialiste Anne Hidalgo (5%).

Le président Emmanuel Macron, qui n’a pas encore dit s’il se présentait pour un second mandat, obtient 23% des intentions de vote au premier tour et est donné vainqueur au second tour quel que soit le candidat lui faisant face.

L’enquête de Harris Interactive pour Challenges a été réalisée auprès d’un échantillon de 2.613 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 2.129 personnes inscrites sur les listes électorales.

Sondage Zemmour : début de campagne ratée pour 70 %

 

Selon une étude Odoxa-Backbone Consulting réalisée pour Le Figaro, 70 % des Français considèrent que le début de campagne de Zemmour est raté.

Le constat est d’ailleurs partagé y compris par les populations électorales ciblées par l’essayiste, que ce soit du côté des sympathisants Les Républicains (67%) ou de ceux du Rassemblement national (53%).

Son constat sur la réalité de la France séduit 4 Français sur 10 et parle particulièrement aux sympathisants LR (68%) et RN (71%). Mais ces derniers demeurent plus partagés sur les idées du candidat : 48% les trouvent bonnes, 51% pensent le contraire. Surtout, ils ne le voient pas à l’Élysée et ne lui reconnaissent pas la stature d’un président de la République – 79% pour les sympathisants LR ; 54% pour les sympathisants RN.

Sondage présidentiel : le JDD conforte Macron

Sondage présidentiel : le JDD conforte Macron

Un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche ( journal de Lagardère très proche de Macron) et Sud Radio ( proche de l’extrême droite), Emmanuel Macron l’emporterait facilement avec 25% (stable) au premier tour face aux candidats LR Xavier Bertrand, Michel Barnier ou Valérie Pécresse, mais 28% face à Éric Ciotti ou de Philippe Juvin.

Dans tous ces cas, la candidate du RN Marine Le Pen est stable, entre 19 et 20%, soit trois points de plus qu’en début de mois, alors qu’Eric Zemmour, à 14 ou 15% selon les cas de figure, perd deux à trois points.

Parmi les possibles candidats de droite, Xavier Bertrand recueillerait 13% (stable), Michel Barnier ou Valérie Pécresse 10%. Éric Ciotti est crédité de 6% et Philippe Juvin de 3%. À gauche, Anne Hidalgo demeure à 6% dans la plupart des configurations et Jean-Luc Mélenchon oscille entre 7,5 et 8,5%, un point devant Yannick Jadot qui se situe entre 6,5% et 7,5%.

En cas de deuxième tour Macron-Le Pen, l’actuel président est crédité de 54% contre 46% pour la candidate d’extrême droite. Il perd deux points par rapport au début du moins (56% contre 44%). Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation de l’enquête précise le sondeur.

( Notons cependant que les échantillons sont construits sur des populations de listes électorales et non sur des électeurs potentiels qui pourraient faire apparaître une l’abstention jusqu’à 50 %).

12345...72



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol