Archive pour le Tag 'soldats'

Un monument aux soldats morts de l’OPEX ou une autre politique ?

Un monument aux soldats morts de l’OPEX ou une autre  politique ?

 

 

Il est logique d’honorer les soldats français morts dans le cadre d’opérations extérieures y compris avec un monument. Cependant c’est un peu vite s’exonérer de responsabilité; En effet, il serait temps de remettre à plat la stratégie concernant ces opérations extérieures souvent inefficaces, dangereuses et un peu irresponsables. témoin la place de la France en Syrie, une place tellement marginale que la France comme les autres pays de l’alliance ont laissé tombé les Kurdes. Le Drian s’est contenté de communiqués de soutien! autre interrogation, celle de la force Barkhane complètement inadaptée ou sous-dimensionnée pour lutter contre le cancer terroriste qui ronge le sahel. Stratégiquement le fait d’avoir tout centré sur les nouvelles technologies ( armes, informations , surveillance) mérite interrogation. Vis à vis du terrorisme local, on ne peut se passer de troupes au sol même si les armes et les technologies sont nécessaires. Macron qui n’a même pas effectué de service militaire ou Le Drian qui en a affecté un très  adouci ne sont pas forcément qualifiés pour diriger la stratégie militaire.

. D’après Wikipédia:

 

Le Drian accomplit son service militaire au 512e régiment du train de Saint-Lô6, après avoir initialement été convoqué dans les para15. Ce changement d’affectation fait suite à l’intervention de son père auprès du député-maire de Carnac Christian Bonnet. Lors de son service, il apprend à conduire divers véhicules16.!

Les 547 hommes et ces deux femmes honorés appartiennent à la «quatrième génération du feu», celle qui se bat au nom de la France loin d’elle. L’écrasante majorité de ces soldats appartenaient à l’armée de terre. Ils étaient 71 à être officiers, 201 à être sous-officiers et 277 militaires du rang. C’est au Liban, dans les années 1980, que le tribut à payer a été le plus lourd avec 141 morts. Les opérations au Tchad, à partir des années 1979, ont coûté la vie à 129 militaires. En Afghanistan, l’armée a perdu 85 hommes et 78 en ex-Yougoslavie. Au Mali, l’opération Barkhane accuse 23 pertes. L’armée française a aussi perdu des hommes, en Côte d’Ivoire (22), au Congo (14), en Centrafrique (12), en Irak (12), au Gabon (9), en Égypte (9), dans le golfe persique (4), en Somalie (3), en Haïti (3), au Cambodge (3), au Burkina Faso (2) au Rwanda (1). Depuis la fin de la guerre d’Algérie en 1962, la liste trace la géographie des zones d’influence de la France dans le monde et des menaces qui pèsent sur elle. Certains engagements pouvaient se justifier, d’autres moins quand ils sont en effet de nature post coloniale.

Pour le général Lecointre, chef d’état-major des armées, l’inauguration du monument aux morts en Opex ne signifie pas seulement «honorer nos soldats». «Il s’agit aussi de dire qu’aujourd’hui, la France combat et que les meilleurs de ses enfants vont au combat», a-t-il expliqué en octobre lors d’un colloque organisé par l’Anopex, l’association des anciens combattants des Opex. «C’est un monument pour dire que nous sommes en guerre», a-t-il ajouté. Une guerre contre le terrorisme. Justement les modalités des engagements français, leur nature aussi méritent  discussion car dans nombre de cas l’armée française n’a plus les moyens de son ambition et expose inutilement la vie de militaires. Eu égard à la nature des combats visant essentiellement le terrorisme,  on peut aussi se demander si la rétablissement du service militaire ne serait pas de nature à suppléer utilement l’intervention de professionnels dont le nombre est forcément limité par nos moyens financiers. Un ciblage plus pertinent des champs intervention serait aussi urgent.

 

 

Les soldats russes envahissent la Crimée

Les soldats russes envahissent la Crimée

Les soldats russes ont décidé de passer à l’action au milieu de l’après-midi, après plusieurs heures de face-à-face tendu. Finalement, ils se sont introduits dans la base aérienne de Belbek, en Crimée, en tirant des coups de feu en l’air, après avoir forcé les grilles avec un véhicule militaire. Les soldats ukrainiens ont été ensuite désarmés et alignés devant un mur ; ils n’ont pas pu, ou pas voulu, résister à leurs adversaires. « Nous n’avons pas provoqué cela, c’est de la force brutale [...] Depuis la Seconde Guerre mondiale c’était un endroit tranquille puis ils sont arrivés en tirant, avec des blindés et des grenades. Je suis très inquiet maintenant » (un soldat ukrainien) Car depuis le matin, les soldats ukrainiens avaient tenu à rester dans leur base, jusqu’à s’en faire déloger, finalement par la force. Un soldat ukrainien aurait été blessé au cours de cette attaque. Le commandant de la base, lui, a été emmené par les soldats russes pour des « discussions » dans un endroit secret, tandis que certains photographes de presse ont été forcés de détruire leurs cartes mémoires. La base militaire de Belbek est un point stratégique situé près de Sebastopol ; il s’agit de l’une des dernières bases militaires ukrainiennes qui échappait encore au contrôle russe depuis le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, officiel depuis vendredi. Les images ont été capturées par une caméra de vidéosurveillance. Plus tôt samedi matin, c’est la base aérienne de Novofedorivka, dans l’ouest de la Crimée, qui avait été ciblée par des centaines d’hommes sans armes, partisans de la Russie. Les soldats présents se sont barricadés dans leur QG. Vendredi, des marins russes ont pris le contrôle du Zaporijia, le seul sous-marin ukrainien en Crimée, et l’ont remorqué vers la base russe de Sebastopol. Dans la soirée, c’est le navire de commandement Slavoutitch, à l’ancre à Sébastopol, qui est tombé entre les mains des Russes. Jeudi, ils avaient déjà saisi trois corvettes ukrainiennes – Loutsk, Khmelnitski et Ternopol. Ce samedi, le ministre ukrainien de la Défense a démenti une rumeur – sans doute propagée par les Russes – qui dit que les soldats ukrainiens qui quitteraient la Crimée seraient traités comme des déserteurs et poursuivis pour « haute trahison ». Il a affirmé qu’au contraire, ils seront traités comme des héris et que les autorités envisagent la possibilité de leur accorder le statut d’ancien combattant, assorti de garanties et de prestations sociales adéquates, « pour avoir manifesté de la résistance et du courage« .




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol