Archive pour le Tag 'soft'

« Non à une laïcité soft « 

« Non à une  laïcité soft « 

Pour Françoise Longy, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université de Strasbourg, ni la dénonciation d’un éventuel colonialisme culturel français ni l’idée d’une solution morale ne nous font avancer sur la question de savoir s’il y a une façon plus tempérante d’être laïque sans mettre à mal nos libertés, relève la philosophe Françoise Longy.

 

Tribune.

 

De nombreuses voix s’élèvent actuellement pour défendre la tempérance en matière de laïcité : soyons laïques oui, mais raisonnablement, avec modération, afin d’éviter de heurter les sentiments des croyants. Olivier Mongin et Jean-Louis Schlegel se sont joints à ce chœur dans une tribune du Monde du 4 novembre 2020 « Les défenseurs de la caricature à tous vents sont aveugles aux conséquences de la mondialisation ». Or cette tribune, qui séduit beaucoup si j’en juge par le nombre de ceux qui m’en ont recommandé la lecture, mérite d’être analysée car la façon dont ses auteurs argumentent en faveur d’une laïcité soft est à la fois typique et problématique.

La réflexion de Mongin et Schlegel prend appui sur deux considérations. La première, incontestable, est qu’il est dangereux de heurter les sentiments religieux d’une partie des musulmans dans un monde où Internet permet une diffusion immédiate et mondiale de n’importe quel contenu, et où il y a des islamistes prêts à tuer au nom de Dieu.

La deuxième, parfaitement recevable, est qu’il y a des actions ou des demandes, faites au nom de la laïcité, qui sont inutilement provocantes. Ils en donnent trois exemples : la demande de publier sur les murs les caricatures de Charlie Hebdo, leur projection sur les façades de deux hôtels de région et la proposition de les diffuser sous forme de livre dans les lycées.

Au lieu de chercher à définir les contours de la laïcité

Le début de leur réflexion sur les trois exemples augure bien. Ne faut-il pas, se demandent-ils, faire une différence entre ce qui doit pouvoir exister et être visible dans un kiosque ou une librairie et ce que l’on peut imposer à la vue de tous en l’étalant sur de grands panneaux dans l’espace public ou en l’exposant dans ou sur des édifices publics ?

Malheureusement, au lieu de poursuivre dans cette voie en cherchant à définir les contours de cette laïcité qu’ils préconisent et les moyens de lui donner corps, ils préfèrent se lancer dans des considérations générales sur la tendance française à vouloir imposer aux autres ses principes.

Il est vrai que poursuivre cette réflexion les obligerait à affronter des questions difficiles : Comment concevoir une restriction du droit d’exhibition ? De façon purement tactique et circonstancielle, en la limitant à ce qui peut offenser les sentiments religieux des croyants relativement intégristes ? Ou à l’inverse, de façon large, en considérant ce qui peut offenser les sentiments religieux, de décence et d’identité des individus ? Et dans ce cas, quid de la publicité qui aime jouer de la provocation ? Et sous quelle forme faudrait-il établir ces limitations ? Plutôt sous celle d’une directive transmise aux préfets, sous celle d’une loi, ou d’une autre façon encore ?

Macron : un déconfinement soft, progressif et contradictoire

Macron : un déconfinement soft, progressif et contradictoire

 

Un déconfinements en trois étapes annoncé par le président de la république à la fois pour alléger progressivement les mesures restrictives mais aussi pour faire plaisir à un certain nombre de secteurs ou de catégories professionnelles. On se réjouira évidemment de la réouverture des commerces. Par contre, la réouverture envisagée des cinémas, des théâtres et des offices religieux parait assez contradictoire avec l’interdiction du ski pour Noël ou encore du sport individuel de plein air.

Les déplacements, avec attestation, seront autorisés dans un rayon de 20 km pour une durée de trois heures et les offices religieux seront possibles dans la limite de 30 personnes.

Librairies, disquaires et bibliothèques pourront de nouveau accueillir le public.

La deuxième étape débutera le 15 décembre. Si le reflux de l’épidémie se confirme, “le confinement pourra être levé” afin de pouvoir passer Noël en famille, a dit Emmanuel Macron.

Cinémas, théâtres, musées pourront rouvrir mi-décembre dans le cadre de protocoles sanitaires stricts dans la limite du couvre-feu général qui restera en vigueur entre 21h00 et 07h00 du matin.

La troisième étape commencera le 20 janvier, avec la réouverture possible des bars, restaurants et salles de sports.

Les lycées, où l’enseignement se fait souvent en demi-classes, pourront rouvrir le 20 janvier avec la totalité des élèves. Il en sera de même 15 jours plus tard dans les universités.

Grande-Bretagne : les patrons pour un Brexit soft

Grande-Bretagne : les patrons pour un Brexit  soft

Comme Merkel,  les patrons britanniques militent pour un brexit soft. L’Allemagne -comme la Grande-Bretagne craint en effet les effets néfastes d’une plus forte taxation des exportations. On sait qu’à l’inverse le gouvernement français milite pour un brexit  rapide et plus hard. Sans doute précisément pour casser cette solidarité de fait entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne et renforcer l’axe du sud de l’Europe. . Pas sûr cependant que la voix de la France soit forcément entendue. D’autant que d’ici la fin des négociations c’est-à-dire vers 2020 de l’eau aura passé sous les ponts. Il se pourrait alors, surtout si la croissance n’a pas redémarré de manière significative en Europe, qu’on n’aboutisse à un compromis mou ; un accord qui s’en remettre en cause le vote des britanniques pourrait déboucher sur un compromis qui ferait de la Grande-Bretagne un partenaire privilégié et avantagé de l’union européenne. Le scénario d’un brexit  dur inquiète donc particulièrement les patrons britanniques.   »Ce que nous voulons c’est que les options vraiment les pires soient exclues. Se retrouver à fonctionner selon les règles de l’OMC dans seulement 29 mois, ce qui est le calendrier prévu, signifierait que jusqu’à 90% des biens pourraient être sous le coup de taxes. Il n’y aurait pas de passeports pour notre industrie de services », a déclaré samedi sur BBC Radio la directrice générale de l’organisation patronale CBI, Carolyn Fairbairn. « L’urgence concerne l’investissement. Ce sont les décisions d’investissement qui sont prises actuellement qui créent cette urgence », a-t-elle ajouté. Carolyn Fairbairn a développé ces inquiétudes dans une lettre ouverte signée par les dirigeants de plusieurs autres organisations patronales dont l’organisation des constructeurs britanniques (EEF), la Chambre internationale de commerce (ICC) et TechUK qui rassemble nombre d’entreprises du secteur des hautes technologies.

(Avec agences)

Canal-Les Guignols : plus tard, crypté et plus soft

Canal-Les Guignols : plus tard, crypté et plus soft

 

Il fallait s’y attendre, Bolloré n’aime pas bien l’humour. Devant la réaction du public il a été contraint de renoncer à la suppression des Guignols. Du coup,  il les maintient mais cryptés, plus tard et plus soft. On sait que Sarkozy n’apprécie pas du tout les Guignols, (pourtant  il est souvent pire que sa marionnette surtout quand il fait du stand-up), on sait aussi que Bolloré est un ami très proche, on sait enfin que Bolloré, chef d’entreprise autoritaire a une curieuse conception de humour : « pas de dérision, sauf de soi-même ! ». Une évolution qui pourrait bien porter un coup au nombre d’abonnés de Canal.   Canal+ a annoncé mercredi le passage des « Guignols de l’Info » à 20h50, pour démarrer la soirée en crypté, marquant la reprise en main de la chaîne payante par Vincent Bolloré, le président de sa maison mère, Vivendi. L’émission satirique, qui voit son horaire de diffusion retardé de près d’une heure, conserve toutefois un rythme quotidien et sera rediffusée le dimanche en clair, précise Canal+ sur son compte Twitter, confirmant une information du Figaro. La nouvelle grille porte la marque de Maxime Saada, qui a succédé à la tête de Canal+ à Rodophe Belmer, débarqué début juillet par Vincent Bolloré, président et principal actionnaire de Vivendi avec 15% du capital. Des rumeurs avaient laissé entendre que Vincent Bolloré souhaitait supprimer cette émission-phare, ou du moins la rendre hebdomadaire, provoquant une mobilisation de nombreux télespectateurs, y compris des personnalités politiques comme le Premier ministre Manuel Valls et le maire de Bordeaux Alain Juppé. Le talk show « Le Grand Journal » sera désormais présenté par Maitena Biraben, autour d’une équipe resserrée, en remplacement d’Antoine de Caunes, qui se voit proposer un « late show » heddomadaire, sur le modèle des chaînes américaines, à partir d’octobre, précise Canal+, avec le comédien Fred Testot (de l’ancienne pastille « Omar et Fred ») et le site satirique Le Gorafi. « Le Petit Journal », l’émission de Yann Barthès, pourrait être légèrement rallongée, tandis que son duo d’humoristes Eric et Quentin auront droit à une émission hebdomadaire en clair.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol