Archive pour le Tag 'socialisme'

Le socialisme, écologie du XXIe siècle !!!

Le socialisme, écologie du XXIe siècle !!!

 

Le socialisme doit au prix d’un travail théorique, intégrer le paradigme écologique, analyse, dans une tribune pour « Le Monde », Patrick Vieu, ancien conseiller « environnement et territoires » de François Hollande.

Effectivement il y a de quoi s’interroger par rapport à une idéologie qui a surtout privilégié le productivisme et contesté le droit de la biodiversité sur le droit social. En outre en France le socialisme s’est perdu dans les terrains mouvants social libéralisme. Il pourrait tout autant se perdre maintenant dans un paradigme écologique le conduisant vers le gauchisme.

 

Forts de leurs résultats aux dernières élections municipales, départementales et régionales, les socialistes rêvent de redevenir la force centrale d’une grande alliance majoritaire « de la gauche et des écologistes ».

Ainsi, le Parti socialiste (PS) a-t-il opéré sa conversion à la « social-écologie ». S’il continue, dans son projet, de revendiquer le « primat de l’humanisme et de la justice sociale », c’est pour affirmer « la nécessité de donner une actualité à ces combats en intégrant pleinement le paradigme écologique pour construire le socialisme du XXIe siècle ».

Au-delà des mots, le socialisme est-il en mesure de véritablement « intégrer » le paradigme écologique ? Avant d’être politique ou technique, la question est philosophique. Et si elle mérite d’être posée, c’est que le socialisme et l’écologie politique, nés dans des contextes radicalement différents, reposent sur des hypothèses fondamentalement divergentes.


On peut caractériser l’écologie politique par quelques traits qui en forment la matrice intellectuelle et sont autant de critiques adressées à l’ordre contemporain. L’écologie politique s’inscrit d’abord en faux contre l’anthropocentrisme qui fait de l’homme le maître et possesseur d’une nature conçue comme une « ressource » utile. Elle récuse le modèle productiviste engendré par un capitalisme prédateur à l’origine des désastres écologiques actuels, et dénonce l’autonomie de la technique moderne qui, par un processus auto-entretenu, expose l’humanité au risque de sa propre destruction.

Elle exige ainsi de repenser la responsabilité de l’homme envers la nature et les générations futures. A l’individualisme possessif de la société libérale, elle oppose une pensée de la globalité, dans laquelle les fins de l’individu n’ont de signification morale qu’indexées au bien du « tout » : espèce, communauté, société, humanité. Enfin, l’écologie politique attribue à la verticalité des structures institutionnelles la confiscation de la décision publique au détriment des citoyenLe socialisme, dont les origines intellectuelles puisent à l’héritage des Lumières, tombe sous le coup de ces critiques. Au prisme de l’écologie politique, la vision socialiste des rapports de l’homme à la nature ne le distingue guère de l’idéologie libérale.

Comme le libéralisme, le socialisme a toujours lié l’idéal d’autonomie à celui de l’abondance matérielle. Jamais il n’a séparé cet idéal de l’espérance dans le progrès scientifique et technique, la production de richesses et l’attachement à la propriété. L’humanisme, qui constitue l’ADN du socialisme, exclut de reconnaître des droits à des entités non humaines. Si la nature doit être préservée, ce n’est pas en raison de sa valeur intrinsèque, mais de celle que l’homme lui attribue. Enfin, si les socialistes entendent rééquilibrer les pouvoirs de l’Etat, c’est davantage dans le cadre d’une démocratie représentative décentralisée que dans celui d’une démocratie directe dont ils se sont toujours méfiés.

Le socialisme démocratique et participatif comme réponse à la dictature communiste chinoise ?

Le  socialisme démocratique et participatif comme réponse à la dictature communiste chinoise ?

 

 

 

Tribune dans le monde de Thomas Piketti (extrait)

Alors que le Parti communiste chinois (PCC) célèbre ses 100 ans, les pays occidentaux peinent toujours à définir leur attitude face au régime de Pékin. Disons-le d’emblée : la bonne réponse passe par la fin de l’arrogance occidentale et la promotion d’un nouvel horizon émancipateur et égalitaire à l’échelle mondiale, une nouvelle forme de socialisme démocratique et participatif, écologique et postcolonial.S’ils s’en tiennent à leur posture habituelle de donneurs de leçons et à un modèle hypercapitaliste hors d’âge, les pays occidentaux risquent d’avoir le plus grand mal à relever le défi chinois.

Autoritaire et oppressif, le régime chinois a certes de multiples fragilités. Selon le Global Times, quotidien officiel, la démocratie à la chinoise serait supérieure au supermarché électoral à l’occidentale, car elle confie les destinées du pays à une avant-garde motivée et déterminée, à la fois sélectionnée et représentative de la société – le PCC compte quelque 90 millions de membres –, et plus profondément impliquée au service de l’intérêt général que l’électeur occidental moyen, versatile et influençable.

En pratique, cependant, le régime s’apparente de plus en plus à une dictature numérique parfaite, tellement parfaite que personne n’a envie de lui ressembler. Le modèle de délibération à l’intérieur du PCC est d’autant moins convaincant qu’il ne laisse aucune trace à l’extérieur, alors que, à l’inverse, chacun peut voir de plus en plus nettement la mise en place d’une surveillance généralisée sur les réseaux sociaux, la répression des dissidents et des minorités, la brutalisation du processus électoral à Hongkong, les menaces portées sur la démocratie à Taïwan.

La capacité d’un tel régime à séduire les opinions des autres pays (et pas uniquement leurs dirigeants) paraît limitée. Il faut ajouter la forte montée des inégalités, le vieillissement accéléré, l’extrême opacité qui caractérise la répartition des richesses, le sentiment d’injustice sociale qui en découle et qui ne pourra être éternellement apaisé par quelques mises à l’écart.

Malgré ces fragilités, le régime dispose de solides atouts. Lorsque des catastrophes climatiques surviendront, il n’aura pas de mal à stigmatiser les responsabilités des anciennes puissances, qui, en dépit de leur population limitée (environ 15 % de la population mondiale pour l’ensemble Etats-Unis, Canada, Europe, Russie, Japon), représentent près de 80 % des émissions carbone cumulées depuis le début de l’ère industrielle.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol