Archive pour le Tag 's’occupe'

Macron s’occupe du pourboire dans les restaurants

Macron s’occupe du pourboire dans les restaurants

Pratiquement aucun grand média n’a souligné le caractère assez irréaliste de la décision du président de la république qui s’attaque à la question du pourboire dans les restaurants. Ces grands médias ont simplement indiqué que ces pourboires seraient désormais défiscalisés. Le président de la république évidemment en campagne continue sa politique du chéquier mais à un niveau  de détail jusque-là inconnu. Faute sans doute de vision sur l’avenir et de capacité à définir les réformes structurelles pour moderniser le pays, Macron joue au syndicaliste. Aujourd’hui il accorde en quelque sorte un pourboire fiscal aux serveurs des restaurants. Demain peut-être va-t-il offrir un bonnet de laine aux livreurs à bicyclette.

Du coup, Martinez, le patron de la CGT, se retrouve muet face à Macron, super syndicaliste qui chaque jour accorde un avantage financier à telle ou telle catégorie sociale.

Comme Marcon décide et fait tout dans ce pays, on peut même se demander si un jour il n’ira pas jusqu’à organiser lui-même les manifestations de protestation.

 

Hollande s’occupe de la « campagne » !

Hollande s’occupe de la « campagne » !

 

C’est nouveau enfin pas complètement, Hollande s’occupe  de la campagne. Depuis peu il découvert que beaucoup de zones rurales éprouvaient  un sentiment d’abandon. Bien évidemment les effets de la crise qui ont tué nombre de petites entreprises locales. Aussi et surtout cette mode de la métropololation qui veut concentrer activité et population autour de quelques grandes villes. Une politique qui conduit à la désertification de nombre de territoires privés à la fois d’emplois et de services publics. Or il y a interaction entre emploi et maintien de services publics. C’est l’emploi d’abord qui maintiendra les services indispensables et non l’inverse. Quand Hollande s’occupe de la campagne c’est essentiellement de sa campagne électorale. La disparition d’activité économique en zone rurale ne peut conduire qu’à la suppression des services publics et privés  (école, bureau de poste, banque, établissement de soins etc.)  François Hollande est donc attendu lundi à Vesoul (Haute-Saône) avec Manuel Valls pour « un comité interministériel aux ruralités » au cours duquel seront annoncées une vingtaine de mesures en faveur du développement des zones rurales. A trois mois d’élections régionales à haut risque pour la majorité, le chef de l’Etat poursuit ainsi ses déplacements tous azimuts en province. Vendredi encore, il sillonnait le terrain en Indre-et-Loire et Loir-et-Cher.   »Ce comité interministériel aux ruralités », auquel participeront dix ministres, est le deuxième, six mois après celui organisé le 13 mars à Laon (Aisne), qui avait lui-même été précédé d’Assises de la ruralité. « Tout cela s’inscrit dans une démarche au long cours » mais qui « doit être amplifiée », souligne-t-on à l’Elysée. A cet égard, la participation du chef de l’Etat est « le signe de l’engagement qui est le sien pour le monde rural », affirme-t-on de même source. Lors cette cette réunion, il ne s’agira pas simplement d’annoncer de nouvelles mesures mais de faire le point sur l’application des 46 qui avaient été lancées à Laon. « Il ne faut pas se payer d’annonces mais six mois après, affronter la réalité concrète de ce qui a été mis en œuvre », indique ainsi un conseiller du président, évoquant « une opération vérité » dans des territoires souvent marqués par « un sentiment d’abandon ». Les mesures qui doivent être annoncées par François Hollande concernent pour l’essentiel la vie quotidienne, notamment l’amélioration de l’accès aux services publics, a-t-on indiqué.

 

Henri Guaino : « que Merkel s’occupe de ses affaires »

Henri Guaino : «  que Merkel s’occupe de ses affaires »

Comme Mélenchon mais dans un style plus diplomatique. Henri Guaino   député UMP des Yvelines, a invité Merkel à s’occuper de ses affaires et non de celles de a France. Derrière ces déclarations il n’y a pas seulement des postures mais des oppositions frontales entre l’Allemagne et la France. L’Allemagne opposée à tout rachat d’obligations souveraines de la part de la BCE ( d’où l’attentisme de la BCE) , opposée aussi à un plan de relance de grande envergure ( d’où le mini plan d’investissement de Juncker qui repose en fait sur le privé), opposée enfin à la baisse de l’euro. invité de France Info ce mardi matin, a soutenu l’eurodéputé du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui avait ordonné à la chancelière allemande Angela Merkel de «la fermer» après ses critiques adressées à la France. «Il a dit tout haut ce que sans doute beaucoup de gens pensent tout bas. Moi je n’emploierais pas ces mots, je dirais simplement que chacun s’occupe de ses affaires», a commenté Henri Guaino. Et de renchérir: «La critique du gouvernement français, c’est l’affaire de l’opposition, des Français. Ce n’est pas l’affaire des Allemands, ni celle de la Commission européenne.» La chancelière allemande a estimé dans une interview parue dimanche dans le quotidien conservateur Die Welt que les réformes engagées en France et en Italie étaient «insuffisantes». Jean-Luc Mélenchon, dans un tweet a violemment réagi contre ces déclarations. «Ferme ta gueule Madame Merkel», a adressé le co-président du Parti de gauche. De son côté, le Premier ministre français, Manuel Valls, a ironisé, sur le timing des déclarations d’Angela Merkel qui doit tenir ce mardi et mercredi un congrès de son parti au cours duquel elle doit être confirmé par ses familles politiques. «Je crois qu’il y a dans quelques jours un congrès en Allemagne. Il y a peut-être un lien entre telle ou telle déclaration», a déclaré Manuel Valls.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol