Archive pour le Tag 'SNCF'

Social-Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail

Social-Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail
Sans doute pour tenter de récupérer totalement le mouvement corporatiste des contrôleurs de la SNCF, Sud rail lance cette fois un préavis pour l’ensemble du mois de mai. Encore un préavis évidemment illégitime et illégal. Le syndicat gauchiste ne veut sans doute pas se faire dépasser dans la radicalité par l’association Facebook des contrôleurs. À ce rythme on peut imaginer qu’un jour sud rail lancera des préavis de grève chaque mois pour couler un peu plus l’entreprise et les cheminots qui y travaillent. 

 

Dans la foulée de la grève des contrôleurs de la SNCF mi-février, le syndicat Sud-Rail a annoncé avoir déposé un préavis de grève couvrant tout le mois de mai pour peser sur des négociations portant sur les fins de carrière. «La dernière grève des 16/17/18 février ne semble être qu’un début dans ce rapport de force qui s’installe un peu plus chaque jour! La patience des ASCT (contrôleurs, ndlr) a ses limites tandis que leur détermination reste intacte!», lance le troisième syndicat du groupe dans un tract publié sur son site.

 

Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail

Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail

 
Sans doute pour tenter de récupérer totalement le mouvement corporatiste des contrôleurs de la SNCF, Sud rail lance cette fois un préavis pour l’ensemble du mois de mai. Encore un préavis évidemment illégitime et illégal. Le syndicat gauchiste ne veut sans doute pas se faire dépasser dans la radicalité par l’association Facebook des contrôleurs. À ce rythme on peut imaginer qu’un jour sud rail lancera des préavis de grève chaque mois pour couler un peu plus l’entreprise et les cheminots qui y travaillent. 

 

Dans la foulée de la grève des contrôleurs de la SNCF mi-février, le syndicat Sud-Rail a annoncé avoir déposé un préavis de grève couvrant tout le mois de mai pour peser sur des négociations portant sur les fins de carrière. «La dernière grève des 16/17/18 février ne semble être qu’un début dans ce rapport de force qui s’installe un peu plus chaque jour! La patience des ASCT (contrôleurs, ndlr) a ses limites tandis que leur détermination reste intacte!», lance le troisième syndicat du groupe dans un tract publié sur son site.

 

SNCF : Un nouvel appel à la grève de Sud rail

SNCF : Un nouvel appel à la grève de Sud rail

 

Il est clair que la grève constitue une liberté démocratique mais la meilleur moyen de tuer ce droit c’est d’en user de manière excessive et anarchique. Justement ce que pratique le syndicat Sud rail à la SNCF qui fonde sa stratégie uniquement sur la radicalité. L’objectif n’est d’ailleurs pas forcément d’obtenir satisfaction mais de faire des mécontents au service de la grande cause révolutionnaire illusoire comme le modèle Chinois, Cubain ou encore Vénézuélien. Et pour cela il faut encourager toutes les grèves fussent-elles illégitimes comme celle des contrôleurs, corporatistes et irresponsables.

 

Il est clair que la multiplication des grèves dans l’entreprise non seulement va tuer la SNCF elle-même ( en encourageant notamment la concurrence et la sous-traitance) mais aussi les effectifs de cheminots.

SUD-Rail appelle donc  les employés de la SNCF aux guichets et à la centrale téléphonique à faire grève pour leurs conditions de travail mercredi, jour d’ouverture des réservations de la saison d’été, a annoncé lundi le troisième syndicat de la compagnie. «Le 13 mars, les cheminotes et cheminots, qui travaillent dans les gares et les centres 3635 (dénommés Relation client à distance), vont cesser le travail pour lancer un ultime signal d’alarme à la direction SNCF», a affirmé l’organisation syndicale dans un communiqué.

Sud-Rail, qui a obtenu près de 19% des voix aux dernières élections professionnelles, derrière la CGT-Cheminots et Unsa ferroviaire, a répété lundi que «la mobilisation du 13 mars n’est qu’une première étape» et prévenu que la direction de la SNCF aurait «besoin de ces agents pendant les Jeux olympiques», l’appelant à «négocier réellement».

 

Social-SNCF : menace de grève des gauchistes pendant les JO

Social-SNCF : menace de grève des gauchistes pendant les JO

 

Les gauchistes de Sud rail menacent à nouveau de soutenir des grèves catégorielles pendant les JO. Une attitude évidemment complètement irresponsable et qui va tuer l’entreprise et finir de discréditer le syndicalisme. La grève récente des contrôleurs a montré  cette action a été entièrement décidée et dirigée par la « coordination Facebook ». Les responsables de la CGT et de Sud rail en ont convenu publiquement à la télévision quand ils ont affirmé que leur rôle consistait essentiellement à suivre les demandes de cette coordination. Or les organisations syndicales reconnues sont seules habilitées à déposer des préavis et à assumer la responsabilité des grèves. De ce point de vue, la grève des contrôleurs constitue une forme de jacquerie en contradiction avec l’exercice du droit syndical.

L’entreprise SNCF a déjà commis une erreur fondamentale en reconnaissant Sud rail comme organisation représentative. Une reconnaissance qui s’est ensuite étendue à l’ensemble des activités du pays. L’objectif des gauchistes de Sud rail n’est pas tellement d’obtenir des progrès sociaux mais de développer le mécontentement dans la perspective d’une illusoire révolution contre le capitalisme et l’impérialisme ( mais pas celui de la Russie !).   Cette organisation est une sorte de cocktail de poujadisme et de gauchisme. Et la CGT, en perte de vitesse, pratique la fuite en avant pour ne pas se laisser distancer par Sud rail.
Ces grèves à répétition surtout de la part de catégories qui sont loin d’être les moins favorisées (c’est un euphémisme!) conduisent évidemment l’entreprise vers la mort. C’est en raison de la gréviculture et de l’irresponsabilité de syndicats que progressivement la SNCF a dû abandonner le trafic express, le trafic de messagerie, une grande partie du trafic de marchandises par wagon . C’est aussi en raison de ces dysfonctionnements tout autant que par manque de compétitivité que nombre de lignes voyageurs ont également été abandonnées. En cause, le manque de qualité et de compétitivité plombées par le coût et la culture de fonctionnaires du cheminot.

Menace de grève pendant JO des grèves catégorielles démontrent l’  irresponsabilité totale d’organisations n’ont pas leur place dans le monde syndical. En outre, ces actions vont conduire inévitablement à une réduction du droit de grève.

 

SNCF : menace de grève des gauchistes pendant les JO

SNCF : menace de grève des gauchistes pendant les JO

 

Les gauchistes de Sud rail menacent à nouveau de soutenir des grèves catégorielles pendant les JO. Une attitude évidemment complètement irresponsable et qui va tuer l’entreprise et finir de discréditer le syndicalisme. La grève récente des contrôleurs a montré  cette action a été entièrement décidée et dirigée par la « coordination Facebook ». Les responsables de la CGT et de Sud rail en ont convenu publiquement à la télévision quand ils ont affirmé que leur rôle consistait essentiellement à suivre les demandes de cette coordination. Or les organisations syndicales reconnues sont seules habilitées à déposer des préavis et à assumer la responsabilité des grèves. De ce point de vue, la grève des contrôleurs constitue une forme de jacquerie en contradiction avec l’exercice du droit syndical.

L’entreprise SNCF a déjà commis une erreur fondamentale en reconnaissant Sud rail comme organisation représentative. Une reconnaissance qui s’est ensuite étendue à l’ensemble des activités du pays. L’objectif des gauchistes de Sud rail n’est pas tellement d’obtenir des progrès sociaux mais de développer le mécontentement dans la perspective d’une illusoire révolution contre le capitalisme et l’impérialisme ( mais pas celui de la Russie !).   Cette organisation est une sorte de cocktail de poujadisme et de gauchisme. Et la CGT, en perte de vitesse, pratique la fuite en avant pour ne pas se laisser distancer par Sud rail.
Ces grèves à répétition surtout de la part de catégories qui sont loin d’être les moins favorisées (c’est un euphémisme!) conduisent évidemment l’entreprise vers la mort. C’est en raison de la gréviculture et de l’irresponsabilité de syndicats que progressivement la SNCF a dû abandonner le trafic express, le trafic de messagerie, une grande partie du trafic de marchandises par wagon . C’est aussi en raison de ces dysfonctionnements tout autant que par manque de compétitivité que nombre de lignes voyageurs ont également été abandonnées. En cause, le manque de qualité et de compétitivité plombées par le coût et la culture de fonctionnaires du cheminot.

Menace de grève pendant JO des grèves catégorielles démontrent l’  irresponsabilité totale d’organisations n’ont pas leur place dans le monde syndical. En outre, ces actions vont conduire inévitablement à une réduction du droit de grève.

 

SNCF: résultats en baisse

 SNCF:  résultats  en baisse

La  SNCF annonce déjà des résultants en baisse en 2023.  Cependant le président de l’entreprise propose aux syndicats une « plateforme de progrès social » pour discuter de tous les sujets et renouer le « dialogue social ».

Le PDG de la SNCF prévient : les résultats de la compagnie ferroviaire seront en baisse pour l’année 2023. Ils « seront moins bons que ceux de 2022 », a averti Jean-Pierre Farandou dans un entretien au quotidien Le Monde, publié ce jeudi 22 février. Sans plus de détails pour le moment.

Une annonce aussi sans doute pour contrecarrer des déclarations de syndicats gauchistes qui affirment que la SNCF aura des « résultats financiers de dingue » et qui oublie évidemment que l’État apporte une contribution annuelle de 20 milliards à l’entreprise, sans parler de l’endettement.

Il a ainsi évoqué son idée de proposer aux syndicats une « plateforme de progrès social » pour discuter de tous les sujets. Mais il a toutefois prévenu : « J’intègre les revendications portées par les chefs de bord (ndlr : autre nom des contrôleurs) des TGV. Mais elles ne sont pas toutes accessibles ».

Les revendications des salariés lors de la grève du week-end dernier portaient notamment sur des questions salariales. « Tous les cheminots ont envie d’augmenter leur salaire. Mais l’argent que je mettrai là, je ne l’aurais pas pour acheter des TGV, rénover les infrastructures, améliorer la qualité de service », a assuré le PDG.

Grève des contrôleurs SNCF: illégale !

Grève des contrôleurs SNCF:  illégale !

 

Une fois de plus la SNCF en grève ; cette fois une action des seuls contrôleurs qui ont ainsi provoqué de graves perturbations à l’occasion du week-end des flux de vacances scolaires. Une immense pagaille, une immense déception chez beaucoup de voyageurs et plus généralement un jugement très défavorable de l’opinion publique. En cause , la course au radicalisme engagée déjà depuis longtemps entre les gauchistes de la CGT et ceux du syndicat Sud rail. Évidemment une grève totalement irresponsable qui porte encore un coup à une entreprise rongée de l’intérieur par ses conflits à répétition. Cette stratégie syndicale radicale est largement responsable du déclin du fer pour les marchandises comme pour le transport de personnes sur les lignes secondaires progressivement supprimées. Le pire, c’est que cette stratégie syndicale a aussi provoqué la suppression du statut du cheminot. Un bilan syndical à la fois pathétique et désastreux. L’amorce malheureusement de la substitution d’entreprises et de salariés à statut privé . En plus, une grève illégale car décidée et dirigée par un « collectif Facebook » qui n’a aucune légitimité syndicale. Une sorte de collectif poujadiste dans l’exploit aboutira à la restriction du droit de grève sans parler de la lente agonie de la SNCF. Et tout cela avec le soutien des syndicats gauchistes dont la responsabilité doit être aussi questionnée.

On peut comprendre évidemment que les cheminots expriment légitimement des revendications, encore faudrait-il qu’ils ne se considèrent pas comme des fonctionnaires et qu’ils prennent en compte la problématique économique du transport. Parler de » résultats financiers de dingue » concernant la SNCF de la part de Sud rail relève de l’irresponsabilité totale quand on connaît l’ampleur des déficits passés et encore davantage l’ampleur des besoins d’investissement concernant tout aussi bien l’infrastructure que le matériel. Sans parler de la contribution financière de 20 milliards de la part de l’État. Pour les investissements, il faudra comme un centaine de milliards mais dont a on pas le premier centime compte tenu de l’état de l’endettement catastrophique du pays ( 3100 milliards). Bien sûr Il faut discuter de la répartition du bénéfice d’une année, mais il faut le faire entre les investissements, les salariés mais aussi les clients. Les clients car le train est trop cher, beaucoup trop cher. Et de qualité médiocre concernant la régularité.

Une organisation syndicale responsable ne peut pas soutenir une grève de quelques milliers de personnes à moins de souhaiter à terme la disparition de son entreprise et le moment venu de sa propre organisation.( Voir le déclin de la CGT depuis des dizaines d’années). Dernière observation les contrôleurs ne sont sans doute pas ceux qui sont les plus maltraités, et dont on exige la plus grande technicité et la plus grande responsabilité, sans parler de la rémunération. ( une étude comparative indépendante mériterait d’être entreprise sur ce point).

Les contrôleurs ne sont pas plus maltraités que les autres cheminots sur le plan salarial*

*D’après des données publiées sur le site de la SNCF, un contrôleur gagne 22 192 euros brut par an en début de carrière (soit 1 849 euros brut par mois), 28 816 euros brut en milieu de carrière (soit 2 401 euros brut par mois) et 35 816 euros brut en fin de carrière (soit 2 984 euros brut par mois).

Compte tenu des autres éléments salariaux, en moyenne la rémunération nette tourne autour de 3000 €.

De quoi sérieusement s’interroger sur la légitimité de la grève des contrôleurs. Comment en effet admettre que ce mouvement soit impulsé et conduit par une « coordination Facebook des contrôleurs » . Les syndicats gauchistes se contentant de relayer avec des préavis de grève. Pour preuve plusieurs responsables syndicaux à la télé ont déclaré que la suite du mouvement dépendrait de ce que souhaite cette coordination. C’est la négation même de syndicalisme qui doit intégrer l’intérêt des salariés mais aussi de la société. De ce point de vue, cette grève est à la fois illégitime socialement et illégale. Elle doit interroger le pouvoir et les politiques en général sur le concept de syndicat, son champ d’action, ses responsabilités et ses moyens. Mais par ailleurs on doit prendre en compte aussi le contenu des relations sociales souvent d’un niveau lamentable en France et qui ne peut faire émerger que des responsables syndicaux eux-mêmes très médiocres. Les récentes prestations des responsables syndicaux qui soutiennent la grève des contrôleurs témoignent de cette médiocrité.

Heureusement les syndicats réformistes progressent en France et sont même majoritaires mais ce sont toujours les syndicats  » les plus gueulards « qui tiennent le pavé médiatiquement.

À quand une vraie réflexion sur le syndicalisme et la société en France ?

Social-SNCF: et maintenant la grève des aiguilleurs

Social-SNCF: et maintenant la grève des aiguilleurs


À l’approche des JO, le pouvoir et le patronat pourraient bien être affrontés à la montée de revendications dont certaines sont justifiées mais d’autres très catégorielles voire poujadistes comme celle des contrôleurs de la SNCF. D’une certaine manière, c’est aussi le résultat d’un manque de concertation sociale dans le pays. En France en général , on connaît surtout le conflit comme mode de régulation du mécontentement social. Pire, les organisations syndicales sont souvent méprisées notamment depuis l’arrivée de Macron qui ne cesse d’inventer des » machins » pour contourner les organisations et institutions représentatives et légitimes. Maintenant à la SNCF on annonce une possible grève des aiguilleurs. Et dans ce domaine la SNCF porte une responsabilité depuis longtemps. En effet si la grève des contrôleurs était largement injustifiée, il en va différemment pour les aiguilleurs dont les exigences de qualification sont autres que celles des contrôleurs. Sans parler des enjeux de sécurité et du rythme de travail. Pour preuve les aiguilleurs sont savamment sélectionnés pour résister aux contraintes de productivité et de sécurité. Une grande différence avec les contrôleurs….. pour ne pas dire davantage.

En outre, la fonction d’aiguilleurs a beaucoup évolué au cours de ces dizaines d’années du fait des transformations technologiques. On a en outre agrandi le champ d’activité et le volume des flux à traiter.

Il faudrait évidemment se saisir immédiatement de cette question et l’inscrire aussi dans une vision à long terme. Malheureusement on va encore assister à une surenchère des organisations gauchistes qui prennent le train en marche et se font la courte échelle en matière de radicalité.

Sud-Rail a d’ailleurs déposé un autre préavis de grève pour le week-end prochain.

Pour le week-end prochain, seul Sud-Rail (21% des dernières élections professionnels au niveau du groupe) est à la manœuvre, mais la CGT, première organisation chez les cheminots avec 36 % des suffrages, pourrait suivre, pour ne pas être dépassée par le mouvement social, alors que les collectifs fleurissent ici ou là, grâce à des pages Facebook, « challengent » les organisations syndicales traditionnelles.

Conflit Contrôleurs SNCF: une  grève illégale

Conflit Contrôleurs SNCF: une  grève illégale

Une fois de plus la SNCF en grève ; cette fois une action des seuls contrôleurs qui ont ainsi provoqué de graves perturbations à l’occasion du week-end des flux de vacances scolaires. Une immense pagaille, une immense déception chez beaucoup de voyageurs et plus généralement un jugement très défavorable de l’opinion publique. En cause , la course au radicalisme engagée déjà depuis longtemps entre les gauchistes de la CGT et ceux du syndicat Sud rail. Évidemment une grève totalement irresponsable qui porte encore un coup à une entreprise rongée de l’intérieur par ses conflits à répétition. Cette stratégie syndicale radicale est largement responsable du déclin du fer pour les marchandises comme pour le transport de personnes sur les lignes secondaires progressivement supprimées. Le pire, c’est que cette stratégie syndicale a aussi provoqué la suppression du statut du cheminot. Un bilan syndical à la fois pathétique et désastreux. L’amorce malheureusement de la substitution d’entreprises et de salariés à statut privé . En plus, une grève illégale car décidée et dirigée par un « collectif Facebook » qui n’a aucune légitimité syndicale. Une sorte de collectif poujadiste dans l’exploit aboutira à la restriction du droit de grève sans parler de la lente agonie de la SNCF. Et tout cela avec le soutien des syndicats gauchistes dont la responsabilité doit être aussi questionnée.

On peut comprendre évidemment que les cheminots expriment légitimement des revendications, encore faudrait-il qu’ils ne se considèrent pas comme des fonctionnaires et qu’ils prennent en compte la problématique économique du transport. Parler de » résultats financiers de dingue » concernant la SNCF de la part de Sud rail relève de l’irresponsabilité totale quand on connaît l’ampleur des déficits passés et encore davantage l’ampleur des besoins d’investissement concernant tout aussi bien l’infrastructure que le matériel. Sans parler de la contribution financière de 20 milliards de la part de l’État. Pour les investissements, il faudra comme un centaine de milliards mais dont a on pas le premier centime compte tenu de l’état de l’endettement catastrophique du pays ( 3100 milliards). Bien sûr Il faut discuter de la répartition du bénéfice d’une année, mais il faut le faire entre les investissements, les salariés mais aussi les clients. Les clients car le train est trop cher, beaucoup trop cher. Et de qualité médiocre concernant la régularité.

Une organisation syndicale responsable ne peut pas soutenir une grève de quelques milliers de personnes à moins de souhaiter à terme la disparition de son entreprise et le moment venu de sa propre organisation.( Voir le déclin de la CGT depuis des dizaines d’années). Dernière observation les contrôleurs ne sont sans doute pas ceux qui sont les plus maltraités, et dont on exige la plus grande technicité et la plus grande responsabilité, sans parler de la rémunération. ( une étude comparative indépendante mériterait d’être entreprise sur ce point).

Les contrôleurs ne sont pas plus maltraités que les autres cheminots sur le plan salarial*

*D’après des données publiées sur le site de la SNCF, un contrôleur gagne 22 192 euros brut par an en début de carrière (soit 1 849 euros brut par mois), 28 816 euros brut en milieu de carrière (soit 2 401 euros brut par mois) et 35 816 euros brut en fin de carrière (soit 2 984 euros brut par mois).

Compte tenu des autres éléments salariaux, en moyenne la rémunération nette tourne autour de 3000 €.

De quoi sérieusement s’interroger sur la légitimité de la grève des contrôleurs. Comment en effet admettre que ce mouvement soit impulsé et conduit par une « coordination Facebook des contrôleurs » . Les syndicats gauchistes se contentant de relayer avec des préavis de grève. Pour preuve plusieurs responsables syndicaux à la télé ont déclaré que la suite du mouvement dépendrait de ce que souhaite cette coordination. C’est la négation même de syndicalisme qui doit intégrer l’intérêt des salariés mais aussi de la société. De ce point de vue, cette grève est à la fois illégitime socialement et illégale. Elle doit interroger le pouvoir et les politiques en général sur le concept de syndicat, son champ d’action, ses responsabilités et ses moyens. Mais par ailleurs on doit prendre en compte aussi le contenu des relations sociales souvent d’un niveau lamentable en France et qui ne peut faire émerger que des responsables syndicaux eux-mêmes très médiocres. Les récentes prestations des responsables syndicaux qui soutiennent la grève des contrôleurs témoignent de cette médiocrité.

Heureusement les syndicats réformistes progressent en France et sont même majoritaires mais ce sont toujours les syndicats  » les plus gueulards « qui tiennent le pavé médiatiquement.

À quand une vraie réflexion sur le syndicalisme et la société en France ?

Social SNCF: une entreprise tuée à petit feu par les grèves

Social SNCF: une entreprise tuée à petit feu par les grèves

Depuis toujours la SNCF se singularise par un taux de grève tout à fait exceptionnel au regard de la conflictualité générale. C’est une sorte de culture de l’entreprise. Pour tout et souvent pour rien, les organisations syndicales gauchistes menacent et font effectivement grève alors que la concertation n’est pas même terminée voir pas même entamée. Pourtant ce ne sont pas les organismes de concertation qui manque dans l’entreprise même si leur nombre a été réduit. Le problème c’est que ces organismes ne sont pas des lieux de négociation mais d’affrontement stérile. En cause sans doute une part de responsabilité de l’entreprise mais aussi la culture socio-économique de syndicalistes qui font de la radicalité le véritable objectif et non l’avancée sociale. Le véritable objectif est la révolution, la lutte contre le capitalisme, contre l’impérialisme. Bref surtout des objectifs politiques et qui instrumentalisent le poujadisme de certaines catégories.

D’une certaine manière, c’est une honte pour le syndicalisme de se mettre à la remorque d’une association douteuse de contrôleurs dont par ailleurs on pourrait comparer les conditions sociales avec d’autres dans l’entreprise mais aussi ailleurs.

Juridiquement les pouvoirs publics devraient s’interroger sur la légitimité de cette association de contrôleurs , sorte de syndicat poujadiste non déclaré mais soutenu par des organisations gauchistes qui se font la courte échelle en matière de radicalité.

Ce mouvement des contrôleurs porte évidemment préjudice à l’entreprise, au service public en général mais tout autant au syndicalisme qu’il discrédite et même ridiculise. Il suffit pour s’en persuader d’écouter l’argumentation d’une médiocrité désolante des syndicats gauchistes complètement irresponsables et syndicalement incompétents.

Depuis 1947, pas une seule année ne s’est écoulée sans que des mouvements sociaux ne viennent perturber le réseau ferré national. À la clé, un nombre impressionnant de jours de travail perdu. Le Figaro a fait les comptes.

Noël, la neige, les décorations, la Saint-Sylvestre, la Saint-Nicolas… Pour beaucoup, la fin d’année rime avec les fêtes, les cadeaux et les retrouvailles en famille. Ces dernières années, une nouvelle tradition, bien plus redoutée, semble toutefois s’être imposée : la crainte d’une grève à la SNCF. Tenace, cette coutume revient quasiment chaque mois de décembre, avec la régularité d’un métronome : depuis 2018, seule la pandémie de Covid-19 est parvenue à la faire s’effacer.

Rebelote en 2022. La grève surprise qui conduit à l’annulation de 60% des TGV et Intercités ce week-end inaugure le quatorzième mois de décembre perturbé sur le réseau ferroviaire français en moins de vingt ans : 2003, 2004, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2016, 2018, 2019, 2021. Des préavis de grève menacent déjà de torpiller les déplacements des week-ends de Noël et du jour de l’an, à l’heure où les Français sillonnent le pays pour retrouver leurs proches.

SNCF: et maintenant la grève des aiguilleurs

SNCF: et maintenant la grève des aiguilleurs


À l’approche des JO, le pouvoir et le patronat pourraient bien être affrontés à la montée de revendications dont certaines sont justifiées mais d’autres très catégorielles voire poujadistes comme celle des contrôleurs de la SNCF. D’une certaine manière, c’est aussi le résultat d’un manque de concertation sociale dans le pays. En France en général , on connaît surtout le conflit comme mode de régulation du mécontentement social. Pire, les organisations syndicales sont souvent méprisées notamment depuis l’arrivée de Macron qui ne cesse d’inventer des » machins » pour contourner les organisations et institutions représentatives et légitimes. Maintenant à la SNCF on annonce une possible grève des aiguilleurs. Et dans ce domaine la SNCF porte une responsabilité depuis longtemps. En effet si la grève des contrôleurs était largement injustifiée, il en va différemment pour les aiguilleurs dont les exigences de qualification sont autres que celles des contrôleurs. Sans parler des enjeux de sécurité et du rythme de travail. Pour preuve les aiguilleurs sont savamment sélectionnés pour résister aux contraintes de productivité et de sécurité. Une grande différence avec les contrôleurs….. pour ne pas dire davantage.

En outre, la fonction d’aiguilleurs a beaucoup évolué au cours de ces dizaines d’années du fait des transformations technologiques. On a en outre agrandi le champ d’activité et le volume des flux à traiter.

Il faudrait évidemment se saisir immédiatement de cette question et l’inscrire aussi dans une vision à long terme. Malheureusement on va encore assister à une surenchère des organisations gauchistes qui prennent le train en marche et se font la courte échelle en matière de radicalité.

Sud-Rail a d’ailleurs déposé un autre préavis de grève pour le week-end prochain.

Pour le week-end prochain, seul Sud-Rail (21% des dernières élections professionnels au niveau du groupe) est à la manœuvre, mais la CGT, première organisation chez les cheminots avec 36 % des suffrages, pourrait suivre, pour ne pas être dépassée par le mouvement social, alors que les collectifs fleurissent ici ou là, grâce à des pages Facebook, « challengent » les organisations syndicales traditionnelles.

SNCF: une entreprise tuée à petit feu par les grèves

SNCF: une entreprise tuée à petit feu par  les grèves

Depuis toujours la SNCF se singularise par un taux de grève tout à fait exceptionnel au regard de la conflictualité générale. C’est une sorte de culture de l’entreprise. Pour tout et souvent pour rien, les organisations syndicales gauchistes menacent et font effectivement grève alors que la concertation n’est pas même terminée voir pas même entamée. Pourtant ce ne sont pas les organismes de concertation qui manque dans l’entreprise même si leur nombre a été réduit. Le problème c’est que ces organismes ne sont pas des lieux de négociation mais d’affrontement stérile. En cause sans doute une part de responsabilité de l’entreprise mais aussi la culture socio-économique de syndicalistes qui font de la radicalité le véritable objectif et non l’avancée sociale. Le véritable objectif est la révolution, la lutte contre le capitalisme, contre l’impérialisme. Bref surtout des objectifs politiques et qui instrumentalisent le poujadisme de certaines catégories.

D’une certaine manière, c’est une honte pour le syndicalisme de se mettre à la remorque d’une association douteuse de contrôleurs dont par ailleurs on pourrait comparer les conditions sociales avec d’autres dans l’entreprise mais aussi ailleurs.

Juridiquement les pouvoirs publics devraient s’interroger sur la légitimité de cette association de contrôleurs , sorte de syndicat poujadiste non déclaré mais soutenu par des organisations gauchistes qui se font la courte échelle en matière de radicalité.

Ce mouvement des contrôleurs porte évidemment préjudice à l’entreprise, au service public en général mais tout autant au syndicalisme qu’il discrédite et même ridiculise. Il suffit pour s’en persuader d’écouter l’argumentation d’une médiocrité désolante des syndicats gauchistes complètement irresponsables et syndicalement incompétents.

Depuis 1947, pas une seule année ne s’est écoulée sans que des mouvements sociaux ne viennent perturber le réseau ferré national. À la clé, un nombre impressionnant de jours de travail perdu. Le Figaro a fait les comptes.

Noël, la neige, les décorations, la Saint-Sylvestre, la Saint-Nicolas… Pour beaucoup, la fin d’année rime avec les fêtes, les cadeaux et les retrouvailles en famille. Ces dernières années, une nouvelle tradition, bien plus redoutée, semble toutefois s’être imposée : la crainte d’une grève à la SNCF. Tenace, cette coutume revient quasiment chaque mois de décembre, avec la régularité d’un métronome : depuis 2018, seule la pandémie de Covid-19 est parvenue à la faire s’effacer.

Rebelote en 2022. La grève surprise qui conduit à l’annulation de 60% des TGV et Intercités ce week-end inaugure le quatorzième mois de décembre perturbé sur le réseau ferroviaire français en moins de vingt ans : 2003, 2004, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2016, 2018, 2019, 2021. Des préavis de grève menacent déjà de torpiller les déplacements des week-ends de Noël et du jour de l’an, à l’heure où les Français sillonnent le pays pour retrouver leurs proches.

Le coût de la SNCF pour l’État : près de 20 milliards

Le coût de la SNCF pour l’État : près de 20 milliards

Cette fiche de FIPECO présente le montant des achats de services et des subventions qui ont été payés par l’État et les autorités régionales à la SNCF et au régime spécial de sécurité sociale des cheminots en 2022. Ces dépenses publiques sont financées par des impôts et leur total correspond au coût de la SNCF pour les contribuables (ménages et entreprises). Cette fiche ne cherche pas à évaluer l’efficience de ces dépenses mais seulement à en déterminer le montant total et la décomposition par grandes catégories, ce qui devrait être la première étape de leur évaluation.

A) Le coût de la SNCF hors régime spécial de sécurité sociale
De 2015 à 2019, le « groupe SNCF » comprenait trois établissements publics industriels et commerciaux (EPIC), un EPIC tête de groupe et les EPIC SNCF Réseau (les infrastructures ferroviaires, pour simplifier) et SNCF Mobilité (les trains, pour simplifier), ainsi que leurs filiales. En application de la loi du 27 juin 2018, ces trois EPIC ont été remplacés le 1er janvier 2020 par une société nationale à capitaux entièrement publics, SNCF, qui détient notamment deux sociétés, SNCF Réseau et SNCF Voyageurs.

Cette fiche présente les montants des dépenses de l’Etat (ou de l’AFITF[1]) et des régions (ou d’Ile-de-France Mobilités[2]) en faveur de la SNCF en 2022 qui figurent dans le bilan annuel des transports publié par le service des données et études statistiques du ministère de la transition écologique, dans le rapport financier du groupe SNCF et dans le projet de loi de règlement du budget de 2022. Les méthodes comptables appliquées dans ces documents n’étant pas les mêmes, ces montants diffèrent parfois de l’un à l’autre. Les chiffres du bilan annuel des transports ont été privilégiés pour leur cohérence avec les comptes nationaux et donc avec les concepts de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires.

En 2022, la part de marché de la SNCF était encore de 100 % sur les lignes de proximité (TER et Transilien), les premiers appels d’offres remportés par ses concurrents n’ayant pas encore donné lieu à ouverture de services. Sa part de marché sur les liaisons à longue distance, y compris internationales, était de 99 % selon l’autorité de régulation des transports. Selon celle-ci également, elle était d’environ 50 % sur le transport de fret, mais les subventions de fonctionnement attribué à celui-ci sont de seulement 0,2 Md€ et les aides à l’investissement sont sans doute très faibles dans la mesure où les infrastructures dédiées au fret sont limitées[3]. Si les coûts présentés dans cette fiche peuvent parfois concerner des concurrents de la SNCF, c’est donc dans une proportion probablement très faible.

1) Les coûts de fonctionnement
La principale contribution des contribuables aux coûts de fonctionnement de la SNCF (6,8 Md€ en 2022) est constituée par les « subventions d’exploitation » (ainsi qualifiées dans le bilan annuel des transports publié par le ministère en charge des transports) versées à SNCF Voyageurs par les « autorités organisatrices » des transports régionaux, à savoir les régions (3,5 Md€) et Ile-de-France Mobilités (3,3 Md€). Ces subventions apparaissent dans le rapport financier de la SNCF sous la dénomination « commandes publiques de prestations de services » et sont considérées par elle comme une composante de son chiffre d’affaires.

Elles sont complétées par des subventions de l’Etat à hauteur de 0,4 Md€ (trains d’équilibre du territoire, ou Intercités, notamment).

En outre, l’Etat paye lui-même à SNCF Réseau les redevances d’accès au réseau dues par les TER et le Transilien et pour partie par les transports de fret. Le coût total est de 2,0 Md€ selon le rapport financier de la SNCF ou 2,9 Md€ selon le projet de loi de règlement du budget de l’Etat pour 2022, montant ici retenu. Le transport de fret n’est concerné que pour 0,2 Md€.

Les coûts de fonctionnement de la SNCF supportés par les contribuables s’élèvent donc au total à 10,1 Md€ en 2022 (9,6 Md€ dans le rapport financier de la SNCF), principalement pour les TER et le Transilien.

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe SNCF est de 41,4 Md€ en 2022 dont 49 % pour les activités ferroviaires, soit 20,3 Md€, selon son rapport financier. Une partie est toutefois réalisée à l’international, à travers par exemple Keolis, et la partie réalisée en France est sans doute un peu inférieure à 20 Md€. Les versements des administrations publiques en représentent donc à peu près la moitié.

2) Le coût des investissements
Les subventions d’investissements reçus par la SNCF s’élèvent en 2022 à 1,9 Md€ pour SNCF Voyageurs (surtout des subventions des autorités organisatrices régionales pour acheter des matériels roulants[4]) et à 2,2 Md€ pour SNCF Réseau (dont 0,9 Md€ de l’Etat ou de l’AFITF et 1,3 Md€ des collectivités locales ou d’Ile-de-France Mobilités) selon le bilan annuel des transports.

Il faut y ajouter 2,1 Md€ de subventions de l’Etat en faveur de la régénération du réseau dans le cadre du plan de relance selon le projet de loi de règlement du budget de 2022 (l’Etat a apporté à la SNCF une dotation en capital de 4,1 Md€ en 2020 et la SNCF en a aussitôt reversé le montant à l’Etat sur un fonds de concours qui finance la SNCF au fur et à mesure de l’avancement des travaux).

Au total, la SNCF a bénéficié de 6,2 Md€ de subventions d’investissement. Le rapport financier de la SNCF compte 4,5 Md€ de subventions d’investissement et y ajoute 1,7 Md€ de subventions reçues dans le cadre de concessions ferroviaires.

3) Les intérêts des dettes de la SNCF
Bien que l’Etat ait déjà repris 8 Md€ de dettes de la SNCF en 2007, l’endettement net du groupe atteignait 60,3 Md€ à la fin de 2019 du fait de l’accumulation de résultats déficitaires et d’investissements financés par emprunt. L’Etat a repris 25 Md€ de dettes à son compte le 1er janvier 2020. En raison notamment du déficit de 2020 (-2,8 Md€), l’endettement net du groupe était néanmoins encore de 38,1 Md€ à la fin de 2020 et 36,3 Md€ à la fin de 2021. Une nouvelle reprise de dette de 10 Md€ a eu lieu le 1er janvier 2022.

Le projet de loi de règlement du budget de l’Etat pour 2022 permet d’identifier les charges d’intérêts qui résultent pour l’Etat de ces reprises de dette. Elles s’élèvent à 0,8 Md€ en 2022.

4) Le coût total net en 2022
Le coût total de la SNCF, hors protection sociale des cheminots, pour les contribuables est ainsi estimé à 17,2 Md€ en 2022 dont il faut déduire 0,4 Md€ de dividendes versés à l’Etat (selon le bilan annuel des transports) et qui ont été utilisés par celui-ci pour financer un montant équivalent de subventions en faveur de la régénération du réseau, soit finalement 16,8 Md€ (contre 15,2 Md€ en 2021, soit une hausse de 9,9 %).

B) Le coût du régime spécial de sécurité sociale
Les développements suivants proviennent du rapport de la commission des comptes de la sécurité sociale (CCSS) de septembre 2023.

Les agents de la SNCF ont un régime spécial de sécurité sociale qui est géré par une caisse autonome de sécurité sociale, la « caisse de prévoyance et de retraite du personnel de la SNCF ». Ce régime a été réformé en 2008 pour l’aligner, partiellement, sur celui des fonctionnaires et il a été mis en extinction en 2020. La loi de 2018 a en effet prévu que les recrutements de cheminots au statut cessent le 1er janvier 2020 pour faire place à des embauches sous contrat de droit privé dans le cadre d’une convention collective de la branche ferroviaire. L’arrêt du recrutement de cheminots au statut réduit progressivement les cotisations sociales versées au régime spécial de retraite à partir de 2020, ce qui est compensé par des transferts de la caisse nationale d’assurance vieillesse et de l’Agirc-Arrco en sa faveur.

Malgré ces transferts, l’Etat attribue au régime une subvention d’équilibre qui était de 3,2 Md€ en 2022 et représentait 60 % des pensions versées (5,3 Md€).

C) Le coût total en 2022 pour les contribuables
Le coût total de la SNCF (tableau suivant) pour les contribuables (ménages et entreprises) s’est élevé à 20,0 Md€ en 2022 (contre 18,5 Md€ en 2021, soit une augmentation de 8,1 %). Cette charge s’est ajoutée au prix payé par les voyageurs pour acheter des billets (ou par les entreprises pour transporter leur fret) et elle est en partie financée par des ménages et entreprises qui n’utilisent jamais le train.

La première estimation publique de ce coût avait été présenté sur ce site dans une note publiée en juin 2016 (14 Md€ en 2015). Le rapport de J.C. Spinetta de février 2018, établi à la demande du Gouvernement, l’a ensuite évalué à 13,7 Md€ en 2016.

Un rapport d’information du Sénat de mars 2022 estimait le coût total à 17,3 Md€ en 2020 (contre 16,7 Md€ dans la note publiée le 6 janvier 2022 sur le site de FIPECO).

Le coût de la SNCF pour les contribuables en 2016, 2021 et 2022 (Md€)

2016

2021

2022

Services achetés par les autorités régionales

5,5

6,8

6,8

Prise en charge des coûts de fonctionnement par l’Etat

2,0

2,6

3,3

Subventions d’investissement (Etat et régions)

3,0

5,1

6,2

Charge d’intérêts de la dette reprise par l’Etat

0,7

0,8

Dividendes versés à l’Etat

0

0

- 0,4

Total hors régime spécial de retraite

10,5

15,2

16,8

Subvention d’équilibre au régime spécial de retraite

3,2

3,3

3,2

Total

13,7

18,5

20,0

Sources : Rapport de J.C. Spinetta (coût en 2016) et FIPECO (coût en 2021 et 2022).

[1] Agence de financement des infrastructures de transports de France, qui finance ces infrastructures pour le compte de l’Etat.

[2] Cet établissement public, qui a remplacé le syndicat des transports en Ile-de-France (STIF), finance les transports collectifs transiliens.

[3] Le dossier de presse de mai 2023 du ministère chargé des transports fait état de 175 M€ d’aides au fonctionnement et de 125 M€ d’aides à l’investissement pour le transport de fret dans le cadre du plan de relance en 2022.

[4] Ces matériels pourront être mis à la disposition des autres opérateurs s’ils gagnent les appels d’offre lancés par les autorités régionales pour assurer les transports ferroviaires de proximité.

Revenir en haut de page

Contrôleurs SNCF: une  grève illégale

Contrôleurs SNCF: une  grève illégale

Une fois de plus la SNCF sera en grève ; cette fois une action des seuls contrôleurs qui ont ainsi provoqué de graves perturbations à l’occasion du week-end des flux de vacances scolaires. Une immense pagaille, une immense déception chez beaucoup de voyageurs et plus généralement un jugement très défavorable de l’opinion publique. En cause la course au radicalisme engagé déjà depuis longtemps entre les gauchistes de la CGT et ceux du syndicat Sud rail. Évidemment une grève totalement irresponsable qui porte encore un coup à une entreprise rongée de l’intérieur par ses conflits à répétition. Cette stratégie syndicale radicale est largement responsable du déclin du fer pour les marchandises comme pour le transport de personnes sur les lignes secondaires progressivement supprimées. Le pire, c’est que cette stratégie syndicale a aussi provoqué la suppression du statut du cheminot. Un bilan syndical à la fois pathétique et désastreux. L’amorce malheureusement de la substitution d’entreprises et de salariés à statut privé . En plus une grève illégale car décidée et dirigée par un « collectif Facebook » qui n’a aucune légitimité syndicale. Une sorte de collectif poujadiste dans l’exploit aboutira à la restriction du droit de grève sans parler de la lente agonie de la SNCF. Et tout cela avec le soutien des syndicats gauchistes dont la responsabilité doit être aussi questionnée.

On peut comprendre évidemment que les cheminots expriment légitimement des revendications, encore faudrait-il qu’ils ne se considèrent pas comme des fonctionnaires et qu’ils prennent en compte la problématique économique du transport. Parler de » résultats financiers de dingue » concernant la SNCF de la part de Sud rail relève de l’irresponsabilité totale quand on connaît l’ampleur des déficits passés et encore davantage l’ampleur des besoins d’investissement concernant tout aussi bien l’infrastructure que le matériel. Quelque chose comme un centaine de milliards annoncés par la gouvernement mais dont a on pas le premier centime compte tenu de l’état de l’endettement catastrophique du pays ( 3100 milliards). Bien sûr Il faut discuter de la répartition du bénéfice d’une année, mais il faut le faire entre les investissements, les salariés mais aussi les clients. Les clients car le train est trop cher, beaucoup trop cher. Et de qualité médiocre concernant la régularité.

Une organisation syndicale responsable ne peut pas soutenir une grève de quelques milliers de personnes à moins de souhaiter à terme la disparition de son entreprise et le moment venu de sa propre organisation.( Voir le déclin de la CGT depuis des dizaines d’années). Dernière observation les contrôleurs ne sont sans doute pas ceux qui sont les plus maltraités, et dont on exige la plus grande technicité et la plus grande responsabilité, sans parler de la rémunération. ( une étude comparative indépendante mériterait d’être entreprise sur ce point).

Les contrôleurs ne sont pas plus maltraités que les autres cheminots sur le plan salarial*

*D’après des données publiées sur le site de la SNCF, un contrôleur gagne 22 192 euros brut par an en début de carrière (soit 1 849 euros brut par mois), 28 816 euros brut en milieu de carrière (soit 2 401 euros brut par mois) et 35 816 euros brut en fin de carrière (soit 2 984 euros brut par mois).

Compte tenu des autres éléments salariaux, en moyenne la rémunération nette tourne autour de 3000 €. De quoi sérieusement s’interroger sur la légitimité de la grève des contrôleurs. Comment en effet admettre que ce mouvement soit impulsé et conduit par une « coordination Facebook des contrôleurs » . Les syndicats gauchistes se contentant de relayer avec des préavis de grève. Pour preuve plusieurs responsables syndicaux à la télé ont déclaré que la suite du mouvement dépendrait de ce que souhaite cette coordination. C’est la négation même de syndicalisme qui doit intégrer l’intérêt des salariés mais aussi de la société. De ce point de vue, cette grève est à la fois illégitime socialement et illégale. Elle doit interroger le pouvoir et les politiques en général sur le concept de syndicat, son champ d’action, ses responsabilités et ses moyens. Mais par ailleurs on doit prendre en compte aussi le contenu des relations sociales souvent d’un niveau lamentable en France et qui ne peut faire émerger que des responsables syndicaux eux-mêmes très médiocres. Les récentes prestations des responsables syndicaux qui soutiennent la grève des contrôleurs témoignent de cette médiocrité.

Heureusement les syndicats réformistes progressent en France et sont même majoritaires mais ce sont toujours les syndicats  » les plus gueulards « qui tiennent le pavé médiatiquement.

À quand une vraie réflexion sur le syndicalisme et la société en France ?

SNCF: des grèves chaque année  depuis 1947

 SNCF: des grèves chaque année  depuis 1947

 

C’est même presque devenu une sorte de rituel. Officiellement les syndicats gauchistes qui perpétuent la tradition considèrent que la grève des cheminots est un outil qui sert la corporation mais aussi la totalité des salariés français. Ou comment justifier ce qui relève en réalité du poujadisme et de la politique. L’idéologie en effet des syndicats gauchistes est une sorte d’amalgame entre des intérêts corporatistes et une idéologie révolutionnaire. Contrairement aux apparences, les syndicats gauchistes ne souhaitent pas de résultats positifs. Il souhaite faire des mécontents, de plus en plus de mécontents pour faire adhérer à leur utopie anticapitaliste, anti impérialiste, anti progressiste. Bref un chemin connu qui mène tout droit au déclin et à la dictature comme en Chine, en Russie ou à Cuba. Des grèves qui progressivement tue l’entreprise et en même conduit à la suppression du statut du cheminot. Qui va maintenant entraîner la restriction du droit de grève. Bref, un bilan catastrophique sur le plan économique, social et démocratique. Une catastrophe aussi pour le syndicalisme gauchiste.*

Une base donnée, en libre accès et publiée par l’entreprise ferroviaire, recense toutes les journées de travail perdues par les cheminots, quand ils font grève. On voit bien que tous les ans, il y a au moins un mouvement social à la SNCF. Mais c’est très variable. Il s’agit parfois d’un seul mouvement, localisé dans une région et sur un seul corps de métier. On ne parle pas de grève nationale tous les ans. Si on fait une moyenne, depuis 1947, chaque agent de la SNCF a fait grève un jour et demi par an.

Certains mouvements ont été particulièrement suivis. En 1968, année marquée par une immense révolte dans toute la France et une grève générale, chaque cheminot a arrêté le travail 14 jours en moyenne. En tout, quand on cumule tous les grévistes, la SNCF a enregistré cette année-là 4 680 000 journées non travaillées. Cela reste une année record. Sur les deux autres marches du podium, on retrouve les années 1947 et 1953, marquées par des mouvements sociaux nationaux et des grèves à répétition. Récemment, en 2019, contre la réforme des retraites, les cheminots ont battu un record avec plus de 30 jours de grève d’affilée. Au contraire, c’est en 1956 que les agents se sont le moins mobilisés : 2 500 journées de grève déposées.

 

*Selon une étude du ministère du Travail3 publiée en 2023, le taux global de syndicalisation, public et privé confondus, est passé de 11 % à 10,3 % entre 2013 et 2019. Il est tombé sous les 8 % dans le privé, pour une population active évaluée à 26,9 millions (Insee, 2019)

Le 11 décembre 2018, la CFDT devient le 1er syndicat français, secteur public et privé confondus.

Le 21 mai 2021 la mesure de l’audience syndicale confirme un second recul consécutif de la CGT. Sur 14,11 millions de salariés inscrits, et avec une participation de 38,24 %, la CFDT conforte sa première place avec 26,77 % des voix (+ 0,4 % par rapport à 2017), devant la CGT 22,96 % (- 1,89 %), FO 15,24 % (- 0,35 %), la CFE-CGC 11,92 % (+ 1,25 %), la CFTC 9,50 % (stable). L’UNSA 5,99 % (+ 0,64 %) et Solidaires 3,68 % (+ 0,22 %) ne franchissent pas le seuil national de représentativité (fixé à 8 %).

Dans les années 1945, la CGT était hégémonique, les autres syndicats ne jouant qu’un rôle très marginal. Depuis, la CGT s’écroule avec seulement 25 % des voix des salariés français devancée désormais par la CFDT. Même à la SNCF un de ses bastions la CGT dégringole chaque année pour ne représenter que 32 % des cheminots.

12345...23



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol