Archive pour le Tag 'smartphones'

Smartphones : dangers des ondes électromagnétiques

Smartphones : dangers des ondes électromagnétiques

Certains smartphones seraient dangereux, ceux  mis en vente avant 2016 doivent être retirés de la circulation, ou au moins mis à jour, car ils émettent trop d’ondes et dépassent les normes les plus récentes quand ils sont portés dans la poche d’une veste, juge lundi l’agence sanitaire Anses. Les problèmes des ondes électro magnétiques c’st que leur nombre ne cessent de se développer avec les différents équipements de habitat ou de son environnement. Par ailleurs la technique 5 G est critiquée pour la puissance des ondes électromagnétiques. Extrait d’un article de L’INRS :

Pour une très large gamme d’intensités, les champs électromagnétiques peuvent avoir des effets, directs ou indirects, sur la plupart des systèmes physiologiques. Ils peuvent également perturber le fonctionnement des dispositifs médicaux actifs implantés ou non comme les pacemakers ou les pompes à insuline. La survenue de tels effets à court terme est réduite par le respect des valeurs limites et des bonnes pratiques de prévention.
Les articles R. 4453-3 et R. 4453-4 Code du travail définissent des valeurs seuils en fonction des effets sur la santé.

Les champs électriques statiques peuvent provoquer des réactions cutanées. En effet, ils induisent au niveau de la peau des personnes exposées une modification de la répartition des charges électriques. Cette modification est perceptible surtout au niveau des poils et des cheveux (seuil de perception : 10 kV/m, seuil de sensations désagréables : 25 kV/m).
Les champs magnétiques statiques peuvent être à l’origine :

  • d’une modification de l’électrocardiogramme (ECG) au-delà de 8 T ;
  • d’effets sensoriels (nausées, vertiges, goût métallique au-delà de 2 T).

Ces effets peuvent survenir en cas d’exposition à un champ magnétique statique de très grande intensité et lorsqu’on se déplace dans le champs.

Ces effets sont fonction de la densité de courant induit dans l’organisme humain (produit du champ électrique interne et de la conductivité du corps humain). L’unité de cette densité de courant induit est l’ampère par mètre carré (A/m2).

Effets dus aux courants induits en fonction de leur densité

  • Inférieure à 10 mA/m2 : pas d’effet connu sur la santé
  • De 10 à 100 mA/m2 : effets visuels et nerveux, soudure des os
  • De 100 à 1 000 mA/m2 : stimulation des tissus excitables
  • Supérieure à 1 000 mA/m2 : fibrillation

Cancérogénicité

Sur la base de plusieurs études épidémiologiques mettant en évidence un risque accru de leucémie chez des enfants vivant à proximité de lignes à haute tension, le CIRC a classé les champs électromagnétiques très basses fréquences (inférieur à 100 kHz) comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » (groupe 2B).
En 2011, le CIRC a également classé les champs électromagnétiques radiofréquences comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » (groupe 2B). Ce classement a été établi suite à quelques études épidémiologiques, sur la base d’un risque accru de gliome (un type de cancer malin du cerveau) associé à l’utilisation de téléphone sans fil.
À ce jour, il n’a pas été possible d’établir un lien de causalité entre les expositions incriminées et l’apparition de leucémies lors d’exposition à des champs magnétiques de très basses fréquences.

De manière générale, les études sont, à ce jour, insuffisantes pour conclure définitivement sur le caractère cancérogène ou non des champs électromagnétiques de basses ou hautes fréquences.

Troubles visuels

Des personnes soumises à un champ magnétique variable (autour d’une fréquence de 20 Hz et au-dessus d’un seuil d’intensité de 2 à 3 mT) ressentent parfois des troubles visuels, caractérisés par la perception de taches lumineuses appelées magnétophosphènes. A la fréquence du réseau électrique 50 Hz, ces troubles peuvent apparaitre à partir d’une exposition de la tête à une induction magnétique externe de 4 à 6 mT (source Icnirp 2010).

Hyperthermie due aux champs haute fréquence

Lors de l’exposition à des champs hautes fréquences (supérieur à 100 kHz), l’énergie absorbée par les tissus biologiques peut entraîner une augmentation de la température du corps entier (hyperthermie) ou d’une région. Cependant, le corps humain est capable, jusqu’à un certain point, de lutter contre cet échauffement par la thermorégulation. Cet échauffement des tissus se caractérise par le débit d’absorption spécifique (DAS) exprimé en W/kg.
L’exposition accidentelle à de fortes puissances peut entraîner des brûlures superficielles ou profondes.

Effet auditif dû aux impulsions hautes fréquences

Certaines personnes peuvent percevoir un effet auditif, spécifiques aux ondes pulsées hautes fréquences (de 0,3 à 6,5 GHz). Cette sensation est souvent décrite comme un « clic ». Les radars sont les principales sources susceptibles de générer cet effet.

Hypersensibilité électromagnétique et symptômes non spécifiques

Quel que soit le type de champ électromagnétique, certaines personnes se plaignent de symptômes non spécifiques tels qu’asthénie physique ou musculaire voire douleurs musculaires, fatigue, pertes de mémoire ou apathie contrastant avec une irritabilité anormale, troubles du sommeil, maux de tête, vertiges, malaise… L’inquiétude vis-à-vis de ce risque peut elle-même induire des effets sans rapport avec le risque réel.

 

Pour ces symptômes, non spécifiques et réversibles, il est difficile de préciser le rôle de l’exposition aux champs électromagnétiques, qu’elle soit environnementale ou professionnelle.

 

« A l’heure actuelle, les études scientifiques ne permettent pas d’établir un lien entre les symptômes ressentis par les personnes hypersensibles et une exposition prolongée ou non à des intensités de champs électromagnétiques rencontrés dans notre environnement quotidien.
De la même façon, il n’a pas été prouvé que les personnes électro sensibles réagissent de manière plus précoce que les personnes non sensibles à la présence de champs électromagnétiques.
En revanche, il est admis que les personnes hypersensibles aux champs électromagnétiques sont en état de réelle souffrance et celle-ci doit être prise en compte lors de traitements principalement centrés sur la prise en charge sanitaire des symptômes dans un cadre pluridisciplinaire.
Dans tous les cas, il est admis que cette prise en charge soit effectuée le plus tôt possible après apparition des premiers symptômes. »

Effets indirects

Les champs électromagnétiques peuvent être à l’origine d’effets indirects susceptibles de provoquer des dommages sur l’homme, d’être à l’origine d’un incident ou d’un accident, ou d’aggraver une situation de travail dangereuse.
Il peut s’agir :

  • du déclenchement d’une explosion ou d’un incendie du fait de l’apparition d’étincelles
  • d’un dysfonctionnement de systèmes comprenant des composants électroniques
  • de la projection d’objets ferromagnétiques en présence d’un champ statique puissant.

 

Les effets indirects spécifiques aux basses fréquences sont dus aux courants de contact qui apparaissent lorsqu’une personne touche un objet métallique isolé de la terre et se trouvant dans le champ. Les effets apparaissent à partir de certains seuils dépendant de leur fréquence.
L’ensemble des effets indirects de l’exposition aux champs électromagnétiques est précisément décrit dans le « Guide non contraignant de bonnes pratiques pour la mise en œuvre de la directive 2103/35/UE » vol 1.

Effets sur les implants médicaux

Les implants passifs (broches,plaques, vis ou stent par exemple), lorsqu’ils contiennent des matériaux conducteurs, peuvent être parcourus par des courants induits à l’origine d’échauffement des tissus en contact avec l’implant. Sous l’effet de champs magnétiques statiques intenses, le risque est alors le déplacement de l’implant par attraction lorsque l’implant est ferromagnétique.
Les implants actifs (stimulateur cardiaque, défibrillateur, stimulateurs neurologiques, valves neurologiques) peuvent subir des dysfonctionnements électriques et/ou électroniques (déprogrammation, reprogrammation, arrêt, stimulation ou inhibition inappropriés).

Les dispositifs médicaux actifs portés près du corps (pompe à insuline,…) peuvent aussi être le siège de dysfonctionnements lors de leur exposition à des champs électriques ou magnétiques dont l’intensité est parfois inférieure aux limites d’exposition fixées pour le public.

Pour ce qui concerne les enfants à naître, il apparaît de façon générale que l’exposition aux champs électromagnétiques aux niveaux les plus fréquemment rencontrés ne semble pas accroître le risque de mauvais développement du système nerveux ou d’hyperthermie.

 

En tout état de cause, la réglementation prévoit que lorsque, dans son emploi, la femme enceinte est exposée à des champs électromagnétiques, son exposition doit être maintenue à un niveau aussi faible qu’il est raisonnablement possible d’atteindre en tenant compte des recommandations de bonnes pratiques existantes, et dans tous les cas, à un niveau inférieur aux valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques.

Dans son rapport, «l’Anses recommande que des mesures soient prises afin que les utilisateurs ne soient plus exposés à des DAS supérieurs à 2 W/kg, par exemple par le biais de mises à jour des logiciels des téléphones (ou) le rappel de téléphones». En attendant, l’Anses préconise de ne pas transporter ces appareils trop près du corps.

Samsung : fin de fabrication de Smartphones en Chine

Samsung : fin de fabrication  de Smartphones en Chine

 

 

La Chine qui était devenu e à la fois une zone de production et de consommation de Smartphones voit des constructeurs comme Samsung déménager. En cause, le fait que le marché chinois est couvert désormais par les technologies et les producteurs chinois aussi le fait que l’avantage de la délocalisation en Chine se réduit au profit d’autres pays asiatiques. a annoncé mercredi l’arrêt de la production de téléphones

Samsung a annoncé mercredi l’arrêt de la production de téléphones en Chine, un pays où sa part de marché a fondu ces dernières années du fait notamment de la concurrence de plus en plus féroce avec les fabricants locaux.

Le géant coréen, premier producteur de Smartphones au monde, avait déjà fermé un site l’an dernier et réduit en juin 2019 l’activité de sa dernière unité dans le sud du pays, à Huizhou.

Ces dernières années, il a progressivement augmenté sa production dans des pays à faibles coûts, comme le Vietnam et l’Inde.

D’autres groupes, à l’image de Sony qui annoncé en mars le transfert de sa production en Thaïlande, ont pris des décisions similaires récemment en raison de l’augmentation du coût du travail en Chine et du ralentissement économique.

La Chine demeure en revanche un centre de production important pour l’américain Apple.

Samsung souffre particulièrement dans le pays, où sa part de marché a dégringolé de 15% environ à la mi-2013 à 1% au premier trimestre de cette année parallèlement à la montée en puissance fulgurante des chinois Huawei et Xiaomi.

Pour autant, le Coréen, qui invoque le besoin d’améliorer son efficacité, ne compte pas se retirer du premier marché mondial de smartphones.

Le groupe ne donne aucune précision sur sa production à Huizhou, ni sur le nombre de salariés qui y travaillaient jusqu’à présent. La presse coréenne avance les chiffres de 6.000 employés et de 63 millions de téléphones produits en 2017 – à mettre en regard avec les 394 millions de smartphones produits dans le monde cette même année, selon son rapport annuel.

Les smartphones : OnePlus le plus fiable l’UFC Que Choisir)

 Les smartphones : OnePlus le plus fiable l’UFC Que Choisir)

Selon l’UFC-Que choisir. les smartphones vendus par les marques leaders des ventes AppleSamsung ou encore Huawei ne sont pas jugés comme les plus fiables du marché. Dans l’ensemble, les fabricants de smartphones écopent d’un indice de fiabilité plutôt rassurant pour les consommateurs, puisque quatorze marques sur dix-huit obtiennent un score supérieur à 90 points sur 100. Les marques chinoises One Plus, Lenovo, Motorola ou encore Xiaomi occupent avec Microsoft, qui ne commercialise désormais plus de smartphone, la tête du classement des marques les plus fiables. La firme One Plus créée en 2013 vient concurrencer les géants Samsung et Apple avec des appareils haut de gamme vendus à des prix plus abordables. Mais tous les modèles chinois ne sont pas, selon l’UFC-que choisir, toujours gage de qualité, puisque ZTE, Alcatel et Wiko sont jugés comme les smartphones les moins fiables.

Selon l’enquête de l’UFC-Que choisir, les pannes les plus souvent relevées par les consommateurs concernent la batterie de leur smartphone, avec d’une part des problèmes liés au chargeur du téléphone et d’autre part une charge de batterie qui décroît de façon fulgurante. S’en suivent alors les déconvenues liées aux pannes d’écran, aux difficultés liées aux boutons et aux haut-parleurs ainsi qu’à l’appareil photo du smartphone. Huawei est «plus touchée que la moyenne par les problèmes de chargeur de batterie, de GPS, de lecteur de carte mémoire et de Bluetooth» souligne l’UFC-Que choisir au sujet de le marque qui vend, en France, plus de téléphones qu’Apple.

La folie des Smartphones à plus de 2000 €

La folie des Smartphones à plus de 2000 €

 

 

En pleine interrogation sur le marché des Smartphones, les marques se lancent dans une course folle caractérisée par l’envol des prix qui dépassent 2000 €. Certes quelques progrès techniques réalisés notamment le Smartphone pliable mais tout cela ne saurait justifier un tel envol tarifaire. On peut comprendre que des ménages aisés pourront acquérir ce nouvel objet par contre il est probable que par souci de mode nombre de ménages peut favoriser voudront aussi posséder le dernier cri des Smartphones se rendant ainsi encore davantage prisonniers des dépenses contraintes. Finalement un peu le même phénomène que pour les baskets de certaines grandes marques qui atteignent aussi des prix un peu fou même sans le moindre progrès technique. Le chinois Huawei a rendu coup pour coup à Samsung. Mercredi, le groupe coréen a présenté ses nouveautés, grillant la politesse à tous ses rivaux qui avaient choisi d’inscrire leurs annonces dans le cadre du Mobile World Congress, le salon mondial des télécoms qui se tient à Barcelone. Huawei a su tirer parti de ces quatre jours d’écarts entre les deux conférences pour exécuter, ce dimanche, une démonstration de force écrasante. En annonçant à son tour un smartphone à l’écran pliable plus grand, plus fin et plus performant, le chinois témoigne de son ambition de se hisser au rang de numéro un mondial de l’innovation.

Le Huawei Mate X domine par sa taille d’abord, puisqu’une fois déplié, son écran OLED atteint les 8 pouces pour 5,4 millimètres d’épaisseur, ce qui le rend encore plus fin qu’un iPad et plus grand qu’un iPad mini. En position repliée, l’écran frontal dépasse aussi l’Iphone Xs Max et le Galaxy Fold replié: il s’étend sur 6,6 pouces. L’arrière est quant à lui légèrement inférieur (6.36 pouces) en raison de la présence de trois optiques Leica. Un choix du fabricant qui permet d’obtenir un plus grand aperçu des selfies que chez son rival, Samsung. Question performances, le Mate X revendique un temps de charge record: il récupère en 30 minutes près de 85% de sa batterie grâce à un système de charge de 55W. Il est également doté du processeur le plus puissant de la marque et doit être compatible avec la 5G.

Par son prix enfin, le Mate X se positionne également aux sommets: il faudra compter 2299 euros pour acquérir le modèle, disponible «milieu 2019» selon le fabricant. Sur ce plan, le chinois arrive après Samsung, qui a promis une commercialisation au second trimestre 2019. Le Coréen a quant à lui fait le choix d’un prix moins élevé pour commercialiser son Galaxy Fold, vendu à environ 2000 euros.

Avec ces annonces, le groupe chinois compte bien continuer sa croissance sur le marché des smartphones. En 2018, il a enregistré une croissance de ses ventes de 35%, avec 202 millions de smartphones écoulés dans le monde. Cette performance commerciale lui vaut d’être au coude à coude avec Apple. Les deux marques se disputent la deuxième place du podium, derrière Samsung. Surtout, le Chinois est une des rares à avoir connu une telle croissance dans un marché très bousculé.

Fresnes : deux smartphones chez un terroriste présumé

Fresnes : deux smartphones chez un terroriste présumé

 

La preuve sans doute que la crise des prisons est loin d’être résolue en particulier à Fresnes la plus vieille et la plus grande prison française. On a en effet découvert des smartphones dans la cellule d’un homme en détention provisoire dans le dossier d’une tentative d’attentat avortée l’automne dernier à Paris. ;  Le détenu a pu communiquer avec l’extérieur entre les 12 décembre et 6 février derniers, notamment en postant des messages sur Facebook. Rappelons que très récemment Macron a visité cette prion mais sans la presse ! Curieux d’annoncer une visite du président de la république à la prison de Fresnes mais  hors la présence de la presse. Peut-être pas aussi étonnant que cela car la plus vieille et la plus grande prison de France est dans un état lamentable avec un taux d’occupation de 200 %. Une prison (en service en 1898 et qui n’a guère changé depuis) qui ressemble à une vieille usine du XIXe siècle où les conditions d’hygiène et de sécurité sont particulièrement douteuses. En plus,  avec un mélange de toutes les catégories de détenus. Dans cette prison comme dans d’autres, les personnels pénitentiaires ont des raisons objectives pour protester contre leurs conditions de travail. Macron  aurait pu se rendre en toute discrétion dans l’établissement pénitentiaire mais il n’a pu s’empêcher d’annoncer sa visite à l’avance pour montrer tout l’intérêt qu’il porte à la problématique de détention et au personnel chargé de l’assurer. Mais en évitant que la presse et les caméras en particulier ne rendent compte de l’état de vétusté de l’établissement pénitentiaire et de l’impossibilité pour le personnel d’assurer les meilleures conditions de sécurité et encore moins leur rôle et pédagogique  pour la réinsertion des détenus. À Fresnes, où le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a constaté «des violations graves des droits fondamentaux» et «des conditions de vie indignes», le président «souhaite mieux appréhender toutes les problématiques du milieu carcéral», a expliqué l’Élysée. Cette visite n’avait toutefois pas été inscrite à l’agenda officiel du chef de l’État qui a  souhaité visiter la prison sans la presse !

 

Des Smartphones « PEPSI » !

Des Smartphones « PEPSI » !

Pepsico vient de confirmer le lancement, le 20 octobre prochain, de son tout premier… smartphone. Le « Pepsi P1″ sera commercialisé en Chine, et c’est sur le réseau social Weibo que l’information a d’abord filtré, le weekend dernier, avant d’être confirmée par la branche chinoise de la firme lundi. Si la marque n’a pas encore donné de précisions quant aux caractéristiques techniques du futur « Pepsi P1″, les blogs et les sites spécialisés qui avaient anticipé l’annonce s’accordent pour dire qu’il s’agit d’un smartphone de moyenne gamme, doté d’un système Android 5.1 et qui pourrait coûter dans les 200 dollars.« Disponible exclusivement en Chine, cette initiative s’inscrit dans une série de lancement de produits Pepsi sous licence dans le monde, dont des vêtements et accessoires », a indiqué une porte-parole de la marque en Chine. Pepsico n’a aucunement l’intention de se lancer dans la fabrication de téléphones mobiles, a-t-elle précisé à Reuters, ne révélant toutefois pas le nom du partenaire choisi pour développer le « Pepsi P1″. Pour Pepsico, une telle opération permet de rendre plus visible et plus attractive sa marque phare, Pepsi, notamment auprès des générations « connectées ». Une stratégie déjà éprouvée par le passé, lorsque la marque avait lancé des casques audio en partenariat avec Bang & Olufsen, en 2014, ou prêté son image au créateur de smartphone chinois Oppo, pour une édition limitée de son exemplaire Android N1.

Redevance audiovisuelle : étendue aux Smartphones, tablettes et ordinateurs

Redevance audiovisuelle : étendue aux Smartphones, tablettes et ordinateurs

Il fallait s’y attendre la redevance audiovisuelle envisagée renait  de ses cendres. En cause le gâchis financier incroyable de la radio et de la télévision publique. Un projet qui contredit les propos de Hollande concernant la baisse des impôts. Fleur Pellerin ministre de la culture qui n’a pas lu un livre depuis des années par contre se souvient de sa formation d’énarque pour apporter sa contribution à l’ingénierie fiscale française. Cette taxe sur l’audiovisuel est d’autant plus scandaleuse que le nombre de radios ou de chaînes de télé à considérablement augmenté au point que l’audience des organismes publics devient accessoire voire dérisoire. En clair le service dit public devient inutile et ce n’est pas l’argutie de la qualité peut justifier son maintien. La redevance audiovisuelle va-t-elle augmenter ? La réponse se trouvera dans les débats du projet de loi de finances qui sera présenté fin septembre. Deux pistes sont à l’étude : l’élargissement aux propriétaires de tablettes et Smartphones ou une hausse de la valeur nominale de cette taxe, actuellement de 136 euros. Sur RTL, mardi 25 août, Fleur Pellerin a confirmé que la réflexion était en cours.  « Le président de la République m’avait demandé dès l’année dernière de travailler sur une modernisation de la redevance et, de façon plus générale, sur une modernisation du financement de la création, que ce soit pour le cinéma ou l’audiovisuel, ce que j’ai fait », a expliqué la ministre de la Culture et de la Communication. Fleur Pellerin verrait d’un bon œil l’élargissement de la redevance aux détenteurs d’appareils mobiles : « Quelques propositions sont sur la table. Une des pistes est effectivement de tenir compte des nouveaux modes d’accès à la télévision. De plus en plus de concitoyens regardent les services de télévision par internet et non plus par antenne râteau. Il est légitime de tenir compte de cette évolution des usages pour la collecte de la redevance« . Cette extension serait ainsi un moyen d’augmenter les recettes tout en évitant l’alourdissement de la facture de nombreux ménages, d’autant que François Hollande s’est engagé à baisser les impôts en 2016. « La préoccupation du président de la République c’est que ce soit une modernisation et non pas une mesure qui vise à augmenter le rendement de la redevance. L’idée, c’est d’avoir une pression fiscale constante, pas augmentée, et de ne pas léser les jeunes foyers qui ont de faibles ressources », a-t-elle conclu.

 

Redevance télé étendue aux ordinateurs, tablettes et smartphones.

Redevance télé étendue aux   ordinateurs, tablettes et smartphones.

 

Hollande s’est déclaré favorable à «une assiette plus large et plus juste» pour la redevance audiovisuelle qui participe au financement de l’audiovisuel public. Pointant que l’«on peut regarder les chaînes du service public sur d’autres instruments que le téléviseur», le chef de l’État a estimé que la redevance pourrait à l’avenir s’appliquer aux ordinateurs, smartphones et tablettes. Une solution défendue unanimement par tous les patrons du secteur de l’audiovisuel public, à commencer par Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions. Sur cette question, les pouvoirs publics ont effectué un virage à 180 degrés. Voilà quelques jours au micro de France Inter, Fleur Pellerin, la ministre de la Culture et de la Communication, avait en effet balayé une telle éventualité. En revanche, elle avait évoqué l’option d’un possible retour de la publicité après 20 heures sur France Télévisions. L’Élysée a tranché. Mais s’agissant de la mise en œuvre de cette mesure, François Hollande n’a toutefois pas fixé de calendrier. La question devrait être plutôt repoussée à la discusison sur le budget 2016. Autre annonce phare du président, celle d’un possible rapprochement entre les régulateurs de l’audiovisuel (Conseil supérieur de l’audiovisuel) et des télécoms (Arcep). Un vieux serpent de mer, longtemps évoqué et souvent repoussé. C’est néanmoins la première fois qu’un président de la République s’exprime ouvertement sur la nécessité de «mieux articuler les règles applicables entre les télécoms et l’audiovisuel» et sur celle d’une plus grande intégration des deux régulateurs. L’occasion pourrait se présenter rapidement avec la fin du mandat de Jean-Ludovic Silicani, le président de l’Arcep, le 3 janvier 2015. Le chef de l’État a chargé Fleur Pellerin, la ministre de la Communication, et Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de faire des propositions en ce sens. François Hollande a par ailleurs annoncé que l’Arcep devra impérativement lancer, dès 2015, la mise aux enchères des fréquences de la bande 700 MHz, actuellement réservée aux télévisions. D’ailleurs, le produit de cette future vente a déjà été affecté au budget de l’armée.

Taxe sur les smartphones et les tablettes

Taxe sur les smartphones et les tablettes

Contrairement à sa collègue Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, qui annonçat  sur BFMTV l’autre jour la mise en place d’une taxe sur les appareils connectés comme les tablettes et les smartphones, Fleur Pellerin a affirmé qu’en la matière « rien n’est encore arbitré ». Plusieurs options sont sur la table, selon elle, tant que le projet de budget n’a pas encore été arrêté.  Certes, cette taxe est en théorie censée s’appliquer aux constructeurs, comme Apple ou Samsung. Mais en pratique, ce sont souvent les opérateurs télécoms comme Orange ou SFR qui revendent ces produits, et donc risqueraient in fine de payer la taxe. Fleur Pellerin a donc a rappelé que le président de la République ne souhaitait pas augmenter les prélèvements sur les opérateurs télécoms en raison de la nécessité de ne pas pénaliser un secteur en plein développement.  En revanche, elle s’est déclarée favorable à « une stratégie globale en matière de financement de l’audiovisuel.  » Il faut regarder l’ensemble des prélèvements et avoir un système plus cohérent et plus lisible ». A propos de la polémique actuelle sur l’utilisation des données personnelles par les grands réseaux sociaux, Fleur Pellerin a visiblement voulu dépassionner le débat. « La Commision de Bruxelles a demandé un certain nombre d’informations au gouvernement américain », a-t-elle arppelé. »L’important est de faire prendre coinscience aux utilisateurs » des risques. « Mais le paradoxe, c’est que 80% des Français utilisent les réseaux sociaux et 70% disent qu’ils s’en méfient ! » Selon elle,  » il n’y a pas besoin d’une loi » pour réglementer cette utilisation de données. « Il faut travailler sur des normes de bonnes pratiques ».  » D’ailleurs, cn travaille avec les réseaux sociaux sur la manière de rendre plus transparente l’utilisation de ces données », a-telle conclu.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol