Archive pour le Tag 'slogan'

Développement durable : un slogan

Développement durable : un slogan

 

Le relatif immobilisme de la France en matière de climat a été dénoncé par le Haut comité mis en place par Macron lui-même. Du coup peut-être que pour redorer l’image du pays en matière de développement durable peut-être est-il sortir quelques chiffres qui rendent les résultats du pays un peu plus présentables. Ce que vient de faire la docile INSEE qui curieusement sort de  curieux indicateurs de développement durable qui se fonde sur des critères sociaux, sur l’espérance de vie sur l’insertion professionnelle ou encore l’accès aux transports publics. Autant d’éléments qui peuvent être liés effectivement avec la prise en compte d’une politique durable. Mais des indicateurs beaucoup trop partiels pour constituer un thermomètre de la prise en compte par le pays du développement durable. Pour tout dire ces chiffres représentent un peu n’importe quoi et ont sans doute été ramassés à la va-vite pour contrebalancer les critiques dont a été victime Macron quant au décalage entre ses discours sur le climat et son action réelle. Notons que la justice française vient même de condamner l’État pour son inaction concernant la qualité de l’air à Paris. Bien sûr certains indicateurs avancés par l’INSEE peuvent être intégrés ; il y a effectivement des interactions entre des aspects environnementaux, sociaux, sanitaires et sociétaux. Mais à trop vouloir prouver, on ne prouve rien du tout surtout quand ces chiffres et cette analyse sorte que tout droit d’un institut aussi peu indépendant que l’INSEE qui est à la botte du gouvernement. L’INSEE et surtout d’autres organismes plus indépendants auraient intérêt à travailler sur de  véritables indicateurs rendant compte effectivement des avancées et des reculs en matière de développement durable. Les chiffres et les analyses de l’INSEE constituent une vaste rigolade pour traiter sérieusement de l’évolution de la problématique en cause. Extrait :

« D’une façon générale, la France est en position moyenne au sein de l’UE », selon l’Institut national des statistiques. Par rapport au reste de l’Union « la pauvreté et les inégalités y sont relativement contenues » en 2017, avec 17,1% de personnes « en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale » contre 22,4% en moyenne dans l’Europe des 28.

Avec 82,7 ans d’espérance de vie à la naissance, la France se situe au-dessus de la moyenne qui est 80,9 ans, au troisième rang derrière l’Espagne (83,4 ans) et l’Italie (83,1 ans). Mais la part de ceux qui se perçoivent comme étant en bonne santé n’est que de 67,4% chez les Français, contre 69,7% en moyenne européenne. La France se classe mal pour le nombre de tués sur la route avec 5,2 personnes sur 100.000 en 2016 contre 5,0 dans l’UE ainsi que pour les accidents du travail, avec 2,7 tués sur 100.000 contre 1,7 dans l’UE.

Pour l’éducation et l’insertion professionnelle, les résultats hexagonaux ne sont guère brillants: le taux d’emploi des diplômés récents est de 74,4% contre 80,2% en moyenne, tandis que la part de jeunes de 15 ans ayant une maîtrise insuffisante en lecture, mathématiques et sciences est aussi supérieure à la moyenne.

La part des jeunes âgés de 15 à 29 ans qui ne travaillent pas et ne suivent aucune formation s’élève à 13,9% en France, contre 13,4% dans l’UE. Sur ce critère, la France est plus proche de la médiane des pays d’Europe de l’Est et du Sud que de celle des pays d’Europe du Nord et de l’Ouest, qu’elle rejoint sur la plupart des autres critères. Les résultats sont meilleurs en 2016 pour les progrès accomplis en matière de consommation d’énergie, l’hexagone faisant  »partie des pays émettant le moins de gaz à effet de serre par habitant » grâce à la part du nucléaire dans la production d’électricité, relève l’Insee. L’accès aux transports publics est plutôt bon avec seulement un Français sur huit qui éprouve des difficultés en la matière. Mais la part du train et des voies d’eau navigables dans le transport de fret est très inférieure à la moyenne européenne, avec 13,7% contre 23,6% du total. »

« Traverser la rue pour trouver du travail »: le slogan de Macron qui revient en boomerang

« Traverser la rue pour trouver du travail »: le slogan de Macron qui revient en boomerang

Interpellé lors du lancement du Grand débat Macron a pourtant confirmé sa phrase idiote «  traverser la rue trouver du travail. » Mais d’une certaine manière il s’enfonce encore un peu plus dans la caricature et le mépris. « Moi, là où j’habite, en traversant la rue, je peux vous dire on en trouve », du travail, a-t-il rétorqué sans se démonter, en allusion au quartier huppé autour de l’Elysée. « Parfois on fait des caricatures, en pensant que ce qu’on dit un moment à quelqu’un, de bonne foi, ce serait un message vers tous les Français, a-t-il regretté. « On est au temps du numérique, de l’info en continu, je suis comme ça je ne changerai pas », a-t-il tranché. Une dernière phrase Qui traduit bien la posture monarchique de Macron qui n’a pas l’intention de changer même quand il tutoie l’insulte alors qu’il demande aux pauvres d’évoluer. En fait de la part du chef de l’État toujours la même ignorance, la même condescendance. Surtout si on y ajoute cette nouvelle agression verbale contre la pauvreté des gens « qui déconnent » ! En effet, e chef de l’Etat a donc déclenché une nouvelle salve de critiques des oppositions mardi après avoir déclaré, peu avant le lancement du grand débat: « Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent ».

«Hé oh la gauche!» : un slogan nul !

«Hé oh la gauche!» : un slogan nul !

 

Certains au PS sont en panne de signifiés mais aussi de signifiants. Difficile en tout cas de trouver en matière de communication un slogan aussi nul que «Hé oh la gauche ! » D’ordinaire les slogans politiques sont porteurs d’une intention, d’une valeur,  d’une mise en mouvement. « Hé oh » ne contient strictement aucune signification. Ce pourrait être éventuellement le titre d’une chanson ou un aphorisme de Nabila « allô quoi bah la gauche ».  un slogan en tout cas qui rend bien compte de la grande fatigue d’un parti non seulement sans idée et sans résultat mais tellement assoupi qu’il était incapable de dégager la moindre dynamique militante. Réunis sous la bannière «Hé oh la gauche!», quelque 24 ministres – soit plus de la moitié du gouvernement – et environ 650 militants sont venus défendre le bilan du quinquennat et l’action de François Hollande depuis son élection. Organisé avec les moyens du bord, dans l’amphithéâtre de la faculté de médecine «Paris Descartes», le modeste rassemblement se divisait en trois étapes simples: des questions vidéos étaient diffusées, un des cinq ministres présents sur la scène y répondait en louant une de ses mesures, et un membre du PS venait ensuite en assurer le service après-vente. Le tout entrecoupé de discours au parfum de campagne de 2012, lors desquels la droite, ses ténors et leurs propositions étaient les principales cibles.  Faut-il y voir les premières pierres d’une candidature du président sortant? Non, jure-t-on officiellement. Pourtant, outre quelques hollandais canal historique, de nombreuses figures de l’actuelle équipe qui entoure le chef de l’État à l’Élysée étaient présents, comme son chef de cabinet adjoint Christophe Pierrel, son conseiller en communication Gaspard Gantzer, et son conseiller en communication Bernard Rullier. Lequel promet d’ailleurs, sûr de lui: «Je vais rester en poste pour les six ans à venir!». En poste peut-être pourquoi pas. Mais alors  avec un autre patron !

 

Les ministres présents à la réunion Baylet (Aménagement du territoire), Pascale Boistard (Autonomie), Emmanuelle Cosse (Logement), Christian Eckert (Budget), Myriam El Khomri (Travail), Annick Girardin (Fonction publique), Patrick Kanner (Ville), Jean-Marie Le Guen (Relations avec le Parlement), Stéphane Le Foll (Agriculture), Thierry Mandon (Recherche), Ségolène Neuville (Personnes handicapées), George Pau-Langevin (Outre-mer), Jean-Vincent Placé (Simplification), Martine Pinville (Commerce), Barbara Pompili (Biodiversité), Laurence Rossignol (Familles), Michel Sapin (Finances), Jean-Marc Todeschini (Mémoire), Marisol Touraine (Santé), Najat Vallaud-Belkacem (Éducation nationale), André Vallini (Développement), Clotilde Valter (Apprentissage), Alain Vidalies (Transports).




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol