Archive pour le Tag 'slalom'

Fillon : pas de zig zag mais du slalom quand même

Fillon : pas de zig zag mais du slalom quand même

Lors de ses vœux,  François Fillon a tenté de rassurer à propos de sa radicalité   »Je vais riposter, m’expliquer, préciser mes objectifs, les compléter, mais pas de zigzags », a-t-il affirmé, alors qu’il a déjà expurgé son plan de réforme du système de santé d’un de ses chapitres les plus controversés – la modulation des remboursements entre « gros » et « petits » risques. L’ex-premier ministre de Sarkozy actuellement en difficulté dans les sondages se voit contraint d’afficher une détermination sans faille par rapport à son programme initial tout en apportant des accommodements sur des orientations surtout taillées pour la primaire de la droite et qui peinent  à convaincre un public plus large. Si les accommodements sont trop importants, le risque est d’apparaître pour un faux dur, inversement s’il ne modifie pas ses propositions initiales son programme est peu susceptible d’atteindre les couches moyennes et populaires. La marge de manœuvre est donc étroite. Fillon se doit de réagir car la menace Macron se précise. Un Macron  qui se situe maintenant à peu près à égalité avec Fillon et surtout qui se situe dans une dynamique positive. Pour se démarquer comme Macon, Fillon se déclare lui aussi candidat hors système. Curieux pour un responsable qui vit de la politique depuis une quarantaine d’années et qui n’a jamais travaillé ailleurs. Son attaque contre le microcosme paraît donc assez désuète.  L’ancien Premier ministre, dont la cote marque le pas dans les sondages, a de nouveau mis en garde contre « les grilles de lecture du microcosme » face à « l’insondable » : une « France silencieuse et fiévreuse ». « La radicalité et la franchise de mon projet m’exposent aux critiques et aux caricatures de ceux qui sont mous et flous. » « Quels brevets nos adversaires ont-ils pour jouer les professeurs d’économie, les sauveteurs de notre modèle social ou les vigies de la République? Aucun! », a-t-il lancé en visant les socialistes, qui ont selon lui rendu la France « inaudible » en Europe. François Fillon a confirmé qu’il se rendrait le 23 janvier à Berlin pour parler Europe avec Angela Merkel. Se moquant de la primaire de la gauche – « la course à celui qui dépensera le plus, qui réformera le moins »  De l’ex-Premier ministre Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche, il critique « les dérives ». Emmanuel Macron? Il pose un oeil vigilant mais serein sur un candidat qui « dit des choses générales et sympathiques, mais ne s’avance pas plus. C’est pour cela qu’il plaît », balaye-t-il. Thierry Solère, porte-parole du candidat, explique que l’état-major ne sous-estime pas l’ancien ministre de l’Economie « qui est capable de prendre des voix sur la droite ». « On ne le prend pas à la légère : il y a une bulle, va-t-elle éclater? » Quant à François Bayrou, François Fillon juge « ridicule » ses attaques contre l’affirmation de ses convictions chrétiennes et rejette tout marchandage. « Je n’échangerai pas des morceaux de programmes contre des circonscriptions », dit-il. « Il y a des circonscriptions qu’on peut négocier, pas mon programme », a-t-il souligné. Un programme dont il admet qu’il devra être enrichi sur des sujets tels que l’environnement, l’organisation territoriale, les banlieues, la culture. Bref il y a encore du travail pour François Fillon !

Syrie : la diplomatie du slalom de Hollande

Syrie : la diplomatie du slalom de Hollande

 

 

D’une certaine manière la France pratique le slalom en matière de diplomatie. Ainsi depuis des mois elle réclame le départ de Bachar El-Assad, un préalable à toute constitution d’une large coalition internationale contre l’État islamique. Elle s’oppose par ailleurs à ce que la Russie ou l’Iran fasse parti de cette alliance. Or la France se trouve aujourd’hui relativement isolée. Les États-Unis en effet s’efforcent  d’associer  dans l’alliance internationale toutes les parties intéressées sans exclusive. Merkel vient par ailleurs de déclarer qu’il fallait inclure Bachar El-Assad dans cette alliance. Du coup toute perspective de position commune de la part de l’union européenne paraît impossible compte tenu de la position de la France et de celle de l’Allemagne. Pour sortir de cette contradiction Hollande vient donc de solliciter l’ONU pour une nouvelle conférence sur le sujet. Une manière sans doute pour lui de s’abriter derrière un éventuel accord de l’ONU aux fins de masquer son changement de stratégie. Une méthode qu’il a d’ailleurs utilisée vis-à-vis de l’Iran en s’opposant fermement pendant longtemps à l’accord sur le nucléaire puis en s’y ralliant tardivement. François Hollande a donc appelé mercredi à Bruxelles à l’organisation d’une nouvelle conférence de l’Onu sur la Syrie, à la suite de celles de juin 2012 et janvier 2014 dites de « Genève I et II». Ces conférences avaient échoué, en raison notamment de désaccord sur le maintien à son poste de Bachar al-Assad, défendu avec force par la Russie et l’Iran.  « Tous ceux qui peuvent contribuer à trouver une solution politique en Syrie doivent être mis autour de la table », a déclaré le président français à son arrivée à un sommet européen sur les réfugiés. « C’était le principe des conférences de Genève (…) et moi j’appelle à ce qu’une nouvelle conférence permettent à tous les pays qui veulent que la paix revienne en Syrie puisse y contribuer », a-t-il ajouté. Une sorte de revirement qui ne dit pas son nom aussi le constat d’inefficacité de la politique étrangère française.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol