Archive pour le Tag 'signe'

Signe de déconsommation

Signe de déconsommation

 
Les Français se serrent toujours la ceinture. Alors que l’inflation poursuit sa baisse, les consommateurs n’ont pas renoncé à la sobriété dans les grandes surfaces. C’est ce que constate Dominique Schelcher, le patron de Système U, qui était invité ce mardi sur BFMTV-RMC.

« Il y a des signes de déconsommation, clairement, assure-t-il. La crise inflationniste est derrière nous mais il reste un problème de pouvoir d’achat. Cette tension depuis des mois, pèse sur le choix des gens, ils arbitrent. »

En 2024, le nombre de produits achetés a encore reculé de 2% sur un an, soit un total de 800 millions de références en moins passées par les caisses des supermarchés. Une déconsommation que le patron de Système U juge multifactorielle.

 

« Cette baisse est là depuis la fin des années 2010, une tendance de fond dans les magasins avec une baisse des volumes des produits grande consommation, rappelle-t-il. Les gens ont envie d’acheter un peu moins, différemment, il y a la pression environnementale. Ça s’est un peu accru ces derniers temps sous l’effet de l’inflation. »
Mais depuis la crise inflationniste c’est surtout le non-alimentaire qui pâtit des arbitrages des consommateurs.

« Le non-alimentaire, par exemple les salons de jardin c’est complètement boudé cette année, explique-t-il. Le textile c’est pareil, le short on va le garder une saison de plus. Ensuite il y a les produits de beauté qui sont devenus très chers. Au-delà de 3 euros, les produits se vendent moins. »
Sur l’alimentaire, c’est la viande qui continue de faire les frais des choix des consommateurs. Là encore, derrière cette déconsommation de viande, le patron de Système U décèle plusieurs phénomènes.

« Le flexitarisme (NDLR. manger moins de viande) s’est installé depuis plusieurs années, la filière viande le prône même, rappelle-t-il. Mais ce qui a donné un coup ces derniers mois c’est clairement le pouvoir d’achat qui a coupé les achats d’un certain nombre de Français. Par contre, ce week-end de l’Ascension a été extraordinaire dans les magasins. Le rayon boucherie a explosé car les Français veulent aussi se faire plaisir ponctuellement. »

Envol du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

Envol du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

L’or continue d’être une valeur refuge en cas d’instabilité économique voire de troubles ou de guerre. Il est clair que globalement la croissance économique de 2024 s’oriente vers une sorte de stagnation et la situation est particulièrement inquiétante dans certains pays notamment en Chine menacée aussi par une crise financière. La question de la gestion des taux n’a pas encore obtenu de réponse durable. Certes l’inflation se réduit mais elle continue d’exister à des niveaux plus bas s’ajoutant aux inflations précédentes et contribuant donc toujours à des prix records des produits et services.

La politique restrictive des banques centrales a cependant contribué à rafraîchir nettement l’ambiance de l’activité économique au point que la demande notamment en matière de consommation des ménages stagne ou régresse. Le moral des chefs d’entreprise confirme la perspective d’une conjoncture assez morose en 2024.

S’ajoute à cela les inquiétudes aux événements liés à l’environnement géo stratégique actuellement particulièrement instable notamment du fait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui se révèle assez longue. Aussi la guerre entre le hamas et Israël, les attaques des Houthis en mer Rouge et les conflits en mer de Chine. sans parler du retour éventuel de Trump.

Du coup, on a beau encourager les investisseurs à réinvestir la bourse, certains préfère la prudence avec les placements en or ( dont le cours est au dessus de 2000 dollars l’once).

Hausse du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

hausse du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

L’or continue d’être une valeur refuge en cas d’instabilité économique voire de troubles ou de guerre. Il est clair que globalement la croissance économique de 2024 s’oriente vers une sorte de stagnation et la situation est particulièrement inquiétante dans certains pays notamment en Chine menacée aussi par une crise financière. La question de la gestion des taux n’a pas encore obtenu de réponse durable. Certes l’inflation se réduit mais elle continue d’exister à des niveaux plus bas s’ajoutant aux inflations précédentes et contribuant donc toujours à des prix records des produits et services.

La politique restrictive des banques centrales a cependant contribué à rafraîchir nettement l’ambiance de l’activité économique au point que la demande notamment en matière de consommation des ménages stagne ou régresse. Le moral des chefs d’entreprise confirme la perspective d’une conjoncture assez morose en 2024.

S’ajoute à cela les inquiétudes aux événements liés à l’environnement géo stratégique actuellement particulièrement instable notamment du fait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui se révèle assez longue. Aussi la guerre entre le hamas et Israël, les attaques des Houthis en mer Rouge et les conflits en mer de Chine. sans parler du retour éventuel de Trump.

Du coup, on a beau encourager les investisseurs à réinvestir la bourse, certains préfère la prudence avec les placements en or ( dont le cours est au dessus de 2000 dollars l’once).

Flambée de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

Flambée de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

L’or continue d’être une valeur refuge en cas d’instabilité économique voire de troubles ou de guerre. Il est clair que globalement la croissance économique de 2024 s’oriente vers une sorte de stagnation et la situation est particulièrement inquiétante dans certains pays notamment en Chine menacée aussi par une crise financière. La question de la gestion des taux n’a pas encore obtenu de réponse durable. Certes l’inflation se réduit mais elle continue d’exister à des niveaux plus bas s’ajoutant aux inflations précédentes et contribuant donc toujours à des prix records des produits et services.

La politique restrictive des banques centrales a cependant contribué à rafraîchir nettement l’ambiance de l’activité économique au point que la demande notamment en matière de consommation des ménages stagne ou régresse. Le moral des chefs d’entreprise confirme la perspective d’une conjoncture assez morose en 2024.

S’ajoute à cela les inquiétudes aux événements liés à l’environnement géo stratégique actuellement particulièrement instable notamment du fait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui se révèle assez longue. Aussi la guerre entre le hamas et Israël, les attaques des Houthis en mer Rouge et les conflits en mer de Chine. sans parler du retour éventuel de Trump.

Du coup, on a beau encourager les investisseurs à réinvestir la bourse, certains préfère la prudence avec les placements en or.

Revente des cadeaux de Noël : signe de gaspillage et de pauvreté signe de gaspillage et de pauvreté

Revente des cadeaux de Noël : signe de gaspillage et de pauvreté signe de gaspillage et de pauvreté

D’après un sondage, un tiers des ménages serait prêt à revendre leurs cadeaux de Noël ce qui constitue à la fois le signe d’un grand gaspillage en même temps qu’un signe de pauvreté.

Des cadeaux qui vont perdre évidemment une grande valeur et qui opèrent un transfert entre le donateur, le bénéficiaire et l’acheteur en dernier ressort. Pourquoi dès lors acheter des produits dont on sait presque à l’avance qu’ils seront presque aussitôt revendus ? Le sommet sans doute d’une société de consommation et de gaspillage.

Mais dans beaucoup de cas c’est une contrainte budgétaire qui amène des ménages à revendre leurs cadeaux pour boucher les trous du budget. En ce sens, c’est un indicateur de montée des difficultés financières face à l’inflation.
Ce phénomène affecte particulièrement les familles les moins favorisées

Envolée du prix de l’or : un signe de crise

Envolée du prix de l’or : un signe de crise

Comme traditionnellement l’envolée du prix de l’or annonce une crise économique en tout cas un sérieux ralentissement de l’activité.

La hausse de l’or s’alimente de la tendance baissière de l’activité mondiale qui se confirme en cette fin d’année et va se prolonger en 2024. Beaucoup de pays pourraient tutoyer la stagnation voire la régression notamment en Europe. L’OCDE se veut optimiste en prévoyant un atterrissage en douceur mais, prudente, elle indique aussi que cette perspective n’est pas garantie. On ne peut non plus exclure une récession prévient-elle. Les questions de niveau d’intérêt, d’inflation, d’endettement, d’énergie voire d’environnement géopolitique risquent de peser sur l’inévitable tendance au ralentissement économique.

L’économie mondiale va marquer un léger ralentissement l’an prochain, d’après les dernières prévisions économiques de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiées mercredi 29 novembre. L’organisation internationale prévoit que le produit intérieur brut (PIB) mondial progresse de 2,7 % en 2024 après une hausse anticipée à 2,9 % cette année. L’économie mondiale marquera ensuite un rebond en 2025, avec une prévision de croissance de 3,0 %.

« Nous prévoyons un atterrissage en douceur pour les économies avancées, mais cette issue est loin d’être garantie », écrit Clare Lombardelli, cheffe économiste de l’OCDE, sur le site de l’organisation. « La relation entre l’inflation, l’activité et les marchés du travail a changé, si bien qu’il est difficile d’évaluer pleinement l’impact du resserrement des politiques monétaires », poursuit-elle. L’OCDE note que le risque d’une récession n’est pas écarté, citant la faiblesse des marchés immobiliers, les prix élevés du pétrole et des emprunts atones.

L’économie américaine est plus solide qu’anticipé ( Notons quand même qu’elle a ralenti ces dernières semaines NDLR). Précédemment attendue à 2,2 % cette année, la croissance des Etats-Unis a été revue à la hausse, à 2,4 %, avant un ralentissement en 2024 moins important qu’anticipé auparavant (croissance de 1,5 % contre une précédente prévision de 1,3 %).

L’économie chinoise devrait elle aussi marquer un ralentissement, alors qu’elle fait face à une crise du secteur immobilier et que les consommateurs se montrent plus prudents dans un contexte d’incertitude croissante pour l’avenir. Dans ses prévisions, l’OCDE voit la deuxième économie mondiale croître de 4,7 % l’an prochain après 5,2 % cette année – des pourcentages légèrement supérieurs à ceux communiqués en septembre – et ralentir davantage en 2025, avec une croissance de 4,2 %.

Pour la zone euro, l’économie devrait rebondir en 2024, avec une croissance attendue à 0,9 % contre une prévision de 0,6 % cette année, et continuer d’accélérer en 2025 avec une croissance de 1,1 %, dans le sillage de l’Allemagne, qui se relève d’une récession. Toutefois, l’OCDE a prévenu que, du fait du niveau élevé des financements bancaires, le plein impact de la hausse des coûts d’emprunts restait incertain et pourrait peser davantage qu’anticipé sur la croissance.

C’est l’interprétation en creux de propos du patron de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, vendredi, qui a propulsé l’or vers ce sommet. Cela a également dopé le bitcoin, dont le cours a dépassé lundi les 42.000 dollars pour la première fois depuis avril 2022. Lorsqu’il a dit qu’«il serait prématuré de spéculer sur le moment» où les taux d’intérêt vont baisser. En réalité rien et sur et il est vraisemblable que les taux d’intérêt vont se maintenir assez longtemps à ce niveau.

Signe de crise : baisse des dons de la part des Français

Signe de crise : baisse des dons de la part des Français

Les dons des Français diminuent régulièrement depuis plusieurs années. En cause sans doute l’érosion régulière du pouvoir d’achat. Aussi parfois des interrogations sur la destination des contributions.

Ces 12 derniers mois, les habitants de l’Hexagone ont donné en moyenne 191 euros à des associations, soit 9 euros de moins qu’il y a un an. Il s’agit du plus haut niveau de baisse jamais observé par le sondage annuel réalisé par Odoxa pour Leetchi.

Près de 38 % des donateurs affirment avoir fait moins de dons sur un an. En 2022, le don moyen annuel accusait déjà une perte de 7 euros.

Au global, la recherche médicale et la lutte contre les maladies demeurent les causes préférées des Français (39 %), devant la protection de l’enfance (35 %) et des animaux (31 %).

Deux causes montantes aussi identifiées par Odoxa : la lutte contre la pauvreté en France et l’aide aux personnes malades ou handicapées. Alors qu’elle était la cause qui progressait le plus en 2022, la protection de l’environnement enregistre un léger recul et descend à la 6e place.

Signe de la baisse du pouvoir d’achat, les ventes d’Amazon baissent

Signe de la baisse du pouvoir d’achat, les ventes d’Amazon baissent

Signe de la baisse de du pouvoir d’achat au plan mondial, Amazone constate une baisse des dépenses des consommateurs.

Amazon.com a prévenu jeudi que son bénéfice d’exploitation risquait de continuer à baisser au cours du trimestre en cours, les licenciements massifs n’ayant pas suffi à compenser la baisse des dépenses des consommateurs et des clients de ses services cloud.

Si les revenus d’Amazon pendant la période des fêtes de fin d’année ont dépassé les attentes de Wall Street, la croissance des ventes des très lucratifs services de cloud computing ont ralenti au cours du quatrième trimestre.

Amazon prévoit de réaliser un bénéfice de 0 à 4 milliards de dollars de bénéfice d’exploitation au quatrième trimestre, contre 3,7 milliards de dollars sur la même période il y a un an et 4,04 milliards de dollars attendus par les analystes, selon le cabinet de recherche FactSet.

Les actions du géant du commerce en ligne ont chuté de 5 % dans les échanges après-Bourse, effaçant leur gain de 7 % avant la clôture de Wall Street jeudi.
Face à une inflation élevée et aux incertitudes économiques en 2023, le PDG d’Amazon, Andy Jassy, s’emploie à réduire les coûts et a annoncé le mois dernier plus de 18 000 licenciements dans différents services.

Chine : signe du ralentissement mondial le commerce extérieur s’écroule

Chine : signe du ralentissement mondial le commerce extérieur s’écroule

Signe du ralentissement mondial de l’économie,en novembre, les exportations de la Chine ont dégringolé de 8,7% sur un an, à 296 milliards de dollars (283 milliards d’euros), selon les chiffres publiés ce mercredi 7 décembre par les Douanes chinoises.

Cette chute des exportations est d’autant plus significative que la période octobre-novembre est traditionnellement celle où elles devraient être les plus fortes, avec les expéditions de marchandises en vue des fêtes de Noël.
Confronté le mois dernier à sa plus importante vague de Covid-19 depuis le début de la pandémie – même si les chiffres restent infimes par rapport à sa population -, la Chine a poursuivi sa stricte politique sanitaire. Cette dernière consiste en des dépistages quasi-quotidiens pour la population, des quarantaines obligatoires pour les personnes testées positives ou encore des confinements dès l’apparition de cas. Des usines ont dû fermer et certains employés, confinés, n’ont pas pu rejoindre leur poste de travail.

En novembre, les importations se sont quant à elles affichées en repli de 10,6% sur un an, à 226 milliards de dollars (216 milliards d’euros). Il s’agit de l’effondrement le plus fort depuis mai 2020. Par conséquent, l’excédent commercial de la Chine avec le reste du monde a atteint les 69,84 milliards de dollars en novembre (66,72 milliards d’euros). Soit un niveau globalement inférieur aux chiffres habituels.

« Une demande internationale et intérieure en baisse, les perturbations liées au Covid et une base de comparaison en hausse ont conduit à ce véritable coup de massue, qui était attendu », note Bruce Pang, analyste du cabinet américain Jones Lang LaSalle, auprès de Bloomberg News.

Le Fonds monétaire international (FMI) a en tout cas fait savoir la semaine dernière qu’il devrait revoir à la baisse les prévisions de croissance chinoise. « Alors que nous prévoyons une croissance de 3,2% pour cette année et de 4,4% pour l’année prochaine, il est possible qu’en cette période de très grande incertitude, nous devions revoir ces projections à la baisse », a indiqué sa directrice Kristalina Georgieva. Au troisième trimestre, la Chine a connu une croissance de 3,9% après 0,4% au deuxième trimestre, soit sa pire performance trimestrielle depuis 2020.

Signe du retournement économique, le fret maritime chute

Signe du retournement économique, le fret maritime chute

Conséquence du retournement économique, la demande de fret maritime diminue et les prix de transport avec.
.
« Après deux ans de hausse régulière des taux de fret, nous entrons aujourd’hui dans une période de normalisation avec une chute assez drastique des prix de transport en raison de la baisse de la consommation elle-même liée à l’inflation. En raison de la dégradation de l’économie mondiale, il ne devrait pas y avoir de grands changements sur le front des volumes d’ici à la fin du deuxième trimestre 2023 », indiquait fin octobre Stéphane Defives, directeur de la logistique maritime France chez Kuehne+Nagel, groupe d’entreprises spécialisé dans la logistique, dans une interview accordée à La Tribune.

Rodolphe Saadé, PDG de CMA CGM, a tenu les mêmes propos dans un communiqué sur les résultats du troisième trimestre de son groupe. « Nous observons actuellement une baisse de la demande qui conduit à une normalisation des échanges économiques internationaux et une baisse significative des taux de fret », commentait-il.

C’est le phénomène inverse de l’après Covid qui se produit. À la sortie de la crise sanitaire, la consommation a brutalement repris mais a été fortement handicapée par l’insuffisance ou l’absence de stocks. Aujourd’hui comme la demande s’inscrit dans une tendance nettement baissière les stocks des entreprises sont devenus surabondants et logiquement le trafic maritime se tasse. Les entreprises se retrouvent avec beaucoup de stock alors que la demande en biens de consommation devrait chuter de 6% en 2023. Maersk a ainsi vu son tonnage transporté au 3e trimestre 2022 baisser de 7,6% par rapport au trimestre précédent.

Dans le même temps, les compagnies maritimes, qui ont lancé des commandes de navires au plus fort de la crise sanitaire, « vont voir la capacité de leurs flottes grimper de 4% », analyse-t-il. Plus de bateaux pour moins de marchandises à transporter : telle va être l’équation à résoudre pour les transporteurs, également confrontés à la flambée des prix de l’énergie. CMA CGM a dépensé en énergie 822 millions de dollars supplémentaires sur le 3e trimestre, par rapport à l’année dernière.

Balance commerciale : le signe de la désindustrialisation

Balance commerciale : le signe de la désindustrialisation

 

Signe de la désindustrialisation, les importations augmentent toujours plus vite que les exportations et la France affiche 84,7 milliards d’euros de déficit de son commerce extérieur observe  Béatrice Madeline dans le Monde.

Si la position de la France s’écroule en matière de biens par contre elle s’améliore concernant les services. Le problème est que l’économie mondiale repose encore sur une certaine matérialité. En France le choix plus ou moins conscient a été de miser sur la dématérialisation et les services. Le problème est que cela a entraîné la décomposition de l’industrie, le déaménagements du territoire mais aussi la dette puisqu’il faut bien emprunter pour compenser le déficit des flux financiers du commerce international NDLR

Pour le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, c’est « le problème économique qu’il nous reste à régler dans les dix prochaines années ». Alors que la France affiche une croissance de 7 % pour 2021, supérieure à celle de ses principaux voisins, des créations d’emplois florissantes et que le chômage recule, le commerce extérieur reste l’ombre au tableau économique. Le déficit commercial de la France s’est en effet de nouveau aggravé sur l’année écoulée, à 84,7 milliards d’euros, selon les données des douanes publiées mardi 8 février. Il pulvérise le précédent record de 75 milliards d’euros, atteint en 2011. Une dégradation préoccupante, alors que l’impératif de la souveraineté face aux grands pays producteurs comme la Chine n’a jamais été autant mis en avant

Par rapport à 2020, où il avait atteint 64,2 milliards d’euros, le déficit commercial s’est donc creusé d’une vingtaine de milliards en grande partie en raison de l’alourdissement de la facture énergétique, passée de 25,2 milliards d’euros en 2020 à 43,1 en 2021.

Abstention: un signe de maturité politique ?

Abstention: un signe de maturité politique ?

 

Souvent interprétée comme le signe d’une crise de la démocratie, l’abstention peut être « active », souligne le spécialiste des enquêtes d’opinion Michel Fansten dans une tribune pour « Le Monde », et traduire la réaction d’électeurs politisés qui manifestent leur désaccord vis-à-vis du candidat dont ils se sentent proches.

 

Près des deux tiers des électeurs n’ont pas voté aux élections régionales. On pourrait parler de crise de la démocratie, si cette abstention ne faisait que traduire l’indifférence des électeurs. Mais on peut aussi y voir autre chose : la réaction d’électeurs politisés qui manifestent ainsi leur désaccord vis-à-vis du candidat ou des prises de position de la mouvance politique dont ils se sentent proches.


On observe en effet, depuis plusieurs années, une progression de cette abstention active, identifiable par une caractéristique apparemment paradoxale : ce sont les abstentionnistes, plus nombreux dans un camp que dans l’autre, qui déterminent le résultat du scrutin. L’échec de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2012 en avait été l’illustration : l’abstention d’une partie de ses électeurs de 2007, en désaccord avec la droitisation de son discours, a permis la victoire de François Hollande.

Trois configurations conduisent à ce qu’on peut appeler une « abstention politique ». La plus fréquente est, pour un parti, d’apparaître divisé sur son programme ou sur le choix de ses candidats, puis d’afficher son unité dans l’opposition à ses adversaires. L’abstention résulte ici de la défection d’électeurs potentiels, déconcertés par les débats qu’ils ont pu observer.

Une deuxième configuration consiste à minimiser les enjeux du scrutin. Pour un parti au pouvoir, il suffit de laisser penser que, quels que soient les résultats, ils n’affecteront pas les orientations politiques au niveau national. Cela a pour effet d’inciter ceux de ses électeurs qui n’approuvent pas toutes ces orientations à manifester leur mécontentement à peu de frais, en s’abstenant. Les partis d’opposition peuvent obtenir le même résultat, en focalisant le débat sur des sujets qui n’ont rien à voir avec l’élection…


Enfin, il existe, pour un candidat, une troisième manière de démobiliser ses propres électeurs : chercher à élargir son électorat, en reprenant à son compte quelques-uns des thèmes de ses adversaires ou en atténuant la radicalité de son discours. La plupart des candidats sont persuadés qu’ils peuvent gagner des voix en ajustant ainsi leur positionnement.

L’observation montre que ce n’est généralement pas le cas, pour au moins une raison : un candidat mobilise d’autant plus ses partisans qu’il correspond à leurs attentes ; en modifiant son discours, il prend le risque de ne pas être compris, c’est-à-dire de ne pas être suivi. L’exemple de Lionel Jospin affirmant, pendant la campagne présidentielle de 2002, que son programme n’était pas socialiste et que, lui aussi, était préoccupé par l’insécurité, reste un cas d’école. Alors qu’il était favori dans les sondages, il a été éliminé dès le premier tour au profit de Jean-Marie le Pen.

Royaume-Uni : départ du brexiter Cummings, un signe ?

Royaume-Uni : départ du brexiter  Cummings, un signe ?

Le départ du brexiter Cummings  , prévu pour mi-décembre, pourrait être un signe en faveur d’un accord entre l’union économique et la Grande-Bretagne. Ce conseiller de Boris Johnson était en effet considéré comme l’un des plus grands partisans de la rupture avec l’union européenne. Il était le conseiller spécial de Boris Johnson concernant le brexit.

L’hypothèse d’un accord entre l’union économique et le Royaume-Uni n’est pas totalement exclu. En effet, le monde économique et les conservateurs eux-mêmes s’inquiètent de la dégradation économique actuelle et encore davantage des perspectives en cas de rupture sans accord avec l’union économique. Du coup, plusieurs responsables de l’entourage du premier ministre ont dû être changés pour faire plaisir au camp des conservateurs critiques de la politique de Boris Johnson.

Dans la coulisse aussi il faut prendre en compte le fait que si la France milite toujours pour une rupture claire et nette avec le Royaume-Uni par contre  l’Allemagne discrètement mise sur l’hypothèse d’un accord de dernière minute qui sauverait les échanges réciproques notamment entre l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Par ailleurs Boris Johnson est aussi affaibli par une crise sanitaire encore plus grave que dans la plupart des autres pays et pour faire taire les critiques sur ce terrain, il est sans doute contraint à lâcher sur certains aspects économiques.

Hausse de l’or à près de 2000 $ l’once : un mauvais signe pour l’économie

Hausse de l’or à près de 2000 $ l’once : un mauvais signe pour l’économie

 

L’or  retrouve des niveaux historiques, ce qui constitue un mauvais signe pour l’économie. Cela veut dire que certains épargnants préfèrent la valeur refuge que les investissements menacés par la chute de l’économie. En août 2018 , l’once d’heures était environ à 1194 $ aujourd’hui il est à près de 2000 $. L’or a atteint lundi un record historique à 1.930,48 dollars l’once, confirmant son statut de valeur refuge en temps de pandémie, alors que la baisse du billet vert contribue aussi à le faire grimper. L’or, qui gagnait plus de 1% dans les échanges en Asie, devrait prochainement dépasser la barre des 2.000 dollars, selon des analystes.

Les mesures d’assouplissement monétaire décidées par la Réserve fédérale mais aussi par les autres banques centrales encouragent l’attractivité de l’or.

«Des gains forts sont inévitables au moment où nous entrons dans une période semblable à l’environnement apparu après la crise financière mondiale, où les prix avaient atteint des niveaux records du fait des quantités d’argent injectées par la Fed dans le système financier», a déclaré Gavin Wendt, analyste chez MineLife.

Libellé en billet vert, une baisse de la devise américaine rend le métal précieux moins onéreux pour les acheteurs utilisant d’autres devises. Son précédent record historique, à 1.921,18 dollars l’once, avait été atteint en septembre 2011.

Signe du pessimisme : Le Livret A encore en hausse

Signe du pessimisme : Le Livret A encore en hausse

un nouveau record pour le livret A ( et équivalent). En tout autour de 500 milliards d’euros stockés là essentiellement du fait de l’incertitude qui règne parmi les épargnants quant à l’évolution future de la situation économique et sociale. Le pire c’est que ce placement ne rapporte pratiquement rien puisque le rendement a été ramené à 0,5 % bien en dessous de l’inflation réelle. Il s’agit moins d’une épargne de précaution d’une épargne d’attente en attendant que le ciel économique s’éclaircisse. Théoriquement , ces  fonds doivent participer à l’économie sociale et solidaire notamment pour le logement social. Mais les sommes recueillies sont bien au-dessus des besoins. Du coup, le gouvernement pourrait envisager d’utiliser cette collecte à d’autres fins., Investissements notamment. La question est de savoir si ces fonds seront toujours aussi disponibles pour les épargnants. En effet en cas d’évolution des parités monétaires et de l’inflation qui l’accompagne, les épargnants pourraient perdre une partie de la valeur des fonds placés en euros constants. À peu près la même somme est pratiquement gelée sur les comptes courants. La preuve que les Français sont lucides sur les conséquences probables du tsunami économique et social qui se prépare.

À Fin avril, l’encours total d’épargne placée sur les deux produits atteignait 428,2 milliards d’euros.

C’est « un niveau jamais atteint depuis la précédente crise (…) trois fois plus qu’au mois d’avril 2019″, a affirmé mercredi matin Éric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts, lors d’une audition devant des commissions sénatoriales. Cette embellie n’est pas le résultat d’une rémunération attractive : le taux de rémunération du Livret A et du LDDS a été abaissé en février de 0,75% à 0,5%, soit son plus bas niveau historique. Le directeur de la Caisse des dépôts rejoint ainsi les propos tenus à la mi-avril par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui souhaitait de l’investissement et non de l’épargne pour relancer l’économie.

« Le mois d’avril restera dans les annales de l’épargne française. (…) Malgré leur faible rendement, le Livret A et le LDDS sont les grands gagnants de cette période très particulière d’épargne subie », a réagi dans une note Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne, cabinet de réflexion sur l’épargne et sa réglementation.

De façon plus générale, « l’augmentation de l’épargne de précaution a été constatée lors de chaque crise depuis 1973″, relève cet analyste.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol