Archive pour le Tag 'siècle'

Commissariat au Plan : inapproprié au XXIe siècle !

Commissariat au Plan : inapproprié au XXIe siècle ! 

Un article très révélateur de Corinne Lepage, écolo ancienne ministre, qui démontre l’inconsistance et les contradictions de la pensée économique de l’auteur. Citons le principale: « pour qu’il y ait plan, encore faut-il savoir où on veut aller. » Or précisément le plan vise à dégager des scénarios de prospective pour indiquer la direction, éclairage précisément encore plus nécessaire  quand l’horizon est un peu complexe. Ce texte est un tissu de contradictions et met en évidence l’indigence de la réflexion économique de certains écolos de gauche mais aussi de droite (comme Corinne Lepage). Une tribune dans le très droitier site du Huffington post.

 

Tribune

L’annonce de recréer un Commissariat au Plan avec un poste de haut-commissaire offert à une personnalité politique, de surcroît maire en exercice, a beaucoup surpris.

On rappellera que le Commissariat au Plan, tel qu’on l’a connu dans les années 1960 sous le vocable d’ardente obligation, était parfaitement justifié par la nécessité de reconstruire la France d’après-guerre. À l’époque, les dirigeants savaient parfaitement ce qu’ils voulaient faire mais avaient besoin de planifier les investissements, ce qui justifiait des périodes quinquennales se succédant les unes aux autres. La suppression du Commissariat au Plan, partiellement remplacé par une forme de think-thank, a correspondu à une triple convergence entre la décentralisation en 1982, la perte de capacités de l’État sur le plan économique et l’envahissement du néolibéralisme et de l’hyper-financiarisation de l’économie.

Alors pourquoi recréer un Commissariat au Plan?

Il est indéniable que la France a besoin d’un projet solide de construction de la transition économique, écologique, sociale et sociétale. Le gouvernement navigue à vue et personne n’est capable de définir ce qu’est aujourd’hui le projet pour la France -en espérant qu’il n’y ait pas un projet secret de financiarisation croissante de notre économie. Dans ces conditions, un Commissariat au Plan est totalement inapproprié puisque pour qu’il y ait plan, encore faut-il que l’on sache où on veut aller avec un projet précis.

 

Ce n’est évidemment pas le cas et cela pour deux raisons majeures: la situation d’incertitude qui est beaucoup plus grande que celle que nous avons connue par le passé est un premier frein; de même qu’il y a nécessité d’inventer pour construire une société résiliente qui puisse affronter les transformations rapides qu’elle va connaître. Sur le premier point, même si l’histoire n’a jamais été écrite d’avance, la transformation accélérée du monde sur le plan physique comme sur le plan technologique sans oublier les tensions géostratégiques et toutes les formes de criminalité imposent de travailler sur des scénarios (comme par exemple ceux de l’institut des futurs souhaitables de Mathieu Baudin). L’imagination est donc un outil majeur à laquelle il faut ajouter une parfaite connaissance de l’histoire. Le deuxième point découle directement du premier puisque le projet doit être constamment adaptable ce qui signifie que l’adaptabilité doit être autant celle des hommes que des choix effectués. Autrement dit, il faut savoir dire en même temps ce que nous souhaitons devenir, quelle est la ligne directrice mais aussi comment nous allons pouvoir le faire dans un avenir fluctuant.

De plus, un haut-commissariat au projet ne va pas sans poser une question politique majeure. N’est-ce pas en réalité la tâche du Président de la République que de porter un projet de long terme et de le faire appliquer par son gouvernement? Dès lors, la désignation d’un haut-commissaire pour inventer le projet France sur le moyen et long terme est non seulement une forme d’échec démocratique mais également un risque technocratique. Comme l’a souligné Erwan le Noan dans L’Opinion du 23 août 2020, les organismes chargés de penser le long terme auprès de l’État mobilisent déjà 824 personnes et 3,6 millions d’euros, sans compter le centre d’analyse stratégique. Aussi, sauf à créer un comité Théodule supplémentaire, un haut-commissariat au projet France ne pourrait se concevoir que dans une refonte globale de tous les organismes existants. Ce qui implique un haut-commissaire répondant sur le plan intellectuel comme sur le plan de l’image à ce que la France peut imaginer de son avenir.

 

Dans la mesure où à l’évidence, “nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec la même pensée que nous avions quand nous les avons créés” (Einstein), la mission d’un haut-commissariat ne peut se faire que dans la co-construction avec les territoires. Ce n’est pas l’œuvre d’un homme comme au temps de Jean Monnet en 1946, c’est avec une coopération avec les communes, les départements et les régions que la transformation de notre pays pourra se faire. En prenant en compte les atouts et inconvénients de chacun de ces territoires. Pour ce faire, la puissance publique dispose des fonds européens en partenariat avec les régions, elle a des outils comme les CPER.

Pourtant, la puissance publique ne tient pas toujours parole et les retards de financement sont nombreux sur les territoires. Pour éviter les projets anachroniques du nucléaire, des incinérateurs, des autoroutes, c’est par la norme climato-compatible et l’acceptation de nos concitoyens que nous pourrons réellement faire entrer la France dans le XXIe siècle avec seulement 20 ans de retard.

 

Une catastrophe climatique: + 3 à 5 degrés en plus d’ici la fin du siècle

Une catastrophe climatique:  + 3 à 5 degrés en plus d’ici la fin du siècle

A lors qu’on ergote encore sur les mesures à prendre que la COP 21 reste au stade du slogan de marketing politique sans effet y compris en France, une catastrophe se  prépare pour la fin du siècle. En cause évidemment une financiarisation mondiale de l’économie incompatible avec la problématique environnementale. Le Record de chaleur est confirmé pour 2019 par   l’organisation météorologique mondiale qui  prévoit une augmentation de trois à 5° la fin du siècle. La température moyenne mondiale a gagné entre 1,05°C et 1,2°C l’an dernier par rapport à l’ère préindustrielle, confirme l’Organisation météorologique mondiale.

Des  scientifiques de Météo France avaient déjà  présenté les scénarios de changement climatique en France jusqu’en 2100 dans un rapport intitulé Le climat de la France au 21e siècle..  En métropole dans un horizon proche entre 2021 et 2050, les chercheurs projettent une hausse des températures moyennes entre 0,6 et 1,3 °C, une augmentation du nombre de jours de vagues de chaleur en été (surtout dans le quart Sud-est) ainsi qu’une diminution du nombre de jours anormalement froids en hiver sur l’ensemble de la France.

Puis, d’ici la fin du siècle entre 2071 et 2100, les tendances s’accentueraient encore. Les scientifiques observent une forte hausse des températures moyennes pouvant atteindre de 2,6 °C à 5,3°C en été, des vagues de chaleur pouvant dépasser 20 jours dans le Sud-Est mais aussi la poursuite de la diminution des extrêmes froids Les scénarios sont en effet alarmants : des épisodes de sécheresse plus nombreux sont à prévoir ainsi qu’un renforcement des précipitations extrêmes sur une large partie du territoire.

Pour  l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’agence des Nations unies pour la météorologie. La température moyenne sur l’ensemble du globe a affiché une hausse comprise entre 1,05°C et 1,2°C l’an dernier par rapport à l’ère préindustrielle, selon les cinq sources différentes compilées par l’OMM. L’agence de Genève utilise deux jeux de données en provenance des États-Unis, fournies par l’Institut Goddard de la Nasa et celles de l’administration américaine pour l’océan et l’atmosphère (NOAA), les informations communiquées par le bureau britannique de météorologie (Met Office) regroupées avec celles de l’université East Anglia. Enfin, l’OMM compile les statistiques japonaises et celles en provenance de l’Union européenne fournies par Copernicus et le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme. Ce dernier était arrivé aux mêmes conclusions la semaine dernière.

La température moyenne l’an dernier a toutefois été un peu inférieure à celle de 2016, qui avait été aggravée par un fort phénomène climatique El Niño.

L’OMM précise que la moyenne sur les cinq dernières années est la plus haute mesurée, comme celle sur la dernière décennie. Chaque période de dix ans bat le record de la précédente décennie depuis le début des années 1980. «Malheureusement, nous nous attendons à voir de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et au cours des prochaines décennies, alimentés par des niveaux records de gaz à effet de serre qui emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère», prévient le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. La concentration de CO2

dans l’atmosphère a atteint un nouveau pic depuis le début de l’ère industrielle en 2019.

En outre, «plus de 90 % de la chaleur excédentaire (liée au réchauffement) est stockée dans les mers du monde entier, où elle s’accumule et provoque des augmentations de température de l’océan», estiment des chercheurs américains dans la revue Advances in Atmospheric Sciences. Ils soulignent que la température a encore augmenté l’an dernier, comme ce fut le cas au cours des années précédentes.

 

Climat : 2019 , un record qui annonce + 3 à 5 degré en plus d’ici la fin du siècle

Climat : 2019 , un record qui annonce + 3 à 5 degré en plus d’ici la fin du siècle

Record confirmé par l’organisation météorologique mondiale et perspectives d’augmentation de trois à 5° la fin du siècle. La température moyenne mondiale a gagné entre 1,05°C et 1,2°C l’an dernier par rapport à l’ère préindustrielle, confirme l’Organisation météorologique mondiale.

Des  scientifiques de Météo France avaient déjà  présenté les scénarios de changement climatique en France jusqu’en 2100 dans un rapport intitulé Le climat de la France au 21e siècle..  En métropole dans un horizon proche entre 2021 et 2050, les chercheurs projettent une hausse des températures moyennes entre 0,6 et 1,3 °C, une augmentation du nombre de jours de vagues de chaleur en été (surtout dans le quart Sud-Est) ainsi qu’une diminution du nombre de jours anormalement froids en hiver sur l’ensemble de la France.

Puis, d’ici la fin du siècle entre 2071 et 2100, les tendances s’accentueraient encore. Les scientifiques observent une forte hausse des températures moyennes pouvant atteindre de 2,6 °C à 5,3°C en été, des vagues de chaleur pouvant dépasser 20 jours dans le Sud-Est mais aussi la poursuite de la diminution des extrêmes froids Les scénarios sont en effet alarmants : des épisodes de sécheresse plus nombreux sont à prévoir ainsi qu’un renforcement des précipitations extrêmes sur une large partie du territoire.

Pour  l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’agence des Nations unies pour la météorologie. La température moyenne sur l’ensemble du globe a affiché une hausse comprise entre 1,05°C et 1,2°C l’an dernier par rapport à l’ère préindustrielle, selon les cinq sources différentes compilées par l’OMM. L’agence de Genève utilise deux jeux de données en provenance des États-Unis, fournies par l’Institut Goddard de la Nasa et celles de l’administration américaine pour l’océan et l’atmosphère (NOAA), les informations communiquées par le bureau britannique de météorologie (Met Office) regroupées avec celles de l’université East Anglia. Enfin, l’OMM compile les statistiques japonaises et celles en provenance de l’Union européenne fournies par Copernicus et le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme. Ce dernier était arrivé aux mêmes conclusions la semaine dernière.

La température moyenne l’an dernier a toutefois été un peu inférieure à celle de 2016, qui avait été aggravée par un fort phénomène climatique El Niño.

L’OMM précise que la moyenne sur les cinq dernières années est la plus haute mesurée, comme celle sur la dernière décennie. Chaque période de dix ans bat le record de la précédente décennie depuis le début des années 1980. «Malheureusement, nous nous attendons à voir de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et au cours des prochaines décennies, alimentés par des niveaux records de gaz à effet de serre qui emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère», prévient le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. La concentration de CO2

dans l’atmosphère a atteint un nouveau pic depuis le début de l’ère industrielle en 2019.

En outre, «plus de 90 % de la chaleur excédentaire (liée au réchauffement) est stockée dans les mers du monde entier, où elle s’accumule et provoque des augmentations de température de l’océan», estiment des chercheurs américains dans la revue Advances in Atmospheric Sciences. Ils soulignent que la température a encore augmenté l’an dernier, comme ce fut le cas au cours des années précédentes.

 

Le siècle du populisme (Rosanvallon)

Le siècle du populisme ( Rosanvallon)

le phénomène du populisme abordé de face par Pierre Rosanvallon (d’après le site philimag.com .)

«  On a pris l’habitude de la nommer, faute de mieux, le « populisme ». Elle fait beaucoup parler d’elle depuis qu’en Europe et ailleurs, elle a déferlé sur plusieurs démocraties et menace presque toutes les autres. Les réactions qu’elle suscite sont habituellement de deux ordres. Certains sont frappés de stupeur devant ce qui leur semble relever d’une aberrante régression, tant politique qu’intellectuelle. Ceux-ci ne cessent de nous avertir des graves dangers qui nous guettent. D’autres, au contraire, accueillent ce mouvement comme une aubaine et relancent la rhétorique de l’opposition entre le peuple et les élites – c’est le cas de Michel Onfray avec Grandeur du petit peuple chez Albin Michel qui rassemble ses chroniques sur les « gilets jaunes ». Ils y voient un sursaut salutaire de liberté et de justice qui offre l’occasion inespérée de reprendre un pouvoir confisqué par quelques privilégiés.

L’ouvrage de Pierre Rosanvallon obéit à une autre démarche : son ambition est d’élaborer la théorie politique qui manque à toutes les analyses du populisme et permet de l’inscrire dans l’histoire. Il s’agit, pour l’historien, de le prendre au sérieux et de l’observer dans sa spécificité : le populisme n’est pas un épiphénomène (ou un accident de parcours) dans la marche triomphante de la démocratie libérale – celle-là même que l’on a prise pour la forme achevée de la « fin de l’histoire » –, il redessine notre manière de concevoir et de faire de la politique. Et si le XXIe siècle était, effectivement, le siècle du populisme ?

Avant d’en arriver là, encore faut-il s’assurer que l’on parle d’une réalité unifiée. Or la difficulté est de taille tant les formes du populisme sont variées. Qu’y a-t-il de commun au Venezuela de Chavez, aux Philippines de Duterte, à la Hongrie d’Orbán, aux Brexiters et à tous les autres mouvements qu’on affuble du nom de populisme ? Donald Trump et Jean-Luc Mélenchon, même combat ? Pour tenter de mieux approcher cet « Objet Politique Non Identifié », Rosanvallon commence par en faire ce qu’il appelle l’« anatomie » et qu’il refuse de réduire à la seule logique de la distinction entre « eux » et « nous ». Parmi les caractéristiques qu’il relève : un goût pour l’expression directe qui va jusqu’à sacraliser le référendum, un rejet virulent de tous les corps intermédiaires (élus, médias, etc.) accusés d’éloigner les peuples des lieux de pouvoir, une défense du souverainisme ou, sur le plan économique, du national-protectionnisme.

De façon remarquable, l’auteur de La Contre-Démocratie (Seuil, 2006) précise que si le populisme est protestataire et « illibéral » – terme qu’il a lui-même employé –, cela ne signifie pas qu’il soit antidémocratique. En retrouvant ses filiations dans d’autres « moments populistes » français, notamment sous le Second Empire, Rosanvallon le théorise même comme une forme d’authentique expression de la démocratie et non comme une pathologie dont elle souffrirait. C’est à ce moment que les analyses de Rosanvallon sont les plus intéressantes, lorsqu’il réexamine les « indéterminations » de l’idéal démocratique, par exemple la notion de « peuple souverain », qui rendent ce régime structurellement « inachevé ». Si le populisme n’apporte que des réponses simplistes, il a au moins le mérite d’obliger la démocratie à se critiquer et à se réinventer. Au lieu de s’en remettre au référendum, qui n’offre selon lui qu’une souveraineté impuissante, Rosanvallon en appelle plutôt à complexifier la démocratie, à l’élargir, à la généraliser, à la démultiplier et à la rendre interactive sous la vigilance de « l’œil » du peuple (destiné à compléter sa « voix »). Le populisme, enfant terrible de nos démocraties désenchantées, pourrait finalement en être le ferment.

 

 

Aussi bien, avance le professeur honoraire au Collège de France, peut-être le populisme ne paraît-il insaisissable que parce qu’il relève d’un « nouveau langage », lequel est indispensable « pour qualifier une dimension inédite du cycle politique qui s’est ouvert au tournant du XXIe siècle ». Il s’emploie ainsi à repérer quelques-uns des traits caractéristiques du phénomène, davantage qu’il ne cherche à désigner une essence invariable : le populisme relève d’abord d’une dynamique plus ou moins fantasmée, selon les pays, de reprise du pouvoir sur une élite supposée corrompue par un peuple supposé vertueux ; une dynamique qu’il faut attraper en quelque sorte au vol, sans perdre de vue ses mutations, ses tendances, les perspectives qu’elle dessine. »

 

« Le Siècle du populisme. Histoire, théorie, critique », de Pierre Rosanvallon, Seuil, « Les livres du nouveau monde », 280 p., 22 €.

 

Transformation numérique de l’administration :changer de paradigme et de siècle

Transformation numérique de l’administration :changer de paradigme et de siècle

La critique de la Cour des Comptes vis-à-vis de la diffusion du numérique dans l’administration est sévère. Première observation la vision est encore très insuffisante. Deuxièmement on se borne essentiellement à numériser les procédures existantes alors qu’il conviendrait sans doute de changer l’approche et la nature des procédures. Troisièmement, l’administration pénètre le numérique sur la pointe des pieds avec crainte et confie d’ailleurs l’essentiel des procédures d’information informatisée à la sous-traitance qui évidemment se régale en termes de profit mais aussi de maîtrise. En effet, il manque aussi dans l’administration de sérieuses compétences numériques et au-delà une culture numérique. Enfin chaque administration ou service bricole son propre système dans des délais par ailleurs tellement long qu’ils rendent obsolète la numérisation. Enfin et peut-être surtout les systèmes des différents services et administrations sont incapables de communiquer entre eux. Bref dans leur rapport à la numérisation, l’administration doit changer de paradigme et de siècle. Mais si le rapport valide la stratégie que l’État mène depuis 2011 et a amplifié en 2014, la Cour des comptes estime surtout que cette transformation est trop lente, s’exerce sur un périmètre trop étroit, et doit s’accompagner d’investissements massifs, à la fois humains et financiers. « La démarche doit être amplifiée. Il reste à lever les contraintes fortes qui pèsent sur les administrations et qui ralentissent cette transformation [...] Un important effort de rattrapage doit être réalisé ». Ces contraintes sont bien identifiées : des « choix technologiques anciens » (le logiciel libre n’est pas assez généralisé), « l’externalisation massive » des systèmes d’information de l’État qui a conduit à une « perte de compétences » des agents, et surtout un problème de « culture numérique »: « Il faut faire connaître le potentiel et les méthodes de la transformation digitale au-delà des sphères spécialisées. La révolution numérique ne se réduit pas à la numérisation des procédures existantes ». Ainsi, le rapport note que la stratégie d’État plateforme doit « dépasser la simple dimension technologique » pour « faire évoluer l’action publique vers un modèle reposant sur des « communs numériques » (données, logiciels, services numériques, API) qui s’intègrent pour offrir d’autres services de manière plus agile et réactive« . La Cour déplore l’absence d’état des lieux du recours au logiciel libre, ou encore la difficile mise en place de la plupart des grands projets numériques de l’État. Leur durée (6 ans en moyenne) est estimée « excessive » car elle « s’accommode mal avec le rythme d’évolution des technologies et celui de la rotation des chefs de projet« . Par exemple, le projet le plus ancien, SAIP (le dispositif de protection des populations) est englué depuis… 17 ans (!) alors que l’enjeu est pourtant essentiel pour la sécurité du pays.

Démographie : 11 milliards à la fin du siècle

Démographie : 11 milliards à la fin du siècle

Selon une étude publiée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) ce mercredi, la démographie de la planète a été multipliée par 7 au cours des derniers siècles et devrait continuer à croître jusqu’à atteindre  »peut-être 11 milliards à la fin du XXIe siècle». A noter surtout l’accroissement de la population de l’Afrique ». Comptant 1,25 milliard d’habitants en 2017, les projections de l’Ined indiquent que le continent pourrait avoisiner les 2,5 milliards d’habitants en 2050, et la population pourrait être multipliée par plus de trois pour atteindre 4,4 milliards d’ici 2100. Le rythme de croissance de la population mondiale devrait ralentir dans les années à venir. La principale explication avancée par l’institut repose sur une diminution de la fécondité. Le nombre d’enfants par femme se situe actuellement à 2,5 contre 5 enfants en 1950.  Au niveau des pays, le classement mondial des pays les plus peuplés durant les trois prochaines décennies pourrait bien changer. Si la Chine (1,38 milliard d’habitants), l’Inde (1,352 milliard d’habitants) et les Etats-Unis (325 millions d’habitants) occupent les trois premières places du podium, l’Empire du Milieu pourrait bien être dépassé par le géant indien. D’après l’institut de recherches, l’Inde pourrait compter 1,67 milliard d’habitants d’ici 2050 dépassant largement la Chine avec 1,343 milliard la même année. Enfin pour la France, les prévisions sont plutôt optimistes. Les chercheurs de l’Ined ont ainsi prévu que la population passerait de 65 millions d’habitants (France métropolitaine) à 72 millions d’ici 2050. Ces chiffres indiquent que la récente baisse de la natalité mentionnée par l’Ined ne devrait pas se poursuivre dans les années à venir.

 

Réchauffement climatique : Pics à 50° C en France d’ici la fin du siècle

Réchauffement climatique : Pics à 50° C en France d’ici la fin du siècle

 

Ce qui ressort d’une étude menée par le CREFACS en collaboration avec Météo-France. Interview de Beatrice Colin qui a participé à la recherche (parue dans le Monde).

La France a connu plusieurs épisodes de canicule cet été, ce qui est inédit depuis la création des plans de vigilance. Vont-ils s’amplifier au cours du siècle ?

Les projections climatiques au cours du XXIe siècle montrent que les activités humaines sont responsables d’une augmentation de la fréquence, de l’intensité et de la durée des canicules en Europe. Selon l’ensemble des travaux de recherche rassemblés dans le dernier rapport du GIEC nous pouvons conclure que les canicules estivales devraient s’amplifier dans le futur si le niveau des émissions mondiales de gaz à effet de serre continue d’augmenter au rythme actuel. De plus, nos récents travaux ont montré que le nombre de records de chaleur battus chaque été sur le territoire européen a déjà augmenté dans les dernières décennies et devrait fortement augmenter au cours du XXIe siècle.

A partir de quand ces pics de chaleur deviendraient réguliers ?

Comme en témoignent les observations, les canicules estivales sont déjà de plus en plus fréquentes avec pour conséquence des étés de plus en plus chauds. En effet, selon Météo France, les trois étés les plus chauds jamais enregistrés depuis 1901 sont celui de 2003, avec 2 épisodes caniculaires, puis celui de 2015 avec 3 épisodes caniculaires et enfin celui de 2006 avec une importante canicule en juillet. L’été 2017 devrait aussi se faire remarquer parmi les étés record en termes de chaleur.

 

On a remarqué cette année que le phénomène caniculaire a débuté en juin et s’est poursuivi tard dans l’été. Est-ce que ce serait récurrent à l’avenir ?

Une saison caniculaire plus longue pourrait effectivement être une des conséquences du réchauffement climatique, mais la confiance autour de ces résultats est moins importante que celle autour d’une augmentation de la fréquence, de l’intensité et de la durée des canicules en été au cours du XXIe siècle.

Dans notre étude nous montrons cependant que sous le scénario étudié, il serait possible, à la fin du XXIe siècle, de vivre une canicule au moins aussi intense que celle que nous avons vécu en 2003 en termes d’anomalies de température journalière maximale, mais dans un climat futur relativement plus chaud (entre 5 °C et 6 °C en moyenne dans les dernières décennies du XXIe siècle) et plus sec.

 

Si rien ne change et rien n’est fait, la France dépassera le seuil des 50 °C régulièrement.

Il est important de rappeler ici que les températures supérieures à 50 °C indiquées dans notre étude sont les températures maximales en été d’ici 2100. Nous n’avons pas étudié la fréquence des événements caniculaires menant à des températures journalières maximales supérieures à 50 °C. Autrement dit, dans une région particulière, des températures supérieures à ce seuil pourraient être établies de manière régulière lors de canicules futures alors que pour une autre région une seule canicule au cours de plusieurs décennies pourrait suffire à atteindre ce même seuil des 50 °C d’ici 2100.

Selon Météo France, le record actuel de température maximale enregistré en été est de 44,1 °C dans le Gard, à Conqueyrac, ainsi qu’à Saint-Christol-lès-Alès. Ainsi, si à ce record de plus de 44 °C nous ajoutons un réchauffement moyen des températures estivales de l’ordre de 5 à 6 °C d’ici à la fin du siècle, selon le scénario le plus pessimiste, alors des températures maximales supérieures à 50 °C en été ne semblent pas irréalistes. Mais si on s’intéresse au scénario qui a été voté lors des accords de Paris, alors le réchauffement des températures estivales moyennes serait de 2 °C en France, limitant ainsi l’ampleur des températures extrêmes.

 

Mais selon vos projections, il y aura des différences entre les régions. Pourquoi le bassin méditerranéen, l’endroit connu pour être le plus chaud à l’année, verrait ses températures maximales augmenter moins que celles de l’Est ou du Nord ?

Dans notre étude nous étudions principalement les résultats d’un seul modèle de climat régional (le modèle Aladin développé au CNRM, Centre national de recherches météorologiques), même si nous prenons le soin de comparer les températures extrêmes futures à un large ensemble de modèles climatiques globaux provenant de la communauté internationale. Dans cette simulation une canicule future en particulier a fortement influencé la carte des anomalies de température journalière maximale ajoutées aux records observés d’ici à la fin du siècle.

Cette canicule est centrée sur le Nord-Est de la France, qui présente de fortes anomalies négatives du contenu en eau des sols cette année-là. Nous montrons que les températures maximales pendant la canicule sont influencées par le contenu en eau des sols avant la canicule, ce qui explique ainsi des anomalies de températures particulièrement importantes dans ces régions Est et Nord. Bien sûr l’effet modérateur de la mer pourrait aussi jouer un rôle clé pour le futur du climat méditerranéen. Mais il faut aussi noter que même si nous montrons des anomalies de température relativement plus faibles sur le pourtour méditerranéen, les températures extrêmes futures restent importantes, supérieures à 50 °C, car les records actuels y sont actuellement supérieurs.

Quels pourraient être les conséquences ?

La gestion de l’eau risque d’être un enjeu pour le futur à l’échelle du pays. Les projections, selon ce même scénario pessimiste, montrent un assèchement des sols et des débits en été au cours du XXIe siècle, ce qui est en partie expliqué par une diminution des précipitations en été. La ressource en eau pourrait ainsi être fortement diminuée.

C’est le scénario du pire. Mais si les émissions de gaz à effet de serre étaient réduites, les pics atteindraient quel niveau ?

Il est effectivement important de rappeler que nous avons étudié des projections selon le scénario le plus pessimiste envisagé par le GIEC, le scénario du « laisser-faire ». Dans cette étude nous n’avons pas envisagé d’autres scénarios pour lesquels les futures températures estivales les plus intenses restent donc à être déterminées. Le scénario étudié considère un niveau des émissions globales de gaz à effet de serre qui continuerait d’augmenter au rythme actuel au cours du XXIe siècle. Les décisions politiques et les mesures appliquées dans les prochaines décennies restent déterminantes pour le climat de la deuxième moitié du XXIe siècle.

Pics à 50° C en France d’ici la fin du siècle

Pics à 50° C en France d’ici la fin du siècle

Ce qui ressort d’une étude menée par le CREFACS en collaboration avec Météo-France Interview de Beatrice Colin qui a participé à la recherche (parue dans le Monde).

La France a connu plusieurs épisodes de canicule cet été, ce qui est inédit depuis la création des plans de vigilance. Vont-ils s’amplifier au cours du siècle ?

Les projections climatiques au cours du XXIe siècle montrent que les activités humaines sont responsables d’une augmentation de la fréquence, de l’intensité et de la durée des canicules en Europe. Selon l’ensemble des travaux de recherche rassemblés dans le dernier rapport du GIEC nous pouvons conclure que les canicules estivales devraient s’amplifier dans le futur si le niveau des émissions mondiales de gaz à effet de serre continue d’augmenter au rythme actuel. De plus, nos récents travaux ont montré que le nombre de records de chaleur battus chaque été sur le territoire européen a déjà augmenté dans les dernières décennies et devrait fortement augmenter au cours du XXIe siècle.

A partir de quand ces pics de chaleur deviendraient réguliers ?

Comme en témoignent les observations, les canicules estivales sont déjà de plus en plus fréquentes avec pour conséquence des étés de plus en plus chauds. En effet, selon Météo France, les trois étés les plus chauds jamais enregistrés depuis 1901 sont celui de 2003, avec 2 épisodes caniculaires, puis celui de 2015 avec 3 épisodes caniculaires et enfin celui de 2006 avec une importante canicule en juillet. L’été 2017 devrait aussi se faire remarquer parmi les étés record en termes de chaleur.

 

On a remarqué cette année que le phénomène caniculaire a débuté en juin et s’est poursuivi tard dans l’été. Est-ce que ce serait récurrent à l’avenir ?

Une saison caniculaire plus longue pourrait effectivement être une des conséquences du réchauffement climatique, mais la confiance autour de ces résultats est moins importante que celle autour d’une augmentation de la fréquence, de l’intensité et de la durée des canicules en été au cours du XXIe siècle.

Dans notre étude nous montrons cependant que sous le scénario étudié, il serait possible, à la fin du XXIe siècle, de vivre une canicule au moins aussi intense que celle que nous avons vécu en 2003 en termes d’anomalies de température journalière maximale, mais dans un climat futur relativement plus chaud (entre 5 °C et 6 °C en moyenne dans les dernières décennies du XXIe siècle) et plus sec.

 

Si rien ne change et rien n’est fait, la France dépassera le seuil des 50 °C régulièrement.

Il est important de rappeler ici que les températures supérieures à 50 °C indiquées dans notre étude sont les températures maximales en été d’ici 2100. Nous n’avons pas étudié la fréquence des événements caniculaires menant à des températures journalières maximales supérieures à 50 °C. Autrement dit, dans une région particulière, des températures supérieures à ce seuil pourraient être établies de manière régulière lors de canicules futures alors que pour une autre région une seule canicule au cours de plusieurs décennies pourrait suffire à atteindre ce même seuil des 50 °C d’ici 2100.

Selon Météo France, le record actuel de température maximale enregistré en été est de 44,1 °C dans le Gard, à Conqueyrac, ainsi qu’à Saint-Christol-lès-Alès. Ainsi, si à ce record de plus de 44 °C nous ajoutons un réchauffement moyen des températures estivales de l’ordre de 5 à 6 °C d’ici à la fin du siècle, selon le scénario le plus pessimiste, alors des températures maximales supérieures à 50 °C en été ne semblent pas irréalistes. Mais si on s’intéresse au scénario qui a été voté lors des accords de Paris, alors le réchauffement des températures estivales moyennes serait de 2 °C en France, limitant ainsi l’ampleur des températures extrêmes.

Mais selon vos projections, il y aura des différences entre les régions. Pourquoi le bassin méditerranéen, l’endroit connu pour être le plus chaud à l’année, verrait ses températures maximales augmenter moins que celles de l’Est ou du Nord ?

Dans notre étude nous étudions principalement les résultats d’un seul modèle de climat régional (le modèle Aladin développé au CNRM, Centre national de recherches météorologiques), même si nous prenons le soin de comparer les températures extrêmes futures à un large ensemble de modèles climatiques globaux provenant de la communauté internationale. Dans cette simulation une canicule future en particulier a fortement influencé la carte des anomalies de température journalière maximale ajoutées aux records observés d’ici à la fin du siècle.

Cette canicule est centrée sur le Nord-Est de la France, qui présente de fortes anomalies négatives du contenu en eau des sols cette année-là. Nous montrons que les températures maximales pendant la canicule sont influencées par le contenu en eau des sols avant la canicule, ce qui explique ainsi des anomalies de températures particulièrement importantes dans ces régions Est et Nord. Bien sûr l’effet modérateur de la mer pourrait aussi jouer un rôle clé pour le futur du climat méditerranéen. Mais il faut aussi noter que même si nous montrons des anomalies de température relativement plus faibles sur le pourtour méditerranéen, les températures extrêmes futures restent importantes, supérieures à 50 °C, car les records actuels y sont actuellement supérieurs.

Quels pourraient être les conséquences ?

La gestion de l’eau risque d’être un enjeu pour le futur à l’échelle du pays. Les projections, selon ce même scénario pessimiste, montrent un assèchement des sols et des débits en été au cours du XXIe siècle, ce qui est en partie expliqué par une diminution des précipitations en été. La ressource en eau pourrait ainsi être fortement diminuée.

C’est le scénario du pire. Mais si les émissions de gaz à effet de serre étaient réduites, les pics atteindraient quel niveau ?

Il est effectivement important de rappeler que nous avons étudié des projections selon le scénario le plus pessimiste envisagé par le GIEC, le scénario du « laisser-faire ». Dans cette étude nous n’avons pas envisagé d’autres scénarios pour lesquels les futures températures estivales les plus intenses restent donc à être déterminées. Le scénario étudié considère un niveau des émissions globales de gaz à effet de serre qui continuerait d’augmenter au rythme actuel au cours du XXIe siècle. Les décisions politiques et les mesures appliquées dans les prochaines décennies restent déterminantes pour le climat de la deuxième moitié du XXIe siècle.

Disparition de la neige en France d’ici la fin du siècle ?

Disparition de la  neige en France d’ici la fin du siècle ?

 

D’ici la fin du siècle la neige pourrait disparaitre en France.  Dans les plaines, elle  se fait de plus en plus rare mais même en montagne,  elle risque d’être menacée dans nombre de stations.  Si les grandes stations se trouvent à une altitude suffisante pour espérer avoir de la neige pendant la saison par contre  nombre de petites et moyennes stations situées à moins de 1500 m pourrait voir leur enneigement très réduit voire même disparaître en dessous de 1200 m d’ici la fin du siècle. Une Nouvelle étude scientifique confirme qu’il va neiger de moins en moins en raison du réchauffement climatique. « Si nous ne faisons rien, on peut s’attendre à avoir à peu près 70% d’enneigement en moins à la fin du siècle », a expliqué lundi 20 février, sur franceinfo, Mathias Bavay, chercheur, scientifique au sein de l’institut WSL, qui a réalisé l’étude. Cela signifierait que  »la saison de ski sur neige naturelle commencerait beaucoup plus tard, et finirait beaucoup plus tôt », anticipe-t-il.

 

: Peut-on sauver les stations de ski ?

Mathias Bavay : Si nous ne faisons rien, on peut s’attendre à avoir à peu près 70% d’enneigement en moins à la fin du siècle. Une telle réduction signifie un recours plus grand à la neige artificielle. Un quart des stations sont en-dessous de 1 200 mètres. Ces stations-là n’auraient sans doute plus d’enneigement permanent pendant l’hiver.

Que va entraîner ce déneigement ?

Cela aura un impact sur le tourisme hivernal pour toutes ces stations qui n’auraient plus d’enneigement correct. La saison de ski sur neige naturelle commencerait beaucoup plus tard, et finirait beaucoup plus tôt. Cela aura aussi des conséquences sur l’écologie. Il y aura des répercussions au niveau du lit des rivières et donc sur l’irrigation et la production électrique. En début de saison, la neige pourrait être remplacée par de la pluie.

Est-il trop tard ?

Aujourd’hui, on a un réchauffement, au niveau global, qui est d’un degré, mais il y a une amplification dans les régions alpines. Cela veut dire que dans les Alpes, le réchauffement est de 1,8 degré. Un réchauffement global de deux degrés serait équivalent à quatre degrés dans les Alpes. Ces deux degrés sont les objectifs qui ont été discutés à la COP 15 et je ne sais pas si on peut les tenir.

Fin de la neige dans nombre de stations d’ici la fin du siècle

Fin  de la neige dans nombre de stations d’ici la fin du siècle

Si les grandes stations se trouvent à une altitude suffisante pour espérer avoir de la neige pendant la saison par contre  nombre de petites et moyennes stations situées à moins de 1500 m pourrait voir leur enneigement très réduit voire même disparaître en dessous de 1200 m d’ici la fin du siècle. Une Nouvelle étude scientifique confirme qu’il va neiger de moins en moins en raison du réchauffement climatique. « Si nous ne faisons rien, on peut s’attendre à avoir à peu près 70% d’enneigement en moins à la fin du siècle », a expliqué lundi 20 février, sur franceinfo, Mathias Bavay, chercheur, scientifique au sein de l’institut WSL, qui a réalisé l’étude. Cela signifierait que  »la saison de ski sur neige naturelle commencerait beaucoup plus tard, et finirait beaucoup plus tôt », anticipe-t-il.

 

: Peut-on sauver les stations de ski ?

Mathias Bavay : Si nous ne faisons rien, on peut s’attendre à avoir à peu près 70% d’enneigement en moins à la fin du siècle. Une telle réduction signifie un recours plus grand à la neige artificielle. Un quart des stations sont en-dessous de 1 200 mètres. Ces stations-là n’auraient sans doute plus d’enneigement permanent pendant l’hiver.

Que va entraîner ce déneigement ?

Cela aura un impact sur le tourisme hivernal pour toutes ces stations qui n’auraient plus d’enneigement correct. La saison de ski sur neige naturelle commencerait beaucoup plus tard, et finirait beaucoup plus tôt. Cela aura aussi des conséquences sur l’écologie. Il y aura des répercussions au niveau du lit des rivières et donc sur l’irrigation et la production électrique. En début de saison, la neige pourrait être remplacée par de la pluie.

Est-il trop tard ?

Aujourd’hui, on a un réchauffement, au niveau global, qui est d’un degré, mais il y a une amplification dans les régions alpines. Cela veut dire que dans les Alpes, le réchauffement est de 1,8 degré. Un réchauffement global de deux degrés serait équivalent à quatre degrés dans les Alpes. Ces deux degrés sont les objectifs qui ont été discutés à la COP 15 et je ne sais pas si on peut les tenir.

Loi « Justice du XXIe siècle » adoptée

Loi   »Justice du XXIe siècle » adoptée

 

Comme souvent avec la gauche l’enflure sémantique sert de cache-sexe à une réforme minimale. Certes plusieurs mesures ont déjà été prises mais cette loi nouvelle intitulée loi « Justice du XXIe siècle », ne paraît pas à la hauteur des enjeux pour moderniser et rendre plus efficace le système judiciaire même si certaines dispositions sont utiles voire indispensables. Il paraît quand même excessif d’intituler cette loi » justice du XXIe siècle alors qui ne s’agit que de quelques mesures relevant pour certaines du bricolage juridique. Une loi comme la loi Macon 1 en forme d’auberge espagnole. Le texte, approuvé par la majorité mais rejeté par Les Républicains, doit retourner au Sénat avant une adoption définitive à l’automne par l’Assemblée qui a le dernier mot. Outre le divorce sans juge, le texte contient une kyrielle de mesures comme la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs ou encore l’instauration d’amendes forfaitaires pour certains délits routiers.  Lors de cette nouvelle lecture, les députés ont surtout adopté des amendements en nouvelle lecture pour faciliter encore davantage le changement d’état civil pour les personnes trans, à la grande satisfaction des associations LGBT.

 

(Avec Reuters)

Travail : «Oui au retour au 19e siècle » Hervé Novelli

Travail : « retour au  19e siècle » Hervé Novelli

Beaucoup en rêvait de ce retour au XIXe siècle mais ils n’osaient pas le dire très clairement,  cette fois c’est l’ancien ministre Hervé Novelli qui le proclame tout haut : il faut revenir aux conditions sociales du XIXe siècle c’est-à-dire passer du statut de salariat à celui de journalier ! Le tout grâce à l’alibi du numérique. Celui qui a été à l’origine du statut d’auto entrepreneur se prend à rêver d’une généralisation de ce statut. Faudrait-il rappeler à Novelli qu’en moyenne le revenu d’un auto entrepreneur est inférieur à 500 € mensuels. Encore un effort et peut-être pourrait-on envisager une sorte d’économie collaborative où  les travailleurs ne seraient plus rémunérés du tout. Hervé Novelli n’a jamais inventé la lune mais peut-être pense-t-il avoir trouvé la martingale pour éviter de payer les salariés.

 

 

(Interview la tribune) – Depuis 2007, l’engouement pour l’entrepreneuriat est très fort. Est-ce un effet de mode ?

Hervé NOVELLI - Je ne le crois pas. La société se transforme. Le salariat n’est plus la seule règle. Une fois de plus, l’Histoire fait son apparition dans notre quotidien. La société du XXIème siècle ressemblera à celle du XIXème siècle, époque pendant laquelle les citoyens louaient leur force de travail. Simplement, la plateforme Internet a remplacé la place du village, sauf que l’offre et la demande ne se rencontrent plus au niveau local mais au niveau mondial.

La fin du salariat est-elle programmée ?

Qui le sait ? Il ne faut pas être manichéen. En revanche, il faut préparer l’avenir en créant des outils, notamment dans le domaine de la protection sociale, qui permettent au salariat et au travail indépendant de coexister pendant les prochaines décennies.

Beaucoup de citoyens optent pour l’entrepreneuriat par défaut.

C’est un fait. Mais où est le problème ? Le travail indépendant est une bouée de sauvetage pour les demandeurs d’emplois. C’est la raison pour laquelle il faut soutenir vaille que vaille les initiatives individuelles.

L’écosystème en place est-il efficace ?

Les corps intermédiaires sont à mon sens dépassés. Ils n’ont pas compris que les enjeux liés à l’émergence rapide du travail indépendant que facilitent les nouvelles technologies. Les partenaires sociaux se posent encore des questions sur leur représentativité… les réseaux consulaires sont inefficaces. Fort de ce constat, et convaincu de la puissance des réseaux, j’ai créé avec plusieurs associés WikiPME, une plateforme Internet dont l’ambition est de fédérer de façon numérique l’ensemble de la communauté entrepreneuriale de notre pays.

Que propose WikiPME ?

Nous avons décidé de canaliser les problématiques des entrepreneurs afin de leur mettre à dispositions des conseils d’experts et des services pour développer son et optimiser ses coûts notamment dans le domaine du financement, mais aussi des mises en relation entre PME au-travers d’une place de marché géolocalisée. Enfin un espace d’expression proposant des informations dans le domaine de l’innovation et des tribunes éditoriales qui commentent l’actualité des entrepreneurs. En quelques clics, vous pouvez retrouver une PME avec qui l’on peut envisager de lancer un projet export ou un projet innovant.

Ces services sont gratuits ?

Notre plateforme est gratuite et le restera. Nous avons adopté le même modèle que LinkedIn, auquel nous croyons : il s’agit de conserver une offre gratuite, proposant des services fonctionnels et facilitant le développement des entreprises de nos membres, enrichissant leurs business, augmentant leur visibilité et à terme, y ajouter des fonctionnalités payantes. Un modèle freemium en somme.

Combien d’entrepreneurs ont-ils adhéré à cette communauté ?

Actuellement, 20.000 entrepreneurs nous ont rejoints, je les remercie une nouvelle fois, car comme le nom l’indique, il s’agît d’un Wiki (Collaboratif) et nos membres nous aident et enrichissent quotidiennement notre communauté. Nous espérons rassembler 100.000 membres d’ici la fin de l’année.

Qui sont vos soutiens ?

Outre les cinq associés, une dizaine de grands comptes participent à l’aventure. Ceux-ci en plus d’un soutien financier, nous accompagnent, nous mettent à disposition des services innovants destinés à nos membres et renforcent la communauté. De plus, nous sommes en passe de finaliser une levée de fonds, comme il l’avait été dit en novembre. Nous avons levé plus d’1 million d’euros qui permettra à WikiPME de passer rapidement à la vitesse supérieure, et d’étendre notre réseau.

Cette expérience a-t-elle un objectif politique ?

Je ne pense pas que les entrepreneurs doivent faire de la politique. Ce n’est pas une bonne idée. Plutôt, ce n’est plus une bonne idée. En tant que chef d’entreprise, j’ai pu faire avancer mes idées dans ce domaine. Mais Les temps ont changé. Aujourd’hui, je crois davantage à la puissance de feu des réseaux. Ce sont eux qui ont fait reculer le gouvernement sur le projet de loi El-Khomri. C’est le mouvement des Pigeons qui a fait plier Bercy sur la taxation des plus-values de cession en 2013. Avec WikiPME, nous espérons bien faire avancer les valeurs portées par l’entrepreneuriat lors de la prochaine campagne présidentielle, mais aucunement interférer dans la vie politique en se posant en syndicat entrepreneurial, ou encore moins comme un parti. Nous sommes des délégués de classe qui aspirent à porter haut et fort les messages des entrepreneurs.

 

Marché du travail : réforme du 21è ou du 18è siècle ?

Marché du travail : réforme du 21è ou du 18è siècle ?

 

Pour tenter de vendre sa réforme du marché du travail, Manuel Valls n’a pas hésité à se décréter un brevet de modernité « Il y en a qui sont encore au XIXe siècle. Moi et les ministres ici présents, nous sommes résolument dans le XXIe siècle et nous savons qu’économie et progrès social peuvent aller de pair », a-t-il affirmé, estimant que la France devait s’inspirer de « ce qui marche, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Espagne ». A-t-il déclaré. Cette réforme dont certains aspects sont sans doute nécessaires se caractérise toutefois par un déséquilibre notable entre les exigences de la flexibilité et les garanties de la sécurité. Il faut dire qu’en ce moment la mode est à l’ultra libéralisme puisque certains proposent même que la plupart des travailleurs se transforment en auto entrepreneurs, pour parler clair en journalier du XVIIIe siècle mal rémunéré et corvéable à merci en fonction des carnets de commandes.  Des salariés devenant Auto entrepreneurs, le rêve de certains qui veulent supprimer le salariat et ses contraintes économiques et sociales. L’intermédiation numérique justifierait ce changement de statut. Revenons d’abord sur la définition que donne Wikipedia à la définition de journalier :  « Les termes de  brassier » et  manouvrier » (terme qui a perduré avec « manœuvre ») ont un sens proche et désignent également des ouvriers agricoles pauvres ; les deux mots indiquent une personne qui loue sa force physique, ses bras ou ses mains, et qui donc ne possède pas de train de culture (charrue et animaux de trait, bœufs, cheval ou mulet). Les journaliers et manouvriers existaient aussi dans les villes, pratiquant une multitude de petits métiers et louant là leurs bras à la journée. Celui qui s’en sortait le mieux était celui qui réussissait à se faire embaucher régulièrement, même si les salaires étaient minimes. ». En France le nombre d’autos entrepreneur ne cesse de progresser en raison notamment de la situation du chômage. Mais pour quel revenu ? Une enquête de 2011 effectuées par l’INSEE donne des éléments de réponse : «C’est une enquête INSEE qui révèle le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011. Alors même que le régime connaît un franc succès dans tous les secteurs d’activité ou il est éligible, les autoentrepreneurs semblent, globalement, avoir du mal à se générer un revenu décent. Explications.5430 euros par an : c’est le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011, année où ils étaient 416.000. L’autre solution consiste à libéraliser totalement les licenciements pour ceux qui resteraient salariés. C’est le projet du gouvernement qui permet de s’affranchir de pratiquement toutes les contraintes en matière de licenciement. Encore une fois des modernisations du marché du travail sont nécessaires mais elles doivent cependant équilibrer des objectifs de souplesse avec des garanties sociales. En outre une telle évolution suppose un travail pédagogique auprès des acteurs d’abord pour qu’ils comprennent  l’enjeu de la réforme, qu’ils en mesurent l’importance et trouvent  les compromis nécessaires entre les problématiques économiques et sociales. Or ce qui est surtout contestable dans la réforme du gouvernement c’est son déséquilibre, son manque de pédagogie,  finalement sa brutalité. En libéralisant brutalement les licenciements, Manuel Valls se rapproche davantage des modes de régulation sociale du XVIIIe siècle que du XXIe siècle.

Corée du Nord : déjà en retard d’un siècle, retarde son heure de 30 minutes

Corée du Nord : déjà en retard d’un siècle, retarde son heure de 30 minutes

Le dictateur fou de Corée du nord n’en finit pas d’innover, cette fois c’est encore le grand changement : celui de l’heure  qu’il retarde de 30 minutes. La Corée du nord  pourtant en retard d’un siècle dans tous les domaines notamment sur le plan économique puisqu’elle ne peut vivre sans l’aide alimentaire internationale. Cette décision du dictateur fou et évidemment pathétique mais cependant moins grave que ses déclarations de guerre réitérées contre tout le monde y compris les Etats Unis. Il serait temps que la Corée du nord  se débarrasse de ce dictateur fou et se mette à l’heure du monde moderne du point de vue économique sociale et démocratique. La Corée du Nord a donc annoncé vendredi 7 août l’adoption d’une nouvelle « heure de Pyongyang »: la mesure du temps imposée il y a plus d’un siècle par des « impérialistes japonais cruels » sera jetée aux orties et toutes les horloges du pays retardées de 30 minutes. À compter du 15 août, il sera GMT + huit heures et demie en Corée du Nord, soit 30 minutes plus tard qu’en Corée du Sud qui, à l’instar du Japon, est à GMT + 9. Ce changement d’heure, qui a obtenu le feu vert mercredi du Parlement nord-coréen, marquera le 70e anniversaire de la libération de la péninsule coréenne du règne colonial japonais (1910-1945).  « Les cruels impérialistes japonais ont commis tant de crimes impardonnables, allant jusqu’à priver la Corée de son heure standard tout en piétinant ses terres, sans aucune merci », a rapporté l’agence officielle KCNA. À l’ère précoloniale, il était GMT + 08h30 en Corée mais le Japon avait imposé son heure standard en 1912. Le décret parlementaire traduit la « foi inébranlable et la volonté du peuple et de l’armée à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corée », ajoute KCNA.

 

Pôle emploi pas efficace : la découverte du siècle

Pôle emploi pas efficace : la découverte du siècle

Pôle emploi est pas efficace c’est la découverte du siècle, ça mériterait un prix Nobel d’économie ! C’est la cour des comptes qui le dit ( et le redit). Pas étonnant on a mis des fonctionnaires qui ignorent tout évidement du marché du travail pour conseiller les chômeurs. Un peu comme si on demandait aux alcolos ( non repentis) de conseiller l’abstinence. Environ 55 000 fonctionnaires dont le travail consiste à remplir des données ( déjà connues) sur l’ordi et en faire un tirage. Un peu comme dans les interrogatoires successifs dans le garde à vue : nom, prénom, âge, domicile etc. D’après Le Parisien, les magistrats de la Cour des comptes pointent « des coûts croissants », une « dispersion des moyens », « une mission d’intermédiaire entre offre et demande qui n’est plus prioritaire » ainsi qu’une « connaissance insuffisante des besoins des demandeurs d’emploi et des entreprises ». Un nouveau record a été enregistré par Pôle emploi en mai, le nombre des demandeurs d’emploi sans activité (catégorie A) atteignant 3,55 millions (+16.200) en métropole. En incluant ceux qui ont eu une activité (temps partiel, CDD, intérim, catégories B et C), le nombre des demandeurs d’emploi a fait un bond de 69.600, pour culminer à 5,41 millions (5,71 avec l’Outre-mer), autre pic historique.

 

« Marine Le Pen, la jeanne d’Arc » du 21 ème siècle « (Brigitte Bardot )

« Marine Le Pen,  la jeanne d’Arc »  du 21 ème siècle «  (Brigitte Bardot )

 

 

B.B ne ses jamais signalé par sa culture et sa nuance mais cette fois elle fait fort avec cette déclaration. BB avait déjà affirmé ses amitiés avec l’extrême droite mais là elle a dû fumer le tapis. La vieillesse  est vraiment parfois un naufrage ; dommage pour cet actrice qui a marqué le cinéma français et qui défend souvent justement la cause animale. La sénilité n’a pas épargné l’ancienne vedette des écrans qui sait cumuler le ridicule, l’outrance et la sottise.  L’ancienne actrice vient en effet une nouvelle fois de déclarer sa flamme à la présidente du Front national dans une interview accordée à « Paris Match ».  À l’occasion d’une interview accordée à l’hebdomadaire « Paris Match » en kiosques depuis jeudi, l’ancienne actrice Brigitte Bardot, qui soufflera ses 80 bougies au mois de septembre, s’est encore une fois tristement illustrée avec ses propos dithyrambiques sur la présidente du Front national, Marine Le Pen. Et cette fois-ci, ils dépassent allègrement les limites du ridicule. Ils sont réellement consternants…  Elle lui (re)déclare sa flamme en la comparant à la « Pucelle d’Orléans »,1922 : « Marine sait ce qu’elle doit faire et n’a pas besoin de mes conseils. Je souhaite qu’elle sauve la France, elle est la Jeanne d’Arc du XXIe siècle ! ».

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol