Archive pour le Tag 'si nécessaire'

Coronavirus : agir « si nécessaire » pour le G20 !

Coronavirus : agir « si nécessaire » pour le G20 !

 

 

Une déclaration un peu surréaliste du G20 qui prend note de l’ampleur actuelle du virus et qui promet d’agir « si nécessaire » ! Comme si cette nécessité n’était déjà pas criante puisque vraisemblablement l’écroulement de la croissance en Chine (la croissance pourrait être nulle en 2020)  va se répercuter sur l’ensemble du monde. En général ,une perte de croissance d’un point en Chine fait baisser la croissance mondiale de 0,2 %, du coup théoriquement la croissance mondiale pourrait perdre un point passant de 3 % à 2 %. Mais il se pourrait que les dégâts soient encore  plus importants avec la désorganisation totale des processus de production et de distribution. Il faut ajouter aussi la crise financière qui s’annonce pas seulement avec le krach boursier mais aussi avec la crise généralisée des entreprises déjà fragilisées et qui ne pourront  encaisser le nouveau choc. Il y a donc une urgence d’action qui devrait notamment se traduire par une action très coordonnée des pays et les banques centrales dès maintenant. Car il y a une crise de l’offre mais  il y aura aussi une crise de la demande. Les incertitudes gagnent sérieusement les ménages dans les dépenses commencent dangereusement à se passer en particulièrement en matière d’investissement. Or dans nombre de pays, la France en particulier, c’est la demande intérieure qui soutient la croissance depuis la baisse des échanges internationaux.

Au lieu de cela on a choisi l’attentisme. Quelques jours après le G7, les États membres du G20, réunis en Arabie Saoudite, ont promis d’agir en temps et en heure pour contrer les conséquences du coronavirus sur l’économie. Dans un communiqué rendu public vendredi soir, les ministres des Finances des vingt économies les plus puissantes de la planète, accompagnés des gouverneurs de banques centrales, ont déclaré qu’ils soutenaient «pleinement les mesures en cours des pays pour contenir la flambée», et qu’ils surveillaient attentivement l’évolution de l’épidémie.

Toutefois, à l’instar de la dernière déclaration des ministres du G7, le G20 n’appelle pas à la mise en place immédiate de certaines mesures spécifiques pour soutenir l’économie. Celles-ci devront intervenir en temps voulu, argumentent les décideurs. «Nous sommes prêts à prendre de nouvelles mesures, y compris des mesures fiscales et monétaires […] pour soutenir l’économie durant cette phase et maintenir la résilience du système financier», déclarent les participants sans plus de précision. Les États disent également travailler en «étroite collaboration» avec le FMI, l’OCDE et l’OMS et promettent «d’utiliser tous les outils politiques disponibles pour parvenir à une croissance forte, durable, équilibrée et inclusive, et à nous prémunir contre les risques de baisse».

Un nombre croissant d’institutions ont pourtant appelé les États à intervenir au plus vite pour limiter les effets du coronavirus sur l’activité. C’est notamment le cas de l’OCDE, qui table désormais sur une croissance mondiale à 2,4%, dans un scénario d’épidémie limitée, au lieu des 2,9% attendus jusqu’ici. L’organisation a appelé les nations à prendre la situation à bras-le-corps, tirant profit du contexte de taux d’intérêt bas pour «renforcer la demande à court terme», y compris en mettant en place des «dépenses temporaires pour amortir l’impact de l’épidémie de coronavirus sur les groupes sociaux et les entreprises vulnérables».

Métro Grand Paris Express : Ayrault veut 1 milliard si nécessaire, c’est bien mais on les prend où ?

Métro Grand Paris Express : Ayrault veut 1 milliard si nécessaire, c’est bien  mais on les prend où ?

 

Développer les transports collectifs, c’est bien y compris à Paris ; question :  on finance comment ? En moyenne d’après l’UTP, l’usager en France ne couvre que 35% des dépenses (le reste subvention et fiscalité, comme le versement transport). Deuxième question l’aménagement du territoire, pourquoi concentrer autant d’activités à Paris ? 100 000 emplois pourraient être décentralisés rapidement. Argument contre, oui mais les réunions à Paris ; réponse, elles ne concernent que quelques cadres ; cela ne justifie pas la localisation de milliers d’employés à Paris. Exemple , le ministère des transports et de l’équipement ; et à la Défense, le quartier le plus cher de Paris !  Des centaines de services dépendant de l’Etat pourraient être délocalisés en province. Quels liens entre l’urbanisme, le transport, l’emploi ,l’environnement, le coût du foncier et de l’immobilier ? Aucun ou presque, trop complexe. Jean-Marc Ayrault s’est donc engagé mardi sur « un milliard d’euros » en 2015, « si nécessaire », pour permettre la réalisation du métro automatique Grand Paris Express, suscitant des interprétations divergentes des élus régionaux qui attendent cette dotation. Le Premier ministre a précisé que le gouvernement disposerait de « tous les éléments » sur le coût de cette ligne de métro « en début d’année prochaine ». « Sur ces bases, dès que cela sera nécessaire – et en 2015 s’il le faut – nous mettrons en place la dotation d’un milliard (d’euros) au capital de la Société du Grand Paris » maître d’ouvrage de ce projet de 200 km de métro et 72 nouvelles gares, a-t-il dit. « Bien sûr le réseau existant ne pourra pas répondre à lui seul aux perspectives ambitieuses de développement pour la métropole capitale », a déclaré M. Ayrault, qualifiant de « nécessaire » la réalisation du Grand Paris Express, pensé comme un moyen de répondre à la saturation du réseau actuel et de développement pour « toute la région ». Il a d’ores et déjà acté, comme l’avait fait la ministre EELV en charge du dossier Cécile Duflot, qu’il y aurait « une priorisation des travaux », c’est-à-dire que certains tronçons se feront avant d’autres, dans un contexte budgétaire où le dépassement de la date butoir de 2025 semble s’imposer. Jean-Paul Huchon, président PS de la région Ile-de-France, a qualifié le discours de M. Ayrault d’ »excellente nouvelle », affirmant à propos du milliard qu’il n’en avait « jamais douté ». « Les financements nécessaires seront au rendez-vous au moment des travaux. Voilà qui devrait calmer les polémiques stériles entretenues par l’opposition », a espéré M. Huchon. Peine perdue: Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP à la région, s’est « indignée » de ces propos « qui signent l’arrêt de mort du projet ».

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol