Archive pour le Tag 'seul au monde !'

Syrie : Hollande, en Don Quichotte, seul au monde !

Syrie : Hollande, en Don Quichotte, seul au monde !

Il est seul au monde, le Don Quichotte, le seul chef d’Etat au monde  au monde à avoir décidé seul d’une intervention en Syrie. Faute d’avoir du poids en France et en Europe (dirigée de fait par Merkel), Hollande recherche désespérément une reconnaissance internationale. La Syrie en est l’occasion. Pourquoi faire ? En fait personne ne le sait, même Obama contraint de demander l’avis du congrès pour gagner du temps ; Punir mais pourquoi ? puisque Hollande a bien précisé qu’il ne s’agissait pas de renverser Assad, et même si c’était quand même le cas,  pour mettre en place des fondamentalistes comme dans d’autres pays arabes dont les printemps se sont transformés en hivers ; « Pépère » est seul, aussi déterminé que ridicule, dans son costume de néo libérateur trop grand pour lui en dépit de son inquiétant embonpoint renaissant. Les français ne sont pas dupes ; 64% sont contre cette intervention pus qu’hasardeuse. Au premier attentat de représailles Hollande se repliera sur des positions pacifiques pathétiques . Quand on observe le spectacle qu’offre maintenant l’Irak  avec ses attentas meurtriers quotidiens, on se dit que la France a bien fait de ne pas s’engager dans cette opération douteuse. .Les controverses sur une éventuelle intervention militaire en Syrie se poursuivent donc. L’opposition, UMP et centristes en tête, a mis en garde François Hollande contre toute décision hâtive d’intervenir militairement au côté des Américains contre le régime Assad. Après les déclarations de François Fillon et Jean-François Copé, qui ont tiré la sonnette d’alarme à 24 heures d’intervalle devant les risques d’une entrée en guerre, c’est Jean-Louis Borloo, le patron de l’UDI –parti centriste allié naturel de l’UMP–, qui a mis François Hollande sous pression. Il a réclamé samedi soir un vote des parlementaires français, immédiatement après la déclaration de Barack Obama annonçant son intention de faire voter le Congrès américain.  « Comme le Président des Etats-Unis, qui a décidé de consulter le Congrès américain au titre des principes démocratiques, le Président français doit faire de même et organiser après le débat (prévu mercredi), un vote formel au Parlement », a écrit l’ancien ministre dans un communiqué. Un vote également demandé samedi 31 août par François Bayrou (MoDem), André Chassaigne, au nom des députés du Front de gauche, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et par Christian Jacob, chef de file des députés UMP, pour qui le gouvernement devrait même engager sa responsabilité dans un vote de confiance.  Une session extraordinaire du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) consacrée à la crise syrienne doit se tenir mercredi 4 septembre dans l’après-midi, avec au programme une déclaration du Premier ministre Jean-Marc Ayrault suivie d’un débat… Mais en principe pas d’un vote, même si juridiquement rien ne l’empêche. Interrogé sur les intentions de François Hollande, son entourage s’est refusé à tout commentaire samedi 31 août au soir. Dans un nouvel entretien téléphonique le président français et son homologue américain Barack Obama ont réaffirmé leur « détermination » à agir. Hormis au PS, nombre de dirigeants politiques de droite comme de gauche ont exprimé leurs réserves ou leurs craintes face à une action militaire visant à « punir » le régime Assad tenu pour responsable par Washington et Paris de l’attaque chimique du 21 août dans la banlieue de Damas. François Fillon, est par exmple très plus hostile à toute intervention militaire en Syrie. Soulignant que la France « ne peut agir à la légère et à la remorque de quiconque, fussent-ils ses alliés et amis américains », il a exhorté le président Hollande, lors d’une réunion publique à Saint-Raphaël (Var) à « bien mesurer » les « dangers » d’une action militaire, alors que « la région est une poudrière ». Sur la même ligne depuis le départ, François Fillon a multiplié les conditions à remplir avant toute intervention, dont l’existence de preuves de l’implication de Damas dans le massacre chimique. Des preuves également réclamées par Jean-Louis Borloo qui a posé six conditions.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol