Archive pour le Tag 'ses'

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran vient sans doute de commettre une erreur géostratégique majeure en attaquant directement et massivement Israël. Israël qui en a profité pour montrer l’efficacité de son système de défense puisque 95 % des missiles et autres drones ont été détruits.

La propagande iranienne affirme cependant que les objectifs ont été atteints ! Il s’agit évidemment de donner le change aux plus extrémistes du pays. L’Iran était en effet agitée en ce moment par des contradictions internes au sommet du pouvoir avec d’un côté les plus radicaux et de l’autre des plus modérés y compris dans la hiérarchie religieuse mais aussi militaire.

Les plus modérés dans les rangs militaires savent bien que le pays ne ferait pas le poids dans une guerre directe avec Israël et que l’extension du conflit au Moyen-Orient pourrait se traduire par un affaiblissement du mouvement chiite.

L’erreur stratégique majeure est surtout d’avoir réussi l’exploit de ressouder les pays arabes d’obédience sunnite autour d’Israël pour détruire l’attaque iranienne.

Il y a aussi les contradictions relatives à la société iranienne avec un fort mouvement qui lutte contre les contraintes religieuses. Et la vérité c’est que le pouvoir religieux et militaire est de plus en plus mal supporté par la population. En faisant appel au nationalisme,  le pouvoir iranien pensait  à la fois satisfaire des objectifs de politique interne et des objectifs de politique externe. L’opération est ratée sur tous les plans.

Il faut espérer qu’Israël ne tombera pas dans le piège de l’extension du conflit car les alliances contre l’Iran pourraient alors se défaire.

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran vient sans doute de commettre une erreur géostratégique majeure en attaquant directement et massivement Israël. Israël qui en a profité pour montrer l’efficacité de son système de défense puisque 95 % des missiles et autres drones ont été détruits.

La propagande iranienne affirme cependant que les objectifs ont été atteints ! Il s’agit évidemment de donner le change aux plus extrémistes du pays. L’Iran était en effet agitée en ce moment par des contradictions internes au sommet du pouvoir avec d’un côté les plus radicaux et de l’autre des plus modérés y compris dans la hiérarchie religieuse mais aussi militaire.

Les plus modérés dans les rangs militaires savent bien que le pays ne ferait pas le poids dans une guerre directe avec Israël et que l’extension du conflit au Moyen-Orient pourrait se traduire par un affaiblissement du mouvement chiite.

L’erreur stratégique majeure est surtout d’avoir réussi l’exploit de ressouder les pays arabes d’obédience sunnite autour d’Israël pour détruire l’attaque iranienne.

Il y a aussi les contradictions relatives à la société iranienne avec un fort mouvement qui lutte contre les contraintes religieuses. Et la vérité c’est que le pouvoir religieux et militaire est de plus en plus mal supporté par la population. En faisant appel au nationalisme,  le pouvoir iranien pensait  à la fois satisfaire des objectifs de politique interne et des objectifs de politique externe. L’opération est ratée sur tous les plans.

Il faut espérer qu’Israël ne tombera pas dans le piège de l’extension du conflit car les alliances contre l’Iran pourraient alors se défaire.

L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran vient sans doute de commettre une erreur géostratégique majeure en attaquant directement et massivement Israël. Israël qui en a profité pour montrer l’efficacité de son système de défense puisque 95 % des missiles et autres drones ont été détruits.

La propagande iranienne affirme cependant que les objectifs ont été atteints ! Il s’agit évidemment de donner le change aux plus extrémistes du pays. L’Iran était en effet agitée en ce moment par des contradictions internes au sommet du pouvoir avec d’un côté les plus radicaux et de l’autre des plus modérés y compris dans la hiérarchie religieuse mais aussi militaire.

Les plus modérés dans les rangs militaires savent bien que le pays ne ferait pas le poids dans une guerre directe avec Israël et que l’extension du conflit au Moyen-Orient pourrait se traduire par un affaiblissement du mouvement chiite.

L’erreur stratégique majeure est surtout d’avoir réussi l’exploit de ressouder les pays arabes d’obédience sunnite autour d’Israël pour détruire l’attaque iranienne.

Il y a aussi les contradictions relatives à la société iranienne avec un fort mouvement qui lutte contre les contraintes religieuses. Et la vérité c’est que le pouvoir religieux et militaire est de plus en plus mal supporté par la population. En faisant appel au nationalisme,  le pouvoir iranien pensait  à la fois satisfaire des objectifs de politique interne et des objectifs de politique externe. L’opération est ratée sur tous les plans.

Il faut espérer qu’Israël ne tombera pas dans le piège de l’extension du conflit car les alliances contre l’Iran pourraient alors se défaire.

Croissance : l’Italie baisse encore ses prévisions

Croissance : l’Italie baisse encore ses prévisions

Comme l’Allemagne, comme la France, l’Italie est contrainte de revoir encore ses prévisions à la baisse. L’Italie subit évidemment la détérioration de la conjoncture économique en Europe et au-delà au plan mondial. Elle ramène sa prévision de croissance à 1 %, ce qui paraît encore optimiste.

L’Italie espère désormais seulement une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1% cette année et de 1,2% en 2025, contre respectivement 1,2% et 1,4% précédemment.

Ces prévisions, jugées ambitieuses par les analystes, sont supérieures à celles de la Banque d’Italie, qui mise sur seulement 0,6% de croissance en 2024 et 1,1% en 2025. La Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI) prévoient, eux, 0,7%. Pour rappel, en 2023, le pays a enregistré une hausse de son PIB de 0,9%.

 

De son côté, la Commission de Bruxelles a revu ses prévisions de croissance à la baisse, jeudi 15 février, tout en jugeant plus élevés les risques qui pèsent sur son scénario. En 2024, le produit intérieur brut (PIB) devrait augmenter de 1,3 % au sein de l’Union européenne (UE) et de 0,8 % dans la zone euro, après avoir, dans les deux cas, progressé de 0,5 % en 2023. S’il a échappé de peu à une récession au second semestre 2023, le Vieux Continent peine à renouer avec une économie florissante.

 

Croissance : la Banque de France révise aussi à la baisse ses prévisions

Croissance : la Banque de France révise aussi à la baisse ses prévisions

La Banque de France à son tour, corrige son estimation et prévoit une progression du PIB de seulement 0,8% cette année, contre 0,9% auparavant. La correction est il est vrai très légère et s’explique par «un moindre acquis de croissance à l’issue du quatrième trimestre 2023».

 

En langage clair cela signifie que la croissance s’inscrit dans une tendance très baissière depuis la fin de 2023 et que cela va continuer. La reprise est désormais repoussée à 2025. La Banque de France n’insiste pas suffisamment sur les facteurs explicatifs à savoir la baisse du pouvoir d’achat ( et des investissements) qui plombe la consommation et la croissance.

Quant à la différence entre la prévision de Bercy (1%) et la nouvelle de la Banque de France (0,8%), elle relève de «la marge d’incertitude», commente François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, dans une interview exclusive au Figaro .

D’après la Banque de France, en 2025 prochaine, la croissance va accélérer, à 1,5%, puis à 1,7% en 2026 , «sous l’effet d’hypothèses plus favorables sur les prix de l’énergie et les conditions financières». Les taux d’intérêt devraient en effet commencer à baisser au printemps alors que l’inflation ralentit. La Banque de France confirme dans ses prévisions le recul de la hausse des prix.

L’indice des prix à la consommation, après une progression de 5,7% sur l’ensemble de l’année dernière devrait s’établir à 2,5% cette année avant de baisser à 1,7% en 2025, en dessous de la cible de la Banque centrale européenne (BCE). Les salaires ne seront pas un moteur de l’inflation puisque les économistes de la Banque de France prévoient une «moindre augmentation des salaires à court terme». Ce ralentissement aidera à la désinflation mais « pourrait » freiner la reprise de la consommation.
Sur le front de l’emploi, la Banque s’attend à une remontée légère du taux de chômage, de 7,5% en 2023 à 7,8% «de fin 2024 à fin 2025».

Taux d’intérêt: la BCE maintient ses taux

Taux d’intérêt: la BCE maintient ses taux

Comme c’était prévisible après la décision de la banque fédérale américaine de maintenir ses taux, la banque centrale européenne s’aligne sur cette position. En cause la fragilité de l’économie européenne par rapport à celle des États-Unis. La BCE ne peut donc décrocher par rapport aux États-Unis en manière de taux sauf à fragiliser l’euro. La banque centrale a abaissé ses prévisions en zone euro pour 2023 et 2024. Les nouvelles projections macroéconomiques de l’institution prévoient désormais une croissance de 0,6% en 2023 -contre 0,7% précédemment- puis 0,8% en 2024 et 1,5% en 2025 ainsi qu’en 2026.Elle a abaissé sa prévision d’inflation pour 2024 prévoyant une hausse des prix de 2,7% cette année-là — contre 3,2% précédemment , de 2,1% en 2025, puis de 1,9% en 2026.

Alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé ses taux inchangés, mercredi 13 décembre, et que ses responsables ont indiqué qu’ils anticipaient majoritairement trois ou quatre baisses l’année prochaine, pour les amener à 4,6% fin 2024, c’est maintenant au tour de la Banque centrale européenne (BCE) de se prononcer.

Et un tel scénario reste exclu pour l’instant, a tranché la présidente de l’institution européenne, ce jeudi D’autant que la bataille de la passion est encore loin être gagné en particulier du fait de la grande dépendance de le l’Europe aux énergies importées.
L’institution monétaire poursuit ainsi sa pause après dix hausses d’affilée depuis juillet 2022. Le taux de dépôt, qui fait référence, reste donc à 4,0%, son niveau le plus haut depuis le lancement de la monnaie unique en 1999, tandis que le taux de refinancement et le taux de facilité de prêt marginal se situent respectivement à 4,50% et 4,75%.

En outre, la BCE a annoncé, ce jeudi, son intention de davantage réduire la taille de son bilan à compter de la mi-2024, soit six mois plus tôt que prévu, sur fond du recul de l’inflation.

L’institution monétaire veut réduire son portefeuille de dette acquise dans le cadre du plan d’urgence contre la pandémie de coronavirus (le « PEPP »), en ne réinvestissant qu’une partie des titres à échéance. Cela réduira la taille de ces avoirs de 7,5 milliards d’euros par mois en moyenne à compter de juillet 2024. Les réinvestissements s’arrêteront ensuite fin 2024, selon un communiqué.

Rédiger un commentaire

Antisémitisme : Macron critiqué par Valls pour ses absences et ses contradictions

Antisémitisme : Macron critiqué par Valls pour ses absences et ses contradictions


D’une certaine manière Valls a voulu se faire le porte-parole de l’opinion à propos du mécontentement concernant les hésitations et contradictions du président à propos du conflit Israël au palestinien. Notons effectivement qu’au départ Macon a clairement affiché sa totale solidarité avec Israël proposant même une alliance internationale contre le amasse. Une proposition qui a fait chou blanc ! Ensuite Macon a réclamé une pause pour des motifs sanitaires. Mais ensuite il a ensuite adhéré au principe d’un cessez-le-feu finalement total contradiction avec sa première posture. Surtout son interview à la BBC en Angleterre a beaucoup choqué.

L’ancien premier ministre trouve le président «un peu à côté de la plaque» dans son approche du conflit au Proche-Orient. Il lui reproche aussi son absence à la grande marche contre l’antisémitisme.

L’actualité internationale lui a permis de retrouver une place dans le débat public. Offensif dans son soutien à Israël depuis les attaques terroristes du Hamas le 7 octobre, et mobilisé contre l’explosion des actes antisémites en France, Manuel Valls a eu l’occasion d’aborder ces sujets entre les murs de l’Élysée. Selon nos informations, l’ancien premier ministre a été reçu mercredi par Frédéric Michel, patron de la communication et conseiller en stratégie d’Emmanuel Macron, qu’il connaît de longue date. L’occasion pour lui de faire passer quelques messages sur ses thèmes de prédilection, et de partager son jugement sur l’action du chef de l’État.

Reçu à l’Élysée, valse a très nettement critiqué le président sur ce dossier.
«Je lui ai évidemment dit ce que je pensais des propos tenus par le président sur la BBC (où il a appelé à un «cessez-le-feu» et «exhorté» Israël à stopper ses bombardements tuant «des bébés, des femmes et des personnes âgées», NDLR), ce que je pensais de ses zigzags en matière de diplomatie , et ce que je pensais de l’argument qu’il a invoqué…

Santé-Déserts médicaux : le Sénat pris dans ses contradictions

Santé-Déserts médicaux : le Sénat pris dans ses contradictions

Curieusement, le Sénat qui représente surtout les collectivités locales de province s’est prononcé contre une réglementation visant à contraindre l’installation de généralistes dans les déserts médicaux. Le Sénat est en quelque sorte victime de son idéologie généralement très libérale et de ses contradictions quant à la prise en charge des intérêts des territoires loin de Paris.

En clair, le Sénat a rejoint les positions très corporatistes de la profession. Pourtant ce n’était sans doute pas un drame d’imposer par exemple un séjour de 2 à 3 ans en zone notamment rurale pour apprendre précisément la médecine très généraliste puisque dans ces zones le médecin remplit aussi assez souvent les fonctions de médecine spécialisée, également introuvable. Sans parler de la prise en compte des pathologies psychologiques.

À l’instar de l’Assemblée nationale, le Sénat a donc voté ce mardi 24 octobre 2023 contre plusieurs mesures visant à mieux garnir les déserts médicaux.

La proposition du sénateur Les Républicains Stéphane Sautarel, la plus proche d’être adoptée par la chambre haute, a été écartée par 124 voix pour et 188 voix contre

Déserts médicaux : le Sénat pris dans ses contradictions

Déserts médicaux : le Sénat pris dans ses contradictions

Curieusement, le Sénat qui représente surtout les collectivités locales de province s’est prononcé contre une réglementation visant à contraindre l’installation de généralistes dans les déserts médicaux. Le Sénat est en quelque sorte victime de son idéologie généralement très libérale et de ses contradictions quant à la prise en charge des intérêts des territoires loin de Paris.

En clair, le Sénat a rejoint les positions très corporatistes de la profession. Pourtant ce n’était sans doute pas un drame d’imposer par exemple un séjour de 2 à 3 ans en zone notamment rurale pour apprendre précisément la médecine très généraliste puisque dans ces zones le médecin remplit aussi assez souvent les fonctions de médecine spécialisée, également introuvable. Sans parler de la prise en compte des pathologies psychologiques.

À l’instar de l’Assemblée nationale, le Sénat a donc voté ce mardi 24 octobre 2023 contre plusieurs mesures visant à mieux garnir les déserts médicaux.

La proposition du sénateur Les Républicains Stéphane Sautarel, la plus proche d’être adoptée par la chambre haute, a été écartée par 124 voix pour et 188 voix contre.

Elle consistait à expérimenter pendant trois ans le « conventionnement sélectif » des médecins: les directeurs d’agences régionales de santé (ARS) auraient déterminé des zones en « fort excédent » d’offres de soins, dans lesquelles l’installation d’un nouveau médecin aurait été conditionnée au départ d’un confrère.

Une proposition transpartisane similaire avait déjà beaucoup fait parler à l’Assemblée nationale au mois de juin mais avait été rejetée.

« Croire qu’un médecin de moins en centre ville est un médecin de plus en zone rurale, c’est faux », a insisté la ministre Agnès Firmin Le Bodo qui ui aurait mieux fait de se taire au lieu de de parler pour rien.

Au programme d’Emmanuel Macron en 2022
Les parlementaires étaient particulièrement partagés sur cette régulation, qui séduit globalement à gauche, mais aussi certains au centre et à droite, majoritaires au Sénat.

« Je ne comprends pas que le Sénat, chambre des territoires, soit en retrait par rapport à l’Assemblée sur la défense de l’accès aux soins en zone rurale », a pesté le sénateur Hervé Maurey (groupe centriste).
Le groupe communiste a de son côté fait remarquer que cette mesure figurait au programme d’Emmanuel Macron en 2022. « Ce vers quoi je souhaite qu’on avance, c’est de stopper les conventionnements dans les zones qu’on considère comme déjà bien dotées », avait en effet déclaré le président de la République en campagne.

Le ministre de la Santé Aurélien Rousseau avait lui assuré en début de débat se refuser à de telles « mesures de coercition », jugées « contreproductives ».

Nobel d’économie: la récompense à Claudia Goldin pour ses travaux sur les inégalités au travail hommes femmes

Nobel d’économie: la récompense à Claudia Goldin pour ses travaux sur les inégalités au travail hommes femmes

Cette professeure à Harvard, âgée de 77 ans, et spécialiste du travail et de l’histoire économique a « fait progresser notre compréhension de la situation des femmes sur le marché du travail », a annoncé le jury Nobel.

La nomination de cette économiste porte aussi un fort message politique du jury Nobel sur la considération des femmes dans l’économie.

« Les recherches de Claudia Goldin nous ont donné un aperçu nouveau et souvent surprenant du rôle historique et contemporain des femmes sur le marché du travail », a précisé le jury, soulignant qu’« elle a mis en évidence les principaux facteurs de différences entre les hommes et les femmes » et comment ils ont évolué lors des deux derniers siècles au fur et à mesure de l’industrialisation, avec un déclin du travail des femmes au cours du XIXème siècle.

« Les grands sujets (pour les droits des femmes) diffèrent entre les pays », a-t-elle expliqué. « Aux Etats-Unis, par exemple, nous nous demandons pourquoi nous stagnons, pourquoi la participation des femmes au marché du travail reste constante depuis les années 1990 et ne commence à progresser que maintenant ». « Le niveau d’éducation des femmes a tellement augmenté, mais à beaucoup d’endroits, leur paye et leur grade (hiérarchique) n’a pas progressé », a-t-elle encore relevé.

Economie-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Economie-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Comme la plupart des autres instituts et comme le gouvernement, la Banque de France ne cesse de bricoler ses prévisions économiques pour cacher la tendance baissière de l’activité. Ainsi la banque de France a révisé sa prévision de croissance pour 2023 à 0,9 % au lieu de 0,7 % prévu en juin dernier. Le problème, c’est que les chiffres du troisième trimestre et du quatrième risque d’être mauvais en raison d’une part de la baisse des investissements, du tassement encore de la consommation et d’un moral des entreprises qui recule.

Pour preuve de cette tendance baissière de l’économie, la banque de France revoit par contre en baisse ses prévisions d’activité pour 2024 à 0,9% contre 1% en juin

La Banque de France par contre révise à la hausse ses projections macroéconomiques pour 2023 à 0,9% contre 0,7% en juin dernier. La Banque centrale s’aligne donc avec les derniers chiffres de l’Insee pour cette année.

De son côté, le gouvernement, a révisé à la baisse la croissance pour l’année prochaine à 1,4% contre 1,6% précédemment. Mais elle demeure encore bien supérieure à celle estimée par la Banque de France.

La Banque de France envisage une inflation plus élevée que prévue en 2023 à 5,8% contre 5,6% en juin. Ils ont également revu à la hausse l’inflation pour 2024 à 2,8% contre 2,6%.

Du coup, la facture est pour les ménages. L’indice des prix à la consommation a bondi vers des sommets . Résultat, la plupart des consommateurs ont perdu du pouvoir d’achat en 2022.

En revanche, pour 2023, la Banque de France s’attend cependant à une légère progression (+0,6%) en raison notamment de la hausse des revenus non salariaux (primes, intéressement) !!!

Mais la consommation fait du surplace cette année (0%). Elle pourrait toutefois remonter à partir de l’année prochaine (+1,8%).

Toutes ces prévisions sont faites pour beaucoup au doigt mouillé et s’inscrivent dans l’épaisseur d’un trait. De sorte qu’il n’est pas possible pour 2024 d’ailleurs comme pour 2023 de faire des perspectives précises à 0,1 ou 02 % de variations.

Conjoncture économiques-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Conjoncture économiques-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Comme la plupart des autres instituts et comme le gouvernement, la Banque de France ne cesse de bricoler ses prévisions économiques pour cacher la tendance baissière de l’activité. Ainsi la banque de France a révisé sa prévision de croissance pour 2023 à 0,9 % au lieu de 0,7 % prévu en juin dernier. Le problème, c’est que les chiffres du troisième trimestre et du quatrième risque d’être mauvais en raison d’une part de la baisse des investissements, du tassement encore de la consommation et d’un moral des entreprises qui recule.

Pour preuve de cette tendance baissière de l’économie, la banque de France revoit par contre en baisse ses prévisions d’activité pour 2024 à 0,9% contre 1% en juin

La Banque de France par contre révise à la hausse ses projections macroéconomiques pour 2023 à 0,9% contre 0,7% en juin dernier. La Banque centrale s’aligne donc avec les derniers chiffres de l’Insee pour cette année.

De son côté, le gouvernement, a révisé à la baisse la croissance pour l’année prochaine à 1,4% contre 1,6% précédemment. Mais elle demeure encore bien supérieure à celle estimée par la Banque de France.

La Banque de France envisage une inflation plus élevée que prévue en 2023 à 5,8% contre 5,6% en juin. Ils ont également revu à la hausse l’inflation pour 2024 à 2,8% contre 2,6%.

Du coup, la facture est pour les ménages. L’indice des prix à la consommation a bondi vers des sommets . Résultat, la plupart des consommateurs ont perdu du pouvoir d’achat en 2022.

En revanche, pour 2023, la Banque de France s’attend cependant à une légère progression (+0,6%) en raison notamment de la hausse des revenus non salariaux (primes, intéressement) !!!

Mais la consommation fait du surplace cette année (0%). Elle pourrait toutefois remonter à partir de l’année prochaine (+1,8%).

Toutes ces prévisions sont faites pour beaucoup au doigt mouillé et s’inscrivent dans l’épaisseur d’un trait. De sorte qu’il n’est pas possible pour 2024 d’ailleurs comme pour 2023 de faire des perspectives précises à 0,1 ou 02 % de variations.

Economie- Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Economie- Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Comme la plupart des autres instituts et comme le gouvernement, la Banque de France ne cesse de bricoler ses prévisions économiques pour cacher la tendance baissière de l’activité. Ainsi la banque de France a révisé sa prévision de croissance pour 2023 à 0,9 % au lieu de 0,7 % prévu en juin dernier. Le problème, c’est que les chiffres du troisième trimestre et du quatrième risque d’être mauvais en raison d’une part de la baisse des investissements, du tassement encore de la consommation et d’un moral des entreprises qui recule.

Pour preuve de cette tendance baissière de l’économie, la banque de France revoit par contre en baisse ses prévisions d’activité pour 2024 à 0,9% contre 1% en juin

La Banque de France par contre révise à la hausse ses projections macroéconomiques pour 2023 à 0,9% contre 0,7% en juin dernier. La Banque centrale s’aligne donc avec les derniers chiffres de l’Insee pour cette année.

De son côté, le gouvernement, a révisé à la baisse la croissance pour l’année prochaine à 1,4% contre 1,6% précédemment. Mais elle demeure encore bien supérieure à celle estimée par la Banque de France.

La Banque de France envisage une inflation plus élevée que prévue en 2023 à 5,8% contre 5,6% en juin. Ils ont également revu à la hausse l’inflation pour 2024 à 2,8% contre 2,6%.

Du coup, la facture est pour les ménages. L’indice des prix à la consommation a bondi vers des sommets . Résultat, la plupart des consommateurs ont perdu du pouvoir d’achat en 2022.

En revanche, pour 2023, la Banque de France s’attend cependant à une légère progression (+0,6%) en raison notamment de la hausse des revenus non salariaux (primes, intéressement) !!!

Mais la consommation fait du surplace cette année (0%). Elle pourrait toutefois remonter à partir de l’année prochaine (+1,8%).

Toutes ces prévisions sont faites pour beaucoup au doigt mouillé et s’inscrivent dans l’épaisseur d’un trait. De sorte qu’il n’est pas possible pour 2024 d’ailleurs comme pour 2023 de faire des perspectives précises à 0,1 ou 02 % de variations.

Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Comme la plupart des autres instituts et comme le gouvernement, la Banque de France ne cesse de bricoler ses prévisions économiques pour cacher la tendance baissière de l’activité. Ainsi la banque de France a révisé sa prévision de croissance pour 2023 à 0,9 % au lieu de 0,7 % prévu en juin dernier. Le problème, c’est que les chiffres du troisième trimestre et du quatrième risque d’être mauvais en raison d’une part de la baisse des investissements, du tassement encore de la consommation et d’un moral des entreprises qui recule.

Pour preuve de cette tendance baissière de l’économie, la banque de France revoit par contre en baisse ses prévisions d’activité pour 2024 à 0,9% contre 1% en juin

La Banque de France par contre révise à la hausse ses projections macroéconomiques pour 2023 à 0,9% contre 0,7% en juin dernier. La Banque centrale s’aligne donc avec les derniers chiffres de l’Insee pour cette année.

De son côté, le gouvernement, a révisé à la baisse la croissance pour l’année prochaine à 1,4% contre 1,6% précédemment. Mais elle demeure encore bien supérieure à celle estimée par la Banque de France.

La Banque de France envisage une inflation plus élevée que prévue en 2023 à 5,8% contre 5,6% en juin. Ils ont également revu à la hausse l’inflation pour 2024 à 2,8% contre 2,6%.

Du coup, la facture est pour les ménages. L’indice des prix à la consommation a bondi vers des sommets . Résultat, la plupart des consommateurs ont perdu du pouvoir d’achat en 2022.

En revanche, pour 2023, la Banque de France s’attend cependant à une légère progression (+0,6%) en raison notamment de la hausse des revenus non salariaux (primes, intéressement) !!!

Mais la consommation fait du surplace cette année (0%). Elle pourrait toutefois remonter à partir de l’année prochaine (+1,8%).

Toutes ces prévisions sont faites pour beaucoup au doigt mouillé et s’inscrivent dans l’épaisseur d’un trait. De sorte qu’il n’est pas possible pour 2024 d’ailleurs comme pour 2023 de faire des perspectives précises à 0,1 ou 02 % de variations.

Sondage: Marine Le Pen monte surtout grâce à l’indigence de ses adversaires

Sondage: Marine Le Pen monte surtout grâce à l’indigence de ses adversaires

Certains s’étonnent encore encore que Marine Le Pen continue de monter dans les sondages. Le facteur explicatif est moins sans doute dans ses compétences que dans la nullité crasse dont font preuves ses concurrents politiques. Côté gouvernement, c’est évidemment la catastrophe dans tous les domaines qu’il s’agisse de l’activité économique, du pouvoir d’achat, de la sécurité, des services publics. En même temps un désastre des finances publiques avec déficit et dette record en dépit du niveau complètement fou de la fiscalité. La question du pouvoir d’achat et de la sécurité plombent actuellement complètement la popularité d’un gouvernement considéré comme paralysé. Côté opposition, le parti républicain est aujourd’hui sans leader charismatique incontesté et ne parvient pas à se distinguer du pouvoir. Côté gauche, c’est à la fois la division et la fuite en avant vers le radicalisme. L’électorat sera sans doute sévère vis-à-vis de cette irresponsabilité des gauchistes.

Dans un sondage Elabe, l’ancienne candidate à l’Elysée marque donc des points en termes de présidentiabilité. Elle progresse parmi les cadres et les retraités, deux catégories d’électeurs qui ne lui étaient pas du tout favorables. Selon un sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, l’image de Marine Le Pen auprès des Français est en nette amélioration après une cure médiatique de plusieurs semaines. Avant les journées de rentrée parlementaire du RN, organisées ce week-end à Beaucaire, près d’Avignon, la finaliste de la dernière présidentielle gagne du terrain dans l’opinion.

« Le plus frappant est qu’elle progresse en présidentiabilité sur sa capacité à réformer le pays (50 %), à rassembler les Français (47 %), ainsi que sur les qualités nécessaires pour être présidente de la République (48 %). C’est rare qu’en trois mois, nous ayons une telle évolution », souligne Bernard Sananès, le président d’Elabe.

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol