Archive pour le Tag 'Serge'

Serge Dassault, un homme « d’affaires », condamné à une peine symbolique !

Serge Dassault, un  homme « d’affaires », condamné à une peine symbolique !

 

 

Avec la peine infligée à Serge Dassault,  il ne faudra pas s’étonner du discrédit qui pèse sur l’appareil judiciaire. En effet, l’intéressé a détourné a dissimulé des sommes colossales sur des comptes cachés à l’étranger alors même qu’il était élu de la république. La responsabilité a été totalement reconnue. Non seulement le tribunal a considéré qu’on ne pouvait lui infliger une peine de prison ferme, ce qui peut ce comprendre compte tenu de son grand âge, mais le tribunal l’a même exonéré de peines de prison avec sursis. Comme quoi la justice est bien à deux vitesses selon qu’on est voleur de mobylette ou un homme d’affaires puissant. Pour Dassault la condamnation à une amende de 2 millions représente sans doute un euro pour un smicard. Les Dassault sont sans doute de grands dirigeants d’entreprise mais aussi des hommes « d’affaires »  qui ont mélangé par excès leur intérêt personnel avec l’intérêt général.  . Le père comme le fils avait aussi l’habitude d’acheter les voix pour se faire élire !  Le vieux sénateur Serge Dassault, dont le tribunal a relevé la « duplicité », a été condamné jeudi à une amende de deux millions d’euros et à cinq ans d’inéligibilité et d’interdiction d’exercer une fonction publique pour blanchiment de fraude fiscale et omissions dans ses déclarations de patrimoine. L’ »ampleur » de la fraude, sa « durée » et « les fonctions politiques exercées durant une partie de la période » par le prévenu auraient pu justifier une peine de prison ferme, a jugé le président. Mais le tribunal correctionnel de Paris a estimé que le sénateur de près de 92 ans, président d’honneur de Dassault Aviation ne pouvait être condamné à une peine de prison, même avec sursis, « compte tenu de son grand âge ». « Ces faits, qui nuisent aux intérêts financiers de l’Etat, se sont déroulés durant une période où Serge Dassault, outre la direction d’un groupe bénéficiant largement de la commande publique, exerçait parallèlement un mandat parlementaire qui le conduisait à se prononcer sur le budget de l’Etat mais également sur les différentes législations fiscales et pénales portant sur la fraude fiscale et le blanchiment », souligne le tribunal dans son jugement. « Ils révèlent, de sa part, une forme de duplicité », ajoute-t-il. Les avocats de Serge Dassault ont annoncé qu’ils feraient appel de ce jugement. « Il y a des vraies questions juridiques qui méritent d’aller en appel », a déclaré Me Jacqueline Laffont. Sur le fond, il n’y a « aucune implication personnelle (de notre client), il a découvert ces éléments (tardivement) et les a régularisé dès qu’il les a découverts », a-t-elle assuré. Serge Dassault était poursuivi pour avoir dissimulé plus de onze millions d’euros au fisc sur des comptes à l’étranger entre 1999 et 2014. Il lui était également reproché d’avoir omis de déclarer ces fonds dans ses déclarations de patrimoine. Le PNF avait requis sa condamnation à deux ans de prison avec sursis, neuf millions d’euros d’amende et cinq ans d’inéligibilité. La défense avait plaidé la relaxe, affirmant que le sénateur avait régularisé sa situation fiscale en 2014, au moment même où il avait découvert l’existence de quatre structures juridiques à l’étranger « héritées » de son père. Selon ses avocats, les fonds avaient été placés dans ces fondations à l’étranger dans les années 1950 par Marcel Dassault, qui avait « peur de revivre la guerre » et voulait « protéger sa famille ». Mais le tribunal a estimé que Serge Dassault « avait en sa possession, en toute connaissance de cause, les fonds litigieux depuis de longues années ». « Le tribunal considère non seulement que les faits reprochés sont graves mais que ce n’est que contraint et forcé par le développement des enquêtes judiciaires que Serge Dassault a entamé les démarches ayant effectivement abouti au paiement d’une somme importante à l’administration fiscale », dit le jugement.

PSG : la clémence d ‘ Auguste pour Serge Aurier

PSG : la clémence d ‘ Auguste pour Serge Aurier

 

 

Une sage décision celle de réintégrer Serge Aurier dans l’effectif pro du Paris Saint-Germain. On aurait pu imaginer au départ que Laurent Blanc allait prendre des sanctions très lourdes et définitives à l’égard de celui qui avait nettement dérapé avec des propos déplacés concernant son entraîneur et ses équipiers. On suppose que la sagesse a dominé pour influencer la position de Laurent Blanc certes qui ne passe pas l’éponge mais qui veut considérer désormais que Serge Aurier est un membre comme un autre de l’équipe. Une décision très intelligente car Aurier est un joueur exceptionnel à son poste et sa mutation dans le championnat anglais par exemple n’aurait rapporté que de l’ordre de 20 millions  somme dont les Qataris n’ont pas besoin. Par contre la présence du joueur dans l’effectif est-elle nécessaire voire indispensable. Un heureux dénouement donc sur le plan sportif. Il ne s’agit pas d’oublier les dérapages de Serge Aurier qui visiblement n’est pas un intellectuel mais un peu à l’image de la plupart des autres professionnels à la fois souvent inculte et souvent à peine sortie de l’adolescence. Il y a certes de brillantes exceptions mais elles sont vraiment rares et il faut s’habituer à manager des populations au comportement un peu immature. Laurent Blanc a donc évoqué ce jeudi le retour dans le groupe parisien de Serge Aurier, un mois et demi après son dérapage sur Périscope. «Serge Aurier de retour dans le groupe professionnel.» 18h08 sur le site du Paris Saint-Germain. Une brève officialise la réintégration de l’Ivoirien après trois semaines de mise à l’écart suite à son dérapage incontrôlé sur l’application Périscope«Titulaire à deux reprises avec la Côte d’Ivoire face au Soudan (victoire 1-0 à Abidjan, puis 1-1 à Khartoum) lors de la trêve internationale, le latéral droit est rentré de sélection ce jeudi et a effectué des tours de terrain en guise de décrassage», précise le club parisien. Au même moment ou presque, France Info diffuse une interview exclusive de Laurent Blanc, dans laquelle le Cévénol revient sur l’affaire qui a ébranlé le champion de France. «Je pense sincèrement que ce garçon n’a pas mesuré ses propos», confie celui qu’Aurier qualifiait de «fiotte» dans la vidéo. «Vexé» d’avoir été insulté de la sorte, l’entraîneur parisien révèle s’être expliqué en tête-à-tête avec le joueur. «Je ne voulais pas le rencontrer pour entendre ce qu’il avait à me dire, mais pour qu’il entende ce que moi j’avais à lui dire.» «Est-ce qu’il a compris ? J’espère que oui, mais je n’en suis pas sûr…», ajoute-t-il.

Serge Dassault en examen pour achat de votes

Serge Dassault  en examen pour achat de votes

L’avionneur français, âgé de 88 ans, qui fut maire UMP de Corbeil-Essonnes de juin 1995 à juin 2009, avait demandé lui-même la levée de cette immunité afin de « démontrer sa totale innocence » dans cette affaire. Dans cette instruction pour achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux, les magistrats s’intéressent aux élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes, remportées par Serge Dassault, puis par son bras droit, Jean-Pierre Bechter. L’actuel maire UMP de Corbeil-Essonnes (Essonne) Jean-Pierre Bechter, soupçonné de recel du produit d’achat de vote, financement illicite de campagnes électorales et dépassement du plafond des dépenses électorales, a été mis en examen le 17 janvier dernier. Quatre autres personnes ont été également mises en examen dans cette affaire, dont Younès Bounouara, présenté comme un intermédiaire de Serge Dassault dans les cités de Corbeil-Essonnes.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol