Archive pour le Tag 'serait'

Politique « Avec Trump, l’Ukraine serait déjà russe ! »

Politique « Avec Trump, l’Ukraine serait déjà russe ! » (Douglas Kennedy, écrivain)

Dans son nouveau livre, un roman d’anticipation, l’écrivain américain le plus apprécié des Français imagine une nouvelle guerre de Sécession aux États-Unis. Le duel Biden-Trump de 2024 pourrait-il nous en rapprocher ? ( interview La tribune)

Donald Trump est-il si bien parti qu’on le dit pour remporter les primaires du Parti républicain qui démarrent à la mi-janvier ?

DOUGLAS KENNEDY – Tout dépend de la suite donnée à ses affaires judiciaires. Le Maine, où je réside et me trouve en ce moment, vient d’interdire à Trump de participer aux primaires parce que, selon la ministre chargée de l’organisation des élections, il tombe sous le coup du 14e amendement de la Constitution, qui interdit à un homme public qui a prêté serment de la défendre de participer à une sédition, ce qui fut le cas avec son coup d’État raté du 6 janvier 2021. Bien sûr, comme dans le Colorado, où les juges de la Cour suprême locale ont pris la même décision, il a fait appel. Mais à la Cour suprême fédérale, cette fois, où six juges sur neuf lui sont favorables, il dispose d’une majorité, tout ça joue pour lui.

Dans le Michigan, autre État démocrate, les juges n’ont même pas voulu se prononcer sur le 14 e amendement. Est-ce à dire que les démocrates ont peur de Donald Trump ?

C’est toute la difficulté de vivre dans un système fédéral où les États peuvent prendre des décisions presque contradictoires. Dans mon État du Maine, les législateurs ont sanctuarisé le droit à l’avortement et la détention de 10 grammes de cannabis, alors que dans l’Alabama cela vous mène tout droit en prison. Il faut dire aussi que dans les États avec une forte classe moyenne comme le Michigan, le Parti républicain de Ronald Reagan a su se transformer en mouvement des classes populaires, tandis que le Parti démocrate de Franklin Roosevelt est devenu dans le même temps de plus en plus le parti de l’élite éduquée. Il y a enfin ce constat que plus Trump se retrouve devant les tribunaux, plus son système de défense sur le thème du complot des élites contre lui semble le renforcer.

La radicalisation du débat politique va-t-elle réduire la campagne présidentielle à un combat contre le wokisme chez les républicains et contre le fascisme chez les démocrates ?

J’espère que non. On voit d’ailleurs que si beaucoup de républicains dénoncent le wokisme dans la société américaine comme une sorte de nouveau maccarthysme de gauche, d’autres s’inquiètent également de voir Trump menacer les institutions démocratiques. Dans cet affrontement du « nous contre eux », ce sont d’abord la colère et la peur qui s’expriment. Et celle de la majorité blanche de devenir minoritaire dans ce pays ne doit pas être ignorée. Pour moi, le danger du fascisme est supérieur à celui du wokisme, surtout avec un Trump dont le modèle s’appelle Vladimir Poutine. Mais j’aurais préféré que le débat de la présidentielle tourne autour de l’économie. Le bilan de Joe Biden sur ce point est excellent. L’inflation a été réduite, mais cela ne suffit apparemment pas, car si le prix de l’essence, par exemple, continue de baisser, l’image de Biden, elle, continue de se dégrader. Il a l’apparence d’un vieillard, presque d’un zombie, et il est objectivement très âgé. Si les classes populaires devraient lui être reconnaissantes d’avoir fait du mieux qu’il pouvait pour les protéger pendant le Covid, sa vieillesse est exploitée par les médias conservateurs comme Fox News, ce qui occulte complètement son bilan.

Dans l’affrontement du « nous contre eux », ce sont d’abord la colère et la peur qui s’expriment

Pourquoi dans ce cas ne laisse-t-il pas un autre démocrate, plus jeune et plus prometteur, le remplacer sur le ticket de la présidentielle ? On a beaucoup évoqué notamment le gouverneur de Californie, Gavin Newsom…

D’abord parce que, lorsque vous vous lancez en campagne, il vous faut entre 500 millions et 1 milliard de dollars pour tenir jusqu’au mois de novembre. Les primaires démarrent dans quinze jours, et si Newsom est très riche, il est peut-être déjà trop tard pour rattraper ce retard en matière de financement. Ensuite, Newsom est perçu comme un membre de l’élite, plus progressiste que ne l’est Biden. Or cette élection se gagnera à droite pour les républicains mais au centre pour les démocrates.

Dans les primaires républicaines, beaucoup pensaient que le gouverneur de Floride, Ron DeSantis avait ses chances face à Donald Trump…

Oui, mais c’est fini. Sa campagne est catastrophique, il s’est mis beaucoup de gens à dos.

Que penser de Nikki Haley, ex-gouverneure de Caroline du Sud et ex-ambassadrice de Donald Trump aux Nations unies, qui remonte dans les sondages ?

Bien qu’elle ne soit pas vraiment modérée, comme le prouve son soutien à une interdiction de l’avortement après six semaines de grossesse, Nikki Haley pourrait bénéficier de l’aide du magnat de la presse de droite Rupert Murdoch, car elle est suffisamment conservatrice à ses yeux sans être extrémiste. Et elle n’est pas non plus Hillary Clinton. Si j’étais Biden, je me méfierais d’elle.

Joe Biden a-t-il eu raison de qualifier de « fasciste » la déclaration de Trump sur l’immigration qui « empoisonne le sang » des Américains ?

Oui, il a gagné en 2020 en promettant de protéger « l’âme » de l’Amérique et de défendre aussi l’image des États-Unis dans le monde. Si les deux hommes se retrouvent face à face, le thème de la peur du fascisme sera présent dans le débat. Cela n’empêchera pas la compétition d’être serrée. Il y a même une possibilité pour les démocrates de reprendre la Chambre des représentants, quitte à perdre de peu le Sénat.

Comment expliquez-vous la réticence des Américains à faire plus et mieux pour l’Ukraine ?

D’abord par la peur de se laisser entraîner dans une autre grande guerre, car le syndrome de la défaite au Vietnam, une guerre qui n’était pas la nôtre, n’a jamais disparu. Je crois sincèrement que si Donald Trump avait été élu en 2020, l’Ukraine serait déjà russe aujourd’hui. Les Américains éduqués soutiennent Joe Biden et Antony Blinken dans ce choix de tenir bon aux côtés des Ukrainiens, mais il faut redouter la rhétorique de Trump lorsqu’il dit qu’une fois élu il ferait la paix en Ukraine avec Poutine en moins de vingt-quatre heures.

Vous aimez l’Europe. Dans votre livre d’anticipation, vous la voyez céder presque tout entière aux populismes d’extrême droite…

Heureusement que les Polonais en Europe et les Brésiliens en Amérique du Sud ont fini par comprendre ce qu’était l’extrême droite au pouvoir. Il y a comme cela, heureusement, des changements qui permettent de croire que tout n’est pas irréversible. Regardez l’Irlande, que j’aime tant. C’était un pays ultraconservateur et hyper catho qui interdisait l’avortement et le mariage gay. Aujourd’hui, c’est du passé, même si l’extrême droite irlandaise pointe le bout de son nez sur les questions d’immigration. Je crois malgré tout qu’effectivement nous sommes en train de vivre une version numérique des années 1930, celles qui ont précédé les heures les plus sombres de notre XXe siècle. La chute du mur de Berlin, qui m’a fait pleurer de bonheur, n’est plus qu’un lointain souvenir pour les gens.

Vous en voulez tant que cela au numérique, à Internet et aux réseaux sociaux ?

Je pense qu’on a un rapport différent au monde lorsqu’on est devant son écran d’ordinateur ou de smartphone pour naviguer sur Internet et les réseaux sociaux. C’est un peu mon obsession, la peur que ces instruments deviennent ceux d’un totalitarisme au détriment de nos libertés. À tel point que lorsque je suis dans le métro à New York ou Paris et que je vois quelqu’un lire un livre ou un journal, j’ai presque envie de l’embrasser.

* Et c’est ainsi que nous vivrons, Belfond, 336 pages, 22,90 euros

D’après Poutine, Prigojine serait mort de maladie !

D’après Poutine, Prigojine serait mort de maladie !

On se demande réellement sur quelle planète vivent Poutine et la bande de criminels qui dirigent le pays pour aller aussi loin dans le mensonge autant que dans le ridicule. Ainsi Poutine lui-même n’a pas hésité à déclarer que finalement Prigogine serait mort suite à des impacts de grenades ! Puisqu’il faut faire dans l’absurde et le démentiel on pourrait conseiller à Poutine de déclarer que finalement Prigogine est mort de maladie.

Le président russe Vladimir Poutine a donc affirmé sans rire jeudi que des « morceaux de grenade » ont été trouvés dans les corps des victimes du crash en août de l’avion du patron de Wagner Evguéni Prigojine, qui n’a « pas subi d’impact extérieur ».

« Le chef du « Comité d’enquête » m’a fait un rapport il y a quelques jours. Des fragments de grenades ont été retrouvés dans les corps des victimes de la catastrophe aérienne. Il n’y a pas eu d’impact externe sur l’avion », a dit le patron du Kremlin.

Les Occidentaux avaient pointé du doigt la responsabilité du chef de l’Etat russe, deux mois après la rébellion avortée du patron de Wagner, mais sans fournir de preuves. Le Kremlin a toujours démenti avoir ordonné d’assassiner Evguéni Prigojine, qualifiant de « spéculations » ces insinuations.

Finalement Prigogine serait peut-être mort d’une mauvaise grippe !

L’austérité écologique brutale serait suicidaire  

L’austérité écologique brutale serait suicidaire  

La révolte des « gilets jaunes » contre la taxe carbone hante toujours Emmanuel Macron, qui rechigne à prendre des mesures de rupture pour réduire nos émissions de CO₂, constate l’économiste Christian Gollier dans une tribune au « Monde »

En matière de lutte contre le changement climatique, dans un contexte où les coûts de la décarbonation sont privés et les bénéfices sont distribués aux citoyens du monde, personne n’a intérêt à en faire beaucoup. C’est certainement vrai au niveau des consommateurs et des entreprises, mais ça l’est aussi au niveau des Etats. Quel chef de parti en France oserait défendre la seule parole de vérité, celle de la sueur et des efforts, que beaucoup appellent « écologie punitive » alors qu’elle n’est qu’une écologie de la responsabilité ?

Reconnaissons que, sauf miracle technologique, remplacer des sources d’énergie fossiles, celles qui ont fait la prospérité de l’Occident depuis deux siècles, par des énergies renouvelables dont les coûts de production sont (beaucoup) plus élevés, ne peut qu’avoir un impact globalement négatif sur le pouvoir d’achat de la génération actuelle. Contrairement à ce que dit la parole publique, la transition écologique sera inflationniste. A titre d’illustration, l’acier décarboné pourrait bien être deux fois plus coûteux à produire que celui issu de nos hauts fourneaux, un kérosène décarboné pourrait coûter cinq fois plus cher, tandis que la voiture électrique reste bien plus chère à l’achat que son équivalent thermique.

Dans cette utopie ambiante d’une transition énergétique heureuse, tenir un discours de rigueur écologique, de sobriété et de sacrifice serait suicidaire. Chez nos voisins britanniques, la rébellion récente des électeurs devant des politiques écologiques désagréables a décidé le premier ministre à rabattre les ambitions climatiques de son gouvernement. La consultation des partis par la première ministre, Elisabeth Borne, le 18 septembre, illustre aussi ce phénomène, avec une alliance de la plupart des partis pour que la transition écologique n’affecte pas le pouvoir d’achat des ménages.

En l’absence de majorité parlementaire, le gouvernement n’a d’autre choix que de chercher un petit dénominateur commun avec l’opposition, et celui-ci prend la forme de nouvelles dépenses publiques non financées. Mais comme les caisses sont vides et que le coût de la dette publique va exploser dans les années à venir avec la hausse des taux d’intérêt, tout cela ne peut aller très loin. Les transports en commun et les mobilités douces imposent souvent des temps de parcours plus longs que la voiture individuelle, sans que cela soit compensé par un avantage économique suffisant.

Emmanuel Macron a suivi certaines recommandations du rapport que lui ont remis Olivier Blanchard et Jean Tirole, il y a deux ans, comme celle d’un soutien aux efforts de recherche dans les technologies vertes des entreprises, ou la sortie rapide du charbon. Les investissements publics d’infrastructure, notamment dans le ferroviaire et les mobilités douces ou électriques, sont aussi les bienvenus. Mais tant que les pollueurs que nous sommes tous, producteurs comme consommateurs, n’auront pas d’incitation à décarboner nos mobilités à la hauteur de nos ambitions climatiques collectives, ces investissements risquent d’être peu utiles.

L’abandon de l’aide médicale d’Etat serait indigne

L’abandon de l’aide médicale d’Etat serait indigne

Céline Lis-Raoux, fondatrice de l’association RoseUp, dénonce, dans une tribune au « Monde », la volonté de Marine Le Pen d’abolir l’AME destinée aux étrangers en situation irrégulière. Refuser cette aide nous exposerait tous et serait contraire au respect de la dignité de chacun.

 

Si la régulation de l’immigration paraît effectivement nécessaire par contre le refus de traiter des malades même situation irrégulière serait aussi indigne que de refuser par exemple les soins à des sans-logis ne cotisant pas à la sécurité sociale NDLR

 

Tribune.

 

 En politique comme dans la vie, il faut se méfier de ceux qui professent qu’ôter un droit à autrui en ajouterait un nouveau à soi-même. Ceux-là imaginent sans doute que la société est pareille à un tableau Excel, où soustraire une colonne ferait croître sa voisine d’autant…

Mais la société n’est pas un logiciel de calcul, elle est un corps vivant où chaque individu (qui signifie « indivisible ») est intimement lié, entrelacé à ses voisins. Notre langue ne dit pas autre chose lorsqu’elle parle de « corps social ». C’est vrai, dans un fichier comptable on déduit, on « retranche » aisément. Dans un corps, trancher une oreille n’a jamais fait repousser un orteil…

Ce corps social existe encore plus, et pourrait-on dire « viscéralement », en santé : il y est l’expression d’une réalité biologique. Nous croisons dans la rue, dans les transports en commun, au travail, durant nos loisirs, des femmes et des hommes dont nous ne savons pas s’ils sont français, étrangers, en situation régulière ou pas : le simple fait de respirer le même air lie notre destin à celui de milliers d’inconnus. Aucune idéologie, ici, juste la loi du vivant.

Comment, dès lors, refuser à une seule cellule de ce corps social l’accès aux soins ? Le faire nous exposerait tous. C’est cette idée qui a prévalu, en 2000, à la création de l’aide médicale d’Etat (AME), ouvrant aux personnes en situation irrégulière l’accès aux soins médicaux essentiels. Ses bénéficiaires, très pauvres (les deux tiers sont en « précarité alimentaire »), se trouvent particulièrement exposés en raison de leurs conditions de vie : la prévalence de maladies comme la tuberculose, les hépatites, le VIH est bien plus élevée que la moyenne.

Conçue pour protéger le corps social en son entier (qui a envie que la tuberculose circule à un niveau élevé en France ?), l’AME est vite devenue un totem pour les droites. Accusée d’encourager l’assistanat, d’attirer des immigrés désireux de se faire soigner gratis, voire de permettre à des « Géorgiennes de se faire payer des chirurgies esthétiques », comme le disait Stanislas Guerini en 2019, avant de se rétracter.

Les totems ne sont que des chimères issues de notre imagination. Eriger un fantasme en bois, en pierre ou en paroles ne le rend pas plus réel. La vérité : l’AME est réservée aux étrangers présents clandestinement depuis plus de trois mois (après échéance du visa touristique de trois mois).

Quel malade grave entreprendrait un long voyage et attendrait ensuite au moins six mois avant d’être pris en charge ? Les chiffres de l’Assurance-maladie sont éloquents : seuls 51 % des possibles bénéficiaires ont recours à l’AME. Pourquoi ? La plupart en ignorent l’existence ou, s’ils la connaissent, hésitent à se rendre à l’hôpital de peur d’être arrêtés puis expulsés.

Il serait temps de se réveiller pour la démocratie

Il serait temps de se réveiller pour la démocratie

Derrière l’invasion russe, se joue une lutte entre deux modèles de société. Les régimes autocratiques gagnent du terrain au moment où Moscou espère instaurer un « nouveau monde ». par Gilles Paris dans le monde

 

Le sommet virtuel pour la démocratie convoqué par le président américain, Joe Biden, en décembre 2021 avait déçu. La liste des invités, parfois controversés, comme la platitude des propos échangés avaient conduit à classer parmi les fausses bonnes idées l’initiative avancée par le démocrate pendant la campagne présidentielle de 2020. Voilà pourtant que, trois mois plus tard, l’assaut brutal donné par le président russe, Vladimir Poutine, à un Etat souverain, l’Ukraine, après la tentation de son dépeçage, illustrée par la reconnaissance d’entités séparatistes par Moscou, lui donne un tout nouveau sens.

La séparation du monde en deux camps, celui des démocraties et celui des autocraties, se matérialise dramatiquement dans les bombardements à l’aveugle par l’armée russe des villes d’un pays qui n’a jamais menacé son puissant voisin. Le vibrant plaidoyer du président Volodymyr Zelensky en faveur d’une entrée de l’Ukraine au sein de l’Union européenne, mardi 1er mars, relativise d’ailleurs la question restée virtuelle de l’adhésion de son pays à une OTAN présentée comme expansionniste. Le déclencheur de l’éviction du président prorusse Viktor Ianoukovitch, en 2014, avait déjà été son opposition à un accord d’association avec les Européens.

Derrière la guerre en cours se joue celle des modèles, et les Ukrainiens ont choisi, depuis longtemps, l’ensemble de normes qui régissent les démocraties. Celle de l’Ukraine est encore imparfaite, si on se fie à l’organisation américaine Freedom House, financée par l’Etat fédéral, mais c’est l’objectif qu’elle s’est fixé avec constance depuis plus d’une décennie, a voulu rappeler le président ukrainien.

Il s’agit cependant d’un modèle sur la défensive, comme le rappellent régulièrement les états des lieux de la même institution américaine. Il a été en recul en 2021 pour la seizième année d’affilée, avec soixante pays ayant enregistré un déclin, au point que l’institut V-Dem, un autre observatoire, rattaché à l’université de Göteborg, en Suède, financé notamment par la Banque mondiale, parle désormais de « viralité autocratique ».

Comme l’a estimé Emmanuel Macron, le mercredi 2 mars, dans son allocution sur la guerre en Ukraine, « la démocratie n’est plus considérée comme un régime incontestable, elle est remise en cause, sous nos yeux ». La conquête russe de l’Ukraine signifierait un nouveau recul.

La première phrase d’une dépêche prématurément publiée par l’agence russe RIA Novosti le 26 février, sur la foi d’un effondrement instantané de l’Ukraine, le confirme à sa manière. « Un nouveau monde naît sous nos yeux », commence ce texte boursoufflé d’ethnonationalisme. Tel est, en tout cas, le dessein russe, celui de refermer la parenthèse ouverte par l’effondrement de l’Union soviétique. D’autres puissances, à commencer par la Chine, s’inscrivent également dans la remise en cause des normes démocratiques.

 

Prospective et marc de café : Macron serait candidat d’après Castaner !

Prospective et marc de café : Macron serait candidat d’après Castaner !


Il est clair que Christophe castaner n’a pas décroché la lune et qu’il n’aura sans doute jamais non plus le prix Nobel. Ce transfuge du parti socialiste annonce en effet que Macron  sera sans doute candidat et que le contenu du programme visera à mettre en œuvre les réformes qu’il  n’a pas été possible de réaliser au cours des 5 ans passès.

Le « nouveau projet, c’est d’abord porter les grandes réformes que nous n’avons pas réussi à faire pendant ce quinquennat », a déclaré solennellement dimanche le député des Alpes-de-Haute-Provence, à commencer par la réforme des retraites.

 

Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, comme Madame Soleil,  prévoit l’avenir et annonce la candidature proche d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. « Je ne doute pas qu’il soit candidat, il sera candidat » mais  »il lui appartiendra de le dire« , a déclaré Christophe Castaner sur BFMTV, s’en tenant à un délai de « plusieurs jours ou plusieurs semaines ».On se doute évidemment que ce ne sera pas dans plusieurs années !

 

Le « nouveau projet, c’est d’abord porter les grandes réformes que nous n’avons pas réussi à faire pendant ce quinquennat », a souligné le député des Alpes-de-Haute-Provence, à commencer par la réforme des retraites. Il faut  »sauver le régime des retraites aujourd’hui, il est totalement déficitaire, il y a une situation grave, donc on ne peut fermer les yeux », a martelé Christophe Castaner.

Mais le pouvoir d’achat, principale préoccupation des Français, devrait aussi être au programme, a assuré le président du groupe LREM, qui a défendu l’action de l’actuel gouvernement à ce sujet. « Nous avons mis en place à la fois des aides directes avec le chèque énergie ou l’indemnité inflation, nous avons mis en place des mesures directes pour protéger les Français. »

Bref, le propos fait ressentir une certaine fatigue et ou une certaine paresse chez  le président du groupe de la république en marche à l’Assemblée nationale. Mais ce n’est pas forcément un handicap dans le parti en marche puisque le seul qui décide de tout, c’est Macron.

 

Un autre mandat de Macron serait nuisible à la France (Jean-Christophe Lagarde , UDI)

Un autre mandat de Macron serait nuisible à la France (Jean-Christophe Lagarde , UDI)

 

Pour Jean-Christophe Lagarde, président de l’Union des démocrates et indépendants, un  second mandat de Macron serait nuisible à la France. Les trois quarts des Français voudraient un autre président. S’il l’emportait face à Marine Le Pen, il serait un président de renoncement. Il n’aurait pas les moyens de gouverner. Emmanuel Macron n’a plus de vision, depuis les Gilets jaunes, il est perdu dans sa vision du pays. Il a découvert qu’il ne pouvait pas être que le président des élites. » (papier de l’Opinion, extrait)

Jean-Christophe Lagarde ajoute: « A l’UDI, nous avons proposé beaucoup de choses au gouvernement. En décembre 2020, on évoquait le pass sanitaire, on nous répondait que c’était une ânerie ! Ce que j’attends du Président, ce n’est pas qu’il s’adapte, mais qu’il dirige et qu’il anticipe (…). Je ne dis pas que tout a été mal fait mais que beaucoup de choses ont été faites en retard et ça a coûté des vies. Dans cette crise, il y a un responsable, dont le boulot était de nous protéger et qui ne l’a pas fait, c’est Jérôme Salomon. Plus d’un an après, il est encore aux commandes. Qui le protège et pourquoi ? »

Concernant la difficulté pour Les Républicains à se mettre d’accord sur le mode de désignation de son candidat, Jean-Christophe Lagarde relativise : « Soit on ne veut pas d’un deuxième mandat de Macron, donc la droite et le centre doivent se trouver un candidat. Le processus de désignation LR, s’il aboutit à un seul candidat, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, alors que chacun défende ses idées. Ce n’est pas contre Emmanuel Macron, mais s’il est réélu, il ne sera pas un président choisi mais un président par défaut. »

Jean-Christophe Lagarde explique encore : « Je ne suis pas sûr que le mode de désignation soit très important. Les sondages ne sont que des sondages, il y a une certaine stabilité des électeurs de la droite mais il y a un phénomène nouveau, Eric Zemmour. L’écart entre Bertrand et Le Pen serait de trois points. Beaucoup de Français ne souhaitent pas du débat Le Pen/Macron. »

Dans son nouveau livre, Eric Zemmour ne présente pas de programme pour ainsi dire, mais il s’en dégage un ton. Suffisant pour inquiéter à droite ? « C’est une bulle médiatique où tout le monde s’excite autour de quelqu’un qui n’a aucun projet pour la France, pense Jean-Christophe Lagarde (…). L’histoire du prénom, par exemple, c’est du racisme ! »

Coronavirus : l’idéal serait un confinement mais sans le nom !

Coronavirus : l’idéal serait un confinement mais sans le nom !

Médicalement, il n’y a pas de doute que la plupart des scientifiques souhaitent un confinement pour stopper la progression inquiétant de la contamination en attendant le relais des vaccins qui se font un peu attendre. Par contre politiquement, le pouvoir et en particulier le président de la république sont assez réticents à l’idée même de confinement du fait des réactions dans certaines parties de la population.

L’idéal serait donc de faire un confinement, c’est-à-dire de prendre de nouvelles mesures restrictives mais sans contraindre de manière excessive la mobilité. Il paraît évident que certains secteurs d’activité déjà touchés accepteront difficilement d’être à nouveau contraints par des impératifs sanitaires.

Ceci étant,  il faut cependant prendre des mesures car le seuil de saturation des hôpitaux est à peu près atteint avec en particulier plus de 3000 personnes en soins intensifs. Le maintien du confinement actuel ne sera pas suffisant pour neutraliser une partie de la progression de la pandémie surtout depuis l’apparition du virus britannique dont on pense qu’il a déjà atteint au moins 10 % des contaminés. Le futur confinement sera sans doute adouci par rapport aux premiers, mais il devra cependant être décidé. Pour le faire accepter, on va peut-être inventer un nouveau concept car le mot confinement est trop porteur d’aspects négatifs et attentatoires à la liberté de circuler.

Pour résumer, le président pourrait décider d’ici quelques jours de prendre des mesures restrictives du type de celles qui ont été adoptées dans les pays voisins mais sans considérer – et sans dire-  qu’il s’agit d’un confinement. Bref un habillage sémantique de la nouvelle opération de protection sanitaire “

Des euros numériques ? Il serait temps

Des euros numériques ? Il serait temps

On se demande vraiment ce qu’attend la banque centrale européenne pour autoriser des euros numériques à l’image des monnaies virtuelles comme par exemple le libra de Facebook.

La mise en œuvre ne réclame sûrement pas d’exploit technologique extraordinaire. En effet les paiements dématérialisés explosent partout et ont encore augmenté avec la crise du coronavirus. La BCE réfléchit donc à la création d’une sorte de crypto monnaie qui serait l’euro digital utilisé parallèlement aux espèces.

Le problème, c’est que l’utilisation de cette crypto monnaie européenne pourrait s’affranchir de l’intermédiation bancaire et d’une certaine manière mettrait en cause l’existence même d’une partie de ce secteur. Pour protéger les banques la BCE envisagerait donc de limiter le volume de possession de l’euro digital par chacun.

Particuliers et entreprises pourraient stocker ces devises dans un « porte-monnaie numérique ». Il est envisagé qu’ils puissent déposer directement cette monnaie auprès de la banque centrale, dont l’accès est jusqu’ici réservé aux banques commerciales.

L’avantage pour les BCE qu’il y aurait un lien direct entre l’épargnant et la banque centrale. Les opérations interbancaires seraient donc supprimées et les frais correspondants avec. On pourrait utiliser cette monnaie pour les règlements courants mais aussi les placements

 

Cet euro numérique serait également un nouveau canal pour les politiques monétaires de la banque centrale qui disposerait d’un accès direct aux citoyens et pourrait donc, notamment en fixant un taux de rémunération, « stimuler directement la consommation des ménages ou les investissements des entreprises », écrit la BCE.

Le principal risque est la fuite des épargnants vers cette nouvelle forme de monnaie, qui permet d’éviter les frais d’un compte de dépôt classique, ce qui fragiliserait les banques de la zone euro.

Un risque d’autant plus important « en période de crise », où les épargnants, défiants vis-à-vis du système bancaire, pourraient convertir leurs comptes courants, selon la BCE.

La consultation, destinée à connaître les attentes du grand public, du secteur financier et des institutions, va durer trois mois.

Des « tests » seront menés pendant six mois. La BCE décidera ensuite « vers la mi-2021″ de mettre en chantier ou pas l’euro numérique.

Mais même en cas de feu vert, il faudra ensuite compter « entre 18 mois et jusqu’à 3 ou 4 années » pour voir l’initiative se concrétiser. On se demande pourquoi un tel délai sinon pour protéger les banques.

 

Syndicats : Il serait temps que la CFDT monte un peu le ton

  • Syndicats : Il serait temps que la CFDT monte un peu le ton
  •  
  • il y a quelques jours la CFDT est  devenue officiellement  le premier syndicat français,  privé et public confondus. Le résultat d’un long travail d’une cinquantaine d’années pour bâtir une stratégie ayant pour objet d’aboutir à des résultats et non de se  limiter à la protestation souvent stérile voire de nature politicienne. Pour autant, cela implique désormais des responsabilités nouvelles pour cette organisation dont la communication voire les propositions ne sont pas à la hauteur de ce que représente aujourd’hui un premier syndicat. Certes récemment, Laurent Berger a proposé une forme de Grenelle pour structurer la négociation sur les revendications économiques et sociales des gilets jaunes. Une nouvelle fois, il n’a reçu que mépris d’un gouvernement qui depuis sa mise en place s’est efforcé de tuer toutes les organisations intermédiaires. Une volonté délibérée de la part de Macron Le boomerang est revenu en pleine figure car il y a évidemment nécessité de transformer un mécontentement en revendication crédible. Jusque-là les gilets jaunes ont surtout fait émerger des besoins, souvent très légitimes mais ces besoins n’ont pas été transformés en demandes revendicatives cohérentes. Le cahier de doléances des gilets jaunes ressemble plutôt à une auberge espagnole, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de l’hétérogénéité sociologique des participants à ce mouvement, des différences idéologiques aussi, sans parler du manque d’expérience sociale des intéressés. La CFDT en tant que syndicat devrait recentrer son action dans le champ social des entreprises et en particulier mettre l’accent sur la question du pouvoir d’achat qui domine et de très loin les autres revendications. Il faut partir de ce pouvoir d’achat pour faire un lien cohérent avec la politique fiscale et énergétique. Il serait temps aussi de réclamer avec une autre force une participation des salariés à la gestion des entreprises, comme en Allemagne. L’objectif étant de permettre aux deux parties (patronale et syndicale) de comprendre  les problématiques respectives   Ce n’est pas la proposition d’un grand débat type grand bazar qui peut faciliter la cohérence d’une plate-forme revendicative négociable. On ne pourra pas revenir sur ce grand débat dont on sait qu’il ne peut pas aboutir à grand-chose sauf sur des queues de cerises. Parallèlement, la CFDT se doit donc de cogner un peu plus fort sur la table afin d’imposer des vrais négociations structurées sur des thèmes syndicaux majeurs comme le pouvoir d’achat. Pas forcément en passant par des journées interprofessionnelles caractérisées par des manifs dans la rue mais par des impulsions par branches qui permettent de s’adapter aux réalités économiques et sociales de chaque secteur, voire de chaque région Il est temps que la CFDT prenne conscience de son nouveau rôle, se fasse entendre pour ne pas participer à ce phénomène pathétique de  l’extinction progressive du syndicalisme.

 

Macron serait élu avec 60% (+0,5) contre Le Pen, selon l’enquête Ifop-Fiducial


Macron serait élu avec 60% (+0,5) contre Le Pen, selon l’enquête Ifop-Fiducial

selon l’enquête quotidienne Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publiée mercredi, Emmanuel Macron serait élu président de la République avec 60% des voix dimanche face à Marine Le Pen (40%), selon l’enquête quotidienne Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publiée mercredi. Le candidat d’En Marche ! gagne 0,5 point et celle du Front national recule de 0,5 point. Parmi les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) au premier tour, 52% (+2) disent qu’ils voteront pour Emmanuel Macron et 11% (-2) disent qu’ils voteront pour Marine Le Pen. Parmi les électeurs de François Fillon (Les Républicains), 48% (+4) disent qu’ils voteront pour Emmanuel Macron et 28% (-2) pour Marine Le Pen. L’enquête a été réalisée en ligne du 30 avril au 3 mai auprès d’un échantillon de 1.405 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1.500 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

« Appel à l’intelligence des Français »(Hollande). ….. il serait temps

« Appel à l’intelligence des Français »(Hollande). ….. il serait temps

 

 

 

François Hollande lance un appel à l’intelligence des Français en vue de l’élection de 2017. Appel  utile sans doute mais qui aurait été plus crédible si le même appel avait été lancé au début de son mandat.  En effet, ce qui caractérise son bilan ce sont des résultats médiocres dus essentiellement à une incompréhension des acteurs économiques et des Français. En même temps Hollande  condamne le principe des primaires qui ont conduit à choisir les candidats les plus radicaux et qui risquent  d’aboutir à l’absence d’une majorité gouvernementale à l’assemblée nationale.  Au terme d’une campagne marquée par de multiples rebondissements, dont les victoires surprises de François Fillon et Benoît Hamon aux primaires de la droite et de la gauche, le chef de l’Etat considère que ces scrutins internes n’ont plus lieu d’être. « Il ne doit plus y avoir de primaires dans des partis de gouvernement », estime le vainqueur de la primaire de 2011 du Parti socialiste. « Sinon, il n’y aura bientôt plus de parti de gouvernement dans ce pays. Ils sont devenus fragiles et doivent retrouver une légitimité par eux-mêmes, pas en choisissant leurs candidats à vau-l’eau, comme aurait dit le général de Gaulle ». Le président, qui a renoncé à briguer un second mandat le 1er décembre, juge en outre qu’une primaire « est totalement antinomique de la fonction présidentielle ». « Il est impossible d’être président et en même temps candidat à une primaire, dans les formes que nous avons connues », ajoute-t-il. Revenant dans Le Point sur le paysage politique actuel, François Hollande déplore un climat de « suspicion » qui « mine la démocratie » et « fait le jeu du Front national ». « Et il y a péril face aux simplifications et aux falsifications qui font que l’on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte, dit-il. François Hollande ne fait quasiment aucun commentaire sur le candidat socialiste, l’ancien « frondeur » Benoît Hamon, dont il se contente de rappeler la victoire à la primaire.

 

La moitié des députés du PS serait prêts à rejoindre Macron

La moitié des députés du PS serait prêts à rejoindre Macron

Alors que les attaques de la part du premier secrétaire du parti socialiste, Cambadélis, étaient jusque-là très dures en direction de Macron considéré comme une bulle médiatique, il semble bien que le propos se soit nettement adouci. En cause,  un sondage officieux au sein du parti socialiste qui montrerait que près de la moitié des députés actuels seraient prêts à rejoindre Macon pour sauver leur circonscription. Cambadélis qui a aussi le souci de sauver sa structure ne peut donc plus tirer à boulets rouges sur celui dont il aura sans doute besoin pour espérer conserver des députés. Du coup, les menaces d’exclusion du parti ont pour l’instant été mises entre parenthèses. Un député PS proche de François Hollande reconnaît que la candidature Macron est « un élément perturbateur fort » et prédit un basculement de nombreux élus PS en sa faveur en cas de victoire d’Arnaud Montebourg ou de Benoît Hamon à la primaire. Un avis partagé par Jérôme Sainte-Marie, selon qui « la faiblesse des candidats du PS dans les sondages agite beaucoup les esprits parmi les élus locaux socialistes » : « Il y a une réelle possibilité qu’à un moment donné la digue cède et qu’il y ait une forme d’hémorragie vers Emmanuel Macron », estime-t-il. Sans se rallier explicitement, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement qui fut elle-même une candidate hors norme bien qu’investie par le PS en 2017, ne rate pas une occasion de dire tout le bien qu’elle pense d’Emmanuel Macron. Une des plus belles prises de la semaine est l’économiste Jean Pisani-Ferry, qui a abandonné la tête de France Stratégie, organisme de réflexion placé auprès du gouvernement, pour coordonner son projet, renforçant ainsi sa crédibilité. Pendant que le président de l’Union des démocrates et indépendants, Jean-Christophe Lagarde, négocie laborieusement les conditions du ralliement de l’UDI à François Fillon, des figures du parti centriste, comme les anciens ministres Jean Arthuis et Serge Lepeltier, ont rejoint « En Marche ! ». Une quinzaine de membres ou sympathisants du MoDem ont aussi annoncé leur ralliement et appelé leur parti à en faire autant, sans attendre de savoir si leur président, François Bayrou, se présente ou apporte son soutien à un des candidats en lice. L’ancienne ministre de l’Environnement Corine Lepage, co-fondatrice du MoDem, et le député européen Jean-Marie Cavada, lui aussi passé par ce parti, ont sauté le pas cette semaine. Ce qui fait dire au politologue Thomas Guénolé qu’Emmanuel Macron est plus un facteur de recomposition du centre que de la gauche Est-il au contraire « surtout un problème pour la gauche », comme le soutient François Fillon ? Pour le député LR Thierry Solère, porte-parole du candidat de droite, il convient de ne pas sous-estimer le phénomène Macron. « C’est un homme de gauche mais il est capable de prendre des voix sur la droite. Je ne le prends pas à la légère », dit-il.

Foot- PSG : Patrick Kluivert « recherche un buteur, il serait temps !

Foot-  PSG : Patrick Kluivert « recherche un buteur, il serait temps !

 

Dans une interview au JDD le directeur du PSG annonce qu’il recherche un buteur. Il serait temps car ce qui caractérise le PSG c’est la qualité de son jeu et sa maîtrise. Le plus souvent le PSG contrôle le ballon pendant 60 à 70 % mais se montre incapable de concrétiser du fait d’une attaque impuissante. En cause notamment un avant-centre qui passe son temps à arroser autour de la cage. Cavani est certes un joueur très généreux en attaque comme en défense mais il est beaucoup trop maladroit. En outre il doit être épaulé. Or Cavani n’a pas de doublure. En clair le PSG dispose d’une équipe aux exceptionnelles qualités techniques mais n’a pas d’avant-centre digne de ce nom et même pas un remplaçant. On ne peut donc que se réjouir que la direction du PSG prenne enfin conscience de cette déficience dramatique pour un club qui envisage la plus haute marche en Europe. À un mois de l’ouverture du Mercato, Patrick Kluivert laisse entendre qu’il y aura du mouvement à Paris. S’il ne veut pas confirmer la piste de l’Argentin Lucas Alario (River Plate), le directeur du football du PSG admet qu’il aimerait trouver une doublure à Edinson Cavani. « Je recherche un buteur. On analyse la situation pour faire le meilleur choix », confie l’ancien international néerlandais de 40 ans au JDD. Idem en défense centrale où il manque un élément depuis le départ de David Luiz à la dernière minute cet été. Patrick Kluivert fait aussi le point sur les prolongations actuellement en négociations, celles de Thiago Silva, Marquinhos, Cavani et Matuidi. « On veut prolonger tous ces joueurs. Mais pas seulement eux. Je pense notamment à Rabiot. Un jeune talent comme Adrien, à l’image également de Marquinhos, incarne le futur du club. Ils sont extrêmement importants dans notre projet. Avec tous ces joueurs, les jeunes comme les expérimentés, on aimerait finaliser aussi vite que possible. Je suis optimiste de nature, je pense qu’ils vont signer. » Concernant Thiago Motta, qui a annoncé qu’il disputait sa dernière saison à Paris, Kluivert se montre très élogieux. « Mais c’est sa décision, il faut la respecter. On doit d’ores et déjà plancher sur sa succession. »

Présidentielle 2017 : Hollande serait candidat ?

Présidentielle 2017 : Hollande serait candidat ?

 

En dépit de tous les vents contraires François Hollande n’aurait pas encore décidé de renoncer.  pourtant les résultats sont catastrophiques sur tous les plans économiques, sociaux et financiers notamment. Pourtant seulement 4 % des Français souhaitent qu’il se  représente. Et pourtant François Hollande pourrait succomber à son pêché d’orgueil récurrent. Il pense en effet que le vent peut tourner et que les astres lui ont toujours été favorables. Hollande voudrait tuer définitivement le parti socialiste qui ne s’y prendrait pas autrement car tout les sondages montre qu’il  risque de figurer à quatrième ou cinquième position au premier tour des présidentielles. Un score qui serait catastrophique et mortifère pour le parti socialiste lors  des législatives qui vont suivre les présidentielles. François Hollande s’est en  invité à un apéro organisé par son ami, Stéphane Le Foll, au ministère de l’Agriculture. Une centaine de députés socialistes étaient présents. Très critiqué depuis la publication de ses confidences dans un livre, le chef de l’État a cherché à rassurer son camp. Il a appelé les parlementaires à être fiers de leur bilan. « Soyez fiers de ce que vous avez fait. Défendez-le car c’est l’intérêt de la France. C’est cela qui va nous permettre de proposer un projet d’investissement dans l’avenir aux Français », rapporte Bruno Le Roux.  Le chef de l’État a clairement laissé entendre qu’il serait candidat, assurant que la gauche de gouvernement n’en avait « pas terminé ». « Nous avons rééquilibré, mis les bases, fait avancer la France. Et on devrait s’arrêter là ? Non, nous ne sommes pas uniquement sur un bilan, nous avons un projet », assure un participant. François Hollande devrait en dire plus sur ses intentions pour l’élection de 2017 au mois de décembre.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol