Archive pour le Tag 'Ségolène; Trierweiler'

Saga-Royal-Trierweiler (suite) : Ségolène poste 8 tweet d’affilée ! On est proche de l’overdose

Saga-Royal-Trierweiler  (suite) : Ségolène poste 8 tweet d’affilée ! On est proche de l’overdose

 

N’ayant toujours pas avalé le lamentable tweet de Trierweiler, la présidente de Poitou-Charentes, visiblement très remontée, a posté huit tweets d’affilée. Le premier en réponse à un article du Monde du 18 juin selon lequel Jean-Marc Ayrault lui aurait promis un « lot de consolation » politique. A savoir: la présidence de l’Association des régions de France (ARF). « Je découvre dans les médias qu’on me prête l’intention de briguer l’arf après le parti, et même la mairie de Paris! Je n’ai rien demandé », s’est ainsi insurgée l’ex-femme du président élu. Et d’enchérir: « Merci d’arrêter de parler à ma place ou de m’instrumentaliser dans des jeux de billards ». « Je me reconstruis et je fais mon travail en région et à la rentrée de septembre je verrai. Je n’ai rien demandé et ne demande rien », poursuit-elle.  Ségolène Royal évoque ensuite un billet plus récent. Celui de L’Express, intitulé « Royal mal partie pour présider les régions de France », paru jeudi sur le site du magazine. Dans ce papier, un président de région, non nommé, explique qu’elle a un « comportement insupportable », qu’ »elle ne vient jamais et ne travaille pas », qu’ »elle ne salue pas le personnel sauf quand il y a des caméras ». Une attaque assassine qui a fait sortir de ses gonds l’intéressée. « Propos vipérins à mon sujet dans L’Express. Je ne dis pas bonjour au personnel de l’ARF sauf s’il y a des caméras ? Quelle petitesse ! ». Et d’enchaîner: « Je ne suis pas candidate à l’ARF et personne n’est autorisé à parler en mon nom ». « Ceci dit je remercie tous ceux qui se préoccupent de mon sort, même avec arrière pensées. Je ne suis donc pas totalement assassinée ? ». Et non, elle bouge encore, beaucoup, trop même car on est proche de l’overdose avec cette exhibitionniste toujours persuadée de son divin destin nationale. La « divinitude » quoi !

 

Saga- Trierweiler-Royal : Ségolène en Jeanne d’Arc ! pathétique

Saga- Trierweiler-Royal : Ségolène en Jeanne d’Arc ! pathétique

 

« Au Moyen Age, j’aurais été brûlée ! ». Dans un article paru jeudi dans l’hebdomadaire Le Point, Ségolène Royal revient sur ses échecs depuis 2007 : la présidentielle, le congrès de Reims, la primaire socialiste et sa défaite, dimanche dernier, contre le dissident Olivier Falorni dans la première circonscription de La Rochelle. L’ancienne candidate à la présidentielle en profite aussi pour régler ses comptes avec Valérie Trierweiler.Ségolène Royal n’a toujours pas encaissé le tweet de la Première dame, qui a apporté son soutien à Olivier Falorni, entre les deux-tours des législatives. « C’est l’inversion des rôles. C’est moi dont la famille a été bousillée, c’est moi qui pourrais avoir de la rancœur », estime l’ancienne compagne de François Hollande. « Je lis des articles sur les monarques, leurs maîtresses, leurs femmes. Mais c’est horrible ! Je suis une femme politique, je me bats, et je suis ravalée au rang de feuilleton, de théâtre de boulevard, de machin à trois, de trio ! » Au Point, Ségolène Royal a aussi confié qu’elle avait dû réconforter plusieurs fois sa fille Flora, qui était « effondrée au téléphone ». L’ancienne candidate à la présidentielle revient aussi sur la campagne de 2007 et sur l’’absence de soutien de François Hollande. La faute, selon elle, à Valérie Trierweiler qui aurait contraint le premier secrétaire du PS à s’éloigner d’elle. « En 2007, je me suis dit : ça va passer, ça va s’arranger. Donc j’ai encaissé, a-t-elle confié au Point. [Valérie Trierweiler] a profité de la situation. C’était facile, elle suivait le PS, elle suivait le premier secrétaire. Dans un pays anglo-saxon, le jour même, c’est le licenciement », lance, vacharde, Ségolène Royal.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol