Archive pour le Tag 'sécu'

Le «trou de la Sécu» : rebouché ?

Le «trou de la Sécu» : rebouché ?

 

 

Une bonne nouvelle puisque La Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), organisme public chargé de combler le «trou de la Sécu», a remboursé 15,4 milliards d’euros en 2018, en ligne avec ses objectifs. En fait, cette dette pourrait être totalement remboursée en 2024. Le problème c’est que ce dispositif d’amortissement via la CRDS pourrait être prolongé non pas tellement pour boucher un nouveau trou de la sécu mais pour financer cette fois la dépendance. Théoriquement ce prélèvement a caractère exceptionnel devait cesser en 2024 (il a quand même été prolongé deux fois). Il pourrait être prolongé à nouveau voir pérenniser complètement justement pour assurer le financement de la dépendance du grand âge. En fait, la CRDS produit un tel rendement fiscal qui paraît difficile que le pouvoir se prive de cette ressource (qui tourne en moyenne autour de 10 milliards par an). Notons que discrètement le pouvoir reporte des charges sur la Sécu déjà sur la caisse d’amortissement de la dette sociale. Bref on n’en a sûrement pas terminé avec ce prélèvement dit à caractère exceptionnel de la CRDS dont on vante l’efficacité. «Près de 60% de la dette sociale reprise depuis 1996» ont été «amortis à fin 2018», indique la Cades dans un communiqué diffusé mercredi.

«Sur 260,5 milliards d’euros repris, il reste désormais 105,3 milliards d’euros à amortir», précise la Caisse, qui ne tient pas compte des 15 milliards de dette supplémentaires transférés par le budget 2019 de la Sécu. Une charge additionnelle qui ne modifie pas l’échéance du remboursement définitif, toujours prévu pour 2024.

 

Départ à la retraite : à 63 ans (Sécu)

Départ à la retraite : à 63 ans (Sécu)

 

62,7 ans, c’est : l’âge moyen de départ à la retraite des salariés du secteur privé. C’est deux mois de plus qu’en 2017. Résultat, sous l’effet conjugué des différentes réformes des retraites et de l’accroissement de l’espérance de vie, l’âge moyen des retraités du régime général progresse pour atteindre 74,3 ans en 2018, contre 74,1 ans en 2017. Quatre retraités sur dix ont désormais 75 ans ou plus.

1057 euros mensuels en moyenne: La pension de base de droit direct (hors réversion) servi pour une carrière complète au régime général est de 1057 euros par mois en 2018, en moyenne. Mais seulement un peu plus de 5 millions de retraités ont fait une carrière complète au régime général. Reflet des écarts de salaires chez les actifs, la pension des femmes (946 euros) restait inférieure à celle des hommes (1157 euros). Toutefois, la quasi-totalité des retraités touchent au moins une autre pension de base ou une retraite complémentaire, en fonction des métiers qu’ils ont exercés. En moyenne, les Français relèvent de plus de 3 régimes différents, selon le Haut-commissariat à la réforme des retraites. Et un peu plus de 19% des retraités sont bénéficiaires d’une pension de réversion.

Sécu : trou ou pas trou ?

Sécu : trou ou pas trou ?

 

 

Régulièrement depuis plusieurs années, on remet le fard sur la situation financière de la sécurité sociale. En son temps Marisol Touraine alors ministre de la santé avait en quelque sorte décrétée l’équilibre de la Sécu. Sans doute de manière un peu prématurée. De la même manière on annonce désormais un déficit très réduit pour 2018. En réalité l’équilibre des comptes est surtout dépendant du rapport entre cotisants et bénéficiaires. Pour 2019, on pourrait reparler de trou du fait du tassement de la croissance qui mécaniquement va entrainer la hausse du chômage et la baisse du nombre de cotisants.  Le déficit de la Sécurité sociale devrait doc se réduire fortement en 2018, selon une synthèse de la Commission des comptes consultée par l’AFP, lundi 24 septembre. Celui-ci devrait se limiter à 400 millions d’euros, bien en dessous des 2,2 milliards initialement visés par le gouvernement.

« Sans mesures nouvelles », le déficit de la Sécurité sociale pourrait de toute façon replonger à 3 milliards d’euros en 2019, prévient le document de la commission des comptes. . Mais le gouvernement doit dévoiler mardi son projet de budget de la Sécu pour 2019, qui comprendra notamment un plan de 3,8 milliards d’euros d’économies pour l’Assurance maladie et un quasi-gel des retraites et des allocations familiales.

 

 

Comme la sécu, L’assurance-chômage dans le vert

Comme la sécu, L’assurance-chômage dans le vert

 

Pas de chance pour Macron qui voulait faire un coup de com. avec sa philosophie de bistrot : «  le social, ça coute un pognon dingue ». De quoi faire plaisir à tous les buveurs de pastis après 3 à 4 tournées. Or coup sur coup, on apprend que la sécu est pratiquement à l’équilibre (sur un budget de 500 milliards), idem  pour l’assurance chômage. Grâce aux réformes Macron ? Non simplement par effet mécanique entre la croissance et les rentrées fiscales qui permettent de rééquilibrer les comptes sociaux (et le budget général). Même sil faut evidemmenet réduire le dépenses inutiles et inefficaces, le gros des dépenses dépend de la conjoncture, donc de la croissance et pour la partie la plus importante de la consommation. Encore faudrait -ii ne pas tuer cette consommation assez atone depuis plusieurs mois avec des hausses de fiscalité au surplus inégalitaires.  L’assurance-chômage devrait donc atteindre le «quasi-équilibre» en 2019, puis engranger des excédents de 1,6 milliard d’euros en 2020 et de 3,6 milliards en 2021, selon les nouvelles projections financières pour 2018-2021 de l’organisme, publiées mercredi. On est loin des déficits abyssaux observés ces dernières années, qui dépassaient les 4 milliards d’euros en 2015 et 2016… Quant à la dette, qui reste la bête noire, selon les scénarios de l’Unedic, elle refluerait: elle devrait atteindre un maximum de 35 milliards d’euros en 2019 avant baisser à 29,8 milliards d’euros en 2021.  Cette amélioration des finances de l’assurance-chômage est avant tout conjoncturelle. La croissance économique devrait se maintenir et rester supérieure à 1,5 % jusqu’à 2021. L’Unedic table en outre sur une baisse du taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) à 8,6 % en 2019, 8,1 % en 2020 et 7,7 % en 2021. Résultat des courses: le nombre de chômeurs indemnisés devrait ainsi baisser «de façon nette» de 1,9 % en 2019, de 2,7 % en 2020 et 3 % en 2021 et ainsi diminuer les dépenses d’allocations. Parallèlement, les recettes, constituées de cotisations sociales et de CSG, devraient logiquement augmenter grâce à cette reprise de l’emploi et de la masse salariale.

 

 

L’Assemblée vote le Sécu : budget voté mais incertain pour 2018

L’Assemblée vote le Sécu : budget voté mais incertain pour 2018

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, a été voté, il prévoit notamment l’intégration du régime des indépendants et l’augmentation du minimum vieillesse. L’objectif est de ramener le déficit annuel de 2 à 3 milliards en 2018 et de parvenir à l’équilibre en 2020. Pour cela, des recettes seront en hausse.  L‘une des mesures phares de ce texte – et des plus contestées – fait basculer une partie du financement de la protection sociale des cotisations salariales vers la contribution sociale généralisée (CSG), dont le taux va augmenter 1,7 point.  Pas sûr cependant qu’on parvienne à ces objectifs car il faudra intégrer la fin du régime social des indépendants (RSI) et son adossement au régime général.  La hausse de 1,7 point du taux de la CSG – qui s‘applique à l‘ensemble des revenus, dont les pensions et l’épargne – ne concernera ni les allocations chômage ni les indemnités journalières. Elle est destinée à compenser la suppression de certaines cotisations salariales. Pour les salariés du privé, la suppression de cotisations se fera en deux temps et portera sur les cotisations maladie et chômage, qui représentent 3,15% de la rémunération brute. Pour les indépendants, le changement concernera les cotisations d‘allocations familiales, maladie et maternité et se traduira par un gain de pouvoir d‘achat pour les trois quarts d‘entre eux. La hausse de la CSG concernera les 60% de retraités ayant les revenus les plus élevés, c‘est-à-dire ceux dont la pension est au moins égale à 1.400 euros par mois pour une personne seule de plus de 65 ans. Les retraités les plus modestes, exonérés de CSG ou soumis à la CSG à taux réduit, ne seront pas concernés. Reste que ce budget risque d’être remis e question par  les conséquences de l’intégration des indépendants dans le régime général dont l’évaluation est pour l’instant très approximative. Conséquence aussi, le renchérissement à nouveau des mutuelles (encore 3 à 4%) qui devront absorber le coût de certaines mesures

« Comment sauver la Sécu » (Agnès Buzyn )

« Comment sauver la Sécu «  (Agnès Buzyn )

 

Un nouveau sauveur de la sécu, « , la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui expose dans une interview au JDD ses solutions. Marisol Touraine  avait déjà déclaré qu’elle avait sauvé la sécurité sociale. Mais   la Cour des Comptes avait indiqué  était dans l’incapacité de prévoir une date pour le rééquilibrage des comptes de la Sécu (pas avant 2020) par ailleurs les  déficits cumulés représentent environ 230 milliards !  La vérité c’est que la dérive est incontrôlable et que la sécu sert aussi d’amortisseur social face à la crise. En outre il est clair qu’en l’état actuel du chômage les recettes sont durement affectées tandis que les dépenses dérivent.  En 2018, le déficit de la Sécurité sociale se réduit mais il sera de 3 milliards d’euros, après 4,4 milliards d’euros cette année. Un léger mieux, mais l’équilibre ne devrait pas être atteint avant 2020, selon les prévisions du gouvernement. La solution pour la ministre de la santé : la volonté de mener des « réformes structurelles » pour « contrôler » la hausse des dépenses de santé liée au vieillissement de la population. « À l’hôpital, nous allons favoriser l’ambulatoire », explique-t-elle, annonçant que le gouvernement allait « fermer les lits qui ne servent à rien ou les réorienter vers de nouveaux besoins. Nous voulons lutter contre les opérations inutiles ou les actes réalisés deux fois. Enfin, les établissements pourraient économiser un milliard d’euros en mutualisant certaines dépenses, comme les achats de médicaments. » Sur le tiers-payant, Agnès Buzyn le confirme : « Nous tiendrons l’engagement du Président de la République de rendre le tiers-payant généralisable » mais, précise-t-elle, « nous devons poursuivre nos efforts pour en assurer une application effective partout. Nous ne sommes pas prêt techniquement à l’étendre. »  Côté optique, la ministre de la Santé indique que la promesse de rembourser à 100% les lunettes sera tenue. « Mon but est d’aboutir d’ici à un an. Toute la chaîne des acteurs devra contribuer », prévient-elle. Mutualisation des dépenses entre établissements, recentrage sur la « haute technicité », modes de tarification centrés sur la pertinence des soins. En fait  l’équilibre de la sécu dépendra tout autant de la conjoncture à laquelle sont liés auatant les montants des cotisations que les réformes structurelles. L’intention de la nouvelle ministre est louable mais ce n’est pas la première fois qu’on l’a déclare. Il faudra en particulier opérer des réformes structurelles qui s’opposesront  à certains corporatismes mais sans affecter la qualité des soins. Un numéro d’équilibriste particulièrement délicat

 

France: Le déficit de la Sécu se creuse

France: Le déficit de la Sécu se creuse

 

De façon un peu prématurée et irresponsable l’ancienne ministre de la santé avait décrété que l’équilibre de la sécurité sociale serait pratiquement retrouvé en 2017- Le déficit du régime général de la Sécurité sociale (y compris le Fonds de solidarité vieillesse, FSV), devrait atteindre 5,5 milliards d’euros cette année, ont annoncé jeudi les ministres de la Santé et des Affaires sociales Agnès Buzyn et de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. En effet depuis des dizaines d’années, les dépenses augmentent plus vite que les recettes, notamment en raison du chômage de masse. Gouvernement et médias se focalisent sur le déficit annuel. Mais cumulés, ces déficits ont creusé la dette, le vrai « trou de la Sécu ». Fin 2016, la dette s’élevait à environ 160 milliards d’euros, après un léger reflux, le premier depuis 2001, de 2,1 milliards, selon la Cour des comptes. Soit à peu près 7% du PIB. Le trou est huit fois plus profond qu’en 1996, quand la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades) a été créée pour l’éponger. Financée par la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et un pourcentage de la contribution sociale généralisée (CSG), elle est censée achever sa mission en 2024.«  Principalement dû à un rendement moindre que prévu des recettes assises sur les revenus d’activité, ce dérapage ne fait que renforcer l’exigence de maîtrise des comptes de la sécurité sociale pour atteindre l’objectif de rétablissement de l’équilibre que s’est fixé le gouvernement à horizon 2020″, indiquent les deux ministres dans le communiqué. Au regard du montant de 7,8 milliards d’euros qu’a atteint ce déficit en 2016, cette prévision représente malgré tout une évolution qualifiée de « favorable » par Agnès Buzyn et Gérald Darmanin. Dans son rapport, la commission a en effet confirmé ce chiffre de 7,8 milliards d’euros, déjà annoncé en mars par le précédent secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert. Ce montant, qui dépasse également la prévision initiale de 7,1 milliards inscrite dans la LFSS 2017, représentait cependant un plus bas depuis 2002, avait indiqué le précédent gouvernement. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mardi lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée que la loi de programmation des finances publiques sur la durée du quinquennat qui sera présentée à la rentrée programmera l’équilibre financier de la Sécurité sociale à l’horizon 2020 et prévoira des règles interdisant le déficit des comptes sociaux.

 

Sécu: Fillon efface sa proposition

Sécu: Fillon efface sa proposition  

 

 

Conséquences sans doute des nombreuses critiques relatives aux propositions de Fillon sur la sécu et de l’opposition de 90 % des Français, une  partie de programme sécu de l’ancien premier ministre désigné par la primaire de la droite a été purement et simplement effacée de son site Internet. Une manière peut-être pour tenter d’étouffer les nombreuses réactions négatives sur ce sujet mais qui risque d’affaiblir notablement la posture de réformateur radical de l’intéressé. Il se pourrait bien maintenant que les autres mesures phares de Fillon passent également l’objet d’une lecture attentive et critique comme par exemple l’allégement de fiscalité pour les plus favorisés  alors que notamment les autres seront particulièrement touchés par la hausse de TVA. Une mesure qui concerne surtout ceux qui consacrent  la quasi totalité de leurs revenus à la consommation. Le député de Paris et candidat de la droite et du centre avait promis durant sa campagne pour la primaire de « désétatiser » le système de santé, notamment en « focalisant l’assurance publique universelle sur des affections graves ou de longue durée, et l’assurance privée sur le reste ».  Ces derniers jours, François Fillon avait tenté d’adopter un ton et une approche différente sur le sujet, virage que ses alliés ont eu du mal à défendre. Mardi matin, Jérôme Chartier, son porte-parole, avait ainsi assuré sur BFMTV-RMC avait n’avait pas vraiment mis un terme aux spéculations. Ce n’est pas du renoncement. La protection des Français est un ensemble Sécurité sociale-complémentaires santé. Cet ensemble-là doit continuer à protéger 100% des Français et 100% des maladies, François Fillon n’a pas varié d’un cil ». Sauf que quelques heures plus tard, l’AFP a remarqué que la proposition la plus contestée du député LR avait été retiré de son site internet dans l’après-midi, alors qu’elle était encore visible à midi.

Sécu : le rétro pédalage laborieux de Fillon

Sécu : le rétro pédalage laborieux de Fillon

 

Un rétropédalage particulièrement laborieux de François Fillon à propos de la sécu et qui affirme à la fois qu’il maintient les principes de sa réforme radicale et qui en même temps déclare que rien ne changera. Une longue interview de l’intéressé dans le Figaro qui n’éclaire guère. En réalité Fillon critiquée par la gauche et le Front National l’est  autant à l’intérieur de son camp. Une raison fondamentale : les sondages démontrent que 90 % des Français sont contre cette réforme. Une réforme par ailleurs se caractérise par un grand flou et beaucoup d’approximations. Et pourtant les grands médias considéraient  que le programme de Fillon avait été longuement mûri ! François Fillon est toujours aussi évasif sur le rôle respectif qu’il entend faire jouer à la sécurité sociale et aux mutuelles il est vraisemblable que François Fillon va payer dans les prochains sondages les conséquences d’une annonce très impopulaire et surtout très incohérente sur la couverture maladie. La vérité c’est que François Fillon a voulu afficher une grande radicalité de ces réformes pour remporter la primaire de droite face à Juppé beaucoup plus modéré mais sans doute plus conscient des réalités sociétales. Pour tout dire la sécurité sociale à deux vitesses proclamées par Fillon est bien malade. Dans son entourage on assure maintenant que cette réforme a besoin d’être sérieusement affinée, qu’elle a qu’elle nécessite de la pédagogie et que de toute manière elle n’est pas prioritaire dans les principales mesures immédiates qui seraient prises par Fillon François Fillon, enferré dans le débat électoral sur son projet santé, s’est efforcé lundi de sortir du guêpier en opposant aux « mystificateurs » sa volonté de sanctuariser l’assurance maladie et de « mieux rembourser » des soins comme le dentaire. Dans son interview Fillon s’emploie bien maladroitement à répondre aux inquiétudes de son propre camp dont la cohésion est mise à mal par un projet de réforme jugé « brutal » et mal expliqué par plusieurs élus. Depuis que les propositions « radicales » de François Fillon pour résorber le déficit de la Sécurité sociale ont émergé lors du débat de l’entre-deux-tours de la primaire : insuffisamment « documentées » (en réalité bâclées), le projet de réforme menace de se retourner contre ses auteurs. Du coup Fillon dit le contraire aujourd’hui de ce qu’il a affirmé hier. L’assurance-maladie, poursuit-il, « continuera à couvrir les soins comme aujourd’hui et même, mieux rembourser des soins qui sont largement à la charge des assurés, comme les soins optiques et dentaires ». Le candidat reste toutefois évasif sur le point le plus controversé de son projet : la « redéfinition » des rôles respectifs de l’assurance maladie obligatoire de base et des complémentaires (assurances privées, mutuelles). A la première serait dévolu un panier de soins « solidaire » concentré sur les affections graves et de longue durée (ALD), aux secondes un panier de soins « individuel »  Il ne mentionne pas non plus une autre proposition potentiellement explosive : la création d’une franchise médicale universelle, une réminiscence du « bouclier sanitaire » proposé en 2007 par Martin Hirsch pour moduler les remboursements à proportion des revenus. En 2015, l’assurance maladie a pris en charge 77% des dépenses de santé, une part en hausse en raison notamment de l’augmentation des ALD (cancers, hypertension…) qui représentaient l’an dernier plus de 16% de la population contre 11% en 1999. « Il n’est pas question d’aller vers une sorte de santé à deux vitesses : ceux qui peuvent se la payer et ceux qui ne peuvent pas », a récemment assuré le député Serge Grouard, responsable du projet de François Fillon pour la primaire.

Sécu : Fillon dans la tourmente

Sécu : Fillon dans la tourmente

 

 

 

De toute évidence Fillon va devoir rapidement faire opérer un sérieux virage à un programme contesté non seulement dans l’opinion mais aussi à l’intérieur même de son parti. La principale critique concerne la sécurité sociale. Les propositions de Fillon dans ce domaine sont rejetées par 90 % des Français. De la même manière l’annonce de la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires de manière brutale et non ciblée provoque de nombreuses réactions hostiles. Selon un sondage Elabe publié cette semaine, 90% des Français jugent inacceptable une baisse des dépenses publiques en matière de santé et 58% considèrent que la proposition de François Fillon de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires sur cinq ans « n’est pas souhaitable ». Du coup les proches de Fillon multiplient les interventions pour tenter de montrer une face plus modéré des orientations de leur champion. D’autres sujets suscitent aussi l’inquiétude comme la hausse de la TVA qui viendra évidemment amputer un pouvoir d’achat des Français déjà relativement figé depuis plusieurs années surtout si on prend en compte la véritable évolution de l’inflation. Jugeant son projet « caricaturé », le candidat de la droite et du centre devrait clarifier prochainement ses propositions sans rien renier du fond de ses engagements, a fait savoir l’un de ses proches, le sénateur LR Bruno Retailleau. « Il indiquera de façon beaucoup plus déliée, de façon encore plus précise, ce qu’est son projet pour la Sécurité sociale », a-t-il dit sur RTL. Pas de recul, mais un effort de pédagogie, assure-t-on dans l’entourage du candidat, qui a martelé durant la campagne de la primaire qu’il n’amenderait jamais son projet. Certains proches de Fillon pensent que le candidat est en train de s’enfoncer dans son radicalisme. Il s’efforce donc de minimiser les annonces phares de Fillon considérant même que la réforme de la sécu ne sera pas l’une des actions prioritaires. En gros beaucoup pensent désormais que Fillon devra changer de programme s’il veut réellement être élu. C’est propositions été en effet adapté pour une primaire où ce sont surtout les couches aisées et âgées qui ont voté, elles le sont beaucoup moins quand il s’agit de recueillir l’adhésion de l’ensemble des sélecteurs. L’ancien ministre Eric Woerth, ex-soutien de Nicolas Sarkozy et l’un des artisans du projet présidentiel de la droite, a mis les pieds dans le plat dimanche en estimant que la répartition entre « petits risques » et « gros risques », coeur du projet de François Fillon pour l’assurance maladie, n’était pas « la bonne mesure». Dans son programme, François Fillon propose de « focaliser l’assurance publique universelle notamment sur les affections graves ou de longue durée, le panier de soins solidaire, et l’assurance privée sur le reste, le panier de soin individuel ». « Les moins favorisés ne pouvant accéder à l’assurance privée bénéficieront d’un régime spécial de couverture accrue. Les patients seront responsabilisés par l’introduction d’une franchise maladie universelle dans la limite d’un seuil et d’un plafond », peut-on lire. « Ça a été écrit à un moment donné dans le projet de la primaire, on peut modifier des choses », a dit Eric Woerth au « Grand Rendez-vous » Europe 1-Le Echos-iTELE. « Il faut clarifier la répartition entre les mutuelles et la Sécurité sociale. (…) Il faut éviter les déremboursements, il faut éclaircir ce qui doit être remboursé et qui doit le rembourser », a-t-il avancé. Le député a ajouté que la réforme de l’assurance maladie n’était pas une priorité pour les mois de juillet et août 2017, si François Fillon venait à remporter la présidentielle, et que les textes ne seraient pas écrits « avant ».

Henri de Castries, ex PDG d’AXA conseille Fillon sur la Sécu

Henri de Castries, ex PDG d’AXA conseille Fillon sur la Sécu

 

Henri de Castries,  l’ex PDG d’AXA, le puissant groupe d’assurances, fait partie des personnalités qui conseillent Fillon. Il pourrait même devenir ministre. Du coup on ne peut s’empêcher de faire le lien avec les propositions de Fillon qui propose de transférer sur les mutuelles et autres assurances la gestion des risques maladie qui ne font pas partie des pathologies graves. Un concept d’ailleurs très flou  mais qui traduit la volonté de faire jouer au privé et aux mutuelles le rôle de Sécu bis avec à la clé des hausse très significatives des cotisations des complémentaires. Notons que l’idée n’est pas nouvelle, il y a longtemps que les assurances militent pour ce transfert  qui seraiat susceptible de faire doubler leur activité.  L’ex -PDG d’Axa est un proche de  François Fillon. Une sorte d’ une éminence grise, au travail sur le projet du candidat depuis 2013. L’amitié entre les deux hommes s’est progressivement forgée depuis 1995, consolidée par leur voisinage sarthois. Alors ministre Henri de Castries? «La question ne se pose pas aujourd’hui», déclare-t-il au Figaro, «je ne demande rien». François Fillon et lui ont encore le temps d’y réfléchir. De peser le pour et le contre.  À 62 ans, l’ancien patron est connu et reconnu pour son intelligence pourrait toutefois susciter des critiques pour ses liens avec le monde patronal en particulier dans l’assurance

 

Réforme Sécu Fillon : 89% des Français contre

Réforme Sécu Fillon : 89% des Français contre

Selon un sondage Odoxa publié dimanche par Le Parisien les Français  rejettent très majoritairement les solutions défendues par François Fillon, le vainqueur de la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017 : 89% sont contre l’idée de ne plus rembourser que les médicaments pour les maladies graves et 58% sont hostiles à l’idée d’augmenter la prise en charge des soins par les mutuelles. Cependant Ils sont 58% à se dire « assez inquiets » et 16% « très inquiets » de la pérennité d’un système dont ils sont par ailleurs 84% à se déclarer satisfaits. Les personnes interrogées sont favorables à une réforme en profondeur de l’assurance maladie, qu’elles jugent aussi en danger (79%), suscitant de nombreux abus (78%), mais qu’elles considèrent aussi efficace (70%). La Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) a évalué à 20 milliards d’euros le coût supplémentaire pour les ménages français de l’application du programme de François Fillon en matière de déremboursement de certains soins. Une évaluation très approximatives car le plus grand flou règne quant au concept de pathologies graves de Fillon qui seraient seulement remboursées par la Sécu dans le programme Fillon. La ministre de la santé Touraine chiffre le coût supplémentaire à 300 euros pour les ménages et la Mutualité (sans doute un peu trop  intéressée de jouer un rôle de Sécu bis)  à 30 euros par mois ; uen différence de taille.

Sécu : pas sauvée pour 80% (Odoxa)

Sécu : pas sauvée pour 80% (Odoxa)

Pas moins de 84% d’entre eux ne croient pas la promesse du gouvernement selon laquelle les comptes de la Sécurité sociale seront à l’équilibre l’année prochaine, d’après le sondage du Carnet de santé des Français France Inter-Le Figaro-MNH réalisé par Odoxa. Fini le trou de la sécu affirmait pourtant  l’inénarrable Touraine qui est à la santé ce que Poivre d’Arvor est à la littérature ou McDo à la gastronomie. Bref une énarque. Pour elle, le déficit de la sécu est réglé. Pour la ministre de la Santé, « l’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux ». (Sécu, Assedic, retraites tous dans le rouge avec des dettes colossales NDLR) »Nous aurons sauvé la Sécu », poursuit-elle. Avec des chiffres qui disent le contraire : « Le régime général, qui affichait 17,4 milliards de déficit en 2011, sera à 400 millions de l’équilibre. Pour un budget de 500 milliards, c’est l’épaisseur du trait », ajoute-t-elle. Le déficit du Fonds de solidarité vieillesse « sera stabilisé » à 3,8 milliards d’euros en 2016 et en 2017. L’assurance-vieillesse dégagera quant à elle un excédent de 1,6 milliard en 2017, et le déficit de l’assurance-maladie passera de 4,1 milliards en 2016 à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il faudra que Marisol Touraine refasse ses additions. En outre elle hypothèque les résultats de 2017 alors qu’elle ne sera plus ministre de la santé après les élections présidentielles. On parle de la ministre favorite de Hollande en Indre et Loire (mairie de tours), là où l’ancienne favorite de Louis XIV, Louise de La Vallière, s’était déjà retirée près de Tours avoir été écarté du pouvoir de séduction. La Vallière était entrée dans les ordres, Touraine mériterait de se convertir dans  les ordres comptables . Dans le sondage Odoxa,  seuls 15% croient la promesse de la ministre. Sans surprise, la méfiance est plus grande parmi les sondés de droite – 91% doute de la parole de Marisol Touraine. À gauche, la défiance est également grande, les trois quarts des sondés de ce bord pensant qu’elle n’arrivera pas à remettre la Sécu à l’équilibre. Et pourtant, 96% des Français estiment que le retour à l’équilibre des finances sociales est un objectif «important», voire «prioritaire».

Fin du trou de la sécu : la presse conteste Marisol Touraine

Fin du trou de la sécu : la presse conteste Marisol Touraine

 

 

La  presse conteste la fin du trou de la sécu annoncée par Marisol Touraine. Cette annonce constitue évidemment une escroquerie ( déjà confirmée deux jours après par les augmentations de dépenses d’août). D’abord les comptes ne seront pas équilibrés en 2017. Ensuite on oublie la dette de 160 milliards qui, elle demeure. C’est un peu comme si dans un ménage on parvenait à qui libère ses compte en devant mais en ayant une dette représentant 25% des ses revenus. Certes. La situation s’est certes améliorée un peu, c’est tant mieux mais le résultat doit beaucoup aussi à la baisse des taux d’intêret. Au moins 2 milliards ont été ainsi économisé. Comme pour la tête de l’État qui a encore augmenté mais pourtant dont la charge des intérêts s’est stabilisée à 40 milliards. Enfin et peut-être surtout la Sécu n’a pas provisionné les futures retraites des fonctionnaires. L’État pas davantage.  Une bricole qui représente environ 2000 milliards  « Fini le trou de la sécu » affirme pourtant l’inénarrable Touraine . Pour elle, le déficit de la sécu est réglé. Pour la ministre de la Santé, « l’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux ». (Sécu, Assedic, retraites tous dans le rouge avec des dettes colossales NDLR) »Nous aurons sauvé la Sécu », poursuit-elle. Avec des chiffres qui disent le contraire : « Le régime général, qui affichait 17,4 milliards de déficit en 2011, sera à 400 millions de l’équilibre. Pour un budget de 500 milliards, c’est l’épaisseur du trait », ajoute-t-elle. Le déficit du Fonds de solidarité vieillesse « sera stabilisé » à 3,8 milliards d’euros en 2016 et en 2017. L’assurance-vieillesse dégagera quant à elle un excédent de 1,6 milliard en 2017, et le déficit de l’assurance-maladie passera de 4,1 milliards en 2016 à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il faudra que Marisol Touraine refasse ses additions. En outre elle hypothèque les résultats de 2017 alors qu’elle ne sera plus ministre de la santé après les élections présidentielles. On parle de la ministre favorite de Hollande en Indre et Loire (mairie de tours), là où l’ancienne favorite de Louis XIV, Louise de La Vallière, s’était déjà retirée près de Tours avoir été écarté du pouvoir de séduction. La Vallière était entrée dans les ordres, Touraine mériterait de se convertir dans  ordres comptables ! Du coup la presse massacre à juste titre la ministre de la santé. La presse n’est pas dupe du discours gouvernemental et de son « habillage de communication », pour reprendre l’expression de Jean-Louis Hervois dans La Charente libre« Dommage que l’on ne soit pas plus souvent en période préélectorale. Nous aurions chaque jour une excellente nouvelle du gouvernement sortant », se gausse Jean-Michel Servant dans Le Midi libre« Voilà que le légendaire trou de la Sécurité sociale est sur le point d’être comblé. Bouché. Effacé en deux temps et trois mouvements, après d’ultimes +réglages+ budgétaires. »  Dans La Montagne, Bernard Stephan remarque qu‘ »une déclaration gouvernementale qui annonce la fin du trou de la Sécu en 2017, au lendemain de l’élection présidentielle, est forcément suspectée ». De fait, Le Parisien rappelle que la ministre n’a parlé « que du régime général » et a « +oublié+, dans son décompte, le fonds de solidarité vieillesse » et son déficit prévu de 3,8 Mds d’euros. Encore plus sceptique, Le Figaro explique « comment le gouvernement embellit les comptes de la Sécurité sociale »: « un résultat obtenu grâce à la réforme Woerth sur les retraites, mais aussi à des artifices comptables, à des hausses de taxes et à des économies annoncées mais encore à réaliser ». « Bref, ce n’est pas tout à fait la fin du trou », conclut Libération.« Ce sont d’abord les Français qui, soit en mettant doublement la main à la poche, soit en renonçant pour certains à se faire soigner, ont permis ce résultat en trompe l’œil », insiste Bruno Dive dans son éditorial de Sud-Ouest. Dans La Voix du Nord, Matthieu Verrier note que « la tatillonne Cour des comptes préconise plus d’efforts et les prévisions de croissance sur lesquelles se base le ministère sont optimistes ». Conclusion: « la véritable fin du trou ne pourra être constatée qu’en fin 2017, après la présidentielle ». Certes, « François Hollande laissera une situation bien meilleure que celle dont il a hérité (plus de 20 milliards de déficit en 2011) », admet Philippe Marcacci dans L’Est républicain. Mais« de là à voir le malade guéri ! Il y a un monde. Même, pour une ministre de la Santé, cela revient à confondre courte période de rémission à guérison totale »

Fin du trou de la sécu : la presse conteste Marisol Touraine dans actu-économie politique

Trou de la sécu : hausse des dépenses en août

Trou de la sécu : hausse des dépenses en août

Pas de chance pour Marisol Touraine qui, il y a quelques jours, annonçait la fin du trou de la sécu. Une annonce erronée évidemment et contredite par les récentes hausses des dépenses. Les dépenses du régime général d’assurance maladie ont en effet augmenté de 3,7% le mois dernier en France par rapport au mois d’août 2015, accélérant leur progression par rapport à juillet (+2,8%), selon les données corrigées des jours ouvrés et des variations saisonnières publiées lundi par la Cnamts. La Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés précise que leur progression sur les douze derniers mois s’est établie à 1,9% en août, confirmant l’accélération entamée en juillet, où elle s’était élevée à 1,6% après être progressivement passée de 2,2% à fin janvier à 1,5% à fin juin. L’annonce de Marisol Touraine constituait bien entendu une escroquerie. Les comptes ne seront pas équilibrés en 2017. Ensuite on oublie la dette de 160 milliards qui, elle,  demeure. C’est un peu comme si dans un ménage on parvenait à qui libère ses compte en devant mais en ayant une dette représentant 25% des ses revenus. Certes. La situation s’est certes améliorée un peu, c’est tant mieux mais le résultat doit beaucoup aussi à la baisse des taux d’intérêt. Au moins 2 milliards ont été ainsi économisé. Comme pour la tête de l’État qui a encore augmenté mais pourtant dont la charge des intérêts s’est stabilisée à 40 milliards. Enfin et peut-être surtout la Sécu n’a pas provisionné les futures retraites des fonctionnaires. L’État pas davantage.  Une bricole qui représente environ 2000 milliards  « Fini le trou de la sécu » affirme pourtant l’inénarrable Touraine qui est à la santé ce que Poivre d’Arvor est à la littérature ou McDo à la gastronomie. Bref une énarque. Pour elle, le déficit de la sécu est réglé. Pour la ministre de la Santé, « l’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux ». (Sécu, Assedic, retraites tous dans le rouge avec des dettes colossales NDLR) »Nous aurons sauvé la Sécu », poursuit-elle. Avec des chiffres qui disent le contraire : « Le régime général, qui affichait 17,4 milliards de déficit en 2011, sera à 400 millions de l’équilibre. Pour un budget de 500 milliards, c’est l’épaisseur du trait », ajoute-t-elle. Le déficit du Fonds de solidarité vieillesse « sera stabilisé » à 3,8 milliards d’euros en 2016 et en 2017. L’assurance-vieillesse dégagera quant à elle un excédent de 1,6 milliard en 2017, et le déficit de l’assurance-maladie passera de 4,1 milliards en 2016 à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il faudra que Marisol Touraine refasse ses additions. En outre elle hypothèque les résultats de 2017 alors qu’elle ne sera plus ministre de la santé après les élections présidentielles. On parle de la ministre favorite de Hollande en Indre et Loire (mairie de tours), là où l’ancienne favorite de Louis XIV, Louise de La Vallière, s’était déjà retirée près de Tours avoir été écarté du pouvoir de séduction. La Vallière était entrée dans les ordres, Touraine mériterait de se convertir dans  ordres comptables

 

Fin du trou de la sécu : la presse conteste Marisol Touraine

Fin du trou de la sécu : la presse conteste Marisol Touraine

 

 

La  presse conteste la fin du trou de la sécu annoncée par Marisol Touraine. Cette annonce constitue évidemment une escroquerie escroquerie bien. D’abord les comptes ne seront pas équilibrés en 2017. Ensuite on oublie la dette de 160 milliards qui, elle demeure. C’est un peu comme si dans un ménage on parvenait à qui libère ses compte en devant mais en ayant une dette représentant 25% des ses revenus. Certes. La situation s’est certes améliorée un peu, c’est tant mieux mais le résultat doit beaucoup aussi à la baisse des taux d’intêret. Au moins 2 milliards ont été ainsi économisé. Comme pour la tête de l’État qui a encore augmenté mais pourtant dont la charge des intérêts s’est stabilisée à 40 milliards. Enfin et peut-être surtout la Sécu n’a pas provisionné les futures retraites des fonctionnaires. L’État pas davantage.  Une bricole qui représente environ 2000 milliards  « Fini le trou de la sécu » affirme pourtant l’inénarrable Touraine qui est à la santé ce que Poivre d’Arvor est à la littérature ou McDo à la gastronomie. Bref une énarque. Pour elle, le déficit de la sécu est réglé. Pour la ministre de la Santé, « l’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux ». (Sécu, Assedic, retraites tous dans le rouge avec des dettes colossales NDLR) »Nous aurons sauvé la Sécu », poursuit-elle. Avec des chiffres qui disent le contraire : « Le régime général, qui affichait 17,4 milliards de déficit en 2011, sera à 400 millions de l’équilibre. Pour un budget de 500 milliards, c’est l’épaisseur du trait », ajoute-t-elle. Le déficit du Fonds de solidarité vieillesse « sera stabilisé » à 3,8 milliards d’euros en 2016 et en 2017. L’assurance-vieillesse dégagera quant à elle un excédent de 1,6 milliard en 2017, et le déficit de l’assurance-maladie passera de 4,1 milliards en 2016 à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il faudra que Marisol Touraine refasse ses additions. En outre elle hypothèque les résultats de 2017 alors qu’elle ne sera plus ministre de la santé après les élections présidentielles. On parle de la ministre favorite de Hollande en Indre et Loire (mairie de tours), là où l’ancienne favorite de Louis XIV, Louise de La Vallière, s’était déjà retirée près de Tours avoir été écarté du pouvoir de séduction. La Vallière était entrée dans les ordres, Touraine mériterait de se convertir dans  ordres comptables ! Du coup la presse massacre à juste titre la ministre de la santé. La presse n’est pas dupe du discours gouvernemental et de son « habillage de communication », pour reprendre l’expression de Jean-Louis Hervois dans La Charente libre. « Dommage que l’on ne soit pas plus souvent en période préélectorale. Nous aurions chaque jour une excellente nouvelle du gouvernement sortant », se gausse Jean-Michel Servant dans Le Midi libre« Voilà que le légendaire trou de la Sécurité sociale est sur le point d’être comblé. Bouché. Effacé en deux temps et trois mouvements, après d’ultimes +réglages+ budgétaires. »  Dans La Montagne, Bernard Stephan remarque qu‘ »une déclaration gouvernementale qui annonce la fin du trou de la Sécu en 2017, au lendemain de l’élection présidentielle, est forcément suspectée ». De fait, Le Parisien rappelle que la ministre n’a parlé « que du régime général » et a « +oublié+, dans son décompte, le fonds de solidarité vieillesse » et son déficit prévu de 3,8 Mds d’euros. Encore plus sceptique, Le Figaro explique « comment le gouvernement embellit les comptes de la Sécurité sociale »: « un résultat obtenu grâce à la réforme Woerth sur les retraites, mais aussi à des artifices comptables, à des hausses de taxes et à des économies annoncées mais encore à réaliser ». « Bref, ce n’est pas tout à fait la fin du trou », conclut Libération.« Ce sont d’abord les Français qui, soit en mettant doublement la main à la poche, soit en renonçant pour certains à se faire soigner, ont permis ce résultat en trompe l’œil », insiste Bruno Dive dans son éditorial de Sud-Ouest. Dans La Voix du Nord, Matthieu Verrier note que « la tatillonne Cour des comptes préconise plus d’efforts et les prévisions de croissance sur lesquelles se base le ministère sont optimistes ». Conclusion: « la véritable fin du trou ne pourra être constatée qu’en fin 2017, après la présidentielle ». Certes, « François Hollande laissera une situation bien meilleure que celle dont il a hérité (plus de 20 milliards de déficit en 2011) », admet Philippe Marcacci dans L’Est républicain. Mais« de là à voir le malade guéri ! Il y a un monde. Même, pour une ministre de la Santé, cela revient à confondre courte période de rémission à guérison totale »

En 2017 : disparition du trou de la sécu ou de Marisol Touraine ?

En 2017 : disparition du trou de la sécu ou de Marisol Touraine ?

 

 

Fini le trou de la sécu affirme l’inénarrable Touraine qui est à la santé ce que Poivre d’Arvor est à la littérature ou McDo à la gastronomie. Bref une énarque. Pour elle, le déficit de la sécu est réglé. Pour la ministre de la Santé, « l’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux ». (Sécu, Assedic, retraites tous dans le rouge avec des dettes colossales NDLR) »Nous aurons sauvé la Sécu », poursuit-elle. Avec des chiffres qui disent le contraire : « Le régime général, qui affichait 17,4 milliards de déficit en 2011, sera à 400 millions de l’équilibre. Pour un budget de 500 milliards, c’est l’épaisseur du trait », ajoute-t-elle. Le déficit du Fonds de solidarité vieillesse « sera stabilisé » à 3,8 milliards d’euros en 2016 et en 2017. L’assurance-vieillesse dégagera quant à elle un excédent de 1,6 milliard en 2017, et le déficit de l’assurance-maladie passera de 4,1 milliards en 2016 à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il faudra que Marisol Touraine refasse ses additions. En outre elle hypothèque les résultats de 2017 alors qu’elle ne sera plus ministre de la santé après les élections présidentielles. On parle de la ministre favorite de Hollande en Indre et Loire (mairie de tours), là où l’ancienne favorite de Louis XIV, Louise de La Vallière, s’était déjà retirée près de Tours avoir été écarté du pouvoir de séduction. La Vallière était entrée dans les ordres, Touraine mériterait de se convertir à l’ordre comptable !

Le Trou de la sécu sera bouché…. Bientôt !(Touraine)

Le Trou de la sécu sera bouché…. Bientôt !(Touraine)

 Période électorale oblige il faut valoriser le bilan,  Marisol Touraine ne fait pas dans la dentelle en annonçant que le règlement des déséquilibres financiers de la Sécu est à portée de main ! Marisol Touraine a annoncé dimanche que la prévision déjà améliorée en juin est revue à la baisse à moins de 5 milliards en 2016 pour le régime général. Mais en oubliant de parler du fond solidarité vieillesse. En réalité le déficit de 1016 pourrait être de 9 milliards au lieu de 10. En outre Marisol Touraine à aussi omis  de parler des conditions d’apurement de l’énorme déficit cumulé de l’ordre de 230 milliards, une paille !  Certes on constate une légère réduction du déficit mais le rétablissement des équilibres financiers est encore loin.  La Cour des Comptes avait indiqué qu’elle était dans l’incapacité de prévoir une date pour le rééquilibrage des comptes de la Sécu (pas avant 2020) la commission des comptes de la sécurité sociale est plus complaisante ;  elle juge qu’il faudra faire des efforts supplémentaires par rapport à ceux demandés par le gouvernement. Une sorte d’euphémisme puisque ce déficit de la sécu est de l’ordre  de 9 milliards et que les déficits cumulés représentent environ 230 milliards !  La vérité c’est que la dérive est incontrôlable et que la sécu sert aussi d’amortisseur social face à la crise. En outre il est clair qu’en l’état actuel du chômage les recettes sont durement affectées tandis que les dépenses dérivent. Le gouvernement doit aller au-delà des efforts de maîtrise des dépenses de santé déjà prévus pour tenir ses objectifs de baisse du déficit de la protection sociale en 2016, juge donc  la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS). Ce qui n’empêche pas Marisol Touraine de déclarer « Je suis en mesure de vous annoncer que les résultats 2016 seront encore meilleurs que ce que l’on envisageait au mois de juin », a déclaré la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine dimanche au Grand Jury RTL- « Le Figaro » -LCI, en évoquant un déficit du régime général « nettement en dessous de 5 milliards ». En oubliant bien sûr les 4 milliards du fonds de solidarité vieillesse (FSV). Les chiffres définitifs seront communiqués par la Commission des comptes de la Sécurité sociale le 22 septembre. En attendant, la prévision officielle demeure celle de juin : un solde négatif de 9,1 milliards en 2016, composé de 5,2 milliards de déficit du côté des quatre branches du régime général, et de 3,9 milliards en y ajoutant le Fonds de solidarité vieillesse (FSV). Ce dernier est plombé par le grand nombre de chômeurs car il finance les retraites des travailleurs n’ayant pas assez cotisé.

Sécu : 50 milliards à économiser (fondation Concorde)

Sécu : 50 milliards à économiser (fondation Concorde)

 

, Et si, et si…….. La sécurité sociale pourrait économiser 50 milliards. C’est la conclusion d’une étude de la Fondation  Concorde sur la réduction de la dette à paraître ce mardi 10 mai et consultée par Le Figaro. En réalité la fondation Concorde ne s’est pas trop fatiguée pour aboutir à ce résultat. . Elle propose de réaffecter certaines taxes actuellement perçues par le budget, de faire financer certaines prestations par le même budget et de  diminuer légèrement  le montant de certaines prestations. Des mesures qui effectivement seraient de nature à rééquilibrer les comptes de la Sécu mais qui plomberaient alors  un peu plus le budget. Bref une sorte de jeu d’écritures qui ne s’attaque pas vraiment aux facteurs explicatifs structurels du déficit de la sécurité sociale. Impôts et taxes affectés, remboursements de prestations sociales et exonérations de cotisations (hors CSG et CRDS), tous ces transferts de l’État à la Sécu représentent 88 milliards d’euros chaque année. La fondation Concorde préconise de revoir le système de financement de l’État en faveur de la Sécu et de renoncer à certains transferts qui ne lui semblent pas justifiés. La somme de toutes ces économies atteindrait 46,4 milliards d’euros. Voici trois leviers suggérés par la fondation Concorde pour réduire la facture. Si une partie des impôts et taxes affectés à la Sécu sont légitimes (taxes sur le tabac, l’alcool, les médicaments, etc.), d’autres, en revanche, le sont moins. Pour les régimes de base, en effet, 11,7 milliards d’euros proviennent de rétrocessions de TVA nette et 13 milliards de rétrocession de taxes sur les salaires, ainsi que d’autres rétrocessions diverses. L’État justifie ces transferts par des allègements de cotisations sociales qui ont eu lieu par ailleurs «au détriment» de la Sécu. Bref, il compense. Problème, ce mode de fonctionnement déconnecte les cotisations sociales des prestations reçues. Résultat, la diminution des cotisations sociales ne s’accompagne jamais de réduction des dépenses mais au contraire de l’accroissement de la dette de l’État. La fondation Concorde relève que les transferts de l’État vers la Sécu ont été créés pour permettre à la Sécu de financer des prestations solidaires ou distributives (quand les cotisations des uns paient les prestations des autres), parce que la Sécu ne versait que les prestations à caractère assurantiel (les cotisations qui ouvrent droit à des prestations). Or, aujourd’hui la Sécu a aussi adopté le mode de fonctionnement distributif. C’est le cas, par exemple, pour les allocations familiales financées par des employeurs de salariés célibataires. L’étude propose que l’État arrête de financer certaines de ces allocations puisque la Sécu remplit parfaitement ce rôle désormais. Elle cite les exemples de l’allocation adultes handicapés (8,4 milliards d’euros en 2014), l’aide médicale d’État (0,7 milliards d’euros en 2014) ou d’une partie des allocations logement (APL: 3,15 milliards d’euros en 2014). Des dispositifs spécifiques d’exonérations ou d’allégements de cotisations ciblées font partie de ces fameux transferts de l’État vers la Sécu: exonérations de charges en outre-mer, ou dans les zones franches, catégories de bénéficiaires comme les contrats aidés. La fondation Concorde propose de supprimer le principe de compensation systématique de ces allègements et exonérations de charges. Montant de ces économies: 3,2 milliards d’euros. «Si on exonère des charges, il faut demander des économies dans le versement des prestations», précise la fondation Concorde. La fondation Concorde voit aussi un gisement d’économies possibles en rognant dans les prestations sociales. Elle préconise donc une diminution du montant du versement de certaines allocations, ce qui permettrait à l’Etat de verser moins d’argent à la Sécu pour les allocations en question et d’économiser 5,7 milliards d’euros.

 

(Avec le Figaro)

Arrêts de travail : contingentés par la sécu

Arrêts de travail : contingentés par la sécu

 

 

La sécu souhaiterait contingenter le nombre d’arrêts maladie en fonction des différentes pathologies, un pas de plus vers l’étatisation de la médecine libérale. On comprend que la sécu veuille maîtriser l’augmentation du nombre de jours de maladie, cependant  imposer un nombre de jours d’arrêts par type de maladie paraît pour le moins discutable car tout dépend de la situation sanitaire de l’individu. L’Assurance maladie veut en effet favoriser la «pertinence» des prescriptions d’arrêts de travail en incluant de nouveaux critères dans le versement d’une prime aux médecins. Les syndicats de médecins ont rendez-vous jeudi au siège de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) pour une nouvelle séance de négociation sur la convention médicale, un texte qui régit pour cinq ans les relations entre les praticiens libéraux et la Sécu et fixe leurs honoraires. Des  indicateurs permettant la rémunération des médecins atteignant certains objectifs, en matière de prescription de médicaments, d’organisation de leur cabinet ou encore de prévention seraient fixés. Parmi eux, des indicateurs relatifs à la pertinence des prescriptions d’arrêt de travail (indemnités journalières) au regard des préconisations existantes. Les médecins sont, par exemple, invités à respecter le barème de la Cnam, c’est-à-dire 5 jours d’arrêt de travail pour une grippe saisonnière, 3 pour une angine ou 21 jours pour une entorse grave lorsque le patient effectue «un travail physique lourd». La Sécu voudrait inciter les médecins à utiliser davantage les outils informatiques. «Lorsqu’un arrêt de travail est prescrit en ligne, sa durée est plus souvent conforme aux référentiels existants, probablement du fait de la possibilité de choisir parmi les durées standard proposées par l’outil», constate la Cnam. Le taux de dématérialisation des prescriptions d’arrêt de travail et le taux de respect des référentiels pour les arrêts de travail pourraient devenir de nouveaux «indicateurs d’efficience» qui conditionneraient le versement d’une partie des primes appelées «rémunérations sur objectifs de santé publique» (Rosp).  Ces primes sont loin d’être négligeables pour un praticien. En 2015, près de 90 000 médecins ont perçu chacun 4500 € en moyenne au titre de la Rosp. Un chiffre qui grimpe à 6756 € pour les généralistes la même année. En 2013, le montant total des indemnités journalières versées par la Sécu représentait 12,8 milliards d’euros dont 2,8 milliards pour accidents du travail et maladies professionnelles, 3 milliards pour maternité, et 7 milliards pour maladie. Assurance maladie et syndicats ont jusqu’à la fin de l’été pour signer une nouvelle convention.

 

(AFP)

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol