Archive pour le Tag 'secours'

Page 2 sur 2

TTPL à la place de l’écotaxe : ou la sémantique au secours de la nullité économique

TTPL à la place de l’écotaxe : ou la sémantique au secours de la nullité économique

 

Ce n’est donc plus l’écotaxe mais la taxe transit poids lourds (TTPL)° ; un bel enfumage sémantique. Pourquoi taxe transit, il ne s’agit pas de transit. Le transit c’est lorsqu’un  flux traverse un pays. A l’intérieur d’un pays, l  s’agit de trafic local. En fait un joli enfumage sémantique dont la gauche a le secret avec des appellations à la fois fumeuses,  fantaisistes et approximatives. La vérité c’est que ce gouvernement est nul en matière d’économie. L’enjeu de cette taxe d’après les écolos politisés c’était d’opérer des transferts modaux en renchérissant le coût du transport. Une belle idée mais qui ne tient pas debout ,  car il n’y a et il n’y aura malheureusement aucun transfert modal (à noter que les syndicats corpos réacs viennent de donner sans doute le dernier coup fatale au transport ferroviaire). La concurrence n’est pas actuellement entre les modes mais à l’intérieur même du mode routier entre les camions français et les camions étrangers dont la plupart opèrent en toute illégalité sur le territoire. Il suffit de voir les flottes de camions qui attendent le week-  end sur les parkings notamment des grandes entreprises. Il  ne s’agit donc pas d’une taxe écolo mais d’une taxe pour remplir des caisses de l’Etat et en particulier pour financer les infrastructures.( y compris routières).  Une sorte de détournement d’objet. Les ressources existaient mais elles ont été taries quand on a vendu les juteuses autoroutes. Par ailleurs qui va payer au final cette taxe. D’abord les transporteurs mais normalement elle doit être répercutée sur le chargeur (celui qui commande le transport) puis forcément sur le consommateur donc autant de pouvoir d’achat en mois, autant de croissance et d’emploi en mois. Quitte à mettre une taxe autant mettre un taxe de quelques centimes sur tous les carburants ; ce qui éviterait les cathédrales administratives et les équipements techniques qui vont aussi couté chers aux transporteurs, sans parler du coût des fonctionnaires et assimilés  pour contrôler tout cela. Une autre politique est sans doute possible mais elle implique de p rendre en compte la  problématique générale du transport tous modes confondus. Bref  un Grenelle du transport mais pas avec des poètes mais des acteurs et des experts qui connaissent la question.

Jean-Marc Ayrault président du Conseil européen ? Au secours !

Jean-Marc Ayrault président du Conseil européen ? Au secours !

 

Ayrault pourrait se recaser pour présider le conseil, une sorte de lot de consolation ; Il a un atout : il parle : allemand. Pour la France c’est en général suffisant (autre exemple Lagarde au FMI qui ne connait rien à l’économie et aux finances mais qui parle un excellent anglais !!).  Le nom de l’ancien premier ministre circule donc pour siéger à Bruxelles et remplacer Hermann Von Rompuy en tant que président du Conseil européen à partir du 1er décembre. Il se confirme donc que pour la France, il faut envoyer des brèles dans les institutions européennes quitte ensuite à critiquer cette Europe pour son incompétence !!

 

 

Centrafrique: Hollande appelle au secours

Centrafrique:  Hollande appelle au secours

 

Hollande  (et surtout l France) s’enfonce dangereusement dans le bourbier centrafricain qui oppose des chrétiens, musulmans, milices, extrémistes et bandes mafieuses. Hollande a voulu réalisé un coup médiatique (après celui du Mail) ; cette fois il s’est lourdement trompé car la situation en Centrafrique est autrement plus complexe que celle du Mali (où tout n’est cependant pas réglé dans le nord°) ; 1600 soldats français c’est évidemment ridicule pour mettre fin au conflit (soit dix soldat en moyenne pour l’équivalent de la surface d’un département français). Il en faudrait dix fois plus et surtout sous l’égide et de l’Europe et de l’ONU. Seulement voilà Hollande a voulu agir seul pour montrer ses muscles, quelques semaines après l’intervention, la présence de la France est contestée et surtout inopérante. Hollande sait que Merkel et d’autres ne veulent pas entendre parler de la Centrafrique alors il se tourne vers l’ONU ! Au cours d’un entretien téléphonique avec Ban Ki-moon, François Hollande a souhaité que « les Nations unies jouent un rôle plus important encore dans la période de transition en Centrafrique », après l’avoir remercié « pour l’action déployée par les Nations unies en vue de renforcer » la force africaine sur place, la Misca. Lors du vote du Conseil de sécurité de l’ONU donnant mandat à la France pour intervenir en Centrafrique, le 5 décembre, la résolution envisageait la transformation de la Misca en force de maintien de la paix de l’ONU, mais à condition que le Conseil donne son feu vert. De source proche du président français, on rappelle que le secrétaire général de l’ONU doit rédiger « au plus tard » dans les trois mois un rapport sur la transformation éventuelle de la Misca en une opération de maintien de la paix des Nations unies. Interrogé sur la radio RTL, l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, a réitiré vendredi son appel à l’envoi urgent de Casques bleus.  »Je demande à ce que les forces onusiennes puissent être déployées pour aider l’armée française qui est là et qui fait ce qu’il faut faire, mais les limites, nous les voyons chaque jour avec le déplacement massif de gens qui quittent les quartiers et qui vont dans un autre quartier, ou bien encore avec les éléments incontrôlés qui tirent et qui tuent ou qui empêchent les autres de se déplacer », a-t-il dit.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol