Archive pour le Tag 'se couche'

Négociations UE-Etats-Unis : Hollande se couche

Négociations UE-Etats-Unis : Hollande se couche

 

Comme d’habitude Hollande a un discours pour la France et un discours pour Bruxelles. Sa menace sur les négociations Europe Etats-Unis n’aura pas tenu longtemps. Il s’est couché devant l’Allemane et la commission. En fait la même attitude que celle adoptée pour le pacte budgétaire. En France on le conteste, à Bruxelles on le signe. Un double langage qui discrédite la parole de la gouvernance française aux yeux de nos partenaires. La France, qui voulait retarder l’ouverture des négociations sur un accord de libre échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis en raison des accusations d’espionnage formulées contre Washington, s’est ralliée mercredi à un compromis qui permettra aux pourparlers de débuter la semaine prochaine. Devant le refus de l’Allemagne et de l’immense majorité des partenaires européens de Paris d’envoyer ce signal négatif aux Etats-Unis, un groupe de travail euro-américain sur les activités des services de renseignement sera créé simultanément. « Il ne peut pas y avoir d’ouverture de négociations commerciales sans qu’il y ait dans le même temps, à la même date, l’ouverture de discussions et de vérifications avec les Etats-Unis sur l’activité des services de renseignement américains dans nos pays et la protection des données privées », a déclaré le président français à Berlin à l’issue d’une réunion européenne consacrée à l’emploi des jeunes. La France avait pourtant toute la journée de mercredi défendu une position ferme à la suite d’articles du Guardian et du Spiegel qui ont fait état d’un programme d’espionnage mené par l’Agence nationale de sécurité (NSA), notamment sur des pays européens. La porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem, avait déclaré lors de son compte rendu du conseil des ministres présidé par François Hollande qu’il serait « sage » de reporter de 15 jours l’ouverture des discussions commerciales. « Il ne s’agit pas d’arrêter les négociations sur l’accord de libre échange avec les Etats-Unis », avait-elle dit. « En revanche, il nous paraît sage de les suspendre temporairement, de les suspendre pour une durée de 15 jours sans doute, pour éviter toute polémique et le temps d’obtenir les informations que nous avons demandées. » Le ministre français des Affaires étrangères avait ensuite abondé dans le même sens lors des questions au gouvernement à l’Assemblée, même si la France ne pouvait pas s’opposer à l’ouverture des négociations lundi prochain, la Commission négociant sur ce dossier au nom des Vingt-Huit.

 

Sommet européen: Hollande se couche devant Barroso

Sommet européen: Hollande se couche devant Barroso

Volonté d’apaisement devant Barroso ou tout simplement soumission ? La vérité c’est que la France ne peut pas se payer cette polémique depuis qu’on a appris il  y a deux jours que le déficit dérapait (4% au lieu de 3% du PIB). Or la France s’était engagée à rétablir ses comptes (avec un délai supplémentaire de deux ans).  Hollande n’est pas en position de force puisqu’en fait il soutient le pacte budgétaire européen. Hollande a aussi obtenu un mini plan pour le chômage des jeunes (en fait une meurette comme son fameux plan de croissance). Le président français François Hollande a affiché jeudi lors d’un sommet européen à Bruxelles sa volonté d’enterrer la hache de guerre avec la Commission européenne et son président José Manuel Barroso, mais les violentes passes d’armes de ces dernières semaines pourraient laisser des traces. La veille encore, la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem, prenait le parti du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui avait accusé José Manuel Barroso d’être « le carburant du Front national », le parti d’extrême droite français qui multiplie les succès électoraux. Le gouvernement partage « sur le fond » ces propos, avait-elle assuré.  Jeudi, l’entourage du président français a fait savoir qu’il était animé d’une volonté d’ »apaisement », ce qu’il a confirmé dès son arrivée à Bruxelles. « Les questions de personnes sont secondaires », a assuré M. Hollande, « c’est sur les politiques européennes que nous nous déterminons ».  La tension était fortement montée ces derniers jours, notamment sur la question de l’exclusion de l’audiovisuel des négociations commerciales avec les Etats-Unis imposée par la France. M. Barroso avait ensuite qualifié de « réactionnaires » ceux qui refusent la mondialisation.   »Je ne veux pas croire que le président de la Commission européenne ait pu tenir des propos sur la France qui seraient ainsi formulés », avait répliqué François Hollande, qui s’en était expliqué avec l’intéressé en marge du G8.  Jeudi, José Manuel Barroso a jugé « ce conflit complètement artificiel », assurant que ses déclarations avaient été « délibérément déformées ».  Mais cette polémique est intervenue sur fond d’irritation entre Paris et Bruxelles, sur la réduction des déficits ou les réformes structurelles à mener. La France s’est élevée contre les prescriptions de Bruxelles en matière de retraites, M. Hollande répliquant que la Commission n’avait « pas à dicter » à la France ce qu’elle avait « à faire ».  L’exécutif européen a été prié de biffer la demande de relèvement de l’âge légal de départ à la retraite -un tabou à gauche que François Hollande n’entend pas briser- et de mentionner explicitement le rôle des partenaires sociaux dans l’élaboration de la réforme des retraites.  Le chef de l’Etat français s’est félicité à l’issue de la première journée du sommet que celui-ci ait posé deux « principes » que « la France souhaitait voir adoptés »: qu’ »une fois définis les objectifs », les « moyens pour les atteindre devaient être laissés aux Etats » et que « les réformes devaient se faire dans le dialogue social ».  Selon une source française, la Commission mentionne « un âge effectif de cessation d’activité » plutôt qu’un âge légal, formulation moins « prescriptive » qui laisserait « plus de marge de man?uvre à la France ».  Désireux de tourner la page, François Hollande a « salué » le travail de la Commission et de son président pour trouver un accord avec le Parlement européen sur le budget 2014-2020 de l’Union européenne, juste avant l’ouverture du sommet.   »L’Europe doit montrer ce qu’elle peut faire, mais je ne dirais pas que l’Europe peut tout », a-t-il noté, reconnaissant que ce serait « trop simple » pour la France de « s’exonérer » de ses propres responsabilités et même « coupable par rapport à l’enjeu de lutte contre le populisme ou l’extrémisme ».  Une réponse implicite au malaise ressenti à Bruxelles où les attaques de l’exécutif français, relayées par nombre de responsables socialistes, ont été très mal vécues. Jugées à la fois injustes et disproportionnées, les milieux européens estimaient qu’elles pouvaient alimenter la vague populiste en France, à un an d’élections européennes susceptibles de voir le Front national marquer encore des points.   »Lorsque le Front national s’est retrouvé au deuxième tour de la présidentielle française en 2002, était-ce la faute de la Commission que je ne présidais pas encore? », a lancé jeudi le président de la Commission, appelant les « forces politiques françaises, notamment le PS et l’UMP », à avoir « le courage de défendre l’Europe et à ne pas utiliser la Commission européenne comme un bouc émissaire ».

 

Euro fort : la France se couche devant l’Eurogroup

Euro fort : la France se couche devant l’Eurogroup

Pour l’euro fort, il y a le discours à usage interne et celui qu’on tient devant les instances infranationales comme celle de l’Eurogroup. Faute de soutien, Moscovici qui avait pour tant adouci son discours s’est couché. Faute d’allié déclaré, la France met une sourdine à sa volonté de piloter la trajectoire de l’euro face au dollar et au yen. Pierre Moscovici a suggéré lundi à ses partenaires de l’Eurogroup de «se coordonner» pour plus de stabilité de la monnaie commune, une semaine après que François Hollande eut affiché un objectif autrement plus ambitieux: une véritable «politique de change» destinée à fixer à moyen terme un niveau réaliste à l’euro. Le rendez-vous de l’Eurogroup était la première occasion de discuter à dix-sept d’une aspiration de l’Élysée que plusieurs capitales ont accueillie avec agacement. La Chancellerie allemande a immédiatement fait savoir que le bon remède n’est pas de faire baisser la monnaie commune, mais de renforcer la compétitivité de la France. À Bruxelles, les alliés de Berlin ont embrayé lundi. «Un affaiblissement artificiel de l’euro serait inapproprié», dit Maria Fekter, ministre autrichienne. Le cours de change «ne peut pas être décidé unilatéralement», ajoute le Luxembourgeois Luc Frieden.Pierre Moscovici a donc choisi de reformuler le projet français de manière moins rugueuse: il souhaite un lissage de la parité de l’euro sur les marchés, plutôt que la quête d’un cours de change négocié, voire prédéterminé sur plusieurs années. «À l’échelle internationale, il s’agit de plaider pour une approche coordonnée, pour plus de stabilité et afin que les cours reflètent les fondamentaux de l’économie, dit-il. Les cours de change ne peuvent pas être soumis aux humeurs ou à la spéculation  Le nouveau président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a prudemment accepté lundi l’idée d’une discussion à dix-sept. Les textes le permettent: l’article 219.2 du traité de Lisbonne confie expressément aux États de l’euro le droit de «formuler des orientations générales de politique de change» vis-à-vis des autres monnaies. Aussi longtemps, bien sûr, que cela «n’affecte pas l’objectif principal»de la BCE: la maîtrise de l’inflation. Le président Hollande, comme son prédécesseur en 2010, tente d’ouvrir un débat contre l’«euro fort» . La monnaie commune a gagné plus de 10 % en six mois. Elle vient renchérir les exportations françaises et neutraliser les efforts pour regagner de la compétitivité ; bref, ralentir l’activité. À Bruxelles, Pierre Moscovici s’est à nouveau inquiété d’«une croissance très faible». Il souhaite une réflexion européenne sur le bon dosage «à moyen terme entre politique de réduction des déficits et politique de soutien à croissance». L’euro, laisse-t-il entendre, pourrait faire partie de la boîte à outils. Au passage, le patron de Bercy égratigne la Réserve fédérale américaine et la Banque du Japon pour leurs pratiques «plus agressives»sur le marché de changes. C’est de bonne guerre à l’approche du rendez-vous à Moscou des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Budget Europe : François Hollande se couche devant Londres et Berlin

Budget Europe : François Hollande se couche  devant Londres et Berlin

L’histoire set connue, avant un sommet européen, la France montre ses muscles, elle finit  par céder et se justifie en se félicitant du accord d’elle ne voulait pas. Élu président de la République, François Hollande se ferait fort de «réorienter l’Europe». De la faire dévier de ses inclinations par trop libérales pour la remettre sur les rails du soutien à la croissance. Trois rencontres au sommet plus tard, force est de constater que l’opération se présente nettement moins bien qu’espéré.  En juin 2012, la renégociation du traité européen, que François Hollande s´était targué d’avoir obtenu de ses partenaires, avait pu faire un moment illusion. Mais des doutes s’étaient assez vite exprimés sur la réalité des 120 milliards d’euros arrachés par la France. Vendredi, à l’issue du sommet européen sur le budget, la vérité est crûment apparue: la France n’a pas réussi à défendre ses positions face aux exigences de David Cameron, soutenu par Angela Merkel. Au sortir d’une nuit complète de négociations, la tonalité générale se résumait ainsi dans les couloirs du Conseil européen: «La France s’est couchée.» Et il fallait toute la force de persuasion des membres de la délégation française pour convaincre les observateurs de la position «responsable» qu’avait su adopter le président français dans les discussions. Notamment parce que la France aurait eu un intérêt objectif à l’échec du sommet. Dans un tel cas, le pays aurait conservé le même niveau d’aides agricoles que dans le dernier budget, alors qu’il s’agissait de les réduire. En acceptant le compromis, donc une baisse de la PAC, François Hollande se serait donc montré «responsable». «C’est vrai qu’il y a une diminution», a reconnu le président de la République, tout en se félicitant que la PAC ait été «pour l’essentiel préservée». Mais, quel que soit l’habillage destiné à lui donner des allures de victoire française, la lecture politique du sommet européen reste cruelle pour le chef de l’État. Le budget européen va baisser et ce pour la première fois de son histoire. La ligne de rigueur défendue par Cameron et Merkel l’a emporté. La réorientation vers le soutien à la croissance n’a pas eu lieu. Pour François Hollande, c’est un échec, même s’il s’en défend. «En réalité, si nous dépensons tout ce qui est prévu pour les sept prochaines années, nous dépenserons plus que durant les sept dernières», a assuré le chef de l’État en distinguant les paiements réels des crédits programmés (pas forcément dépensés). Bref, le budget européen baisse mais, en réalité, les dépenses augmenteraient. La démonstration est subtile, et François Hollande lui-même n’en semble pas très convaincu. D’ailleurs, qualifiant l’accord de «bon compromis», le chef de l’État ajoute aussitôt une nuance: un bon compromis «dans les conditions que l’on sait et les circonstances que l’on connaît». Soit la crise et la rigueur. Au bout du compte, en forme d’aveu, François Hollande l’a déploré: «L’Europe n’a pas forcément gagné autant qu’elle aurait pu.»

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol