Archive pour le Tag 'Sardan)'

« Les pays du Sahel incapables d’assurer leur défense»( Jean-Pierre Olivier de Sardan)

« Les pays du Sahel incapables d’assurer leur défense»( Jean-Pierre Olivier de Sardan)

 

 

Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue défend l’idée que la présence des troupes françaises est indispensable même si le contexte de leur intervention est « très défavorable ».(Tribune du Monde)

Tribune

 

« .De nombreuses voix s’élèvent désormais pour demander le départ immédiat des soldats français du Sahel pour des raisons diverses, allant de l’absence avérée de résultats – les attaques djihadistes se multiplient, de plus en plus sanglantes, comme en témoigne la mort toute récente de 160 militaires nigériens en l’espace de deux semaines –, jusqu’à diverses théories du complot – la France voudrait mettre la main sur les « immenses » ressources minières du Sahel et manipulerait les djihadistes pour justifier sa présence et/ou favoriser la scission du Mali.

La montée en puissance d’une hostilité populaire réelle contre la présence militaire de la France est alimentée par ces raisons multiples, mais aussi devient en elle-même un motif de départ : comment une armée étrangère pourrait-elle jouer un rôle positif si elle n’est pas la bienvenue pour ceux-là même qu’elle est censée aider ? Mais cette hostilité a d’autres motifs.

 

Il faut rappeler quelques données indiscutables, et pourtant souvent ignorées. La responsabilité de la France dans la situation actuelle est lourde et renvoie à trois fautes particulièrement graves de par leurs conséquences. Tout d’abord, la guerre contre Mouammar Kadhafi, voulue par Nicolas Sarkozy, a été en grande partie à l’origine du chaos que vit aujourd’hui le Sahel, le sud de la Libye étant désormais la base arrière quasi inexpugnable des divers mouvements djihadistes sahéliens. Ensuite, l’accord donné par les services français aux troupes touareg de Kadhafi pour qu’elles rentrent au nord du Mali avec armes et bagages – dans l’espoir qu’elles combattraient les djihadistes et aideraient les Français à retrouver leurs otages – a tourné à la catastrophe : les combattants venus de Libye se sont au contraire alliés aux djihadistes, et ce fut le point de départ de l’occupation djihadiste du nord du Mali.

Enfin, le refus inexcusable des troupes françaises de laisser entrer l’armée malienne à Kidal lors de la reconquête du nord du Mali par l’opération « Serval » a brisé net l’élan de francophilie des débuts de l’opération « Serval » et a été interprété au Mali, non sans raisons plausibles, comme une complicité avec les indépendantistes touareg à qui la ville a été ainsi livrée, d’autant plus que depuis longtemps la France est soupçonnée de complaisance envers ces derniers.

Si l’on ajoute à cela le fait que les comptes de la colonisation n’ont toujours pas été vraiment réglés – outre la Françafrique, on peut évoquer hier le traitement honteux des anciens tirailleurs ou aujourd’hui les récentes polémiques sur le franc CFA –, et constituent une sorte d’arrière-plan permanent amplifiant tout nouveau soupçon envers la politique française. Si on ajoute aussi les mesures anti-immigration associées aux difficultés d’obtention des visas, ou l’arrogance de certains experts ou représentants de la France – à commencer par Emmanuel Macron qui se permet de « convoquer » les chefs d’Etat à Pau ou qui s’attribue indûment la décision de mettre fin au franc CFA –, on comprend mieux pourquoi les sentiments antifrançais s’expriment avec autant de virulence.

Pour autant, il ne faut pas succomber aux théories du complot, ni se tromper d’époque. L’accès à des ressources minières éventuelles, si tant est qu’elles existent, ne se fait plus par des conquêtes militaires, comme le montre la présence chinoise dans ce secteur en Afrique, et la protection de gisements d’uranium ne justifie pas le coût politique et économique d’une armée d’occupation. La France est présente militairement au Sahel pour un motif géopolitique facile à comprendre : éviter la création d’un « Sahelistan » aux portes de l’Europe, ainsi que l’afflux de migrants supplémentaires, doit-on ajouter comme motif associé.

 

Entre une Minusma (la mission des Nations unies au Mali) inopérante, des Etats-Unis qui ne veulent pas s’investir et une Europe qui ne manifeste aucun enthousiasme, seuls les Français, dotés de forces préparées aux opérations extérieures, ayant des accords de coopération militaire, et étant un partenaire économique et politique encore important bien qu’en net déclin, sont en posture d’intervenir pour aider les forces armées des pays sahéliens, manifestement à la peine. Aucun plan B ne se profile à l’horizon proche.

Certes, le contexte dans lequel les forces françaises interviennent est très défavorable. Contexte militaire d’abord. L’armée malienne est un grand malade et les armées burkinabée et nigérienne ne sont pas préparées à ce type de guerre asymétrique, faute de stratégie, de chaîne de commandement compétente, de matériel adapté et de forces spéciales. De ce fait, et aussi en raison de l’absence de financements internationaux, le G5 Sahel, qui constitue la seule alternative crédible à la force « Barkhane », n’est pas prêt à prendre la relève.

Contexte politique ensuite. Les classes politiques, au sein desquelles prospèrent l’affairisme, le clientélisme et le népotisme, sont déconsidérées, délégitimées et rejetées par une partie importante des populations. Les services publics sont déficients, les campagnes sahéliennes sont délaissées par les Etats, et ainsi les conflits intercommunautaires se multiplient. Les djihadistes s’implantent, développant une forme de gouvernement indirect : ils prélèvent déjà la zakat, dîme islamique, sur une grande partie des territoires malien et burkinabé et une petite partie du territoire nigérien, rendent la justice, et tuent les chrétiens ou les chefs qui ne leur font pas allégeance.

Contextes économiques également. Les jeunes non formés et sans emploi sont légion, les trafics et le brigandage sévissent. Contexte religieux enfin. Le fondamentalisme islamique a gagné la bataille idéologique. Il a diffusé l’intolérance dans toute la société, il a renforcé l’anti-occidentalisme et a parfois constitué un terreau favorable pour le prosélytisme djihadiste. Changer ces contextes ne peut venir que de l’intérieur des sociétés sahéliennes, les réformes nécessaires ne peuvent réussir que si elles émanent des peuples malien, nigérien et burkinabé. Ce n’est pas une mince affaire et cela prendra des années, voire des décennies.

 

Mais il y a des domaines où la politique et la stratégie militaire de la France peuvent et doivent changer au plus vite. Tout d’abord, la force « Barkhane » fonctionne trop en enclave, avec une quasi-indépendance de décision et d’action. La coordination avec les forces nationales reste faible – elle se limite à quelques opérations conjointes. Ceci n’est pas admissible. Les forces françaises doivent beaucoup plus interagir à tous les niveaux et de façon quotidienne avec les forces maliennes, nigériennes et burkinabées, être beaucoup plus à l’écoute de leurs besoins opérationnels, se donner les moyens d’intervenir immédiatement quand des postes isolés sont attaqués ou quand des massacres se produisent. Il faut aller de plus en plus vers un soutien intégré et extrêmement mobile, et de moins en moins agir comme un corps expéditionnaire autonome replié sur lui-même. En second lieu, la force « Barkhane », au nord du Mali, a parfois collaboré avec des milices touareg et arabes, tantôt progouvernementales, tantôt indépendantistes. Vu le passif de la France par rapport à la situation au nord du Mali évoqué plus haut et les soupçons à son encontre, il faut mettre fin à toute collusion de ce type. Il faut aussi que la France condamne clairement toute position sécessionniste et s’engage à respecter l’unité du Mali.

En troisième lieu, les dirigeants français, le président en tête, doivent être beaucoup plus attentifs au respect de la souveraineté des pays sahéliens et ne jamais oublier qu’ils interviennent en appui et sous leur contrôle. Ces trois changements de cap sont indispensables pour tenter de redresser l’image négative de la France

Face à la spectaculaire progression djihadiste et à son enracinement, certains appellent à une solution politique, en invoquant le fait que beaucoup de ralliements sont liés à des facteurs identitaires, sociaux, économiques. Mais compte tenu des massacres et de l’objectif affirmé d’établir un Etat islamique, l’action militaire reste aujourd’hui nécessaire, même si des contacts politiques peuvent être pris avec des leaders communautaires, et s’il peut exister des marges de négociations avec des acteurs actuellement dans l’orbite djihadiste.

Que les troupes françaises quittent le Sahel ? Sur le principe, on ne peut qu’être d’accord. D’une part, les pays du Sahel doivent prendre en main leur propre défense et, d’autre part, recourir aux troupes impopulaires de l’ancien colonisateur n’est pas sain. Mais, dans la réalité, que faire ? Les pays du Sahel ne sont pas aujourd’hui à même de prendre en main leur propre défense et, hélas, seules les troupes de l’ancien colonisateur sont disponibles ! Leur départ, maintenant, ne ferait qu’accélérer l’implantation des djihadistes, l’extension de leur gouvernance indirecte, le délitement des Etats.

 

Sans les moyens de la force « Barkhane », le Sahel serait plus démuni encore face à l’agression et le risque serait de dériver vers plus d’insécurité, plus de terreur, plus de massacres. Ce serait la politique du pire, et la politique du pire n’est jamais la bonne.

 

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue franco-nigérien et directeur de recherche émérite au CNRS. 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol