Archive pour le Tag 'Santé'

Page 5 sur 14

Pour une Europe de la santé (Vincent Diebolt)

Pour une  Europe de la santé (Vincent Diebolt) 

 

« La France et l’Union européenne cherchent toutes les deux la formule magique pour faire front aux prochaines crises sanitaires et environnementales. Leur source d’inspiration est la même. Elle vient des Etats-Unis avec la Barda »Par Vincent Diebolt (Institut Sapiens) dans  l’Opinion  ( extrait)

 

 

Après un an et demi de pandémie et de désillusions sur leur capacité respective à y faire front, la France et l’Union européenne cherchent toutes les deux, chacune à leur niveau, la formule magique pour faire front aux prochaines crises sanitaires et environnementales. Leur source d’inspiration est la même. Elle vient des Etats-Unis avec la Barda (pour Biomedical advanced research and development authority), une agence publique mise en place en 2006 suite à la psychose causée par les attaques à l’anthrax, bacille mortel du charbon.

La Barda assure, grâce à de puissants leviers financiers, le soutien des industriels, petits et grands, pour accélérer le développement de leurs traitements, avec en corollaire un droit de regard sur les fruits de leurs recherches, et un accès et une livraison rapides des produits de santé innovants issus de ces recherches. Le développement de vaccins anti-Covid-19 en vitesse accélérée, grâce à un soutien financier sans précédent, a démontré la puissance du modèle.

C’est cette double dimension « d’incubateur » et de « réserve sanitaire » qui constitue le modèle des deux initiatives, l’une prise par la Commission européenne avec l’annonce en septembre 2020 de la mise en place en 2023 de l’Health emergency preparedness and response authority (Hera) et l’autre prise par la France, avec l’installation début 2022 de l’Agence innovation santé (AIS), annoncée par Emmanuel Macron le 29 juin.

Barda européenne et Barda française, donc ? Initiatives parallèles, concurrentielles ou concertées ? Deux citations bien connues d’Isaac Newton, philosophe et mathématicien, semblent parfaitement résumer la situation, les risques encourus et la stratégie à suivre. La première, « Nous construisons trop de murs et pas assez de ponts », rappelle la tentation de « jouer perso » à laquelle succombent souvent les membres de l’Union européenne. Le bilan de la gestion désordonnée de la pandémie, en particulier dans sa première phase, est là pour nous le rappeler. En actant un repli national, en ne mettant pas en place de support solide de collaboration avec le tissu industriel, on reste « petit bras ». Et faute d’envergure suffisante, de force de frappe et de pouvoir de conviction et de dissuasion, chaque pays joue perdant.

Même s’il y a beaucoup à faire, la dimension nationale ne doit pas occulter l’ouverture européenne et les actions de l’AIS doivent être définies et conduites en écho de celle de l’Hera et vice-versa, selon les principes de coordination et de subsidiarité. Si la santé reste encore une simple compétence d’appui de l’Union européenne, chaque pays conservant sa pleine souveraineté – par opposition avec d’autres domaines où l’UE dispose d’une compétence exclusive ou partagée –, l’impact et la profondeur de la crise actuelle impose la construction d’une Europe de la santé. Le duo Hera/AIS doit en être l’une des fondations.

Vincent Diebolt est membre de l’observatoire Santé et innovation de l’Institut Sapiens.

Santé : le retour en arrière des anti vaccins

Santé : le retour en arrière des anti vaccins

Des milliers de Français ont défilé samedi contre le pass sanitaire. Dans les cortèges se trouvaient également des anti-vaccins, farouchement opposés à toute injection. Invitée d’Europe Matin, l’immunologiste Françoise Salvadori est revenue sur les prémices de ce mouvement, qui a émergé dès le 18e siècle.

Pour le quatrième week-end consécutif, des opposants à la politique sanitaire du gouvernement ont défilé dans le calme dans les rues des grandes ville de France : ils étaient 237.000 samedi, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Parmi eux, des anti-pass sanitaire mais aussi des anti-vaccins. Un mouvement qui n’est pas nouveau selon Françoise Salvadori, invitée d’Europe Matin et auteur du livre Antivax - Résistance aux vaccins du 18e siècle à nos jours, pour qui cette opposition existe depuis 1720.

Pour cette docteur en immunologie, les opinions, les doutes ou encore le scepticisme vis-à-vis des vaccins sont apparus très vite. Et les premières résistances ont été religieuses : « Il y avait un côté providentialiste qui estimait que Dieu faisait bien les choses et que nous n’étions personnes pour essayer d’éviter des maladies envoyées par le créateur », explique-t-elle.

 Enfin, dans le cas de l’épidémie de coronavirus, elle estime que le discours des autorités sanitaires autour de ce vaccin a été trop prudent dès le départ. « Finalement, ça a été contre-productif parce que ça n’a pas entraîné la confiance alors que ce traitement est tout à fait extraordinaire de par sa technique et son efficacité », a-t-elle assuré. « Les gens se disent que c’est leur santé, mais en matière de vaccination c’est un cas très particulier. Si nous n’avons pas un pourcentage de vaccinés suffisant, nous n’atteindrons pas la protection collective. C’est pour cette raison que l’Etat doit s’en mêler. »

Santé : Pour une régulation des agressions au microbiote

Santé : Pour une régulation des agressions au microbiote

Longtemps dévasté par l’agriculture chimique et les excès d’hygiène, le microbiote suscite beaucoup d’espoirs mais la prudence s’impose dans son utilisation soulignent dans une tribune au « Monde » les biologistes Joël Doré et Marc-André Sélosse.

 

Tribune.

Notre vision des microbes s’est récemment trouvée révolutionnée car nous avons compris qu’ils ne comportent pas que des pathogènes, mais aussi des auxiliaires de santé, pour les plantes comme pour les animaux dont l’homme. Le microbiote qui est l’ensemble des microbes, champignons et bactéries, peuplant l’organisme participe à toutes les fonctions des organismes.

Le microbiote aide l’intestin à digérer et les racines des plantes à exploiter le sol. Il fait écran aux microbes pathogènes et stimule le fonctionnement du système immunitaire, chez l’homme comme chez la plante. Il module toutes les fonctions comme le développement de l’enfant et le comportement de l’adulte, ou la date de floraison et la forme des plantes !

Les microbiotes soulèvent des espoirs inédits face à des problèmes sociétaux cruciaux. En santé humaine, des maladies modernes connaissent une augmentation incontrôlée, et toucheront 25 % des Occidentaux en 2025 : maladies du métabolisme (obésité, diabète), du système immunitaire (asthme, allergies, maladies auto-immunes) ou maladies neuropsychiatriques (dépression, autisme, Alzheimer).

Ces maladies sont en partie liées à un microbiote appauvri par une hygiène excessive et des agressions chimiques. Certains additifs alimentaires sont par exemple délétères pour notre microbiote, et de là source d’inflammation. Pour les plantes, les pesticides diminuent les défenses liées au microbiote tout en dégradant l’environnement ; nourries d’engrais minéraux qui polluent également les eaux continentales, les plantes cultivées ont abandonné leur lien aux champignons auxiliaires du sol qui les nourrissaient depuis des millions d’années.

Les végétaux privés de ce microbiote deviennent dépendants d’intrants qui pèsent sur l’environnement et notre santé. Hygiène et agriculture conventionnelle ont eu des effets positifs, mais en ignorant les microbiotes, elles les ont appauvris et ont engendré des problèmes majeurs. Nous avons trop raisonné organismes et individus sans voir leurs écosystèmes microbiens intérieurs, vitaux et maltraités.

La présence microbienne est une composante normale qui doit être préservée pour le bien de l’humanité. En pensant « symbiose », nous corrigerons les troubles en agissant à la fois sur les microbiotes et sur l’organisme où ils réalisent des fonctions essentielles. De fait fleurissent actuellement dans le commerce des microbes à inoculer.

La suite est réservée aux abonnés

Santé-Covid : 16 % de Français anti-vaccin

Santé-Covid : 16 % de Français anti-vaccin

Selon un récent sondage Ecoscope OpinionWay – « Les Echos » , 16 % des Français n’ont « pas l’intention de se faire vacciner ». Notamment des femmes, des moins de 35 ans et, surtout, des Français issus des catégories populaires.

C’est aussi ce que montre une enquête de grande ampleur menée par des chercheurs de l’Inserm et du CNRS sur 86.000 personnes. Elle a été réalisée en novembre dernier, au moment où les premiers vaccins étaient développés, mais d’après Alexis Spire, directeur de recherche au CNRS et coauteur de l’étude, elle est toujours pertinente pour mieux comprendre les caractéristiques sociales des hésitants et des réfractaires envers le vaccin.

« Plus on est bas dans la hiérarchie sociale, plus on est réticent à la vaccination en général et contre le vaccin Covid-19 en particulier », selon les auteurs de l’étude. Ainsi, 17 % des ouvriers déclaraient qu’ils ne se feraient certainement pas vacciner contre le Covid. Contre 8 % des cadres supérieurs. Le résultat est proche chez OpinionWay : 24 % des ouvriers et employés n’ont pas l’intention de se faire vacciner, soit le double des CSP dites « supérieures ».

Le problème, selon Alexis Spire, Directeur de recherche au CNRS, est que le pass sanitaire sera probablement inefficace pour une partie de ces réfractaires à la vaccination : « Toute une partie de la population ne va pas au restaurant, au cinéma, au théâtre, ne prends pas le train, ni l’avion, rappelle-t-il. Pour toucher les réticents des classes populaires, du monde ouvrier et des zones périurbaines, il vaudrait mieux essayer de convaincre plutôt que de menacer. »

Selon lui, les mesures prises par l’exécutif vont surtout servir à faire basculer les méfiants issus des classes moyennes et supérieures. Et vont donc accentuer la fracture sociale de la vaccination : « C’est un paradoxe car, dans le même temps, les plus pauvres sont les plus exposés au Covid-19. »

Santé-Covid : en un an, seulement la moitié des Européens complètement vaccinés

Santé-Covid : en un an, seulement la moitié des Européens complètement vaccinés

Il n’est même pas certain que l’Europe sera parvenue à vacciner 70 % de la population d’ici septembre et encore moins d’arriver à 90 % qui garantit une humanité collective.  L’Europe a  pourtant disposé d’un an pour vacciner sa population.

La France se situe dans la moyenne des pays de l’UE, avec 70,9 % des adultes ayant reçu au moins une dose de vaccins, et 53 % de sa population complètement vaccinés. Selon le Premier ministre Jean Castex, l’objectif de 40 millions de primo-vaccinés devrait être atteint d’ici à la fin du mois de juillet.

Devant le péril mortel du Covid,  la communauté internationale a fait preuve de son incompétence tout autant que de son hypocrisie. On remarquera que dans les périodes de guerre, il faut  moins de temps pour mettre au point les armements nécessaires. Dans ce cas, personne n’hésite à réquisitionner des entreprises pour atteindre les objectifs.

La situation est d’autant plus grave que les chiffres évoqués concernent les pays développés. Cela signifie qu’il faudra sur le rythme actuel des années avant de vacciner la population mondiale. Autant dire qu’on laisse tout le temps nécessaire aux variants de se développer et de revenir même dans les pays développés avec le risque que les vaccins actuellement disponibles deviennent inopérants.

Selon des données officielles compilées par l’AFP, un peu plus de 440 millions de doses de vaccins ont été administrées dans l’Union européenne. Cela donne une moyenne de 98,4 doses injectées pour 100 Européens, tandis que les Etats-Unis en sont à 102,4 pour 100 habitants. Toutefois, les Européens étaient 55,5 % à avoir reçu une première dose au 18 juillet, contre 55,4 % des Américains .

Société–Santé–La démocratie bâclée

Société–Santé–La  démocratie bâclée

 

L’adoption hâtive de lois sous la pression de l’urgence sanitaire ou terroriste mine la légitimité de la représentation nationale, même si le droit parlementaire n’est nullement bafoué, souligne, dans une tribune au « Monde » , le juriste Raphaël Morel. (extrait)

 

Tribune.

Pandémie oblige, le temps parlementaire est contraint depuis le début de la crise. L’adoption, en six jours seulement, de la loi du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid-19 avait déjà soulevé des réserves quant à la rapidité et la qualité des débats législatifs. Face à la première vague, il fallait pourtant sortir de la torpeur pour adapter notre législation.

C’est dans un contexte différent qu’est intervenue l’adresse aux Français du président de la République le 12 juillet 2021 : la vaccination a débuté et produit ses premiers effets, le virus est mieux connu, y compris dans ses variants, et, malgré un rebond épidémique indéniable, nul ne contestera que la situation sanitaire a évolué depuis la sidération qui frappa le pays en mars 2020.

 

Pourtant, le président de la République annonçait l’adoption de toute urgence d’une loi d’ici au 1er août 2021, soit moins de vingt jours après. Il n’y a là aucune difficulté juridique. Aucune norme ne prescrit de délai minimal entre le dépôt d’un texte, qui plus est en lecture accélérée, et son vote. Aucune règle n’impose de soumettre ces questions à de longs débats devant la nation.

Par ailleurs, l’adaptation de l’arsenal législatif actuel est déjà indispensable pour envisager la sortie de la crise sanitaire. Le procédé interroge néanmoins. Dans son avis rendu le 19 juillet, le Conseil d’Etat constate « qu’eu égard à la date et aux conditions de sa saisine il a disposé de moins d’une semaine pour rendre son avis », situation « d’autant plus regrettable que le projet de loi soulève des questions sensibles et pour certaines inédites ».

Le 20 juillet, le texte était soumis à la commission des lois de l’Assemblée nationale, non sans protestations des députés indiquant l’avoir reçu la veille à 23 h 45 pour exercer leur droit de dépôt des amendements, essentiel au fonctionnement sain de la démocratie, jusqu’à 16 heures. Après un examen inéluctablement sommaire par le rapporteur de la commission, nommé le jour même, les 600 amendements déclarés recevables ont été examinés immédiatement, de 17 heures… à plus de 5 heures du matin.

Dans ces conditions et délais, comment garantir un travail parlementaire de qualité, qui ne conduise par le Parlement à faire office de « chambre d’enregistrement » du texte gouvernemental, comme cela lui est souvent reproché ? Comment assurer une réflexion parlementaire sereine, apaisée et efficace sur des dispositions dont le Conseil d’Etat a relevé qu’elles « imposent la recherche d’une conciliation délicate entre les exigences qui s’attachent à la garantie des libertés publiques et les considérations sanitaires » ?

Intelligence artificielle et épidémiologie : Une perspective pour la santé publique

 

Deux équipes projets du centre Inria Bordeaux Sud-Ouest ont mis au point un modèle permettant de prédire les conséquences des décisions en matière de santé publique face à une situation pandémique. (Crédits : Inria Bordeaux Sud-Ouest)

LA TRIBUNE – Comment avez-vous mis au point cette plateforme EpidemiOptim ?

MELANIE PRAGUE, chargée de recherche Inria au sein de l’équipe Sistm (1) - La première étape c’est une bonne estimation sur les données de la dynamique de l’épidémie. On a besoin d’un modèle à compartiments SEIR étendu (susceptible-exposé-infectieux-remis) pour la Covid-19. Nous avons d’abord intégré les paramètres de diffusion du virus grâce aux données d’hospitalisations en France, à partir de la base Si-vic (système d’information pour le suivi des victimes d’attentats et de situations sanitaires exceptionnelles). A partir de là, on cherche à reconstruire le modèle qui a abouti à ces données en estimant notamment quel est l’effet du confinement et des différentes stratégies d’intervention non-pharmaceutiques. Cela nous donne un modèle de travail qui nous permet ensuite de simuler toutes les trajectoires que l’on souhaite : que ce serait-il passé s’il n’y avait eu aucun confinement, des confinements plus longs ou tous les deux jours, toutes les deux semaines, etc. L’idée de ce modèle développé par l’équipe Sistm est d’évaluer et de prédire l’efficacité potentielle de tous ces scénarios possibles. S’y ajoute une dimension d’apprentissage par renforcement pour améliorer ces prédictions et tenter d’identifier la stratégie optimale par rapport aux objectifs définis. C’est le travail de l’équipe Flowers.

CLÉMENT MOULIN-FRIER, chargé de recherche Inria au sein de l’équipe Flowers (2) - Cette problématique d’apprentissage par renforcement revient à considérer un agent qui peut agir et percevoir dans un environnement précis. Par exemple, on observe comment un robot réagit en fonction des règles du jeu de Go : à chaque instant ce robot peut émettre une action, mesurer son effet sur l’environnement et recevoir ou pas une récompense. Pour le jeu de Go, l’enjeu est finalement relativement simple : si la partie est gagnée, il y a une récompense, si elle est perdue, il n’y en a pas. Mais le but de l’apprentissage par renforcement est, à partir de l’interaction entre l’agent et l’environnement, de savoir comment cet agent peut apprendre une stratégie d’actions cumulées de façon à obtenir une récompense sur le long terme. C’est cette notion de long terme qui est fondamentale parce qu’à force d’entraînement elle peut amener l’agent à prendre des décisions qui ne génèreront pas de récompense à court terme mais de façon à obtenir une meilleure récompense à long terme.


Comment est-ce que cette logique d’apprentissage se transpose dans votre modèle épidémiologique ?

MP - Nous avons pris un modèle à compartiments qui modélise des effets moyens dans une population donnée en fonction des paramètres de transmission du virus et nous avons fixé deux règles du jeu : réduire autant que possible le nombre de morts, d’une part, et la perte de PIB, qui traduit l’impact économique. Ces deux couts sont représentés par des fonctions des paramètres et des compartiments du modèle épidémiologique. L’objectif fixé au robot est en quelque sorte d’arriver à minimiser simultanément ces deux paramètres sur le long terme.

CMF - Cela implique beaucoup de variables telles que le nombre de personnes infectées ou hospitalisées, le taux de propagation, etc. Le modèle observe ces variables et émet une action - est-ce qu’on confine ou pas la semaine prochaine – qui va changer l’environnement puis, une semaine plus tard, le modèle va émettre à nouveau une action en fonction de l’évolution de ces variables et ainsi de suite. Le but de l’apprentissage par renforcement est, au fur et à mesure, d’affiner cette stratégie de façon à minimiser les deux coûts sanitaires et économiques, y compris en prenant des décisions qui peuvent paraître étonnantes à court terme mais qui sont pertinentes à long terme. D’où la complexité du système.

MF - Parallèlement à cela, on affine au fil du temps les données entrantes des paramètres épidémiologiques pour limiter les incertitudes parce que, depuis un an, on a beaucoup appris sur la diffusion du Covid-19.

Comment fonctionne concrètement ce renforcement ?

CMF - L’algorithme par renforcement a accès à ces données épidémiologiques et commence par essayer des actions aléatoires chaque semaine et regarde le résultat et la récompense associée. L’idée est de réitérer cela plusieurs fois, des milliers de fois, et en fonction de tous ces résultats, l’algorithme sera capable d’améliorer ses stratégies de façon à obtenir une meilleure récompense. L’enjeu étant, in fine, d’identifier la solution optimale. Sachant que chaque simulation ne prend que quelques secondes.

 

Dans quelle mesure cette plateforme permet-elle d’améliorer la prise de décision dans la vraie vie ?

MP - La vocation principale de la plateforme est de fournir un outil d’aide à la décision en matière de santé publique. Il comporte trois aspects : le modèle épidémiologique, le modèle d’apprentissage et les règles et objectif à définir. Dans la réalité, c’est ce 3e aspect qui intéresse les décideurs : faut-il plutôt préserver les vies humaines ou les coûts économiques ? Avec des choix très différents en fonction des pays. De notre côté, nous avons conçu le modèle pour qu’il soit le plus modulable possible et que chacun puisse fixer ses propres objectifs pour effectuer des simulations épidémiologiques en fonction de ces objectifs-là. Mais, aujourd’hui, ce modèle n’a pas été utilisé en conditions réelles par des décideurs politiques. Nous n’en sommes pas encore là ! L’objectif est d’abord de faciliter les collaborations entre les chercheurs en épidémiologie (modèles), les décideurs politiques (fonctions de coût, état des actions) et les spécialistes de l’optimisation (algorithme d’apprentissage).

CMF - Après avoir fait ce travail de modélisation transdisciplinaire, on constate très clairement que le problème est par nature multi-objectifs. C’est-à-dire qu’il y a plusieurs coûts que l’on va chercher à optimiser et qu’ils sont, en général, contradictoires : si on minimise le coût sanitaire, on augmenter le coût économique et vice-versa. Et si on ajoute à ça, par exemple, des coûts sociaux ou psychologiques, ç’est encore plus complexe ! Donc, au final, si on ne poursuit qu’un seul de ces objectifs, la stratégie est relativement simple. Mais si on cherche à combiner plusieurs objectifs, c’est là que c’est à la fois difficile et passionnant à analyser. Et ce qui est aussi apparu clairement c’est que les solutions optimales identifiées par le modèle sont très différentes selon le ou les objectifs recherchés. Finalement, nous en tant que chercheurs, on n’a pas forcément grand-chose à dire sur où est-ce qu’il faudrait placer les différents curseurs. Mais on cherche à permettre aux décideurs politiques de pouvoir simuler en quelques secondes les conséquences prédites de tel ou tel choix. Avec les limites et les précautions inhérentes à un modèle mathématique qui comporte évidemment des incertitudes. Mais si ça permet de proposer une visualisation des conséquences, c’est déjà utile.

Sur ce point, comment avez-vous sélectionné les données qui nourrissent votre modèle ?

MP - Au niveau des variables de coûts, le nombre de décès est très vite arrivé comme la donnée la plus factuelle et évaluable sur une année. Ce qui est beaucoup moins évident pour, par exemple, le taux de saturation des services de réanimation qui dépend d’autres paramètres conjoncturels. Sur le plan économique, on a travaillé avec des économistes pour établir un critère fiable. On aurait évidemment pu faire des choix différents et aussi intégrer plus de fonctions de coûts mais cela n’aurait pas nécessairement entraîné des stratégies fondamentalement différentes.

CMF - D’autant que l’enjeu de ce modèle est aussi son accessibilité en permettant à des gens qui ne sont ni informaticiens, ni épidémiologistes de l’utiliser. Par ailleurs, le choix de ces données entrantes et des objectifs à atteindre relève aussi des décisions politiques.

Après la publication d’un article scientifique, quelle sera la suite des évènements pour cette plateforme?

MP - L’objectif va être d’appliquer la méthodologie développée avec EpidemiOptim à d’autres questions. Ça pourra concerner la stratégie de vaccination, par exemple, l’optimisation de l’allocation des doses vaccinales dans l’hypothèse d’une 3e dose dû à la la perte d’immunité. L’enjeu sera alors de mesurer et de prédire quelles classes d’âge revacciner, à quel rythme, en cherchant toujours à minimiser le nombre de morts et les coûts économiques tout en prenant en compte un nombre de doses contraint. L’idée est donc d’utiliser les mêmes outils pour répondre à des questions différentes !

(1) Flowers est une équipe-projet Inria, commune avec l’université de Bordeaux et Ensta ParisTech
(2) Sistm est une équipe-projet Inria, commune avec l’université de Bordeaux et l’Inserm

Industrie pharmaceutique : la santé ou le profit

Industrie pharmaceutique : la santé  ou le profit

 

 Par Loréa Baïada-Hirèche, Institut Mines-Télécom Business School ; Anne Sachet-Milliat, ISC Paris Business School et Bénédicte Bourcier-Béquaert, ISC Paris Business School (*)  (extrait)

 

De nombreux scandales frappent régulièrement l’industrie pharmaceutique. L’Oxycodon, par exemple, a été massivement distribué aux États-Unis bien qu’étant un antalgique opiacé au fort pouvoir d’addiction. Quelque 200 000 morts par overdose peuvent lui être imputés outre-Atlantique depuis 1999.

Plus proche de nous, le Mediator des laboratoires Servier a mis plus de 15 ans à se voir retirer de la commercialisation alors que sa prescription comme coupe-faim, en dehors de son indication thérapeutique initiale, a causé de nombreuses victimes dont 2 000 morts répertoriées. Le dénouement du procès en mars 2021, tout comme pour celui du Lévothyrox de Merck, pointe, au-delà de la responsabilité des médecins, celle des laboratoires produisant ces médicaments.

Ces différents scandales ne sont que la manifestation visible d’une tension permanente inhérente à ce secteur entre la recherche de profit et la mission santé qui le caractérise. Les professionnels du marketing qui ont la charge de promouvoir les médicaments auprès des patients et des médecins semblent particulièrement concernés par ce conflit éthique qui parfois apparaît : soigner ou vendre ?

Au cours de nos recherches nous nous sommes demandé comment les marketeurs du secteur pharmaceutique ressentent cette tension et comment ils y font face.

Intérêt économique, mission santé

Les conflits éthiques rencontrés peuvent conduire les marketeurs à des situations dites de « dissonance morale ». Cela renvoie à des moments durant lesquels les comportements ou décisions d’un individu entrent en conflit avec ses valeurs morales. La dissonance morale, parce qu’elle met en jeu des éléments centraux dans l’identité de l’individu comme ses valeurs, peut générer un important inconfort psychologique, donner naissance à de la culpabilité et atteindre l’estime de soi.

L’individu va alors s’engager dans des stratégies visant à réduire cet état de dissonance qui reposent principalement sur le recours à des mécanismes d’autojustification mais peuvent aussi consister à changer de comportement ou rechercher du soutien social.

Pour comprendre les attitudes des professionnels du marketing dans le secteur pharmaceutique, nous avons mené des entretiens approfondis avec 18 d’entre eux.

Ils traduisent, chez ces individus, des conflits éthiques plus ou moins graves. Ceux-ci ont trait, en majorité, à des décisions qui présentent un intérêt économique alors qu’elles induisent un manquement par rapport à la mission santé. Il peut s’agir d’un préjudice potentiel aux patients, d’une infraction à la réglementation ou encore d’un manquement à un principe de déontologie professionnelle. Les conflits semblent vécus avec d’autant plus d’intensité que le choix a des conséquences importantes sur la santé des patients.

Le tournant de l’affaire Servier

Pour résoudre ce conflit, trois stratégies ressortent de notre série d’entretiens. La première d’entre elles consiste à minimiser le caractère sensible au regard de l’éthique. C’est adopter une politique de l’autruche, ignorer le conflit ou l’évacuer le plus vite possible.

Un enquêté nous explique par exemple :

« Je ne dirais pas non plus que l’industrie pharmaceutique est blanche comme neige. Il y a eu des cas comme Servier, de gens qui ont été malhonnêtes. Mais ce n’est pas le cas de la plupart des gens qui travaillent dans le secteur. Ils sont contents de travailler dans une industrie qui a apporté du bien à la société ».

Selon ces professionnels, les missions santé et économique ne rentrent pas en compétition : faire du profit est un moyen de financer la recherche médicale. Les laboratoires pharmaceutiques apparaissent ainsi comme « les principaux investisseurs dans la santé ».

En outre, ils soulignent que leurs pratiques sont extrêmement encadrées par la loi. Plusieurs répondants rappellent que le Mediator a fait date :

« Il n’y a plus de problème car tout a été réglementé. Les problèmes de conflit d’intérêt type Servier, c’est fini, ça ne peut plus se produire. Il y a eu vraiment un avant et un après Mediator, ça a vraiment changé ».

Ne pouvant pas ignorer les attaques portées par la presse à l’encontre de l’industrie pharmaceutique, ils s’en défendent en dénonçant en retour le rôle des médias qui les attisent, des titres qui recherchent à « faire du buzz » et des « journalistes qui n’ont que ça à se mettre sous la dent ».

D’autres répondants, au contraire, ont bien conscience des risques que présente le produit commercialisé pour les patients. Toutefois, ils affirment précisément prendre ces risques au nom du bien du patient. Voici par exemple comment se justifie la décision de doubler les doses recommandées par la réglementation pour des enfants atteints de pathologies graves :

« Même si c’est un produit qui est dangereux, potentiellement dangereux, et sur lequel tu n’as pas trop de recul, tu te dis que tu peux décider avec le responsable scientifique de soutenir les médecins doublant les doses parce qu’il y avait un intérêt thérapeutique. »

La mise en avant du bien du patient est troublante car elle conduit les marketeurs à occulter la dimension économique de leur activité et à la présenter comme secondaire. Pourtant un doublement des doses permet bel et bien de développer les ventes du produit.

Se référer au bien-être du patient peut ainsi paradoxalement servir à cautionner des actes non éthiques.

Le tout en se présentant même parfois comme des héros qui accomplissent de véritables miracles pour leurs patients. L’un d’entre eux se justifie :

« Notre produit était très bénéfique aux patients, tout le monde nous en était reconnaissant… On avait à la fois des professionnels de santé qui nous disaient « nos patients sont ravis, les taux de cholestérol sont super bas, c’est génial » et des patients qui témoignaient « mon médecin me force à prendre des hypocholestémiants depuis trois ans et j’avais toujours mal partout… ça fait deux mois que je prends vos produits et non seulement mon taux de cholestérol est bas mais surtout je n’ai plus mal nulle part » ».

Leur façon de présenter leur métier finit même parfois par se confondre avec celle des soignants.

Dernière stratégie, certains répondants constatent que la logique de rentabilité prime sur la mission santé, et développent une défiance face aux discours développés par les autres commerciaux :

« De nos jours, l’argent prend une ampleur tellement importante et j’ai l’impression qu’il y a très peu d’éthique dans les organismes et chez les personnes qui commercialisent les produits. »

La désillusion de ces marketeurs est telle que, contrairement aux cas évoqués précédemment, ils n’arrivent plus à trouver d’arguments pour justifier leurs actions marketing et réduire leur mal-être.

« Je n’étais pas très tranquille car j’avais l’impression de vendre quelque chose qui pouvait peut-être faire du mal aux gens ou même être fatal pour certaines personnes. Je culpabilisais un peu en fait… Je me disais que j’aurais bien aimé commercialiser des vêtements, en tout cas des produits clairs. »

La seule issue à leur dissonance semble ainsi d’éviter les pratiques posant problème en changeant de fonction, d’entreprise, voire même en quittant définitivement le secteur pharmaceutique.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Vaccinations obligatoires : la Haute autorité pour la santé pour (HAS)

Vaccinations obligatoires : la Haute autorité pour la santé pour (HAS)

La HAS défend le principe de la vaccination obligatoire; L’institution préconise « l’ouverture rapide d’un large débat sur l’élargissement de l’obligation vaccinale ». De quoi conforter les récentes décisions de l’exécutif. Elle préconise « l’ouverture rapide d’un large débat sur l’élargissement de l’obligation vaccinale afin que les pouvoirs publics puissent s’appuyer sur ces discussions pour prendre à temps une décision ciblant, le cas échéant, une population plus large que celle concernée par le présent projet de loi (personnes vulnérables, professionnels en contact avec le public voire population générale). »

Emmanuel Macron a annoncé lundi une série de mesures destinées à rendre obligatoire la vaccination pour tous les personnels soignants et l’élargissement du pass sanitaire à de nombreux lieux et événements à partir du 21 juillet.

 

Santé-Métaux lourds : 100 % des Français contaminés

Santé-Métaux lourds : 100 % des Français contaminés

«L’ensemble de la population» est exposée aux métaux lourds tels que l’arsenic, le mercure, le cuivre ou encore le nickel d’après . Santé publique France (SPF) révèle dans une étude publiée le 1er juillet que  Ce constat pour le moins alarmant est issu de l’étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (ESTEBAN) menée par SPF depuis plusieurs années.

Santé publique France a par ailleurs comparé ses résultats avec ceux de l’étude nationale nutrition santé (ENNS) en 2006-2007 qui s’était toutefois focalisée sur les adultes. Les niveaux «mesurés chez les adultes étaient similaires en mercure dans les cheveux et nickel urinaire par rapport à ceux mesurés dans l’étude ENNS», relève SPF. Par contre les niveaux mesurés chez les adultes sont plus élevés en arsenic, cadmium et chrome que ceux de l’étude ENNS. Autre observation: l’exposition des enfants et des adultes est plus élevée en France que dans la plupart des pays étrangers (Europe et Amérique du Nord), excepté pour le nickel et le cuivre.

comment expliquer cette surexposition? Principalement par l’alimentation, considère SPF. Le cadmium est notamment présent dans les céréales ce qui pourrait expliquer comment les enfants y sont fortement exposés. La consommation de poissons et de produits de la mer influence, elle, «les concentrations en arsenic, chrome, cadmium et mercure». SPF pointe du doigt les céréales et les légumes issus de l’agriculture biologique qui seraient à l’origine de l’exposition au cuivre. Enfin, la consommation de tabac augmente les concentrations en cadmium et en cuivre.

Covid :pour une véritable politique mondiale de la santé (Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies)

Covid :pour une véritable politique mondiale de la santé (Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies)

 

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies dans une tribune au JDD  (extrait) constate que le monde court à la catastrophe sans politique mondiale de la santé. En effet si dans certains pays développés le taux de vaccination atteint 70 %, ce taux est seulement de 1 % dans les pays pauvres. D’où risque de multiplication des variants dans le monde entier.

 

 

« Depuis le début de la pandémie de Covid-19, nous entendons beaucoup parler de solidarité mondiale. Les mots en soi, hélas, ne suffiront pas à mettre fin à la pandémie, ni à limiter l’impact de la crise climatique. Le moment est venu de montrer ce que signifie concrètement la solidarité. Alors que les ministres des finances du G20 se réunissent à Venise, ils font face à trois épreuves cruciales, sur le plan de la solidarité : les vaccins, l’octroi d’une aide économique vitale au monde en développement et les changements climatiques.

Tout d’abord, les vaccins. Une fracture mondiale sur le plan de la vaccination nous menace tous. Alors que la Covid-19 circule parmi les personnes non vaccinées, elle continue de muter en variantes qui pourraient être plus transmissibles ou plus mortelles, voire les deux. Nous faisons la course entre les vaccins et les variants ; si les variants l’emportent, la pandémie pourrait entraîner le décès de millions de personnes supplémentaires et retarder de plusieurs années la reprise mondiale.

Tandis que 70% des habitants sont vaccinés dans certains pays développés, ce chiffre est inférieur à 1% dans les pays à faible revenu. La solidarité signifie garantir rapidement l’accès de toute personne aux vaccins. Les promesses de doses et de fonds sont les bienvenues. Mais soyons réalistes. Il nous faut non pas un milliard, mais au moins onze milliards de doses pour vacciner 70% de la population mondiale et enrayer cette pandémie. Ce n’est pas par des dons et de bonnes intentions que nous y parviendrons. Il nous faut mener la plus grande action de santé publique de l’histoire.

Le G20, épaulé par les principaux pays producteurs et les institutions financières internationales, doit mettre en place, au plus vite, un plan de vaccination mondial à l’intention de toutes les personnes, partout dans le monde.

La deuxième épreuve, sur le plan de la solidarité, consiste à apporter une aide économique vitale aux pays qui sont au bord du défaut de paiement. Les pays riches ont consacré l’équivalent de 28% de leur PIB pour faire front à la crise de la Covid-19. Dans les pays à revenu intermédiaire, ce chiffre tombe à 6,5% et, dans les pays les moins avancés, à moins de 2%.

De nombreux pays en développement subissent désormais des coûts du service de la dette écrasants, à un moment où leurs budgets nationaux sont mis à rude épreuve et où leur capacité de lever des impôts est réduite. La pandémie devrait augmenter de quelque 120 millions le nombre de personnes en situation d’extrême pauvreté dans le monde ; plus des trois quarts de ces « nouveaux pauvres » se trouvent dans des pays à revenu intermédiaire. Ces pays ont besoin d’un coup de pouce pour éviter une catastrophe financière et pour investir dans une reprise solide.

Le Fonds monétaire international est intervenu afin d’allouer 650 milliards de dollars en droits de tirage spéciaux, qui est le meilleur moyen d’augmenter les fonds disponibles pour les économies à court de liquidités. Les pays les plus riches devraient acheminer les parts inutilisées de ces fonds vers les pays à revenu faible ou intermédiaire. C’est une mesure de solidarité importante.

Je me félicite des mesures que le G20 a déjà prises, notamment l’Initiative de suspension du service de la dette et le Cadre commun pour le traitement de la dette. Elles demeurent cependant insuffisantes. L’allégement de la dette doit être étendu à tous les pays à revenu intermédiaire qui en ont besoin. Les prêteurs privés doivent également figurer dans l’équation.

La troisième épreuve, sur le plan de la solidarité, concerne les changements climatiques. La plupart des grandes économies se sont attachées à réduire à zéro les émissions nettes, d’ici à 2050, conformément à l’objectif de 1,5 degré de l’Accord de Paris. Pour que la Cop26 qui se déroulera à Glasgow soit un moment charnière, tous les pays du G20 et les pays en développement doivent faire la même promesse.

Les pays en développement ont néanmoins besoin d’être confortés dans leurs ambitions, par l’octroi d’un soutien financier et technique, notamment les 100 milliards de dollars de financement annuel de l’action climatique, qui leur avaient été promis par les pays développés il y a plus de dix ans. Cette demande est tout à fait raisonnable. Des Caraïbes au Pacifique, les économies en développement se sont vu infliger d’énormes factures d’infrastructures en raison d’un siècle d’émissions de gaz à effet de serre auxquelles elles n’ont pas participé.

La solidarité commence par le versement des 100 milliards de dollars. Elle devrait s’étendre à l’affectation de 50% de l’ensemble du financement de l’action climatique visant l’adaptation, notamment la construction de logements résistants, de routes surélevées et de systèmes efficaces d’alerte rapide permettant de résister aux tempêtes, aux sécheresses et autres phénomènes météorologiques extrêmes.

Tous les pays ont pâti de la pandémie. Les démarches nationalistes à l’égard des biens publics mondiaux comme les vaccins, la durabilité et l’action climatique ne peuvent cependant mener qu’à la ruine.

Le G20 peut nous mettre sur la voie de la reprise. Les six prochains mois montreront si la solidarité mondiale va au-delà des mots et se traduit par des mesures véritables. Face à ces trois épreuves fondamentales, en faisant montre de volonté politique et d’un pouvoir mobilisateur guidé par des principes, les dirigeants du G20 peuvent mettre fin à la pandémie, renforcer les fondements de l’économie mondiale et prévenir une catastrophe climatique. »

Variant Delta : une quatrième vague fin juillet (ministre de la santé)

Variant Delta : une quatrième vague fin juillet (ministre de la santé)

Non seulement le variant Delta ne baisse plus en France mais il a tendance à augmenter chez les nouveaux contaminés. Il dépasse maintenant nettement les 20 % chez les personnes atteintes « Depuis 5 jours, le virus ne baisse plus, il réaugmente. A cause du variant Delta qui est très contagieux. L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin juillet », a déclaré le ministre de la santé

« Nous devons aller encore plus vite (dans la vaccination). C’est une course contre la montre qui se joue dans notre pays », a-t-il de nouveau souligné. « Les vaccins font chuter le risque de forme grave, y compris avec le variant Delta. »

Olivier Véran avait prévenu vendredi que le pays pourrait être confronté à une reprise de la crise sanitaire dès cet été en raison de la progression du variant Delta et avait appelé les Français à se faire vacciner, alors que le gouvernement a assoupli les procédures de vaccination.

La contradiction en France comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres pays comme au Royaume-Uni, c’est qu’on lève les restrictions de mobilité alors que des signes de reprise de la pandémie menacent de reprendre au point d’envisager une quatrième vague.

 

Politique: le ministre de la Santé démissionne en raison d’une liaison ….. en Grande-Bretagne !

 

Politique: le ministre de la Santé démissionne en raison d’une liaison ….. en Grande-Bretagne !

 

 

On voit mal en France pourquoi responsable politique aurait à démissionner de sa responsabilité en raison d’une liaison y compris avec une secrétaire. Ce qui est pourtant intervenu en Grande-Bretagne où le ministre de la santé a été contraint d’abandonner son portefeuille pour  cette question morale.

 

En France , le président de la république lui-même n’a jamais été mis en cause politiquement pour des questions de morale privée. Mitterrand étant le parfait exemple d’une liaison connue de tous les milieux officiels mais jamais utilisée à des fins politiques.

 

C’est ce qui sépare de la conception humaniste française du puritanisme anglo-saxon qui s’effarouche de la moindre égratignure aux principes moraux mais tolère par ailleurs les pires entraves parfois aux valeurs démocratiques et éthiques. Matt Hancock, le ministre de la santé a donc fait l’objet d’un scandale après les révélations dans les tabloïds d’une liaison avec une conseillère avec qui il a enfreint les règles sanitaires.

Business–santé: Doctolib vend des données au privé

Business–santé: Doctolib vend des données au privé

Incapable de mettre au point un logiciel permettant de prendre rendez-vous pour la vaccination, l’administration française en particulier a notamment sous-traité à doctolib cette tâche très rémunératrice .  Sur les énormes effectifs de la sécu y compris dans le domaine numérique.  Doctolib en profite pour revendre à des Allemands une partie de ces informations ( l’Allemagne possède un fort secteur pharmaceutique très intéressé par ces données)

Selon une étude publiée le 21 juin par le site allemand Mobilsicher, spécialiste des questions de confidentialité des données numériques, Doctolib a transmis des informations sur les activités de ses utilisateurs à Facebook et la firme de e-marketing Outbrain.

Ces informations, transmises sous forme d’URL, contenaient notamment la retranscription des recherches effectuées par les utilisateurs allemands sur la plateforme. Pouvaient apparaître la spécialité médicale recherchée (neurologue, psychologue, etc.), mais aussi l’adresse IP – le numéro d’identification unique – de l’appareil utilisé.

« Les informations transmises peuvent donc difficilement être considérées comme anonymes », estime Mobilsicher, qui souligne que « les informations sur les rendez-vous effectivement pris n’étaient pas enregistrées ».

Santé–Covid Variant Delta : vers une quatrième vague

Santé–Covid Variant Delta : vers une quatrième vague

 

Le ministre de la santé commence à alerter sur la possibilité d’une quatrième vague à la rentrée. Selon le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique.  »Je crois qu’on aura une quatrième vague mais qu’elle va être beaucoup plus nuancée que les trois premières, car il y a un niveau de vaccination qui n’est pas du tout le même », a-t-il indiqué mercredi sur la radio France Inter.

Et d’ajouter même sur l’efficacité des vaccins : « le fond de ma pensée, c’est qu’il faudra une troisième dose pour stimuler un système immunitaire qui est un peu défaillant quand on a un certain âge, pour les personnes au-dessus de 60 ou 70 ans », a-t-il dit. « Une troisième dose sera probablement envisagée à partir de l’automne », selon lui.

Pour le freiner, le gouvernement mise plus que jamais sur la vaccination. Or le vaccin est efficace « quand on a eu deux injections » (pour les vaccins qui nécessitent deux injections) et il ne l’est pas « quand on a eu une seule injection », souligne Jean-François Delfraissy.

Et c’est là où le bât blesse, la France – tout comme l’ensemble de l’Union européenne – accuse un sévère retard sur le nombre de personnes entièrement vaccinées. Au 28 juin, moins de 30% des Français avaient reçu deux doses de vaccins contre près de la moitié des Britanniques et des Américains, selon Our World in Data.

Or, pour un variant ayant une transmissibilité similaire au variant britannique, l’Institut Pasteur estime qu’il faudrait vacciner 90% des adultes dans l’hypothèse où seule cette population est ciblée, pour atteindre l’immunité collective.

Santé-Hôpital : pour la démocratie à tous les étages …et la gestion ?

Hôpital : pour  la démocratie à tous les étages …et la gestion ?

 

 

Comme la gauche bien pensante, la sociologue Dominique Méda invite Dans le Monde à se libérer des contraintes quantitatives en les remplaçant par la démocratie. Pas sûr que la gestion y trouve son compte. En effet si certains services sont particulièrement tendus d’autres en revanche mériteraient un sérieux audit. Ce qui manque à l’hôpital c’est surtout la cohérence de gestion. Les hôpitaux qui ont fait d’extraordinaires progrès scientifiques demeurent cependant aujourd’hui des sortes d’usines ingérables précisément du fait de l’autonomie des services

Chronique.

 

Jeudi 3 juin, l’association Notre hôpital, c’est vous a donné le coup d’envoi d’un projet de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’hôpital public. Si 185 parlementaires et 4,7 millions de nos concitoyens soutiennent celui-ci, une proposition de loi « garantissant l’égalité d’accès aux soins sur tout le territoire » serait soumise au vote des Français.

 

Son idée maîtresse est que « le fonctionnement des hôpitaux doit prioritairement être tourné vers la réponse aux besoins en santé ». La formulation est surprenante. N’est-il pas évident que l’hôpital est une institution entièrement organisée pour apporter une réponse adaptée aux besoins de santé de la population ? N’est-ce pas d’ailleurs l’objet des discussions qui ont lieu chaque année depuis 1996 au Parlement, lors de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, le PLFSS ? Et l’Objectif national des dépenses d’assurance-maladie, l’Ondam – le total des sommes consacrées à la prise en charge collective des dépenses de santé, fixé au terme de ces débats –, n’est-il pas censé être le résultat d’une discussion bien informée ? N’est-ce pas au terme de celle-ci que les moyens nécessaires sont affectés aux différents volets de la politique de santé française ?

Alors que les hospitaliers se plaignent depuis plusieurs années de la crise qui affecte l’hôpital et maltraite soignants et patients, plusieurs publications confirment qu’il n’en est rien. Issues tant du monde de la recherche que de hauts fonctionnaires, pourtant d’habitude réticents à s’exprimer, elles dévoilent les logiques à l’œuvre depuis deux décennies.

Dans un article publié par Les Tribunes de la santé juste avant l’irruption de la crise sanitaire, Pierre-Louis Bras, ancien directeur de la Sécurité sociale et membre de l’inspection générale des affaires sociales, décortique le processus qui a conduit au malaise des soignants et au risque de submersion de l’hôpital. Il ouvre la boîte noire de la fabrique de ce chiffre fétiche. « L’Ondam constitue un élément majeur de la régulation des finances publiques, plus que le résultat d’une délibération sur la politique de santé. La démarche est fondamentalement descendante, la politique des finances publiques (objectif visé pour le niveau du déficit public, objectif visé pour le niveau des prélèvements obligatoires…) dicte le niveau de l’Ondam et les hôpitaux publics doivent s’y adapter », écrit-il.

Fixée hors d’une réelle prise en considération des besoins de santé et de l’activité des hôpitaux, imposée à ces derniers, mais aussi à la majorité parlementaire, systématiquement trop faible pour couvrir l’augmentation de l’activité, l’évolution de l’Ondam s’est traduite depuis des années par un rationnement du nombre de lits, des effectifs et des salaires et par un fort accroissement de la productivité des soignants dont l’aggravation des conditions de travail est parfaitement visible dans les enquêtes… et dans la rue.

Covid-19 : le ministre de la Santé démissionne en raison d’une liaison ….. en Grande-Bretagne !

Covid-19 : le ministre de la Santé démissionne en raison d’une liaison ….. en Grande-Bretagne !

 

 

On voit mal en France pourquoi responsable politique aurait à démissionner de sa responsabilité en raison d’une liaison y compris avec une secrétaire. Ce qui est pourtant intervenu en Grande-Bretagne où le ministre de la santé a été contraint d’abandonner son portefeuille pour eux cette question morale.

 

En France , le président de la république lui-même n’a jamais été mis en cause politiquement pour des questions de morale privée. Mitterrand étant le parfait exemple d’une liaison connue de tous les milieux officiels mais jamais utilisée à des fins politiques.

 

C’est ce qui sépare de la conception humaniste française du puritanisme anglo-saxon qui s’effarouche de la moindre égratignure aux principes moraux mais tolère par ailleurs les pires entraves parfois aux valeurs démocratiques et éthiques. Matt Hancock, le ministre de la santé a donc fait l’objet d’un scandale après les révélations dans les tabloïds d’une liaison avec une conseillère avec qui il a enfreint les règles sanitaires.

La mainmise des géants du numérique sur la santé

 

A la recherche de nouveaux marchés à rendre plus efficients, les géants de la tech, comme Apple, voit dans la santé un nouvel eldorado.

 

Un article du Wall Street Journal

 

 

Tim Cook, le directeur général d’Apple, a dit un jour que la plus grande contribution de la marque à la pomme à l’humanité serait la santé. Pourtant, d’après les indiscrétions de sources proches du dossier et des documents que le Wall Street Journal a pu consulter, une partie des initiatives lancées par le groupe pour révolutionner le secteur ont toujours du mal à s’imposer.

Selon ces sources et documents, Apple a imaginé un ambitieux projet comprenant des centres de santé détenus par le groupe, où des médecins salariés recevraient des patients. Pour tester la faisabilité de ce projet et d’autres idées novatrices, la firme de Cupertino a racheté les établissements qui s’occupaient de ses collaborateurs et monté une équipe composée de médecins, d’ingénieurs, de designers produits et autres.

Ces ambitions, qui ne sont pas forcément bien connues du grand public, ont été reléguées au second plan après un changement de cap en faveur de ce qu’Apple connaît le mieux : vendre des produits, en l’espèce l’Apple Watch, ont expliqué de fins connaisseurs de la stratégie du groupe.

L’activité de médecine générale n’a pas décollé, résument des personnes qui en sont proches. Selon certaines sources et des documents consultés par le Wall Street Journal, l’application de santé lancée en toute discrétion cette année peine à séduire les utilisateurs. Par ailleurs, en interne, certains salariés se sont interrogés sur l’intégrité des données issues des centres de santé détenus par Apple et utilisées pour la conception des produits, selon des proches de ces salariés et des documents.

Dans le domaine de la santé, l’une de ses idées les plus ambitieuses était de proposer des services de médecine générale, un projet né en 2016. Pendant des mois, une équipe d’Apple s’est demandé comment utiliser l’immense quantité de données sur la santé et le bien-être des propriétaires d’Apple Watch

Le porte-parole d’Apple a affirmé que l’intégrité des données était la base de toutes les innovations du groupe. Rappelant les succès engrangés par l’équipe spécialisée dans la santé, il a précisé que le groupe n’en était qu’à ses débuts dans ce domaine et que les nouvelles technologies, par exemple le suivi de la fréquence cardiaque par l’Apple Watch, avaient un impact positif sur la santé des utilisateurs. Selon lui, les données recueillies par les appareils Apple permettent d’approfondir des travaux de recherche qui pourraient améliorer la prise en charge médicale.

« Ce document comporte beaucoup d’informations partielles, anciennes et imprécises », a-t-il déclaré.

A la recherche de nouveaux marchés à rendre plus efficients (et en quête de croissance commerciale), le secteur technologique voit dans la santé un nouvel eldorado. Certains efforts ont échoué, à commencer par Haven, le partenariat d’envergure qu’Amazon avait conclu avec d’autres entreprises pour tenter de réduire le coût des soins médicaux. Aujourd’hui, le géant du commerce électronique s’intéresse à la vente de médicaments sur ordonnance et envisage de lancer un service de consultation virtuelle dans les 50 Etats américains.

Sous la houlette de Tim Cook, Apple a multiplié par huit son budget de recherche-développement ; selon des documents publics, il atteint 20 milliards de dollars par an. Outre sa montre connectée, le groupe a aussi lancé des écouteurs sans fil et de nouveaux services. Il a également investi massivement dans la santé, la conduite autonome et la réalité augmentée, des domaines à forts enjeux et grande complexité technique : la prochaine révolution d’Apple n’est donc pas pour demain (si elle se produit un jour).

Le groupe peut étudier le marché pendant des années avant de lancer son propre produit et, parfois, il se plonge avec ferveur dans des projets ou des technologies qu’il ne commercialise finalement pas.

Dans le domaine de la santé, l’une de ses idées les plus ambitieuses était de proposer des services de médecine générale, un projet né en 2016, selon les documents et des sources. Pendant des mois, une équipe d’Apple s’est demandé comment utiliser l’immense quantité de données sur la santé et le bien-être des propriétaires d’Apple Watch (sa montre intelligente lancée en 2015) pour améliorer les soins médicaux, ont expliqué des sources.

Jeff Williams, directeur des opérations du groupe et responsable de l’équipe santé, a exhorté ses équipes à voir les choses en grand. Son objectif : mettre fin à ce qu’il avait baptisé le « 363 » et le modèle du « cassé-réparé », c’est-à-dire le fait que les Américains ne vont pas voir leur médecin 363 jours par an et attendent d’avoir un problème pour le contacter, ont raconté de fins connaisseurs des projets du dirigeant.

Si la marque à la pomme parvenait à prouver qu’associer capteurs, logiciels et services permet d’améliorer la santé des Américains et de faire baisser les coûts, elle pourrait revendre son modèle aux systèmes de santé locaux, voire à l’étranger

L’équipe a estimé que l’une des meilleures façons d’y arriver était de proposer directement un service médical, toujours selon les sources, en liant les données produites par les appareils Apple à des soins en distanciel ou en présentiel par des médecins Apple. Le groupe pourrait proposer de la médecine générale, mais aussi du suivi régulier dans le cadre de programme de santé prescrit par les médecins, d’après des sources et des documents.

Si la marque à la pomme parvenait à prouver qu’associer capteurs, logiciels et services permet d’améliorer la santé des Américains et de faire baisser les coûts, elle pourrait revendre son modèle aux systèmes de santé locaux, voire à l’étranger, ont révélé des documents.

Pour commencer, Apple a choisi d’expérimenter son service sur ses salariés. Le groupe a racheté les centres de santé installés près de son siège californien (qui étaient gérés par une start-up) et les a utilisés pour tester son projet, ont raconté des sources proches de ces décisions. En 2017, il a recruté Sumbul Desai, une ancienne de Stanford, pour diriger l’initiative, dont le nom de code est Casper, ont précisé des sources.

Les travaux se poursuivent aujourd’hui encore, mais Casper peine à dépasser le stade préliminaire, toujours selon ces personnes.

L’unité dirigée par la docteure Desai a subi plusieurs départs de salariés affirmant que la culture de l’équipe décourageait l’esprit critique, ce qui peut être problématique pour un service axé sur les produits et les services liés à la santé, d’après des sources proches de l’équipe et des documents. Certains salariés s’étaient par exemple inquiétés du fait que les données internes relatives à la performance des centres de santé (des données récemment utilisées pour appuyer le lancement de la nouvelle application de santé) étaient imprécises ou avaient été mal compilées, toujours selon des sources et des documents.

Ces craintes ont régulièrement été transmises à Tim Cook et Jeff Williams, révèlent des documents et des personnes au fait de ces doutes.

Pour le porte-parole d’Apple, ces critiques sont infondées.

Les salariés préoccupés par la culture de l’équipe évoquent une réunion organisée en 2019, lors de laquelle une responsable avait soulevé des questions sur les données, selon des personnes ayant eu vent de la réunion et des documents. La docteure Desai lui avait alors répondu sèchement, ce qui avait poussé certaines personnes à conclure que les critiques n’étaient pas les bienvenues, toujours selon des sources et des documents. La responsable en question a quitté Apple quelques semaines plus tard, en partie à cause de cet épisode, montrent les documents.

Le porte-parole d’Apple a indiqué que la docteure Desai avait souligné l’importance de l’intégrité des données lors de cette réunion. « Ce point a été minutieusement étudié et les accusations n’ont pas pu être confirmées », a-t-il souligné. Apple n’a pas souhaité commenter les circonstances du départ de la responsable.

Le porte-parole du groupe a précisé qu’Apple était fier du travail accompli par la docteure Desai et qu’elle avait joué un rôle déterminant dans ses projets dans le domaine médical.

Jeff Williams et Sumbul Desai n’ont pas répondu aux demandes de commentaires et Apple n’a pas souhaité qu’ils s’expriment.

Outre la supervision des centres de santé AC Wellness, l’équipe de la docteure Desai est chargée des relations avec les régulateurs, des collaborations avec des chercheurs et de l’expertise médicale apportée aux autres produits Apple liés à la santé.

Elle a lancé une application médicale baptisée HealthHabit, qui est testée en ce moment auprès des salariés californiens d’Apple. Mais, six mois après ses débuts, l’application ne rencontre qu’un succès limité auprès des collaborateurs, selon des documents et des sources.

HealthHabit se propose de mettre en relation (par tchat) des patients et des médecins et encourage ses utilisateurs à se lancer des défis, par exemple « je ferai plus de sport cette semaine ». Les personnes souffrant d’hypertension peuvent aussi se rapprocher de coachs santé qui leur envoient un tensiomètre et une balance et leur donnent des conseils pour vivre de façon plus saine.

Fin mai, la moitié des personnes qui avaient téléchargé l’application ne l’utilisait pas et l’engagement de celles qui l’utilisaient était faible, révèlent des documents et des sources.

Les données utilisées pour le programme de suivi de l’hypertension ont relancé le débat sur l’intégrité des données et leur analyse, ont ajouté des sources.

Lors d’une présentation devant les salariés de l’activité santé d’Apple en mars dernier, Jeff Williams a salué les résultats obtenus par les centres médicaux en matière de traitement de l’hypertension, estimant qu’ils démontraient le potentiel de l’application HealthHabit, ont raconté des personnes ayant assisté à l’événement. Il a également sous-entendu qu’en cas de succès, Apple pourrait avoir de plus grandes ambitions pour HealthHabit, ont précisé ces sources.

Lors de la réunion, Jeff Williams a montré des données indiquant que 91 % des patients des centres de santé Apple atteints d’une hypertension de stade 2 étaient revenus à un niveau moins élevé ou normal, révèlent des documents consultés par le Wall Street Journal, un chiffre qui, pour certains salariés, pourrait exagérer le succès des centres médicaux, selon des sources présentes à la réunion et des documents.

Des concurrents qui proposent aussi des applications de suivi de l’hypertension ont publié des taux de réussite moins élevés. Hello Heart, par exemple, a indiqué que 23 % des patients de stade 2 avaient constaté une amélioration de leur tension au bout de six semaines. Livongo affirme de son côté qu’un tiers des patients souffrant d’une hypertension de stade 1 ou plus étaient revenus à une tension élevée ou normale en six semaines. Les données de Jeff Williams ne comportent pas de précisions temporelles, selon les documents.

Le porte-parole d’Apple a déclaré que les autres entreprises n’analysaient pas leurs données comme Apple et que les données évoquées par Jeff Williams lors de la réunion provenaient d’un projet-pilote interne et non d’un produit.

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)

L’enjeu des données de santé

L’enjeu des données de santé

 

« Il faut remettre l’hôpital au centre du jeu car il rassemble les informations médicales les plus cruciales ainsi qu’une expertise de pointe », jugent Corneliu Malciu, Théo Ryffel et Emeric Lemaire, cofondateurs d’Arkhn, start-up spécialisée dans l’interopérabilité des données de santé ( Tribune dans l’Opinion)

( Les conditions d’ouverture et d’accès à ces données stratégiques méritent cependant une réflexion peut être plus approfondie NDLR )

 

 

La crise de la Covid-19 a mis en évidence l’importance des données de santé pour la résilience du système de soin. La souveraineté des établissements sur les données qu’ils collectent et administrent est un prérequis pour fluidifier le parcours de soin, soulager le quotidien des professionnels ou encore mener des analyses cliniques. Bref, pour améliorer la prise en charge des patients et faciliter la recherche clinique.

La problématique n’est pas nouvelle, elle s’est simplement accélérée. De nombreux projets, comme les plateformes régionales de suivi des patients, le dossier médical partagé, les ambitions affichées par « Ma Santé 2022 » [lancé par l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn], se sont heurtés à la difficulté d’accès aux données hospitalières. Pour y répondre, il sera indispensable de transformer la gestion des données au sein des hôpitaux en les dotant d’infrastructures data locales, s’appuyant sur les outils déjà en place, et gérées par les hôpitaux eux-mêmes.

Pour cela, il convient de s’attaquer aux sources du problème. Les dizaines de logiciels utilisés au sein des différents services d’un même hôpital génèrent des données complètement cloisonnées. Les données existent mais restent inexploitables car stockées sur des infrastructures séparées, incapables de communiquer entre elles. Ce manque d’interopérabilité rend leur accès difficile, long et coûteux.

Si les fondations de cette Tour de Babel sont purement informatiques et structurelles, les dysfonctionnements qu’elle engendre ont des conséquences concrètes et multiples. Economiques d’abord, puisque 10% des dépenses de santé dans les pays de l’OCDE sont superflues — actes inutiles, dupliqués ou résultant d’erreurs évitables —, selon une étude de l’OMS.

Humaines, ensuite, avec des médecins qui passent trois fois plus de temps derrière leur écran qu’avec leurs patients. Médicales, enfin, avec une prise en charge des patients plus difficile et une recherche clinique ralentie dans les CHU. En France, 10 000 à 30 000 décès sont causés chaque année par des accidents médicamenteux évitables, dont la cause première est un mauvais partage de l’information.

Pourtant, les choses bougent. La création d’un espace numérique de santé, les propositions du numérique en santé, les accords du Ségur de la santé, la généralisation de l’identité nationale de santé vont dans le sens d’une meilleure gestion des données. Aujourd’hui, il est nécessaire d’aller au-delà d’un « cloud médical centralisé », en redonnant aux hôpitaux et aux patients la souveraineté sur leurs données de santé et les usages qui en sont faits.

L’hôpital est le plus à même d’utiliser les données, de les rendre accessibles aux patients et aux acteurs institutionnels, et de les valoriser dans le cadre de la recherche

Pour cela, il faut remettre l’hôpital au centre du jeu car il rassemble les informations médicales les plus cruciales, ainsi qu’une expertise de pointe. Il est le plus à même de les utiliser, de les rendre accessibles aux patients et aux acteurs institutionnels, et de les valoriser dans le cadre de la recherche. Enfin, il est le meilleur garant de la sécurité et de la confidentialité des données patients. C’est un tiers de confiance reconnu, à l’interface du soin, de la recherche et l’innovation de pointe.

L’interopérabilité est la clef pour replacer l’hôpital au centre de l’échiquier du soin et elle passe notamment par l’utilisation de standards ouverts, comme le FHIR (un langage commun, transparent qui fait référence sur la scène internationale). La santé de demain doit être pensée comme ouverte et collaborative, grâce à un cadre politique imposant des standards d’interopérabilité et un cadre juridique clarifié.

L’hôpital a connu sa numérisation dans les deux décennies précédentes et l’heure est à l’adoption d’architectures data standard. C’est le système de santé dans son ensemble qui en sortira gagnant avec une meilleure qualité des soins, une meilleure coordination des acteurs territoriaux, une meilleure collaboration avec la recherche clinique et de meilleurs outils et innovations en santé.

Corneliu Malciu, Théo Ryffel et Emeric Lemaire sont cofondateurs d’Arkhn.

Covid : des ennuis de santé persistants pour un quart des malades

  • Covid : des ennuis de santé persistants pour un quart des malades 

Près d’un quart des personnes ayant contracté le Covid-19 font face, un mois après ou plus, à des problèmes de santé qu’ils n’avaient pas expérimentés avant leur infection, selon une vaste étude de Fair Health, une organisation indépendante, ayant analysé les données médicales de près de deux millions d’Américains touchés par le virus.

Les principaux problèmes étaient des douleurs (névralgie, douleurs musculaires…) pour 5% des personnes, et des difficultés à respirer, dans 3,5% des cas, suivis d’une hypertension, d’une indisposition ou grande fatigue, d’anxiété, puis de problèmes intestinaux.

1...34567...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol