Archive pour le Tag 'saint'

Et pendant ce temps là …… Macron à Saint-Tropez

Et pendant ce temps là …… Macron à  Saint-Tropez

 

 

Il y a quelque chose de surréaliste et même de désinvolte dans le comportement de Macron qui a été aperçu vendredi 28 décembre en fin de journée en compagnie de son épouse Brigitte dans le centre de Saint-Tropez. Cela alors que le pays est en pleine tourmente économique mais aussi politique sans parler du nouvel épisode Benalla qui ne grandit pas l’État et son fonctionnement. Certes on peut comprendre que le gouvernement ou le chef de l’État prenne des jours de vacances mais encore faudrait-il ne pas provoquer. Ce que fait délibérément Macron en s’affichant à Saint-Tropez symbole de la villégiature des privilégiés. Décidément ce jeune président a du mal à enfiler le costume de président. Il a du mal à saisir le pouls de la nation. Il est constamment à côté de la plaque, à côté de l’événement et hors sol. La vérité c’est que s’il ne change pas radicalement à la fois de cap et de pratiques, la fin de mandat sera pathétique non seulement pour lui mais surtout pour le pays. Macron ne semble pas avoir pris conscience d’abord de son plus grave échec, son échec économique. Il a voulu privilégier une politique d’offre en allégeant de manière excessive et sans contrepartie le poids fiscal des plus fortunés et des entreprises et parallèlement en assommant la consommation des ménages via la fiscalité. Du coup la croissance est devenue atone. On espérait au début de l’année 2,3 % d’augmentation du PIB dans la dynamique de 2017. On parviendra en cette difficilement à 1,5 % et pour 2019 les espoirs  ne dépasse pas 1,3 %. Il y a aussi échec sur le plan social, échec caractérisé par le mécontentement des gilets jaunes. En dépit des annonces déjà faites relatives à la prime d’activité, aux heures supplémentaires, le compte n’y est pas pour le pouvoir d’achat, ce qui tombe mal en période de tassement économique. Le dernier aspect peut être le plus important c’est cette revendication des couches moyennes à vouloir  se faire entendre entre deux scrutins. Bref à solliciter une démocratie participative se substituant à des délégations de mandats jamais contrôlés La cerise sur le gâteau c’est sans doute le nouveau feuilleton Benalla qui met  en cause directement l’Élysée dans son fonctionnement. Et par maladresse encore le gouvernement est en train de transformer un usage frauduleux de passeports diplomatiques en véritable affaire d’État qui lui retombera sur le nez. En effet la vraie question n’est pas celle de l’usage d’un passeport mais du rôle que pouvait avoir Benalla à l’Élysée qualifié de bagagiste par Castaner mais qui conduit des délégations d’hommes d’affaires en Afrique. Et pour toute réponse, Macron se promène à Saint-Tropez !

 

Le révérend père Richard Ferrand accorde le saint pardon à la pécheresse Aina Kuric.

Le révérend père Richard Ferrand accorde le saint pardon à  la pécheresse  Aina Kuric.

 

La clémence d’Auguste et l’absolution papale de la part de Monseigneur Ferrand, par ailleurs président la république en marche. Mgr Ferrand connaît le péché pour l’avoir lui-même pratiqué en ayant  profité de ses responsabilités politiques afin d’enrichir sa compagne (le procès est toujours en train de s’enliser). Magnanime, il a donc refusé de sanctionner la rebelle députée qui avait voté contre la loi asile et migration. «S’abstenir, c’est un péché véniel ; voter contre, c’est un péché mortel». Tels étaient les mots martelés par Richard Ferrand, le président du groupe LaREM à l’Assemblée nationale, lors de l’examen en première lecture de la loi asile et immigration au printemps dernier. Un principe qui a coûté sa place au sein du groupe macroniste à Jean-Michel Clément: l’élu de la Vienne a voté contre le texte controversé en avril, et il a ensuite quitté les bancs des marcheurs après avoir été poussé vers la sortie par la direction. La semaine dernière, une autre élue a décidé de voter contre le texte, lors de son examen en deuxième lecture à l’Assemblée: il s’agit de Aina Kuric. La députée de la Marne, qui s’était déjà abstenue en avril, a cette fois décidé de franchir le Rubicon de la fronde.  «Nous ne sommes pas des fonctionnaires chargés d’appliquer à la lettre un règlement, mais des responsables politiques libres d’apprécier dans l’intérêt commun de chaque situation, chaque cas d’espèce. Comme je l’ai également toujours affirmé, dans notre groupe on ne vire pas, on discute», a-t-il encore expliqué en huis clos. «Je vous propose de clore le sujet et vous demande d’approuver ma proposition d’être clément avec notre collègue», a enfin conclu Richard Ferrand. Cette bienveillance du patron des députés marcheurs peut s’expliquer par le contexte difficile que traverse actuellement la Macronie. Sans doute aussi par le fait que Richard Ferrand déjà viré de son portefeuille ministériel devrait sans doute être également écarté du poste de président du groupe parlementaire d’en  marche pour que le groupe parlementaire macroniste retrouve un peu de crédibilité.

 

 

Négociation Brexit: on va commencer « demain » ou à la saint-glinglin

Négociation Brexit: on va commencer « demain » ou à la saint-glinglin

 


Un peu surréaliste cette situation d’après brexit.  La Grande-Bretagne refuse pour l’instant d’engager des négociations, elle ne prévoit de le faire qu’à partir de 2017. Or les négociations vont durer un minimum de deux ans, la Grande-Bretagne fera donc encore partie  de l’union européenne jusqu’en 2020 au moins. Merkel approuve cette lenteur car elle ne souhaite pas se séparer d’un allié qui milite pour un libre-échange sans beaucoup de régulation. Merkel redoute surtout de se retrouver en tête-à-tête avec Hollande représentant des pays du Sud, plus étatistes et très laxistes en matière de gestion financière. Elle attend aussi que Hollande soit viré en 2017.  Or Hollande souhaiterait mettre la Grande-Bretagne rapidement à la porte justement pour peser davantage vis-à-vis de l’Allemagne. Les 27 états membres de l’union européenne ont donc choisi la synthèse molle : l’union européenne est prête à négocier demain ». En clair on ne sait pas quand,  on laisse à la Grande-Bretagne le soin de décider du calendrier. Finalement ce pourrait être à la Saint Glinglin. Le temps passant il n’est pas exclu que finalement le brexit  soit jeté aux oubliettes. À Bratislava,  on a déclaré de manière très diplomatique que l’union européenne serait prête commencer « demain » les négociations sur le départ du Royaume-Uni, après le vote en faveur du Brexit, malgré la décision de Londres de repousser la procédure de divorce au début 2017, a déclaré aujourd’hui à Bratislava le président du Conseil européen Donald Tusk. « Nous sommes fin prêts », a assuré M. Tusk à l’issue d’un sommet à 27 sur l’avenir de l’UE post-Brexit, sans le Royaume-Uni, assurant que « nous pouvons même déclencher la procédure demain ». Dans une déclaration finale, publiée à l’issue de ce sommet informel, les dirigeants européens se sont également donné six mois pour élaborer « la vision d’une UE attrayante »,  « Nous nous sommes engagés à Bratislava à offrir à nos citoyens, dans les mois qui viennent, la vision d’une UE attrayante, dans laquelle ils puissent avoir confiance et qu’ils pourront soutenir », est-il écrit dans ce document, baptisé « déclaration de Bratislava », qui précède une feuille de route agréée par les 27 participants au sommet dans la capitale slovaque. Pas vraiment de quoi redonner le moral aux européens !




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol