Archive pour le Tag 'sacrée »'

« Union sacrée » sur le climat : Hulot amuse encore la galerie

« Union sacrée » sur le climat : Hulot amuse encore la galerie

 

 

Sans doute pour rappeler qu’il existe,  Nicolas Hulot lance un cri dont l’objectif serait de réaliser l’union sacrée en matière de lutte contre le changement climatique. Ce n’est pas le premier discours, ce n’est pas le dernier, la France s’est même spécialisée en production de discours sur le climat. Par contre, le gouvernement est moins performant concernant la pratique témoin le fait que la France utilise encore davantage de pesticides que précédemment alors qu’on avait prit l’engagement de réduire l’utilisation de 50 % en 2018 ou encore la mauvaise qualité de l’air à Paris ; une situation  condamnée par des autorités européennes. Ces grand discours  sur l’environnement vont se perdre dans les sables du désert médiatique car il ne s’accompagne d’aucune mesure réellement concrète. Un seul exemple la multiplication des bouteilles d’eau en plastique qui envahisse les magasins, les particuliers et les poubelles. Leur fabrication, leur transport et leur destruction constituent  un scandale écologique quand on sait quel’eau  du robinet est mille  fois moins chère et tout aussi bonne pour la santé. Faute de pouvoir agir, Hulot se recentre donc sur la production de discours. Autre exemple récent,  on ne l’a pas entendu lors de l’annonce de la fermeture de la seule usine française de production d’hydroliennes  énergiquement plus productives que les éoliennes et plus respectueuses de l’environnement. Hulot  appelle cependant les partis politiques à “faire la paix” sur la question de la lutte contre le changement climatique et plaide pour “une union sacrée” dans ce domaine, dans une interview accordée au Journal du Dimanche.

 

Macron et l’Eglise : « ne pas déraciner la part sacrée »

Macron et  l’Eglise : « ne pas déraciner la part sacrée »

Un discours pour rassurer et tenter aussi séduire après les différends concernant les réfugiés mais aussi la GPA et la PMA. Le chef de l’Etat, qui a rencontré depuis son arrivée au pouvoir il y a près d’un an les responsables des principaux cultes représentés en France, était l’invité de cette première rencontre de ce type organisée au collège des Bernardins à Paris par la CEDF. Cette dernière est sortie de sa réserve à plusieurs reprises ces derniers mois pour dénoncer la politique migratoire du gouvernement – jugée « inhumaine » par ses détracteurs – et mettre en garde contre toute nouvelle législation en matière de bioéthique, notamment sur les questions de la GPA et de la PMA. « Sur les migrants, on nous reproche de ne pas accueillir avec assez de générosité ni de douceur, de refouler les mineurs isolés, on nous accuse même de laisser prospérer des violences policières », a déclaré Emmanuel Macron devant quelque 400 invités. « Mais, à dire vrai (…), nous tentons dans l’urgence de mettre un terme à des situations héritées- je pense ici aux délais de traitement administratifs mais aussi aux conditions d’octroi des titres de réfugiés », a-t-il ajouté. « C’est la conciliation du droit et de l’humanité que nous tentons (…) C’est le cap de cet humanisme réaliste que j’ai fixé », a-t-il poursuivi, insistant sur l’importance de tenir ces principes « parfois contradictoires ». A un mois de la fin des Etats généraux de la bioéthique, le chef de l’Etat a également démenti « tout agenda caché » et réaffirmé ses positions – hostilité à la législation de la GPA qui pose selon lui « une question sur la dignité du corps de la femme » et un avis « insuffisant » du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) sur la PMA. Ecoutée, la « voix de l’Eglise ne peut être injonctive », a-t-il estimé. « Notre société aura à s’exprimer de manière pleine et entière. Nous ne sommes pas là face à un problème simple qui pourrait se trancher par une loi seule, mais face à des débats moraux, éthiques, profonds qui touchent au plus intime de chacun d’entre nous. » Le quinquennat de François Hollande avait été marqué sur le plan sociétal par l’adoption de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe – qui avait provoqué de nombreuses manifestations – et par l’adoption à l’unanimité d’une loi sur la fin de vie instaurant un droit à la « sédation profonde et continue ». « Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l’Eglise et l’Etat s’est abîmé, et qu’il nous importe à vous comme à moi de le réparer », a dit Emmanuel Macron, demandant aux Catholiques de ne pas se « sentir aux marches de la République, mais de retrouver le goût et le sel du rôle qu’[ils] y [ont] toujours joué ». « Dans ce moment de grande fragilité sociale, quand l’étoffe même de la nation risque de se déchirer, je considère de ma responsabilité de ne pas laisser s’éroder la confiance des catholiques à l’égard de la politique – et des politiques », a-t-il souligné. « La France a été fortifiée par l’engagement des catholiques, certains pourront considérer que de tels propos sont en infraction avec la laïcité (…) mais reconnaître les uns n’est pas diminuer les autres ». « Je considère que la laïcité n’a certainement pas pour fonction de nier le spirituel au nom du temporel, ni de déraciner de nos sociétés la part sacrée qui nourrit tant de nos concitoyens », a-t-il souligné.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol