Archive pour le Tag 'sa'

Macron : encore une intervention inutile avec sa lettre aux Français

Macron : encore une intervention inutile avec sa lettre aux Français

Toute l’opposition et la plupart des observateurs regrettent cette nouvelle intervention du président avec cette lettre aux Français qui ne fait que jeter de l’huile sur le feu. Notamment avec cette hypothèse de guerre civile qu’il évoque alors qu’il est personnellement responsable de la crise politique provoquée par la dissolution.

Le président a largement caricaturé les uns et les autres leur attribuant l’entière responsabilité de la crise politique qui se prépare notamment en cas d’absence de majorité absolue. D’une façon générale aussi bien dans l’opposition  que dans la majorité, on souhaiterait que le président se taise enfin et se mette en retrait. En effet ces interventions ne font qu’alimenter le climat de haine qu’il dénonce.

Le président n’a pas encore compris non seulement qu’il est rejeté par une énorme majorité en France mais qu’en plus il génère une vraie haine du fait même de sa posture jupitérienne et de sa condescendance vis-à-vis de tous y compris son entourage propre

Invité de France 5, en marge de son entretien accordé au Figaro , le premier ministre Gabriel Attal n’a pas repris à son compte les termes du président de la République concernant la perspective de guerre civile, tout en reprochant aux deux blocs d’avoir la «haine comme carburant» et de contribuer «à dresser les uns contre les autres» avec une «forme de confessionnalisation de la politique». «Probablement que la victoire des extrêmes, de l’extrême droite, libérerait» des «pulsions et pourrait conduire effectivement à des violences.»

Macron: « Qu’il ferme sa gueule »

Macron: « Qu’il ferme sa gueule »

Le propos est évidemment grossier, c’est celui pourtant d’un sympathisant de la majorité en direction de Gabriel Attal. Un propos qui finalement reflète assez bien le sentiment de nombre d’électeurs y compris du camp présidentiel. D’une manière générale, la dissolution précipitée reste largement incomprise un peu partout et beaucoup craignent le chaos si les urnes ne permettent pas de faire sortir une majorité claire et cohérente. Le risque évidemment c’est de conduire le pays vers une crise politique mais aussi économique,  financière voire vers le chaos.

 

Le Figaro raconte qu’en  déplacement lundi au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne) pour soutenir le député Renaissance sortant Mathieu Lefèvre, dans le cadre des élections législatives anticipées, Gabriel Attal a été vivement interpellé par un passant. Un symbole de la méfiance voire du rejet que suscite Emmanuel Macron dans une partie de la population. «Je vais vous serrer la main parce que vous, vous êtes bien. Mais faudra dire au président qu’il ferme sa gueule», l’alpague de manière très franche ce badaud. «Bon, bon…», essaye aussitôt de temporiser le chef du gouvernement, gêné par la situation. «C’est une élection législative : on vote pour le premier ministre», réplique Gabriel Attal, lui-même candidat dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine.

 

Si l’échange aurait pu s’arrêter là, ce citoyen remet une pièce dans la machine : «Comprenez-moi. Vous, vous êtes bien, vous étiez même très bien dans l’Éducation nationale. Pour l’instant, ça va bien. Mais alors le président, c’est lui qui nous fout dans la merde. Bon courage!»

Législatives–Mélenchon justifie sa purge

Législatives–Mélenchon justifie sa purge

Pas d’état d’âme du côté de Mélenchon qui justifie sa purge en éliminant des opposants y comprit les responsables historiques. Au nom du renouvellement ! Et pas d’appel possible  possible puisque statutairement Mélenchon décide seul du bouclage des investitures.

Le parti d’extrême-gauche n’a donc pas réinvesti cinq sortants dont Alexis Corbière, Raquel Garrido et Danielle Simonnet, des compagnons de route historique de Jean-Luc Mélenchon. Leur tort ? L’avoir critiqué en public. D’aucun, à l’instar de l’Insoumis François Ruffin ou l’écologiste Marine Tondelier, y ont vu une «purge».

Par contre, vis-à-vis de François Hollande au Nouveau Front populaire, et à sa candidature en Corrèze, Jean-Luc Mélenchon s’est montré satisfait. «Tout renfort est le bienvenu pour battre le Rassemblement national.

Son de cloche totalement différent pour le coordinateur du parti Manuel Bompard, qui a jugé sur BFMTV «incongrue et absolument incohérente» la candidature de François Hollande.

Législatives: l’Insoumis Adrien Quatennens retire sa candidature

Législatives: l’Insoumis Adrien Quatennens retire sa candidature

Le député sortant du Nord a finalement décidé ce dimanche de se retirer sa candidature. «Je n’entends pas plus longtemps que ma candidature soit utilisée contre la France insoumise et le Nouveau Front populaire pour leur nuire dans un moment où toute l’énergie doit être mobilisée pour battre l’extrême droite», a-t-il déclaré. 

Militante au sein du collectif féministe «Nous Toutes», Amy Bah avait annoncé samedi se présenter face à lui dans cette circonscription historiquement de gauche, au nom des «valeurs» du Nouveau Front populaire, mais sans investiture officielle.

LFI a annoncé dans un communiqué dimanche, «investir Aurélien Le Coq, co-animateur national des Jeunes insoumis, et Lahouaria Addouche, travailleuse sociale» au nom du Nouveau Front populaire et demander «le retrait de toute candidature dissidente».

Qu’a fait le Tchad de sa rente pétrolière

Qu’a fait le Tchad de sa rente pétrolière

Le 11 avril 2021, Idriss Déby Itno était réélu à la présidence de la République du Tchad. Quelques jours plus tard, il mourait au combat contre un groupe rebelle. Une transition militaire était alors mise en place pour permettre à son jeune fils Mahamat de lui succéder. C’était contraire à « l’ordre constitutionnel », mais la communauté internationale fut indulgente, et patiente puisqu’elle attendit le 6 mai 2024 pour assister et valider l’élection (controversée) de Mahamat Idriss Déby. Pour autant, les ambiguïtés géopolitiques qui caractérisaient le cas du Tchad demeuraient entières. Pour bien les comprendre, il faut revenir en arrière et interroger son histoire, ancienne et contemporaine. Une histoire marquée par le rôle très important d’une armée dont la puissance relative par rapport aux armées des pays voisins vient en partie de l’argent du pétrole.

 

par 

Chercheur au LAM (Sciences-Po Bordeaux), professeur émérite de géographie politique, Université Bordeaux Montaigne dans The Copnversation 

 

Une réflexion intéressante mais qui pourrait s’appliquer à bien d’autres pays notamment en Afrique NDLR
Les deux tiers septentrionaux du territoire du Tchad appartiennent au grand ensemble saharien que les colonisateurs français ont eu beaucoup de mal à conquérir, et qu’ils ne sont jamais vraiment parvenus à pacifier. Dans le Tibesti et l’Ennedi vivaient – et vivent encore – des « ethnies guerrières » tout aussi attachées à leur liberté que les Touaregs de l’ancien Soudan, comme les Toubou et les Zaghawa.

Grand connaisseur des nomades noirs du Sahara, Jean Chapelle avait fort bien noté lors de sa carrière de méhariste dans le nord du Tchad que, dans la société toubou, « chaque homme, pour tenir debout à la face des autres, doit avoir des ennemis, et il les trouve ». D’ailleurs, cette zone n’avait pas été davantage maîtrisée après l’indépendance (1960), et le colonel Chapelle lui-même était resté préfet de Faya-Largeau jusqu’en 1963.

Cette culture guerrière des populations du nord du Tchad ne s’est pas émoussée avec l’indépendance, au contraire. Les groupes nomades n’ont eu de cesse de combattre le pouvoir central, tenu par des « sudistes », jusqu’à le faire tomber militairement en 1979 lorsque les troupes de Goukouni Oueddei (originaires du Nord) sont entrées dans N’Djamena.

Par la suite, la magistrature suprême est restée entre les mains d’un chef de guerre originaire de l’une des ethnies du Nord : Hissène Habré, puis Idriss Déby (puis son fils), mais les armes ont continué à se faire entendre de manière presque permanente, soit pour repousser le voisin libyen lorsqu’il avait l’intention de conquérir la bande d’Aozou, soit lorsque des groupes armés dissidents tentaient de marcher sur la capitale. C’est-à-dire presque chaque année en saison sèche.

Le Tchad disposait donc d’une armée qui savait lutter, avec des combattants qui forçaient souvent l’admiration des militaires français pour ce qui pourrait être une forme de sens de l’honneur, ou plus simplement la compréhension du fait que, dans ce métier, la mort est dans le contrat. Chose qui n’est pas aussi facilement admise par les soldats des autres armées de la zone sahélienne.

Le rapport entre l’armée tchadienne et le pétrole s’est noué au début des années 1970 lorsque le leader libyen Mouammar Kadhafi décida d’annexer la bande d’Aozou, cette portion de territoire d’environ 100 000 kilomètres carrés qui se situe au nord du Tibesti (nord du Tchad, à la frontière libyenne). Le leader libyen se référait à un texte datant de 1919 qui accordait ce morceau de désert à l’Italie, dont la Libye devait récupérer les terres africaines après la décolonisation. Le traité n’avait jamais été ratifié ; la revendication libyenne était donc sans fondement, mais Kadhafi pensait qu’il y avait dans le sous-sol du manganèse et du pétrole, et cela justifiait son obstination.

Ses troupes envahirent donc la zone en 1973, puis la Libye l’annexa purement et simplement en 1976. Les cartes officielles de l’époque font état du nouveau tracé de la frontière. Pour autant, les autorités tchadiennes, parfois avec l’appui de l’armée française, ont multiplié les tentatives de reconquête, jusqu’à obtenir satisfaction en 1986. L’armée tchadienne pouvait donc se targuer, en plus d’avoir rétabli l’intégrité territoriale du pays, d’avoir repris au voisin libyen une importante source de richesse potentielle.
Depuis les prospections conduites par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) dans les années 1950, on avait de bonnes raisons de penser que le sous-sol tchadien recelait du pétrole, notamment dans le Sud, autour de Doba, mais aussi au Kanem (ouest) et dans le Tibesti. Il a néanmoins fallu attendre 1975 pour avoir confirmation que les réserves du site de Doba étaient rentables, et ce n’est qu’en 1988 que l’exploitation a démarré.

Il est vrai que les grands groupes pétroliers ont longtemps hésité à s’engager sur les gisements tchadiens. Ceux du Centre-Ouest et du Nord étaient situés dans des zones d’insécurité chronique, et si ceux du Sud étaient moins menacés, ils n’en demeuraient pas moins on-shore, c’est-à-dire enclavés dans le continent et à plus de 1000 kilomètres du premier port océanique.

C’est alors qu’un montage inédit a vu le jour : la Banque mondiale a accepté de financer – avec des crédits publics – l’oléoduc qui permettrait aux opérateurs privés Exxon, Chevron et Pétronas de transporter leur pétrole brut vers le port camerounais de Kribi, afin qu’il soit acheminé vers les raffineries européennes ou américaines et proposé sur le marché à des prix qui ne seraient pas grevés par le coût des infrastructures d’évacuation.

Une telle transaction supposait des contreparties sérieuses, sous peine de voir se dresser contre le projet toutes les organisations de la société civile qui voyaient d’un mauvais œil le « cadeau » de la Banque au secteur privé, pour un montant voisin de 500 millions de dollars.

En 1999, le président Idriss Déby a donc promulgué – sous la pression – une « loi de gestion des revenus pétroliers » visant à inscrire l’exploitation de l’or noir au Tchad dans un cercle vertueux. Les décrets d’application signés en 2003 et 2004 fixaient les règles de répartition comme suit : pendant les cinq premières années, 80 % des redevances et 85 % des dividendes seraient affectés aux dépenses des secteurs considérés comme prioritaires par la Stratégie nationale de Réduction de la Pauvreté (SNRP), c’est-à-dire l’éducation, la santé, le développement rural, les infrastructures, les ressources en eau et l’environnement. Était également créé un « fonds destiné aux générations futures ». Par ailleurs, 5 % des redevances seraient versées aux collectivités décentralisées, et 15 % iraient aux dépenses non prioritaires du secteur public.

Comme l’ont souligné les chercheurs Géraud Magrin et Geert van Vliet : « Pour la première fois, un projet d’exploitation pétrolière était mis au service des objectifs de renforcement des capacités de l’État et du développement durable ». La Banque mondiale avait également innové en indemnisant les occupants des terrains empruntés par l’oléoduc, notamment en versant 550 000 francs CFA (840 euros) par manguier arraché. Tout en posant la question de la propriété individuelle de la terre dans les régions concernées, ce principe de compensations allait faire jurisprudence sur le reste du continent. Les colonisateurs n’y avaient pas pensé lors des travaux de construction des chemins de fer…

Hélas, le président tchadien est rapidement revenu sur ses promesses : il fit adopter en décembre 2005 une loi rectificative faisant passer dans les secteurs prioritaires l’armée, la police, la justice et la gouvernance. Et la Banque mondiale prit acte de ce virage dans un rapport publié en 2009 soulignant que le projet initial n’avait atteint ses objectifs ni dans la réduction de la pauvreté ni dans l’amélioration de la gouvernance.

Faute de transparence dans l’utilisation des fonds, il n’a pas été possible de chiffrer la part de l’aide ainsi détournée des objectifs sociaux vers les forces armées, mais en 2010 l’ONG CCFD-Terre solidaire estimait que les dépenses militaires étaient passées de 53 millions d’euros en 2004 à 420 millions d’euros en 2010. La montée en puissance des moyens militaires tchadiens était d’ailleurs visible lors des opérations menées par Idriss Déby contre les rebelles qui attaquaient son régime dans les années qui ont suivi cette loi parjure.

En 2023, le budget de l’armée était encore très élevé (331 millions de dollars) car il faut aussi rémunérer les hauts gradés afin qu’ils restent fidèles. Selon certaines sources, on compterait au moins 600 généraux, pour la plupart d’ethnie zaghawa.

Autrement dit, « grâce » à l’argent du pétrole, le Tchad dispose désormais d’une armée qui n’a peut-être pas toujours eu le dernier mot contre ses ennemis de l’intérieur, mais qui a forcé l’admiration sur le théâtre des opérations sahéliennes anti-djihadistes. Il n’y a dans ce constat ni vertu ni morale, mais une évidence de realpolitik.

Pour autant, une part importante de corruption explique aussi la mauvaise utilisation de la rente pétrolière. En septembre 2020, un ex-ministre a été envoyé en prison pour des soupçons de détournement de fonds publics commis entre 2013 et 2016. Il est probable qu’il n’est que l’arbre qui cache la forêt.

Le rapport Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), publié en 2020, a pointé toutes les difficultés rencontrées par les enquêteurs pour se procurer auprès des autorités tchadiennes les données souhaitées. Au fil des pages, on apprend néanmoins que la production de pétrole en 2018 au Tchad n’a pas dépassé 127 000 barils par jour, alors que les simulations de 2003 partaient sur la base de 140 000 barils par jour. En 2023, elle était chiffrée à 92 000 barils/jour. Ce déficit a pu être compensé par des cours élevés, mais force est bien de constater qu’on ne trouve pas de trace évidente de ces revenus pétroliers dans le budget de l’État.

Alors, où est passée la rente pétrolière ? Probablement dans la poche de quelques dignitaires du régime, mais également dans l’équipement, la formation et les salaires d’une armée qui, depuis plusieurs années, a réussi à contenir l’avancée djihadiste au Sahel. On aurait sans doute préféré qu’elle soit équitablement redistribuée à la population tchadienne, ainsi qu’on avait pu le rêver lors de l’accord passé avec la Banque mondiale.

Le cercle n’étant pas vertueux, on risque de voir monter un mécontentement populaire qui fera le jeu des djihadistes sur un territoire qui semblait, jusqu’à présent, préservé de cette menace. La rente pétrolière risque alors de se retourner contre ceux à qui elle était destinée.

Décathlon rapatrie sa production…. au Maroc

Décathlon rapatrie sa production…. au Maroc

 

 

Pas vraiment une relocalisation mais un transfert d’une grande partie de la production assurée en Asie aujourd’hui déplacée non pas en France mais au Maroc.

On comprend évidemment les enjeux économiques notamment la question de compétitivité. Cependant la France ne saurait seulement être un pays de consommation dont une partie est permise par l’endettement du pays. La question de la compétitivité et du rapport au travail est également en cause.

L’enseigne française de sport et de loisirs a décidé de rapatrier dans le royaume chérifien une partie de sa production aujourd’hui localisée en Asie. Le groupe explique sa démarche par un engagement face au changement climatique mais aussi par un besoin de sécurisation de ses stocks après le Covid et face à des risques géopolitiques grandissants.

De retour en Afrique, la société met aujourd’hui en avant l’enjeu environnemental, bien que cela ne soit pas l’unique raison, comme l’explique Julien Beretti, le directeur général de la filiale production de Decathlon pour tout le Maroc. « Il s’agit également de maîtriser le risque mondial face à tous les enjeux géopolitiques actuels. Entre le blocage du canal de Suez, les tensions avec la

Comptes publics : La France sauve sa note…. mais pas son déficit et sa dette

Comptes publics : La France sauve sa note…. mais pas son déficit
C’est une sorte de victoire à la Pyrrhus pour la France qui réussit à conserver sa note relative à l’état des comptes publics. Cependant les commentaires de ces agences de notation sont très sévères et soulignent la récente dégradation. Le déficit et la dette atteignent en effet des records. La charge de la dette pour les seuls intérêts représentera bientôt autour de 70 milliards soit presque le premier poste du budget. De toute manière, cette note n’aurait pas changé grand-chose dans la mesure où la France pourra toujours rembourser les intérêts mais pas le capital. Une sorte d’assurance pour les prêteurs notamment étrangers nombreux  mais une hypothèque sur les capacités financières du pays

 

Ces sujets techniques dominent dans un environnement où les investisseurs anticipent des baisses de taux. « La dégradation, évidemment que ce ne serait pas une bonne nouvelle. Mais le plus important, c’est que cela ne devrait pas avoir de conséquence sur les taux auxquels nous nous finançons, dans la mesure où les marchés ont déjà intégré la situation de nos finances publiques », se rassurait-on, ces derniers jours, à Matignon. Sans tension supplémentaire sur les marchés le gouvernement anticipe déjà une explosion de la charge de la dette, qui dépasserait les 70 milliards en 2027.

 

Mépris politique : l’ambassadeur russe en Pologne ignore sa convocation

Mépris politique : l’ambassadeur russe en Pologne  ignore sa convocation 

Après la violation du territoire par un missile russe, Moscou a à nouveau montré son mépris vis-à-vis de la Pologne car l’ambassadeur russe en Pologne a ignoré sa convocation officielle par le gouvernement polonais.
«Sergueï Andreïev ne s’est pas présenté aujourd’hui au siège du ministère des Affaires étrangères pour s’expliquer sur l’incident du missile de croisière russe qui a violé l’espace aérien polonais le 24 mars», a annoncé lundi à la presse Pawel Wronski, le porte-parole du ministère. «Nous nous demandons si l’ambassadeur suit (ainsi) les instructions du ministère des Affaires étrangères à Moscou et s’il est en mesure de représenter correctement les intérêts de la Fédération de Russie à Varsovie», a déclaré Wronski. Et d’assurer que la note diplomatique exigeant ces explications «sera transmise au ministère russe des Affaires étrangères par une autre voie».

Elon Musk , Le milliardaire fou, justifie sa consommation de drogue

Elon Musk , Le milliardaire fou, justifie sa consommation de drogue

Elon est ce milliardaire fou qui veut notamment déplacer la population de la terre vers Mars, qui soutient Trump et veut détruire le pouvoir des Etats; il a avoué qu’il prenait de la drogue et le justifie considérant que c’est utile pour les investisseurs de son groupe. Le milliardaire a reconnu sa  consommation de kétamine, déclarant en prendre «une petite dose une fois toutes les deux semaines à peu près», ajoutant qu’elle lui était prescrite pour «sortir d’un état d’esprit négatif».

La kétamine est un psychotrope utilisé comme produit anesthésique injectable. Elle est aussi employée comme analgésique, sédatif, et en médecine vétérinaire. Aux États-Unis, elle est commercialisée depuis mars 2019 comme antidépresseur sous le nom de « Spravato », en spray nasal.

La kétamine accroît la fréquence cardiaque et la tension artérielle, ce qui se traduit par un risque accru d’AVC ou de crise cardiaque. Un usage fréquent de cette drogue peut avoir des répercussions sur la vessie, se manifestant par une fréquente envie d’uriner et la présence de sang dans les urines.

La kétamine est une drogue caractérisée par la dissociation. Cela signifie qu’elle produit un sentiment de détachement (ou de dissociation) de l’esprit et du corps. Son fonctionnement consiste à faire en sorte que le cerveau ne reçoit plus les messages nerveux de douleur.

Vendredi, Elon Musk avait écrit sur X que les Américains doivent voter pour les républicains en novembre, sans quoi «l’Amérique est condamnée»«Imaginez que la situation empire encore pendant quatre ans», a-t-il lancé en faisant référence à l’immigration illégale, l’un des thèmes de campagne lancinants du tribun républicain.

Chine: Xi Jinping accentue sa dictature

 Chine: Xi Jinping accentue sa dictature

 Xi Jinping, dont le mandat n’est même plus limité dans le temps accentue sa dictature. Cela bien sûr au nom du parti communiste. Un parti communiste qui par ailleurs met de plus en plus en tutelle l’économie ; ce qui explique largement la dégradation économique et financière du pays. En effet les investisseurs et les grands dirigeants fuient le pays pour s’installer dans les pays asiatiques voisins.

Comme nombre de dictateurs à moitiés fous actuellement dans le monde, XI Jinping ne connaît rien à l’économie et du coup ce sont les Chinois qui payent l’addition avec un endettement catastrophique, une baisse de la croissance et des exportations. Pour parler clair le dictateur chinois redonne vie à la philosophie de Mao.

Même le premier ministre est prié de se taire. Li Qiang a été privé de conférence de presse, lundi 11 mars, à la clôture de l’Assemblée nationale populaire (ANP), la grand-messe annuelle du régime communiste, à Pékin. Pour la première fois depuis plus de trois décennies, le premier ministre ne s’est pas plié à ce rituel très chorégraphié, qui lui offrait une rare opportunité de dévoiler la stratégie gouvernementale pour l’année à venir, et de s’affirmer politiquement.

Le renforcement des postures de dictateurs dans le monde constituent un véritable danger car en général pour masquer les échecs économiques et sociaux internes, on n’en rend responsable les autres pays et on s’appuie sur le nationalisme pour nourrir les hostilités. Ce que fait évidemment Poutine mais aussi les dictateurs d’Iran ou encore de Corée du Nord ou d’Afrique.

 

Cet article est réservé au

Manouchian au panthéon : sa magnifique dernière lettre

Sa célèbre et vibrante lettre à Mélinée juste avant de mourir lue par Patrick Bruel.

«Bonheur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la liberté et de la paix de demain [...] Au moment de mourir, je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple allemand et contre qui que ce soit, chacun aura ce qu’il méritera comme châtiment et comme récompense.» 

Et l’hommage émouvant du président de la république:

 «La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France. Dans l’esprit des jeunes Français venus ici pour songer à cette autre jeunesse passée avant elle, étrangère, juive, communiste, résistante, jeunesse de France, gardienne d’une part de la noblesse du monde.»

«Cette odyssée, celle de Manouchian et de tous ses compagnons d’armes, est aussi la nôtre. Odyssée de liberté et de sa part ineffaçable dans le cœur de notre nation, évoque Emmanuel Macron. Un résistant décide de mourir pour notre nation qui, pourtant, avait refusé de l’adopter pleinement.»

L’Europe doit assurer sa défense

L’Europe doit assurer sa défense

Indépendamment de sa manière très particulière de s’exprimer, Donald Trump pose la question de la loyauté de chaque pays à l’alliance, avec l’idée électorale que les Américains seraient constamment plumés par leurs alliés européens déloyaux au niveau militaire comme au niveau commercial. Son refus de serrer la main de Angela Merkel en 2017, vu les fortes réticences de la chancelière allemande à augmenter les dépenses militaires (à 1,23% du PIB en 2017), et ceci malgré les engagements pris en 2014, est encore dans les mémoires.

dans la Tribune extrait par Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, Professeurs à l’ESSEC.

Ces excès mis à part, il y aurait du bon sens à ce que l’Union européenne devienne une puissance autonome à même de dissuader toute attaque contre son territoire avec ses propres forces de défense sans l’aide américaine (ou alors avec une aide prédéterminée en termes de communications ou surveillance satellite).

Depuis 2014 et l’annexion de la Crimée, la principale menace pour l’Europe est la Russie de Vladimir Poutine et cette menace s’est largement aggravée depuis 2022. Vladimir Poutine a reconfiguré l’économie russe dans la structure d’une économie de guerre fonctionnelle. Les dépenses militaires ont dépassé leurs niveaux historiques et continuent leur progression. La production nationale donne la priorité à la production d’armes, soutenue par un fort investissement en R&D. Des alliances avec la Corée du Nord et l’Iran augmentent le potentiel de développement de nouvelles armes (drones, missiles, systèmes électroniques) et permettent de contourner ou d’échapper à l’embargo sur les composants critiques. Les succès sur le front ukrainien en lutte électronique attestent de la capacité de la Russie à mener une guerre dans la durée.

Face à la menace russe, les gouvernements européens ont augmenté la production de réunions, de promesses et autres « livres blancs » à défaut de réussir à augmenter les dépenses militaires, les programmes d’armement communs et les contrats de long terme. A la lumière des dernières évolutions, un seuil à 3% pour les pays d’Europe, semble bien plus sensé, à l’image de ce que fait la Pologne, pour rattraper les décennies de sous-investissement. L’étape suivante serait de corriger la fragmentation structurelle de la base industrielle de défense européenne afin d’en augmenter l’efficacité. Cette restructuration éviterait que les budgets européens soient consacrés à l’acquisition d’armes non-européennes plus compétitives comme les équipements sud-coréens et américains. En dépit des promesses du chancelier allemand Olaf Scholz les commandes augmentent trop lentement en Allemagne. Atteindre les 2% de dépenses serait un pas en avant considérable et indispensable.

Submergés par les problèmes du quotidien – conflits avec les agriculteurs, lutte contre l’inflation, menace de récession, échéances électorales multiples -, la guerre en Ukraine a progressivement quitté la scène médiatique, et les dirigeants européens semblent avoir oublié l’urgence d’une reconstitution rapide du secteur industriel de la défense et des forces armées. La sortie de Trump a eu le mérite de les réveiller, espérons que ce n’était pas que pour un bref moment.

Mort d’une agricultrice et de sa fille : les trois occupants de la voiture étaient sous OQTF

Mort d’une agricultrice et de sa fille : les trois occupants de la voiture étaient sous OQTF

Une terrible nouvelle que le décès de cette agricultrice qui participait au mouvement de protestation des agriculteurs d’autant que sa fille est aussi décédée. Bien sûr c’est une conséquence indirecte de la grave crise qui secoue l’agriculture et on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi les trois passagers présents dans la voiture responsable étaient encore en France alors qu’ils étaient sous l’obligation   de quitter le territoire.

 

Les trois suspects interpellés après la collision qui a coûté la vie à une agricultrice et à sa fille ce mardi matin étaient sous le coup d’une obligation de quitter le territoire (OQTF), a appris Le Figaro d’une source proche de l’enquête confirmant une information du Parisien . Tous de nationalité arménienne, ils avaient déposé une demande d’asile en France qui leur avait été refusée en 2022. Ils avaient engagé des recours contre cette décision mais avaient à nouveau été déboutés de leur demande en 2023, et une OQTF avait été prise à leur encontre. «Ils n’étaient toutefois pas connus pour des troubles à l’ordre public», précise notre source proche de l’enquête.

Le monde malade de sa division

Le monde malade de sa division

Autrefois envisagée comme un remède aux troubles géopolitiques, l’idée d’un monde dans lequel le pouvoir et l’influence sont répartis entre un certain nombre de puissances contribue aujourd’hui à la remise en cause du droit international, estime l’universitaire Jean-Yves Heurtebise dans une tribune au « Monde ».

On l’ignore peut-être, parce que tous n’en meurent pas encore, mais le monde est frappé d’une nouvelle maladie humorale : le trouble multipolaire. En 1980, par l’entremise de l’Association américaine de psychanalyse, le « trouble bipolaire » faisait son apparition. Caractérisé par une alternance d’épisodes maniaques et dépressifs, ce « trouble de l’humeur » était diagnostiqué au niveau individuel au moment même où, au niveau collectif, la bipolarité du monde semblait à son apogée avec l’invasion soviétique de l’Afghanistan.

Alors que « bipolaire » était signe de maladie, « multipolaire » en vint à être vu comme symbole de remède. Les organisations internationales n’ont eu de cesse, depuis plus de vingt ans, de promouvoir la « multipolarité » comme solution à tous nos troubles « hégémoniques » ou « bipolaires ». Ainsi, en septembre 2020, 111 chefs d’Etat se prononcèrent à l’ONU en faveur du multilatéralisme, reconnu comme « une nécessité pour un monde plus égalitaire, plus résilient et plus durable ».

Trois ans plus tard, le lancement du troisième forum La Ceinture et la Route pour la coopération internationale a lieu le 17 octobre à Pékin. Des portes dorées s’ouvrent et, au premier plan, s’avançant, sûr de lui, paraît un dirigeant contre lequel la Cour pénale internationale (CPI) a émis un mandat d’arrêt le 17 mars pour crimes de guerre : Vladimir Poutine, aux côtés du président chinois, Xi Jinping, auquel les dirigeants de vingt-deux autres pays emboîtent le pas.

Il y avait eu un précédent : Xi Jinping avait déjà fait au criminel de guerre Bachar Al-Assad l’honneur de le recevoir pour une visite d’Etat quelques semaines auparavant, mettant ainsi fin (victoire multipolaire !) à l’isolement diplomatique de Damas – les milliers de Palestiniens tués en Syrie ne semblant pas avoir, pour Pékin, la même valeur que ceux tués à Gaza.

Mais avec la mise en avant de Vladimir Poutine, l’insulte faite à une institution symbole de l’avancée des droits humains dans la sphère géopolitique, à savoir la CPI, est cette fois-ci avalisée par les puissances présentes, faire-valoir du mépris mis en scène par la Chine à l’égard du droit international.

Taxe carbone : le Canada revient sur sa décision

Taxe carbone : le Canada revient sur sa décision

Le gouvernement Trudeau contrairement à ses engagements revient sur sa décision de mettre en place la taxe carbone sur le fioul domestique et la suspend pendant au moins trois ans.

Carbone ou pas il s’agit d’une nouvelle fiscalité qui vient amputer le pouvoir d’achat de ceux qui sont condamnés à utiliser le mazout pour le chauffage. Par contre, la taxe pourrait être maintenu pour ceux qui utilisent du gaz naturel mais pour combien de temps ? Justin Trudeau a annoncé la suspension de la taxe carbone sur le mazout de chauffage pour trois ans, un premier pas vers l’enterrement de celle-ci, selon les observateurs. La décision du chef du gouvernement libéral a provoqué la colère de plusieurs ministres provinciaux, dont les habitants se chauffent au gaz naturel et non au mazout et qui, eux, ne seront pas exemptés d’une taxe calibrée à 65 dollars par tonne d’émissions.

«Le gouvernement fédéral a créé deux classes de contribuables en offrant une suspension pour le chauffage au mazout. Une telle exemption ne bénéficie réellement qu’à une seule partie du pays et exclut la Saskatchewan», a ainsi déclaré le premier ministre de cette province de l’Ouest, Scott Moe.

12345...11



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol