Archive pour le Tag 'Russie'

Page 5 sur 29

Un moldave proche de la Russie commanditaire présumé des étoiles de David à Paris

Un moldave proche de la Russie commanditaire présumé des étoiles de David à Paris


Le 27 octobre, un couple composé d’un homme et d’une femme moldaves en situation irrégulière avait été interpellé, en flagrant délit, dans le 10e arrondissement de Paris. En garde à vue, ils ont expliqué avoir été rémunéré et avoir agi à la demande d’un tiers. Le commanditaire présumé des étoiles de David bleues taguées à Paris et en région parisienne fin octobre a été identifié par les enquêteurs. Il s’agi est un homme d’affaires moldave du nom d’Anatoli Prizenko, qui avait pour seul but d’inspirer et de « soutenir » les juifs d’Europe, selon les justifications qu’il a avancées à BFMTV.

Mais L’enquête a été confiée à un juge d’instruction. « Il y a beaucoup d’éléments troublants dans ce dossier qui ramènent vers la piste d’un tiers extérieur, en lien avec des intérêts russes »

Selon Anatoli Prizenko, il n’y avait « que deux » taggueurs, payés. « La somme n’était pas très élevée, a-t-il ajouté. Toutes les informations du financement vont être données pendant notre conférence de presse. Il n’y a aucun secret, ce n’est vraiment pas une très grosse somme. »

D’autres auteurs sont encore recherchés, puisqu’une soixantaine d’étoiles ont été découvertes le 31 octobre dans le 14e arrondissement de Paris, ainsi que d’autres en Île-de-France, à Saint-Denis et Saint-Ouen notamment, sur des murs de lieux de vie ou de bâtiments professionnels de la communauté juive, mais aussi sur d’autres bâtiments n’ayant aucun lien avec la religion.

Toutes ces étoiles ont été faites dans la nuit du 30 au 31 octobre, et il apparaît « qu’une même équipe a pu faire ces différents marquages au cours d’un seul périple », a indiqué le parquet de Paris à BFMTV. Un deuxième couple ayant opéré cette nuit-là en Seine-Saint-Denis et dans les Hauts-de-Seine a été identifié, et ce en présence d’une troisième personne qui a photographié ces dégradations. Ce deuxième couple a quitté le territoire français.

Intoxications grossières de la Russie: L’Ukraine responsable des troubles au Daghestan

Intoxications grossières de la Russie: L’Ukraine responsable des troubles au Daghestan


Comme d’habitude pour Poutine plus c’est gros et plus ça passe. Alors que vraisemblablement la Russie est forcément impliquée dans les troubles visant des israéliens sur un aéroport de la capitale de la république russe à majorité musulmane au Daghestan, Poutine accuse l’Ukraine qui n’a rien à voir dans cette affaire d’être les initiateurs de cet incident.

Toujours la stratégie de l’intoxication de Poutine qui marche peut-être dans les frontières intérieures de la Russie mais sûrement pas au niveau international. C’est maintenant devenu un rituel en même temps qu’une grille de lecture : tout ce que dit Poutine correspond à peu près au contraire de la vérité.
.

Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, ces heurts résultent d’une «provocation planifiée et conduite de l’extérieur» dans laquelle Kiev a joué un rôle «clé et direct». Signe de l’importance de ces événements, Vladimir Poutine a convoqué lundi une réunion en vue de «discuter des tentatives occidentales d’utiliser les événements au Moyen-Orient pour diviser la société russe», selon les mots du porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov.

Le président russe a même accusé des «agents des services spéciaux occidentaux» d’être à l’origine des événements. «Absurde», a balayé Washington. À Kiev, le porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Oleg Nikolenko, a dénoncé une «tentative de rejeter la responsabilité» sur son pays.

Suggérer à Poutine d’accuser le pape d’être à l’origine de l’incident ou pourquoi pas la principauté de Monaco ! L’intoxication est tellement grossière qu’elle en devient ridicule.

Tout a commencé devant l’aéroport, lorsque des hommes se sont rassemblés pour vérifier les passeports des personnes qui en sortaient, et contrôler les voitures à la recherche de citoyens israéliens. Puis, bousculant les barrières de sécurité dans l’aéroport, cette troupe s’est ruée sur le tarmac, pour entourer un avion de la compagnie russe Red Wings, qui venait d’atterrir venant de Tel-Aviv. Une foule agressive, brandissant des drapeaux palestiniens et criant «Allah Akbar», avec l’intention de s’en prendre aux passagers d’origine juive.

Ukraine: Ukraine : Des crimes au quotidien de Poutine et des enfants enlevés

Ukraine: Ukraine : Des crimes au quotidien de Poutine et des enfants enlevés

Été accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Ukraine notamment l’enlèvement de 16 000 enfants arrachés à leurs familles et à leur pays et qui sont en cours d’être russifiés pour combler le vide démographique russe.

L’hebdomadaire britannique rappelle que le pays a perdu, en trois ans, deux millions de personnes de plus que ne le prévoyaient les démographes, à cause de la pandémie de coronavirus, de la guerre en Ukraine et de l’exode d’une partie de la population.

« L’espérance de vie des Russes âgés de 15 ans a diminué de cinq ans et atteint désormais le même niveau qu’en Haïti. Le nombre de Russes nés en avril 2022 ne dépassait pas celui de ceux nés lors de l’occupation nazie. En outre, alors que de nombreux hommes en âge de combattre sont morts ou exilés, les femmes sont dix millions de plus que les hommes », énumérait The Economist.

Entre 1994 et 2021, la population russe est passée de 149 millions à 143 millions d’habitants. De 2020 à 2023, entre 1,2 et 1,6 million de Russes sont décédés des suites de la pandémie de Covid-19.

Selon les Nations unies, si la Russie poursuit cette tendance démographique, sa population tombera à 120 millions de personnes d’ici à 2050. D’après les prévisions les plus pessimistes de l’ONU, il pourrait ne rester que 83,7 millions d’habitants à la fin du siècle.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a accusé mercredi la Russie de commettre des «crimes contre l’humanité au quotidien» dans sa guerre en Ukraine. «La Russie commet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité en Ukraine presque au quotidien», a-t-il affirmé devant le Conseil de sécurité de l’ONU, peu après l’intervention du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky présent à l’ONU a dénoncé «l’agression criminelle» de la Russie en Ukraine, et fustigé son droit de veto en s’adressant pour la première fois en personne mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU.

Parmi les crimes reprocher à Poutine il y a notamment ces odieux enlèvements concernant environ 16 000 enfants littéralement arrachés à leur pays et à leurs familles et qui sont en cours de « russification » à la mode Poutine.

Un véritable scandale humanitaire trop peu abordé dans le cadre du conflit avec l’Ukraine.

Dictature Russie : surtout les valeurs du fric et de la mafia

Dictature Russie : surtout les valeurs du fric et du crime

Dans un film , Paul Moreira explique comment l’actuel maître du Kremlin a brisé les velléités politiques et économiques des milliardaires qui avaient fait fortune sous la présidence de Boris Eltsine. Le journaliste a accepté de revenir sur son travail pour franceinfo.

Comment résumeriez-vous votre documentaire ?

Paul Moreira : Pour résumer en une phrase, le film raconte comment un garde du corps est devenu un parrain. On l’a oublié, mais en 1995, la Russie était au bord de l’insurrection. Les ouvriers étaient excédés, car ils n’étaient pas payés. Les oligarques jouaient en bourse avec l’argent qui aurait dû revenir aux travailleurs. C’était une situation qui aurait dû déclencher une révolution.

C’est dans ce contexte, où le Parti communiste menaçait de revenir au pouvoir, que les oligarques décident de porter Poutine au pouvoir. Ils se disent : « On va empêcher les communistes de revenir en choisissant un dur. Vladimir Poutine va mater la révolte, il vient du KGB, a pété la gueule des Tchétchènes, et quand il parle à la télé, les gens ont peur. »

Au tout début, Poutine joue le jeu du type obéissant. Puis tout bascule lors d’une scène que décrit l’ancien oligarque Sergueï Pougatchev dans le documentaire : alors que des rumeurs selon lesquelles il souhaiterait nationaliser plusieurs entreprises privées effrayaient les milliardaires, Vladimir Poutine organise une réunion avec les oligarques dans la datcha [maison de campagne] de Staline, où il met en place une mise en scène très intimidante.

« C’est du Poutine tout craché : il repère les points faibles des gens et manipule leur peur. »

On a pu le constater plus récemment, lorsqu’il a fait rentrer un chien lors d’un rendez-vous avec Angela Merkel, alors qu’il sait qu’elle en a une véritable phobie. C’est sa manière passive-agressive de prendre le pouvoir.

Le barbecue organisé chez Staline, c’était la même chose. Il envoyait un message subliminal que les oligarques ont bien compris : « Attention, en Russie, celui qui est à la tête de l’Etat incarne le pouvoir, ce ne sont pas vous, les milliardaires. »

Au début de son mandat, il était tout de même impressionné face à ces hommes puissants…

Il était évidemment intimidé par ces types qui étaient richissimes, mais il les a très vite testés. A la base, Poutine est un petit officier du KGB. Il n’est pas comme les autres hiérarques, des apparatchiks qui montent dans l’appareil et accèdent au pouvoir après des années d’intrigues. Lui a été choisi pour sa brutalité et sa capacité à faire peur. Le problème, c’est qu’il va faire peur aux oligarques et va réussir à les soumettre en à peine un an.

Avez-vous eu des difficultés particulières lors de la réalisation de ce documentaire ?

La difficulté première résidait dans le choix que nous avons fait de ne pas aller en Russie. D’une part, parce que là-bas, il aurait été compliqué de rencontrer quelqu’un qui puisse nous parler librement. D’autre part, nous ne voulions pas mettre en danger de potentielles sources sur place, étant donné niveau de témoignages que nous souhaitions recueillir.

« Nous voulions des témoins de l’intérieur, capables de raconter des scènes. Des protagonistes qui avaient été en première ligne dans un certain nombre d’événements. »

Il nous a donc fallu aller tout autour de la Russie. Nous avons tourné en Géorgie, en Allemagne, en Autriche, en Pologne, à Londres et puis en France.

L’autre problème concernait les archives. Il nous fallait des images et des images originales. Cela a été très compliqué, car les télévisions russes étaient fermées, et n’avaient de toute façon plus l’autorisation de commercer avec nous. Mais même si elles avaient obtenu l’autorisation de nous vendre des images, nous aurions dû les payer en roubles, car le système Swift n’est plus possible avec la Russie à cause des sanctions internationales. On a dû inventer des méthodes afin d’avoir accès à des archives vraiment originales et qui font, je crois, la saveur et la force du film.

Comment avez-vous réussi à faire témoigner l’ancien oligarque Sergueï Pougatchev ?

Sergueï Pougatchev dit vivre sous la menace permanente de Vladimir Poutine. Nous voulions le rencontrer chez lui. Cela a été un peu long à négocier, car il vit bunkérisé, entouré de bergers allemands et avec d’énormes dispositifs de sécurité.

Nous sommes restés cinq heures ensemble et il m’a finalement confié des choses intéressantes. Ce qui m’intéressait chez Sergueï Pougatchev, c’était ses souvenirs, pas ses prises de positions contre le régime.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué en pénétrant dans cet univers ?

Je connaissais l’importance des oligarques, mais l’un des grands mystères était pour moi l’origine de leur fortune. D’où provenait le premier dollar ?

Lors de notre enquête, j’ai par exemple découvert comment Mikhaïl Khodorkovski [ancienne première fortune de Russie, qui vit désormais en exil à Londres] avait mis la main sur ce que j’appelle la fortune des soviets. A l’époque, les salaires des travailleurs étaient payés en liquide, mais il existait une monnaie virtuelle, appelée non-cash, qui servait aux échanges entre les entreprises. C’était, d’une certaine manière, de l’argent communiste : on ne pouvait rien acheter avec, on ne pouvait pas s’enrichir, ni faire du profit. Mikhaïl Khodorkovski a réussi à convaincre le président de l’époque, Mikhaïl Gorbatchev, de transformer ce non-argent en vrai argent, et a ouvert une banque. L’ingéniosité de ces hommes, qui étaient des mathématiciens très malins, a pour moi été une véritable découverte.

Lorsque Vladimir Poutine arrive au pouvoir, l’argent des oligarques est déjà utilisé comme une arme d’influence sur la scène internationale. Il sert comme aide matérielle apportée aux partis d’extrême droite européens. Ce dark cash [argent sombre] est au centre du pouvoir de Poutine. Et cette opacité a parfaitement profité du système des paradis fiscaux. On peut d’ailleurs estimer que le véritable drapeau des oligarques russe est celui des Iles vierges britanniques : c’est celui qu’arborent leurs yachts.


L’Europe a-t-elle profité de l’argent de ces oligarques ?

Bien sûr. Les Russes ont ouvert les portes de manière spectaculaire à d’anciens dirigeants européens, comme l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, Nicolas Sarkozy, et des tas d’autres.

Le Royaume-Uni a par ailleurs servi de coffre-fort aux avoirs des oligarques. Depuis la guerre en Ukraine, les Anglais sanctionnent les milliardaires russes, mais ceux-ci ont longtemps eu droit au tapis rouge dans le pays. Ceux qui faisaient affaire avec ces financiers accueillaient leur argent à bras ouvert. Certains allaient jusqu’à surnommer « Londongrad » la ville de Londres.

Dans le film, nous diffusons une séquence stupéfiante dans laquelle des agents immobiliers disent à des oligarques : « On n’a pas besoin de savoir d’où vient votre argent. » Cela aurait pu être le titre du documentaire : les milliardaires russes se sont servi des paradis fiscaux qu’offrait le capitalisme occidental et cela continue encore aujourd’hui, malgré les sanctions. C’est notamment le cas à Chypre, par exemple. Il ne faut pas oublier cette réalité, et c’est ce que j’ai voulu souligner dans le film.

Comment expliquer les morts suspectes de nombre d’oligarques ?

Pour l’instant, nous n’avons pas vraiment de réponse à cette question. [L'ancien oligarque] Sergueï Pougatchev estime qu’il s’agit de « nettoyage d’archives », d’intimidation envers ceux qui seraient tentés de parler ou de collaborer avec les autorités occidentales.

Bien sûr, il s’agit de la version de Pougatchev, qui a, par le passé, participé au système. Cela vaut ce que cela vaut, car il n’y a pas de preuves, mais c’est tout de même un homme qui était à l’intérieur de la machine. Il estime que ces oligarques savaient beaucoup de choses et que le régime russe ne veut pas prendre de risques.

Pourquoi avoir pris le parti de raconter le parcours de Vladimir Poutine sous l’angle des oligarques ?

En effectuant ce travail, j’ai véritablement eu l’impression d’aller derrière le rideau, en coulisses. Nous sommes en plein milieu de la guerre, et tout le monde cherche des clefs idéologiques pour comprendre le régime de Poutine.

A mon sens, il faut plutôt se mettre sur la piste de l’argent. Lorsque l’on expose les flux financiers, on révèle la vraie nature d’un régime beaucoup plus efficacement qu’en essayant de disséquer l’idéologie ou les discours politiques. C’est l’argent qui vous dit la vérité des choses. Là, nous sommes dans la réalité du poutinisme, qui est une fusion entre l’ultra-libéralisme économique, un autoritarisme politique, et une certaine forme de banditisme.

Russie : Pour Kiev, les sanctions sont insuffisantes

Russie : Pour Kiev, les sanctions sont insuffisantes

Kiev condamne l’attitude relativement attentiste vis-à-vis des sanctions juridiques qu’elle réclame contre Poutine mais surtout vis-à-vis des actifs russes dans les pays occidentaux qui sont encore bien loin d’être gelés.

Kiev réclame un tribunal spécial pour juger Poutine et souhaite que les actifs russes actuellement dans les pays développés puissent servir à la reconstruction du pays.

Ces reproches tombent dans un contexte où le président ukrainien Volodymyr Zelensky fustige également les lenteurs dans la livraison d’armement, notamment lourd, à savoir des avions de chasse et des missiles longue portée que Kiev ne cesse de réclamer. « Si nous ne sommes pas dans le ciel et que la Russie y est, elle nous arrête depuis le ciel », a déclaré Volodymyr Zelensky, lors de cette même conférence annuelle Yalta European Strategy (YES) à Kiev.

Russie : Le bourreau confirme la mort de Prigojine

Russie : Le bourreau confirme la mort de Prigojine

Comble d’hypocrisie le Kremlin confirme la liquidation de Prigogine mais s’interroge encore pour ces pour savoir s’il s’agit éventuellement d’un accident. Bref le bourreau transformé en enquêteur.

Cet assassinat par Poutine ne renforce pas réellement le pouvoir du dictateur. Il révèle en effet la grande nervosité d’un chef de l’État qui a du mal à maîtriser les différents courants qui traversent le Kremlin.
Cette fragilité pourrait se traduire dans les mois à venir par une épidémie de règlement de comptes dont la Russie a l’habitude.

La Russie a confirmé dimanche, « à l’issue d’expertises génétiques », la mort du patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine. Le jet privé transportant Prigojine et sa garde rapprochée s’était écrasé mercredi en fin d’après-midi dans la région de Tver, au nord-ouest de Moscou, faisant dix morts.

Les Occidentaux ont clairement attribuer la responsabilité de ce crime chef de l’Etat russe. mais Kremlin a démenti avoir ordonné d’assassiner Evguéni Prigojine, qualifiant de « spéculations » ces insinuations. Le plus proche allié de Moscou, le président du Bélarus Alexandre Loukachenko, a soutenu le Kremlin en affirmant « ne pas pouvoir imaginer » le président russe donnant l’ordre d’assassiner le patron de Wagner. Evoquant l’enquête, Vladimir Poutine a promis qu’elle serait menée « dans son intégralité » et qu’elle aboutirait à une conclusion connue évidemment d’avance,. comme le résultat des élections

Malgré la disparition de son chef, Wagner reste actif en Afrique mais son avenir est désormais en suspens. Un accusé d’exactions, d’exécutions extrajudiciaires et de tortures.

La Russie victime de ses erreurs

La Russie victime de ses erreurs

La trajectoire du chef du groupe paramilitaire russe, déclaré mort après le crash de son avion, dévoile les failles d’un régime qui, bien qu’intéressé par sa propre survie, est souvent à l’origine des calamités qu’il affronte, analyse le spécialiste de la pensée stratégique russe Dimitri Minic, dans une tribune au « Monde ».

Durant les deux mois qui ont séparé son coup de force avorté, en juin, de sa mort dans un crash d’avion, le 23 août, Evgueni Prigojine a semblé profiter d’une inhabituelle mansuétude de la part de Vladimir Poutine. Il était probablement tentant et rassurant pour le Kremlin de voir le phénomène Prigojine comme une anomalie, dont l’élimination physique brutale et démonstrative servirait simplement de réparation pour la « trahison » commise et d’exemple pour l’avenir. Pourtant, le parcours de M. Prigojine est le produit d’au moins quatre tendances systémiques au cœur des entrailles de la politique russe, qui affectent profondément la Russie et sur lesquelles le Kremlin a peu de prise.

La première est l’échec stratégique russe en Ukraine. La relative liberté de ton de certains médias et personnalités des milieux patriotiques russes, dont M. Prigojine est devenu une figure très appréciée, a été accordée car le Kremlin, sous la pression des revers militaires de septembre 2022, s’y est senti contraint. La mobilisation partielle, la nomination le mois suivant du général Sergueï Sourovikine à la tête de l’« opération militaire spéciale » et l’éviction du général Alexandre Lapine du district militaire central [l’une des principales régions militaires russes] ont eu le double avantage de stabiliser le front et de rasséréner les milieux patriotiques.

Mais ces concessions n’ont été qu’éphémères, en dépit des bonnes performances de Sergueï Sourovikine : Poutine a repris la main en janvier 2023, en le remplaçant par le chef de l’état-major général, Valeri Guerassimov, et en nommant Alexandre Lapine à la tête des forces terrestres. L’émergence « politique » de Prigojine et son coup de force (ou tentative de putsch ?) avorté ont été l’acmé et la conclusion temporaire de cette séquence déstabilisante. D’autres revers militaires pourraient la rouvrir.

Ensuite, Evgueni Prigojine et le Groupe Wagner incarnent le fonctionnement du régime poutinien. Ils reflètent la structure même du régime personnel du président russe, dont la consolidation est rapidement entrée en contradiction avec le processus de renforcement de l’Etat au début des années 2000. Vladimir Poutine, par manque de confiance envers l’Etat et le secteur privé, a contribué à créer une zone grise où de nombreuses structures parallèles, ni étatiques ni privées, ont pullulé.

Politique-Russie-Prigogine: se soumettre à Poutine ou mourir

Politique-Russie-Prigogine: se soumettre à Poutine ou mourir

Les conséquences de la mort d’Evgueni Prigojine pour le système politique russe et la stabilité du régime devraient être limitées, estime, dans une tribune au « Monde », la chercheuse spécialiste de la Russie Tatiana Kastouéva-Jean.

Evgueni Prigojine, l’ex-cuisinier du président Poutine et le chef de la compagnie militaire privée russe Wagner, a côtoyé la mort pendant longtemps. Ses milices se sont distinguées par des actes cruels et barbares en Afrique. Les violentes diatribes lancées contre le ministre de la défense, Sergueï Choïgou, et le chef de l’état-major des armées, Valeri Guerassimov, sur fond de corps entassés de ses hommes morts en Ukraine, ont enflammé les réseaux sociaux bien au-delà de la Russie. Fin juin, il a voulu tirer le diable par la queue en lançant la « marche pour la justice » pour réclamer la destitution du haut commandement militaire russe. Cet acte a été perçu comme un affront personnel par le président Vladimir Poutine, qui l’a qualifié de trahison.

Or on sait, de l’aveu de Poutine lui-même, qu’il ne pardonne pas aux traîtres. Dès lors, le sort de Prigojine semblait scellé et c’est plutôt le long sursis accordé qui laissait perplexe. Quelques jours après la rébellion avortée, Prigojine avait même été reçu, avec d’autres cadres de Wagner, par le maître du Kremlin qui leur aurait promis un « nouvel emploi ».

Deux mois, jour pour jour, après la mutinerie avortée, la mort a fini par rattraper le 23 août celui qui se croyait indispensable au système Poutine au point de devenir intouchable. Il a emporté avec lui quelques proches, dont son bras droit Dmitri Outkine dont le nom de guerre, Wagner, désigne désormais communément les milices privées russes. Les circonstances de leur disparition feront couler beaucoup d’encre dans les jours qui viennent et ne seront probablement jamais complètement élucidées. Prigojine était l’objet de détestation des Ukrainiens, du haut commandement militaire russe, d’une partie des services spéciaux. Mais c’est la thèse de la vengeance du Kremlin qui semble logiquement s’imposer.

Ancien repris de justice et exécutant des basses œuvres pour le compte de l’Etat russe, Prigojine connaissait pourtant comme sa poche les mondes criminel, économique et politique russes, qui sont inextricablement liés au point de se confondre. Il connaissait les règles du jeu, les lignes rouges à ne pas franchir et l’illusion des promesses. Les raisons de son comportement imprudent sont d’autant plus incompréhensibles : pendant ces deux derniers mois il a multiplié en toute liberté des voyages en jet privé en Russie, en Biélorussie et en Afrique, où les forces Wagner opèrent toujours.

Russie-Prigogine: se soumettre à Poutine ou mourir

Russie-Prigogine: se soumettre à Poutine ou mourir

Les conséquences de la mort d’Evgueni Prigojine pour le système politique russe et la stabilité du régime devraient être limitées, estime, dans une tribune au « Monde », la chercheuse spécialiste de la Russie Tatiana Kastouéva-Jean.

Evgueni Prigojine, l’ex-cuisinier du président Poutine et le chef de la compagnie militaire privée russe Wagner, a côtoyé la mort pendant longtemps. Ses milices se sont distinguées par des actes cruels et barbares en Afrique. Les violentes diatribes lancées contre le ministre de la défense, Sergueï Choïgou, et le chef de l’état-major des armées, Valeri Guerassimov, sur fond de corps entassés de ses hommes morts en Ukraine, ont enflammé les réseaux sociaux bien au-delà de la Russie. Fin juin, il a voulu tirer le diable par la queue en lançant la « marche pour la justice » pour réclamer la destitution du haut commandement militaire russe. Cet acte a été perçu comme un affront personnel par le président Vladimir Poutine, qui l’a qualifié de trahison.

Or on sait, de l’aveu de Poutine lui-même, qu’il ne pardonne pas aux traîtres. Dès lors, le sort de Prigojine semblait scellé et c’est plutôt le long sursis accordé qui laissait perplexe. Quelques jours après la rébellion avortée, Prigojine avait même été reçu, avec d’autres cadres de Wagner, par le maître du Kremlin qui leur aurait promis un « nouvel emploi ».

Deux mois, jour pour jour, après la mutinerie avortée, la mort a fini par rattraper le 23 août celui qui se croyait indispensable au système Poutine au point de devenir intouchable. Il a emporté avec lui quelques proches, dont son bras droit Dmitri Outkine dont le nom de guerre, Wagner, désigne désormais communément les milices privées russes. Les circonstances de leur disparition feront couler beaucoup d’encre dans les jours qui viennent et ne seront probablement jamais complètement élucidées. Prigojine était l’objet de détestation des Ukrainiens, du haut commandement militaire russe, d’une partie des services spéciaux. Mais c’est la thèse de la vengeance du Kremlin qui semble logiquement s’imposer.

Ancien repris de justice et exécutant des basses œuvres pour le compte de l’Etat russe, Prigojine connaissait pourtant comme sa poche les mondes criminel, économique et politique russes, qui sont inextricablement liés au point de se confondre. Il connaissait les règles du jeu, les lignes rouges à ne pas franchir et l’illusion des promesses. Les raisons de son comportement imprudent sont d’autant plus incompréhensibles : pendant ces deux derniers mois il a multiplié en toute liberté des voyages en jet privé en Russie, en Biélorussie et en Afrique, où les forces Wagner opèrent toujours.

Russie-mort de Prigojine : pas vraiment une surprise et avertissement

Russie-mort de Prigojine : pas vraiment une surprise et avertissement

Comme souvent en Russie, les problèmes sont résolus avec des solutions criminelles. C’est sans doute le cas avec la mort de celui qui avait été à la tête d’une tentative de putsch contre Poutine. C’est ce que pense en tout cas le président Biden. Le président américain a réagi ce mercredi au crash d’un avion en Russie dans lequel le patron de Wagner pourrait avoir trouvé la mort. Prigojine se trouvait sur la liste des passagers. Joe Biden s’est dit «pas surpris» de sa possible mort.

«Je ne sais pas encore tout à fait ce qu’il s’est passé, mais je ne suis pas surpris», a-t-il déclaré à des journalistes. «Peu de choses ne se passent en Russie sans que Poutine n’y soit pour quelque chose», a ajouté le président américain

En même temps cet accident mortel constitue un nouvelle avertissement à toutes les élites russes qui contestent Poutine
Le crash mortel d’un avion en Russie, avec le patron de Wagner Evgueni Prigojine figurant sur la liste des passagers, est un «signal» envoyé par Vladimir Poutine aux élites russes, a déclaré en effet mercredi un conseiller de la présidence ukrainienne.

«L’élimination spectaculaire de Prigojine et du commandement de Wagner deux mois après (leur) tentative de coup d’État est un signal de Poutine aux élites russes avant les élections de 2024», a affirmé sur X Mykhaïlo Podoliak, estimant que «Poutine ne pardonne à personne».

Russie-Sarkozy, homme politique ou influenceur

Sarkozy, homme politique ou influenceur

Le très sérieux journal les Échos juge très surprenante les déclarations de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, dans un livre à paraître le 22 août (« Le Temps des Tempêtes », tome II, aux éditions de l’Observatoire) et dans une interview au « Figaro Magazine » . Il estime que l’Ukraine, « trait d’union entre l’Ouest et l’Est » avec une « vocation de pont », doit rester neutre, d’autant plus que « les Russes sont des Slaves ». « Des propos d’un simplisme effarant, qu’on dirait tirés d’un manuel ‘La guerre en Ukraine pour les Nuls’ ou du café du commerce », grince un spécialiste de géopolitique.

La question se pose en effet de savoir si Sarkozy parle en tant qu’ancien responsable politique ou influencèrent des Russes. La presse a en effet révélé que Sarkozy avait bénéficié de financements russes notamment d’environ 300 000 € pour des conférences et d’un contrat de 5 millions des prestations concernant une société d’assurances.

Comme pour Fillon, qui lui aussi avait des intérêts en Russie on comprend mieux certains positionnements de leader de la droite. Sarkozy ne fait pas dans la dentelle dans son raccourci historique concernant l’Ukraine notamment Crimée ou Poutine considéré comme un chef d’État fréquentable.

Pour résumer, Sarkozy comme d’autres se rallient d’une certaine manière aux thèses de Poutine. Certains de ces responsables le font par conviction idéologique quand d’autres servent clairement les intérêts de Poutine en adoptant un statut d’influenceur au service des intérêts russes.

La justice s’interroge notamment sur un virement de 500 000 euros reçu au début de 2020 par Nicolas Sarkozy, dans le cadre d’un contrat de conseil auprès du groupe russe d’assurances Reso-Garantia. Selon Mediapart, qui a révélé l’affaire au début de 2021, « la justice cherche à vérifier si l’ancien chef de l’Etat a seulement agi comme consultant, ce qui serait parfaitement légal, ou s’il se serait adonné à des activités de lobbying potentiellement délictuelles pour le compte des oligarques russes ».

Une enquête préliminaire pour « trafic d’influence » a été ouverte contre Nicolas Sarkozy par le PNF à l’été 2020. Elle est toujours en cours.

Russie: Le rouble dégringole

Russie: Le rouble dégringole


Depuis le début de l’année, le rouble s’est déprécié de 30% et sur un an de presque 67% face au billet vert. Le rouble continue sa chute, entamée depuis quelques semaines, s’échangeant à plus de 100 roubles pour 1 dollar et 110 roubles pour 1 euro. La Russie subit évidemment le coût de la guerre en Ukraine mais aussi les conséquences de la fuite de capitaux et de certains habitants. L’an dernier 250 milliards de roubles seraient partisà l’étranger et près d’un million de personnes aurait fui le pays.

En urgence, la banque centrale russe a annoncé une réunion qui devrait décider d’une remontée des taux.

A la Bourse de Moscou, en fin d’après-midi, il fallait ainsi débourser 98 roubles pour obtenir un dollar et 107 roubles pour un euro, après que les taux des 100 et 110 ont été dépassés respectivement dans la matinée.

La semaine dernière, l’institution monétaire, qui a augmenté ses taux directeurs en juillet pour les porter à 8,5%, a décidé d’arrêter les achats de devises étrangères jusqu’à la fin de l’année. Objectif affiché, stabiliser la monnaie et réduire la volatilité. Pour l’instant, ces mesures n’ont pas eu l’effet escompté pour enrayer le mouvement de dépréciation.

« Le rouble est en baisse régulière, une tendance qui s’explique vraisemblablement par une diminution des recettes énergétiques et par une fuite des capitaux. Le rouble se déprécie régulièrement depuis plus d’un an, une tendance qui s’est accélérée depuis le coup d’Etat avorté de Wagner, probablement du fait d’une accélération des sorties (pourtant contrôlées) de capitaux.

La baisse des prix du baril de pétrole et du gaz naturel conjuguée aux effets de l’embargo européen et du plafonnement du prix du baril de brut russe bradé à 60 dollars sur le marché international a entraîné une réduction des recettes générées par les hydrocarbures. Or, elles représentent la principale source de revenus pour le budget public.

Selon le rapport mensuel de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié la semaine dernière, au mois de juillet les ventes de pétrole brut et de ses produits raffinés ont rapporté à la Russie 15,3 milliards de dollars, c’est 2,5 milliards de dollars de plus qu’en juin, mais 4,1 milliards de moins qu’en juillet 2022. Et la moyenne des revenus mensuels cette année devrait être largement largement inférieure à celle atteint en 2022, à 19,6 milliards de dollars, voire à celle de 2021, qui s’élevait à 15,7 milliards, aucun mois de 2023 n’ayant dépassé pour le moment cet étiage.

L’affaiblissement continu du rouble fait craindre à de nombreux Russes une baisse de leur niveau de vie, d’autant que l’inflation repart à la hausse depuis avril dernier. Elle s’affichait officiellement à 4,4% sur un an en juillet contre 3,4% en juin. L’économie du pays subit également les restrictions liées aux sanctions occidentales ainsi que le coût financier croissant du conflit ukrainien qui se poursuit.

Russie : de plus en plus vers une économie de guerre

Russie : de plus en plus vers une économie de guerre

La Russie s’oriente de plus en plus vers une économie de guerre . Sur les six premiers mois de 2023, les dépenses de défense se sont élevées à 5.590 milliards de roubles, soit 37,3% des dépenses budgétaires totales qui atteignent 14.970 milliards de roubles sur la période .

Or, le plan budgétaire de la Russie prévoyait de consacrer 17,1% du budget à la défense.

Au plan mondial , les dépenses militaires ont atteint en 2022, tous continents confondus, un nouveau sommet de 2 240 milliards de dollars (2 040 milliards d’euros environ), soit 2,2 % du PIB mondial, selon un rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

Les États-Unis consacrent environ 5 % de à la défense et l’union européenne de l’ordre de 2 %.

Conséquence, après avoir pesé 2,2% du PIB en 2022, le déficit public risque de se creuser encore en 2023. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), publiées le 11 avril dernier, il devrait atteindre 6,2%, un niveau « très important, selon les standards russe ». L’augmentation du coût de la guerre soutient certes la modeste reprise économique de la Russie cette année grâce à une production industrielle plus élevée, mais a poussé le budget vers le déficit d’environ 26 milliards d’euros, un chiffre aggravé par la baisse des recettes d’exportation.

La Russie, exportatrice nette, affiche généralement des excédents budgétaires, mais elle fera état d’un déficit pour la deuxième année consécutive, la valeur des exportations d’énergie ayant chuté de 47% en glissement annuel au cours du premier semestre.

Surtout, l’augmentation des dépenses budgétaires accroît les risques d’inflation, et la banque centrale a relevé ses taux à 8,5% en juillet. Les analystes s’attendent à ce que le taux directeur augmente encore.

La Banque de Russie prévoit une croissance du PIB de 1,5% à 2,5% cette année, conformément aux prévisions des analystes interrogés par Reuters la semaine dernière.
Partager :

Rédiger un commentaire

Les dictatures et la Russie menacent toute l’Afrique de l’Ouest

Les dictatures et la Russie menacent toute l’Afrique de l’Ouest

Progressivement les dictatures se développent en Afrique sur un terrain de pauvreté et de corruption. Les deux aspects sont intimement liés. En effet, la classe dirigeante et les élites en général se partagent le gâteau de la richesse nationale au détriment notamment des plus défavorisés. Du coup, certains politiciens encore plus véreux que les autres attribuent cette situation au néocolonialisme de l’occident.

La réalité est plus complexe car si effectivement les pays occidentaux se désintéressent du développement au profit seulement de l’exploitation de richesses, la Chine ou la Russie pille manière autrement outrageuse les pays considérés au point soit de les mettre en tutelle, soit même d’installé des gouvernements complices.

Cela vaut surtout pour les pays pauvres comme le Niger où le pouvoir d’achat ne dépasse pas autour de 40 à 50 € par mois et/ou la moitié de la population souffre de malnutrition. Des pays comme le Sénégal était présenté jusque-là comme des modèles de démocratie ; mais les événements récents avec notamment l’emprisonnement du chef de l’opposition et les risques de prolongation du mandat du président actuel ont fait basculer ce pays dans une certaine instabilité. Côte d’Ivoire exceptée, la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest ne parviennent pas à surmonter la question de la pauvreté.

Des pays qui constituent donc des terreaux pour les discours les plus démagogiques et les plus invraisemblables. Préférer la présence des Russes à l’Occident relève de la plus grande tartuferie surtout au nom de la lutte contre le néocolonialisme. Quand on sait que la Russie elle-même n’est pas capable de nourrir ses républiques éloignées et qu’elle soumet le pays à la plus dure des dictatures sans parler évidemment de l’envahissement extérieur notamment de l’Ukraine.

Les crises que connaissent les pays pauvres de l’Afrique sont à imputer à une grande ignorance autant qu’à la pauvreté. Et ces pays sont condamnés à s’appauvrir encore davantage ce qui débouchera inévitablement sur de nouveaux troubles sociaux et politiques. Bref, le cercle vicieux et mortifère pour toute l’Afrique de l’Ouest et même au-delà. On imagine mal en effet des investisseurs s’installer durablement dans des pays soumis à une telle instabilité politique et économique.

Politique-Niger: l’énorme manipulation de la Russie

Politique-Niger: l’énorme manipulation de la Russie

La réussie a réussi une manipulation énorme en persuadant certaines populations africaine comme au Niger qu’elle est le porte drapeau démocratique de la lutte contre le néo colonialisme. la Russie, pays qui n’a jamais connu pourtant la moindre démocratie et qui n’a cessé d’envahir ses voisins non seulement pendant la période soviétique mais y compris après. C’est un peu comme si pour éteindre le feu du mécontentement, en Afrique on allait chercher un incendiaire.

Dans le Parisien , Le professeur émérite en histoire contemporaine à SciencePo Aix, Jean-Charles Jauffret, analyse les raisons de la colère.

Après le coup d’État survenu la semaine dernière au Niger, on a vu dimanche des manifestations « anti-français » dans les rues de Niamey. D’où vient ce sentiment ?

D’abord, il y a une déception des Nigériens que l’on peut attribuer à l’ensemble de la communauté internationale. Celle-ci, dont la France fait partie, a décidé de combattre le djihadisme au Sahel, un territoire qui fait six fois la taille de la France. À quoi voulez-vous aboutir ? Même si vous remportez des succès, il y aura toujours une grande partie de la population qui considère que depuis 2013, quand la France est venue au secours du voisin malien, les résultats ne sont pas probants.

Ensuite, pour le cas précis du Niger, il y a un contentieux avec la France qui est ancien. Dans ce pays, il y a la plus grande mine d’uranium du monde, la mine d’Arlit. Elle est immense et elle est essentielle, puisque c’est l’une des rares ressources naturelles du Niger. Mais les habitants ont le sentiment, depuis tant d’années, qu’ils ne subissent que les retombées négatives de son exploitation, notamment concernant la question des déchets radioactifs.

Ces deux éléments sont en outre venus favoriser une intense propagande russe. Derrière la situation actuelle, c’est le même principe qu’en Centrafrique ou qu’au Burkina Faso. La propagande russe explique à l’un des pays les plus pauvres du monde, que son énergie sert à enrichir un pays comme la France, ex-puissance coloniale. C’est remuer les vieux souvenirs coloniaux et c’est très facile.

Effectivement, on a vu les images des drapeaux russes dans les manifestations, quel rôle joue Moscou au Niger ?

Il y a une sorte de pillage organisé. Nous avons affaire à des Etats que je qualifie de mafieux et qui sont sous a coupe d’autres puissances, comme la Russie. Nous sommes face à un système de corruption à très grande échelle et l’exploitation des mines nigériennes bénéficie aussi au groupe Wagner. Vous ne pouvez pas vous imaginer la puissance d’un Prigojine en Afrique ! Ce putsch au Niger constitue un boulevard pour Wagner et les Russes dans les semaines qui viennent. On est en pleine déstabilisation.

Il s’agit du troisième d’Etat au Sahel depuis 2020…

Oui et il y a de quoi être très très préoccupé. Il ne faut pas faire l’autruche. C’est la confirmation que la région est contrôlée par la Russie. Et quand vous contrôlez le Niger, vous contrôlez 80% du Sahel. Avant le putsch, le pays restait une base arrière de la Frande. Il ne reste plus que le Tchad désormais, mais pour combien de temps encore.

1...34567...29



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol