Archive pour le Tag 'Russie'

Sondage : les craintes de guerre avec la Chine et la Russie

  1. L’éclatement du multilatéralisme et la perte d’efficience des organismes de régulation (ONU, OMC etc) font monter les craintes d’une guerre -pour l’instant froide- avec la Chine et la Russie.

Il faut noter qu’il y a une différence d’appréciation chez les sondés entre les craintes globales vis-à-vis d’une guerre froide et l’implication du du pays d’origine. Bref globalement un pourcentage non négligeable considèrent que les risques de guerre sont réels mais ne concerneront pas leur propre pays en tout cas moins. Une curieuse vision qui consiste à considérer que le risque est pour les autres. Pas étonnant qu’en Europe en particulier on éprouve les pires difficultés à envisager une politique de défense un peu efficace.

Un sondage du Conseil européen des relations internationales (ECFR) commandé par Lena, l’alliance des principaux quotidiens européens 59 % des sondés craigne une guerre froide avec la Chine et autant avec la Russie.

  1. , Vis à vis  de la Russie 25% y sont seulement 25 % à penser à une guerre impliquant leur pays ,une minorité donc à l’exception de la Pologne (44%), la plus inquiète, et de la France (35%) .
  2. Vis à vis  de la Chine 31% des interrogés pensent que la guerre froide entre l’Union européenne et la Chine est d’actualité, ils sont seulement 15% en moyenne à penser que c’est le cas entre leur propre pays et la dictature communiste.

Covid Russie : encore un record de décès quotidiens

 Covid Russie : encore un record de décès quotidiens

La priorité pour les autorités russes était surtout centrée sur les élections qui ont donné une assez large victoire au parti de Poutine après un nouveau scandaleux bidouillage des résultats. Les  questions sanitaires ont été mises de côté depuis déjà des semaines voire des mois.

 

Du coup la mortalité du fait du Covid  ne cesse de croître La Russie, pays le plus endeuillé d’Europe, a enregistré vendredi un nouveau record de morts quotidiennes dues au Covid-19, la vaccination restant poussive et les mesures de confinement absentes. Selon le bilan fourni par le centre de crise du gouvernement russe, 828 personnes sont mortes du nouveau coronavirus ces 24 dernières heures. Le précédent record de 820 morts avait été atteint deux fois, les 23 septembre et 26 août 2021.

Elections en Russie: Une triste mascarade

Elections en Russie: Une triste mascarade

 

Les élections en Russie appartiennent à un genre à part, hybride. Il n’y est pas question d’alternance, de coalitions, de débats, mais d’ajustements au sein de l’élite, et de contrôle : celui que démontrent les gouverneurs en apportant les résultats nécessaires ; celui dont fait preuve Vladimir Poutine en tenant d’une main ferme l’ensemble du système.(( Un papier du Monde, extrait))

Le processus électoral, lui, relève de l’imitation. La fraude remplace la compétition, ou en réduit les risques. Ceux qui refusent ces règles n’ont pas droit au qualificatif d’opposants mais à celui, dangereux, de traîtres. Ils sont rendus inéligibles, poussés à l’exil ou emprisonnés.

Le scrutin législatif qui s’est tenu du 17 au 19 septembre, avec une victoire accordée au parti présidentiel Russie unie et une légère percée communiste, l’a montré. Hormis les traditionnels bourrages d’urnes et les votes forcés ou multiples, les possibilités de falsifications ont été multipliées via le vote électronique, le vote sur trois jours et les restrictions posées au travail des observateurs.

 

L’inversion du sens des mots est une constante du régime poutinien. Le 17 septembre, premier jour du vote, le ministère des affaires étrangères évoquait l’anniversaire de l’entrée des forces soviétiques en Pologne, quatre-vingt-deux ans plus tôt. Plutôt que de rappeler le protocole secret du pacte Molotov-Ribbentrop, en vertu duquel cette invasion a été déclenchée, ou de ses suites, comme le massacre de Katyn, le communiqué évoquait « le début de la marche libératrice de l’Armée rouge sur le territoire de la Pologne ».

Il s’agit d’une coïncidence mais elle n’est pas totalement fortuite. L’URSS aussi chérissait les élections, quand bien même elles étaient à candidat unique. La génération vieillissante aujourd’hui aux commandes de la Russie ne cache pas sa nostalgie soviétique. Ce que doivent être à ses yeux des élections est à chercher de ce côté-là : un moment de célébration nationale, avec orchestres et flonflons.

 

Cette perspective est encore lointaine, quelques garde-fous subsistent. Mais au mieux, les scrutins se transforment en référendum pour ou contre le statu quo. C’est la maigre indication que donne la progression du Parti communiste, une formation qui n’a pas décidé si elle était prête à contester au Kremlin son monopole politique.

Pour le pouvoir russe lui-même, ce constat n’est pas sans risques. D’abord il n’y a plus de thermomètre. Chaque échelon s’auto-intoxique en voulant satisfaire l’échelon supérieur – là aussi l’analogie avec l’URSS est opérante. Des milliers de bureaux de vote comptent les voix honnêtement, mais leurs résultats sont masqués dans le flot des falsifications. Alors même que ces résultats ne sont pas déshonorants pour le pouvoir en place.

Mise en garde vis-à-vis du soutien de la Russie au Mali

Mise en garde vis-à-vis du soutien de la Russie au Mali

 

La Russie qui s’immisce (comme la Chin)e dans la plupart des espaces géopolitiques dans lesquels les occidentaux éprouvent des difficultés comme au Mali a été vivement critiquée par la France l’Allemagne et plus globalement par l’union économique et l’ONU.  Une mise en garde était adressée aux putschistes du Mali qui envisagerait un recours à l’organisation mercenaire russe Wagner et au soutien implicite de la Russie.

Par ailleurs, l’Onu, qui dispose de quelque 15.000 Casques bleus au Mali, a souligné que tout partenariat d’un gouvernement avec des forces militaires étrangères devrait respecter les droits humains. Le colonel Sadio Camara, a affirmé que la réduction de la présence française au Mali «obligeait à tout envisager pour sécuriser le pays». Dans l’entourage du ministre malien de la Défense, on a confirmé toutefois à l’AFP «qu’aucun acte n’a été posé avec Wagner».

 

Russie : une percée électorale du parti communiste ?

Russie  : une percée électorale du parti communiste ?

Pour l’écrivain et ancien diplomate Vladimir Fedorovski, le parti communiste devrait tirer les marrons du feu lors des élections générales de cette fin de semaine.

Interview dans l’Opinion (extrait)

 

 

Ecrivain et ancien diplomate soviétique, Vladimir Fedorovski publie à la fin du mois Amour et inspiration aux éditions Balland, un livre dédié aux grands créateurs du XXe siècle (Picasso, Matisse, Lydia, Chagall etc.), à l’occasion de la présentation de la collection Morozov à la Fondation Louis Vuitton (22 septembre 2021-22 février 2022).

 

Comment voyez-vous ces élections ?

C’est un scrutin particulier. On ressent dans toute la Russie une certaine usure du pouvoir de Vladimir Poutine — qui garde néanmoins une aura en tant qu’antithèse de l’Occident — et plus encore de sa formation Russie Unie. Cette dernière, qui a mis en avant les deux ministres les plus populaires, celui de la Défense Sergueï Choïgou et celui des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a bien essayé de multiplier la création de mini-partis pour diluer le vote protestataire, qu’il soit de gauche ou nationaliste, et particulièrement celui en faveur du parti communiste, mais elle n’a pas réussi. Si la fraude n’est pas trop importante, on devrait donc assister, à en croire tous les sondages, à une percée du KPRF qui a réussi à créer un front de gauche. Il a notamment attiré des proches de l’opposant Alexeï Navalny comme l’ancien diplomate Nikolaï Platochkine, dont le poids est important dans l’opposition. Le philosophe italien Gramcsi disait que, pour s’imposer en politique, il fallait dominer intellectuellement. Eh, bien, je dirai que le parti communiste russe domine intellectuellement le débat électoral, dont le niveau n’est, pour le reste, pas très élevé. Il domine comme les dissidents dominaient à l’époque de l’Union soviétique.

 

Le parti communiste a-t-il évolué par rapport à la période soviétique ?

Il existe des nostalgiques de Staline, mais c’est une formation qui a évolué. Il y a pas mal de jeunes qui poussent derrière Guennadi Ziouganov, le très complaisant premier secrétaire du parti à l’égard de Vladimir Poutine au point de mener jusque-là une vraie-fausse opposition au Parlement aux côtés du tout aussi complaisant Vladimir Jirinovski du parti libéral-démocrate. L’apparition d’élus réellement indépendants peut être intéressante. On peut assister à une recomposition du paysage politique dans un contexte où la question de la succession de Poutine et de son régime invivable se pose. Cela ne changera sans doute pas l’équilibre du monde car les jeunes communistes sont ouvertement favorables à l’alliance avec la Chine. Ils voient l’Europe s’islamiser et c’est irréversible à leurs yeux. Pour eux, l’avenir c’est l’Asie.

Quel est le message du PC ?

Il n’a rien à voir avec celui des propagandistes de Poutine que les gens n’écoutent plus. Son message est globalement assez conservateur, contre le politiquement correct occidental, mais sur le fond il se présente comme la seule alternative à Vladimir Poutine et à son système oligarchique en dénonçant le fait que 50 personnes détiennent 40 % de la richesse de la Russie, qui compte par ailleurs 40 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Ses slogans dénoncent « le vol » et « le mensonge » du régime actuel. C’est un parti néo-stalinien qui se présente comme le sauveur de la démocratie ! Il exige même la libération de Navalny qui, lui-même, appelle à « voter utile », notamment en faveur du parti communiste, contre les voleurs et les menteurs. Les gens exigent, aujourd’hui, des gestionnaires comme le populaire maire de Moscou, Sergueï Sobianine, qui a été efficace pendant la crise de la Covid-19. Il s’est, jusque-là, montré loyal à l’égard de Poutine, mais il commence prendre ses distances. Ce qui n’est pas sans inquiéter le régime qui va essayer de débaucher certains indépendants alors que d’autres responsables craignent le retour au premier plan du parti communiste.

Covid Russie : nouveau record de décès

Covid  Russie : nouveau record de décès

la Russie qui se targue de vouloir diffuser son vaccin au monde entier se montre bien incapable de contrôler la crise sanitaire. La Russie a en effet enregistré jeudi un nouveau record quotidien de décès (820) liés au Covid-19 depuis le début de la pandémie, la vaccination restant poussive et les mesures de confinement absentes malgré la vague du variant Delta.

Russie : catastrophes naturelles en forte hausse

Russie : catastrophes naturelles en forte hausse

Le président Vladimir Poutine s’est inquiété samedi de catastrophes naturelles d’une ampleur «sans précédent» en Russie, confrontée à des feux de forêts dévastateurs en Sibérie et des inondations dans le Sud. «L’ampleur et la nature des catastrophes naturelles dans certaines régions sont absolument sans précédent», a déclaré M. Poutine lors d’une réunion retransmise à la télévision, appelant le gouvernement à «agir rapidement et efficacement» face aux problèmes écologiques.

Covid Russie : 815 décès en 24 heures

  • Covid Russie : 815 décès en 24 heures

La Russie a fait état vendredi de 815 décès dus au Covid-19 en 24 heures, un record pour le deuxième jour consécutif qui est dû au variant Delta et à une campagne de vaccination poussive.Le paradoxe évidemment ce que Poutine propose son vaccin à la terre entière alors qu’il se montre complètement incompétent à maîtriser la crise sanitaire sur son territoire

Afghanistan : un appel à la paix par Etats-Unis, Chine et Russie

Afghanistan : un appel à la paix par Etats-Unis, Chine et Russie

 

La communauté internationale se réveille enfin à propos de la catastrophe annoncée en Afghanistan qui provoquera notamment une vague sans précédent de migrants. Dans un communiqué commun publié à l’issue de discussions à Doha, au Qatar, où les représentants des États-Unis, de la Chine et de la Russie appelle à la paix. Reste à savoir si ce n’est déjà pas trop tard car les talibans viennent de conquérir la troisième ville la plus importante du pays et contrôlent  les deux tiers du territoire. Les représentants des États-Unis, de la Chine et de la Russie ont donc rencontré les négociateurs du gouvernement afghan et des insurgés taliban, ils ont aussi réaffirmé que les puissances étrangères ne reconnaîtraient pas la légitimité d’un quelconque gouvernement « imposé (en Afghanistan) via le recours à la force militaire ».

Les pourparlers de Doha, destinés à sortir de l’impasse dans les négociations de paix entre les taliban et le gouvernement afghan, sont intervenus dans un contexte d’offensives accrues des insurgés islamistes à travers l’Afghanistan.

En Russie : Poutine débaptise le champagne !

En Russie : Poutine débaptise le champagne !

 

C’est le lot de tous les dictateurs à savoir de profiter du pouvoir absolu pour s’autoriser d’intervenir dans tous les champs de la vie économique, sociale et sociétale. Cette fois Poutine s’autorise même à débaptiser le champagne dans le nom sera réservée au vin russe. Le vrai champagne français lui prendra l’appellation de vin pétillant. De quoi sourire évidemment mais cette décision est significative du délire de Poutine qui non seulement pille son pays mais s’arroge le droit de se transformer en un oenologue international. Il est clair que Poutine tutoie depuis longtemps la folie d’abord pour affamer son peuple, ensuite pour créer partout où il le peut des déstabilisations dans les pays fragiles ensuite pour provoquer de façon assez idiote l’opinion internationale. Conséquence , le  géant LVMH, qui produit les célèbres marques Dom Pérignon, Veuve Clicquot ou Moët & Chandon, a en effet prévenu ses distributeurs locaux qu’il suspendait ses livraisons en Russie en raison de cette nouvelle loi. «Je peux confirmer avoir reçu un courrier de ce type, et c’est justifié», a déclaré à l’AFP Leonid Rafailov, directeur général d’AST, l’un des principaux distributeurs de vins et spiritueux en Russie. appropriée.

Pour consommer leur champagne préféré, les oligarques russes devront donc peut-être venir directement en France. Ce qui ne changera pas beaucoup leurs habitudes, la Côte d’Azur étant une de leurs destinations prisées pendant l’été.

Covid Russie : emballement

  • Covid  Russie : emballement
  • La Russie connaît un emballement de la progression du virus  sous l’effet notamment du variant Delta. En outre les objectifs de vaccination sont loin d’être à la hauteur des promesses politiques.
  • 134.545 morts depuis le début de la pandémie, ce qui en fait le pays européen le plus endeuillé. La Russie ne parviendra par ailleurs pas à vacciner 60% de sa population à l’automne contre le Covid, a admis le Kremlin, enterrant cet objectif au moment où le pays enregistrait mardi son plus lourd bilan quotidien de décès. «Il est évident qu’on n’atteindra pas les 60%», a dit le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, en référence au but fixé au printemps par Vladimir Poutine.

Cet objectif n’a en réalité jamais semblé atteignable, la méfiance des Russes à l’égard des vaccins produits dans le pays, notamment le Spoutnik V, étant telle que depuis décembre seuls environ 16% de la population a reçu au moins une injection.

Les Européens mettent la pédale douce avec la Russie?

Les Européens mettent la pédale douce avec la Russie?

 

 

Lundi à Bruxelles les chefs d’État et de gouvernement auront notamment l’occasion de revoir leur politique vis-à-vis de la Russie. En dépit des coups de canif régulier de Poutine dans le droit international, l’Europe surtout entraînée par l’Allemagne vise à normaliser ses relations avec la Russie. Pas sûr que cette politique de bienveillance à l’égard du dictateur (il est maintenant président à vie ) constitue la meilleure diplomatie.

. Un mois après les sanctions prises par Moscou contre huit personnalités européennes, dont le président du Parlement européen, David Sassoli, la vice-présidente tchèque de la Commission, Vera Jourova, et le député français Jacques Maire, l’Union européenne n’envisage pas à ce stade de représailles. Pas plus après avoir entendu le Kremlin décréter que la République tchèque faisait désormais partie d’une liste de pays « inamicaux » pour avoir expulsé une vingtaine de diplomates russes.

Si la République tchèque, la Pologne ou les pays Baltes tiennent à ce que la décision russe ne reste pas impunie, d’autres comme Chypre, Malte ou la Hongrie refusent d’aller plus loin dans les coups de bâton. Mais le gros du peloton, emmené par l’Allemagne, souhaite, lui, ne rien changer à l’arsenal existant des sanctions prises depuis 2014 après l’annexion de la Crimée.

Conclusion, l’union européenne a tendance à se coucher devant Poutine ce qui lui donne des raisons de continuer à bafouer les règles internationales sans parler de la démocratie interne russe. Le cas Navalny et l’interdiction de son parti risque d’être mis entre parenthèses.

 

Conseil de l’Arctique : un enjeu stratégique pour les États-Unis et la Russie

Conseil de l’Arctique : un enjeu stratégique pour les États-Unis et la Russie

 

Mercredi, en Islande, en prélude à la réunion du Conseil de l’Arctique ce soir, le ministre des Affaires étrangères américain Anthony Blinken a rencontréson homologue canadien Marc Garneau. À cette occasion, face aux prises de positions belliqueuses de la Russie à propos de l’océan Arctique, il a réaffirmé vouloir « préserver cette région en tant qu’endroit de coopération pacifique » en matière de climat ou d’avancées scientifiques.

Les ministres américain et russe des Affaires étrangères se rencontrent mercredi soir en Islande à propos de l’Arctique Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a semblé vouloir faire de l’Arctique, un nouvel enjeu géopolitique au coeur de la réunion régionale qui les rassemble mercredi et jeudi à Reykjavik -la capitale islandaise-, un laboratoire d’une certaine coopération ciblée sur des défis communs comme la lutte contre le réchauffement climatique, son homologue russe Sergueï Lavrov a fait monter la tension avec des propos tonitruants.

« Il est clair pour tout le monde depuis longtemps que ce sont nos terres, notre territoire », a-t-il en effet lancé lundi au sujet du Grand Nord, défendant une sorte de pré carré russe et dénonçant notamment les velléités « offensives » des Occidentaux via l’Otan et la Norvège.

L’ »activité militaire » de la Russie dans l’Arctique est « parfaitement légale et légitime », a-t-il plaidé.

Réunion du G7 : au menu Covid mais aussi Chine et Russie

Réunion du G7 : au menu Covid mais aussi Chine et Russie

Les ministres des Affaires étrangères du G7de de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni seront rejoints par des représentants de l’Union européenne. L’Inde, l’Australie, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean) ont également été conviés se réunissent mardi à Londres pour leur première réunion en personne depuis plus de deux ans.

Il sera question de la crise sanitaire mondiale mais aussi de certaines dimensions géopolitiques concernant la Chine et la Russie. Seront également évoquées les problèmes de l’ Éthiopie, l’Iran et la Corée du Nord, la Somalie, le Sahel et les Balkans, autant de «problèmes géopolitiques pressants qui sapent démocratie, libertés et droits humains», selon Londres se réunira le G7. Comme d’habitude le G7 (comme le G20) ne prendra pas d’orientation concrète. Il s’agit surtout de confronter les points de vue et de faciliter le rapprochement.

Russie–Navalny transféré à l’hôpital

Russie–Navalny transféré à l’hôpital

Devant la dégradation sanitaire de l’opposant russe,. le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, a demandé aux autorités russes et obtenues que Navalny, transféré lundi dans l’hôpital de la prison, ait un «accès immédiat» à des médecins en lesquels «il ait confiance».

 

Joe Biden de son côté a promis des «conséquences» pour la Russie en cas de mort de Navalny.

 

.Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a demandé de manière «urgente» aux autorités russes de fournir un «traitement médical adéquat» à Navalny, qui souffre des séquelles de son empoisonnement, d’une hernie discale et des conséquences de sa grève de la faim. Cependant les sanctions envisageables contre la Russie divisent les Européens notamment celles qui signeraient la mort du gazoduc Nord Stream 2 ou viseraient les avoirs financiers des dirigeants russes à l’étranger.

 

La Russie soutient la dictature en Birmanie

La Russie soutient la dictature en Birmanie

 

 

La Russie- d’ailleurs comme la Chine -affirme de plus en plus soutien à des Etats voyous qui pratiquent la dictature et la torture. Sans doute pour légitimer leur propre régime. C’est encore le cas avec ce soutien appuyé de la Russie à la Birmanie. En effet, La Russie a déclaré mardi que l’Occident risquait de déclencher une guerre civile au Myanmar en imposant des sanctions à la junte militaire qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État, mais la France a déclaré que l’Union européenne renforcerait les restrictions sur les généraux.

 

La démonstration de soutien du Kremlin a donné un coup de pouce à la junte qui a renversé le gouvernement civil élu d’Aun San Suu Kyi le 1er février. l’ouest.

Dans la ville principale du Myanmar, Yangon, mardi, des manifestants ont pulvérisé de la peinture rouge sur les routes, symbolisant le sang versé lors de la répression des forces de sécurité.

«Le sang n’a pas séché», disait un message en rouge.

Environ 570 personnes, dont des dizaines d’enfants, ont été abattues par les soldats et la police dans des troubles presque quotidiens depuis le coup d’État, et les forces de sécurité ont arrêté près de 3500 personnes, a déclaré le groupe de défense des prisonniers politiques (AAPP).

Parmi les personnes détenues figurent Suu Kyi, la politicienne la plus populaire du Myanmar, et des membres de sa Ligue nationale pour la démocratie, qui ont battu les candidats soutenus par l’armée lors des élections de novembre.

Cependant, la Russie a déclaré mardi que les sanctions contre les autorités étaient futiles et extrêmement dangereuses.

« En fait, une telle ligne contribue à opposer les parties les unes aux autres et, finalement, pousse le peuple du Myanmar vers un conflit civil à grande échelle », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse Interfax.

La Russie est un important fournisseur d’armes au Myanmar et son vice-ministre de la Défense a rencontré le chef du coup d’État le général Min Aung Hlaing dans la capitale Naypyitaw le mois dernier, suscitant les critiques des militants des droits de l’homme qui ont accusé Moscou de légitimer la junte.

L’Union européenne se prépare à imposer des sanctions collectives à l’armée birmane visant ses intérêts commerciaux, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à

 

Les réseaux d’espionnage de la Russie

Les  réseaux d’espionnage de la Russie

 

Un article du Wall Street Journal

 

L’ambassade russe à Sofia, en Bulgarie.

Début décembre, un haut fonctionnaire du ministère bulgare de la Défense s’est assis à son bureau, a sorti un smartphone Samsung noir et a passé les 80 minutes suivantes à photographier des documents militaires classifiés sur son ordinateur de travail. Les photos, qu’il est accusé d’avoir transmises au chef d’un réseau d’espionnage russe, contenaient des informations confidentielles sur les chasseurs F-16, selon des extraits de surveillance vidéo dévoilés par les autorités bulgares.

« Vous avez fourni beaucoup de documents la dernière fois. Quatre lots », entend-on dire le chef présumé au fonctionnaire dans un autre enregistrement. « J’ai regardé ce que vous aviez sur la clé USB. Bon boulot. »

La semaine dernière, les autorités de Bulgarie, pays membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan), ont annoncé avoir démantelé un réseau d’espionnage russe qui recueillait des informations pour le compte de Moscou sur l’Otan, la Central Intelligence Agency (CIA) américaine, l’Ukraine et le conflit dans le territoire contesté du Haut-Karabakh, situé dans le sud du Caucase.

Cinq hommes et une femme, dont le chef présumé du groupe, ont été arrêtés et accusés d’espionnage dans une affaire que les procureurs bulgares considèrent comme la plus grande opération du genre dans le pays depuis la Guerre froide.

La Russie utilise des liens et des amitiés qu’elle entretient de longue date au sein des membres les plus petits et les plus vulnérables de l’Otan et de l’Union européenne (UE) pour développer des réseaux d’espionnage et ainsi avoir accès aux secrets occidentaux. Les enregistrements publiés par les procureurs montrent qu’à l’ère du cyberespionnage sophistiqué, Moscou continue à accorder de l’importance au renseignement humain.

« La Russie a habilement exploité au sein des services secrets des réseaux existants et anciens, et qui sont toujours bien actifs, même trois décennies après la chute du régime communiste », observe Martin Vladimirov, analyste principal au Centre pour l’étude de la démocratie, basé à Sofia.

« Ce que nous constatons en Bulgarie, c’est un exemple de comportement russe qui tente de saper nos institutions démocratiques, d’interférer dans les politiques intérieures et qui s’intensifie dans le domaine du renseignement »

Les preuves scientifiques rendues publiques par les procureurs bulgares, notamment des vidéos, des écoutes et des documents, brossent un portrait très détaillé de l’espionnage russe. Dans un enregistrement vidéo, un espion présumé compte les pots-de-vin en dollars sur son bureau alors qu’une autre révèle un rendez-vous sur un court de tennis destiné à transmettre des informations avant la levée du jour. Dans une troisième, le chef présumé du groupe donne des instructions sur la façon de dissimuler du matériel d’espionnage en le faisant passer pour un cadeau.

« Une telle affaire n’arrive qu’une fois dans une vie, souligne le procureur général de Bulgarie, Ivan Geshev, au cours d’une interview. J’ai rarement vu autant de preuves… et nous n’en avons publié qu’une petite partie. »

Lundi, un tribunal militaire de Sofia a décidé de maintenir en détention cinq des personnes soupçonnées d’être membre du réseau. La sixième a été libérée sous caution après être passée aux aveux et avoir coopéré avec les autorités. La Bulgarie a expulsé deux diplomates russes, accusés d’espionnage dans le cadre de cette affaire.

Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié cette affaire de « nouvelle manifestation de “l’espionite” anti-russe en Bulgarie… dans le contexte d’une montée de la russophobie en Occident, notamment aux Etats-Unis ». Il a déclaré se réserver le droit d’exercer des représailles en réponse à ces expulsions. Le Kremlin a toujours nié les ingérences dans les affaires intérieures d’autres nations dans l’optique de servir ses propres intérêts.

Les noms des personnes arrêtées n’ont pas été divulgués. Petar Petkov, l’avocat de l’un des individus accusés, a déclaré à la télévision publique bulgare que la décision du tribunal n’était pas justifiée et qu’il allait faire appel.

« Le bureau du procureur n’indique pas quelles informations notre client et les autres ont collectées dans le but de les fournir à un autre Etat, a précisé M. Petkov. Une fois qu’il l’aura fait, nous pourrons alors déterminer si ces informations relèvent du secret d’Etat ».

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, a déclaré mercredi que l’organisation suivait de près l’enquête et accordait une grande importance à la protection de ses informations confidentielles.

« Ce que nous constatons en Bulgarie, c’est un exemple de comportement russe qui tente de saper nos institutions démocratiques, d’interférer dans les politiques intérieures et qui s’intensifie dans le domaine du renseignement », a ajouté M. Stoltenberg.

Ces dernières années, la Bulgarie a expulsé plusieurs diplomates russes soupçonnés d’espionnage, notamment pour avoir collecté des informations sur le nombre de troupes américaines présentes dans le pays. En dehors de la Bulgarie, pays le plus pauvre de l’UE, la Russie dispose de vastes réseaux de renseignement dans d’autres anciens Etats satellites de l’Union soviétique, selon les experts en sécurité. L’année dernière, la Slovaquie et la République tchèque ont, eux aussi, expulsé des diplomates russes accusés de s’être livré à des activités illégales.

Les autorités bulgares ont déclaré que les membres du réseau d’espionnage présumé avaient accès à des informations secrètes de l’Otan, de l’UE et de la Bulgarie grâce à leurs fonctions au sein du ministère de la Défense, des services de renseignement militaire et du parlement bulgare.

« Compte tenu de leurs postes de haut rang et de leur accès à des informations confidentielles, notamment au niveau de l’Otan, les risques pour la sécurité nationale étaient significatifs », souligne M. Geshev.

Ancien pays communiste, qui fut autrefois l’un des plus fidèles alliés de l’Union soviétique, la Bulgarie a rejoint l’Otan en 2004 et l’UE en 2007. Mais la Russie continue d’exercer une influence sur les affaires intérieures et les services de renseignement de cet Etat des Balkans grâce à des liens économiques étroits et aux rapports privilégiés qu’elle entretient avec des chefs d’entreprise, des responsables politiques et des agents des services de renseignement.

L’affaire bulgare illustre à quel point Moscou s’appuie toujours sur des réseaux traditionnels de renseignement humain et use de méthodes dignes de détectives pour espionner l’Occident, note Mark Galeotti, spécialiste des services de sécurité russes au Royal United Services Institute, un think tank britannique.

« Les Russes sont de très fervents adeptes du renseignement humain et franchement, c’est ce qui fait leur force », dit-il.

Selon les procureurs, le réseau était dirigé par un ancien haut responsable des services de renseignements militaires bulgares, qui se présentait lui-même comme « pro-stalinien » et était diplômé d’une école d’espionnage de Moscou, gérée par les services de renseignements militaires russes. Surnommé « le Résident » par les procureurs, il aurait recruté ses agents en leur offrant jusqu’à 1 800 dollars mensuels, « une jolie petite somme », selon ses propres termes.

Le reste du groupe comprenait des membres en poste des services de renseignements militaires bulgares et du ministère de la Défense, ainsi qu’un fonctionnaire travaillant au département des informations confidentielles du Parlement, ont déclaré les procureurs.

« Si vous avez un élément secret, vous pouvez prendre une photo », entend-on dire l’homme identifié par les procureurs comme le Résident à l’un de ses agents sur un enregistrement audio. « Des documents sur la Russie, le Moyen-Orient, l’Irak, des conflits locaux comme le Nagorny Karabakh — ça c’est très important. L’Ukraine et la Biélorussie aussi. »

Le Résident utilisait ensuite sa femme, qui possède la double nationalité russe et bulgare, comme intermédiaire entre le réseau et l’ambassade de Russie, selon les procureurs. Ces derniers affirment qu’il s’agit de la personne que l’on voit sur des vidéos entrer dans l’ambassade de Russie à Sofia et en ressortir environ une heure plus tard, dans le cadre de ce qu’ils considèrent être une mission consistant à remettre des informations et à récupérer de l’argent. Elle a été arrêtée et inculpée pour appartenance au groupe.

Les procureurs soulignent ne pas être en mesure de déterminer depuis combien de temps le réseau opérait, mais ils affirment que l’argent était la principale motivation de ses membres. Dans un enregistrement, le Résident conseille à un agent de recevoir son pot-de-vin en leva bulgare, car changer des devises pourrait constituer un risque

Lors de réunions avec les membres du réseau, souvent autour de bières et de dîners, le Résident donnait des conseils sur les techniques d’espionnage, comme le montrent les enregistrements. Il fournissait à ses agents des smartphones qui cryptaient les informations, notamment les photos prises, selon les procureurs.

« Maintenant, la question est de savoir où conserver cet appareil », dit-il à l’un de ses agents dans un enregistrement.

« S’ils me demandent, je dirai que c’est pour le travail », tente l’agent.

« Je pense que tu devrais le mettre dans un tiroir et l’emballer comme si c’était cadeau », répond le Résident. « Et mets un mot dessus, “Cadeau pour Victoria”, comme si tu allais bientôt lui offrir. » Les procureurs n’ont pas révélé qui était « Victoria ».

Dans un autre enregistrement, le Résident explique à un agent comment prendre des photos de documents sur son ordinateur.

« Tu te places calmement devant l’écran [et tu prends une photo], explique-t-il. Ensuite, vérifie que ce soit lisible. Assure-toi que ce n’est pas flou. »

Les procureurs soulignent ne pas être en mesure de déterminer depuis combien de temps le réseau opérait, mais ils affirment que l’argent était la principale motivation de ses membres. Dans un enregistrement, le Résident conseille à un agent de recevoir son pot-de-vin en leva bulgare, car changer des devises pourrait constituer un risque.

« Oui, c’est dangereux, précise le Résident dans un autre enregistrement. Mais, après tout, nous n’avons qu’une seule vie, mon garçon. Personne n’a de considération pour toi si tu n’as pas d’argent. »

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Grégoire Arnould)

Comment faire face à l’agressivité de la Chine et de la Russie

Comment faire face à l’agressivité de la Chine et de la Russie

Quelle stratégie l’UE, peu habituée aux retours de bâton, va-t-elle suivre pour faire face à l’agressivité de Pékin, en plus de celle de Moscou, s’interroge Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde », dans sa chronique.

Chronique.

 

L’Europe est au pied du mur et, si la position est inconfortable pour tout le monde, elle l’est particulièrement pour les Vingt-Sept, peu rompus aux épreuves de force. Il s’agit, après tout, d’un groupe que son haut représentant pour la politique extérieure, Josep Borrell, supplie régulièrement de se mettre à « apprendre le langage de la puissance ». Et visiblement, l’apprentissage prend du temps.

Non pas que l’Union européenne (UE) ne sache pas manier les sanctions : au contraire, elle en use volontiers, à l’égard de la Russie, de la Biélorussie ou encore récemment des militaires putschistes de la Birmanie, et maintenant de la Chine.

Mais elle n’est pas habituée au retour de bâton en pleine figure. A la limite, elle sait s’accommoder de la pratique du tit for tat qui est l’usage avec Moscou. Œil pour œil, dent pour dent, trois diplomates expulsés d’un côté, trois diplomates de l’autre – avec les Russes, on sait à quoi s’attendre.

Bruxelles découvre qu’avec les Chinois c’est autre chose. Eux ne font pas dans l’équivalence, mais dans la surenchère. L’UE déclare persona non grata quatre responsables chinois du Xinjiang impliqués dans la répression massive des musulmans ouïgours, et une institution locale, le bureau de la sécurité publique. Pékin riposte en doublant, voire en triplant la mise : ce sera dix Européens sanctionnés et quatre institutions.

Un chercheur d’une fondation française critique avec insistance le régime chinois sur Twitter ? L’ambassade de Chine passe aux insultes et puise dans la richesse du vocabulaire français, puis dans la zoologie, pour le traiter de « petite frappe » et de « hyène folle ».

Le chef de la diplomatie française convoque l’ambassadeur de Chine pendant les heures de bureau pour lui rappeler les règles diplomatiques ? Non seulement le diplomate chinois prétend avoir des problèmes d’agenda pour reporter le rendez-vous, mais l’ambassadeur de l’UE à Pékin est convoqué, lui, en pleine nuit.

« L’Europe n’est pas un paillasson », pas plus que la France, a affirmé Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, mardi 23 mars, sur Franceinfo. « Le Parlement et les institutions de l’UE ne se laisseront pas intimider », a juré le président du Parlement européen, David Sassoli. L’indignation est bienvenue ; maintenant, il va falloir le prouver.

Et c’est là que les choses se compliquent pour l’UE. Car, pas plus tard que le 30 décembre 2020, l’UE, alors présidée par l’Allemagne, brandissait comme un trophée diplomatique la conclusion avec Pékin d’un accord global sur les investissements, visant à ouvrir un peu plus le marché chinois aux entreprises européennes.

Diplomatie -Pour des sanctions significatives et ciblées contre la Russie

Diplomatie- Pour des sanctions significatives et ciblées contre la Russie

 

Dans une tribune au « Monde », Mikhaïl Khodorkovski

,l’ancien prisonnier politique et homme d’affaires, fondateur du mouvement Russie ouverte, appelle les Européens et, en premier lieu, la France, à frapper directement les responsables russes qui pillent le pays et violent les droits humains.

 

Dans un tweet en russe, Emmanuel Macron a dénoncé l’arrestation et la condamnation d’Alexeï Navalny. Par la voix du secrétaire d’Etat aux affaires européennes, les autorités françaises se sont en outre publiquement prononcées contre la mise en service du gazoduc Nord Stream 2, projet voulu par le Kremlin, comme un outil supplémentaire de pression économique sur l’Ukraine. C’est un signal clair au chef du régime criminel qui s’est emparé de la Russie.

La position de l’Elysée n’a pas toujours été aussi limpide. Nous nous souvenons de nombreuses tentatives de Paris pour mener un dialogue avec le régime de Poutine, comme s’il s’agissait du gouvernement démocratique d’un Etat de droit. Or, la Russie n’est plus un Etat de droit. Si certains avaient encore quelques doutes sur le sujet, les derniers événements autour d’Alexeï Navalny les ont, je l’espère, enfin dissipés.

Il n’est pas acceptable, que le dirigeant d’un Etat qui se prétend de droit permette à ses fonctionnaires d’empoisonner puis d’envoyer en prison un opposant politique pour le simple fait de rentrer dans son pays, comme ce fut le cas avec Alexeï Navalny. Il n’est pas acceptable d’abandonner l’enquête sur le meurtre d’un opposant comme Boris Nemtsov. Il n’est pas non plus acceptable qu’il puisse ordonner d’utiliser des armes chimiques redoutablement létales contre des opposants réfugiés au Royaume-Uni comme Alexandre Litvinenko ou Sergueï Skripal, quand bien même il les considérerait comme des « traîtres ».

 

Il y a certes la nécessité de négocier avec le Kremlin car il dispose toujours d’un important arsenal nucléaire. Cela ne doit pas nous aveugler sur la situation réelle en Russie dont les dirigeants pillent les caisses, investissant en Occident l’argent ainsi volé au peuple russe. Les divers mécanismes européens de lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent par le crime organisé ne sont pas efficaces dans une situation où le pays de provenance des fonds est lui-même contrôlé par le crime organisé.

L’histoire montre que la Russie fait partie de la civilisation européenne et de ce que nous appelons aujourd’hui le monde euro-atlantique. Ce qui se passait en Europe de l’Ouest a inévitablement eu des répercussions en Russie et réciproquement. L’interpénétration des mondes russe et occidental est totale, et ce depuis bien longtemps.

Soit on respecte la morale, soit non. Il est certes possible de rester les bras croisés. Il pourrait même être tentant de profiter de la corruption régnant au Kremlin. Nous pouvons déjà voir des hommes ou des femmes politiques français qui poursuivent l’objectif de s’installer un jour à l’Elysée tendre la main pour quémander les deniers de Moscou. Mais cela ne restera pas en vase clos. Si une maison est infestée de rats, sans aucun doute, celle du voisin le sera aussi.

Pour des sanctions significatives et ciblées contre la Russie

Pour des sanctions significatives et ciblées contre la Russie

 

Dans une tribune au « Monde », l’ancien prisonnier politique et homme d’affaires, fondateur du mouvement Russie ouverte, appelle les Européens et, en premier lieu, la France, à frapper directement les responsables russes qui pillent le pays et violent les droits humains.

Dans un tweet en russe, Emmanuel Macron a dénoncé l’arrestation et la condamnation d’Alexeï Navalny. Par la voix du secrétaire d’Etat aux affaires européennes, les autorités françaises se sont en outre publiquement prononcées contre la mise en service du gazoduc Nord Stream 2, projet voulu par le Kremlin, comme un outil supplémentaire de pression économique sur l’Ukraine. C’est un signal clair au chef du régime criminel qui s’est emparé de la Russie.

La position de l’Elysée n’a pas toujours été aussi limpide. Nous nous souvenons de nombreuses tentatives de Paris pour mener un dialogue avec le régime de Poutine, comme s’il s’agissait du gouvernement démocratique d’un Etat de droit. Or, la Russie n’est plus un Etat de droit. Si certains avaient encore quelques doutes sur le sujet, les derniers événements autour d’Alexeï Navalny les ont, je l’espère, enfin dissipés.

Il n’est pas acceptable, que le dirigeant d’un Etat qui se prétend de droit permette à ses fonctionnaires d’empoisonner puis d’envoyer en prison un opposant politique pour le simple fait de rentrer dans son pays, comme ce fut le cas avec Alexeï Navalny. Il n’est pas acceptable d’abandonner l’enquête sur le meurtre d’un opposant comme Boris Nemtsov. Il n’est pas non plus acceptable qu’il puisse ordonner d’utiliser des armes chimiques redoutablement létales contre des opposants réfugiés au Royaume-Uni comme Alexandre Litvinenko ou Sergueï Skripal, quand bien même il les considérerait comme des « traîtres ».

Il y a certes la nécessité de négocier avec le Kremlin car il dispose toujours d’un important arsenal nucléaire. Cela ne doit pas nous aveugler sur la situation réelle en Russie dont les dirigeants pillent les caisses, investissant en Occident l’argent ainsi volé au peuple russe. Les divers mécanismes européens de lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent par le crime organisé ne sont pas efficaces dans une situation où le pays de provenance des fonds est lui-même contrôlé par le crime organisé.

L’histoire montre que la Russie fait partie de la civilisation européenne et de ce que nous appelons aujourd’hui le monde euro-atlantique. Ce qui se passait en Europe de l’Ouest a inévitablement eu des répercussions en Russie et réciproquement. L’interpénétration des mondes russe et occidental est totale, et ce depuis bien longtemps.

Soit on respecte la morale, soit non. Il est certes possible de rester les bras croisés. Il pourrait même être tentant de profiter de la corruption régnant au Kremlin. Nous pouvons déjà voir des hommes ou des femmes politiques français qui poursuivent l’objectif de s’installer un jour à l’Elysée tendre la main pour quémander les deniers de Moscou. Mais cela ne restera pas en vase clos. Si une maison est infestée de rats, sans aucun doute, celle du voisin le sera aussi.

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol