Archive pour le Tag 'russe ?'

Ukraine: L’intoxication russe en difficulté

 

Ukraine: L’intoxication russe en difficulté

 

Les médias du Kremlin ont été pris de court par la surprenante contre-offensive ukrainienne. Pendant ce temps, l’extrême droite russe se montre plus véhémente que jamais. Par Christine Dugoin-Clément, IAE Paris – Sorbonne Business School.

 

Ce mois de septembre aura vu l’Ukraine mener des contre-offensives couronnées de succès aussi bien dans la région de Kharkiv (nord-est) que dans celle de Kherson (sud). Kiev a récupéré des milliers de kilomètres carrés précédemment occupés par l’armée russe.

Ces attaques ont été accompagnées par la diffusion de nombreuses images de forces russes fuyant les combats dans un relatif mouvement de panique excluant un quelconque repli stratégique organisé – elles auraient d’ailleurs laissé derrière elles une grande quantité d’équipements militaires en état de marche.

Face à cette avancée ukrainienne et au repli désordonné des forces russes, les principaux canaux de propagande du Kremlin ont été contraints de revoir en catastrophe le discours qu’ils martelaient jusque-là, à destination aussi bien de l’opinion russe que du reste du monde.

Depuis quelques jours, les images de territoires reconquis par les forces ukrainiennes déferlent sur les blogs, mais aussi sur les réseaux sociaux. Si certains d’entre eux sont bloqués en Russie, de nombreux habitants savent contourner ces blocages. Bien que le Kremlin ait tenté de bloquer l’accès aux informations objectives sur l’invasion de l’Ukraine, il lui est néanmoins difficile de nier la réalité de faits vérifiables. Dans ce contexte, les médias russes ont adopté un discours qui semblait flotter, faute de ligne directrice claire.

À titre d’exemple, le 11 septembre, la Rossiyskaya Gazeta, un organe de presse connu pour sa proximité avec le pouvoir, tentait de minimiser les gains ukrainiens. La manœuvre était assez malhabile, car si l’article encensait une opération menée par un hélicoptère MI-25 russe pour interdire le passage d’un fleuve aux forces ukrainiennes, il suffisait aux lecteurs de consulter une carte pour s’apercevoir que le lieu même de cette opération était situé à l’arrière des territoires préalablement contrôlés par la Russie.

Plus symptomatique, alors que les médias proches du pouvoir avaient toujours réagi rapidement aux évolutions du conflit en restant dans la ligne indiquée, on observe une forme de latence dans la construction d’un discours positif sur le déroulement récent de l’opération spéciale.

Parallèlement, des chaînes Telegram commencent à relayer une rhétorique cherchant à relativiser les mérites des forces ukrainiennes et, symétriquement, les revers russes. Si elle n’est pas nouvelle, une rhétorique bien rodée refait aujourd’hui surface pour expliquer que les difficultés des forces russes sont moins imputables à l’armée ukrainienne qu’à l’OTAN qui aurait déployé des forces sur place, et au concours de combattants étrangers autonomes.

Ce type d’argumentaire est mis en avant par les conservateurs russes et la branche dure des nationalistes. Ils en tirent la conclusion que, puisqu’il a affaire non seulement aux forces ukrainiennes mais aussi à une coalition otanienne qui ne dit pas son nom, le Kremlin devrait mettre fin à la « retenue » dont il a fait preuve jusqu’ici et frapper l’Ukraine de façon plus violente. Cette frange s’est donc félicitée des tirs de missile russes, le 12 septembre, ayant visé des infrastructures civiles à Kharkiv et ailleurs, ce qui a pour un temps privé des millions de personnes d’eau et d’électricité.

Cette partie la plus à droite du spectre politique russe avait déjà été crispée par l’assassinat, le 20 août dernier, de Daria Douguina, fille du célèbre idéologue eurasiste Alexandre Douguine et elle-même étoile montante de cette mouvance. Moscou a rapidement imputé le crime à l’Ukraine, laquelle conteste toute implication et déclarant que ce sont les services russes qui sont derrière l’explosion meurtrière.

Beaucoup ont voulu, à tort, présenter Douguine comme une éminence grise de Vladimir Poutine. Il était néanmoins une figure incontournable de l’eurasisme, un courant idéologique protéiforme né dans les années 1920 et ayant connu une renaissance dans les années 1990. À ce titre, l’attentat qui le visait probablement et qui a emporté sa fille pourra avoir un effet sur les franges les plus conservatrices. L’eurasisme étant un courant largement répandu et Douguine une figure célèbre, cet épisode a pu contribuer à radicaliser encore davantage ceux qui reprochent au président russe une position trop molle.

En outre, le discours russe s’appuie de longue date sur la thématique de la « forteresse assiégée » où la peur sert de levier pour fédérer la population autour d’un pouvoir fort réputé seul capable de la protéger. Or cette approche n’est efficace que si le pouvoir est en situation de garantir effectivement la sécurité de ses concitoyens.

À cet égard, l’attentat du 20 août, s’il permet de justifier la poursuite de l’action militaire en Ukraine, vient fragiliser la crédibilité de cette efficience sécuritaire. Même si cette attaque est exploitée pour justifier l’« opération spéciale » en Ukraine, il reste qu’elle risque de renforcer la position des conservateurs qui pourraient, à l’image de la famille Douguine, en venir à craindre pour leur sécurité. Il pourrait en découler une montée des tensions entre ces courants politiques radicaux et le pouvoir en place, au détriment du Kremlin.

Enfin, derrière les opérations militaires actuellement en cours en Ukraine, le temps peut représenter un enjeu pour les deux camps. Pour la Russie, qui sera obligée de modifier sa stratégie suite à la contre-offensive, il pourrait s’agir de tenir bon en limitant ses pertes, dans l’attente que l’hiver lui vienne en aide, militairement et politiquement.

Le Kremlin pourrait alors tenter de contenir le recul de ses forces tout en pariant simultanément sur une lassitude des Occidentaux. Cette dernière serait nourrie par des mouvements d’opinions publiques soumises à la double pression de l’inflation et d’une possible crise énergétique aggravée par l’hiver. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’en Occident, des voix dont une certaine proximité avec Moscou a pu être mise en lumière prêchent plus que jamais pour une levée des sanctions, ce qui donnerait un ballon d’oxygène à l’économie et au pouvoir russe, accroissant d’autant sa capacité d’endurance.

Pour l’Ukraine aussi, il s’agit de ne pas méconnaître le facteur temps. L’arrivée prochaine de l’hiver, qui ralentit traditionnellement le cours des opérations militaires, accentue l’importance de reprendre au plus vite un maximum de terrain sur les zones occupées, mais aussi de stabiliser ces gains territoriaux, ce qui est gourmand en ressources. En outre, le soutien occidental est primordial pour l’Ukraine qui, toujours tributaire d’armements et d’appuis financiers extérieurs, doit pouvoir montrer que cette aide est fructueuse afin d’entretenir la motivation des États qui la soutiennent.

Il reste que des discussions sont en cours en Europe pour plafonner le prix du gaz et du pétrole russes ; si ces mesures sont prises, Moscou pourrait jouer d’autres cartes pour gagner du temps et ralentir les mouvements militaires ukrainiens. Si la création d’une zone neutre autour de la centrale nucléaire de Zaporijia est fréquemment évoquée, la négociation d’un traité portant sur cette structure civile pourrait être un biais mis à profit pour gagner du temps sur le terrain militaire, au moins dans cette zone géographique, tout en exerçant une certaine pression sur les Occidentaux. La machine rhétorique russe pourrait, là encore, tenter de tisser un discours positif visant à présenter ces manœuvres à l’avantage du Kremlin.

_________

Par Christine Dugoin-Clément, Analyste en géopolitique, membre associé au Laboratoire de Recherche IAE Paris – Sorbonne Business School, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chaire « normes et risques », IAE Paris – Sorbonne Business School.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Se libérer de l’impérialisme russe et de la tyrannie rouge

Se libérer de l’impérialisme russe et de la tyrannie rouge

Par Michał Kłosowski dans l’Opinion 

 

 

Tout pays, toute nation, a son ADN et la guerre en Ukraine ne fait que confirmer ce constat. Alors que la Russie, quels que soient le moment historique et  le système politique, les courants intellectuels ou le pouvoir sur place, se constitue par une idée impériale, la Pologne est créée par la subsidiarité et la solidarité, qui en ce moment refont surface. Les meilleuCe libéré de l’impérialisme russe et de la tyrannie rougers exemples en sont l’ouverture aux Ukrainiens fuyant la guerre et le soutien que notre pays apporte à ceux qui luttent pour leur indépendance et leur liberté.

Les chiffres sont éloquents : plus de 6 millions de réfugiés ont traversé les points de passage frontaliers entre nos deux pays. La Pologne est devenue une plaque tournante de l’aide fournie à l’Ukraine. Les Polonais ont massivement ouvert leurs cœurs, leurs maisons, leurs établissements scolaires et universitaires. C’est le début d’une nouvelle histoire de nos deux sociétés voisines, même si jusqu’ici ça ne se passe pas nécessairement comme nous le souhaiterions.

Ce changement vient des leçons de notre propre histoire faites de luttes constantes pour la liberté et l’indépendance, le droit à l’autodétermination et à rester séparés des puissances qui nous entourent – exactement ce pour quoi les Ukrainiens se battent aujourd’hui.

Nous fûmes accueillis par la France lors de la Grande Émigration (première moitié du XIXe s.), par la Grande-Bretagne, la Perse ou encore par la lointaine Inde. Face à la menace qui pesait sur nos vies, nous pouvions compter sur des amis partout dans le monde. Aujourd’hui, ce sont les Ukrainiens qui nous remercient de notre accueil.

Les Polonais se partagent des informations sur le nombre de personnes qu’ils sont capables de loger et de nourrir et organisent des convois humanitaires. Ils s’engagent au sacrifice de leur santé et de leur vie. Les Ukrainiens sont transportés gratuitement de la frontière vers l’intérieur du pays par des gens ordinaires et les chemins de fer offrent à tout réfugié ukrainien des billets gratuits. Le gouvernement a mis à la disposition des Ukrainiens tout ce dont peuvent bénéficier les citoyens polonais : allocation 500+ pour les enfants, soutien médical, assistance sociale et éducation.

C’est un nouveau départ, une troisième vague de solidarité qui secoue maintenant la Pologne. La première était celle du syndicat éponyme « Solidarité » ; la seconde a été un grand élan national à la mort de Jean-Paul II lorsque nous nous sommes tous promis la concorde et la paix, et que pendant plusieurs semaines le pays a été embrassé par un consensus national. La troisième vague a émergé en ce moment, alors que nous divisons en deux le succès de notre transformation polonaise au cours des trente dernières années ; nous partageons tout ce dont nous disposons avec les Ukrainiens.

Les réfugiés sont logés principalement chez des particuliers. Cela fait plusieurs millions de personnes. Quelqu’un pourrait rétorquer : ils ont été accueillis par la diaspora ukrainienne, installée en Pologne depuis 2014, par l’Eglise et d’autres organisations. C’est vrai. Et parce qu’il y a encore des institutions fortes en Pologne, comme l’Eglise, qui se contente d’aider sans flash ni publicité inutile, il n’a pas été nécessaire de construire des camps de réfugiés. Parce que l’Eglise, c’est avant tout des gens. Les réfugiés ont pu voir ce que c’est la proverbiale hospitalité polonaise (« Un invité dans la maison, Dieu dans la maison »). Ils trouvent refuge dans les maisons des Polonais, mais aussi dans les résidences universitaires et les hôtels, où l’Etat prend en charge les frais d’hébergement et de repas et où le service bénévole est généralement assuré par de jeunes Polonais pour lesquels cela reste une expérience générationnelle.

Nous devons faire tout notre possible pour prendre soin des personnes qui fuient l’Ukraine. Si, après l’euphorie initiale, nous laissons triompher nos vices nationaux, nous manquerons la grande opportunité qui s’offre à nous aujourd’hui. Liberté, démocratie et solidarité ne sont pas de vains slogans pour les Polonais et les Ukrainiens. Quant aux autres pays qui se sont libérés de la « tyrannie rouge », ils sont d’une importance cruciale.

Michał Kłosowski est vice-rédacteur en chef de « Wszystko Co Najważniejsze », chef du département des projets spéciaux à l’Institut des Nouveaux Médias

 

Poutine : Victoire pour le pétrole russe ?

Poutine : Victoire pour le pétrole russe !

Ils se sont tous lourdement trompés, ceux qui avaient prédit un effondrement de la production russe de pétrole. Par Michel Santi dans la Tribune

 

Poutine a déjoué tous les pronostics car, avec 10,8 millions de barils/jour (mb/j) pompés en juillet dernier, la production russe de pétrole est quasiment au niveau des 11 mb/j de janvier dernier, soit avant la guerre. En fait, voilà trois mois que cette production s’est nettement redressée du trou d’air subi les mois ayant suivi le déclenchement du conflit, car la Russie a remplacé ses bons clients raffineurs européens par d’autres marchés. ( Des marchés où toutefois les prix sont sacrifiés NDLR)

L’Asie de manière générale et l’Inde en particulier, mais également le Moyen-Orient et la Turquie représentent les nouveaux débouchés, même si certains acheteurs européens persistent dans leurs emplettes en pétrole russe en attendant le point de non retour des sanctions européennes devant intervenir en novembre prochain. Moscou ne se donne désormais même plus la peine d’offrir des réductions – qui furent massives pendant l’hiver afin de séduire de nouveaux clients – tant le pays semble aujourd’hui sûr de sa trajectoire, il est vrai dans un contexte global très tendu en termes d’approvisionnement énergétique dont les dirigeants russes profitent largement. Pour ce faire, les exportateurs russes peuvent compter sur l’émergence de nouveaux «traders» basés au Moyen-Orient et dans certains pays asiatiques qui écoulent – moyennant de juteuses marges – le brut russe vers des acheteurs empressés.

Pour autant, ce que l’honnêteté oblige de qualifier de succès russe n’est pas tant économique et financier que surtout politique. L’Ouest – pour sa part – a complètement échoué à convaincre l’OPEP+ (l’Organisation des pays exportateurs et ses alliés) de se retirer de leur alliance avec la Russie puisque c’est même le contraire qui s’est passé. Emmenée par les grands alliés supposés de l’Occident, à savoir l’Arabie Saoudite et les Emirats-Arabes Unis, cette organisation n’a relevé que symboliquement la production pétrolière de ses nations membres, et en guise de désaveu cinglant et humiliant au Président Biden qui avait exprès pris son bâton de pèlerin pour aller à Ryad rendre un hommage autant contesté que contestable à MBS.

Au final, ce robinet de liquidités de rente pétrolière qui s’est bien redressé, donne de la marge à Poutine qui peut dès lors se permettre de sacrifier une partie importante de ses revenus gaziers en restreignant ses ventes en direction de l’Europe. C’est simple : la Russie engrange depuis peu tant de revenus pétroliers, elle vend tant de pétrole, qu’elle peut se permettre des mesures de rétorsion sur le gaz naturel à l’encontre des Européens qui – bien que restant déterminés – sont néanmoins à peine conscients des désastres qui les attendent. Nos tarifs de consommation électrique seront immanquablement appelés à flamber de l’ordre de 60 à 80%, voire à doubler dans certains pays européens. Très prochainement, nos dirigeants seront confrontés à des choix impossibles car les ravages causés aux différentes économies européennes par cette escalade sans précédent des prix de l’énergie seront extraordinairement douloureux.

Quelque que soit l’angle d’analyse, Vladimir Poutine est en passe de remporter cette guerre de l’énergie. Sa victoire est difficilement contestable sur de multiples fronts, et ce pendant que les centaines de millions perçus quotidiennement par la Russie sur ses ventes pétrolières lui assurent le soutien de la population.

L’arme nucléaire russe : qu’en cas d’ »urgence »!

L’arme nucléaire russe : qu’en cas d’ »urgence » !

 

 

Une déclaration dont on ne sait pas si elle se veut rassurante quand  la Russie affirme que l’arme nucléaire ne serait utilisée qu’en cas d’urgence. Encore faut-il définir cette notion d’urgence et savoir  s’il s’agit de frappes stratégiques ou tactiques. Mardi, le ministre russe de la Défense avait assuré que Moscou n’avait « pas besoin » d’utiliser l’arme nucléaire dans le cadre de ses opérations militaires en Ukraine, qualifiant de « mensonges absolus » les informations de presse selon lesquelles son pays pourrait déployer des armes nucléaires ou chimiques dans le conflit en cours. Un papier de géo.fr  fait le point sur la question.

L’hypothèse avait été évoquée peu après le déclenchement des hostilités, lorsque Vladimir Poutine avait indiqué avoir ordonné à ses généraux de « mettre les forces de dissuasion de l’armée russe en régime spécial d’alerte au combat ». Et le chef de la CIA, William Burns, vient de la brandir à nouveau, jeudi 14 avril, en évoquant le recours potentiel pour Moscou à des armes nucléaires tactiques ou de faible puissance.

« Il est possible que le président Poutine et les dirigeants russes sombrent dans le désespoir, compte tenu des revers qu’ils ont subis jusqu’ici d’un point de vue militaire », a-t-il fait valoir, tout en admettant n’avoir  »pas vraiment constaté de signes concrets (…) qui pourraient aggraver » les inquiétudes occidentales sur ce dossier.

Une arme nucléaire tactique, plus petite en charge explosive que l’arme nucléaire stratégique, est en théorie destinée au champ de bataille et transportée par un vecteur ayant une portée inférieure à 5 500 km.

« Au niveau vertical, il y a un vrai risque. Ils ont désespérément besoin de remporter des victoires militaires pour les transformer en levier politique », expliquait fin mars à l’AFP Mathieu Boulègue, du centre de réflexion britannique Chatham House.  »L’arme chimique ne changerait pas la face de la guerre. Une arme tactique nucléaire qui raserait une ville ukrainienne, oui. C’est improbable mais pas impossible. Et là ce serait 70 ans de théorie de dissuasion nucléaire qui s’effondrent ».

Du risque à la réalité, le pas reste immense. La doctrine russe est sujette à débat. Certains experts et responsables militaires, en particulier à Washington, affirment que Moscou a abandonné la doctrine soviétique de ne pas utiliser l’arme suprême en premier. Moscou aurait désormais dans ses options la théorie de « l’escalade pour désescalader » : utiliser l’arme dans des proportions limitées pour forcer l’OTAN à reculer.

Les récentes déclaration russes n’ont pas vraiment levé le doute sur cette interprétation. Moscou n’utilisera l’arme nucléaire en Ukraine qu’en cas de « menace existentielle » contre la Russie, a ainsi déclaré récemment le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, sur CNN, citant un des points de la doctrine officielle russe, sans autre précision.

Techniquement, Moscou est équipée. Selon le très respecté Bulletin of the Atomic Scientists« 1 588 têtes nucléaires russes sont déployées », dont 812 sur des missiles installés à terre, 576 sur des sous-marins et 200 sur des bombardiers.

Pour Pavel Luzin, analyste du groupe de réflexion Riddle basé à Moscou, la Russie pourrait utiliser une arme nucléaire tactique « pour démoraliser un adversaire, pour empêcher l’ennemi de continuer à se battre ». L’objectif est d’abord « démonstratif », ajoute-t-il à l’AFP. « Mais si l’adversaire veut toujours se battre ensuite, elle peut être employée de manière plus directe ».

De fait, les menaces font leur effet : le risque ne peut être totalement écarté. « En cas d’enlisement ou d’humiliation, on peut imaginer une escalade verticale. Cela fait partie de la culture stratégique russe d’aller dans l’intimidation et l’escalade pour obtenir la désescalade », rappelle un haut gradé français sous couvert de l’anonymat. « Poutine n’est pas entré dans cette guerre pour la perdre ».Mais d’autres veulent croire que le tabou absolu demeure. Si Vladimir Poutine décide d’anéantir ne serait-ce qu’un village ukrainien pour montrer sa détermination, la zone serait potentiellement exclue de toute vie humaine pour des décennies. « Le coût politique serait monstrueux. Il perdrait le peu de soutien qui lui reste. Les Indiens reculeraient, les Chinois aussi », assure à l’AFP William Alberque, de l’International Institute for Strategic Studies (IISS). « Je ne pense pas que Poutine le fera ».

Reste que la Russie ne jouirait pas aujourd’hui d’une telle stature sans l’arme suprême. Elle ne constituerait pas une menace d’une telle ampleur avec ses seules forces conventionnelles, qui témoignent en Ukraine d’une immense capacité de destruction mais aussi de réelles faiblesses tactiques, opérationnelles et logistiques.

Dans les chancelleries occidentales, les certitudes n’ont plus cours. « Le Rubicon initial a été franchi » lors de l’invasion de l’Ukraine,  »il n’y a plus vraiment de limites », admet un diplomate occidental. Mais il espère que tienne ce « tabou qui dure depuis le 9 août 1945″ et la bombe sur Nagasaki.

Sous influence russe, le Mali dérape de plus en plus

Sous influence russe, le Mali dérape de plus en plus

 

Le Mali reprend désormais à son compte la phraséologie et la dialectique outrancière russe pour dénoncer presque chaque jour l’attitude de la France. Y compris avec des contrevérités de type KGB pour intoxiquer les populations. La vérité c’est que le Mali officiel se rétrécit comme une peau de chagrin depuis le départ imposé à la France et que les Russes et ce qui reste des forces maliennes sont maintenant opposés aux islamistes.

Et pour masquer leurs faiblesses la Russie et le Mali attaque la France à l’ONU. De quoi sourire si la situation n’était pas aussi dramatique pour une dictature malienne de plus en plus isolée en dépit du soutien russe et notamment des mercenaires de Wagner

Le gouvernement malien affirme être en mesure de démontrer où et quand la France aurait livré des armes à des groupes islamistes, est-il ajouté dans le courrier, sans toutefois qu’aucune preuve ne soit fournie.

« La France n’a évidemment jamais soutenu, directement ou indirectement, ces groupes terroristes, qui demeurent ses ennemis désignés sur l’ensemble de la planète », a indiqué l’ambassade de France au Mali sur Twitter, soulignant que 53 soldats français étaient morts au Mali au cours des 9 dernières années.

Ces accusations interviennent alors que la France a achevé lundi le retrait des soldats français de Barkhane, une opération militaire visant à lutter dans le Sahel contre les mouvements islamistes.

 

Impérialisme russe : l’aveuglement de l’Europe

Impérialisme russe : l’aveuglement de l’Europe

Mateusz Morawiecki, premier ministre polonais, dénonce l’aveuglement de l’Europe vis-à-vis de l’impérialisme russe dans le Monde et la responsabilité particulière de l’Allemagne de la France.

 

La guerre en Ukraine a fait apparaître la vérité sur la Russie. Ceux qui ne voulaient pas voir que l’Etat de Poutine avait des tendances impérialistes doivent se rendre à l’évidence : en Russie, les démons des XIXe et XXe siècles ont été ravivés : le nationalisme, le colonialisme et un totalitarisme de plus en plus visible. Mais la guerre en Ukraine a également révélé la vérité sur l’Europe. De nombreux dirigeants européens avaient été séduits par Vladimir Poutine. Ils vivent aujourd’hui un choc.

Le retour de l’impérialisme russe ne devrait pas nous surprendre. L’Europe s’est retrouvée dans la situation présente non pas parce qu’elle était insuffisamment intégrée, mais parce qu’elle a refusé d’écouter la voix de la vérité. Cette voix se faisait entendre de la Pologne depuis de nombreuses années.

Cette ignorance de la voix polonaise est une illustration du problème plus large auquel l’Union européenne (UE) est confrontée aujourd’hui. En son sein, l’égalité des Etats individuels est de nature déclarative. La pratique politique montre que les voix allemande et française ont une importance prépondérante. Nous avons donc affaire à une démocratie formelle et à une oligarchie de fait au sein de laquelle le pouvoir est détenu par les plus forts.

Le mécanisme de sécurité qui protège l’UE de la tyrannie de la majorité est le principe de l’unanimité. Il peut être frustrant de chercher un compromis entre vingt-sept pays qui ont si souvent des intérêts contradictoires, et le compromis lui-même peut ne pas satisfaire tout le monde à cent pour cent. Toutefois, cela permet de s’assurer que chaque voix est entendue et que la solution adoptée répond aux attentes minimales de chaque Etat membre.

Energies- Nucléaire, gaz russe, charbon : l’Allemagne fait marche arrière

Energies- Nucléaire, gaz russe, charbon : l’Allemagne fait marche arrière

 

 

L’Allemagne envisage désormais de prolonger la durée d’exploitation des trois dernières centrales en activité dans le pays. De même pour le charbon: Berlin compte augmenter le recours à cette énergie fossile très polluante qui devait pourtant disparaître du pays en 2030.

L’Allemagne dépendait à plus de 50 % du gaz russe qui constitué l’axe stratégique de sa politique énergétique. Aujourd’hui ce gaz russe représente plus que 30 % et devrait tomber à 10 % voire à zéro. Du coup, l’Allemagne remet  complètement en cause le contenu de sa politique énergétique. En plus du gaz russe, l’Allemagne comptait sur les énergies alternatives qui constituent un véritable fiasco notamment les éoliennes. Forcé de trouver une solution - au-delà de demander aux ménages d’adopter des habitudes de sobriété énergétique en prenant, en prenant par exemple des douches plus courtes et plus froides (!), Olaf Scholz a justifié les réflexions en cours sur le sujet du nucléaire par le fait que le développement des énergies renouvelables, censées remplacer l’énergie nucléaire et le charbon, est plus lent que prévu. Et il est « très différent d’une région à l’autre en Allemagne », a-t-il dit, pointant du doigt l’énergie éolienne .  Du coup l’Allemagne développe surtout des centrales à charbon. Pire l’Allemagne à travers des propos de son chancelier n’exclut plus de recourir davantage au nucléaire !

En effet,’une des pistes actuellement envisagées par le gouvernement est de se tourner de nouveau vers le nucléaire. Une énergie que l’Allemagne avait pourtant décidé d’abandonner à la fin de l’année. Néanmoins, ce mercredi, le chancelier allemand a estimé que cela « peut faire sens » de prolonger la durée d’exploitation des trois dernières centrales nucléaires en activité en Allemagne même si elles « ne sont pertinentes que pour la production d’électricité et seulement pour une petite partie de celle-ci ».

La consommation de charbon était pourtant déjà en hausse avant le déclenchement de la guerre en Ukraine et la flambée des prix qui s’en est suivie. L’Allemagne s’était davantage appuyée sur cette énergie fossile pour pallier la sortie du nucléaire et en attendant que les énergies renouvelables se développent suffisamment. En 2021, la production d’électricité à partir de charbon avait crû de près de 18%. De même, 28,9% de l’électricité injectée dans le réseau du pays provenait encore de centrales à charbon au premier trimestre 2021, « contre 13% en moyenne dans l’Union européenne », selon une note de l’Institut Jacques Delors sur le sujet. La demande de ce combustible a toutefois été divisée par trois depuis 1990 en Allemagne.

 

Le monde russe de Poutine est une caricature

Le monde russe de Poutine est une caricature

 

Pour le président de la Russie, ce que les peuples de l’ex-URSS (sans les pays baltes) ont de russe suffit pour les unir. Mais l’empire était multiethnique, et son patrimoine est le produit de la diversité, affirme l’universitaire Serge Rolet, dans une tribune au « Monde ».

 

On comprend bien pourquoi les Ukrainiens n’ont aucune envie de faire partie du monde russe (« rousski mir ») que cherche à leur imposer Vladimir Poutine. La réalisation de ce fantasme nationaliste grand-russe ferait de l’Ukraine une humiliante arrière-cour de la Russie. Pour Poutine, les peuples qui composent le monde russe (c’est-à-dire ceux de l’ex-URSS, sans les pays baltes) n’ont en commun que ce qu’ils ont de russe. Or ce qui est russe est souvent constitué d’apports non russes.

L’histoire, le patrimoine matériel et immatériel de la Russie sont le produit de la diversité. Le centre est autant fait par la périphérie que la périphérie l’est par le centre. L’empire russe était multiethnique. Une partie importante de la noblesse russe descend des Tatars. Dostoïevski passe pour avoir dit : « Nous [les écrivains russes de son temps] sommes tous sortis du Manteau de Gogol. » Gogol (1809-1852) était ukrainien et il écrivait en russe ; ses œuvres sont saturées d’histoires, de folklore, de paysages ukrainiens.

Dans le cas de l’Ukraine, Poutine va plus loin. Son message aux Ukrainiens est à peu près le suivant : « Soit vous êtes une partie de nous, soit vous n’êtes rien. Votre volonté d’être autre chose que des Petits-Russes est le signe que vous êtes dirigés par des nazis dépravés et drogués, c’est pourquoi nous avons le devoir sacré de les détruire, et vous avec, si besoin. » Dans ce contexte, l’idée qu’il existe un monde russe, même différent de celui promu par la propagande de Moscou, semble impensable, voire suspecte de complaisance envers Poutine.

Simplement, de même que ce que Zemmour appelle « la France » n’est pas la France de la République, le « rousski mir » de Poutine n’est qu’une inquiétante caricature. Prendre l’expression « monde russe » au sens de Poutine, c’est lui céder le champ du vocabulaire. Il ne faut pas laisser le monde russe à Poutine.

En fait, c’est Poutine qui est en train d’anéantir le monde russe, le vrai, celui qui a une existence historique, une consistance sociale et culturelle. Ce monde s’appuie sur ce qui reste de commun, après la russification impériale, la colonisation, les soviets.

Le monde russe est d’abord celui dont le russe continue d’être la lingua franca (la langue commune). Trente ans après la chute de l’URSS, les hommes d’affaires arméniens ou ouzbeks parlent le russe aussi bien qu’avant, parce que leurs partenaires sont le plus souvent russophones, qu’eux-mêmes ont appris le russe à l’école et que, en contrepoint de leur langue maternelle, le russe est présent partout dans leur quotidien. Le russe permet d’articuler le local au global.

Politique -Afrique : Après la colonisation occidentale, la colonisation chinoise, la colonisation russe !

Politique Afrique : Après la colonisation occidentale,  la colonisation chinoise, la colonisation russe !

 

Après le Mali, des manifestations  anti françaises se développent au Burkina Faso inspirées par les Russes. La Russie déjà depuis un moment pousse  ses pions en Afrique pour influencer les régimes politiques y compris en les déstabilisant.

D’une certaine manière,  les colonisations se succèdent sur ce continent encore fragile mais qui au moins connaît la démocratie. Cependant certains régimes autocratiques mettraient  bien la démocratie entre parenthèses en s’inspirant du modèle russe pour se maintenir au pouvoir et éviter l’obstacle des urnes.

On observera d’ailleurs que la plupart des pays qui se rapprochent de la Russie présentent de grandes fragilités démocratiques autant qu’économiques. Ce n’est sans doute pas la Russie qui apportera à ces pays les moyens d’un développement durable et d’une société démocratique.La Russie veut au contraire combattre les valeurs démocratiques et imposer par la terreur la dictature et le sous-développement. Le pouvoir et les richesses étant confisquées par des oligarques et des voyous voire des criminels.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov débutera une tournée en Afrique dimanche afin de développer les liens économiques entre la Russie et le continent, alors que l’Occident a imposé des sanctions contre Moscou en raison de l’invasion de l’Ukraine.

Pour accroître l’influence de la Russie,Sergueï Lavrov rencontrera les membres de la Ligue arabe au Caire, en Egypte, avant de se rendre en Ethiopie, en Ouganda et en République du Congo.Trois pays pas spécialement exemplaires

L’Egypte entretient des liens stratégiques et économiques avec la Russie, qui lui fournit notamment des armes et lui livre des céréales.

L’Egypte « estime que le monde devient de moins en moins polarisé, et elle ne voit pas pourquoi elle devrait limiter ses relations à l’Occident », explique-t-on.

Moscou a également profité de la détérioration des relations entre l’Occident et l’Ethiopie – en raison du conflit au Tigré – pour développer des liens avec Addis-Abeba.

La Russie a trouvé sur le continent les moyens de rétablir son influence en proposant surtout une aide sécuritaire aux pays fragiles politiquement.

Politique Afrique : Après la colonisation occidentale, la colonisation chinoise, la colonisation russe !

Politique Afrique : Après la colonisation occidentale,  la colonisation chinoise, la colonisation russe !

 

La Russie déjà depuis un moment ses pions en Afrique pour influencer les régimes politiques y compris en les déstabilisant.

D’une certaine manière l,es colonisations se succèdent sur ce continent encore fragile mais qui au moins connaît la démocratie. Cependant certains régimes autocratiques mettraient  bien la démocratie entre parenthèses en s’inspirant du modèle russe pour se maintenir au pouvoir et éviter l’obstacle des urnes.

On observera d’ailleurs que la plupart des pays qui se rapprochent de la Russie présentent de grandes fragilités démocratiques autant qu’économiques. Ce n’est sans doute pas la Russie qui apportera à ces pays les moyens d’un développement durable et d’une société démocratique.La Russie veut au contraire combattre les valeurs démocratiques et imposer par la terreur la dictature et le sous-développement. Le pouvoir et les richesses étant confisquées par des oligarques et des voyous voire des criminels.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov débutera une tournée en Afrique dimanche afin de développer les liens économiques entre la Russie et le continent, alors que l’Occident a imposé des sanctions contre Moscou en raison de l’invasion de l’Ukraine.

Pour accroître l’influence de la Russie,Sergueï Lavrov rencontrera les membres de la Ligue arabe au Caire, en Egypte, avant de se rendre en Ethiopie, en Ouganda et en République du Congo.Trois pays pas spécialement exemplaires

L’Egypte entretient des liens stratégiques et économiques avec la Russie, qui lui fournit notamment des armes et lui livre des céréales.

L’Egypte « estime que le monde devient de moins en moins polarisé, et elle ne voit pas pourquoi elle devrait limiter ses relations à l’Occident », explique-t-on.

Moscou a également profité de la détérioration des relations entre l’Occident et l’Ethiopie – en raison du conflit au Tigré – pour développer des liens avec Addis-Abeba.

La Russie a trouvé sur le continent les moyens de rétablir son influence en proposant surtout une aide sécuritaire aux pays fragiles politiquement.

Afrique : Après la colonisation occidentale, la colonisation chinoise, la colonisation russe !

Afrique : Après la colonisation occidentale,  la colonisation chinoise, la colonisation russe !

 

La Russie déjà depuis un moment ses pions en Afrique pour influencer les régimes politiques y compris en les déstabilisant.

D’une certaine manière l,es colonisations se succèdent sur ce continent encore fragile mais qui au moins connaît la démocratie. Cependant certains régimes autocratiques mettraient  bien la démocratie entre parenthèses en s’inspirant du modèle russe pour se maintenir au pouvoir et éviter l’obstacle des urnes.

On observera d’ailleurs que la plupart des pays qui se rapprochent de la Russie présentent de grandes fragilités démocratiques autant qu’économiques. Ce n’est sans doute pas la Russie qui apportera à ces pays les moyens d’un développement durable et d’une société démocratique.La Russie veut au contraire combattre les valeurs démocratiques et imposer par la terreur la dictature et le sous-développement. Le pouvoir et les richesses étant confisquées par des oligarques et des voyous voire des criminels.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov débutera une tournée en Afrique dimanche afin de développer les liens économiques entre la Russie et le continent, alors que l’Occident a imposé des sanctions contre Moscou en raison de l’invasion de l’Ukraine.

Pour accroître l’influence de la Russie,Sergueï Lavrov rencontrera les membres de la Ligue arabe au Caire, en Egypte, avant de se rendre en Ethiopie, en Ouganda et en République du Congo.Trois pays pas spécialement exemplaires

L’Egypte entretient des liens stratégiques et économiques avec la Russie, qui lui fournit notamment des armes et lui livre des céréales.

L’Egypte « estime que le monde devient de moins en moins polarisé, et elle ne voit pas pourquoi elle devrait limiter ses relations à l’Occident », explique-t-on.

Moscou a également profité de la détérioration des relations entre l’Occident et l’Ethiopie – en raison du conflit au Tigré – pour développer des liens avec Addis-Abeba.

La Russie a trouvé sur le continent les moyens de rétablir son influence en proposant surtout une aide sécuritaire aux pays fragiles politiquement.

Le biométhane pour remplacer le gaz russe

Le  biométhane pour remplacer le gaz russe 

 

Le professeur de gestion Robert Bell affirme  dans le Monde que la conversion des déchets organiques en méthane permettrait de mettre fin aux importations de gaz russe.

 

Depuis le jour où les Russes ont envahi l’Ukraine, le 24 février 2022, l’Union européenne (UE) a versé à la Russie plus de 28 milliards d’euros en échange de son gaz (Financing Putin’s war : Fossil fuel imports from Russia during the invasion of Ukraine, Centre for Research on Energy and Clean Air, CREA). Parallèlement, l’UE recherche d’autres sources d’approvisionnements pour remplacer les 155 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz naturel importé de Russie. Or, l’UE pourrait produire localement, selon diverses modalités, suffisamment de biométhane pour remplacer ce gaz importé.

Rappelons que le biogaz est produit par la décomposition, en l’absence d’oxygène, de matières organiques (fumier, eaux usées humaines, résidus agricoles, etc.). Le biogaz se compose de 50 à 70 % de méthane et de 30 à 50 % de CO2. En éliminant ce dernier et les traces de sulfure d’hydrogène (qui produit la mauvaise odeur d’« œuf pourri ») par un processus facile et peu coûteux, il reste le méthane pur, substitut parfait au gaz naturel.

 

Le biométhane produit dans les grands centres de production coûte souvent un tiers de moins que le prix désormais élevé du gaz naturel. Dans les petits centres de production, les coûts sont plus comparables au gaz russe, mais au moins l’argent reste sur place, il ne va pas en Russie ! Le biométhane circule dans les mêmes canalisations et installations de stockage que le gaz naturel.

Dès lors, pourquoi ne pas le substituer au gaz russe ? Simplement parce qu’on en produit bien peu, environ 3 mmc, comme l’indique l’Association européenne du biogaz (EBA). Cette même source indiquait également, qu’en utilisant ses propres déchets, l’UE pourrait produire 35 mmc de biométhane d’ici à 2030, soit plus de 20 % des importations de gaz russe.

Cette estimation a été retenue dans la stratégie officielle de la Commission européenne, REPowerEU. Installer l’infrastructure de production de ce biométhane coûterait, selon l’EBA, quelque 80 milliards d’euros. Cela semble beaucoup, mais c’est peu comparé aux 28 milliards versés aux envahisseurs russes en seulement quatre mois !

 

De plus, le CO2 extrait du biogaz d’origine peut être valorisé pour obtenir plus de biométhane : combiné avec de l’hydrogène dans un réacteur, en présence d’un catalyseur au nickel, il ressort sous forme de gaz méthane pur. Ce serait un moyen de stocker l’énergie pour pallier les pertes de production intermittentes des parcs éolien et photovoltaïque.

Ukraine : l’amère victoire russe

Ukraine : l’amère victoire russe

 

Les évènements actuels qui embrasent l’Ukraine ont plongé l’Occident dans la perplexité : pourquoi une guerre que toute l’Europe jugeait improbable, car parfaitement irrationnelle, à l’exception du renseignement américain nourri d’observations satellitaires, d’écoutes et, probablement, d’informations confidentielles fournies par quelques « taupes » infiltrées au sein même de l’appareil politico-militaire russe ? Par André Yché, Président du conseil de surveillance chez CDC Habitat.(La Tribune)

 

« La Russie est un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme ». – Winston Churchill

Les évènements actuels qui embrasent l’Ukraine ont plongé l’Occident dans la perplexité : pourquoi une guerre que toute l’Europe jugeait improbable, car parfaitement irrationnelle, à l’exception du renseignement américain nourri d’observations satellitaires, d’écoutes et, probablement, d’informations confidentielles fournies par quelques « taupes » infiltrées au sein même de l’appareil politico-militaire russe ? En effet, si le « Cirque » doit à John Le Carré la réputation d’être perméable aux « honorables correspondants » du « Centre » de Moscou, à la Loubianka, les « services » français, bien qu’ayant fait oublier l’affaire Georges Pâques et le réseau « saphir », ne sauraient prétendre à l’exclusivité des sources du type « Farewell » !

Et surtout, comment l’Armée rouge s’est-elle enlisée dans une « opération militaire spéciale » qui, de l’avis général, devait être réglée dans la semaine ?

À la première question, la réponse paraît devoir résider dans l’isolement personnel du Président Poutine, entouré de collaborateurs terrorisés, aux poitrines bardées de décorations, engoncés dans des uniformes rappelant fâcheusement les apothéoses staliniennes de la Place Rouge.

Il serait inconséquent de s’en tenir à cette explication superficielle qui inspire la conviction d’aucuns que la disparition du dirigeant actuel réglerait le problème, sans même envisager que le profil d’un éventuel successeur risquerait fort de faire regretter, à bref délai, celui de son prédécesseur.

Celui-ci bénéficie aujourd’hui, quoiqu’on en ait, d’une popularité certaine dans son pays, car il est pénétré de l’histoire et de la culture russes, et recueille un large soutien symbolisé par l’appui ostensible du patriarche de la « Troisième Rome » dont il faut se souvenir qu’aux pires moments de l’été 1941, alors que les divisions de « panzers » déferlaient dans les plaines d’Ukraine et de Biélorussie, l’ancien séminariste Joseph Staline avait jugé bon, selon la légende, d’extraire le Métropolite de sa résidence surveillée pour l’envoyer survoler Moscou muni d’icônes sacrées, chargé de bénir les défenseurs de la Sainte Russie ! Ajoutons que la passion du successeur de Boris Eltsine pour l’histoire et la géopolitique fait qu’il se remémore encore aujourd’hui ces périodes où l’Ukraine, déchirée entre Occident et Orient, était largement soumise au « Royaume des deux nations » polono-lituanien et où, dans les années 1920, les Cosaques Zaporogues, alliés à l’armée de Dénikine, envisageaient de reconquérir Moscou à partir de Kiev. C’était avant que certains d’entre eux n’accueillent sans trop d’hésitations les descendants des Chevaliers teutoniques revenus, comme au temps de la première bataille de Tannenberg, envahir la Moscovie.

Enfin, les cours d’enseignement supérieur du FSB n’ont certainement pas omis d’inculquer au jeune officier quelques principes essentiels, comme celui de l’importance du « couloir stratégique » reliant la Baltique à la Mer Noire, et dont la Crimée, au XIX° siècle, constituait la pointe avancée en direction de Constantinople, du Bosphore et des mers chaudes ; au point qu’il fallut une action franco-britannique pour préserver l’Empire ottoman, intervention dont le seul avantage durable que nous ayons conservé par-devers nous depuis lors, hormis le prestige des zouaves, consiste dans les noms d’un pont et d’un boulevard parisiens.

Sans doute s’agissait-il d’évènements lointains et, pour la plupart, oubliés du plus grand nombre, à l’exception toutefois de ceux datant de la Grande Guerre patriotique, sans pour autant qu’une méfiance traditionnelle envers l’Occident, teintée de fascination, ne subsiste au-delà du Niémen en dépit de la Glasnost et de la Perestroïka.

Le malheur voulut que tout au long des deux décennies qui suivirent la chute du Mur de Berlin, en dépit de la clairvoyance d’un François Mitterrand conscient de la nécessité de reconstruire une organisation continentale dédiée à la sécurité en Europe et malgré le prestige de son successeur, épris de culture slave, aux yeux du nouveau Tsar venu de Saint-Pétersbourg, l’Occident ne sut jamais adresser les signes de respect et de considération qu’attendait le peuple russe. Et subrepticement, la doctrine américaine du « containment » imposée en 1945 par George Kennan s’est trouvée supplantée par celle du « Roll Back » défendue par George Patton et le clan des « faucons », favorisée par la régression culturelle de l’Amérique.

Et c’est ainsi que la méfiance réciproque a fini par reléguer aux oubliettes l’esprit de « détente, entente et coopération » prôné par le Général de Gaulle que nos propres élites tenaient pour définitivement acquis.

Donc, l’ « opération militaire spéciale » est déclenchée le 24 février 2022, et quatre mois plus tard, l’Armée rouge, ou du moins son avatar contemporain, se bat toujours pour tenter de conquérir intégralement les provinces russophones de l’Est ukrainien, devenues républiques autoproclamées, et pour assurer leur liaison avec la Crimée de manière à imposer une continuité géographique entre les anciens protectorats russes. Les autres objectifs initiaux, Kiev et Odessa, ne sont plus à l’ordre du jour.

Que s’est-il donc passé ? D’évidence, la volonté et la capacité de résistance des Ukrainiens, pourtant bien connus des Russes, ont été sous-estimées. En termes opérationnels, l’emploi massif des missiles anti-chars et anti-aériens dans l’évaluation du rapport de forces n’a pas été suffisamment pris en compte, syndrome du conservatisme pour ainsi dire viscéral de l’État-Major russe, plus accentué encore que celui, assez inévitable, de tout État-Major influencé par les indispensables « RETEX » qui valorisent souvent le passé, plus que l’avenir.

D’autres facteurs ont joué : l’hétérogénéité des systèmes d’armes, cauchemar logistique (4 générations de chars de combat en service), une difficulté évidente dans la coordination des feux sur le champ de bataille, s’agissant notamment de l’appui aérien visiblement assez peu efficace, alors qu’il est essentiel pour les armées occidentales. Enfin, les faiblesses congénitales des unités d’appelés à l’époque actuelle, alors que les référentiels universels modernes ne prédisposent guère les contingents de jeunes recrues à l’action militaire, comme les américains en ont fait la cruelle expérience au Viêt-Nam.

Plus fondamentalement, il existe assurément une tendance à la surévaluation de l’armée russe, de l’accord conjoint des parties : les Russes, pour « intoxiquer » l’adversaire, selon une doctrine bien connue de « Maskirovka », ou « dissimulation » ; les occidentaux, et tout particulièrement le Pentagone, pour justifier un effort d’armement soutenu, quelles que soient les circonstances. Rappelons, pour mémoire, que des travaux récents ont mis en lumière, semble-t-il, que la prétendue « crise des missiles » à Cuba n’en était pas vraiment une, Kroutchev ayant d’emblée informé le Politburo qu’il allait devoir céder pour éviter une confrontation inégale. Mais une habile mise en scène permit alors au clan Kennedy de faire oublier le désastre de la « Baie des Cochons ». Bis repetita…

De marine de « haute mer », point, sinon une flotte sous-marine démystifiée par la catastrophe du Koursk ; une aviation nombreuse mais dont les Migs et les Sukhois les plus récents n’ont jamais surclassé les F14, F15, F16 et F18.

Certes, il existe des domaines d’excellence dans lesquels la Russie affiche orgueilleusement son savoir-faire : les nouveaux chars, les missiles « hypersoniques » en sont l’illustration. Mais il ne s’agit guère que d’un arsenal d’échantillons, sans véritable portée stratégique. Rappelons que les États-Unis eux-mêmes ont limité à une présérie la production des intercepteurs furtifs F22, en dépit d’un budget militaire annuel de l’ordre de 750 milliards de dollars, qui alimente notamment les « black programs » de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) à l’image de l’avion de combat hypersonique SR72, dont l’expérimentation serait en cours ou sur le point de débuter à partir de Nellis AFB et du polygone d’essais de White Sands.

Il serait bien sûr fort hasardeux d’en conclure que l’armée russe n’est qu’un « tigre de papier ». D’abord parce qu’il est quasiment constant, dans tous ses engagements, qu’elle essuie des revers initiaux avant de retourner la situation. Napoléon en reçut, bien tardivement, la dure leçon.

En second lieu, depuis la « Grande Guerre patriotique », et le tournant de la bataille de Koursk à l’été 1943, la stratégie n’a guère évolué : c’est l’artillerie qui prépare le terrain, les masses blindées opèrent la percée selon la doctrine Joukov, et l’infanterie motorisée exploite la situation. À ceci près que de nos jours, et comme à Stalingrad, le combat urbain réserve de mauvaises surprises à l’assaillant et que de surcroit, la vidéo « grand public » tend à devenir « la reine des batailles ».

Enfin, il reste, « Ultima ratio regnum », le feu nucléaire tactique. Rappelons que les Occidentaux eux-mêmes ont développé un arsenal particulièrement sophistiqué en la matière, envisageant, dans les années 80, de déployer une nouvelle munition « anti-forces », la « bombe à neutrons », plus facilement utilisable et que de nos jours, l’armée américaine est supposée disposer, par ailleurs, de « mini nukes » particulièrement étudiés pour pénétrer et détruire les bunkers les plus profondément enfouis.

Depuis 1945, en dépit des tentations de Mac Arthur en Corée, le « tabou » nucléaire a été respecté. Il serait souhaitable qu’à l’occasion de la crise actuelle, un retour rapide à la table des négociations évite à quiconque de se reposer cette question.

Ukraine : la brutalité russe est historique

Ukraine : la brutalité russe est historique

Frappé par le caractère radicalement destructif de la stratégie russe, le philosophe François Galichet constate que, pour l’armée russe, « la destruction n’est pas un moyen mais une fin en soi ; et d’ailleurs elle s’applique à l’agresseur autant qu’à l’agressé ».( Le Monde)

 

Ce qui frappe le plus, dans le conflit ukrainien, c’est la stratégie adoptée par les Russes. Elle se caractérise par une intention délibérée d’anéantissement, de destruction systématique et radicale. Assurément, toutes les guerres comportent des dommages causés à l’ennemi ; mais ils sont le plus souvent liés à des objectifs militaires, même s’ils entraînent des bavures.

Dans le cas de l’agression russe, en revanche, on a l’impression d’une entreprise d’annihilation totale du territoire à conquérir, civils et soldats, hommes, bâtiments et choses. Marioupol, Boutcha et bien d’autres villes martyres illustrent tragiquement cette volonté. Comme on l’a souvent souligné, c’est une stratégie déjà adoptée en Tchétchénie et en Syrie.

Habituellement, le conquérant vise à s’approprier les ressources du pays attaqué, ce qui le conduit à les préserver autant que possible, dans son propre intérêt. Ici, en revanche, on a le sentiment que le gain attendu ne compte pas du tout. La destruction n’est pas un moyen mais une fin en soi ; et d’ailleurs elle s’applique à l’agresseur autant qu’à l’agressé.

 

Les dommages causés à la Russie par la guerre (effets des sanctions, retrait des investisseurs étrangers, adhésion à l’OTAN de pays jusqu’ici neutres, renforcement de l’unité et de la défense européenne, etc.) sont de loin supérieurs à l’avantage éventuel que constituerait la conquête du Donbass. Mais ces dommages, si grands soient-ils, ne semblent pas compter.

Comment expliquer une telle attitude ? Un mot s’impose au spectacle de cette guerre militairement irrationnelle, économiquement aberrante, politiquement catastrophique : nihilisme. On sait que ce concept est né en Russie dans les années 1860 ; et on l’associe souvent à un mouvement marginal d’opposition au régime tsariste, vite disparu au profit de la contestation marxiste-léniniste qui aboutira à la révolution d’octobre 1917.

Or cette représentation est erronée. L’écrivain Ivan Tourgueniev (1818-1883), dans Pères et Fils, définit le nihiliste comme quelqu’un « qui ne veut rien reconnaître »« qui ne respecte rien » et « ne s’incline devant aucune autorité ». L’écrivain philosophe Alexandre Herzen (1812-1870) , dans un article de 1869, y voit « un esprit de purification critique » ; il associe le phénomène du nihilisme à la mentalité russe en tant que telle : « Le nihilisme est le fruit naturel, légitime, historique de cette attitude négative envers la vie qu’avaient adoptée la pensée russe et l’art russe dès ses premiers pas après Pierre le Grand. » Il ajoute : « Cette négation doit enfin aboutir à la négation de soi-même. »

PÉTROLE RUSSE: Réduction des deux tiers par l’union européenne

 PÉTROLE RUSSE: Réduction des deux tiers par l’union européenne

.

Progressivement l’étau économique et financier se resserre autour de la Russie. Des sanctions qui forcément ne donnent des effets qu’à terme mais qui risquent  de peser très lourdement à partir de la fin de l’année. D’ores et déjà la Russie est très proche du défaut, il ne s’agit que d’une question de mois. L’objectif est de viser une faillite profonde et durable du pays l’obligeant à choisir sous la pression de l’opinion entre priorités aux guerres d’occupation ou priorité au développement. Or précisément sur ce terrain la Russie depuis l’arrivée de Poutine en particulier a largement délaissé son économie au profit des rentrées liées aux exportations de pétrole et de gaz. Certes on objectera que ce pétrole et ce gaz pourront être vendusà d’autres en particulier aux Chinois et aux Indiens. Le problème c’est que ce ne sera pas aux mêmes conditions économiques. Pour preuve l’Inde achète actuellement de l’énergie russe à bas prix pour le revendre à d’autres pays.Les 27 pays membres de l’Union européenne ont approuvé ce lundi soir un embargo sur le pétrole russe couvrant plus des « deux tiers » de leurs importations depuis ce pays, a annoncé le président du Conseil européen, Charles Michel.

Cet accord couvre pour l’instant « plus des deux tiers des importations de pétrole de Russie », a déclaré le président du Conseil, Charles Michel. Il va permettre de « supprimer une énorme source de financement à la machine de guerre » russe et exercer « une pression maximum » sur Moscou pour l’inciter à mettre fin à la guerre, a-t-il affirmé sur Twitter. Grâce à l’engagement volontaire de Berlin et Varsovie d’arrêter leurs importations par l’oléoduc de Droujba, l’embargo supprimera « environ 90% » des importations européennes de pétrole russe d’ici à la fin de l’année », a précisé Ursula von der Leyen, également sur Twitter.

Les importations par l’oléoduc de Droujba, qui alimentent aussi la Hongrie, seront exemptées dans un premier temps, ce qui a permis de lever le veto de Budapest qui bloquait depuis plusieurs semaines le 6e paquet de sanctions de l’UE contre l’invasion russe de l’Ukraine.

Selon l’Elysée, l’embargo progressif de l’UE sera limité dans un premier temps au pétrole transporté par bateau (soit les deux tiers des achats européens de pétrole russe). Des négociations doivent avoir lieu « dès que possible » pour mettre fin au reste des importations de pétrole russe de l’UE, a précisé l’Elysée.

G7 : pour la fin du pétrole russe

G7 : pour la fin du pétrole russe

 

 

Le G7 A décidé d’ interdire progressivement les importations de pétrole russe.

 

Les hydrocarbures représentent près de 46% des exportations russes, et près d’un tiers des importations de pétrole de l’Union européenne sont en provenance de Russie. Les 27 qui réunissaient ses ambassadeurs aujourd’hui à Bruxelles n’ont toujours pas trouvé d’accord pour la mise en place d’un embargo sur le pétrole russe. La réunion doit se poursuivre lundi. L’engagement pris par le G7 devrait mettre sous pression les Etats-membres réticents à un tel embargo, au premier rang desquels la Hongrie de Viktor Orban. ( A contrario évidemment les États-Unis dispose d’une autonomie énergétique).

Macron II» – Vers une archipélisation de la société ?

Macron II» – Vers une archipélisation de la société ?

Par Guillaume Labbez, Président de CommStrat, Enseignant à Sciences Po 

 

 

Emmanuel Macron a été largement réélu, mais avec des messages de l’électorat qu’il doit entendre, s’il veut qu’on se souvienne de ses dix ans de mandat comme un tournant historique, et non comme un moment où la France d’ «archipélisation» de la société, pour reprendre le concept de Jérôme Fourquet.

Avec au premier tour des candidats « anti-système » qui rassemblent 60 % des voix, une hausse de l’abstention et des votes blancs, puis une part substantielle de voix du deuxième tour motivés uniquement par un barrage face à l’extrême-droite, la marge de manœuvre d’Emmanuel Macron peut paraître étroite.

Si la politique menée, notamment depuis 2020, n’a pas été fondamentalement remise en cause par ses concurrents, c’est sur la manière de gouverner qu’Emmanuel Macron est attendu. La promesse d’une «Révolution» et l’espoir de l’entrée dans un nouveau monde, formulée en 2017, a peiné à se concrétiser. Le paysage politique à l’issue de l’élection présidentielle de 2022 est encore plus marqué qu’en 2017, par la montée des extrêmes et la désaffection des citoyens dans le «système».

Il est essentiel de revitaliser les pratiques institutionnelles créatrices de consensus, en associant réellement toutes les forces politiques, mais également la société civile organisée, aux réflexions et aux décisions

Insitutions. Une réforme des institutions peut participer à renouer un lien de confiance. Une conférence nationale, promise pendant la campagne, devrait être lancée dans les prochaines semaines, pour formuler des propositions, si possible faisant consensus.

Cette démarche semble aujourd’hui indispensable pour retrouver une autorité de la décision publique qui a été fortement mise à mal par la montée des complotistes de tous bords, qui remettent en cause, non seulement les institutions, mais également les consensus sur lesquels reposent notre démocratie. Si la verticalité du pouvoir, pratiquée pendant la crise sanitaire, a pu faire preuve d’une certaine efficacité à court terme, elle accroît la défiance politique sur le long terme. Une décision est d’autant mieux acceptée par ceux qui y sont soumis, qu’elle a été coconstruite en amont.

Il est donc essentiel de revitaliser les pratiques institutionnelles créatrices de consensus, en associant réellement toutes les forces politiques, mais également la société civile organisée, aux réflexions et aux décisions. Le nouveau rôle du Conseil économique, social et environnemental peut contribuer à ce travail. Il sera également nécessaire d’inventer des modalités d’association des citoyens à la chose publique, pour élargir la culture civique, et lutter contre le repli sur soi et une «archipélisation» galopante de la société française.

Alors que les gGouvernements semblent réagir naturellement par la centralisation de la décision face à la crise, la succession de crises (crises économiques, politiques, sanitaires, sécuritaires…) rend indispensable le renforcement de la démocratie et de la consultation. Après une pandémie et une guerre à nos frontières qui ont durablement perturbé l’économie mondiale, la France ne peut plus se permettre une nouvelle crise sociale, comme celle des Gilets jaunes.

La manière dont la réforme des retraites sera menée sera décisive et donnera le ton de la capacité du gouvernement et des acteurs économiques et sociaux à travailler, en confiance. L’ambiance de ce second quinquennat d’Emmanuel Macron pourrait se jouer dans les prochaines semaines, sur la façon de faire.

Guillaume Labbez, Président de CommStrat, Enseignant à Sciences Po.

L’intoxication russe

L’intoxication  russe

 

Inscrite depuis 2020 dans la Constitution russe, la glorification du rôle de l’URSS pendant la seconde guerre mondiale est utilisée par Vladimir Poutine pour justifier l’invasion de l’Ukraine. Une propagande datée directement héritée de l’époque soviétique.( papier « du Monde ».

L’un des mystères qui entourent l’invasion de l’Ukraine tient à l’absurdité apparente de la propagande russe. « Dénazification », lutte contre un gouvernement « pronazi »… L’agression, quels que soient ses buts réels, est invariablement mise en scène comme la guerre de libération d’un peuple ukrainien uni aux Russes « par des liens du sang » – selon les mots du président russe Vladimir Poutine prononcés le 21 février –, un peuple qui aurait « fait face à la montée de l’extrême droite nationaliste (…) rapidement développée en une russophobie agressive et en néonazisme ».

Le fait que de telles affirmations n’entretiennent aucun rapport avec la réalité, alors que le poids de l’extrême droite ukrainienne est aujourd’hui marginal, relève à ce point de l’évidence qu’on peut être tenté de les passer par pertes et profits. Quelle guerre n’entraîne pas son flot de mensonges ? Sauf qu’à tirer le fil de ce discours sur la longue durée, une autre évidence apparaît bientôt, dont on n’a peut-être pas mesuré toutes les implications : l’impossibilité dans laquelle se trouve désormais la Russie de se présenter au monde autrement que comme une puissance antinazie, tant le régime poutinien a fait de la victoire de 1945 contre le IIIe Reich le fondement de sa légitimité, voire de l’identité russe.

Une victoire par laquelle, disait Poutine en la commémorant le 9 mai 2021, « le peuple soviétique a (…) libéré les pays d’Europe de la peste brune ». Neuf ans plus tôt, le 9 mai 2012, il proclamait, dans les mêmes circonstances : « Notre pays (…) a offert la liberté aux peuples du monde entier. » C’est ce libérateur, cet héritier antinazi de l’URSS qui, le 24 février, est entré en Ukraine, poursuivant sa mission historique. Dans son intervention matinale à la télévision, ce jour-là, M. Poutine déclarait encore : « L’issue de la seconde guerre mondiale est sacrée. »

Dans un pays qui, en juillet 2020, a amendé sa Constitution en y introduisant la célébration de « la mémoire des défenseurs de la patrie » et l’interdiction de « minimiser la signification de [leur] héroïsme », il n’est pas étonnant qu’un rappel historique de cette nature apparaisse au cours de l’annonce d’une invasion, même si celle-ci n’a, en réalité, aucun rapport avec lui. Mais cela implique qu’il faut examiner la construction mémorielle qui se fait alors jour. Non pour y dégager ce qui formerait une cause unique des événements, mais parce qu’aucune explication ne vaudrait sans les replacer sur cet arrière-fond, alors que le régime poutinien ne cesse de le faire en célébrant la Grande Guerre patriotique, comme l’on disait en URSS et comme l’on dit toujours dans la Russie contemporaine.

La grande intoxication par le mythe russe

La grande intoxication par le mythe russe

 

Inscrite depuis 2020 dans la Constitution russe, la glorification du rôle de l’URSS pendant la seconde guerre mondiale est utilisée par Vladimir Poutine pour justifier l’invasion de l’Ukraine. Une propagande datée directement héritée de l’époque soviétique.( papier « du Monde ».

L’un des mystères qui entourent l’invasion de l’Ukraine tient à l’absurdité apparente de la propagande russe. « Dénazification », lutte contre un gouvernement « pronazi »… L’agression, quels que soient ses buts réels, est invariablement mise en scène comme la guerre de libération d’un peuple ukrainien uni aux Russes « par des liens du sang » – selon les mots du président russe Vladimir Poutine prononcés le 21 février –, un peuple qui aurait « fait face à la montée de l’extrême droite nationaliste (…) rapidement développée en une russophobie agressive et en néonazisme ».

Le fait que de telles affirmations n’entretiennent aucun rapport avec la réalité, alors que le poids de l’extrême droite ukrainienne est aujourd’hui marginal, relève à ce point de l’évidence qu’on peut être tenté de les passer par pertes et profits. Quelle guerre n’entraîne pas son flot de mensonges ? Sauf qu’à tirer le fil de ce discours sur la longue durée, une autre évidence apparaît bientôt, dont on n’a peut-être pas mesuré toutes les implications : l’impossibilité dans laquelle se trouve désormais la Russie de se présenter au monde autrement que comme une puissance antinazie, tant le régime poutinien a fait de la victoire de 1945 contre le IIIe Reich le fondement de sa légitimité, voire de l’identité russe.

Une victoire par laquelle, disait Poutine en la commémorant le 9 mai 2021, « le peuple soviétique a (…) libéré les pays d’Europe de la peste brune ». Neuf ans plus tôt, le 9 mai 2012, il proclamait, dans les mêmes circonstances : « Notre pays (…) a offert la liberté aux peuples du monde entier. » C’est ce libérateur, cet héritier antinazi de l’URSS qui, le 24 février, est entré en Ukraine, poursuivant sa mission historique. Dans son intervention matinale à la télévision, ce jour-là, M. Poutine déclarait encore : « L’issue de la seconde guerre mondiale est sacrée. »

Dans un pays qui, en juillet 2020, a amendé sa Constitution en y introduisant la célébration de « la mémoire des défenseurs de la patrie » et l’interdiction de « minimiser la signification de [leur] héroïsme », il n’est pas étonnant qu’un rappel historique de cette nature apparaisse au cours de l’annonce d’une invasion, même si celle-ci n’a, en réalité, aucun rapport avec lui. Mais cela implique qu’il faut examiner la construction mémorielle qui se fait alors jour. Non pour y dégager ce qui formerait une cause unique des événements, mais parce qu’aucune explication ne vaudrait sans les replacer sur cet arrière-fond, alors que le régime poutinien ne cesse de le faire en célébrant la Grande Guerre patriotique, comme l’on disait en URSS et comme l’on dit toujours dans la Russie contemporaine.

Le honteux soutien de l’Eglise orthodoxe russe à Poutine

Le honteux soutien de l’Eglise orthodoxe russe à Poutine 

 

Rien ne justifie que le patriarche Kirill, soutien actif de Vladimir Poutine, ait droit à un traitement de faveur. Les responsables des autres religions doivent actionner le levier diplomatique vis-à-vis du dirigeant de l’Eglise estime un papier du « Monde ».

Pâques orthodoxe, célébrée ce dimanche 24 avril, n’intervient pas au moment le plus harmonieux pour les églises de cette confession. Inévitablement, l’agression russe contre l’Ukraine, berceau du christianisme slave et important vivier de prêtres, fait aussi des dégâts dans les relations entre clergés.

Kirill, patriarche de Moscou et de toutes les Russies, est un pilier du régime du président Vladimir Poutine – ce n’est un secret pour personne – et fait abondamment écho à sa rhétorique sur une Russie rempart des valeurs chrétiennes traditionnelles dévoyées par l’Occident. Mais le soutien enflammé que le patriarche apporte à l’offensive militaire russe en Ukraine depuis février, y compris par des déclarations d’une virulence surprenante pour un homme d’Eglise, a causé des dissensions dans les rangs de l’orthodoxie mondiale. Kirill justifie l’invasion de l’Ukraine par sa dimension « métaphysique » ; pour lui, c’est une opération menée contre les « forces du mal » hostiles à l’unité du peuple et de l’Eglise russes.

Si le patriarche était le seul à porter, au nom de l’Eglise, ce discours d’un autre âge pendant les cinq premières semaines de l’offensive, il a ces derniers temps fait donner de la voix aux évêques, sans doute pour galvaniser des fidèles qui ne partagent pas tous son enthousiasme pour l’« opération militaire spéciale » du président Poutine en Ukraine.

Cette mobilisation de la hiérarchie religieuse russe heurte les orthodoxes ukrainiens. Ceux-ci sont divisés en deux Eglises, l’une placée sous l’autorité du patriarcat de Moscou, et l’autre, l’Eglise orthodoxe d’Ukraine, qui la refuse ; à la suite de l’annexion de la Crimée et de l’occupation du Donbass par la Russie, elle a obtenu en 2019 que le patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée, le primus inter pares des quatorze chefs d’Eglises orthodoxes canoniques, lui accorde l’autocéphalie, c’est-à-dire l’indépendance vis-à-vis de Moscou. Fin février, le synode des évêques d’Ukraine a demandé à Kirill d’intervenir auprès du pouvoir russe pour faire arrêter la guerre, évidemment sans succès.

Parallèlement, le patriarcat de Moscou œuvre discrètement auprès des chancelleries européennes pour que les sanctions contre le régime russe épargnent les biens et les représentants de l’Eglise russe à l’étranger. Kirill tient beaucoup à échapper à l’isolement diplomatique qui frappe Vladimir Poutine ; c’est précisément ce levier-là que les responsables des autres religions devraient actionner pour faire pression sur le Kremlin. Si M. Poutine et son entourage sont devenus des parias, rien ne justifie que le patriarche Kirill qui le soutient si activement ait droit à un traitement de faveur.

Le chef de l’Eglise orthodoxe russe a-t-il sa place, par exemple, dans le Conseil mondial des Eglises ? La question est légitime. Tout aussi légitimes sont les interrogations sur l’opportunité d’une rencontre entre le pape François et le patriarche Kirill, prévue en 2022 après leur premier entretien, à Cuba, en 2016.

Ce projet auquel le pape est très attaché n’a pas été abandonné malgré la guerre en Ukraine : le 3 avril, le chef de l’Eglise catholique a encore indiqué « y travailler ». Mais il vient de suspendre un projet de rencontre avec Kirill en juin, à Jérusalem, car, a-t-il dit le 22 avril, il aurait pu « mener à beaucoup de confusion ». Même s’il évite d’imputer nommément la guerre à la Russie, le pape la condamne jour après jour. Le soutien inconditionnel de Kirill à Vladimir Poutine l’a rendu, au moins momentanément, infréquentable, même pour François.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol