Archive pour le Tag 'Royaume-Uni'

Page 2 sur 8

Coronavirus Royaume-Uni : 40 000 contaminations, en baisse

Coronavirus Royaume-Uni : 40 000 contaminations, en baisse

Le Royaume-Uni a fait état samedi de 41.346 nouvelles contaminations au coronavirus au cours des dernières 24 heures, le plus bas niveau depuis le 27 décembre et une baisse significative par rapport au rebond de 55.761 cas vendredi.

Le pays a en revanche enregistré pour la cinquième journée consécutive plus de 1.000 décès supplémentaires dus au COVID-19, avec 1.295 décès enregistrés samedi, 15 de plus que la veille et le troisième plus haut total quotidien depuis le début de l’épidémie. Le bilan s’élève désormais à 88.590 morts.

Alors que le pays est confronté à un nouveau variant plus contagieux du coronavirus SARS-CoV-2, identifié en septembre dernier en Angleterre, quelque 3.559.179 Britanniques avaient déjà été vaccinés samedi, selon le ministère de la Santé, soit près de 330.000 personnes de plus que la veille.

Épidémie Royaume-Uni : totalement hors de contrôle, Boris Johnson responsable

Épidémie Royaume-Uni : totalement hors de contrôle, Boris Johnson responsable

1.035 morts et aux près de 60.000 nouveaux cas enregistrés samedi au Royaume-Uni - des chiffres moins importants que ceux de la veille (80 000 cas) mais qui restent tout de même très élevés – l’affaire ressemble à une goutte d’eau dans l’océan de la pandémie.

 

Selon les statistiques officielles, le variant britannique du virus, de 50 à 70% plus contagieux, était responsable au 2 janvier d’environ 80% des cas à Londres et dans l’est du pays, contre 60% sur la seule Angleterre. Mais il n’est pas le seul responsable de la flambée actuelle : le confinement en vigueur dans la capitale depuis le 20 décembre et dans tout le pays depuis mercredi est également plus laxiste – et moins respecté – que celui du printemps 2020, avec des crèches ouvertes, des célébrations religieuses autorisées et une liste des salariés dits essentiels beaucoup plus longue. Conséquence, plus d’enfants se rendent en classe et la circulation routière reste élevée, à 76% du trafic habituel à Londres.

D’où l’appel de plusieurs scientifiques à durcir immédiatement les mesures prises jusqu’en mars, faute de quoi le système de santé public, le très fragile NHS, sera complètement submergé. Les admissions hospitalières sont déjà en hausse de 50% par rapport au printemps et le nombre de morts du coronavirus comptabilisés ­depuis deux mois (plus de 31.500) représente près de 40% des 80.000 décès enregistrés depuis le début de la pandémie.

Malgré une identification du variant anglais dès septembre dans le comté de Kent, l’exécutif a refusé maintes fois de suivre les recommandations des experts sur les mesures à prendre pour endiguer l’épidémie, refusant notamment de rendre le port du masque obligatoire dans les établissements scolaires. « Le gouvernement a donné au virus des opportunités pour se répandre », accuse la chercheuse Zubaida ­Haque, membre de l’Independent SAGE.

Coronavirus Royaume-Uni : record 60 000 cas en 24 heures

Coronavirus Royaume-Uni : record 60 000 cas en 24 heures 

 

Plus de 60.000 nouveaux cas ont été recensés mardi au Royaume-Uni, selon le dernier bilan officiel, un record. Des chiffres qui laissent entrevoir pour les semaines à venir de nombreuses admissions dans des hôpitaux déjà au bord de la rupture et une aggravation du bilan, déjà l’un des plus lourds d’Europe, avec plus de 76.000 morts.

Le nombre de patients à l’hôpital pour Covid-19 a bondi ces derniers jours, avec 17.175 nouveaux admis ces derniers sept jours, et 391.615 personnes testées positives dans le même laps de temps. En une semaine, le Royaume-Uni alourdit également son bilan de 4738 morts, soit environ 830 décès par jour.

 

Coronavirus Royaume-Uni : 57.000 cas en 24h

Coronavirus Royaume-Uni : 57.000 cas  en 24h

 

Situation toujours très tendue au Royaume-Uni avec vendredi 57.725 nouveaux cas de COVID-19, dépassant la barre des 50.000 pour le cinquième jour consécutif, ainsi que 445 décès, selon des données officielles.

Vendredi, les autorités avaient signalé 53.285 nouvelles contaminations et 613 décès.

Le royaume, où l’épidémie a déjà fait plus de 74.000 morts, a été l’un des premiers pays au monde à lancer une campagne de vaccination contre le COVID-19.

Brexit: adieu la problématique environnementale pour le Royaume-Uni

Brexit: adieu la problématique environnementale pour le Royaume-Uni

La journaliste Louise Sallé de l’Opinion s’inquiète à juste titre des conséquences de l’accord sur la prise en compte de la problématique environnementale par le Royaume-Uni.

 

Ce mercredi, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont paraphé le volumineux accord post Brexit, adopté le 24 décembre. Le traité de libre-échange encadre les règles de la concurrence, parmi lesquelles les normes environnementales.

L’accord post-Brexit est, somme toute, un traité de libre-échange des plus classiques. Les normes environnementales y sont protégées uniquement en vertu du respect des règles de la concurrence.

Le Royaume-Uni s’est engagé, dans le texte approuvé la veille de Noël et ratifié ce mercredi, à « maintenir des normes élevées » dans les domaines de l’environnement, des droits sociaux ou de la transparence fiscale. Celles-ci ne pourront pas « régresser » par rapport à leur niveau actuel. Ce qui écarte toute possibilité de dumping de la part des Britanniques si d’aventure ces derniers choisissaient de déroger à des contraintes environnementales afin de baisser le coût de leurs exportations. Et en cas de non-respect, Bruxelles peut menacer Londres d’imposer des droits de douane. De même, si les normes imposées au sein des deux entités divergent trop, la menace douanière peut être brandie devant un «  tribunal arbitraire  ».

Mais qu’en est-il des normes environnementales qui ne concerneraient ni le commerce ni l’investissement, telles que les directives européennes sur l’air, l’eau ou la protection de la biodiversité ?

« Si une norme n’est plus appliquée au Royaume-Uni, l’Europe devra prouver que cette négligence a un impact négatif sur les relations commerciales, et procure un avantage concurrentiel déloyal aux Britanniques », répond Marley Morris, directeur associé d’un think tank londonien sur les politiques publiques (IPPR) et spécialisé dans l’immigration, le commerce et les relations avec l’UE.

Pas de garde-fou, donc, en cas d’affaiblissement de mesures environnementales en dehors de ce libre-échange. L’application générale de ces normes est laissée aux mains des « institutions britanniques concernées », précise la Commission.

Compromis. Cette émancipation vis-à-vis des autorités européennes régulatrices en matière d’environnement, et notamment la très sévère Cour de Justice, est un réel changement. « Il y a des craintes que le contrôle soit opéré par une entité peu indépendante du gouvernement », rapporte Marley Morris. Un compromis accordé à Boris Johnson au cours des derniers mois, tandis que la version initiale de l’accord dessiné par Theresa May donnait à Bruxelles plus de moyens de contrôler Londres sur le plan environnemental, même pour les normes sans lien avec le commerce. « On s’est assez éloigné de ce que souhaitait l’Europe comme garanties sur le respect des normes environnementales », commente le chercheur.

Néanmoins, en raison des engagements climatiques ambitieux pris par le gouvernement anglais, le détricotage de ces régulations est assez improbable. Sur le court terme, du moins. La posture diplomatique du Royaume-Uni au sein de l’Accord de Paris empêche ce genre de revirements, d’autant plus que le pays accueillera la future Cop26 à Glasgow en novembre 2021.

Marley Morris craint cependant que certaines normes ne soient délaissées sur le long terme : « les mécanismes de protection de l’environnement ne vont certes pas changer du jour au lendemain mais prendront la direction que le Royaume-Uni voudra leur donner ». Ainsi, de légères modifications, insignifiantes sur le plan commercial et concernant des régulations peu soutenues par l’opinion publique, pourraient être envisagées.

Le garde-fou climatique de ce traité, qui mérite d’être salué, réside dans l’obligation de respecter l’Accord de Paris. Si l’une des parties s’en retire, l’autre peut répliquer en instaurant des droits de douane. De grandes incertitudes planent cependant sur la façon dont l’UE et la Grande-Bretagne coopéreront dans la lutte contre le changement climatique. En matière d’environnement, Londres peut se vanter d’avoir gagné son indépendance.

Brexit: une interminable liste de différends à prévoir avec le Royaume-Uni (« Brexeternity »)

Eric Albert, correspondant du Monde à Londres annonce une interminable liste de différends sur les futurs échanges entre l’union européenne et le Royaume-Uni suite à l’accord conclu.

Le Brexit n’est pas seulement un événement inédit, c’est aussi un long processus. L’accord sur les relations commerciales entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni, passé le 24 décembre, n’est que le début de ce qui sera inévitablement des années de négociations entre Londres et Bruxelles. De très nombreux sujets ont été laissés de côté et vont probablement revenir sur la table : finance, diplomatie, échange d’étudiants, règles pointues sur l’automobile, reconnaissance mutuelle des diplômes… Des dossiers majeurs aux sujets techniques, il faudra bien continuer à discuter.

« C’est le début du Brexeternity, écrivait dès 2019 Denis MacShane, ancien ministre des affaires européennes de Tony Blair : le Brexit va continuer à se développer pendant des années, voire des décennies. » (Brexeternity: The Uncertain Fate of Britain, éditions Bloomsbury, non traduit). Comme des plaques tectoniques qui s’éloignent, l’événement est profond mais lent et il est difficile de prédire quand et où auront lieu les tremblements de terre.

Bien sûr, l’entrée en vigueur des nouvelles relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne le 1er janvier 2021 constitue un tournant majeur. Les douanes font leur grand retour, avec le contrôle des marchandises. La libre-circulation des personnes se termine : un Européen voulant travailler au Royaume-Uni (et réciproquement) devra obtenir un permis de travail.

Le plus logique sera de coopérer

Mais il suffit de regarder la Suisse pour savoir que le dossier ne sera pas refermé pour autant. Depuis le rejet par référendum en 1992 de la Confédération helvétique d’entrer dans l’espace économique européen, Bruxelles et Berne négocient en permanence. Une série d’accords bilatéraux ont été signés en 1999, d’autres encore en 2004, et des discussions qui n’en finissent pas sont en cours sur un projet d’accord institutionnel.

Ce qui passe relativement inaperçu politiquement avec un pays neutre de 8 millions d’habitants risque d’être incontournable avec la deuxième économie européenne et sa deuxième armée. Pour le meilleur ou pour le pire, l’UE et le Royaume-Uni sont voisins. Qu’il s’agisse d’appliquer des sanctions contre les oligarques russes ou syriens, de lutter contre le réchauffement climatique ou de s’occuper de la frontière irlandaise, le plus logique sera de coopérer. Politiquement, le sujet va devenir moins brûlant. Mais on peut faire confiance aux tabloïds britanniques et au gouvernement de Boris Johnson pour souffler sur les braises nationalistes si cela s’avère nécessaire, en particulier pour pousser son avantage face au continent.

Brexit : l’avenir à reculons pour le Royaume-Uni

Brexit : l’avenir à reculons pour le Royaume-Uni

 

En rompant avec ses voisins, au risque de l’isolement, le Royaume-Uni se retrouve face à une question jamais réglée depuis 1945 : sa place dans le monde, observe Philippe Bernard, éditorialiste au « Monde », dans sa chronique.

 

Ce devait être une promenade de santé, un chemin parsemé de roses. Une fois le Brexit voté, l’accord commercial avec l’Union européenne (UE) sera « l’un des plus faciles [à négocier] de toute l’histoire humaine », avait prédit le ministre Liam Fox. La vie hors de l’Europe sera « formidable », avait surenchéri Boris Johnson, alors maire de Londres, car « sortir de l’UE ne coûtera pratiquement rien alors qu’y rester coûterait très cher ».

Quatre ans et demi plus tard, et même si un accord a finalement été conclu jeudi 24 décembre, le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne n’aura été qu’un interminable cauchemar.

« Nous entrons dans ce bref et trompeur intervalle qui sépare le moment où l’on se jette de la falaise de celui où l’on s’écrase sur les rochers en contrebas, résume Peter Kellner, ancien patron de l’institut de sondage YouGov. Au moment du crash, la douleur mettra à nu les mensonges qu’on nous a faits depuis le référendum sur le Brexit, et mettra en lumière les choix que nous avons esquivés depuis soixante-quinze ans. » L’opposition sur les quotas de pêche et les règles de concurrence l’ont fait oublier : si le Brexit est un choc pour l’Europe, c’est un saut historique dans le vide pour le Royaume-Uni.

La « Global Britain » promise par M. Johnson n’a jamais eu de véritable contenu, au-delà d’un slogan percutant. Quant au projet d’un « Singapour sur Tamise », paradis fiscal dérégulé aux portes de l’UE dont rêvaient les ultralibéraux proches du premier ministre, il est rendu obsolète par la crise due au Covid-19 qui impose de puissantes interventions de l’Etat.

Pour les Britanniques, le Brexit équivaut à un « retour vers le futur »… dans les années 1950. Tandis que l’Allemagne et la France se lancent alors dans la construction européenne, les Britanniques refusent de rejoindre ce projet bien trop limité au regard de leurs ambitions et initié par deux pays qu’ils considèrent, contrairement à eux, comme les perdants de la guerre.

« Messieurs, ce que vous êtes en train de négocier ne marchera pas, assène l’envoyé de Londres aux pourparlers qui, en 1955, vont aboutir au traité de Rome, avant de lancer ironiquement en français : « Au revoir et bonne chance ! » Du haut de son prétendu statut impérial, le premier ministre, Anthony Eden, toise l’Europe : « Nos pensées nous portent au-delà des mers, vers ces populations auprès desquelles nous jouons un rôle dans toutes les parties du monde. »

Coronavirus Royaume-Uni :600.000 personnes vaccinées

Coronavirus Royaume-Uni :600.000 personnes vaccinées

Le processus de vaccination est en cours au Royaume-Uni qui connaît une flambée de contamination. En outre on a découvert un variant particulièrement contaminant et récemment encore un autre variant tout aussi dangereux pour la prolifération de la maladie- Plus de 600.000 Britanniques ont reçu la première des deux doses du vaccin contre le coronavirus produit par Pfizer avec BioNTech, a rapporté jeudi le gouvernement.

Le Royaume-Uni, premier pays occidental à avoir autorisé l’utilisation du vaccin de Pfizer-BioNTech, a débuté le 8 décembre une campagne nationale de vaccination.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé a indiqué que les données montraient que “le nombre de personnes ayant reçu le vaccin entre le 8 décembre et le 20 décembre au Royaume-Uni était de 616.933”.

Coronavirus: des routiers coincés au Royaume-Uni

Coronavirus: des routiers coincés au Royaume-Uni

En dépit des mesures prises, nombre de routiers français se trouvent coincés dans leur camion où ils ont passé Noël. En cause, les difficultés de circulation avec des ports complètement encombrés et l’incapacité à tester tous les conducteurs. Cependant ports de Calais et Douvres ainsi que le tunnel sous la Manche resteront également ouverts à Noël afin d’accélérer le retour des milliers de camionneurs bloqués à la frontière, ont dit jeudi les ministres des Transports des deux pays.

“A 08h00, nous avons fait passer 950 camions depuis que le passage est de nouveau autorisé. C’est moins que nos capacités. Nous avons rappelé des équipes en urgence pour augmenter nos capacités prévues pour le 25 et le 26 décembre, pour être disponibles pour les clients quand ils auront leur test et qu’ils pourront rentrer”, a précisé une porte-parole de Getlink, l’opérateur du tunnel.

Selon la Road Haulage Association, fédération britannique de transporteurs, quelque 10.000 chauffeurs routiers originaires de toute l’Europe se sont retrouvés coincés dimanche dans le sud de l’Angleterre par la fermeture des frontières avec le Royaume-Uni, décidée après la découverte sur le sol britannique d’un nouveau variant du coronavirus potentiellement très contagieux.

La France a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi qu’elle autoriserait de nouveau les camionneurs à traverser la frontière s’ils présentaient un test négatif au COVID-19 datant de moins de 72 heures. Mais le dépistage prend du temps et la colère gronde chez les routiers.

Coronavirus Royaume-Uni: un nouveau variant en provenance d’Afrique du Sud

Coronavirus Royaume-Uni: un nouveau variant en provenance d’Afrique du Sud

Un nouveau variant du coronavirus SARS-CoV-2 plus contagieux que celui précédemment a été découvert selon le ministre de la santé . Ce variant à origine l’Afrique du Sud. Deux  cas ont été en contact avec des personnes qui ont séjourné en Afrique du Sud au cours des dernières semaines. Le ministère sud-africain de la Santé a annoncé la semaine dernière la découverte d’une nouvelle mutation du coronavirus, qu’il a jugée responsable d’une récente flambée des cas dans le pays.

“Ce nouveau variant est très préoccupant parce qu’il est encore plus transmissible et qu’il semble avoir muté encore davantage que le premier nouveau variant qui a été découvert au Royaume-Uni”, a ajouté le ministre de la Santé. Matt Hancock a déclaré que les cas contacts des personnes infectées par ce nouveau variant ont été placés à l’isolement, ajoutant que toutes les personnes ayant séjourné ces quinze derniers jours en Afrique du Sud devaient également s’isoler.

Coronavirus Royaume-Uni : nouveau record de contaminations avec 36 804 cas

Coronavirus  Royaume-Uni : nouveau record de contaminations avec 36 804 cas

Le Royaume-Uni a enregistré mardi 36.804 nouveaux cas de contaminations au coronavirus (environ le triple de la France) et 691 décès supplémentaires liés au coronavirus au cours des dernières 24 heures, soit une nette augmentation par rapport à la veille.

Le Premier ministre Boris Johnson et ses conseillers scientifiques ont déclaré samedi qu’un nouveau variant du coronavirus, qui pourrait être jusqu’à 70% plus transmissible, se propageait rapidement en Angleterre, bien qu’il ne soit pas considéré pour l’heure comme plus dangereux.

Les autorités britanniques ont mis en place des mesures de confinement à Londres, dans le sud-est de l’Angleterre et au pays de Galles, tandis que les plans visant à assouplir les restrictions à Noël dans tout le pays ont été considérablement réduits ou complètement abandonnés. Ce nouveau variant du SARS-CoV-2 a également conduit bon nombre de pays à fermer provisoirement leurs frontières avec le Royaume-Uni.

Coronavirus Royaume-Uni : 35.928 nouvelles infections, situation dramatique

Coronavirus  Royaume-Uni : 35.928 nouvelles infections, situation dramatique

Situation dramatique au Royaume-Uni qui a compté dimanche de 35.928 nouvelles infections au coronavirus, ainsi que 326 décès.

Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré samedi qu’une nouvelle souche du COVID-19 avait été découverte et que cette souche était plus contagieuse.

Coronavirus: vols suspendus avec le Royaume-Uni

Coronavirus: vols suspendus avec le Royaume-Uni

 

Aujourd’hui aura lieu à Bruxelles une réunion urgente à propos de la très forte montée des contaminations du Coronavirus. En attendant plusieurs pays dont la France vont suspendre leurs vols.

Les Pays-Bas, la Belgique et l’Italie ont aussi fait des annonces allant de ce sens dans la nuit de samedi à dimanche et dans la journée de dimanche.

Le Premier ministre, Boris Johnson et ses conseillers scientifiques ont fait savoir samedi que le virus circulait plus rapidement dans certaines parties du Royaume-Uni en raison de la propagation rapide d’une nouvelle souche de coronavirus, à 70% plus contagieuse que la version originelle.

Rien n’indiquait que cette variante du virus était plus dangereuse ou plus mortelle, ont-ils précisé. Mais face à une montée en flèche du nombre de contaminations, le gouvernement britannique a durci les mesures de restriction avant les fêtes de Noël

Voulant éviter une propagation de cette nouvelle souche sur le territoire, les Pays-Bas ont suspendu les vols à compter de ce dimanche à 05h00 GMT et jusqu’au 1er janvier, au

L’Allemagne envisagerait de le faire, selon le ministère de la Santé, et imposerait également des restrictions pour les vols desservant l’Afrique du Sud, où une autre souche a été détectée là aussi. Citant des sources gouvernementales, le quotidien allemand Bild a précisé que ces restrictions seraient en vigueur jusqu’à 6 janvier.

La France, qui envisage “sérieusement” cette possibilité, selon BFM TV, a convoqué un conseil de défense en fin d’après-midi pour discuter de la situation sanitaire, selon l’Elysée.

L’Autriche devrait aussi interdire les vols, selon l’agence de presse APA, citant une source du ministère de la Santé.

L’Espagne a réclamé une réponse coordonnée avec les membres de l’Union européenne, ou bien se tenait prête à défendre les intérêts de ses concitoyens, selon son gouvernement.

Le directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch a dit dimanche qu’à sa connaissance, la nouvelle souche n’avait pas encore été trouvée sur le territoire français.

Londres et le sud-est de l’Angleterre sont actuellement au niveau 3 de surveillance et devaient passer dimanche au niveau 4, le plus élevé, entraînant la fermeture des commerces non essentiels.

Dans ces zones, la population doit rester à domicile, sauf pour des raisons impérieuses comme le travail.

Royaume-Uni : un emprunt de 450 milliards d’euros, record prévoit un emprunt record en 2020/2021

Royaume-Uni : un emprunt de 450 milliards d’euros, record prévoit un emprunt record en 2020/2021

 

Un emprunt record de l’ordre de 450 milliards d’euros par la Grande-Bretagne qui verra sa croissance s’écrouler de plus de 11 % en 2020. Un emprunt record parce qu’il représente près de 20 % du produit intérieur brut. Alors que sur l’exercice précédent les emprunts avaient représenté 2,5 % du PIB. (Le taux d’endettement était à 85 % du PIB). Le risque évidemment c’est de voir émerger des incertitudes sur le pari de redressement du Royaume-Uni. Un redressement forcément affecté bien sûr par la crise sanitaire mais aussi par la rupture avec l’union économique. Un risque peut être aussi calculé qui pourrait conduire à une dévaluation le moment venu qui viendrait redonner de la compétitivité à la production mais qui plomberait dans un premier temps le pouvoir d’achat des Britanniques

Cette année, les emprunts serviront à financer des mesures destinées à atténuer la crise, dont des programmes de réductions d’impôts et de chômage partiel.

L’OBR estime que l’économie ne retrouvera probablement son niveau d’avant-crise qu’à la fin de 2022.

Le ministre, de son côté, a revu à la hausse le coût de la lutte contre l’épidémie, l’estimant désormais à 280 milliards de livres par an contre environ 200 milliards précédemment.

Au cours de cette année et de la suivante, les dépenses de fonctionnement augmenteront en termes réels de 3,8%, le rythme le plus rapide depuis 15 ans, a précisé Rishi Sunak. Il a ajouté que 100 milliards de livres seraient débloqués l’an prochain pour des investissements à plus long terme, soit 27 milliards de livres de plus que l’an dernier.

Pour limiter les dépenses, la hausse des salaires de la fonction publique sera gelée, sauf pour les médecins, infirmiers et autres personnels de santé, a indiqué le ministre. Le budget consacré à l’aide à l’étranger sera également raboté.

L’épidémie de COVID-19 a fait près de 56.000 morts en Grande-Bretagne, pays d’Europe le plus endeuillé par la maladie.

La Grande-Bretagne doit également faire face au risque d’un “no-deal” avec l’Union européenne à moins de six semaines de la fin de la période de transition qui a suivi la sortie du pays du bloc.

Coronavirus- Royaume-Uni : au moins 1,5 million de contaminés

Coronavirus- Royaume-Uni : au moins  1,5 million de contaminés

398 décès supplémentaires et 18.662 nouveaux cas de personnes touchées par le COVID-19 dimanches, ce qui fait franchir la barre des 1,5 million de contaminations.

Le nombre de décès tient compte des 141 morts qui n’avaient pas été pris en compte dans les données présentées samedi en raison d’une erreur de traitement, précise le gouvernement.

Le nombre de morts dans le pays, le plus durement touché d’Europe, est désormais de 55.024 et le nombre de cas s’élève à 1.512.045.

Après Brexit : accord entre le Royaume-Uni et le Canada

Après Brexit  : accord entre le Royaume-Uni et le Canada

.

Un accord pour le cas où ! Mais un accord provisoire de simple continuité des échanges commerciaux avec le Canada dans l’hypothèse d’absence d’accord avec l’union européenne. Londres est engagé dans la négociation de plusieurs accords commerciaux de “continuité” comme celui qui vient d’être passé avec le Canada, l’idée étant de ne pas trop perturber les échanges commerciaux une fois le divorce avec l’Union européenne réellement en vigueur, le 31 décembre prochain. Un accord plus approfondi sera ensuite négocié avec le Canada

Formellement, le Royaume-Uni a quitté l’UE le 31 janvier dernier mais est alors entré dans une période de transition durant laquelle il reste soumis aux règles européennes, et donc aux accords commerciaux négociés par la Commission européenne au nom des Etats membres de l’UE. Cette période transitoire s’achève à la fin de l’année.

“Nous espérons conclure un nouvel accord plus ambitieux l’année prochaine avec l’objectif de créer davantage de possibilités pour les entreprises et d’améliorer l’existence des habitants de notre pays.”

Royaume-Uni : 511 décès supplémentaires

Royaume-Uni : 511 décès supplémentaires

511 nouveaux décès liés à l’épidémie de coronavirus, en hausse par rapport aux 501 morts recensés jeudi.

Les autorités britanniques ont également signalé 22.287 nouvelles contaminations au cours des dernières 24 heures, contre 22.915 le jour précédent.

Royaume-Uni : départ du brexiter Cummings, un signe ?

Royaume-Uni : départ du brexiter  Cummings, un signe ?

Le départ du brexiter Cummings  , prévu pour mi-décembre, pourrait être un signe en faveur d’un accord entre l’union économique et la Grande-Bretagne. Ce conseiller de Boris Johnson était en effet considéré comme l’un des plus grands partisans de la rupture avec l’union européenne. Il était le conseiller spécial de Boris Johnson concernant le brexit.

L’hypothèse d’un accord entre l’union économique et le Royaume-Uni n’est pas totalement exclu. En effet, le monde économique et les conservateurs eux-mêmes s’inquiètent de la dégradation économique actuelle et encore davantage des perspectives en cas de rupture sans accord avec l’union économique. Du coup, plusieurs responsables de l’entourage du premier ministre ont dû être changés pour faire plaisir au camp des conservateurs critiques de la politique de Boris Johnson.

Dans la coulisse aussi il faut prendre en compte le fait que si la France milite toujours pour une rupture claire et nette avec le Royaume-Uni par contre  l’Allemagne discrètement mise sur l’hypothèse d’un accord de dernière minute qui sauverait les échanges réciproques notamment entre l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Par ailleurs Boris Johnson est aussi affaibli par une crise sanitaire encore plus grave que dans la plupart des autres pays et pour faire taire les critiques sur ce terrain, il est sans doute contraint à lâcher sur certains aspects économiques.

Royaume-Uni : opération anti OPA étrangères

Royaume-Uni : opération anti OPA étrangères

 Boris Johnson a beau être l’un des chantres d’un libéralisme échevelé, comme les Américains il prend des mesures de protection financière mettre à l’abri les secteurs stratégiques d’OPA venant de l’étranger. Boris Johnson, oblige désormais les acheteurs étrangers à déclarer leurs projets d’acquisition dans 17 secteurs sensibles allant de la Défense aux transports en passant par l’énergie, le nucléaire civil, l’intelligence artificielle, l’espace ou l’informatique. Faute de quoi, ils encourront des peines de prison pouvant aller jusqu’à 5 ans, et des amendes pouvant monter à 10 millions de livres ou 5 % de leur chiffre d’affaires mondial… En plus des acquisitions d’entreprises, ce nouveau dispositif vise aussi les rachats d’actifs ou de propriété intellectuelle.

Coronavirus Royaume-Uni : montée des contaminations depuis deux semaines

Coronavirus Royaume-Uni : montée des contaminations depuis deux semaines

16.982 nouveaux cas d’infections au coronavirus lors des dernières 24 heures, selon les données officielles publiées dimanche, contre 16.717 le jour précédent.

Le nombre de décès liés au COVID-19 a atteint 67, contre 150 la veille.

Les nouvelles infections au coronavirus ont bondi au Royaume-Uni lors des dernières semaines, ce qui a poussé les autorités à renforcer les mesures de restriction et à instaurer des confinements locaux.

Royaume-Uni: note de crédit abaissée (Moody’s)

Royaume-Uni: note de crédit abaissée (Moody’s)

Une très mauvaise nouvelle évidemment pour le milieu financier et pour toutes l’économie britannique mais aussi pour Boris Johnson. La dégradation qui se traduira par une augmentation des taux d’intérêt est en quelque sorte une sanction de l’agence de notation vis-à-vis de la situation économique assez dégradée du Royaume-Uni mais aussi de la position très contradictoire de Boris Johnson vis-à-vis des négociations du brexit.

 

L’agence de notation Moody’s a annoncé vendredi 16 octobre avoir abaissé d’un cran la note de solidité financière du Royaume-Uni, de Aa2 à Aa3, en raison d’une croissance moins élevée que prévu et des risques que fait peser le Brexit sur l’économie.

La solidité budgétaire du pays s’est érodée depuis un premier abaissement de la note à Aa2 en septembre 2017, tandis que la gouvernance s’affaiblit, souligne dans un communiqué l’agence.

Elle a toutefois assorti la nouvelle note d’une perspective  »stable », une façon de suggérer qu’elle n’y touchera pas à moyen terme à moins d’un événement exceptionnel.

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol