Archive pour le Tag 'Royaume-Uni'

Royaume-Uni : Des élections législatives avec une débâcle des conservateurs le 4 juillet

Royaume-Uni : Des élections législatives avec une débâcle des conservateurs le 4 juillet

On peut légitimement se demander ce qui est à pousser le premier ministre a provoqué de façon hâtive des élections législatives britanniques le 4 juillet. Peut-être la lassitude de l’intéressé mais surtout celle des électeurs qui constatent les dégâts du Brexit en même temps que tous les mensonges qui ont influencé le vote jugé catastrophique aujourd’hui.

Ce qui est certain c’est que les conservateurs vont enregistrer une défaite historique moins par pertinence et adhésion aux thèses des travaillistes et autres que par rejet d’une classe politique qui a uséstous ces responsables les conservateurs.

Les Britanniques se rendront donc aux urnes le 4 juillet pour des élections législatives , qui pourraient voir les travaillistes revenir à Downing Street après quatorze années de premiers ministres conservateurs. Voici les principaux protagonistes de ces élections :

  Les sondages Attribue au premier ministre l’un des plus bas taux de popularité des premiers ministres britannique qui n’a pas rétabli loin s’en faut la prospérité économique, a fait augmenter le nombre d’immigrés et n’a pas pu redresser le système de santé en déliquescence. Bref, aucune des promesses les conservateurs n’a pu être retenus et c’est le contraire qui s’est produits récents.

Côté Labour, Keir Starmer caracole en tête des sondages. Il est largement considéré comme celui qui deviendra le prochain premier ministre britannique. Depuis son arrivée à la tête des travaillistes en 2020, il a recentré le parti après les années Jeremy Corbyn, beaucoup plus à gauche, et s’est montré ferme face à l’antisémitisme.

Ses soutiens voient cet homme de 61 ans comme un pragmatique, fiable et armé pour redresser le pays. Ses détracteurs fustigent ses revirements politiques, une personnalité qui manque d’éclat et ses difficultés à dessiner une vision claire pour l’avenir du pays.

Né à Londres d’un père outilleur et d’une mère infirmière, tous les deux militants socialistes, son prénom peu courant rend hommage au premier président du Labour Keir Hardie. Ce supporter du club de foot londonien d’Arsenal a été fait chevalier par la reine Elizabeth II pour services rendus à la justice – même s’il utilise rarement le titre «Sir».

Croissance Royaume-Uni : enfin un rebond

Croissance Royaume-Uni : enfin un rebond

Enfin un rebond de la croissance, de 0,6% au premier trimestre mais les effets de la crise de l’inflation pèsent encore .

Après une légère contraction au second semestre 2023, l’économie britannique a repris des couleurs en début d’année. Les chiffres publiés vendredi montrent que le PIB a crû de 0,6%, grâce à un regain d’activité du commerce de détail, des transports et du secteur des soins de santé privés.

Cette croissance dépasse les prévisions des économistes. Elle s’explique par le ralentissement de l’inflation (+3,2% en mars, sur un an) et la poursuite de la hausse des salaires. Ces deux tendances ont conduit à une très légère augmentation du pouvoir d’achat des Britanniques qui a surtout dopé le secteur des services (+0,7%). La production industrielle britannique a elle aussi progressé (+0,8 %) alors que le secteur de la construction a chuté de 0,9 %.

 

Interdiction totale du tabac pour les jeunes au Royaume-Uni

Interdiction totale du tabac pour les jeunes au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni,la vente de cigarettes deviendrait interdite à toute personne née après 2009, entrainant, à terme, une interdiction totale du tabac dans le pays.

 

En effet, le Premier ministre conservateur Rishi Sunak a lancé à l’automne, à la surprise générale, une politique très ambitieuse de lutte contre le tabagisme. « Nous devons essayer d’empêcher les adolescents de commencer à fumer », avait dit Rishi Sunak en octobre, quand il a parlé pour la première fois de ce projet, lors du congrès du parti conservateur. Downing Street avait alors estimé qu’un tel projet pourrait permettre « d’éliminer presque complètement le tabagisme chez les jeunes dès 2040 ».

 

Mais Rishi Sunak fait face à une forte opposition au sein des Tories, dont plusieurs élus ont annoncé qu’ils voteraient contre un texte qu’ils jugent contraires aux libertés individuelles.

Le tabagisme est la principale cause de mortalité évitable au Royaume-Uni, selon le gouvernement. Il est responsable d’environ 80.000 décès par an. Par ailleurs, il coûte au service de santé public, le NHS, et à l’économie environ 20 milliards d’euros par an. Quatre fumeurs sur cinq ont commencé avant l’âge de 20 ans et restent dépendants jusqu’à la fin de leur vie, même si la plupart d’entre eux ont essayé d’arrêter, selon des chiffres du gouvernement.

« Une grande majorité des fumeurs aimerait ne jamais avoir commencé », a souligné sur la BBC le professeur Chris Whitty, conseiller médical en chef du gouvernement britannique. Mais « une fois qu’ils sont devenus dépendants, ils n’ont plus le choix ». Il a critiqué l’industrie du tabac qui « gagne de l’argent en rendant dépendantes des personnes qui vivent généralement dans les régions les plus défavorisées du pays ».

 

Immigration- Royaume-Uni : le projet de loi pour expulser des migrants au Rwanda adopté par les députés

Immigration- Royaume-Uni : le projet de loi pour expulser des migrants au Rwanda adopté par les députés

Les députés députés britanniques ont adopté le projet visant à rapatrier les immigrés illégaux au Rwanda après accord entre les deux pays .Le nouvel accord a été signé à Kigali, la capitale du Rwanda, par le ministre de l’intérieur britannique James Cleverly et le ministre rwandais des affaires étrangères Vincent Biruta.

Les hauts magistrats britanniques avaient rejeté le 15 novembre l’appel du gouvernement de Rishi Sunak et jugé que c’était à juste titre que la cour d’appel avait conclu que le Rwanda ne pouvait être considéré comme un pays tiers sûr.

Depuis le début de l’année, 29 705 personnes sont arrivées par la Manche à bord de petites embarcations.

« J’en ai assez que notre politique avec le Rwanda soit bloquée », a déclaré de son côté Le premier ministre britannique Rishi Sunak dans une interview lundi soir au Sun.

En plus du traité, le gouvernement britannique introduira une « législation d’urgence » au Parlement pour désigner le Rwanda comme un pays sûr et ainsi « mettre fin à ce manège », a-t-il précisé.

Immigration illégale Royaume-Uni : en hausse malgré le brexit

Immigration illégale Royaume-Uni : en hausse malgré le Brexit

.

En dépit du brexit dont l’objet était de redonner à la Grande-Bretagne sa souveraineté notamment en matière d’immigration, le nombre de migrants ne cesse de progresser.

Sept bateaux transportant 374 personnes ont atteint le littoral britannique sur la seule journée de samedi, selon le bilan quotidien publié par le gouvernement, portant à 10.139 le total de migrants arrivés par cette voie dangereuse depuis le début de l’année.

Sur l’ensemble de l’année 2022, plus de 45.000 traversées avaient été enregistrées, un record. La lutte contre l’immigration illégale est une des priorités de la majorité conservatrice au pouvoir, qui peine toutefois jusqu’ici à décourager les candidats, malgré un durcissement de sa politique.

L’année dernière, le gouvernement a fait passer une loi – pour l’instant bloquée par la justice – pour envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda. Et un nouveau projet de loi critiqué jusqu’à l’ONU, prévoit d’empêcher les migrants arrivés par la Manche de demander l’asile. Londres a aussi signé plusieurs accords avec d’autres pays comme la France ou l’Albanie pour mieux lutter contre cette immigration illégale.

Le nombre d’arrivées d’immigrants sur le sol britannique a triplé depuis le référendum de 2016, malgré les promesses des partisans d’une sortie de l’Union européenne. Le système migratoire post-Brexit prend la forme d’une immigration choisie qui donne l’illusion du contrôle sans réduire les flux, et allant même jusqu’à les encourager.

Le Royaume-Uni connaît l’une des vagues migratoires les plus importantes de son histoire. Les chiffres de l’immigration y battent tous les records. L’immigration nette a atteint plus de 500.000 entrées en 2021-2022 et devrait dépasser 700.000 cette année – le triple de ce qu’elle représentait il y a cinq ans.

Société-A quoi sert Charles III, le roi du Royaume-Uni ? A rien !

Société-A quoi sert Charles III, le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « Journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique ( 100 millions pour couronnement et autant chaque année !).

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du de l’ancien régime . Et de ce point de vue , avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

A quoi sert Charles III, le roi du Royaume-Uni ? A rien !

A quoi sert Charles III, le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « Journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique ( 100 millions pour couronnement et autant chaque année !).

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du de l’ancien régime . Et de ce point de vue , avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

Couronnement Charles III–A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !

Couronnement Charles III–A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « Journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique ( 100 millions pour couronnement et autant chaque année !).

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du de l’ancien régime . Et de ce point de vue , avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !

A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique.

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du temps passé. Et de ce point de vue ,avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

Le Royaume-Uni: Augmentation du salaire minimum de près de 10 %

Royaume-Uni: Augmentation du salaire minimum de près de 10 %

Le salaire minimum augmentera au 1er avril de 9,7% au Royaume-Uni, coup de pouce «record» pour les plus modestes dans un pays qui voit l’inflation flamber à plus de 10% depuis des mois, ont indiqué vendredi les autorités britanniques.

Le salaire minimum horaire pour les plus de 23 ans est porté à 10,42 livres (11,84 euros), puis est dégressif pour les plus jeunes.( le Smic horaire en France est de 11,27 euros brut et 8,92 euros net).

Le Royaume-Uni est confronté à une sévère crise du coût de la vie, avec une inflation qui a rebondi à 10,4% sur un an en février. Les hausses de prix sont tirées par l’envolée des factures énergétiques, mais aussi de l’alimentation, dans la foulée de la guerre en Ukraine, sans compter une pénurie de travailleurs post-pandémie et Brexit. Conséquence : malgré des hausses de salaires, le pouvoir d’achat des Britanniques se réduit et les grèves pour de meilleurs revenus s’enchaînent dans de nombreux secteurs, de l’éducation aux transports, en passant par la santé.

Les projections officielles de l’OBR, organisme de prévision budgétaire public, prévoient que l’inflation au Royaume-Uni repassera sous 10% au premier trimestre et sous 7% au deuxième. Si cela venait à se confirmer, «l’ampleur de l’augmentation» du salaire minimum «signifie que les travailleurs les moins bien payés du Royaume-Uni devraient bénéficier d’une rare augmentation de salaire en termes réels», note la Resolution Foundation.

Royaume-Uni : le Brexit responsable de 6 % supplémentaires d’inflation

Royaume-Uni : le Brexit responsable de 6 % supplémentaires d’inflation

inflation alimentaire spectaculaire au Royaume-Uni qui atteint 16,4% sur un an. Mais 6 % serait imputables au Brexit du fait du renchérissement des importations.

Selon les chercheurs de la prestigieuse London School of Economics, « On observe que la sortie de l’UE a augmenté les prix des produits alimentaires de 3% par an, et de 6% sur deux ans, soit en moyenne 210 livres (environ 245 euros) par ménage » « 5,8 milliards de livres », estime le Centre d’étude des performances économiques de la London School of Economics (LSE). Son étude montre que les ménages les plus modestes sont les premières victimes de cette envolée.

En cause les formalités douanière et sanitaires depuis le Brexit et d’autres facteurs comme la crise de l’énergie

« Les volumes des ventes alimentaires poursuivent leur tendance à la baisse amorcée à l’été 2021 », analyse aussi l’institut britannique des statistique qui pointe « l’augmentation du coût de la vie et des prix des denrées alimentaires ». Les ventes alimentaires sont en recul continu depuis l’été 2021, inférieures de 4% en volume à ce qu’elles étaient avant la pandémie. Plus largement, le rebond brutal de l’inflation, tirée par l’énergie et l’alimentaire, a entraîné une chute de 7% du niveau de vie au Royaume-Uni « effaçant huit années de progrès » d’après l’Office fort Budget Responsibility, équivalent outre-Manche de la Cour des comptes.

Face à ce choc social, le gouvernement britannique de Rishi Sunak parait démuni. Liz Truss, éphémère Première ministre pendant un mois en septembre et octobre, avait lancé un plan d’aides aux ménages et aux entreprise. Mal financé, il avait provoqué l’inquiétude des investisseurs et entraîné des attaques sur la dette britannique, dont le coût a explosé. Pour calmer les marchés, son successeur Rishi Sunak a dû présenter en urgence un budget d’austérité, qui ramène le plafonnement des factures énergétiques initialement prévus pour deux ans à seulement six mois.

La croissance du Royaume-Uni victime du Brexit

La croissance du Royaume-Uni victime du Brexit

Les Britanniques découvrent un peu tard les conséquences malheureuses du Brexit sur l’activité économique. Le Royaume-Uni enregistre les plus mauvais chiffres de l’OCDE. Une conséquence notamment du brexit puisque le Royaume-Uni commerçait précédemment en majorité avec l’Europe. Le pays est victime bien évidemment de la crise internationale générale notamment énergétique. L’envolée des prix du gaz en particulier va tuer le pouvoir d’achat des ménages. Preuve supplémentaire de la dégringolade britannique, la bourse de Paris est passée devant la bourse de Londres ; tout un symbole !

Pour l »OCDE la croissance du Royaume-Uni devrait dégringoler à 0,4% en 2023, et à 0,2% en 2024.

.La Banque d’Angleterre est encore plus pessimiste et s’attend à une contraction de 1,5% l’an prochain, suivie d’une autre de 1% en 2024.
Une pénurie de main d’oeuvre
Si le Royaume-Uni est moins dépendant que d’autres pays des interruptions d’approvisionnement en hydrocarbures russes, son mix énergétique repose néanmoins fortement sur le gaz, dont les cours ont été démultipliés sur un an.

De plus en plus de chefs d’entreprises, comme ceux du géant britannique de l’habillement Next ou de l’aéroport de Manchester, critiquent l’impact de la sortie de l’Union européenne sur l’immigration et donc sur le marché du travail.

Le patron de la Confédération de l’industrie britannique (CBI), la principale organisation patronale, a demandé au gouvernement d’assouplir les règles migratoires pour pouvoir accueillir plus de travailleurs étrangers, assurant qu’il n’y avait pas assez de bras dans le pays pour répondre aux besoins.
L’inflation dépasse actuellement 11% au Royaume-Uni et devrait reculer graduellement pour retomber à 2,7% fin 2024, projette l’OCDE.

Au sein du G7, l’Allemagne devrait enregistrer une croissance de 1,8% cette année puis une contraction de 0,3% l’an prochain, presque aussi forte qu’outre-Manche, avant un rebond de 1,5% en 2024, selon l’OCDE.
Les Etats-Unis devraient connaître par comparaison une croissance de 1,8% cette année puis 0,5% l’an prochain et 1,0% en 2024.

Politique- Royaume-Uni : comme Macron, Rishi Sunak un techno-capitaliste (Adrian Pabst)

Politique- Royaume-Uni : comme Macron , «Rishi Sunak un techno-capitaliste» (Adrian Pabst)

Selon le philosophe Adrian Pabst l’arrivée de Rishi Sunak à la tête du gouvernement pour succéder à Liz Truss marque le triomphe du pouvoir des technocrates sur la démocratie (le Figaro).

Après les libertaires qui entouraient l’ex-première ministre Liz Truss, assistons-nous au retour des conservateurs sous la direction du nouveau chef de gouvernement britannique Rishi Sunak ?

Partisan du Brexit dès le départ, Rishi Sunak semble avoir des convictions conservatrices cohérentes liées à une certaine crédibilité économique et fondées sur le contrôle de la dépense publique, la réduction du taux d’inflation et la baisse d’impôts pour les ménages les plus démunis. Or derrière cette façade se cache une idéologie libérale proche des projets politiques de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher qui rompt à la fois avec la révolution libertaire de Liz Truss et la vision nationale-populiste de Boris Johnson – les deux prédécesseurs de Sunak au 10 Downing Street.

Pendant ses 44 jours au pouvoir, Lis Truss avait essayé de turbo-charger le néolibéralisme «dans un seul pays» – une expérimentation rapidement liquidée par les pressions des marchés financiers. Pour sa part, le Parti conservateur de Boris Johnson fut élu en 2019 sur la base d’un programme inédit – l’intervention de l’État dans l’économie afin de redresser les inégalités régionales aberrantes. Son programme avait entrainé une forte augmentation de la dépense publique et une hausse corrélative des impôts que la crise sanitaire du Covid-19 n’avait que renforcée. Pendant la pandémie ce sont bien les subventions de l’État dispensées par Rishi Sunak en tant que ministre des Finances qui ont empêché une «grande dépression» économique et assuré la cote de popularité des conservateurs britanniques au pouvoir.

Compte tenu de l’interventionnisme dont il a fait preuve pendant la pandémie, dire que Rishi Sunak est un libéral pourrait paraître étrange, d’autant plus qu’il est de religion hindoue et issu d’une famille très traditionnelle dont l’identité reste profondément ancrée dans l’héritage culturel de l’Inde. Mais la formation intellectuelle du jeune Rishi Sunak s’est faite dans des institutions aux idées ultralibérales – d’abord les études de PPE (philosophie, sciences politiques et économiques) à Oxford et ensuite un master en business à Stanford aux États-Unis, avant de passer chez la banque d’investissement américaine Goldman Sachs et d’établir un fonds spéculatif.

Au cœur de l’idéologie de Rishi Sunak se trouve le nexus entre le capital mondial et la technologie sans entrave.

Loin d’être imbibé de l’esprit conservateur, Rishi Sunak a vite pris goût à l’esprit capitaliste – la dynamique de l’entreprise libre, la passion de la création destructrice et la pulsion de l’enrichissement individuel, avec ses à-côtés inévitables que sont le monopole, la spéculation et l’avarice. Ce n’est pas la fortune personnelle de Rishi Sunak (environ 230 millions d’euros) ou celle de son épouse Akshata Murty (environ 600 millions d’euros) qui importe, mais bien plutôt le fait que celle-ci ait fait usage d’un statut fiscal privilégié de «non domiciliée» au Royaume Uni – bien qu’elle vive à Londres – pour ne pas payer des millions de livres sterling en impôts. Et au même moment, alors qu’il était encore ministre des Finances, Rishi Sunak avait gardé sa carte verte américaine, ce qui lui permettait – le cas échéant – de se relocaliser outre-Atlantique. Il est bien le premier premier ministre «californien» du Royaume-Uni mais sans doute pas le dernier.
Au cœur de l’idéologie de Rishi Sunak se trouve le nexus entre le capital mondial et la technologie sans entrave. Dans une conférence au mois de février qui lui a servi de plateforme pour sa future candidature à la présidence du parti conservateur, il a bâti son projet politique sur trois piliers que sont «le capital, les individus et les idées». En apparence inoffensif, ce projet n’est rien moins qu’une reprise de la vision du libre marché et de l’individualisme.

Après la période d’exception que fut la crise sanitaire du Covid, l’intervention de Sunak visait à relégitimer l’idéologie libérale de Thatcher et Reagan qui consiste à réduire le rôle de l’État dans l’économie, de promouvoir la libre concurrence comme source d’enrichissement de tous et de défendre les libertés fondamentales. Pas un mot sur les limites de la liberté individuelle dont dépend l’équilibre entre les droits et les devoirs. Pas un mot sur le pouvoir des Gafa et d’autres entreprises multinationales qui sapent le fonctionnement de la concurrence. Pas un mot sur la contribution clé de l’État pour sauvegarder la sécurité alimentaire et énergétique ou encore lancer une ré-industrialisation «verte».
Face à l’inflation croissante et à la hausse des taux d’intérêt, Rishi Sunak se pose en gardien de l’orthodoxie budgétaire pour apparaître comme une figure rassurante pour les marchés britanniques et internationaux.

Rishi Sunak faisait les louanges du progrès technologique et vantait l’exemple de la Californie. Comme «la start-up nation» chère à Emmanuel Macron, il voit la libre entreprise comme le fondement même de l’économie et le rôle de l’État comme simple serviteur des intérêts du libre marché. La clé de voûte de l’édifice économique est l’omni-puissance de la technologie comme principal moteur de l’économie mondiale. Sa vision du pouvoir politique repose sur les liens qui existent entre la Silicon Valley et Wall Street via la City de Londres et qui s’étendent jusqu’au parti communiste chinois – bastion du capitalisme d’État et grand créancier de l’Occident puisqu’il détient une partie substantielle de la dette publique américaine et européenne. Or c’est bien ce nexus qui sous-tend depuis quarante ans le modèle anglo-saxon.

Face à l’inflation croissante et à la hausse des taux d’intérêt, Rishi Sunak se pose en gardien de l’orthodoxie budgétaire pour apparaître comme une figure rassurante pour les marchés britanniques et internationaux. Il tente de restaurer la compétence économique des conservateurs au prix du maintien d’un modèle qui ne fonctionne pas pour une grande partie du peuple britannique, la partie la moins favorisée.

Loin d’être un réformateur dans une lignée conservatrice, il est aujourd’hui le symbole de l’oligarchie libérale – la fusion entre l’administration centrale, la technoscience et le capital. S’il gouverne dans ce sens, le parti conservateur non seulement perdra le soutien électoral dont il bénéficie encore mais renoncera aussi à la mission de défendre la démocratie parlementaire. L’esprit techno-capitaliste n’est pas compatible avec l’âme conservatrice.

Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit

Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit

En faisant souffler un vent de libéralisme teinté de populisme et de conservatisme obtus sur un Royaume-Uni fragilisé, le gouvernement de Liz Truss conduit le pays dans une impasse, estime dans sa chronique Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ». Le panthéon des plus grandes erreurs de politique économique vient de s’enrichir d’un nouveau cas d’école. En décidant de faire souffler un vent de libéralisme teinté de populisme et de conservatisme obtus sur un Royaume-Uni fragilisé par son isolement post-Brexit, une économie minée par l’inflation et une crise énergétique sans précédent, la première ministre britannique, Liz Truss, et son chancelier de l’Echiquier, Kwasi Kwarteng, plongent leur pays dans une grave crise financière.

Pour doper la croissance, Liz Truss, à peine nommée, lance, le 23 septembre, un gigantesque plan de réduction d’impôts, jamais vu depuis 1972, qui n’est pas financé, avec pour corollaire un programme de soutien aux ménages britanniques pour payer leurs factures de gaz et d’électricité. Un cocktail détonnant qui menace la soutenabilité de la dette britannique. La réaction des marchés financiers ne s’est pas fait attendre en propulsant la livre à ses plus bas historiques et les rendements des obligations d’Etat à des sommets. Le 3 octobre, Kwasi Kwarteng annonce revenir sur sa baisse d’impôt sur le revenu pour les plus riches. Le gouvernement avait modestement qualifié son initiative de « mini-budget », il doit désormais en gérer les « maxi-effets ».

« C’est la caractéristique des situations où la crédibilité est perdue », résume Larry Summers, ex-secrétaire au Trésor sous Bill Clinton entre 1999 et 2001, qui a qualifié les annonces du gouvernement britannique de « totalement irresponsables ». « Cela se produit le plus souvent dans les pays en développement, mais cela s’est déjà produit avec François Mitterrand avant qu’il ne fasse volte-face [en 1983], avec l’administration Carter avant Volker [nommé président de la Fed en 1979], et avec Oskar Lafontaine en Allemagne [en 1999] ».

Liz Truss devient donc la première femme à intégrer ce club sélect des dirigeants, qui, par dogmatisme, ont choisi de faire cavalier seul, à rebours de l’environnement économique. « C’est un gouvernement qui donne l’impression d’être très loin des réalités avec des références idéologiques qui, dans le contexte actuel, sont vouées à l’échec », estime l’économiste Véronique Riches-Flores, présidente de RF Research.

La première ministre a voulu appliquer une énième version de la « théorie du ruissellement » consistant à baisser les impôts des plus aisés pour doper la croissance. Les investisseurs ont douté, tandis que le Fonds monétaire international a pris ses distances avec « des plans fiscaux massifs et non ciblés » et s’est inquiété de mesures qui « vont probablement accroître les inégalités ».

Crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni

crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni

L’agence de notation s’inquiète de la trajectoire de la dette britannique après l’annonce du plan de baisse d’impôts et de recours à l’emprunt présenté par le gouvernement. De quoi remettre de l’huile sur le feu sur les taux anglais. Le régulateur des marchés s’inquiète d’un retour de la volatilité sur les obligations.

Pour l’agence S&P , le « mini-budget » présenté par le ministre britannique des finances, Kwasi Karteng, avec ses 45 milliards de livres sterling (51 milliards d’euros) de baisses d’impôts est de nature à inverser significativement la trajectoire de la dette publique. S&P table désormais sur déficit public du Royaume-Uni qui se creuse en moyenne de 2,6 % du produit intérieur brut par an jusqu’en 2025 et une hausse de l’endettement, « contrairement à nos prévisions précédentes qui prévoyaient une baisse de la dette en pourcentage du PIB à partir de 2023 », précise l’agence.

Notons que l’Europe n’est pas à l’abri d’une dégradation des notes de certains pays comme la France par exemple compte tenu d’une part de la progression de l’endettement en même temps que le maintien d’un très haut niveau de déficit budgétaire. Par ailleurs des perspectives économiques détériorées en 2023 pourrait déstabiliser encore davantage budget et dettes

12345...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol