Archive pour le Tag 'roues'

Telecom Italia: nouveaux bâtons dans les roues pour Vivendi

Telecom Italia: nouveaux bâtons dans les roues pour Vivendi

 

 

Décidément l’affaire STX maintenant réglée laissera des traces dans les relations entre la France et l’Italie. L’Italie n’a guère apprécié les difficultés et les obstacles créés par le gouvernement français pour empêcher le repreneur italien de devenir majoritaire chez STX. Cela d’autant plus que les investissements français en Italie sont autrement plus importants que les investissements italiens en France. Le ministre italien de l‘Industrie, Carlo Calenda, a dit lundi qu‘il voyait des arguments en faveur du recours par le gouvernement à des prérogatives spéciales (“golden power”) sur Sparkle, filiale de câbles sous-marins de Telecom Italia (TIM). Le gouvernement va examiner s‘il y a des fondements à l‘application de ces prérogatives sur Sparkle, a-t-il dit. Rome a lancé une procédure auprès de Telecom Italia au motif que son principal actionnaire Vivendi, qui détient 24% de son capital, aurait omis de notifier son contrôle de fait de l‘opérateur télécoms, considéré comme un actif stratégique.  Dans un article précédent, nous évoquions les risques de représailles italiennes vis-à-vis des investissements de Vivendi en Italie. Il fallait évidemment s’attendre à des mesures de rétorsion italienne suite à la décision de française de freiner la  prise de capital majoritaire de l’Italie sur STX (chantier naval. il convient en effet de tenir compte des prises de participation financière réciproques dans les deux pays. Au cours des cinq dernières années la France a pris des participations financières d’environ 35 milliards en Italie, inversement les investissements financiers italiens en France ont été  limités à 3 milliards. Du coup, le gouvernement italien met des bâtons dans les roues à Vivendi qui est en train de prendre le contrôle de Telecom Italia puis sans doute de Mediaset.  Vivendi est le premier actionnaire de Telecom Italia avec une participation de 24% dans son capital et détient également 29,9% des droits de vote de Mediaset, ce qui en fait le deuxième actionnaire du groupe de télévision derrière la famille de l’ex-président du Conseil Silvio Berlusconi.  Si l‘enquête conclut que le groupe français contrôle TIM, le gouvernement peut considérer que les conditions sont réunies pour lui permettre d‘exercer des pouvoirs spéciaux. Ceux-ci l‘autoriseraient à imposer une amende, à poser des conditions à Vivendi, voire à opposer son veto à des décisions qu‘il percevrait comme une menace contre les intérêts nationaux.

Tour de France- Froome : grâce à un pédalier ovale ….et à des roues carrées

Tour de France Froome : grâce à un pédalier ovale ….et à des roues carrées

 

Bataille d’experts scientifiques après les performances de Froome. En fait, le succès serait surtout dû à un pédalier ovale, peut-être même à des roues carrées ?  Comme dit Armstrong sil fallait éliminer tous les coureurs dopés il n’y aurait plus personne dans le peloton. Mais Certains  sont plus égaux que d’autres. Les Français, eux, qui utilisent des roues assez classiques, rondes, paraissent quand même handicapés. Ce qui n’empêche pas que les coureurs sont quand même de formidables athlètes.  Après les critiques, Kerrison, le patron de l’équipe de Froome, a expliqué que l’utilisation par Froome d’un pédalier ovale permettait d’améliorer la puissance de 6%. «  Chris est monté en 41 minute 28  à 414 watts de moyenne, explique l’entraîneur. Avec un poids d’environ 67,5 kg, c’est une puissance moyenne de 5,78 watts/kg. » Dans son émission de dimanche, Stade 2 annonçait de son côté un chiffre légèrement supérieur à 7, signe selon eux d’une performance peu crédible. Kerrrison a ensuite refusé d’évoquer la VO2 max en raison d’un nombre de paramètres trop importants. Il a en revanche confié que la fréquence cardiaque moyenne du Britannique  était de 158 battements par minute avec un maximum de 174. «C’est très élevé pour lui, son record est égalé sur un grand Tour ». Son rythme moyen de pédalage était lui de 97 tours par minute, selon son équipe. Pour conclure ce grand déballage de chiffres assez ésotérique pour l’amateur de cyclisme lambda, Kerrison a donné la vitesse moyenne de Froome sur l’ensemble de la montée : 25,3 km/h avec une pointe à 27,7 km/h. « Sur 10 secondes, sa puissance maximale a été de 652 watts, poursuit-il. C’est 60% de son maximum potentiel sur cette durée. »  Auteur d’un véritable tour de force lors de la 10e étape du Tour de France, Christopher Froome a en effet signé une performance qui rappelle celle effectuée il y a deux ans sur les pentes du Mont-Ventoux. Ça tombe bien car celle-ci est revenue dans l’actualité grâce à une vidéo montrant sa montée du Mont Chauve, avec, en parallèle, ces fameuses données statistiques : vitesse, fréquence de pédalage, puissance et rythme cardiaque. Des données personnelles qui auraient été dérobées selon Dave Brailsford, le directeur sportif de la Sky. Antoine Voyer, ancien entraîneur de Festina spécialisé dans l’étude des performances dans le cyclisme, évoque, lui, une fuite interne dans l’équipe anglaise. Toujours-est-il que cette vidéo, mise en ligne ce lundi puis rapidement retirée, avant de réapparaitre le lendemain montre des chiffres édifiants. Alors que son rythme cardiaque n’a jamais dépassé les 165 pulsations par minute, sa vitesse passe ainsi de 19km/h à 30km/h lors de sa première accélération, la puissance développée s’établissant à 600 watts puis même brièvement à 1.000 watts sur la deuxième accélération fatale à Nairo Quintana.

 

Alstom met des bâtons dans les roues à Siemens

Alstom met des bâtons dans les roues à Siemens

 

Alstom devrait opposer une fin de non recevoir à Siemens qui lui demanderait davantage d’informations sur sa branche énergie, a déclaré mercredi une source proche du groupe français, ce qui réduirait d’autant les chances d’une contre-offre de la part du conglomérat industriel allemand. Alstom refuserait d’accéder à la requête de Siemens car cela l’obligerait à dévoiler les mêmes informations à General Electric, auteur d’une proposition d’achat de 17 milliards de dollars (12,35 milliards d’euros) sur les activités énergie d’Alstom, a précisé cette source qui n’y voit nullement une « tactique de négociation ». Alstom doit faire le point sur l’offre de GE d’ici le 2 juin mais le groupe d’énergie et de transport a ouvert ses comptes à Siemens sous la pression du gouvernement. Siemens élabore une contre-offre qui inclurait, selon des sources proches du dossier, des apports d’actifs ferroviaires et une éventuelle prise de participation de l’Etat français dans Alstom Transport. Mais plusieurs personnes au fait des projets de Siemens ont dit mercredi qu’il s’abstiendrait sans doute de toute proposition tant qu’il n’aurait pas de nouvelles informations. Siemens s’est refusé à tout commentaire. Une porte-parole d’Alstom a dit que le groupe attendait toujours une proposition ferme de Siemens, sans qu’il soit possible de dire quand elle pourrait survenir. Elle n’a pas précisé quel genre d’informations nouvelles Siemens avait sollicité. Le gouvernement français ne voit pas d’un bon oeil l’offre de GE, estimant que la cession des actifs d’Alstom dans l’énergie l’affaiblirait en le cantonnant à sa seule activité transport, de taille moins grande.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol