Archive pour le Tag '« roi'

Politique -Macron : le roi du  » bla- bla  » avec les agriculteurs

Politique -Macron : le roi  du  » bla- bla  «   avec les agriculteurs

Macron qui était  attendu au salon envisageait un grand débat avec les agriculteurs. L’exercice lui a souvent réussi même si le show du président ressemble souvent un grand bla-bla où  il est le seul à s’exprimer pendant des heures . Un grand débat qui ressemble surtout un grand meeting où le président se met en valeur. Si on devait caractériser Macron, on pourrait retenir qu’il est l’inventeur des sortes  de grandes messes pseudo démocratiques qui visent surtout à contourner les  organisations représentatives. Ce qu’il qualifie de grand débat se réduit en général à un one-man-show bavard, confus et souvent condescendant.

Les organisations agricoles ne sont pas tombés dans le piège cette fois et la proposition de Macon a tourné au fiasco. En cause une participation particulièrement hétéroclite et des agriculteurs pour l’essentiel choisis avec soin comme dans les conventions citoyennes et autres machins type « conseil de refondation » .

Encore une fois on pourra mesurer le temps d’intervention des participants réduit un peu de choses d’autant plus que la plupart des intervenants ne sont pas préparés à l’exercice.

C’est bien entendu une caricature de la démocratie car il s’agit surtout d’un exercice visant à mettre en valeur l’orateur. Sur le fond , on assistera à l’exercice préféré des énarques. Parler parler pour ne rien dire, noyer le propos dans des explications pseudo- économiques , dire tout et son contraire et surtout endormir le public et les journalistes. Des journalistes toujours friands de ce genre de grand raout et toujours prêts à applaudir d’autant que la plupart n’en connaissent pas plus que le président.

On retiendra quelques phrases , on soulignera  le haut niveau d’intelligence du président et quelques promesses. Cela fera là Une de la presse pendant une journée et le lendemain on passe à autre chose en oubliant pendant longtemps le contenu du grand débat de ce président si intelligent qui  encore une fois aura réussi à  endormir. Ou la confusion entre intelligence et bonimenteur et la confusion entre courage et exhibitionnisme médiatique.

 

Politique et Monarchie : le roi Macron 1er reçoit Charles III

Politique et Monarchie : le roi Macron 1er reçoit Charles III


En toute modestie, le roi Macron reçoit avec faste Charles III à Versailles et dans d’autres lieux symboliques. Un rituel complètement dépassé mais qui colle bien à la personnalité d’un président qui souvent confond démocratie et monarchie.( Voir par exemple sa ridicule cérémonie d’intronisation au Louvres en 2017; il ne manquait plus que la couronne !). Il ne faut guère s’étonner si le faste des cérémonies a laissé la France en général assez indifférente d’autant que le pays est affronté à de grandes difficultés économiques et sociales.

Certes il n’est pas incohérent de recevoir Charles III, chef d’État d’Angleterre mais il n’était sans doute pas nécessaire de le faire avec autant de faste. À moins que le cérémonial ne vise aussi à honorer celui qui reçoit.

Mercredi soir, Charles III et la reine Camilla seront accueillis à Versailles pour un dîner d’Etat. Le repas sera donné dans la galerie des Glaces, le lieu le plus emblématique du château, destiné à l’origine à célébrer la toute puissance de Louis XIV et à éblouir ses visiteurs. Entre 150 et 180 invités ont été conviés à ce dîner.

Le choix de Versailles répond avant tout à une volonté de « faire rayonner la France » à travers un de ses sites les plus prestigieux et à un souhait de Charles III, « sensible à l’idée de marcher dans les pas de sa mère », avance l’Elysée auprès de l’AFP.

Le roi Macron désigne son héritier

Le roi Macron désigne son héritier

Comme sous la monarchie, on désigne par avance l’héritier désigné. C’est donc sans pudeur et sans souci de démocratie que Macron considère que Édouard Philippe est bien placé pour lui succéder. Bonjour le changement !

En déplacement en Nouvelle-Calédonie, le chef de l’Etat a été interpellé à ce sujet, mardi 25 juillet, rapporte Le Figaro. Lors d’un bain de foule à Nouméa, un homme a suggéré au président de la République qu’« en 2027, peut-être que M. Edouard Philippe vous remplacera ».

« Je tiens à ce qu’il y ait vraiment une suite à ce qu’on a mis en place. Et que celles et ceux qui m’ont accompagné depuis maintenant six ans puissent prendre le relais », lui a répondu Emmanuel Macron, indiquent nos confrères. Son ancien Premier ministre Edouard Philippe (2017-2020) « a bien fait à [s]es côtés. C’est un ami », a ajouté le chef de l’Etat, qui ne pourra pas se représenter à l’Elysée en 2027.

Rencontre discrète. Les relations entre Emmanuel Macron et l’actuel maire du Havre ont pourtant parfois été distantes, notamment au moment de l’émancipation d’Edouard Philippe, qui a fondé son propre parti Horizon il y a deux ans. En juin dernier, les deux hommes s’étaient rencontrés discrètement à l’Elysée.

Société-A quoi sert Charles III, le roi du Royaume-Uni ? A rien !

Société-A quoi sert Charles III, le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « Journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique ( 100 millions pour couronnement et autant chaque année !).

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du de l’ancien régime . Et de ce point de vue , avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

Couronnement Charles III–A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !

Couronnement Charles III–A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « Journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique ( 100 millions pour couronnement et autant chaque année !).

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du de l’ancien régime . Et de ce point de vue , avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !

A quoi sert le roi du Royaume-Uni ? A rien !


À quoi sert le Roi du Royaume-Uni s’interroge le « journal du Dimanche », la réponse est pourtant claire : à rien sinon à dépenser en folklore l’argent du contribuable surtout britannique.

On pourrait alors s’interroger sur l’engouement des Anglais et même du monde entier parfois sur cet événement. En réalité, il s’agit d’entretenir un folklore qui relève de la nostalgie du temps passé. Et de ce point de vue ,avec toutes les péripéties que connaît la famille royale, il y a matière à soutenir l’intérêt de cette saga de parasites, sortes de vedettes de série de télé réalité

En démocratie ,le roi ne sert strictement à rien en Grande-Bretagne et pas davantage à l’intérieur du Commonwealth. D’ailleurs progressivement les pays suppriment cette fonction inutile.

Le roi est aussi le chef de l’Église, mais son rôle est, une nouvelle fois, très symbolique. Les archevêques et évêques sont nommés par le monarque sur recommandation du Premier ministre et d’une commission ecclésiastique. Le vrai chef spirituel de l’Église d’Angleterre est l’archevêque de Canterbury. Charles III n’est toutefois pas que roi du Royaume-Uni : il est aussi officiellement roi du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Jamaïque… et de onze autres pays, qu’on appelle les royaumes du Commonwealth. Ce sont des pays tous indépendants, mais tous des royaumes, avec le même chef d’État donc. Il est donc seize fois chef d’État sur le papier mais complètement obsolète au plan démocratique et politique.

Certains rétorqueront que parfois les régimes démocratiques ne sont guère plus efficaces que sous les anciens régimes. En outre dans des pays comme en France, le système présidentiel est tellement poussé à l’extrême que le président en exercice arrive à se persuader qu’il a une légitimité quasi royale. Et de ce point de vue, Macron est sans doute l’exemple plus caricatural de ce que peut être un régime démocratique complètement tordu.
Macron a été élu en fait avec 16 % des inscrits et n’est plus soutenue que par 20 à 25 % de la population. Ce qui n’affecte en rien sa conviction qu’il dispose de la légitimité démocratique !

Macron à la télé: le roi nu mais toujours arrogant

Macron à la télé: le roi nu mais toujours arrogant

Pour résumer, le bla-bla habituel. D’abord une petite leçon juridique (inutile) sur le processus d’élaboration de la loi. Ensuite une explication très vaseuse à propos de la foule populace qu’il compare aux factieux du Capitole aux États-Unis. La rengaine de l’équilibre démographique (on fait quoi pour encourager la natalité ?). Quand même un tout petit mot pour les entreprises qui font trop de profits et qui rachètent leurs actions (ses amis). L’argument de l’opposition dont le conglomérat signifierait déficit. La fausse affirmation que des syndicats n’ont pas proposé de compromis. La reconnaissance de la colère et l’engagement de travaux sur le sens du travail, la reconversion et l’avancement. Bref les éboueurs pourront peut-être à partir de 55 ans pour passer le concours de l’ENA !. L’engagement gratuit vis-à-vis des branches dont les minima conventionnels sont en dessous du SMIC (la patate chaude renvoyée au Medef).

Pas de changement au gouvernement, Borne reste en place et va engager des travaux beaucoup plus réduits il y aura moins de lois, des textes plus courts et pour cause il a du mal à trouver une majorité. Autre affirmation fallacieuse » on a tout dépensé avant » comme si Macron en 6 ans n’avait pas fait sauter le plafond de la dette. « Bref oui il y a des problèmes mais tout va bien et les problèmes viennent surtout du covid, de la guerre et de l’inflation. Une manière de renvoyer en touche sa responsabilité.

Encore une intervention pour rien pour rabâcher toujours les mêmes fallacieux arguments concernant les risques financiers, les risques d’insurrection, les risques populistes. Le cri » le roi nu » résume le mieux l’imposture permanente de Macon, le cri qui dégonfle la baudruche, fait tomber le masque d’un président élu après avoir infiltré la gauche pour mieux se mettre au service des plus riches qui ont financé ses campagne

À la mauvaise foi, s’ajoute aussi pour Macron l’incompétence crasse. Certes il aura réussi à octroyer de nombreux cadeaux aux plus riches mais il aura sans doute plongé le pays dans une crise dont les conséquences se feront sentir pendant des dizaines d’années. Il a largement contribué à brader l’économie et en particulier l’industrie mais aussi l’agriculture.
Il va laisser les finances de la France dans un état lamentable puisque la dette aura augmenté d’environ 25 % durant son mandat (3000 milliards de dettes un record et 50 milliards de charges financières par an).

Le déficit de la balance du commerce, témoigne du déclin économique.(Un déficit supérieur à 150 milliards en 2022). La situation est dramatique dans nombre de champs régaliens ou le rôle de l’État est en jeu comme la santé, l’école, la sécurité, la justice. Jamais la drogue ne s’est répandue à une telle vitesse dans le pays du fait du laxisme de l’État et de l’abandon de nombre de banlieues véritables comptoirs ouverts aux stupéfiants.

Macron a aussi complètement échoué en politique internationale. Il se voyait déjà président de l’Europe et même du monde. En réalité, il est aussi rejeté par nombre de pays. Parmi ces erreurs fondamentales, il faut par exemple citer ses relations douteuses avec Poutine, puis sa tentative de ce rabibocher avec l’Ukraine. Résultat la France est mal vue dans les deux pays ! Même incompétence et même lâcheté en Afrique où la France a dû opérer des reculs honteux notamment au Mali au Burkina faso.
Un président, chef des armées qui n’a même pas fait son service militaire au motif qu’il poursuivaient des étude ce qui en dit long sur ses convictions.

Sur le plan démocratique, Macron se comporte comme un monarque dédaigneux ignorant volontairement les institutions et organisations représentatives y compris le Parlement.

L’histoire retiendra que ce président a plongé le pays de façon durable dans un déclin affectant les champs démocratiques, économiques, sociaux et même sociétaux.

Un président qui n’a plus de légitimité politique , de plus en plus seul comme dans un bunker à l’Élysée qui n’entend rien, n’écoute rien. Un autocrate incompétent et méprisant, dont la France devra se débarrasser rapidement pour ne pas tomber encore plus bas.

Macron à la télé: le roi nu mais toujours arrogant

Macron à la télé: le roi nu mais toujours arrogant

Pour résumer, le bla-bla habituel. D’abord une petite leçon juridique (inutile) sur le processus d’élaboration de la loi. Ensuite une explication très vaseuse à propos de la foule populace qu’il compare aux factieux du Capitole aux États-Unis. La rengaine de l’équilibre démographique (on fait quoi pour encourager la natalité ?). Quand même un tout petit mot pour les entreprises qui font trop de profits et qui rachètent leurs actions (ses amis). L’argument de l’opposition dont le conglomérat signifierait déficit. La fausse affirmation que des syndicats n’ont pas proposé de compromis. La reconnaissance de la colère et l’engagement de travaux sur le sens du travail, la reconversion et l’avancement. Bref les éboueurs pourront peut-être à partir de 55 ans pour passer le concours de l’ENA !. L’engagement gratuit vis-à-vis des branches dont les minima conventionnels sont en dessous du SMIC (la patate chaude renvoyée au Medef).

Pas de changement au gouvernement, Borne reste en place et va engager des travaux beaucoup plus réduits il y aura moins de lois, des textes plus courts et pour cause il a du mal à trouver une majorité. Autre affirmation fallacieuse » on a tout dépensé avant » comme si Macron en 6 ans n’avait pas fait sauter le plafond de la dette. « Bref oui il y a des problèmes mais tout va bien et les problèmes viennent surtout du covid, de la guerre et de l’inflation. Une manière de renvoyer en touche sa responsabilité.

Encore une intervention pour rien pour rabâcher toujours les mêmes fallacieux arguments concernant les risques financiers, les risques d’insurrection, les risques populistes. Le cri » le roi nu » résume le mieux l’imposture permanente de Macon, le cri qui dégonfle la baudruche, fait tomber le masque d’un président élu après avoir infiltré la gauche pour mieux se mettre au service des plus riches qui ont financé ses campagne

À la mauvaise foi, s’ajoute aussi pour Macron l’incompétence crasse. Certes il aura réussi à octroyer de nombreux cadeaux aux plus riches mais il aura sans doute plongé le pays dans une crise dont les conséquences se feront sentir pendant des dizaines d’années. Il a largement contribué à brader l’économie et en particulier l’industrie mais aussi l’agriculture.
Il va laisser les finances de la France dans un état lamentable puisque la dette aura augmenté d’environ 25 % durant son mandat (3000 milliards de dettes un record et 50 milliards de charges financières par an).

Le déficit de la balance du commerce, témoigne du déclin économique.(Un déficit supérieur à 150 milliards en 2022). La situation est dramatique dans nombre de champs régaliens ou le rôle de l’État est en jeu comme la santé, l’école, la sécurité, la justice. Jamais la drogue ne s’est répandue à une telle vitesse dans le pays du fait du laxisme de l’État et de l’abandon de nombre de banlieues véritables comptoirs ouverts aux stupéfiants.

Macron a aussi complètement échoué en politique internationale. Il se voyait déjà président de l’Europe et même du monde. En réalité, il est aussi rejeté par nombre de pays. Parmi ces erreurs fondamentales, il faut par exemple citer ses relations douteuses avec Poutine, puis sa tentative de ce rabibocher avec l’Ukraine. Résultat la France est mal vue dans les deux pays ! Même incompétence et même lâcheté en Afrique où la France a dû opérer des reculs honteux notamment au Mali au Burkina faso.
Un président, chef des armées qui n’a même pas fait son service militaire au motif qu’il poursuivaient des étude ce qui en dit long sur ses convictions.

Sur le plan démocratique, Macron se comporte comme un monarque dédaigneux ignorant volontairement les institutions et organisations représentatives y compris le Parlement.

L’histoire retiendra que ce président a plongé le pays de façon durable dans un déclin affectant les champs démocratiques, économiques, sociaux et même sociétaux.

Un président qui n’a plus de légitimité politique , de plus en plus seul comme dans un bunker à l’Élysée qui n’entend rien, n’écoute rien. Un autocrate incompétent et méprisant, dont la France devra se débarrasser rapidement pour ne pas tomber encore plus bas.

Macron : le roi nu

Macron : le  roi  nu

 

Avec les résultats catastrophiques des législatives , Macron se retrouve presque seul. Cela d’autant plus que certains de ses soutiens historiques comme les sulfureux Ferrand et Castaner transfuges du parti socialiste ont été renvoyés à leurs chères études . De la même manière que certains ministres boutonneux issus pour la plupart d’instituts politiques et sélectionnés sur Internet. Macron a délibérément choisi des seconds voire des troisièmes couteaux pour que n’émerge pas un éventuel concurrent.

Le roi a voulu gouverner seul mais le roi est désormais encore plus nu que précédemment. Une roi nu  dépouillé de ses soutiens historiques mais surtout  du fait de l’absence réelle d’orientation et de la faillite de ce  « en même temps » pseudo idéologie qui permet toutes les confusions.

Il est clair que Macron ne pourra pas résister dans la crise politique, économique et même géostratégique qui s’annonce. Il n’a pas l’expérience ni la résilience pour cela. Et ce n’est pas en choisissant une Première ministre complètement inodore et incolore comme Élisabeth Borne  qu’il parviendra à changer la tendance. Macron a voulu gouverner seul;aujourd’hui; il est plus isolé que jamais. Et son isolement se nourrit surtout de la détestation qu’il génère presque physiquement dans l’opinion publique. Sa seule arme de défense est qu’il n’existe pas de leader crédible dans l’opposition.

Macron : le roi nu !

Macron : le roi nu

 

Avec les résultats catastrophiques des législatives , Macron se retrouve presque seul. Cela d’autant plus que certains de ses soutiens historiques comme les sulfureux Ferrand et Castaner transfuges du parti socialiste ont été renvoyés à leurs chères études . De la même manière que certains ministres boutonneux issus pour la plupart d’instituts politiques et sélectionnés sur Internet. Macron a délibérément choisi des seconds voir des troisièmes couteaux pour que n’émerge pas un éventuel concurrent. Le roi a voulu gouverner seul mais le roi est désormais encore plus nu que précédemment. Une roi nu  dépouillé de ses soutiens historiques mais surtout  du fait de l’absence réelle d’orientation et de la faillite de ce  « en même temps » pseudo idéologie qui permet toutes les confusions.

Il est clair que Macron ne pourra pas résister dans la crise politique, économique et même géostratégique qui s’annonce. Il n’a pas l’expérience ni la résilience pour cela. Et ce n’est pas en choisissant une Première ministre complètement inodore et incolore comme Élisabeth Borne  qu’il parviendra à changer la tendance. Macron a voulu gouverner seul, aujourd’hui il est plus isolé que jamais. Et son isolement se nourrit surtout de la détestation qu’il génère presque physiquement dans l’opinion publique. Sa seule arme de défense est qu’il n’existe pas de leader crédible dans l’opposition.

Macron : le petit roi est nu

Macron : le petit roi est nu

 

Avec les résultats catastrophiques des législatives , Macron se retrouve presque seul. Cela d’autant plus que certains de ses soutiens historiques comme les sulfureux Ferrand et Castaner transfuges du parti socialiste ont été renvoyés à leurs chères études . De la même manière que certains ministres boutonneux issus pour la plupart d’instituts politiques et sélectionnés sur Internet. Macron a délibérément choisi des seconds voir des troisièmes couteaux pour que n’émerge pas un éventuel concurrent. Le roi a voulu gouverner seul mais le roi est désormais encore plus nu que précédemment. Une roi nu  dépouillé de ses soutiens historiques mais surtout  du fait de l’absence réelle d’orientation et de la faillite de ce  « en même temps » pseudo idéologie qui permet toutes les confusions.

Il est clair que Macron ne pourra pas résister dans la crise politique, économique et même géostratégique qui s’annonce. Il n’a pas l’expérience ni la résilience pour cela. Et ce n’est pas en choisissant une Première ministre complètement inodore et incolore comme Élisabeth Borne  qu’il parviendra à changer la tendance. Macron a voulu gouverner seul, aujourd’hui il est plus isolé que jamais. Et son isolement se nourrit surtout de la détestation qu’il génère presque physiquement dans l’opinion publique. Sa seule arme de défense est qu’il n’existe pas de leader crédible dans l’opposition.

Gifle à Macron – C’est le premier corps du roi qui a été giflé

Gifle à Macron - C’est le premier corps du roi qui a été giflé

 

« La gifle à Macron signe, à mon humble avis, l’obsolescence de la fiction théologico-politique » selon laquelle le monarque possède deux corps, l’un « mortel et naturel », l’autre « surnaturel et immortel », écrit Jean-Louis Robert dans le Monde , qui estime que le soufflet reçu par le président de la République le 8 juin démontre « la déliquescence progressive du second ».

 

L’historien allemand Ernst Kantorowicz, dans son étude de la monarchie médiévale, conceptualise « Les deux corps du roi » dans son ouvrage majeur. Selon cette théorie, le roi possède deux corps. Le premier est mortel et naturel et incarne la fonction terrestre : à ce titre, comme tout titulaire d’une autorité, il est amené à prendre des décisions, parfois bonnes parfois mauvaises, dans le contexte de la vie quotidienne politique.

Le second est surnaturel et immortel et revêt une fonction symbolique, celle d’incarner la nation, le peuple, la monarchie de droit divin. Ce corps immortel, présent dans celui mortel, se transmet, inaltérable, de monarque en monarque. Ainsi se trouve assurée la continuité de l’institution politique, qui supporte le consentement à l’État.

La France, qui vit maintenant en République, est restée fortement attachée aux deux catégories de Kantorowicz. Il suffit, pour s’en convaincre, de se souvenir des figures de De Gaulle et Mitterrand ; ceux-ci sont regardés comme des monarques, dans la mesure où ils se sont évertués à personnifier le deuxième corps symbolique, grâce notamment au déploiement d’un décorum adéquat et au maintien d’une certaine distance avec les sujets, qui incite ceu-ci au respect.

Dans le contexte de la monarchie absolue, toucher au premier corps, c’est toucher au second et relève du sacrilège. La presse se souvient de cela et convoque les catégories de Kantorowicz quand elle déclare que gifler le président Macron, c’est gifler la République. Les réactions de la classe politique vont unanimement dans le même sens.

Il me semble, cependant, que l’indissociabilité des deux corps a été bien entamée depuis un certain temps, plus précisément depuis la présidence de Sarkozy ; cette tendance s’est consolidée au cours du quinquennat de Hollande. Ces deux présidents n’ont pas rempli pleinement leur rôle, dans la mesure où ils ont négligé d’incarner le second corps du roi. Emmanuel Macron, leur successeur, en réinstaurant une certaine verticalité du pouvoir, a tenté de le retrouver. En vain. La posture jupitérienne s’est dégradée en gesticulation jupinienne (Jupin, c’est le nom trivial de Jupiter dans les fables de La Fontaine).

Je me démarquerai donc du discours médiatico-politique en posant que c’est le premier corps du roi qui a été giflé – c’est l’individu Macron qui a été agressé – et non le second, pour la raison que j’avançais plus haut, celle de la disjonction des deux corps et la déliquescence progressive du second.

Ainsi, la gifle à Macron signe, à mon humble avis, l’obsolescence de la fiction théologico-politique imaginée par l’historien allemand. Et la fin du pouvoir ?

Brexit : Boris Johnson, le roi de la pirouette (Denis MacShane)

Brexit  : Boris Johnson,  le roi de la pirouette  (Denis MacShane)

 

Le travailliste Denis MacShane a été le ministre d’Etat chargé de l’Europe (2002-2005) de Tony Blair après avoir été son ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères (2001-2001). Il tente d’expliquer les revirements de Boris Johnson dans l’opinion

Comment expliquez-vous ce nouveau revirement de Boris Johnson?

C’est le roi de la pirouette politique! Il est capable de tourner sur une roue et de changer de direction. Il a fait cela toute sa vie. Ce qui n’empêche pas qu’à Londres et Bruxelles, on ne négocie pas la même chose. Boris Johnson se croit engagé dans l’écriture d’un nouveau traité de Versailles où on parle rectification de frontières et réparations alors qu’en face, on discute d’un nouvel Uruguay round, l’ancien Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce. L’un parle politique et il cherche à contourner Michel Barnier. L’autre parle de la nécessité d’avoir des règles en matière d’échanges commerciaux et explique que c’est un sujet qui se discute à Bruxelles et non au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement. D’où le décalage auquel on a assisté ces derniers jours et la sensation de camouflet ressentie par les amis de Boris Johnson.

Quelle est la réaction de l’opinion publique?

C’est ce qui a peut-être pesé dans la balance et explique cette marche arrière. On assiste depuis la semaine dernière à une levée de boucliers de tout un tas de professions -camionneursagriculteurs, transporteurs aériens- pour dénoncer la folie d’un « no deal ». Au point que les députés conservateurs Brexiters se sont montré très discrets ces derniers jours pour contrer ce message. Tout le monde commence à avoir peur à l’approche du précipice. Tous les soirs à la télévision on voit des patrons de PME sonner l’alarme devant ce qui les guette aux frontières. Ce ne sont pas forcément des pro-européens. C’est la première fois que l’on assiste à un tel phénomène depuis juin 2016 et le référendum sur le Brexit!

On voit aussi monter au créneau le premier ministre irlandais Michèal Martin, fort de l’appui tacite de Joe Biden. Boris Johnson aimerait aussi que l’on parle d’autre chose. Il veut faire de 2021, qui verra Glasgow accueillir la 26ème conférence sur le changement climatique, une grande année de l’environnement. Il veut montrer que le Royaume-Uni pèse au niveau mondial et rêve d’une photo avec Joe Biden. Il n’a pas envie d’être pousuivi par des images de bouchons monstres à l’approche de Douvres. Le problème demeure qu’à Londres et à Bruxelles, on ne négocie pas la même chose.

Cela risque de se terminer par un nouvel échec…

C’est possible. Il va falloir suivre, cette semaine, les réactions des Brexiters – on peut parler d’une petite entreprise – auxquels Boris Johnson est redevable. Ils se trouvent, eux aussi, sous la pression de la City qui les pousse à trouver un « petit compromis » et à ne pas aller jusqu’au bout. Il y a néanmoins cette idée, dans notre pays, qu’il faut une révolution tous les cinquante ans. Cela a commencé avec la décapitation du roi d’Angleterre, en 1649, suivi par la scission avec l’Eglise catholique, le lancement de l’aventure impériale, la révolution industrielle, la création de l’Etat providence et la révolution thatchérienne. Aujourd’hui, c’est l’Union européenne qui est visée. Cela relève d’une foi messianique.

La situation ressemble à celle de juillet 1914. Le train a commencé à rouler. La question est de savoir si on peut le stopper. On pourrait décider d’arrêter l’horloge mais ce serait une humiliation pour Boris Johnson qui a fixé la deadline au 31 décembre de cette année. Un an après son arrivée au pouvoir, sa situation s’est fragilisée. Il a déjà eu à faire face à une rébellion parlementaire sur le confinement et sa gestion de la pandémie a sérieusement entamé sa popularité. Il va donc s’appuyer énormément sur les sondages durant ces prochains jours de négociations et chercher une excuse dans un sens ou dans un autre. Dans les deux cas, il peut toujours imaginer renégocier dans un an. C’est le titre de mon dernier livre, « Brexiternity ».

L’opposition travailliste paraît très discrète…

Elle est complètement absente. Ce sont les « singes de la sagesse ». Elle ne parle pas d’Europe, elle n’écoute pas l’Europe et elle ne voit pas l’Europe. Le Brexit, ce n’est qu’un problème pour Johnson et ses amis conservateurs.

 

 

L’EX-ROI JUAN CARLOS : les mains dans le pot de confiture !

L’EX-ROI JUAN CARLOS : les mains dans le pot de confiture !

 

 

L’ancien roi d’Espagne Juan Carlos qui a permis le rétablissement de la démocratie en Espagne va cependant quitter son pays. Il a été pris un peu bêtement les mains dans le pot de confiture à l’occasion d’un marché de TGV en Arabie Saoudite. Une rétro commission de l’ordre de 100 millions d’euros. À comparer avec la fortune d’Elizabeth II d’Angleterre, entre 500 millions et 1 milliard, et qui profite de la politique agricole commune pour améliorer son livret d’épargne- L’ancien roi d’Espagne n’a pas suffisamment sollicité l’ ingénierie d’optimisation fiscale qui permet aux milliardaires d’arrondir leurs fins de mois. Bref, il a sans doute manqué un expert fiscaliste à Juan Carlos.

 

La différence entre l’ancien roi d’Espagne et la reine d’Angleterre c’est  que les revenus royaux britanniques sont, eux, légaux . Comme sont légales les acrobaties fiscales des milliardaires- Dans un communiqué publié par la Maison royale, dont le quotidien espagnol El País a eu connaissance, le roi émérite assure qu’il quitte le pays « en raison de la répercussion publique » des événements de sa vie privée sur son son fils, le roi Felipe VI.

 

« Guidé à présent par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols, à leurs institutions, et à toi en tant que Roi, je t’informe de ma décision réfléchie de m’exiler, en cette période, en dehors de l’Espagne », a écrit l’ancien souverain cité dans le communiqué de la Maison Royale, où le roi Felipe VI accepte et le remercie pour sa décision.

Début juin, la Cour suprême espagnole avait annoncé l’ouverture d’une enquête pour établir si Juan Carlos avait une responsabilité pénale dans une affaire de corruption présumée quand l’Arabie saoudite avait confié à un consortium espagnol la construction du TGV de la Mecque.

La justice enquête sur ces faits depuis 2018, mais en vertu de l’immunité dont il bénéficie, seule la Cour suprême peut chercher à cerner la responsabilité de l’ancien monarque, aujourd’hui âgé de 82 ans, et uniquement pour des faits commis après son abdication.

« C’est une décision que je prends avec une profonde peine, mais une grande sérénité », poursuit l’ancien souverain dans sa lettre.

Le dossier avait été ouvert en septembre 2018 à la suite de la publication d’enregistrements de l’ancienne maîtresse de Juan Carlos, Corinna Zu Sayn-Wittgenstein, qui affirmait que le souverain avait encaissé une commission pour la concession d’un contrat de 6,7 milliards d’euros pour la construction d’un train à grande vitesse entre La Mecque et Médine à un consortium d’entreprises espagnoles.

« Il s’agirait d’un éventuel délit de corruption dans les transactions commerciales internationales », avait alors signalé le parquet.

Le quotidien suisse Tribune de Genève a affirmé début mars que Juan Carlos avait reçu, en 2008, 100 millions de dollars du roi Abdallah d’Arabie saoudite, sur un compte en Suisse d’une fondation panaméenne. Le même mois, le quotidien The Daily Telegraph rapportait que Felipe VI était également bénéficiaire de cette fondation.

 

Municipales: le maire socialiste de Strasbourg trahit Trautmann qui l’a fait roi !

Municipales: le maire socialiste de Strasbourg trahit Trautmann qui l’a fait  roi !

Encore un bel exemple de trahison politique avec celui  du maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, qui a annoncé ce samedi son soutien pour les élections municipales au candidat LaREM, Alain Fontanel, au détriment de la candidature socialiste de l’ancienne ministre Catherine Trautmann.

Pourtant Roland  Ries  n’a été élu maire que grâce à la nomination de Catherine Trautmann comme ministre à l’époque. Catherine Trautmann avait alors souhaité être remplacée par Roland ries , un complet inconnu. Changement d’écurie et d’orientation pour l’actuel maire de Strasbourg qui règle ses comptes personnels:

« Alain Fontanel me paraît le mieux placé pour prendre ma succession », a déclaré Roland Ries aux Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), après avoir maintenu le suspense jusqu’au dernier conseil municipal.

« Difficile, la fonction exige du doigté, de la tempérance sans pour autant aboutir à la non-décision. Et puis, Alain est un ami et il est mon premier adjoint », a-t-il ajouté, rendant hommage à son travail d’adjoint depuis 2008.

Il a juste regretté, dans son entretien aux DNA, que celui qu’il avait déjà un temps présenté comme son dauphin, avant qu’Alain Fontanel ne quitte le PS en 2017 pour soutenir Emmanuel Macron, « soit trop inféodé à La République en Marche ».

En octobre, Roland Ries faisait partie des 75 signataires élus et anciens élus d’un « manifeste » appelant à la création d’un  »pôle de gauche dans la majorité » gouvernementale. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure en avait « tir(é) la conclusion qu’il n’est plus membre du PS ».

Celui qui aura fait trois mandats non consécutifs de maire n’a d’ailleurs pas évoqué samedi la nouvelle tête de liste PS à Strasbourg, Catherine Trautmann, qui lui avait pourtant laissé le fauteuil de maire de Strasbourg en 1997 quand elle était devenue ministre du gouvernement Jospin.

Catherine Trautmann, jusqu’alors numéro 2, a été propulsée candidate PS la semaine passée après le renoncement du candidat initial Mathieu Cahn, qui s’est finalement complètement retiré de la liste mercredi à la demande de la direction nationale du PS pour des « comportements en contradiction avec ses valeurs » féministes.

Une belle tambouille politique qui témoigne de la faiblesse des convictions où les intérêts personnels et les rancœurs  prennent le pas sur des intérêts politiques.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol